Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Quatrième partie. Dimensions nationales et régionales de la gestion municipale

Beyrouth : la gestion nationale d’enjeux locaux

Élizabeth Picard

Texto completo

1L’ancien siège de la municipalité de Beyrouth était en reconstruction lorsque nous avons achevé notre recherche sur le conseil municipal élu en mai 1998 et ses trente premiers mois de fonctionnement. C’est un beau bâtiment des années 1920, situé au cœur du centre-ville rénové par la société foncière Solidere, une société créée en 1994 par le Premier ministre de l’époque Rafic Hariri pour se substituer aux acteurs publics. Non loin de là, également dans « l’espace Solidere », se trouve le Grand Sérail, siège du gouvernement, et le Petit Sérail, où est installé le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), qui dépend directement du Premier ministre. L’immeuble de la municipalité ne rivalise ni en taille ni en prestige avec les sérails de Beyrouth. Peu de Beyrouthins savent le repérer dans le centre-ville, de même qu’ils ignorent souvent qui sont leurs nouveaux conseillers municipaux, leur mission et leur accomplissement à ce jour.

2Pourtant, la revivification de l’institution municipale à Beyrouth suscite des interrogations particulières au-delà de la question de la participation politique mise à mal par le mode de fonctionnement du pouvoir national dans l’après-guerre. Pendant plus de quinze ans, la ville avait vécu en effet de l’intérieur les divisions qui ont fait éclater l’ensemble du pays en micro-territoires, et elle avait été dominée, et en partie détruite, par des pouvoirs exogènes. Selon quelles modalités allait s’opérer sa renaissance après la réunification ? L’enracinement local et les enjeux spécifiques du pouvoir municipal allaient-ils lui permettre d’échapper aux logiques prévalant à l’échelon central dans l’après-Taëf ?

3Cette recherche menée entre mai 1999 et octobre 2000 n’a pas la prétention de faire un bilan de l’activité du conseil municipal de Beyrouth (CMB) qui n’était alors que dans le premier tiers de son mandat. Elle s’attache à présenter les structures et les procédures d’exercice du pouvoir municipal dans la capitale, à repérer le jeu des acteurs locaux, principalement les 24 conseillers, en regard des valeurs et des modèles dont ils sont porteurs. La compréhension de ce jeu réclame de s’arrêter d’abord sur sa genèse, soit le moment de formation de la liste municipale et les conditions de son succès. Ensuite, compte tenu des contraintes juridiques et financières particulières qui s’exercent sur la municipalité de Beyrouth, elle met en exergue l’étroit contrôle exercé par le pouvoir central sur la municipalité, pour montrer le caractère subordonné et gestionnaire de l’activité du CMB. Dans ces conditions, il était vain de tenter de repérer des orientations de politique publique à Beyrouth, mettant en œuvre des stratégies autonomes de la part du conseil. Aucun chantier majeur, aucune grande question mobilisatrice ne s’est fait jour durant les trente premiers mois d’exercice du CMB. Pour observer les transactions et la prise de décision à l’intérieur du conseil et dans son environnement, nous avons donc retenu un dossier mineur, mais médiatisé et ayant fait l’objet de débats durant toute la période. L’hippodrome fait en effet partie de la plus grande propriété foncière municipale dans la ville. C’est un espace chargé de valeur symbolique, par sa situation géographique, par son histoire et ses liens avec les élites aristocratiques de la ville, mais aussi un lieu de fréquentation populaire. C’est également un espace chargé de valeur marchande eu égard au coût du foncier dans la ville et grâce aux revenus des courses. Le conseil élu en 1998 n’a pas manqué de comprendre que c’était un enjeu de pouvoir, et de le traiter comme tel.

4Dévoilé par la négociation à l’intérieur du CMB, l’enjeu de pouvoir se situe cependant moins entre les conseillers qu’entre l’État et la ville, entre le gouvernement et la municipalité, entre les élites du centre et les élites intermédiaires, voire périphériques, que sont les conseillers. Loin du modèle de l’autonomie municipale, et encore plus de celui de la démocratie locale, le CMB est enchâssé dans une domination patrimoniale où le politique prime dans la production et la répartition des richesses, si bien que l’élaboration de la décision au niveau local est subordonnée aux intérêts stratégiques de patrons appartenant aux cercles du pouvoir à l’échelon national. Pour analyser la place et les fonctions du CMB dans ce système d’acteurs, nous prendrons appui sur des réflexions à propos du clientélisme et de son adaptation à la modernité techniciste et administrative.

  • 1 Les informations et précisions citées sans référence nous ont été fournies par les interlocuteurs (...)

5Un autre paradigme s’impose à l’analyse du fait municipal à Beyrouth, nonobstant la non-existence des quotas confessionnels dans la loi électorale de 1947 réaffirmée en 1977 : celui du communautarisme. La vie publique de la capitale, marquée par les oppositions virulentes de la guerre entre sa partie ouest à majorité musulmane et sa partie est chrétienne, s’inscrit implicitement dans un système qui respecte la proportionnalité et les équilibres intercommunautaires, et où la prise de décision passe par une recherche d’accommodements dans lesquels chaque segment influe proportionnellement. Même si ce cadre communautaire n’explique pas le fonctionnement du CMB et le caractère dominé de l’instance municipale, il les rend compréhensibles à l’ensemble des acteurs, y compris aux conseillers eux-mêmes, et contribue ainsi à la légitimation de ce fonctionnement. Notre hypothèse est qu’en imposant son sens aux acteurs locaux, il contribue à dissoudre les problématiques municipales dans le jeu politique national1.

UNE INSTANCE ENSERRÉE DANS DES LOGIQUES CLIENTÉLAIRES

  • 2 Ce constat se base sur les réponses au questionnaire n 2 (adressé aux conseillers des grandes vil (...)
  • 3 C’est-à-dire 1) cumulant héritage matériel et symbolique, 2) doté de charisme et 3) surtout d’un p (...)
  • 4 Comme dans les conseils précédents (voir dans cet ouvrage Caria Eddé, passim) et parmi les députés (...)
  • 5 Dans son étude de la carrière politique des maires urbains en France. Ph. Garraud montre comment q (...)

6La liste « de la concorde beyrouthine » (al-Tawāfuq al-bayrūtī) qui a remporté 23 des 24 sièges de conseiller municipal présentait à première vue un profil technocratique2. Même si de grands patronymes beyrouthins y sont repérables (par exemple Itani chez les sunnites, Boutros chez les orthodoxes, Rizk chez les grecs-catholiques ou Beydoun chez les chiites), aucun des élus de cette liste n’est une personnalité politique de premier plan ni un notable de la cité3. Le niveau de diplôme et le type de qualification professionnelle des 24 membres du CMB qui prend ses fonctions au début de l’été 1998 corroborent et accentuent les résultats à l’échelle nationale. 23 d’entre eux sont diplômés du supérieur et presque la moitié (46 %) ont fait leurs études supérieures hors du Liban – dont 7 aux États-Unis, ce qui donne une « valeur ajoutée » spécifique à leur diplôme. Non seulement ils possèdent cette onction de l’étranger survalorisée dans la société locale, mais ceux qui ont fait le choix américain apparaissent comme directement branchés sur la modernité mondialisée à laquelle aspire majoritairement le Liban de l’après-guerre. En ce qui concerne les filières, le droit et la médecine sont traditionnellement bien représentés4, respectivement par 4 et 6 élus, ainsi que l’ingénierie et l’architecture – 6 élus également. On sait quelles qualités et quelles valeurs sont attachées à ce type de formation : scientificité, légitimité à intervenir dans la société et sur les structures, aptitudes intellectuelles doublées implicitement de qualités morales – si bien qu’il est socialement le signe d’une capacité à exercer des responsabilités publiques5. Les membres du conseil de Beyrouth légitiment publiquement leur action à partir de ce modèle « idéal et idéalisé » (Briquet, 1995, p. 74), même si leurs stratégies pratiques révèlent une autre rationalité.

  • 6 Mazraa, Dar el-Mraissé (plus connu sous le nom de Aain el-Mraissé), Msaitbé, Bachoura, Zqaq el-Bla (...)
  • 7 Moins de 20 % dans les bastions sunnites de Mazraa et Msaitbé où un membre de la Ğamā’a islāmiyya (...)

7Le nouveau CMB se caractérise en effet par un déficit de légitimité représentative, remarquable à l’échelle du Liban. Avec un taux de participation de 28 % contre 60 % pour l’ensemble du pays, les quelque 393 000 électeurs de Beyrouth ont boudé des candidats qui n’avaient pour la plupart guère de notoriété dans la ville et qui n’ont pas eu l’occasion de s’y faire connaître : peu d’entre eux se sont exprimés au cours d’une campagne plus publicitaire que programmatique ; l’un était même à l’étranger dans la semaine qui précéda le scrutin ; un autre n’a été candidat que trois jours avant. Cette médiocre communication avec le public et la faible mobilisation de l’électorat peuvent être mises en partie sur le compte des bouleversement sociaux de la guerre, et en particulier du partage de la ville pendant quinze ans en territoires d’exclusion. Elle est relativement compensée par une légitimité de type localiste qu’on peut repérer en examinant le détail des votes obtenus par chacun des 24 élus dans les 12 quartiers de Beyrouth, même si la ville constituait une circonscription unique6. On observe en effet qu’une majorité des élus obtiennent leur score le plus élevé dans le quartier dont ils sont originaires : par exemple, 58 % des votes exprimés à Rmeil pour Joseph Sarkis qui y fut militant Kataëb depuis ses études secondaires et qui n’obtient pour l’ensemble de la ville qu’un score médiocre (28 % des votes exprimés7) ; 47 % pour Ahmad Cherry à Zqaq el-Blat où son grand-père s’est installé en 1942 (total pour Beyrouth : 38 %) ; 44 % pour Fouad Aud à Dar el-Mraissé où il habite comme beaucoup de druzes beyrouthins (total pour Beyrouth : 29 %).

  • 8 Ils agissent en particulier dans le cadre des institutions religieuses de quartier et auprès des é (...)

