Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Quatrième partie. Dimensions nationales et régionales de la gestion municipale

Municipalité et pouvoir translocal

Salma Kojok et Anja Peleikis

Texte intégral

  • 1 À la fin de la guerre, le nombre de familles déplacées de Joun est estimé à 700. Voir « Quel retour (...)

1La localité de Joun, dans la région de l’Iqlim el-Kharroub (caza du Chouf), est un village de déplacés. À son image, la municipalité se caractérise par une bipolarité spatiale : son ancrage territorial local, dans des frontières administrativement circonscrites, est symbolisé par l’emplacement du bâtiment municipal sur la place publique du village ; mais la municipalité est aussi localisée dans les espaces sociaux construits par les migrants et les déplacés de Joun installés essentiellement à Beyrouth et dans sa banlieue (est et sud). Les deux tiers des membres du conseil municipal élus en 1998 vivent en effet à Beyrouth, et certains d’entre eux n’ont jamais vécu à Joun ou l’ont quitté depuis presque deux décennies, comme la plupart des déplacés du village1.

  • 2 Le tremblement de terre de 1956 a poussé quelques familles du village à s’installer à Beyrouth. L’e (...)
  • 3 Selon le président de la municipalité élu en 1998, les listes électorales indiqueraient que la popu (...)
  • 4 En 1998. au moment des élections municipales, la population résidente à Joun était composée à 90 % (...)

2Ce constat d’éclatement de la municipalité entre Beyrouth et Joun a en fait débuté dès les années 1960 avec l’accélération de l’exode rural2. Le président de la municipalité élu en 1963 était déjà installé à Beyrouth à l’époque et il y restera jusqu’à la fin officielle de son mandat en 1998. Ce village pluricommunautaire, regroupant à la fois des chrétiens maronites et grecs-catholiques et des musulmans chiites3, a été marqué pendant la guerre civile par des conflits confessionnels et des vagues de déplacement qui ont touché successivement la quasi-totalité des communautés confessionnelles : en 1982, suite à l’entrée des milices des Forces libanaises (FL) dans le village, c’est d’abord la population musulmane qui est déplacée ; puis en 1985, devant la progression des milices du Parti socialiste progressiste (PSP), l’ensemble de la population chrétienne quitte Joun4. Pour les déplacés et pour les nombreux migrants installés à Beyrouth (en majorité chrétiens), l’appartenance à Joun ne se définit donc plus par des pratiques quotidiennes villageoises, mais bien par un sentiment d’ancrage historique au village. C’est ainsi que les deux tiers des membres de la municipalité, bien que vivant à Beyrouth aujourd’hui, sont engagés dans les affaires publiques de Joun.

3Pour comprendre l’organisation du pouvoir local aujourd’hui à Joun, il convient de montrer comment s’est construite la bipolarité du pouvoir entre Joun et Beyrouth entre 1975 et 1990 : alors qu’à Joun même une équipe d’administration du territoire local se mettait en place, un comité de gestion des déplacés du village se créait à Beyrouth, dirigé par le président de la municipalité résidant lui-même à Beyrouth. Après la signature de l’accord de Taëf qui met fin au conflit libanais, l’évacuation de Joun par les milices du PSP et l’entrée de l’armée libanaise dans la région, le retour des déplacés a été rendu possible, parallèlement au processus de reconstruction de l’État. Comment se reconfigure le pouvoir municipal après la tenue des élections de 1998 et deux années de gestion par la nouvelle équipe municipale ? La municipalité se recentre-t-elle sur le village ou conserve-t-elle son caractère bipolaire renforcé durant la guerre civile à la faveur du mouvement des déplacés ? Notre hypothèse est que la nouvelle équipe s’emploie à conférer à la municipalité de Joun un caractère translocal, tant par son mode de fonctionnement que par ses référents identitaires. S’il n’y a pas de rupture radicale avec les pratiques bipolaires de la municipalité, celles-ci sont toutefois reproduites selon de nouvelles modalités.

  • 5 Voir par ailleurs les débats sur les local communities dans le contexte des années 1920 à 1970 (éco (...)
  • 6 L’estimation du nombre de déplacés au Liban varie selon les sources. Il serait de 900 000 selon Fao (...)
  • 7 Ce phénomène a été étudié dans d’autres contextes à partir de l’observation du processus de globali (...)

4Ces questions que pose le cas de Joun s’inscrivent dans une interrogation plus large sur le sens du local en mutation. Les communautés locales ont longtemps été associées à des entités inscrites dans un espace local aux contours géographiquement délimités, régies par des relations de proximité (face to face relations) et par la répétition de pratiques quotidiennes5. L’expérience de certaines municipalités libanaises, et en particulier celles des villages d’émigrés ou de déplacés6, autorise cependant à questionner la signification d’un local qui traverse les frontières. Elle permet notamment d’appréhender le phénomène d’éclatement du local ou de la translocalité7, laquelle s’observe dans des situations où des communautés, même distantes de milliers de kilomètres les unes des autres, partagent toutefois la même « communauté de sentiments ».

AUX SOURCES DE LA BIPOLARITÉ : LA GUERRE ET L’ÉCLATEMENT DES TERRITOIRES LOCAUX

5La guerre a entraîné la création de deux réseaux distincts qui prétendent chacun à la gestion de Joun et de ses habitants. Le premier s’incarne dans les commissions populaires mises en place à Joun durant la guerre civile. Il met en œuvre un mode de gestion locale en rapport très étroit avec le territoire dans la mesure où ces commissions siègent à Joun. Le second réseau se construit hors de l’espace géographique de Joun et se tisse dans les espaces sociaux où circulent les déplacés de Joun, essentiellement à Beyrouth et dans sa banlieue est.

Commissions populaires et nouveaux modes de gestion locale à Joun durant la guerre

  • 8 Marqués par les idéologies révolutionnaires de l’époque, ces étudiants, environ une cinquantaine, é (...)

6De 1975 à 1990, des commissions populaires (liğān ša’biyya), dirigées par les diverses forces politiques qui tiennent tour à tour militairement le territoire, administrent le village de Joun. Elles doivent garantir la « sécurité » du territoire et se chargent également d’assurer l’approvisionnement du village en produits de première nécessité (pain, blé, essence, etc.). Trois commissions se sont succédé à Joun durant la guerre. La première, entre 1975 et 1982, était composée de forces de gauche et d’organisations palestiniennes (comme le Parti communiste libanais (PCL), le Fath ou le Front populaire de libération de la Palestine). Ses membres étaient pour la plupart d’anciens étudiants de l’Université libanaise à Beyrouth, rassemblés dans les années 1960 et 1970 au sein de l’association culturelle de Joun (al-rābia al-aqāfīyya), qui constituait alors pour eux un terrain d’expression et de lutte contre les privilèges des grandes familles du village8. En 1982, suite à l’invasion israélienne, les FL deviennent la nouvelle force militaire de la région et mettent en place une nouvelle commission à Joun. La population chiite, quotidiennement menacée et humiliée, est contrainte à l’exode, vers Beyrouth-ouest et les villes du Sud (Saïda en particulier et Nabatiyeh dans une moindre mesure). Le 28 avril 1985 marque un nouveau tournant dans la guerre. Confrontées au recul de l’armée israélienne et à l’avancée des milices du PSP et du mouvement Amal, les FL doivent fuir Joun et le Chouf entraînant dans leur mouvement les populations chrétiennes (Bonne & Jebahi, 1999).