8En dépit des dénégations de plusieurs d’entre eux, les élus beyrouthins sont presque tous identifiables par un enracinement localiste d’origine familiale ou lié à leur activité professionnelle et plus encore sociale. Leurs œuvres caritatives et leurs engagements associatifs sont géographiquement circonscrits. Leur intérêt gestionnaire les porte vers l’amélioration des infrastructures et des services dans des quartiers limités dont ils connaissent la situation, où surtout les électeurs et leurs problèmes leur sont familiers8. Leur enracinement micro-local contraste même parfois avec le déracinement de larges secteurs de population qu’ils doivent représenter, de sorte que la préférence manifestée par les conseillers pour un vote municipal d’arrondissement qui les rendrait chacun l’élu (le maire ?) d’une circonscription limitée tient en partie à la conscience qu’ils ont de ce localisme. Même si la population s’adresse plutôt aux 19 députés de Beyrouth qu’elle identifie comme des za ‘īm-s (leaders) plus puissants, les membres du CMB se comportent fréquemment en médiateurs ayant accès à l’appareil d’État, à la muhāfaza (préfecture) de Beyrouth en tout premier lieu, capables à ce titre de distribuer des ressources (matérielles, comme l’accès à des emplois publics) aux électeurs et administrés qui les sollicitent. Cependant l’échange clientélaire entre la population et les élus s’opère moins dans le cadre de la vie municipale que dans un cadre privatif – familial ou communautaire. Encore dépourvus pour la plupart d’entre eux de capital politique, les conseillers jouissent plutôt d’un capital social et, dans l’échange avec la population, ils opèrent sur une base individuelle et ne s’emploient que médiocrement, comme nous le verrons plus loin, au développement collectif et à la mise en place de politiques publiques. En ce sens, ils se considèrent moins comptables devant leurs électeurs qu’engagés dans une relation de réciprocité par une obligation d’ordre moral.

  • 9 Pour les estimations par la presse libanaise, voir le supplément du Nahār, 13 et 15 mai 1998.
  • 10 On avance couramment le chiffre de 5 millions de dollars pour les frais de campagne et d’élection (...)

9Une raison en est que les conseillers de Beyrouth doivent d’abord leur succès au consensus de grands électeurs de la ville qui ont négocié la composition de la liste « de la concorde » sous l’égide du député de Beyrouth et Premier ministre de l’époque, Rafic Hariri : des élites de rang national dont la capitale constitue la base territoriale, comme ses députés, des ministres, des chefs communautaires et des dirigeants de partis politiques, sans oublier des représentants des grandes familles locales. Chacun de ces Beyrouthins « pèse » un certain nombre de voix dans la ville : l’ancien ministre Fouad Boutros (1 500 voix), l’évêque grec-orthodoxe de Beyrouth Mgr Audeh, le député et président de la fondation sunnite des Maqāsid Tamam Salam. et l’autre député sunnite Salim Hoss qui fut plusieurs fois Premier ministre, mais aussi les dirigeants de partis communautaires comme la Ğamā’a islāmiyya (6 000) et les Ahbach (5 000) sunnites, Hizbollah (12 000) et Amal (1 500) chiites, et ceux des partis arméniens (8 000). Au total, un minimum de 36 000 votes (soit presque 10 % du corps électoral et un tiers des votes exprimés) était notoirement assuré à chacun des membres de la liste9. Dotée de moyens puissants en fonds et en hommes, la machine électorale de la liste a transformé ces calculs en gains10. Son efficacité est particulièrement démontrée dans le quartier de Mdaouar (Beyrouth-est) qui compte 41 779 électeurs et 7 452 votants, très majoritairement arméniens, avec deux minorités, sunnite et chiite. Les dirigeants des trois partis arméniens et les chefs communautaires soutenant de concert la liste, la discipline des électeurs y a opéré à fond : ses membres y ont fait leurs plus beaux scores des 12 quartiers de Beyrouth, quelle que fût leur appartenance confessionnelle et leur origine : entre 69 % (pour Joseph Sarkis, maronite de Rmeil, quartier voisin) et 59 % (pour Salim Itani, membre d’une des grandes familles sunnites de la ville) des votes exprimés. Le score local médiocre du seul opposant élu, Abdelhamid Fakhoury, (16 %) confirme cette prédétermination collective en vertu de laquelle leur position de pouvoir dans le système politique libanais a permis aux grands électeurs de faire bénéficier leurs clients de la liste de leur patronage, tout en s’assurant en retour de moyens d’intervention sur la ville (Leca & Schemeil, 1983, en particulier p. 468-469).

  • 11 Quatorze d’entre eux ont investi en capital et déploient des activités plus larges que leur champ (...)

10Dans le processus d’élection/sélection des nouveaux conseillers, la sur-représentation des entrepreneurs et des hommes d’affaires11 est remarquable. Elle imprime sa marque sur l’identité collective du CMB en même temps qu’elle lui dicte sa logique de fonctionnement. Cette identité est emblématisée par la personnalité de Rafic Hariri dont l’implication dans la composition puis la victoire de la liste a été décisive. Ce super-entrepreneur des bâtiments et travaux publics (BTP) avait posé les premiers jalons de son ascension politique au tournant des années 1980 et développé une stratégie qui lui avait permis de devenir la figure dominante du paysage politique à Saïda (Bonne, 1995) avant de partir à la conquête de la capitale à la faveur de la reconstruction, en particulier immobilière, et de son accession au poste de Premier ministre en 1992. Aux législatives de 1996, il avait imposé 14 des 19 députés de Beyrouth (Rougier, 1997) ; aux municipales de 1998, sa liste « de la concorde » ne perd qu’un siège, et il obtiendra le grand chelem aux législatives de 2000. Doublement étranger à la ville, car il est provincial et parce qu’il est issu d’un milieu modeste éloigné de l’aristocratie urbaine qui dominait les villes du Bilād al-Šām depuis plusieurs siècles, Rafic Hariri fait partie des nouvelles élites issues de la guerre, susceptibles de renouveler le sens et les modalités d’exercice de la politique au Liban.

11Avant d’être élus parmi 111 candidats, les conseillers municipaux ont été surtout choisis par lui, selon le modèle du conseiller idéal : à la fois reproduction du patron (au sens de pattern) auquel il s’identifie, et commis efficace et loyal de son patron (au double sens d’employeur et de protecteur dans le mode d’interaction clientélaire). Plusieurs d’entre eux, à commencer par le président du CMB lui-même, étaient d’ailleurs auparavant employés dans une entreprise de Hariri, d’autres étaient ses partenaires ou encore ses obligés et, même parmi ceux qui en étaient éloignés, l’ambition, l’esprit d’entreprise et la préférence des réseaux privatifs aux filières de l’administration publique montrent qu’ils appartiennent bien tous à la même école libérale.

12Une comparaison avec les députés de Beyrouth élus en 1996 sur la liste Hariri permet d’affiner encore l’identité du groupe. Parmi les hommes choisis par le président du conseil en 1996, on comptait une plus grande variété des statuts et des professions, plus proches d’ailleurs de la conception commune au Liban de l’homme politique (journalistes, hauts fonctionnaires), et proportionnellement moins d’hommes d’affaires (7 sur cette liste) (Markaz 3A lil-dirāsāt, 1997). À l’époque, sur la lancée de ses succès économiques, Hariri avait encore des projets politiques pour Beyrouth. En 1998, par contre, les difficultés économiques se sont accumulées et la liste qu’il patronne comporte plutôt des gestionnaires, suggérant une distinction entre le politique qui serait réservé à l’échelon central et la gestion à laquelle se limiteraient les pouvoirs locaux.

UNE GESTION MUNICIPALE SUBORDONNÉE

13Le thème des ressources de la municipalité est ici crucial pour comprendre les limites du pouvoir du CMB et la marge dont il dispose dans le jeu d’acteurs qui se met en place à partir du renouvellement des conseils. Si la question financière et la législation constituent déjà un cadre assez contraignant pour inciter les conseillers à cantonner leur action à des tâches de gestion, il est important de rappeler le processus à la fois caractéristique d’une capitale et propre à l’histoire libanaise par lequel le CMB a vu son autonomie particulièrement réduite.

  • 12 Entre 5 heures et deux journées par semaine, à l’exception du président et du vice-président qui s (...)
  • 13 Mais pas tous. On retrouve quatre membres déclarés de divers partis, et des sympathisants, si on n (...)
  • 14 Source : questionnaire n 2 sofres-cermoc.
  • 15 Par exemple, le Dr Bernard Gerbaqa sur la maltraitance enfantine.

14D’emblée, le rôle du nouveau CMB se limite à la gestion du quotidien. À priori, cette manière d’aborder l’action municipale correspond à la conception que ses membres se font de leur fonction. Il ne leur a pas été demandé, lorsqu’ils ont fait acte de candidature, d’élaborer un projet pour la ville et la majorité d’entre eux n’ont à lui consacrer que quelques heures en plus de la réunion hebdomadaire du conseil12. Effet de la trajectoire qui les a conduits à la municipalité, modestie, voire méfiance à l’égard de la sphère politique à laquelle beaucoup d’entre eux sont étrangers13, peut-être consigne des « grands électeurs » auxquels ils doivent leur position ? Tant dans leurs déclarations à la presse que pendant nos entretiens, ils manifestent une certaine distance avec le monde de la politique dont ils ont une conception plutôt négative, distance confirmée par l’absence parmi eux de candidat potentiel à de futures législatives14. De même, ils sont quasi absents de la scène télévisuelle où se joue la politique libanaise, si ce n’est pour traiter de questions relevant de leur spécialité professionnelle15.

  • 16 Selon la Ligue pour le développement de l’action municipale de Beyrouth, 1,2 % seulement du territ (...)
  • 17 Près de 12 % du budget municipal est consacré aux dépenses à caractère social, au bénéfice priorit (...)

15La ville, ils veulent la « faire marcher » comme ils ont su brillamment, pour la plupart, faire marcher leur affaire privée et sans doute voient-ils Beyrouth d’abord comme une (grosse) entreprise dans laquelle chacun d’entre eux remplira efficacement ses fonctions. En raison de leur conception initiale et des besoins qu’ils vont découvrir, leur mandat municipal est ainsi placé sous le signe de l’administration plutôt que de l’élaboration et de la mise en œuvre de politiques publiques, et encore moins sous le signe de la représentation démocratique. La mention par les conseillers de leurs principaux objets d’intervention en donne un aperçu. Questions de circulation automobile d’abord, particulièrement épineuses à Beyrouth : le choix d’un sens giratoire, l’asphaltage des rues (auquel est immédiatement sensible l’électorat local), l’installation de panneaux de signalisation (opération dont ils sont particulièrement fiers) ou encore la dénomination des rues, mission qui occupe une des quatorze commissions du conseil et suscite de vives controverses car chaque décision touche à l’identité de la ville et de ses quartiers. Les élus sont également sensibilisés à la question de l’augmentation et de l’embellissement des espaces verts, puisque la ville accuse un déficit grave dans ce domaine et que ce thème était important dans la campagne de la liste rivale16. Toujours dans la quotidienneté, le CMB s’est attaché à des problèmes de salubrité et de santé peu connus du grand public, et il consacre des fonds importants à des dépenses sociales, en particulier à la réouverture, à l’équipement et au fonctionnement de dispensaires de quartiers désaffectés du fait de la guerre17.

  • 18 Selon un membre de la commission municipale des finances, un tiers des sommes détenues par la cais (...)
  • 19 Chiffres et documents internes communiqués par plusieurs membres du CMB.
  • 20 La ville ne compte pourtant que 2 400 employés municipaux, pour 400 000 habitants selon le ministè (...)
  • 21 Outre une subvention et un soutien technique de l’United State Agency for International Developmen (...)

16À travers son activité et l’expression de ses préoccupations, la recherche de ressources financières apparaît comme une priorité pour le CMB. En même temps que la récupération de ses avoirs en dépôt auprès de la caisse autonome des municipalités (CAM)18, préemptés et gérés par l’État depuis la guerre, la municipalité s’efforce de rationaliser et de moderniser les diverses taxes qu’elle est censée prélever sur ses administrés. Avec une élévation de près de 25 % de ses revenus propres en 18 mois, le budget 2000 se montait à environ 116 700 milliards de livres libanaises (77 millions de dollars)19, dont 80 % étaient consacrés aux dépenses de personnel20, mais l’endettement auprès des institutions publiques restait fort (Kfoury, 2000, p. 21). De toutes les commissions municipales, celle du foncier et celle des finances s’avèrent les plus importantes – cette dernière préparant une nouvelle assiette des taxes municipales. Dans ce domaine, la question de l’informatisation des données, qui était déjà à l’ordre du jour de l’équipe précédente, est souvent présentée comme une panacée : efficacité et allégement des tâches d’un personnel administratif trop peu nombreux mais aussi savoir qui donnerait un meilleur contrôle de la ville par la médiation de la machine et épargnerait aux élus une connaissance directe de la vie de leur cité. Ce savoir, pensent certains, permettrait aussi de distinguer les « habitants authentiques » (ceux dont le chef de famille est inscrit sur les listes locales) des « intrus ». Trois des conseillers municipaux, sensibles à une telle valorisation, se présentent chacun comme l’initiateur d’une coopération internationale pour l’informatisation des données municipales. L’étranger tient en effet une place stratégique dans l’obtention des ressources par le CMB, où se mêlent l’évitement des pesanteurs de la comptabilité publique (par le biais de la coopération décentralisée ou des dons), l’accès à des aides cumulées et, dans le cas de la coopération européenne ou américaine, la familiarité statutaire et idéologique des conseillers avec leurs partenaires21.

  • 22 Fakhoury, 1999, p. 17. Depuis le gouvernement Hoss de décembre 1998, les Affaires municipales et v (...)
  • 23 Selon un membre du CMB, 15 décisions seulement ont été appliquées.

17À côté d’un problème de ressources qui se pose pour la majorité des municipalités, le CMB souffre d’un handicap de taille. La loi de 1963 sur les municipalités, confirmée par celle de 1977, l’a doté d’un statut spécial, un peu à l’image de celui de la capitale française avant l’ère chiraquienne. À titre exceptionnel, c’est le muhāfiz de Beyrouth-municipe (une des six muhāfaza-s du pays), et non le maire de la capitale, – soit un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur – qui est administrateur de la ville de Beyrouth, c’est-à-dire détenteur du pouvoir exécutif à l’échelon municipal après qu’une réglementation a été adoptée ou une décision prise par le CMB, en particulier par son président. Plus, c’est le ministre des Affaires municipales lui-même qui exerce le pouvoir de contrôle sur le conseil de la capitale22. Chaque décision votée par le conseil passe par un long et lent circuit qui remonte au ministère ou à l’administration publique concernée, puis en retourne, pour aller requérir ensuite l’aval du Conseil des ministres puis celui de la Cour des comptes, toujours par le truchement du muhāfiz. Les obstacles administratifs et les pièges juridiques sont sans nombre, même lorsque les relations entre le muhāfiz et le CMB sont bonnes – ce qui n’est pas toujours le cas. Ainsi le président du CMB s’est-il plaint dans une émission télévisée de ce que, dix-huit mois après sa prise de fonction, 150 seulement des décisions du conseil sur près de 750 votées ont été mises à exécution, en raison de complications et de lourdeurs administratives, mais aussi de désaccords entre le conseil et les services de la muhāfaza23.

  • 24 Il est aussi formulé en termes de rivalité entre un président du conseil municipal sunnite et un m (...)

18Quelle part attribuer à l’une ou l’autre explication ? En écartant les frictions personnelles que provoquent les conflits de compétence, l’appréciation par le CMB de sa coopération avec l’organe exécutif est éclairante : reconnaissance, d’abord, des impératifs techniques et appréciation de l’efficacité de certains services ; constat, ensuite, du fait que le carcan bureaucratique s’impose à tous les partenaires et paralyse semblablement la municipalité et l’administration publique centrale. Le problème est alors plutôt situé sur le plan administratif, voire juridique, et renvoie à la question plus générale des dysfonctionnements du secteur public (Ingels, 1999). Mais il est aussi d’ordre politique, dans l’étouffement de l’autonomie de la ville par l’État et l’accaparement des fonctions municipales par des organismes publics d’échelle nationale24.

  • 25 Sur une superficie qui s’étend du nahr el-Kalb (au nord) au nahr Damour (au sud), le Grand Beyrout (...)
  • 26 K. Mroué, 3 octobre 1963, cité dans Mashnouq, 1995, p. 68 et 70.
  • 27 F. Awada, « Le schéma directeur de la région métropolitaine de Beyrouth » in Beyhum (dir.), 1991a, (...)
  • 28 Sur 18 membres nommés en 1961, 9 seulement étaient encore en fonction en 1995. Voir Mashnouq, 1995 (...)

19À cet égard, le problème de Beyrouth dépasse de beaucoup la question générale de l’ajustement des pouvoirs respectifs d’un État central et d’une capitale. D’une part, parce que la métropole beyrouthine concentre, malgré la décentralisation forcée de la période de guerre, les fonctions économiques, politiques et culturelles du pays tout entier25. D’autre part, parce que, dans l’espace politique de l’Orient arabe post-ottoman, l’État s’est construit hors de la ville, parfois même contre elle, et toujours aux dépens de l’autonomie que celle-ci avait préservée face au pouvoir impérial (Lapidus (dir.), 1969). Alors que les relations entre Beyrouth et l’État libanais paraissaient stabilisées depuis l’indépendance en dépit de l’épisode insurrectionnel de 1958, et institutionnalisées à travers la législation sur les municipalités, la tendance a continué à prévaloir. Par le jeu des acteurs au sein de l’institution et dans leur rapport au pouvoir central, la municipalité de Beyrouth a été affaiblie depuis une quarantaine d’années. En juillet 1961, ses membres avaient tous été désignés afin d’échapper aux tensions communautaires qui avaient entaché le premier suffrage universel municipal, celui de 1953, boycotté par les orthodoxes. Déjà à l’époque, une délégation d’habitants de la ville était allée se plaindre au ministre de l’Intérieur (Kamal Jumblatt) de l’inefficacité du conseil sur les plans social et sanitaire, et le célèbre éditorialiste Kamel Mroué évoquait « l’impuissance municipale »26. Dans les années qui suivirent, les responsabilités mais aussi les prérogatives municipales ont été captées par des organismes dont le contrôle revient au pouvoir central : le CEGPVB, chargé d’étudier et d’exécuter des projets sur proposition du CMB mais sous l’autorité du Conseil des ministres ; la direction générale de l’Urbanisme (DGU) responsable de la planification et de la réglementation urbaine27 ; et l’Organisme commun (hay’a muštaraka) regroupant Beyrouth et les municipalités voisines depuis 1963 (Mashnouq, 1995, p. 161 ) – autant d’instances dont l’État se réservait la nomination des responsables, si bien que le Premier ministre « était le vrai maire de Beyrouth » (Beyhum, 1991b, p. 147). La dernière manifestation de l’autorité du CMB remonte à 1977 et à ses tentatives de mettre en œuvre le plan de l’APUR (Atelier parisien d’urbanisme). Élaboré avec une coopération française, ce plan fera long feu tandis que la municipalité, privée de ressources autonomes et perdantes plus de la moitié des membres de son conseil28, disparaît de la scène locale aux profits des « forces de facto », les multiples pouvoirs miliciens exogènes qui s’imposent sur des micro-territoires urbains.

  • 29 Elle possède 35 millions de dollars d’actions.

20Après la guerre, la recomposition du pouvoir ne s’est pas opérée au profit de la municipalité, en dépit de l’importance de la reconstruction dans la ville. Les personnalités nommées par le gouvernement à la direction de la municipalité en 1991 ne font qu’entériner ses choix et appliquer les directives ministérielles concernant la capitale. Gestionnaire tout au plus, le CMB n’est pas en mesure de développer l’action rationnelle de prévision, d’évaluation des coûts et bénéfices, et de modernisation qui est celle du planificateur (Khalaf, 1987). À preuve, bien que la ville de Beyrouth soit actionnaire de Solidere29 et représentée statutairement à son conseil d’administration, le CMB n’a jamais vraiment exercé de contrôle sur le développement urbanistique du Centre par la société foncière, si bien que l’opération emblématique de la reconstruction de la ville a échappé à ses édiles (Dick, 1999).

21Le conseil municipal est certes une instance médiane, entre les électeurs et la population de Beyrouth, d’une part, l’État et les pouvoirs d’échelle nationale, de l’autre, mais il n’est pas en mesure de se poser en médiateur des processus politiques (Legg & Lemarchand, 1972, p. 157). Comme en témoigne le faible taux de participation électorale, ses relations avec les premiers sont irrégulières et privilégient les canaux de transmission privés, tandis que ses discours désintéressés sur le bien public dans la capitale recèlent une absence de développement local. Et comme il ne dispose pas vraiment de la maîtrise des ressources publiques, notamment financières et juridictionnelles, il a perdu le contrôle de ses relations avec le centre, ce qui l’a rendu particulièrement propice à une instrumentalisation par des pouvoirs d’échelle nationale, dans un contexte d’indifférence et de désabusement de la société locale.