  • 9 Sur le rôle de l’Administration civile de la Montagne, voir la contribution d’Isabelle Rivoal dans (...)
  • 10 Les chiites de Joun insistent toujours sur le fait que les maisons et les terrains appartenant aux (...)
  • 11 Il est notamment intervenu comme intermédiaire dans les négociations entre familles musulmanes et c (...)

7Jusqu’en 1990, Joun reste vidée de sa population chrétienne. Elle est administrée par une nouvelle commission populaire placée sous les ordres des miliciens du PSP qui ont mis en place dans la montagne du Chouf une administration civile (idāra madaniyya) chargée de gérer les affaires publiques de la région9. La commission effectue alors les services traditionnellement assurés par la municipalité tel que le ramassage des ordures. Mais surtout, elle organise la gestion des biens des déplacés. Sous son égide, les maisons des déplacés chrétiens sont distribuées à des familles chiites de Joun ainsi qu’à certaines familles de réfugiés venant de villages occupés par Israël. Les terres des déplacés sont distribuées pour être mises en valeur. L’Administration civile se charge également de récolter des impôts sur les maisons et les terres en faisant appel à des intermédiaires à Joun, proches de la population résidente dans le village. C’est le cas par exemple de Samir I. Il était, de 1985 à 1990, un des responsables du bureau mis en place par l’ACM sur la place publique du village (al-sāa). Ce bureau avait recensé l’ensemble des biens (maisons et terrains) abandonnés par les déplacés chrétiens pour les distribuer ensuite aux habitants de Joun10. Issu d’un des très rares mariages inter-religieux du village (sa mère est maronite et son père chiite), Samir I. a pu utiliser cette « identité intermédiaire » pour construire son pouvoir dans la configuration de la guerre et pour s’imposer, après 1990, dans les négociations pour le retour des déplacés dans le village11. Sa connaissance précise des propriétés de Joun, acquise lors de son expérience dans la commission qui distribuait les terres et les maisons des déplacés, lui permettra de consolider son pouvoir et de se faire élire mukhtār en 1998.

8Parallèlement à la mise en place des commissions populaires, l’institution municipale se déplace vers la capitale. Elle n’a plus d’existence sur le terrain à Joun, bien qu’elle ne soit pas officiellement dissoute. Elle reste active, à l’image de son président, en organisant depuis Beyrouth la gestion des déplacés de Joun.

La municipalité en exil et la création d’un nouveau pôle du pouvoir local de Joun à Beyrouth

  • 12 Avant 1998, il n’y avait qu’un seul mukhtār à Joun, dont le poste était attribué traditionnellement (...)
  • 13 Les déplacés de Joun se sont surtout installés dans les quartiers de Beyrouth-est et du Matn : Furn (...)
  • 14 Ainsi, entre 1920 et 1998, le poste de président de la municipalité a été occupé successivement par (...)

9L’installation des déplacés de Joun à Beyrouth a pour effet de délocaliser une part du pouvoir local du village à Beyrouth. Certains acteurs locaux, notamment le président de la municipalité et le mukhtār12, poussés eux aussi par le mouvement de déplacement forcé, tentent de reproduire leurs pouvoirs dans ce nouvel espace social de Joun qui se reconstruit à Beyrouth et dans sa banlieue est13. Ainsi, le mouvement qui s’observe à Beyrouth est moins l’émergence de nouveaux acteurs du pouvoir local que la consolidation, dans un nouvel espace social, du pouvoir de personnalités traditionnellement influentes de Joun. Celles-ci appartiennent aux grandes familles de Joun, reconnues dans l’histoire du village comme des familles de notables, de grands propriétaires terriens depuis plusieurs générations, ayant par ailleurs souvent fourni le village en dirigeants14.

  • 15 Source : archives personnelles de M. Hanna, président de la municipalité de Joun de 1963 à 1998, do (...)

10Cette consolidation du pouvoir du président de la municipalité et du mukhtār à Beyrouth se fait dans le cadre d’une structure institutionnelle créée pour l’occasion : le comité des déplacés, mis en place à Beyrouth en juin 1985, soit deux mois après le déplacement forcé des populations chrétiennes de Joun. Dans ce comité, sont représentées la plupart des grandes familles chrétiennes de Joun (Hanna, Khoriaty, Chami, Ziadé, Jawich, Doumit, Roukoz, Rouphael). Cette structure est chargée de s’occuper des déplacés de Joun dans leurs nouveaux espaces d’installation. Les statuts du comité précisent ses buts essentiels : garantir des logements aux déplacés et étudier les modalités d’un éventuel retour15. Divisé en six commissions, chargées respectivement de la recherche de logements, d’emplois et d’écoles ainsi que de la centralisation des fonds d’aide aux déplacés, ce comité est organisé dans ses grandes lignes sur le modèle d’une municipalité. Dans la pratique quotidienne, il est en fait dirigé essentiellement par le président de la municipalité élu en 1963, assisté du mukhtār, qui prennent en charge les déplacés dès leur arrivée au port de Beyrouth, les hébergent dans des centres religieux, des couvents ou des écoles du Kesrouane et s’efforcent de leur fournir les produits de première nécessité : nourriture, matelas, couvertures, vêtements. L’action de ces deux hommes est facilitée par la mobilisation de leurs ressources sociales et personnelles.

  • 16 Le « bureau de la Montagne » a été créé par les Forces libanaises le 1er décembre 1984 dans le but (...)

11Les ressources du président de la municipalité sont multiples et proviennent de différents réseaux dans lesquels il s’inscrit. Sa profession, avocat d’affaires, lui a tout d’abord permis de nouer des liens avec les milieux financiers de Beyrouth. Son origine familiale ensuite, ainsi que son titre de président de la municipalité, lui assure des entrées dans le monde politique beyrouthin. En tant que grec-catholique enfin, il se pose en défenseur de la cause des déplacés chrétiens pendant la guerre et reçoit à ce titre le soutien moral et matériel de l’Église grecque-catholique. Il bénéficie aussi de faveurs de certains acteurs dont le pouvoir s’est affirmé au cours de la guerre, tels que Georges Adwan, membre-responsable du « bureau de la Montagne »16 Cet ensemble de relations permet au président de la municipalité de continuer, hors de Joun, à exercer son pouvoir de notable en redistribuant des services aux déplacés. Son action en direction des déplacés à Beyrouth manifeste en quelque sorte la continuité du pouvoir de la municipalité. La municipalité, à travers son représentant officiel, maintient une certaine existence, même sortie de ses frontières administratives. Elle continue à fonctionner en s’adaptant aux nouvelles données de la guerre, c’est-à-dire en s’adressant aux milices implantées à Beyrouth-est et au Kesrouane, ainsi qu’aux leaders communautaires religieux, pour obtenir des aides ou des services que l’État n’est plus en mesure d’octroyer.

12Ainsi, deux réseaux de pouvoir émanant de Joun coexistent pendant la guerre. Ces deux réseaux déterminent deux territoires parallèles : celui de la commission populaire à Joun et celui constitué par le président de la municipalité et le mukhtār en exil à Beyrouth. Ces deux réseaux ne sont toutefois pas totalement déconnectés l’un de l’autre puisqu’à certaines occasions des liens se nouent entre eux et ils interagissent.

Recompositions des territoires et liens translocaux entre Joun et Beyrouth

13Malgré l’impossibilité pour les déplacés vivant à Beyrouth de se rendre à Joun entre 1985 et 1990, et en dépit des difficultés techniques de communication en période de guerre entre les réseaux de Beyrouth et le village, certains types de liens translocaux sont en effet maintenus, essentiellement partrois médiateurs : le président de la municipalité, représentant la municipalité en exil ; un membre de la lağna ša‘biyya, résident à Joun et juge de profession ; et le mukhtār, seul déplacé autorisé à se rendre au village occasionnellement.

14Le mukhtār apparaît en effet comme un personnage-clé dans cette triade. Outre les liens privilégiés qu’il entretient avec certains responsables du PSP en charge de l’ACM, il est chargé de tenir les registres d’état civil et c’est donc à lui que la population inscrite à Joun s’adresse pour obtenir les documents nécessaires pour un mariage, divers papiers d’identité ou encore la reconnaissance officielle de propriétés foncières. Ses fonctions confèrent donc à ce fils d’une grande famille de propriétaires terriens de Joun un véritable pouvoir lié à la terre. Et c’est justement autour de la question des ventes de terrains que nous pouvons lire la meilleure illustration de ces liens construits pendant la guerre entre Beyrouth et Joun, ainsi que l’affirmation d’un pouvoir basé sur le contrôle des opérations foncières.

  • 17 Entretien avec le père Nabil, couvent Saint-Sauveur, 4-8-1999.

15Jusqu’à ce que des ressortissants de Joun se rendent propriétaires de terrains au début du xxe siècle, les terres de Joun appartenaient à la famille féodale druze des Jumblatt, qui a donné, au début du xviiie siècle, à la congrégation des Salvatoriens un terrain situé au dessus du village. En 1711 y fut construit le premier bâtiment du couvent Saint-Sauveur17. Au cours du xixe siècle, la congrégation a ensuite acheté à Joun une superficie importante de terrains appartenant aussi à la famille Jumblatt, et sur lesquels travaillaient des métayers. Puis au début du xxe siècle, la famille Abdel Nour, une des plus riches du village, acheta à la famille Jumblatt un grand nombre de terrains dont elle distribua ensuite une partie à ses métayers. Mais les terres de Joun ne sont pas enregistrées au cadastre. L’État n’a jamais effectué de repérage topographique pour délimiter les limites des terrains et identifier leurs propriétaires. Ainsi, traditionnellement, lorsqu’une personne veut vendre une terre à Joun, un expert topographe établit les limites de la terre après discussion avec tous les propriétaires des terrains voisins. En dernière instance, c’est le mukhtār qui donne le ‘ilm wa-l abar, le titre de propriété officiel. Cette prérogative a considérablement renforcé le pouvoir du mukhtār durant la guerre, dans la mesure où le marché des terres devint très florissant à Joun. Certains chrétiens déplacés étaient désireux de vendre leurs terres afin de s’assurer un capital pour s’installer à Beyrouth alors que la demande augmentait chez les entrepreneurs chiites ayant fait fortune dans le Golfe. Les déplacés ne pouvant se rendre physiquement à Joun, c’est le mukhtār grec-catholique qui fit fonction d’intermédiaire. Cette position exceptionnelle permit à ce dernier de retirer des bénéfices non négligeables de ces opérations, de renforcer sa clientèle politique, et explique probablement sa réélection en 1998.

16Dans ces transactions, les rôles du président de la municipalité et du juge membre de la commission populaire à Joun ont été également déterminants. Le premier intervenait principalement dans les opérations commerciales concernant les terres jouxtant une propriété municipale, facilitant la reconnaissance de la propriété de la terre. Le second, en lien direct avec les résidents de Joun et interlocuteur reconnu par les chiites à la recherche de terres, assurait en sa qualité de juge la couverture juridique de l’ensemble des opérations. Ainsi, le contrôle des procédures d’achat et de vente de terres permit à quelques individus d’accumuler et de concentrer un pouvoir social et politique entre leurs mains. À la fin de la guerre, coexistent deux acteurs principaux légitimés à gérer les affaires de Joun (le comité des déplacés à Beyrouth et la commission populaire à Joun). Dans les négociations sur les listes électorales de 1998, ces deux acteurs ne réussissent cependant pas toujours à conserver leurs pouvoirs, face à l’émergence de nouveaux acteurs locaux.

LES NÉGOCIATIONS AUTOUR DE LA FORMATION DU CONSEIL MUNICIPAL : ANCIENS ET NOUVEAUX ACTEURS

17Entre la fin de la guerre et l’élection d’une nouvelle municipalité, la configuration des acteurs impliqués dans la gestion des affaires de Joun se recompose. Tandis que le pôle beyrouthin s’active dans la question du retour des déplacés, en participant aux négociations pour obtenir des aides à la reconstruction de leurs maisons, la commission populaire de Joun disparaît en tant qu’institution en 1991 à la suite de la dissolution de l’ACM et au moment du déploiement de l’armée libanaise dans la Montagne. Parallèlement, un nouveau groupe, les šabāb (jeunes) de Joun, émerge sur la scène locale. Pour comprendre le rôle de chacun de ces acteurs dans les négociations préalables à la constitution des listes électorales de 1998, un bref rappel de leur implication dans les affaires du village depuis 1990 semble nécessaire.

Retour des déplacés et émergence de nouveaux acteurs

  • 18 Le préambule et l’article 4, section 2 de l’accord de Taëf établissent les bases légales pour le re (...)