À LA RECHERCHE D’UNE POLITIQUE PUBLIQUE

22C’est un paradoxe éclairant que, dans les années de la réunification et de reconstruction, la municipalité d’une capitale comme Beyrouth n’a pas été en mesure de mettre en œuvre, ni même de proposer, un « grand projet » auquel elle imprime son identité afin de la positionner en prévision des mutations régionales. Certes, 1999 a célébré Beyrouth « capitale de la culture arabe », mais la municipalité n’a participé qu’à un niveau modeste à cette opération amateuriste. Le véritable « grand projet » de Beyrouth, la reconstruction du centre-ville par Solidere, s’opère à une échelle qui dépasse ses moyens financiers et surtout son influence politique. Restent des interventions sur des espaces fonciers moins importants et moins stratégiques, comme celui du terrain libéré par l’United Nations Relief and Works Agency rue Verdun, et celui de l’hippodrome. Si ce dernier n’est le support d’aucune question vitale ou fortement mobilisatrice pour la ville, il est le révélateur d’enjeux sociaux et de processus politiques dans lesquels l’instance municipale est concernée en priorité. La mise en intrigue des décisions du CMB concernant l’hippodrome illustre la faible autonomie du pouvoir municipal par rapport au pouvoir national et révèle, au-delà de contradictions apparentes, l’efficacité des logiques clientélaires à l’œuvre.

  • 30 213 000 m2 entre l’avenue Abdallah Yafi et la rue Omar Beyhum. Au nord et à l’ouest, il est bordé (...)
  • 31 Entre douze et quinze millions de dollars par an ces dernières années. La multiplication des offic (...)
  • 32 La SPARCA a pour mission d’organiser les courses, d’entretenir et moderniser les infrastructures, (...)
  • 33 La prorogation du contrat de la SPARCA en 1991 a été récusée en 1992 par la Cour des comptes (déci (...)
  • 34 Amin Beyhum, par exemple, président du CMB en 1961, Chafiq Sardouq, président du CMB de 1981 à 199 (...)
  • 35 Au comité administratif de la SPARCA en 1998 on relève les noms de Freige. Beyhum, Ghandour, Dahda (...)

23L’hippodrome couvre aujourd’hui un triangle de 20 ha30. Ce domaine municipal prestigieux, dès son ouverture au début du siècle, affiche chroniquement des problèmes financiers malgré l’importance des revenus des paris légaux associés aux courses31. La Société pour la protection et l’amélioration de la race chevaline arabe32, société à but non lucratif à laquelle la municipalité a confié le contrat d’exploitation de l’hippodrome depuis 1969, ne verse qu’en partie les 14 % et 1 % des revenus des courses qu’elle doit chaque année respectivement au Trésor libanais et à la municipalité de Beyrouth33. Mais il ne faut pas en déduire que les relations entre le CMB et la SPARCA ont été mauvaises dans les décennies 1970 et 1980. Le conseil a fait montre de beaucoup de compréhension envers la Société en raison des circonstances de la guerre mais sans doute aussi parce que nombre des conseillers étaient également membres de ce club très sélect de propriétaires et d’amateurs de chevaux34. La SPARCA compte dans ses rangs des membres de familles de notables beyrouthins, mais aussi de tout le Liban, ainsi que de très riches hommes d’affaires dont le pouvoir social et l’influence politique ne sont pas négligeables35. Cette situation « népotique » dans laquelle l’intérêt public était ramené aux intérêts privés de quelques familles dominantes peut être analysée comme un héritage de la conduite des affaires urbaines par les élites beyrouthines de l’Empire ottoman puis du mandat français (Akarli, 1993, p. 149-162 et Zamir, 1985).

  • 36 On retrouve cette préoccupation financière dominante dans une interview du président du CMB à L’Or (...)
  • 37 Parkings, jardins, circuits de détente et d’activités sportives, culturelles et sociales. Voir « A (...)
  • 38 Rapport au CMB du 9 mai 2000 relevant la création d’espaces privatifs, des sous-locations et la mu (...)

24Le nouveau CMB qui prend ses fonctions en juin 1998 se saisit immédiatement du dossier de l’hippodrome. Il y voit d’abord un enjeu financier non négligeable puisque sa quote-part annuelle des revenus des courses se monte à 100 000 dollars36. Dès octobre 1998, le CMB décide de bloquer les projets dont la SPARCA a fait état dans les mois précédents37 et lui réclame des comptes : des comptes financiers, puisque les courses sont fréquentées chaque dimanche par 2 000 à 3 000 personnes et suivies au dehors par un large public de parieurs. Mais aussi des comptes sur la gestion de l’hippodrome depuis trente ans, au fil des destructions (en particulier par le bombardement israélien de 1982), des reconstructions et des nouvelles constructions. Au cours d’une enquête approfondie menée au printemps 2000, le CMB découvrira nombre d’irrégularités alors que les équipements promis, pour lesquels la SPARCA a obtenu le soutien financier de l’État, ne sont toujours pas réalisés38. À première vue, la démarche paraît signaler une volonté de récupérer des prérogatives érodées en raison de la faible légitimité du conseil municipal précédent et de s’émanciper des élites urbaines traditionnelles.

  • 39 Al-Safīr, 5 novembre 1998 ; al-Nahār, 13 janvier 1999. Voir également l’étude de Karam Karam dans (...)
  • 40 Cinq membres du CMB votent contre le maintien de l’hippodrome dans les lieux, dont le conseiller d (...)
  • 41 « Pourquoi consulter ? », dira un membre éminent du CMB, « nous avons été élus. Nous pouvons décid (...)

25La démarche du CMB s’inscrit ensuite dans une logique de compétition avec les associations écologistes qui constituent un groupe de pression nouveau et capable de mobiliser différents secteurs de la capitale. Le Rassemblement pour les espaces verts de Beyrouth regroupe 62 associations. Il est soutenu par de puissantes organisations comme l’Ordre des ingénieurs, et l’unique élu de l’opposition milite dans ses rangs tandis que trois autres conseillers, auparavant actifs en son sein, ont fait le choix de le quitter après leur élection. La question des espaces verts tient une place importante dans les débats au sein du conseil sur l’avenir de l’hippodrome ne serait-ce que pour répondre aux interpellations des écologistes, abondamment relayées par la presse. Les associations rencontrent individuellement et collectivement les membres du CMB pour réclamer le transfert de l’hippodrome vers la banlieue et l’ouverture d’un parc public à sa place39, mais le conseil opte pour le maintien dans les lieux en arguant de la présence voisine du Bois des pins et en promettant l’ouverture de l’espace en semaine, suivant les recommandations de la commission des espaces verts40. Les conseillers invoquent la nécessité d’assurer des recettes à la municipalité en conservant donc les courses et les paris sur place. Mais le choix du CMB s’inscrit aussi dans un contexte d’ignorance de la demande sociale et de refus de la démarche participative41. Son hostilité non dissimulée envers les associations et son refus de consulter les écologistes, sinon de les rencontrer, témoignent de la culture autoritaire qui prévaut en son sein.

  • 42 Les avis sont partagés sur le caractère de BOT (Build, Operate, Transfer) de la formule d’appel d’ (...)
  • 43 Les constructions légales couvrent pour l’instant environ 12 % du terrain. Le CMB réclame la prése (...)
  • 44 Arrêté 2155 du 3 septembre 1999.

26Dans l’affaire de l’hippodrome, le CMB obéit surtout à une logique forte, qui lui est extérieure et s’impose à lui. Depuis la mi-1997 en effet, le gouvernement Hariri a mis à l’étude un projet de concession de la rénovation et de la gestion de l’hippodrome à une société privée. Après avoir lancé avec succès l’opération Solidere pour le centre-ville, Hariri songe à faire de l’hippodrome un centre de loisirs polyvalent susceptible d’attirer à Beyrouth les grands amateurs de courses hippiques que sont les Arabes du Golfe. Une formule d’appel d’offres est retenue par le conseil municipal en janvier 199842. Le CMB élu en mai 1998 ne remet en question ni la concession privée de l’hippodrome, ni le projet de rénovation à dimension commerciale dont les revenus à venir l’intéressent en premier chef. Il réclame tout au plus le réexamen du cahier des charges et l’augmentation des espaces verts pour apaiser les écologistes43. En septembre 1998, le nouveau projet que lui soumet le CDR ne recueille plus que 4 votes négatifs. Le nouveau cahier des charges est adopté, il sera avalisé par le ministre de l’Intérieur44, puis visé par la Cour des comptes en novembre 1999. L’appel d’offres sera ensuite transmis au muhāfiz de Beyrouth pour publication, en février 2000.

27La politique du CMB s’inscrit dans l’ordre de l’échange clientélaire où la règle de réciprocité se transforme en allégeance politique si bien que l’échange légitime donne accès à des gains matériels (contrat de BTP, de publicité, ou autres), même s’il est d’abord affaire de loyauté. Les conseillers, y compris ceux qui montrent une sensibilité écologique, se sentent en symbiose avec la conception économique et urbanistique de l’homme qui a permis leur entrée au conseil municipal tandis qu’un petit groupe de ses proches se montrent même enthousiastes. Face à la revendication écologique et aux priorités sociales, ils ont logiquement soutenu le projet de leur patron, un nouveau venu dans la ville, étranger à ses héritages patrimoniaux aussi bien que symboliques.

  • 45 En 1983 et 1991, la SPARCA avait bénéficié de la part du ministère des Finances de plusieurs remis (...)
  • 46 Lettre du ministère des Finances au CMB (2 août 2000) proposant à celui-ci 4.75 % des revenus des (...)
  • 47 Al-Safīr, 6 octobre 2000. En sortant de son entretien avec le Premier ministre, le président du CM (...)