18Avec l’entrée de l’armée à Joun en 1991, le retour des déplacés chrétiens est en partie possible. Il est négocié à deux niveaux : tout d’abord à un niveau national et régional entre les principaux leaders de la région, « vainqueurs » de la guerre ; et en parallèle à Joun même, dans le cadre de la restitution des maisons, entre les représentations locales des partis politiques, les notables locaux et les familles de Joun. Ces négociations s’inscrivent en fait dans un mouvement général en faveur du retour des populations chrétiennes dans les villages du Chouf en particulier, et du retour de l’ensemble des déplacés en général, inscrit dans l’accord de Taëf et sur l’agenda du gouvernement libanais18.

  • 19 En fait, le président de la municipalité a bien essayé d’intervenir dans les élections en proposant (...)
  • 20 – Cette faible proportion des retours s’explique par le fait que les familles ont construit leur vi (...)

19Dans le cas de Joun, les principaux acteurs de la négociation sont Walid Jumblatt, leader du PSP et Nabih Berri, leader d’Amal. Le président de la municipalité, ministre d’État à partir de 1992 et résidant toujours à Beyrouth à cette époque, y participe activement, bien qu’il ne soit pas directement présent lors des négociations pour les élections municipales19. Les négociations mobilisent également les notables locaux (comme le mukhtār revenu dès 1991 s’installer à Joun, ou encore Samir I.) et les familles influentes de Joun. À la veille des élections municipales, la quasi-totalité des déplacés ont récupéré leurs biens mais seuls 10 % d’entre eux sont revenus s’installer à Joun20. Parallèlement, dans le village, un nouvel acteur local apparaît.

L’émergence d’un nouvel acteur local : le groupe des šabāb de Joun

20Parmi les nouveaux acteurs qui émergent à Joun à la faveur de ces négociations, le groupe des šabāb de Joun est sans doute le plus actif dans la localité. Il apparaît comme le relais de la précédente commission populaire dans la mesure où c’est lui qui organise pendant la période de transition la gestion quotidienne des affaires publiques. Dirigé par un membre d’une grande famille de notables du village, il réunit une vingtaine de jeunes de 18 à 30 ans environ, tous résidents de Joun. Il est en outre soutenu par le député Abdel Nour, bienfaiteur local grec-catholique.

  • 21 Entretien avec le responsable des šabāb, Joun, 24-7-1999.

21Dès le début des années 1990, les šabāb de Joun organisent des activités de nettoyage des rues, installent des poubelles publiques portant leur sigle, se mobilisent pour rénover le réseau de distribution d’eau, aménagent un stade de football et y organisent des compétitions. Ils cherchent ainsi à pallier la carence d’institutions officielles, et notamment de la municipalité, et marquent en même temps leur territoire21. Leur ambition est de développer une sorte d’auto-gestion de la commune. Leur audience s’accroît entre 1990 et 1998, d’autant qu’en 1997, ils se mobilisent dans le cadre du Rassemblement pour la tenue des élections municipales : ils mènent alors une série d’activités d’information et de formation sur l’action municipale et diffusent la pétition réclamant au gouvernement libanais d’organiser rapidement des élections. Environ 700 signatures sont récoltées à Joun. Le responsable du groupe, de confession chiite, sera candidat au poste de vice-président du conseil municipal, mais il ne sera pas élu, de même que la majorité des membres de sa liste, la liste « de la décision ».

Les élections municipales entre divisions familiales et enjeux communautaires

22Deux listes vont s’affronter lors de l’élection municipale, laquelle a été marquée par la mobilisation des solidarités familiales, confessionnelles et clientélistes, comme dans de nombreuses autres localités du Liban. Au cœur des débats qui ont présidé à la constitution des listes, la question de la représentation communautaire est restée centrale, bien qu’en principe les élections municipales n’obéissent pas à la règle des quotas communautaires. Cette question est particulièrement sensible dans le cas de Joun, dans la mesure où elle recouvre largement les contours du divorce entre « pays légal » (60 % de chrétiens inscrits sur les listes électorales) et « pays réel » (plus de 90 % de la population résidente à Joun est chiite), accentué ici par le dernier déplacement des chrétiens en 1985.

  • 22 Voir le quotidien al-Nahār, 19 mai 1998.

23La première liste électorale formée a été la liste « de la décision » annoncée le 18 mai 1998, soit une dizaine de jours avant le scrutin22. Soutenue par le député-za’īm (leader) de la région, originaire de Joun, elle est présidée par un avocat maronite résidant à Beyrouth. Cette dernière candidature provoque une vive opposition dans la mesure où la présidence de la municipalité revient selon la coutume du village à un grec-catholique. Une seconde liste, dite « de l’union » et présidée par un grec-catholique, est alors formée. L’enjeu pour la communauté chrétienne majoritaire à Joun était de taille : maintenir sa suprématie sur la municipalité et surtout, par la même occasion, refuser tout changement de la tradition car, disaient certains, accepter un président de municipalité maronite serait la porte ouverte à tous les changements dans l’avenir, c’est-à-dire, éventuellement, à l’élection d’un président de municipalité chiite.

  • 23 Les familles Chami, Khoriaty, Jawich, Fawaz, Nachef, Borkhoch, Sleiman, Nabaa, Farah parmi les grec (...)

24Quinze postes étaient à pourvoir et chaque liste proposait ainsi 15 candidats. La liste « de la décision » présentait 4 maronites, 5 catholiques et 6 chiites tandis que celle « de l’union » présentait 6 catholiques, 7 chiites et 2 maronites. En deçà des divisions confessionnelles, la constitution des listes s’est en fait opérée en fonction du poids des familles de Joun. Toutes les familles traditionnelles devaient être représentées23. À l’intérieur de chaque grande famille élargie, de premières négociations devaient permettre de désigner un représentant accepté par tous. Certaines familles se sont pourtant divisées et ont présenté un candidat dans chaque liste ; c’est le cas par exemple des familles Saleh et Ziadé. D’autres ont conclu des alliances, au-delà des frontières confessionnelles, pour assurer un maximum de voix à leur candidat. Ces échanges de voix ont été négociés soit entre familles traditionnellement liées dans un rapport clientéliste, soit entre familles propriétaires terriennes d’origine féodale et celles qui travaillaient traditionnellement sur leurs terres (par exemple entre les familles Khoriaty et Ghosn). Les négociations sont ainsi menées à plusieurs niveaux, entre plusieurs acteurs et c’est la combinaison de ces niveaux et de ces acteurs multiples qui donnent sens au résultat. Les négociations se déroulent d’abord au sein de chaque famille et à l’intérieur de chaque communauté. Ainsi, les candidats grecs-catholiques ont été désignés au cours de réunions organisées à l’église Saidé, sous l’autorité des représentants du waqf grec-catholique du village.

25Une autre ligne de fracture apparaît en filigrane dans la composition des deux listes. Tandis que la liste « de la décision » compte en majorité des candidats ayant vécu la période de la guerre au Liban (à Joun ou ailleurs), la liste « de l’union » a regroupé des individus dont la trajectoire est fortement marquée par une émigration en Europe. Cette distinction fut présente dans les discours au moment de la campagne électorale, sous la forme d’un « conflit de légitimité » à représenter la population locale. Aux arguments des premiers, défendant leur plus grande proximité avec la population de Joun parmi laquelle ils vivaient, ainsi que leur expérience acquise en matière de gestion des affaires internes de la localité depuis la fin de la guerre dans le cadre du groupe des šabāb de Joun, la liste « de l’union » opposait le caractère « neuf » de ses candidats qui n’avaient pas vécu la période de la guerre au Liban, écartant ainsi toute critique de participation partisane ou de collaboration aux actes de guerre. Elle présentait aussi ses membres comme des gestionnaires « modernes », ayant à la fois au cours de leur migration réussi à accumuler un fort capital social tout en préservant des liens avec le village à partir de la permanence des réseaux familiaux. Ce dernier clivage est donc apparu beaucoup plus fort que d’autres, comme par exemple les divergences partisanes, qui n’ont pas empêché des inscriptions sur une même liste : des membres des FL, du PCL et du Hizbollah se sont en effet retrouvés côte à côte.

  • 24 Entretien avec O. Chamseddine, Beyrouth, 13-4-1999.

26L’apparition d’une deuxième liste révéla au grand jour les conflits d’origine confessionnelle et familiale dans le village. Désormais, puisqu’une liste proposait comme président un maronite, et l’autre un grec-catholique, l’enjeu devenait en fait la représentation chiite dans chacune de ces listes. La stratégie des chiites, toutes tendances confondues, fut de soutenir la liste qui leur accorderait le plus de sièges. C’est ce qui explique qu’ils ont voté en plus grand nombre pour la liste « de l’union » qui présentait 7 chiites tandis que sa rivale n’en présentait que 624. À la suite des tensions créées par la question de la représentation chiite, trois candidats, initialement membres de la liste « de la décision », se retrouvèrent dans celle « de l’union ». L’un d’eux négocia son transfert contre la promesse du poste de vice-président dont il n’avait pas réussi à obtenir la garantie en cas de victoire de la liste « de la décision ». Son retrait de cette dernière liste était en outre motivé par un conflit avec un autre candidat chiite de la même liste qui ambitionnait également la vice-présidence. Les résultats des élections montrent que le vote a été dans une large mesure déterminé par les appartenances communautaires. Les listes des électeurs étant propres à chaque confession, il y avait 7 urnes dans chaque bureau électoral (2 pour chaque confession principale, une pour les hommes et une autre pour les femmes, et une pour les minorités). Les résultats des élections présentent donc le nombre de voix obtenu par chaque candidat en fonction de la communauté confessionnelle et du sexe des votants.

Tableau 1 – Nombre de voix attribuées à chaque candidat par bureau de vote (1998) :

Tableau 1 – Nombre de voix attribuées à chaque candidat par bureau de vote (1998) :

Sources de la municipalité.

27Ces élections ont confirmé, au-delà des clivages familiaux et communautaires, le caractère bipolaire de Joun. La liste « de l’union », qui a remporté les élections (en obtenant 11 sièges sur 15), s’est appuyée en grande partie sur cette part de Joun qui vit à Beyrouth et qui représente plus de la moitié des électeurs. Durant sa campagne, la liste avait ainsi ouvert à Mkallès, dans la banlieue est de Beyrouth, un bureau de propagande qui organisait gratuitement les déplacements allers et retours entre Beyrouth et Joun, encourageant ainsi les électeurs de Beyrouth à se rendre dans leur village pour le vote.

28Ainsi, entre la fin de la guerre en 1990 et l’élection d’une nouvelle municipalité en 1998, on assiste à une recomposition des acteurs locaux. Le mukhtār de 1963 est réélu. Mais l’ancien président de la municipalité, devenu ministre d’État du gouvernement Hariri intervient moins directement dans les affaires locales de Joun, gérées en partie par le groupe des šabāb. Depuis les élections, ce dernier et le nouveau président de la municipalité semblent se disputer la gestion du territoire.

GESTION MUNICIPALE ET RÉSEAUX TRANSLOCAUX

29La gestion municipale manifeste depuis deux ans le caractère translocal de la municipalité. Les membres du conseil municipal tentent ainsi de relier par leurs pratiques les réseaux beyrouthins de Joun à ceux ancrés sur le territoire municipal. Nous l’avons dit en introduction, les deux tiers des conseillers résident toujours à Beyrouth, et la moitié de ceux qui résident à Joun travaillent à Beyrouth. En réalité, la gestion quotidienne est assurée par le président et le vice-président.

Profils d’acteurs translocaux

  • 25 Il possède en effet un cabinet médical à Mkallès où il réside depuis 1992 et, parmi sa clientèle, o (...)
  • 26 À titre d’exemple, depuis son élection, le nouveau président tente d’imposer de ne plus étendre le (...)
  • 27 Ce partenariat a débuté par la visite de quatre membres de la municipalité de Joun à Aix-en-Provenc (...)

30Âgé d’une cinquantaine d’années, le nouveau président du conseil municipal de Joun est médecin. La pratique de sa profession, dans la banlieue est de Beyrouth, lui a permis de mieux connaître la population déplacée25. Il a grandi à Beyrouth et ne connaît réellement Joun qu’à travers les week-ends ou les vacances qu’il y a passés. Ses parents résident depuis longtemps à Beyrouth et y ont même transféré leur état civil. La famille conserve cependant un fort sentiment d’appartenance au village d’origine. Naturalisé français, suite à un long séjour en France de 1984 à 1992, il est en outre représentant des Socialistes français au Liban, titre qu’il pourrait faire valoir pour obtenir un accès privilégié à Walid Jumblatt. Sa trajectoire montre l’importance du moment migratoire dans sa formation. C’est en effet en France qu’il a fait ses études universitaires et qu’il a acquis certaines idées sur le développement local qu’il tente de mettre en pratique à Joun, notamment en matière d’écologie, d’espaces publics et de citoyenneté26. C’est aussi dans ce pays d’émigration qu’il a noué des relations et a constitué des réseaux qu’il utilise aujourd’hui pour financer des projets municipaux à Joun. Ses accointances au Parti socialiste français lui ont permis de mettre en place un partenariat avec la municipalité socialiste d’Aix-en-Provence et d’assurer un soutien pour l’aménagement de la médiathèque de Joun27.

  • 28 Il s’agit des taxes municipales (soit 10 % des factures d’eau, de téléphone et d’électricité) que c (...)