28Mais entre-temps, en décembre 1998, le gouvernement Hoss a remplacé celui de Hariri et le CMB est devenue orphelin de son puissant protecteur, même si les liens entre l’homme d’affaires et les membres du conseil ne sont pas rompus. Au ministère des Affaires municipales, Michel Murr est moins conciliant avec la municipalité que ne l’était son prédécesseur Hagop Demerdjian (un proche de Hariri) tandis que le nouveau muhāfiz fait montre de rigueur, si bien que la relation entre l’État et la ville, pour être toujours étroite, devient tendue. En ce qui concerne l’hippodrome, une solution alternative va germer au sein du nouveau gouvernement. Le ministère des Finances, qui a accordé un nouveau moratoire à la SPARCA en mars 199945, confie en mai à un chargé de mission le réexamen des projets approuvés sous le gouvernement Hariri. La formule que celui-ci va présenter au CMB rencontre l’approbation du muhāfiz ; placer la rénovation et la gestion de l’hippodrome sous le contrôle du ministère des Finances ; en attendant la réalisation de l’opération, faire renouveler temporairement par le CMB le contrat de gestion de la SPARCA, tout en augmentant la quote-part de la municipalité46. Pressé d’accepter cette solution au cours d’une audience accordée par le Premier ministre Hoss à son président (15 août 2000), le CMB acquiesce après des débats contradictoires tout en se réservant le droit d’en négocier encore les conditions47. Car, en cet été 2000, le gouvernement Hoss est en train de perdre les législatives et le retour de Rafic Hariri aux affaires se profile, si bien que l’appel d’offres international pourrait finalement être publié et le choix de la concession privée mis en œuvre.

29L’acceptation par le conseil municipal de la solution formulée par le ministère des Finances s’inscrit cette fois dans une logique de prise en compte, et de soumission à, des intérêts des dirigeants de la SPARCA. À l’incitation du ministère des Finances, et avec l’accord tacite (au moins) de celui de l’Intérieur, le conseil se range à une solution conservatrice préservant les avantages acquis des notables, leur accordant ainsi une reconnaissance implicite. Comme le montreront les élections législatives du 3 septembre dans les trois circonscriptions de Beyrouth, la complaisance envers Michel Pharaon et Nabil de Freige (les deux figures les plus en vue de la SPARCA) n’est pas incompatible avec la loyauté envers Rafic Hariri sur les listes duquel les deux hommes figureront avec succès, même si la domination qu’il exerce est sans commune mesure avec l’influence de ses deux alliés de circonstance.

  • 48 Se reporter sur ce sujet à l’analyse de Duran & Thoenig, 1996.

30Toujours est-il que la municipalité s’est comportée comme un acteur mineur tout au long des négociations et qu’elle s’est avérée impuissante à formuler sur un mode indépendant l’intérêt de Beyrouth en tant que ville et en tant que population, et encore plus à faire valoir cet intérêt. Loin de mettre en œuvre la politique autonome dont elle revendique le principe, elle s’est continuellement soumise à des intérêts patrimoniaux et pliée à des stratégies qui se déployaient en dehors d’elle et au-dessus d’elle, à l’échelle gouvernementale en particulier. À travers des procédures sophistiquées et des montages techniquement élaborés, s’est joué un jeu d’alliances et d’échanges d’intérêts et de services difficile à décrypter mais autrement plus efficace que les procédures publiques – un jeu que le changement inattendu de gouvernement de 1998 a permis de dévoiler partiellement. D’un côté, les conseillers étaient tenus par leur loyauté envers le Premier ministre et patron en devenir de Beyrouth, Rafic Hariri, auquel nombre d’entre eux sont liés par une relation clientélaire nouée dans leur vie professionnelle ou familiale. De l’autre côté, ils ont été dépendants du gouvernement en place de décembre 1998 à septembre 2000, puisque l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques pour la ville sont accaparées au niveau national. S’ajoute l’influence, certes diminuée mais encore présente, de notables traditionnels, qui a trouvé des relais pour s’exercer encore sur la ville. C’est pourquoi la contrainte juridique et le manque de ressources ne suffisent pas à expliquer l’absence d’autonomie de la municipalité de Beyrouth, instance traversée par des conflits d’intérêts et des rivalités de réseaux clientélaires48.

LE CMB ET L’INTERÊT DE BEYROUTH

  • 49 Voir à ce propos Jobert & Muller, 1987, p. 95 : « chaque acteur, dans chaque secteur, agit à tout (...)
  • 50 Sur la présence ancienne et importante des maronites à Beyrouth, voir Eddé, 1997 et Nasr, 1985.

31La prise en compte d’intérêts privés par les élus municipaux et leur conformation à des logiques clientélaires s’inscrivent, nous l’avons dit, dans la prévalence de la domination patrimoniale (ou, pour certains, néo-patrimoniale) au Liban comme dans le reste de l’Orient arabe. Au Liban, elle trouve sa justification dans un référentiel qui encadre la vie sociale49 : le référentiel communautaire, d’autant plus puissant qu’il structure la vie politique par le moyen de dispositifs juridiques et constitutionnels. Ces derniers ont connu des modifications importantes sous les divers régimes qu’ont connus la ville et le pays depuis un siècle et demi, mais sans remise en cause de leur principe fondateur, le communautarisme. C’est ainsi que la représentation mentale de Beyrouth est ordonnée selon un double clivage. Celui qui sépare les chrétiens, majoritairement orthodoxes, des musulmans, majoritairement sunnites, dans la population citadine (Fawaz, 1983 ; Davie, 1996) ; et celui qui sépare les communautés citadines « originelles », orthodoxes et sunnites censés être installés en ville depuis une dizaine de siècles, des communautés montagnardes récemment urbanisées, principalement des maronites et des chiites, (voir Hourani, 1976 ; Beyhum, 1991b). De telles représentations sont largement mythiques ainsi que le montrent plusieurs études consacrées à l’histoire et à la démographie50, si bien qu’il serait imprudent de les prendre pour grille d’analyse des changements sociaux dans la ville, d’autant que la guerre a provoqué des recompositions construites sur la violence et l’accumulation, dont ni les mentalités ni les institutions n’ont encore pris toute la mesure. Pourtant, ces représentations survivent sous forme de normes et elles s’imposent au sens commun, y compris à celui des membres du CMB qui s’y réfèrent comme à un principe explicatif de leur prise de décision.

  • 51 Les résultats, très controversés, donnent finalement 9 sièges aux sunnites et 2 aux chiites, le pr (...)
  • 52 Les électeurs sunnites de Beyrouth sont eux-mêmes nombreux à habiter la banlieue, en particulier A (...)
  • 53 D’aucuns disent « cosmopolite » ou « levantine » en référence à d’autres villes méditerranéennes d (...)

32Les membres du conseil écartent en première instance cette interprétation. Théoriquement, ils ne sont pas élus sur une base de représentation communautaire et la « pudeur des communautés », selon la formule d’Ahmad Beydoun (Beydoun, 1984), voile leurs différences et leurs divisions internes. À les croire, ils s’efforcent de « prendre les décisions à l’unanimité ». L’illusion unitaire est encore accentuée par le choix de la circonscription unique, comme aux législatives de 1992 et 1996, choix dicté sur le plan symbolique par la nécessité d’effacer la division de la ville pendant la guerre. Les 24 élus le sont par les électeurs de toute la ville et se disent les représentants de toute la ville. « Lorsqu’il s’agit de gestion de la ville », expliquent plusieurs conseillers, « de modernisation et de développement », la variable communautaire ne doit pas entrer en ligne de compte, non plus d’ailleurs que la distinction entre habitants et électeurs, dont les intérêts collectifs seraient indissociables. Paradoxalement, c’est pour neutraliser cette variable explosive que les « grands électeurs » de Beyrouth ont réintroduit en 1998 une répartition communautaire des sièges au CMB, afin de ne pas renouveler l’échec de 1953 et d’éviter le dérapage survenu lors des élections de la semaine précédente à Tripoli, ville dans laquelle les chrétiens se retrouvent presque absents du conseil municipal. À Beyrouth, l’accord électoral officieux organise le partage du conseil entre 12 chrétiens (4 orthodoxes, 3 arméniens, 2 maronites, 1 grec-catholique, 1 protestant et 1 minoritaire) et 12 musulmans (l druze, 3 chiites et 8 sunnites51). Cette parité est déjà un peu éloignée du pourcentage des électeurs inscrits (44,7 % de chrétiens), et peu représentative de celui des votants (19,5 % de chrétiens), probablement aussi des résidents puisque les chrétiens sont beaucoup plus nombreux que les musulmans à avoir déserté Beyrouth pendant et après la guerre pour l’étranger ou pour des banlieues : les orthodoxes vers Mansouriyé ou Beit Méri, les arméniens vers Borj Hammoud et les maronites vers la banlieue nord52. Elle prétend assurer la représentation de toutes les sensibilités citadines en conservant à Beyrouth sa « personnalité mixte »53, conformément à cette image de la ville basée sur la coprésence fondatrice des sunnites et des orthodoxes et opérant une distinction entre les citadins de ces deux communautés et les autres.

33En pratique, le fonctionnement collectif du CMB est marqué par cette représentation doublement clivée de Beyrouth, même si celle-ci ne se donne libre cours que dans des entretiens privés. Elle affleure dans des instances officieuses parallèles, comme le groupe de réflexion sur la réforme du statut de la capitale qui se réunit à l’initiative de députés sunnites de la ville, et dans les débats à la réunion hebdomadaire du conseil, comme on a pu l’observer dans les phases successives de la négociation sur l’avenir de l’hippodrome entre juillet 1998 et septembre 2000, inscrite implicitement dans la « problématique légitime » du communautarisme.

  • 54 Le poids de l’électorat sunnite (40,5 % des électeurs de la ville) est décisif pour le succès des (...)
  • 55 Un des deux conseillers chiites se déclare pour sa part favorable à la loi de la majorité simple, (...)