31Le vice-président, un avocat d’une cinquantaine d’années, a une trajectoire sensiblement identique à celle de son président. Comme lui, il a passé plusieurs années de formation en Europe et il a toujours vécu le reste du temps à Beyrouth. Avocat d’affaires, il est souvent sollicité au sein du conseil municipal pour traiter les questions financières. C’est lui par exemple qui a mené au printemps 2000 les négociations avec l’Office des eaux, le service du téléphone et de celui de l’électricité, pour recouvrer les sommes dues à la municipalité par ces organismes28. Par ailleurs, il rencontre quasi quotidiennement à Beyrouth le président pour régler les questions relatives à leur municipalité. Le reste du conseil municipal, composé essentiellement de médecins et d’ingénieurs, se réunit deux fois par mois le samedi à Joun.

  • 29 Nous avons mentionné que le mukhtār du village est le seul habilité à fournir les documents relatif (...)

32Ces deux acteurs-clés de la gestion municipale de Joun illustrent parfaitement la dynamique de réseaux translocaux sous-jacente au fonctionnement de la vie du village. En effet, du fait du processus migratoire, les membres d’une même famille et originaires d’un même quartier ne partagent pas forcément leur vie quotidienne dans le même espace. Ils vivent aussi bien à Joun, qu’à Beyrouth, Paris, Berlin, Détroit, Abou Dhabi ou Sydney. Toutefois, l’identité locale et familiale reste toujours aussi importante. Elle est renforcée par les lois sur le statut personnel, d’autant plus que les Libanais changent très rarement de lieu d’enregistrement civil29. Les groupes de parenté forment donc souvent des réseaux sociaux qui traversent les frontières locales, régionales ou nationales, et les échanges sont facilités par les nouvelles formes de communication. À Joun, l’utilisation de l’internet est ainsi devenue pratique courante, en particulier au sein de la jeune génération. Un cyber-café, « Joun on-line », est ouvert dans le village depuis 1999. Géré par un membre de la municipalité résidant dans le village, c’est un lieu très fréquenté. La municipalité a elle-même créé son propre site sur lequel les ressortissants de Joun des quatre coins du monde peuvent laisser un message pour exprimer leur attachement à leur localité d’origine. Ce site municipal favorise donc l’émergence d’un de ces villages « pluri-locaux » ou « translocaux » et entretient des « habitats de sens » ou une « communauté de sentiment » (Hannerz, 1996, p. 22) entre des personnes très proches et physiquement très éloignées les unes des autres. Les conseillers municipaux s’inscrivent tout à fait dans cette logique, dans la mesure où ils sont reliés dans leur pratique de la gestion municipale à l’ensemble de ces réseaux translocaux.

Les réalisations de la municipalité au service des intérêts des Jouniens de Beyrouth ?

  • 30 Les ressortissants de Joun ont été encouragés à faire des dons de livres pour la bibliothèque et le (...)
  • 31 Dans divers entretiens réalisés dans le village au cours de l’été 2000, de nombreux résidents criti (...)

33Les réalisations de la municipalité répondent à la volonté du président de la municipalité d’encourager la fréquentation (même de manière éphémère le week-end) des ex-déplacés de Joun dans leur village. La politique du conseil municipal est ainsi en fait fortement orientée vers les intérêts et les demandes supposées de ceux qui habitent Beyrouth. C’est dans ce sens que la municipalité réalise des projets d’embellissement du village (jardins publics, trottoirs réaménagés) et crée des espaces visant d’abord à attirer la jeunesse beyrouthine à Joun : l’ouverture d’un café-trottoir et l’aménagement d’une médiathèque30 ont été effectués dans ce sens en l’an 2000 ; la création d’un stade de football est encore à l’état de projet31.

34En s’ouvrant largement sur des réseaux translocaux afin de faire profiter Joun de leurs ressources, la nouvelle municipalité met ainsi en exergue son caractère multipolaire. Pourtant, sa gestion contribue, même implicitement, à entretenir la division entre résidents et non-résidents, et de fait, à renforcer la division communautaire : d’une part, les réalisations de la municipalité répondent prioritairement à la volonté de servir les ex-déplacés ; d’autre part la question de la réconciliation est évacuée des débats municipaux.

Municipalité, déplacés, mémoire et réconciliation

  • 32 Selon les deux acceptions de la réconciliation proposées par Bahout, 1999.

35Entre réconciliation mythique ou unanimiste et réconciliation pluraliste32, les discours des habitants de Joun sur la guerre penchent plutôt vers la première acception. Trois types de discours, non exclusifs l’un de l’autre, sont en effet véhiculés par la population : le premier consiste à nier le passé ( « il n’y a pas eu de guerre à Joun ») ; le second diffuse la thèse du complot de l’étranger, qui peut servir de base au renouement du lien social ( « les problèmes qu’a connus Joun durant la guerre proviennent tous d’acteurs étrangers à Joun : les Israéliens ou les milices druzes ») ; le troisième se réfère à un cadre de vie antérieur à la désagrégation des liens dans la guerre civile, exprimant un consensus autour d’une version mythique du passé.

  • 33 En 1994, le ministère des Déplacés avait mis en place un programme pour encourager la réconciliatio (...)

36Une des modalités de la réconciliation dans les villages de déplacés comme Joun s’exprime dans le jeu du rapport entre amnésie et mémoire, essentiel pour prétendre à la reprise d’une vie commune. Face à la mémoire de la guerre, les élus municipaux de Joun ont choisi l’amnésie, suivant ainsi l’attitude officielle consensuelle de l’État libanais face aux « événements ». Le président de la municipalité estime en effet qu’entretenir une mémoire de la guerre serait trop « dangereuse pour le village » : cette attitude risquerait de ranimer de vieilles rancunes et de provoquer des troubles. L’oubli semble ainsi érigé en quelque sorte en mode de gouvernement33. Le choix de la municipalité en la matière est fait au nom de la préservation de la « paix sociale » à Joun, mais il tend également, dans une certaine mesure, à préserver la cohérence interne du conseil municipal : celui-ci regroupe en effet des personnes qui appartiennent à des tendances ou partis politiques autrefois ennemis de guerre. Cette politique de l’oubli est illustrée par la position de la municipalité sur la réouverture de la rābia aqāfiyya, espace de débats et de rencontres jusqu’au début des années 1970, puis de divisions et de combats pendant la guerre. En 1999, le groupe des šabāb de Joun, dont le responsable a été battu aux élections municipales, réclame la réouverture de ce lieu, symbole pour eux du débat libre et des heures de gloire de Joun. La municipalité, propriétaire du local, refuse de ranimer la rābia et a créé, à un autre emplacement du village, un nouvel espace culturel, sous un nouveau nom : la médiathèque municipale. D’autres exemples attesteraient d’une même volonté d’occulter la période de la guerre : la réhabilitation des sites archéologiques et celle de l’ancienne demeure de l’orientaliste Lady Stanhope qui a vécu à Joun au xixe siècle ont l’avantage de revenir à une histoire plus consensuelle dans le village que celle des dernières décennies.

  • 34 Dans le village et particulièrement dans la communauté chiite, on garde de lui le souvenir « d’un c (...)

37Mais la censure de la mémoire de guerre sur la place publique n’efface pas les rancœurs, réduites à l’espace intime des familles et des communautés et susceptibles de resurgir à la moindre étincelle. Au printemps 2000, lors du décès d’un ex-leader local des Forces libanaises, connu dans le village pour avoir été l’un des principaux dirigeants de guerre à Joun entre 1982 et 1985, les tensions sont réapparues dans le village et au sein du conseil municipal34.

38Le cas de Joun montre comment les ressortissants du village (résidents ou non), et en particulier les acteurs de la municipalité, sont engagés dans un processus de construction de leur village au-delà des frontières locales, régionales voire nationales. La production du local se développe ici à travers des relations translocales qui ont émergé des pratiques et des identités des acteurs sociaux.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Appadurai A., 1996, « Sovereignty without territoriality : notes for a post-national geography », in P. Taeger (dir.), The Geography of ldentity, University of Michigan Press, Ann Arbor.

Bahout J., 1999, « Réconciliation », in É. Huybrechts & C. Douayhi (dir.), Reconstruction et réconciliation au Liban, négociations, lieux publics, renouement du lien social, Les Cahiers du CERMOC n  23, Beyrouth, p. 23-26

Bonne E. & Jebahi Y., 1999, « La reconstruction des villages de l’est de Saïda : liens avec la ville et enjeux communautaires », in É. Huybrechts & C. Douayhi (dir.), Reconstruction et réconciliation au Liban, négociations, lieux publics, renouement du lien social, Les Cahiers du CERMOC n  23, p. 93-108.

Faour F., 1995, La géographie du déplacement (en arabe), Naufal, Beyrouth.

Hannerz U., 1996, Transnational connections. Culture, People, Places, Routledge, London.

Kasparian & Beaudouin, 1992, La population déplacée au Liban : 1975-1987, université Saint-Joseph, Beyrouth et université Laval, Canada

Ministère des Déplacés, 1992, La question du déplacement au Liban (en arabe), 1976-1990.

Park R., burgess E. & McKenzie R., 1967, The City. Suggestions for Investigation of Human Behavior in the Urban Environment, University of Chicago Press (1925, 19672), Chicago.

Taeger P., 1996, The Geography of ldentity, University of Michigan Press, Ann Arbor.

Wakim A., 2000, « Quel rôle pour le mukhtār dans la localité ? », in CERMOC, Vie locale, gestion municipale, Document du CERMOC n  7, Beyrouth.

Notes

1 À la fin de la guerre, le nombre de familles déplacées de Joun est estimé à 700. Voir « Quel retour pour quels déplacés ? », Le Commerce du Levant n  5361, 22 juin 1995, p. 49-51.

2 Le tremblement de terre de 1956 a poussé quelques familles du village à s’installer à Beyrouth. L’exode rural s’est accentué dans les années 1960, touchant essentiellement les familles de fonctionnaires en poste à Beyrouth.

3 Selon le président de la municipalité élu en 1998, les listes électorales indiqueraient que la population de Joun est constituée de 40 % de grecs-catholiques, de 40 % de chiites et de 20 % de maronites (entretien avec le président de la municipalité, Beyrouth, 4-9-1998).

4 En 1998. au moment des élections municipales, la population résidente à Joun était composée à 90 % de chiites et à 10 % de chrétiens revenus s’installer dans leur village (entretien avec le président de la municipalité, Beyrouth, 4-9-1998).

5 Voir par ailleurs les débats sur les local communities dans le contexte des années 1920 à 1970 (école de Chicago), notamment Park & Burgess, 1967.

6 L’estimation du nombre de déplacés au Liban varie selon les sources. Il serait de 900 000 selon Faour (1995) ; de 450 000 selon les estimations du ministère des Déplacés (1992) ; de 670 000 selon Kasparian & Beaudoin, 1992, soit 22 % de la population libanaise de 1987. Malgré ces grandes variations dans les estimations, toutes ces sources montrent bien l’importance du phénomène du déplacement qui a touché toutes les régions du Liban.

7 Ce phénomène a été étudié dans d’autres contextes à partir de l’observation du processus de globalisation engendré à la fois par les migrations de populations, la dynamique des réseaux internationaux ou la vitesse des moyens de communication modernes (voir par exemple Taeger, 1996). L’anthropologue Appadurai montre ainsi que divers acteurs sociaux sont continuellement engagés dans des négociations pour définir et produire le local (Appadurai, 1996). En étudiant le rôle des migrants dans ce processus, il tente de comprendre le rôle que joue la distance dans ce processus.

8 Marqués par les idéologies révolutionnaires de l’époque, ces étudiants, environ une cinquantaine, étaient issus de familles des classes moyennes de Joun. Dans la décennie d’avant-guerre, ils se mobilisèrent au sein de la rabia pour tenter d’imposer un nouvel ordre dans le village, basé sur l’égalité dans la laïcité. Nous reviendrons sur la place de cette association dans la gestion locale du village après 1998.

9 Sur le rôle de l’Administration civile de la Montagne, voir la contribution d’Isabelle Rivoal dans cet ouvrage.

10 Les chiites de Joun insistent toujours sur le fait que les maisons et les terrains appartenant aux déplacés chrétiens n’ont pas été saccagés durant la guerre comme cela a été le cas dans la plupart des villages du Chouf. Ils expliquent que le fait d’occuper les maisons et terrains des déplacés les garantissaient contre les saccages des milices du PSP.

11 Il est notamment intervenu comme intermédiaire dans les négociations entre familles musulmanes et chrétiennes lors de l’opération de restitution des maisons à la fin de la guerre. Cette opération s’est effectuée au départ, en 1990, sans le concours de l’État. Il s’agissait encore d’échanges entre individus. Environ 40 restitutions de maisons ont suivi ce processus (entretien avec le mukhtār Samir I., Joun, 4-8-1999).

12 Avant 1998, il n’y avait qu’un seul mukhtār à Joun, dont le poste était attribué traditionnellement à un grec-catholique. En 1998, une décision du ministère des Affaires municipales et villageoises octroie deux postes supplémentaires de mukhtār. Celui dont il s’agit ici est le mukhtār grec-catholique élu en 1963, qui sera réélu en 1998, aux côtés d’un mukhtār maronite et d’un mukhtār chiite, Samir I. Sur le rôle du mukhtār, voir Wakim, 2000.