34En effet, la question du statut de Beyrouth, et en particulier de la dévolution du pouvoir municipal, est régie par un cadre légal contraignant dont les élus cherchent ensemble à s’affranchir en prenant exemple sur des modèles étrangers comme celui de Paris. Rompre avec la tutelle gouvernementale sur le pouvoir municipal leur permettrait, croient-ils, de prendre les initiatives et de passer aux réalisations qu’ils ambitionnent. Seulement, la récupération par le CMB de prérogatives municipales n’aurait pas d’effet uniquement sur la relation entre local et national en renforçant la gouvernementabilité de Beyrouth par son conseil. Elle influerait aussi sur les équilibres communautaires puisque le ministère de l’Intérieur nomme traditionnellement un muhāfiz chrétien à Beyrouth – généralement un orthodoxe – tandis que le président de la municipalité, choisi en son sein par le conseil, est sunnite. Rendre le pouvoir exécutif au conseil municipal comme c’est le cas pour les autres villes du Liban, reviendrait à mettre entre les mains du président du CMB des pouvoirs que d’aucuns jugent exorbitants (entre autres sur le port de Beyrouth, sur la police urbaine et sur des opérations urbanistiques qui présentent des enjeux nationaux). Les critiques envers le muhāfiz et le ministre de l’Intérieur (lui aussi un orthodoxe dans la période actuelle) sont tempérées chez les conseillers chrétiens (de tous rites) par la satisfaction qu’ils expriment en privé de voir s’exercer un contrepoids aux prétentions hégémoniques des sunnites de Beyrouth54. De fait, ces conseillers chrétiens sont moins mobilisés que les autres par la réforme du statut de la ville, quand ils ne s’y montrent pas clairement opposés, et plusieurs préconisent une présidence tournante entre sunnites et orthodoxes, en compensation de l’affaiblissement démographique des chrétiens et toujours au nom du maintien de l’identité historique de la ville55.

  • 56 « Comme le port et les bordels », dit notre interlocuteur, qui raconte qu’entre 1975 et 1977 les K (...)

35La question de l’hippodrome illustre cette prégnance de la problématique communautaire. Tandis qu’elle paraît mettre enjeu deux conceptions du développement de la ville et de son intérêt : une conception plus économiste et élitiste, d’une part, une conception plus écologique et sociale, de l’autre, leur opposition en recèle une autre, d’ordre communautaire. D’un côté, se retrouvent en effet les défenseurs d’un loisir à la fois aristocratique (les courses) et plébiscité (les paris), nostalgiques d’une société hédoniste et émancipée que stratifie la richesse foncière et financière dans la ville, où les subordonnés ont leur part dans les plaisirs des dominants. L’hippodrome fait partie de l’héritage de Beyrouth et de son statut de capitale que défendent les membres du comité directeur de la SPARCA et, avec eux, plusieurs membres du CMB sensibles aux valeurs de ces notables. Cette position est particulièrement repérable est renforcée par la mémoire de l’hippodrome comme « espace commun » durant la guerre, fréquenté par les populations de part et d’autre de la ligne de démarcation, les chrétiens et les musulmans56. D’un autre côté, les deux élus proches de partis islamistes (la Ğamā’a sunnite et.le Hizbollah chiite) se montrent critiques, dans les débats internes au conseil et publiquement, à l’égard d’un jeu d’argent (même s’il n’est pas complètement jeu de hasard) condamné par le Coran. Cet argument ne laisse pas insensibles les autres élus sunnites et chiite, d’autant que leur succès électoral a été acquis pour une large part grâce au vote des couches populaires musulmanes des quartiers de Mazraa et Msaitbé (ces deux quartiers abritent 22 % des électeurs de la ville) – un vote dans lequel certains élus chrétiens sont prompts, en retour, à déceler le « poids des intégristes ».

  • 57 Les 55 000 électeurs chiites représentent 14 % du corps électoral de Beyrouth. Une partie signific (...)
  • 58 Beyhum. 1991b, en particulier le chapitre V, « La recomposition de l’espace communautaire. L’expan (...)
  • 59 Nous sommes même tentée d’attribuer le succès in extremis de l’opposant Fakhoury à la volonté des (...)

36A contrario, les élus chiites pourraient être attachés au maintien de l’hippodrome en l’état, en raison d’une donnée sociologique qui s’impose à eux. 3 000 à 4 000 familles de Beyrouth vivent des activités générées par les courses : éleveurs, soigneurs, palefreniers, intermédiaires divers et employés des paris – qui sont parfois des « clefs » électorales –, dont 90 % seraient des chiites originaires de la Béqaa. Déplacer les courses vers la banlieue ou pire, les interdire, leur ferait perdre des voix ainsi qu’aux deux principaux partis chiites, Amal et Hizbollah, alors qu’ils s’estiment déjà sous-représentés au conseil par rapport aux sunnites57. Qu’on l’analyse par le paradigme de la ‘aṣabiyya (groupe de solidarité primaire), (Chbarou, 1985) ou par le paradigme centre-périphérie58, la maḏhabiyya, la rivalité entre sunnites et chiites, a divisé et affaibli d’emblée la liste « de la concorde ». Ainsi, à Bachoura (Beyrouth-ouest), quartier que se partagent les deux communautés, les candidats sunnites Abdelmoneim Ariss, Mohamad Khair el-Qadi et Abdelhamid Fakhoury, ont obtenu deux fois plus de voix sunnites que de voix chiites tandis que ce fut le contraire pour les chiites Amin Cherry et Imad Beydoun. Seul parmi les élus sunnites, Issam Barghout a obtenu le suffrage massif des chiites, ce qui pourrait s’expliquer par sa réputation de militant islamiste59.

37Même si cette dimension est rarement évoquée par les conseillers, le référentiel communautaire est sous-jacent à la question de l’identité de la ville. Il permet de comprendre comment un ordre politique (ici, communautaire) s’inscrit sur un territoire, à travers le repli du CMB sur des logiques et des intérêts à la dimension de la ville-municipe, en ignorant la discordance entre la « ville légale » (les électeurs souvent absents) et la « ville réelle » (cette population urbaine dans laquelle sont nombreux les migrants et les déplacés de la guerre). L’hippodrome est situé à la limite de la ville-municipe, sur un terrain que l’édification récente de la grande mosquée chiite de Chatila marque comme la limite de l’avancée spatiale des populations chiites de la banlieue sud vers la capitale. C’est un espace séparant deux territoires aux identités communautaires marquées. Le transformer en jardin public ou y construire le nouveau siège de l’Université libanaise comme le préconisent ceux qui cherchent à implanter en ville des lieux de réconciliation, reviendrait à en faire un lieu ouvert, en particulier aux couches populaires du Grand Beyrouth qui n’ont pour espace de respiration hebdomadaire que la corniche du front de mer. Cela n’a pas été le choix du CMB qui a préféré conserver l’hippodrome comme une barrière symbolique entre la ville-municipe et ses banlieues peuplées de néo-urbains ; en somme, concevoir la gestion de la ville à la dimension d’un territoire restreint délimité au début du siècle, en ignorant tant la dimension de la région métropolitaine (DGU, 1986, en particulier p. 166) que la réalité sociologique et économique du Grand Beyrouth, qui, elles, sont prises en compte par le gouvernement et ses organes spécifiques comme le CDR.

CONCLUSION

38Comment s’articulent, dans le fonctionnement du CMB, la surdétermination par les représentations communautaires et la subordination à des intérêts patrimoniaux ? Porteurs de représentations concurrentes de leur ville, les élus de 1998 ne sont pas en mesure de négocier entre eux un consensus pour fonder une politique autonome sur le partage du pouvoir au niveau de l’instance municipale, selon les normes du système consociatif (Lijphart, 1997, p. 696). Le pouvoir municipal leur échappe pour des raisons institutionnelles et financières, certes, mais surtout parce que la décision politique appartient à des patrons dont la domination repose en retour sur la pérennisation de leurs divisions. À travers des procédures bureaucratiques particulièrement complexes, les enjeux de la ville sont ainsi captés et instrumentalisés au niveau national.

39Une première observation suggérée par le cas de Beyrouth est que le fonctionnement du politique ne diffère pas ainsi à l’échelon municipal de ce qu’il est à l’échelon national. Certes, les membres du CMB participent inégalement de l’échange clientélaire : tandis qu’ils sont fortement soumis aux grands électeurs, leurs patrons, ils n’exercent qu’un patronage limité, voire marginal, sur leurs électeurs et leurs administrés beyrouthins. Là se situe sans doute une faiblesse fonctionnelle du CMB qui ne trouve qu’imparfaitement sa place dans la chaîne de domination. Quant au paradigme communautaire, nous avons vu que son ignorance était considérée comme une source de dysfonctionnement politique si bien qu’il a été réintroduit dans le partage du pouvoir local, comme pour exclure l’éventualité d’un autre mode de fonctionnement, déconfessionnalisé. À Beyrouth, l’objectif de consensus au sein du conseil n’est pas atteint pour autant. Pour combien d’autres municipalités cela est-il le cas, même si l’aveu en est moins explicite ? Et jusqu’à quel point cela signale-t-il le refus, ou l’impossibilité, de s’émanciper du national pour faire de la politique autrement ?

40Car, c’est notre seconde observation, la municipalité de Beyrouth présente un cas limite d’interpénétration du niveau local et du niveau national. Certes, les élites urbaines avaient déjà perdu de leur autonomie au long du xxe siècle, à mesure que s’affirmait l’État et que la capitale devenait une métropole par sa richesse économique et sa complexité sociale. Ensuite, la division en micro-territoires communautaires par la guerre a corrodé la légitimité de l’institution municipale et grippé son fonctionnement. Cependant, contrairement aux attentes formulées par le législateur de Taëf, la reconstitution du conseil municipal de Beyrouth à travers l’opération électorale de 1998 n’a guère favorisé la renaissance d’une démocratie locale à Beyrouth. La distance entre le niveau national et le niveau municipal est ainsi abolie, au point d’étouffer toute politique publique autonome de la part du conseil et de permettre la récupération de ses initiatives (par exemple, dans l’affaire de l’hippodrome) par des intérêts privatifs. Dans la configuration de pouvoir libanaise, le CMB apparaît tout au plus aujourd’hui comme une instance gestionnaire instrumentalisée à l’échelle nationale.

41S’ajoute enfin une situation conjoncturelle dont il serait hasardeux de pronostiquer les effets structurels : la substitution à une pluralité de patrons appartenant à la notabilité citadine, d’un patron unique, outsider, pour lequel Beyrouth n’est qu’un atout dans sa stratégie nationale. Certes, il n’est pas dit que la domination de Rafic Hariri sur Beyrouth (non plus que sur le Liban) est assise dans la longue durée, étant donnée la fluidité de la situation libanaise. Si c’est le cas, on aura assisté avec les élections municipales de 1998 et les premiers pas du nouveau CMB, à un processus inverse de celui qu’appelaient de leurs vœux les défenseurs de la vie locale : la dégradation des fonctions représentative et médiatrice du conseil municipal de Beyrouth.

Municipalité de Beyrouth, 2001. © A. Favier.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Akarli E., 1993, The Long Peace. Ottoman Lebanon 1861-1920, University of California Press, Berkeley.

Arnaud J.-L. (dir.), 1997, Beyrouth, Grand Beyrouth, Les Cahiers du CERMOC n 16, Beyrouth.

Bahout J., 1997, « Élites parlementaires libanaises de 1996 : étude de composition », in J. Bahout & CH. Douayhi (dir.), La vie publique au Liban, expressions et recompositions du politique, Les Cahiers du CERMOC n 18, Beyrouth, p. 17-34.

Beydoun A., 1984, Identité confessionnelle et temps social chez les historiens libanais contemporains, publication de l’Université libanaise, Beyrouth.

Beyhum N. (dir.), 1991a, Reconstruire Beyrouth. Les paris sur le possible, Maison de l’Orient, Lyon.

Beyhum N., 1991b, Espaces éclatés, espaces dominés : étude de la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 1975 à 1990, thèse de sociologie non publiée, Lyon II.

Bonne E., 1995, Vie publique, patronage et clientèle : Rafiq Hariri à Saïda, CERMOC-IREMAM, Aix-en-Provence.

Briquet J.-L., 1995, « Les pratiques politiques “officieuses”, clientélisme et dualisme politique en Corse et en Italie du sud », Genèses n 20, p. 73-94.

Chbarou B. & Charara W., 1985, « Une mosquée de Beyrouth aujourd’hui : unité de la communauté et diversité des croyants », in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, CERMOC, Beyrouth, p. 21-43.

Davie M., 1996, Beyrouth et ses faubourgs (1840-1940), Les Cahiers du CERMOC n 15, Beyrouth.

Dick M., 1999, « City hall fights ministry misers », Daily Star, 11 septembre 1999.

DGU, Direction générale de l’Urbanisme, 1986, Schéma directeur de la région métropolitaine de Beyrouth, CDR, Beyrouth.

Duran P. & Thoenig J.-C. 1996, « L’État et la gestion publique territoriale », Revue française de science politique n 46 (4), p. 580-624.

Eddé C., 1997, Introduction à l’histoire de Beyrouth à l’époque du Mandat : la municipalité au quotidien, mémoire de DEA, université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence.

Fakhoury A., 1999, « Les compétences de la municipalité et ses relations avec le pouvoir central », in CERMOC, Les dimensions juridiques et administratives des municipalités au Liban, Document du CERMOC n 4, Beyrouth, p. 17-19.

Fawaz L., 1983, Merchants and Migrants in Nineteen-Century Beirut, Harvard University Press, Cambridge.

Garraud Ph., 1989, Profession : homme politique. La carrière politique des maires urbains, L’Harmattan, Paris.

Hourani A. 1976, « Ideologies of the Mountain and the City », in R. Owen (dir.), Essays on the Crisis in Lebanon, Ithaca Press, Londres, p. 33-41.

Hourani A., 1968, « Ottoman Reform and the Politics of Notables », in W. Polk & R. Chambers (dir.), The Beginnings of Modernization in the Middle East, the University of Chicago Press, Chicago, p. 41-68.

Ingels Ch., 1999, L’administration libanaise au sortir du conflit civil : permanence de l’enjeu politique partisan et impératif fonctionnels de la reconstruction à portée nationale, thèse de science politique, Aix-Marseille II.

Jobert B. & Muller P., 1987, L’État en action. Politiques publiques et corporatisme, PUF, Paris.

Kfoury T., 2000, « La politique financière à l’échelle municipale : l’exemple de Beyrouth », in CERMOC, Vie locale, gestion municipale, Document du CERMOC n 7, Beyrouth, p. 19-27.

Khalaf S., 1987, « Social Structure and Urban Planning », in S. Khalaf (dir.), Lebanon’s Predicament, Columbia University Press, New-York.

Lapidus I. (dir.), 1969, Middle Eastern Cities, University of California Press, Berkekey.

Leca J. & Schemeil Y., 1983, « Clientélisme et patrimonialisme dans le monde arabe », International Political Science Review vol. 4, n 4, p. 455-494.

Legg K. & Lemarchand R., 1972, « Political Clientelism and Development. A Preliminary Analysis », Comparative Politics n 4 (2), p. 149-178.

Lijphart A., 1997, « Changement et continuité dans la théorie consociative », Revue internationale de politique comparée n 4 (3), p. 679-697.

Mashnouq M., 1995, Ḥukūmat Bayrūt : iškāliyyat al-qiyāda al-’aṣriyya li-baladiyyat al-’āṣima [Gouverner Beyrouth : problématique d’une direction moderne pour la municipalité de la capitale], Mu’assasat lil-našr, Beyrouth.

Markaz 3A lil-dirāsāt, 1997, Dalil al-nā ‘ib al-lubnānī 1996 [Guide du député libanais en 1996], se, Beyrouth.

Nasr S., 1985, « La transition des chiites vers Beyrouth : mutations sociales et mobilisation communautaire à la veille de 1975 », in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, CERMOC, p. 87-117.

Rougierb., 1997, « Liban : les élections législatives de l’été 1996 », Maghreb-Machrek n 155, p. 119-130.

Zamir M., 1985, The Formation of Modem Lebanon, Cornell University Press, Ithaca.

Notas

1 Les informations et précisions citées sans référence nous ont été fournies par les interlocuteurs publics et privés qui ont accepté de nous éclairer et ont réclamé l’anonymat. Qu’ils soient remerciés, en tout premier lieu les membres du conseil municipal de Beyrouth. Les erreurs et les analyses n’engagent que nous-même.

2 Ce constat se base sur les réponses au questionnaire n 2 (adressé aux conseillers des grandes villes) effectué par SOFRES-CERMOC en 1999 (voir annexe générale 3).

3 C’est-à-dire 1) cumulant héritage matériel et symbolique, 2) doté de charisme et 3) surtout d’un pouvoir de médiation entre la société locale et les élites centrales. Voir Hourani, 1968, p. 41-68. Il y a là une évolution sensible, sinon une rupture, par rapport à la représentation municipale jusqu’en 1953, étudiée dans cet ouvrage par Caria Eddé.

4 Comme dans les conseils précédents (voir dans cet ouvrage Caria Eddé, passim) et parmi les députés de la ville (Voir Markaz 3A lil-dirāsāt, 1997 ; Bahout, 1997, p. 17-34).

5 Dans son étude de la carrière politique des maires urbains en France. Ph. Garraud montre comment qualités individuelles et aptitudes collectives (à titre de mandataire d’une organisation) se combinent pour produire une compétence politique, soit une capacité à contrôler et à mobiliser des réseaux de sociabilité et de soutien dans un processus d’échange politique (Garraud, 1989).

6 Mazraa, Dar el-Mraissé (plus connu sous le nom de Aain el-Mraissé), Msaitbé, Bachoura, Zqaq el-Blat, Mina el-Hosn et Ras Beyrouth à Beyrouth-ouest ; Achrafiyeh, Saifi, le Port, Mdaouar et Rmeil à Beyrouth-est. Nous nous sommes basée sur un listing des résultats par quartier et par communauté qui nous a été communiqué par un des élus de la liste.

7 Moins de 20 % dans les bastions sunnites de Mazraa et Msaitbé où un membre de la Ğamā’a islāmiyya sunnite est pourtant venue publiquement à sa rescousse, après le Premier ministre lui-même, dans l’après-midi du vote.

8 Ils agissent en particulier dans le cadre des institutions religieuses de quartier et auprès des écoles privées locales.

9 Pour les estimations par la presse libanaise, voir le supplément du Nahār, 13 et 15 mai 1998.

10 On avance couramment le chiffre de 5 millions de dollars pour les frais de campagne et d’élection de la liste (surveillance des bureaux, transport, achat de voix) contre 200 000 dollars pour la principale liste adverse (voir M. Iskandar, The Cost of Being Elected in Lebanon, texte inédit, sd).

11 Quatorze d’entre eux ont investi en capital et déploient des activités plus larges que leur champ de compétence professionnelle initiale. Ils se sont identifiés comme tels au cours de nos entretiens.

12 Entre 5 heures et deux journées par semaine, à l’exception du président et du vice-président qui sont d’ailleurs les seuls à recevoir une indemnité de fonctionnement (source : questionnaire n 2 sofres-cermoc).

13 Mais pas tous. On retrouve quatre membres déclarés de divers partis, et des sympathisants, si on ne considère pas le « parti Hariri » comme un parti politique.

14 Source : questionnaire n 2 sofres-cermoc.

15 Par exemple, le Dr Bernard Gerbaqa sur la maltraitance enfantine.

16 Selon la Ligue pour le développement de l’action municipale de Beyrouth, 1,2 % seulement du territoire urbain est constitué d’espaces verts. Beyrouth disposerait ainsi de 0,8 m2 de verdure par habitant, contre 19 à Paris (entretien avec le président de la Ligue, Nabil Soubra, décembre 1999).

17 Près de 12 % du budget municipal est consacré aux dépenses à caractère social, au bénéfice prioritaire des employés de la municipalité et de leur famille.

18 Selon un membre de la commission municipale des finances, un tiers des sommes détenues par la caisse appartiendrait à la municipalité de Beyrouth. Il est difficile d’évaluer les sommes dues à Beyrouth par les différentes administrations de l’État central, parce que celui-ci a effectué d’importantes dépenses d’infrastructures dans la ville depuis la fin de la guerre. Le conseiller Ammar Houri mentionnait en 1999 la somme de 28 milliards de livres libanaises due par la CAM à la municipalité de Beyrouth mais signalait que le CMB devait 32 milliards au Conseil exécutif des grands projets de la ville de Beyrouth (CEGPVB), organisme gouvernemental chargé d’exécuter les travaux dans la capitale (Dick, 1999). Le CEGPVB, un de ces organes chéhabistes voués à secouer l’inertie du service public, a été créé en 1963 (loi 11985 du 4 février et décret d’application 12305 du 12 mars, révisé en 1995) avec l’objectif de mettre en œuvre le Plan directeur de la ville de Beyrouth (« Plan Écochard » de 1956). Voir l’interview de Abdelmoneim Ariss, président du CMB, Monday Morning, 31 juillet 2000, p. 15.

19 Chiffres et documents internes communiqués par plusieurs membres du CMB.

20 La ville ne compte pourtant que 2 400 employés municipaux, pour 400 000 habitants selon le ministère de l’Intérieur, 570 000 si on se base sur les listes électorales (393 813 inscrits en 1998), 800 000 la nuit si on se base sur les statistiques de l’Office de l’électricité (250 000 compteurs) et beaucoup plus dans la journée avec la venue des travailleurs et des enfants des écoles.

21 Outre une subvention et un soutien technique de l’United State Agency for International Development (USAID) en matière d’informatisation, Beyrouth reçoit des aides de grandes capitales européennes. Du côté français, elle bénéficie de son appartenance à l’Association internationale des municipalités francophones et entretient des relations privilégiées avec la ville de Paris et avec la région Île-de-France.

22 Fakhoury, 1999, p. 17. Depuis le gouvernement Hoss de décembre 1998, les Affaires municipales et villageoises sont confiées au ministre de l’Intérieur et un projet de loi prévoit d’en faire une direction de son ministère.

23 Selon un membre du CMB, 15 décisions seulement ont été appliquées.

24 Il est aussi formulé en termes de rivalité entre un président du conseil municipal sunnite et un muhāfiz de Beyrouth traditionnellement grec-orthodoxe. Nous y viendrons dans la dernière partie.

25 Sur une superficie qui s’étend du nahr el-Kalb (au nord) au nahr Damour (au sud), le Grand Beyrouth compte environ 1,2 million d’habitants en 1997 selon J.-L. Arnaud (Arnaud, 1997) et regroupe plus de la moitié des activités économiques du pays, en particulier toutes les activités de commandement.

26 K. Mroué, 3 octobre 1963, cité dans Mashnouq, 1995, p. 68 et 70.

27 F. Awada, « Le schéma directeur de la région métropolitaine de Beyrouth » in Beyhum (dir.), 1991a, p. 123.

28 Sur 18 membres nommés en 1961, 9 seulement étaient encore en fonction en 1995. Voir Mashnouq, 1995, p. 66.

29 Elle possède 35 millions de dollars d’actions.

30 213 000 m2 entre l’avenue Abdallah Yafi et la rue Omar Beyhum. Au nord et à l’ouest, il est bordé par les quartiers de Ras en-Nabaa et de Watwat (Tariq ej-Jdideh). Au sud et à l’est, sont proches les municipalités de Furn ech-Chebbak et Chiyah. L’ensemble de cette propriété municipale de 600 000 m2 inclut le Bois des pins et le terrain sur lequel a été construite la mosquée Chatila.

31 Entre douze et quinze millions de dollars par an ces dernières années. La multiplication des officines de paris clandestins, ou « paroli », depuis la guerre provoque un manque à gagner estimé à 45 %.

32 La SPARCA a pour mission d’organiser les courses, d’entretenir et moderniser les infrastructures, et de gérer les paris pour le compte de la municipalité.

33 La prorogation du contrat de la SPARCA en 1991 a été récusée en 1992 par la Cour des comptes (décision 88), qui a estimé que le partage des revenus lésait la municipalité de Beyrouth et qui a demandé que soit appliqué un nouveau type de contrat. La SPARCA a conservé de facto la gestion de l’hippodrome depuis 1991.

34 Amin Beyhum, par exemple, président du CMB en 1961, Chafiq Sardouq, président du CMB de 1981 à 1991, ainsi que Pierre Pharaon, conseiller municipal, et Nicolas al-’Amm, vice-président du CMB jusqu’en 1998.

35 Au comité administratif de la SPARCA en 1998 on relève les noms de Freige. Beyhum, Ghandour, Dahdah, Sehnaoui, Jumblatt, Asseyli, Pharaon, Mekkaoui, et parmi les membres ceux de Karam, Skaff, Fares, Dabaghi et Diab (Le Commerce du Levant 5 440, 16 juillet 1998).

36 On retrouve cette préoccupation financière dominante dans une interview du président du CMB à L’Orient-Le Jour du 4 juin 1999, à propos de la controverse sur la rénovation de la Maison de l’artisan à Beyrouth : « nous ne nous sommes mêlés que d’une chose, c’est de nous assurer qu’un pourcentage des revenus [...] reviendra à la municipalité elle-même en tant que propriétaire du terrain. »

37 Parkings, jardins, circuits de détente et d’activités sportives, culturelles et sociales. Voir « Au cœur de Beyrouth, un îlot de verdure, l’hippodrome et des projets », Le Commerce du Levant 5440, 16 juillet 1998.

38 Rapport au CMB du 9 mai 2000 relevant la création d’espaces privatifs, des sous-locations et la multiplication des stalles sans contrat. La SPARCA a obtenu un décret d’exemption d’impôts signé du président Frangié en 1974 et un prêt de 10 millions de livres libanaises (2,5 millions de dollars) à l’époque d’Amine Gemayel puis, en 1991, une exemption d’impôts pour trois ans afin de reconstruire les tribunes détruites en 1982, installer l’éclairage nocturne et le système informatique d’enregistrement des paris à l’extérieur.

39 Al-Safīr, 5 novembre 1998 ; al-Nahār, 13 janvier 1999. Voir également l’étude de Karam Karam dans cet ouvrage.

40 Cinq membres du CMB votent contre le maintien de l’hippodrome dans les lieux, dont le conseiller d’opposition, un membre de la Ğamā’a islāmiyya et un proche du Hizbollah. Il y aurait eu 17 votes positifs. Avec l’accord de la SPARCA, des balançoires, quelques bancs et une buvette sont installés au centre de l’anneau de la piste sablée ; une porte donnant sur l’avenue Abdallah Yafi est ouverte de 10 heures à 16 heures en semaine (quand les enfants sont à l’école). L’espace est dangereux (chevaux à l’entraînement, passage de machines, risque de tétanos..), sinistre et desséché (en contraste avec les massifs arrosés par la SPARCA quelques mètres plus loin). Voir al-Safīr, 11 novembre 1998.

41 « Pourquoi consulter ? », dira un membre éminent du CMB, « nous avons été élus. Nous pouvons décider. »

42 Les avis sont partagés sur le caractère de BOT (Build, Operate, Transfer) de la formule d’appel d’offres international dont le cahier des charges est préparé par le CDR pour le compte de la municipalité (décision 55 du 15 janvier 1998). Il s’agit en tout cas d’une offre de concession pour exploitation, adoptée par le Conseil des ministres par le décret 21 du 5 février 1998.

43 Les constructions légales couvrent pour l’instant environ 12 % du terrain. Le CMB réclame la préservation d’un minimum de 50 % d’espaces verts sur la surface de l’hippodrome, la limitation du nombre de stalles et l’installation de parkings en sous-sol.

44 Arrêté 2155 du 3 septembre 1999.

45 En 1983 et 1991, la SPARCA avait bénéficié de la part du ministère des Finances de plusieurs remises de dette et de moratoires.

46 Lettre du ministère des Finances au CMB (2 août 2000) proposant à celui-ci 4.75 % des revenus des paris passés à l’intérieur de l’hippodrome et 3 % de ceux de l’extérieur, ainsi qu’une représentation au sein du futur comité chargé de piloter l’opération. Le chargé de mission au ministère estime que le CMB pourrait en tirer des revenus d’environ 1,5 million de dollars par an.

47 Al-Safīr, 6 octobre 2000. En sortant de son entretien avec le Premier ministre, le président du CMB déclare que le conseil « n’a pas le choix ».

48 Se reporter sur ce sujet à l’analyse de Duran & Thoenig, 1996.

49 Voir à ce propos Jobert & Muller, 1987, p. 95 : « chaque acteur, dans chaque secteur, agit à tout moment en fonction d’une représentation relativement stabilisée et partagée de la société, et de la position qu’y occupent son secteur et lui-même ».

50 Sur la présence ancienne et importante des maronites à Beyrouth, voir Eddé, 1997 et Nasr, 1985.

51 Les résultats, très controversés, donnent finalement 9 sièges aux sunnites et 2 aux chiites, le premier membre (sunnite) de la liste d’opposition ayant obtenu plus de voix que le dernier (chiite) de la liste « de la concorde », Fadi Chahrour.

52 Les électeurs sunnites de Beyrouth sont eux-mêmes nombreux à habiter la banlieue, en particulier Aaramoun.

53 D’aucuns disent « cosmopolite » ou « levantine » en référence à d’autres villes méditerranéennes de l’Empire ottoman (Alexandrie, Salonique, Smyrne...).

54 Le poids de l’électorat sunnite (40,5 % des électeurs de la ville) est décisif pour le succès des candidats de toutes les communautés, comme il sera démontré lors des législatives de septembre 2000 où il soutiendra majoritairement les listes patronnées par Rafic Hariri.

55 Un des deux conseillers chiites se déclare pour sa part favorable à la loi de la majorité simple, et « anti-communautariste ». C’est à la fois raisonner à l’échelon national (où les chiites sont la communauté la plus nombreuse) et à long terme (où leur progression démographique est la plus forte, y compris à Beyrouth).

56 « Comme le port et les bordels », dit notre interlocuteur, qui raconte qu’entre 1975 et 1977 les Kataëb prélevaient leur dîme sur les paris une semaine sur deux et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) l’autre semaine.

57 Les 55 000 électeurs chiites représentent 14 % du corps électoral de Beyrouth. Une partie significative (la moitié ?) est constituée d’originaires des « sept villages » à la frontière palestinienne, mais il ne faut pas sous-estimer l’ancienne et puissante bourgeoisie locale emblématisée par les Beydoun.

58 Beyhum. 1991b, en particulier le chapitre V, « La recomposition de l’espace communautaire. L’expansion communautaire des néo-urbains les met en position prépondérante dans la ville », p. 253-315.

59 Nous sommes même tentée d’attribuer le succès in extremis de l’opposant Fakhoury à la volonté des sunnites partisans de Hariri de « reprendre » un siège aux chiites plus qu’à celle de démontrer l’honnêteté des opérations électorales après une nuit de dépouillement homérique.

Índice de ilustraciones

Leyenda Municipalité de Beyrouth, 2001. © A. Favier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4292/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 389k

Autor

Élizabeth Picard, docteur en science politique, directeur de recherche au CNRS-IREMAM. Elle a été directrice du CERMOC de 1997 à 2000 où elle a animé plusieurs programmes de recherche. Auteur de nombreux articles et publications sur le Liban et la Syrie, dont Liban, État de discorde : des fondations aux guerres fraticides (1988), revu et augmenté dans sa version anglaise Lebanon. A Shattered Country : Myths and Realities ofthe Wars in Lebanon (1996).

© Presses de l’Ifpo, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.

Comprar