13 Les déplacés de Joun se sont surtout installés dans les quartiers de Beyrouth-est et du Matn : Furn ech-Chebbak, Aain er-Roummané, Mkallès, Antélias, Beit Meri, etc.

14 Ainsi, entre 1920 et 1998, le poste de président de la municipalité a été occupé successivement par les familles Hanna, Nabaa, Andraos, Khoriaty, Chami, Nabaa, Abdel Nour et Jawich. Le poste de mukhtār quant à lui a été tour à tour occupé au cours du xxe siècle par des personnalités des familles Chami et Khoriaty.

15 Source : archives personnelles de M. Hanna, président de la municipalité de Joun de 1963 à 1998, dossier « déplacés », consultées à Beyrouth le 30 mars 2000.

16 Le « bureau de la Montagne » a été créé par les Forces libanaises le 1er décembre 1984 dans le but de favoriser le retour des déplacés chrétiens dans leurs villages de la Montagne (le Chouf, l’Iqlim el-Kharroub, Aaley et le Haut-Matn) et de répondre aux besoins quotidiens des déplacés chrétiens.

17 Entretien avec le père Nabil, couvent Saint-Sauveur, 4-8-1999.

18 Le préambule et l’article 4, section 2 de l’accord de Taëf établissent les bases légales pour le retour des déplacés. Chaque « réfugié libanais » (par distinction avec les réfugiés palestiniens) a le droit de retourner dans son lieu de résidence d’origine et le gouvernement est tenu de « prendre les mesures pour garantir ce droit ». Un ministère des Déplacés est ainsi créé par le décret n  190 du 4 janvier 1992. En mai 1994, un crédit de 474 400 000 $ est déboursé pour financer le projet de retour. En 1994, le ministère, en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement, met en place un programme visant à faciliter « la réintégration et la réhabilitation socio-économique des déplacés ».

19 En fait, le président de la municipalité a bien essayé d’intervenir dans les élections en proposant de présenter son fils comme candidat mais celui-ci, inconnu à Joun, n’a pas été accepté.

20 – Cette faible proportion des retours s’explique par le fait que les familles ont construit leur vie en ville ; le village, où travail et services restent insuffisants, n’attire plus que ceux qui sont à la retraite.

21 Entretien avec le responsable des šabāb, Joun, 24-7-1999.

22 Voir le quotidien al-Nahār, 19 mai 1998.

23 Les familles Chami, Khoriaty, Jawich, Fawaz, Nachef, Borkhoch, Sleiman, Nabaa, Farah parmi les grecs-catholiques, les familles Saleh, Issa, Chamseddine, Ghosn, Zein, Hijazi, Alaeddine, Nassar, Barbar et Ismail chez les chiites, les familles Doumit, Ziadé, Schmouni, Rouphael ou Samou chez les maronites.

24 Entretien avec O. Chamseddine, Beyrouth, 13-4-1999.

25 Il possède en effet un cabinet médical à Mkallès où il réside depuis 1992 et, parmi sa clientèle, on compte de nombreux ressortissants de Joun.

26 À titre d’exemple, depuis son élection, le nouveau président tente d’imposer de ne plus étendre le linge sur les terrasses qui donnent sur les rues passantes, comme cela se faisait traditionnellement dans le village.

27 Ce partenariat a débuté par la visite de quatre membres de la municipalité de Joun à Aix-en-Provence en février et mars 2000. Le lien avec la municipalité d’Aix s’est fait à travers un ami personnel du président de la municipalité de Joun qui vit à Paris et est responsable des contacts entre le PS français et ses homologues au Liban.

28 Il s’agit des taxes municipales (soit 10 % des factures d’eau, de téléphone et d’électricité) que ces offices doivent reverser aux municipalités. La municipalité reçoit du ministère des Affaires municipales quelque 104 millions de livres libanaises (70 000 dollars) par an (source : Fady Nachef, membre de la municipalité). Elle reçoit aussi des taxes prélevées directement par la municipalité sur les habitations (10 000 livres par an par pièces dans les maisons) et sur les commerces qui possèdent une enseigne.

29 Nous avons mentionné que le mukhtār du village est le seul habilité à fournir les documents relatifs au registre d’état civil pour les personnes dont le patrilignage a toujours été enregistré dans la localité, même si celles-ci n’y habitent plus ou n’y ont jamais résidé. Les élections sont en fait un exemple type d’un moment où les liens translocaux sont mobilisés. Pour voter, les personnes se déplacent ainsi de Beyrouth vers leur village d’origine. Ils viennent même quelquefois de plus loin, de leur pays d’émigration, et leur voyage est souvent pris en charge par les dirigeants politiques locaux.

30 Les ressortissants de Joun ont été encouragés à faire des dons de livres pour la bibliothèque et les déplacés ont largement participé à cette opération (par exemple, le don d’un rayon de la bibliothèque par M. Estephan, originaire de Joun et qui vit actuellement à Beit Meri).

31 Dans divers entretiens réalisés dans le village au cours de l’été 2000, de nombreux résidents critiquaient l’attitude de la municipalité soucieuse de réaliser des projets d’amélioration du cadre de vie alors que les problèmes quotidiens de chômage persistent dans le village.

32 Selon les deux acceptions de la réconciliation proposées par Bahout, 1999.

33 En 1994, le ministère des Déplacés avait mis en place un programme pour encourager la réconciliation locale entre ceux qui revenaient dans leur village et les « résidents locaux ». À la différence d’autres villages de déplacés où la guerre opposant les communautés confessionnelles a été plus sanglante, Joun n’a pas été classé officiellement par le ministère des Déplacés « village de réconciliation ».

34 Dans le village et particulièrement dans la communauté chiite, on garde de lui le souvenir « d’un chef de guerre qui a banalisé la pratique de la torture et qui est responsable des disparus de guerre que les familles continuent toujours à attendre à Joun ». Le corps du défunt, qui vivait à Beyrouth depuis 1985, a été enterré à Joun. Traditionnellement, les cérémonies du deuil regroupent toute la population du village, quelle que soit la confession du défunt. Mais dans ce cas, les musulmans du village ont refusé de participer aux obsèques, attitude qui fut très mal perçue par les chrétiens de Joun. L’événement a entretenu les tensions durant quelques semaines, au cours desquelles le conseil municipal s’est réuni officieusement en deux groupes, divisés selon les appartenances communautaires de ses membres.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Nombre de voix attribuées à chaque candidat par bureau de vote (1998) :
Légende Sources de la municipalité.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

Auteurs

Salma Kojok, doctorante en histoire à l'université de Nantes, chercheur associé au CERMOC.
Anja Peleikis, docteur en anthropologie, chercheur au Centre for Modem Oriental Studies de Berlin.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter