Version classiqueVersion mobile

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Troisième partie. Négociations et territoires à l'échelle locale

Action municipale, leadership et territoire : Nabatiyeh (Liban Sud)

Souha Tarraf-Najib

Texte intégral

Je remercie le président de la municipalité de Nabatiyeh pour son accueil et sa coopération, ainsi que les membres de son équipe, sans oublier les différents élus et responsables rencontrés dans la ville et sa région.

« Celui qui arrive à Tecla voit peu de choses de la ville, derrière les palissades de planches, les abris en toile de sac, les échafaudages, les armatures métalliques, les ponts de bois suspendus à des cordes ou soutenus par des chevalets, les échelles, les treillis.
Alors, il demande :
– Pourquoi la construction de Tecla dure-t-elle si longtemps ?
Et les habitants, sans arrêter de hisser des seaux, de jouer des fils à plomb, de promener vers le haut et le bas de longs pinceaux, répondent :
– Pour que ne commenc6e pas la destruction.
Et quand on leur demande s’ils craignent qu’à peine ôtés les échafaudages, la ville se mette à craquer et tomber en morceaux, ils ajoutent très vite, à voix basse :
– Pas la ville seulement.
Si, insatisfait des réponses, quelqu’un applique un œil à la fente d’une palissade, il voit des grues qui soulèvent d’autres grues, des échafaudages qui recouvrent d’autres échafaudages, des poutres qui étayent d’autres poutres.
– Quel sens a votre chantier ? demande-t-il. Quel est le but d’une ville en construction, sinon une ville ? Où est le plan que vous suivez, le projet ?
– Nous te le montrerons dès que la journée sera finie ; maintenant nous ne pouvons pas nous arrêter.
Le travail cesse au coucher du soleil. La nuit descend sur le chantier. C’est une nuit étoilé.
– Voilà le projet, disent-ils. »
Italo Calvino, Les villes invisibles, p. 148 (éditions du Seuil, coll. Points, 1984, 1er éd. 1972).

  • 1 Nabatiyeh et-Tahta est le nom complet de la localité communément dénommée Nabatiyeh, à distinguer d (...)
  • 2 Il manquait en effet une région dirigée par un muhāfiz chiite. La création de cette région (loi 75/ (...)

1C’est en 1880 qu’est attribué le statut de municipalité au bourg commerçant de Nabatiyeh et-Tahta1, dans le mouvement de création de municipalités dans les localités libanaises les plus importantes ; quelques décennies plus tard, certaines d’entre elles constitueront les chefs-lieux de caza-s du Liban, le caza de Nabatiyeh est ainsi créé en 1930. En 1975, Nabatiyeh devient capitale d’une région (muhāfaza) du même nom, détachée de l’ensemble administratif régional du Liban-Sud, pour des raisons qui tiennent à l’équilibre confessionnel du pays plus qu’à l’aménagement du territoire2 ; elle appartient, en outre, à un regroupement administratif de dix municipalités, la fédération des municipalités du Chqif, créée en 1982.

  • 3 Ce nom est celui attribué à la partie nord (au nord du fleuve Litani) du Ğabal ‘Āmil, pour la disti (...)
  • 4 Mervin (2000) restitue l’ampleur culturelle et identitaire de cette partie méridionale du Liban qui (...)

2Mais c’est dans la pratique de la ville et de son arrière-pays, le Bilād-Chqif3, ainsi qu’à travers le territoire symbolique plus vaste de l’ancien Ğabal ‘Āmil4 des musulmans chiites que se trouvent les principales échelles de référence territoriale des habitants de Nabatiyeh (Figure 1).

  • 5 Les chiites sont par ailleurs majoritaires dans le Ğabal ‘Āmil, et au Liban Sud, même s’ils ne cons (...)
  • 6 Une partie du Liban Sud fut occupée militairement par l’Armée du Liban-Sud (ALS), une milice libana (...)
  • 7 Les envois d’argent, régulièrement effectués par les nombreux habitants de la région à avoir émigré (...)

3Nabatiyeh est un bastion communautaire et territorial chiite5 qui s’est affirmé au cours des années de guerre aux dépens des mouvements politiques laïques (Parti communiste libanais, Mouvement national. Parti social nationaliste syrien, etc.) et qui a dû faire face, pendant plus de vingt ans (de 1978 à 2000), aux canons de l’Armée du Liban-Sud6. Cette localité a pourtant fortement polarisé la croissance économique et spatiale de l’espace intérieur (non côtier) du Liban Sud, dans sa partie non occupée bien évidemment7. La ville s’est en effet développée dans le dernier quart du xxe siècle en quasi-continuité, du moins en termes d’espaces et d’activités, avec les localités rurales ou semi-rurales limitrophes (Habbouch, Kfar Roummane, Nabatiyeh el-Faouqa, etc.) sans que des travaux d’équipement et d’infrastructure aient accompagné cette poussée urbaine, cependant que les réserves foncières communales (mušā ‘) du territoire intra muros de Nabatiyeh ont été en grande partie rongées par des constructions illégales et anarchiques.

  • 8 Créé en 1970, le Conseil du Sud est voué au départ au développement de la région méridionale, puis (...)

4Si les miliciens du mouvement Amal avaient pris position dans la ville à la suite du retrait militaire israélien de Nabatiyeh – et d’une partie de la région Sud – en juin 1985, l’organisme urbain est resté sous l’autorité légale, mais très diminuée dans les faits, du conseil municipal élu en 1963. À Nabatiyeh comme dans de nombreuses autres localités méridionales progressivement entrées dans la sphère d’influence d’Amal au cours des années 1980, il n’avait point été question pour cette milice d’administrer directement la ville, du moins de manière officielle : la milice ne s’était pourtant pas effacée de la gestion au quotidien des localités et des rapports entre les habitants. Les dirigeants du mouvement Amal – et le plus puissant d’entre eux, Nabih Berri, actuel président de la Chambre des députés –, soucieux de respecter formellement la légalité symbolisée par les organes municipaux en place depuis 1963 ou par ce qu’il en restait (souvent quelques conseillers survivants), ont pris soin de tisser au cours des années de guerre un important réseau de relations dans les administrations publiques et en particulier dans les organismes chargés de la reconstruction, à savoir le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) et, surtout, le Conseil du Sud8.

Figure 1 – Nabatiyeh : limites administratives et limites de « pays ».

Figure 1 – Nabatiyeh : limites administratives et limites de « pays ».

Source : le fond de carte utilisé est repris de l’Atlas des localités, CNRS-L/CERMOC, Beyrouth.

5Mais le mouvement Amal n’est pas la seule force politique et militaire chiite à avoir pris position à Nabatiyeh durant la guerre. L’autre parti spécifiquement chiite, le Hizbollah, créé en premier lieu dans l’objectif d’une guérilla de résistance à l’occupation militaire israélienne, est également présent dans la ville, depuis la fin des années 1980 ; il s’est bien implanté, quoique de façon plus tardive, dans nombre de familles de Nabatiyeh, grâce à l’un de ses points forts, l’appui matériel et médical apporté à la population dans une région exposée militairement. L’implantation du mouvement Amal s’est, pour sa part, classiquement faite par le biais des familles (soit anciennement importantes, soit nouvellement entrées dans l’espace de la notabilité locale via le « levier » de l’émigration) ; elle est basée, plus spécifiquement, sur un dispositif associatif développé surtout depuis les années 1970, dans le cadre de ce qu’on a appelé « l’émergence » des chiites libanais. Le Sud est ainsi considéré comme le bastion électoral du mouvement Amal, ce qui s’est traduit, dans les scrutins législatifs depuis 1992, par d’imposantes victoires des listes communes menées par Amal avec le Hizbollah, après plusieurs années de combats fratricides entre ces deux partis pour la suprématie de la représentation chiite au Liban.

  • 9 Sur 15 459 électeurs inscrits dans la ville, 7 363 ont voté lors du scrutin municipal de 1998 (sour (...)

6Le scrutin municipal de 1998 s’est distingué des scrutins législatifs par des lignes de partage plus diversifiées. Les électeurs de Nabatiyeh9 ont en effet choisi 21 conseillers de différents bords politiques, mais avec une importante coloration Hizbollah : 17 nouveaux élus étaient candidats sur la liste soutenue par le Hizbollah et ils constituent la nouvelle majorité municipale, alors que seuls 4 candidats de la liste soutenue par le mouvement Amal ont été élus. Dans l’ensemble des autres localités de la muhāfaza de Nabatiyeh, les nouveaux conseils élus se partagent globalement entre ces deux partis, sans que les forces individuelles locales et les courants idéologiques anciennement implantés ne disparaissent de ces nouvelles représentations municipales. Pour sa part, l’administrateur (le muhāfiz) de la région de Nabatiyeh, en partie occupée au moment de l’enquête, est « traditionnellement » un proche de Nabih Berri.

7Dans cette configuration particulière, l’affirmation de la nouvelle autorité municipale dans la ville de Nabatiyeh va-t-elle de soi, sur la base d’une légitimité officiellement et nettement acquise par les urnes, ou bien faut-il la comprendre en termes de reconquête – territoriale, politique, financière – du pouvoir local (municipal) ? Si cette question se pose, en somme, à l’ensemble des nouvelles administrations municipales libanaises telles qu’issues des élections en 1998, on comprend que dans le cas de Nabatiyeh, ce problème de la légitimité – à gouverner –de l’équipe municipale est celui du camp largement victorieux de la bataille électorale. En d’autres termes, ce qui semble en jeu est une instance municipale à réinvestir de son statut d’autorité locale légitime par le nouveau conseil élu.

8Au-delà de la gestion municipale, avec la municipalité comme « nouvel » acteur local, l’enjeu principal du nouveau rapport de forces est l’affirmation d’un leadership politique à la fois sur la ville et sur sa région, parce qu’il est difficile – nous l’avons suggéré dès les premières lignes de ce texte – de comprendre l’évolution de Nabatiyeh en dehors de celle de sa région. Vu le statut administratif de cette ville, le président de la municipalité de Nabatiyeh est traditionnellement le président de la fédération des municipalités du Chqif ; la ville remplit, en outre, des fonctions importantes aux plans économique, commercial, religieux et culturel, dans une région longtemps restée rurale et « déshéritée », à la périphérie du système socio-politique et économique libanais – mais qui vit depuis plusieurs décennies un essor significatif.

9Nous proposons donc, dans une première partie de l’étude, d’observer comment le nouveau conseil municipal essaie de conquérir une place dans l’action locale, dans l’espace de la ville, malgré la contestation de sa légitimité jusque dans son territoire légal d’action, l’intra muros. L’espace municipal est capital dans la mesure où il représente une des échelles privilégiées où peuvent être rendues visibles les actions pratiques et communicationnelles. Il semble néanmoins insuffisant dans le cas de Nabatiyeh en raison d’une part de la contrainte qu’imposent les limites physiques, légales de la ville et, d’autre part, parce que l’équipe municipale refuse de contenir ses ambitions dans une gestion intra muros.

  • 10 Nous empruntons ces expressions de leadership « potentiel » et leadership « confirmé » à Genieys (G (...)

10Simultanément, en effet, les élus de la majorité municipale expriment le besoin de « sortir des limites » territoriales légales pour arriver à réaliser des projets pour la ville ; ils « militent » activement – et notamment leur président – en faveur de la « projection » extra-territoriale de quelques importants projets d’équipement. Mais cette stratégie de dépasser les limites du territoire municipal, telle qu’elle est constamment exprimée par le président de la municipalité, se heurte à des obstacles. Nous détaillerons ce point dans une seconde partie de l’étude, en focalisant plus particulièrement notre attention sur le président de la municipalité de Nabatiyeh : nous tenterons de comprendre si, et en quoi, se développe, avec cet acteur local, un processus – ou du moins, une tentative – de construction d’un leadership politique « potentiel », qui prend appui sur le territoire municipal et sur un territoire supra-municipal méridional (aux contours non strictement arrêtés, parce que non déterminés administrativement), en face d’un leadership établi – ou « confirmé »10 – depuis les années de la guerre civile dans une grande partie du Liban Sud, celui de Nabih Berri.

UNE ÉQUIPE MUNICIPALE AMBITIEUSE ENFERMÉE DANS UNE GESTION TERRITORIALE INTRA MUROS

  • 11 La municipalité a financé ce projet, estimé à 15 000 dollars. Voir à ce propos Krayyem, 1998.
  • 12 Rapport du LCPS, 1998, p. I. 77. Ces réalisations sont la construction de deux canaux pour l’écoule (...)

11Lors du dernier scrutin électoral, les électeurs ont été sensibles – puisqu’ils ont donné la victoire à ceux qui l’avaient lancé – à un slogan qui, sous couvert de réforme, – « Réformer la localité » (Islā al-balda) – proposait un programme très général de modernisation technique et de démocratie locale. Celui-ci exprimait certainement un projet qui répondait, pour la majorité de la population, à une nécessité d’autant plus ressentie que Nabatiyeh, après de longues années d’affaiblissement du pouvoir municipal et de développement spatial anarchique, souffrait d’un manque important d’infrastructures et d’équipements urbains en regard des besoins d’une population en forte croissance démographique. Dans les années 1990, de ses 12 membres d’origine, il ne restait plus de l’équipe précédente (élue en 1963) que 6 conseillers, dont 3 n’avaient plus de résidence permanente dans la ville. À la mort de l’ancien président de la municipalité (Muin Jaber) en 1995, c’est le plus âgé des conseillers, Muhammad Chmaisani, un ancien commerçant qui savait tout juste lire et écrire, qui lui avait formellement succédé. Hormis le ramassage des ordures de la ville et la gestion courante des affaires administratives, les conseillers restants n’entreprirent qu’une seule action de quelque ampleur : ce fut, en 1997, le percement de 3 kilomètres de rues bordées de trottoirs11. Les autres projets d’infrastructures et d’équipement avaient été entrepris par le gouvernement central sans coopération avec la municipalité12. Une réactivation de la gestion administrative et technique de la ville semblait par conséquent indispensable aussi bien pour les habitants – ils en exprimaient le besoin auprès des représentants municipaux précédents (LCPS, 1998) – que pour les nouveaux élus locaux, qui virent la possibilité de montrer concrètement leur volonté de changement exprimée au cours de la campagne électorale. Avant d’examiner les domaines prioritaires de l’action municipale au cours des deux premières années d’exercice du nouveau conseil (mi-1998 à 2000), nous présenterons brièvement le profil socio-politique des élus locaux : par-delà la rivalité principale Amal-Hizbollah et la nouvelle représentation partisane, nous constaterons que les familles et les mouvements idéologiques (présents bien avant la guerre civile) restent des acteurs locaux importants.

Un fin dosage entre partis politiques et familles locales dans la constitution de la liste gagnante

  • 13 Sur le déroulement et les résultats des élections à Nabatiyeh, voir al-Nahār du 30-5 au 11-6-1998.
  • 14 À la question de comprendre pourquoi la liste du Hizbollah est si nettement victorieuse face à cell (...)
  • 15 Ce courant, aujourd’hui minoritaire au Sud-Liban, est celui de Kamel Assaad, ancien et parmi les pl (...)

12À l’inverse des alliances « contre nature » qui se sont nouées dans nombre de localités voisines entre Amal, Hizbollah et des partis de gauche lors des élections de juin 1998, Nabatiyeh ne connaît pas de liste consensuelle. Cinq listes concurrentes s’affrontent pour les 21 postes de conseillers municipaux13 et la liste « Réformer la localité », soutenue par le Hizbollah, sort victorieuse : 17 des 19 candidats qu’elle présente sont élus, les quatre derniers élus provenant de l’autre grande liste, présentée par le mouvement Amal14. Mais ces résultats ne signifient pas l’absence d’élus indépendants et de gauche. Ainsi, sont élus sur la liste gagnante aussi bien Adel Sabbah – le doyen du nouveau conseil municipal –, personnalité localement reconnue pour son indépendance et pour ses références progressistes et qui représente également l’une des familles les plus instituées de la ville, que deux anciens communistes du Mouvement national ou encore Abbas Wehbé, issu du courant assaadiste15, ainsi que Moustapha Badreddine – ce fils de notable, élu président de la municipalité, jouit d’une aura locale et micro-régionale certaine, électoralement conséquente. La liste victorieuse des élections se caractérise donc par une certaine hétérogénéité, même si, parmi les candidats qu’elle présentait, huit sont affiliés et sympathisants du Hizbollah. Sa composition exprime un effort de dosage, lequel fut effectué en prenant en considération des mouvances et sensibilités diverses, où les familles locales sont très bien représentées ; elle témoigne également d’un certain crédit de confiance prêté au Hizbollah – dans sa quête d’une légitimité locale – par ces forces et ces individualités incontournables dans la ville.

13La tradition familiale joue à plein : pour la moitié environ des conseillers nouvellement élus, un parent plus ou moins proche (père, frère, cousin...) siégeait dans le précédent conseil municipal de 1963 : c’est le cas des Jaber, Badreddine, Sabbah, Sabbagh, Kahel, Haj-Ali. Une telle situation n’est évidemment pas propre à Nabatiyeh, comme ne lui est pas spécifique le fait qu’une même famille dispose de plusieurs élus au conseil municipal et que ceux-ci puissent représenter plusieurs courants politiques : ainsi, les familles Jaber et Badreddine ont respectivement trois et deux membres élus dans la nouvelle équipe municipale, mais entre ces personnes il y a plus que des nuances dans les affiliations politiques. On doit cependant noter – manifestation d’une expression incomplète du fait notabiliaire – que si de nouvelles familles font leur entrée dans l’espace politique municipal (les Fahs, les Kallout, les Taqish), d’autres, pourtant plus anciennement connues et actives de longue date dans les partis, associations et clubs locaux ainsi qu’à l’échelle nationale (notamment à la Chambre des députés), en sont absentes (tels les Fayad, les Chahine, les Chmaisani, les Fadl ou encore les Salloum), bien qu’elles aient présenté elles aussi des candidats – mais ceux-ci figuraient sur l’une des listes qui n’eurent aucun élu, celle des indépendants.

14Ces résultats montrent au total, par rapport au dernier scrutin municipal (celui de 1963), une certaine évolution dans les recompositions socio-politiques locales – et dans les représentations –, sur des bases non plus uniquement « traditionnelles » (anciennes familles de notables longtemps présentes dans la représentation nationale, telles les Chahine, les Fayad). De nouvelles alliances se sont mises en place entre des membres de la société civile et des partis ; ces alliances peuvent paraître forcées lorsqu’elles se font entre des familles ou branches de familles nouvellement arrivées dans l’espace notabiliaire local et des familles plus anciennes d’une part et, d’autre part, des mouvances politiques et idéologiques récentes (Hizbollah) ou implantées de longue date mais sans avoir réussi encore à recevoir une onction électorale « légitimante » (cela vaut par exemple pour le Parti communiste libanais) : à travers l’association entre ces différents partenaires pour le scrutin électoral et pour le travail en commun dans le cadre municipal, l’objectif est bien l’accession « officielle » à la légitimité locale.

  • 16 Dans le nouveau conseil municipal de Nabatiyeh, on compte en effet 6 médecins, 6 ingénieurs, un pha (...)

15Tous les élus municipaux font leur entrée pour la première fois dans le conseil municipal de Nabatiyeh. Ce dernier se caractérise par sa relative jeunesse, puisque si quatre élus sont âgés de plus de 70 ans, trois ont moins de 30 ans, tandis qu’une majorité est constituée de quadragénaires (catégorie où l’on retrouve le président de la municipalité) ; et ce sont ces derniers qui dirigent les affaires municipales, du moins pour ce qui est de la gestion au quotidien. L’une de ces personnalités les plus en vue est le trésorier (Bassam Fahs), un ingénieur ayant étudié aux États-Unis et membre du Hizbollah ; plus généralement, l’équipe municipale réunit des compétences diverses, beaucoup de ses membres étant des cadres supérieurs formés à l’étranger16.

  • 17 Entretien avec Ali Hamadani, 13-5-2000. Msaïleh est une petite localité située au sud de Saïda et o (...)

16Pour autant, le nouveau conseil n’est pas préservé de l’expression des divergences partisanes et intra-confessionnelles qui constituent des lignes de clivages fondamentales dans la société du Liban Sud, quand bien même ces divergences recouvrent aussi des rivalités entre familles et branches de familles locales. Ainsi, la présence dans les locaux de la municipalité des quatre conseillers de la liste soutenue par le mouvement Amal est rare, en dehors des réunions mensuelles du conseil. Mais ce retrait apparent ne signifie pas passivité. Ces conseillers forment un petit bloc de ferme opposition interne, ce que leur chef de file, l’ingénieur Ali Hamadani, ne conteste pas du tout, bien au contraire : « Nous sommes quatre et nous avons des propositions ! » nous a-t-il ainsi déclaré ; « [...] eux, ils n’ont pas d’appui [à leurs projets], à l’inverse de nous autres. Alors ils nettoient la ville, ils font du vert... ; laissons passer le temps... et attendons les prochaines élections municipales ! Tout au Sud passe par Msaīleh et ils ne le veulent pas le reconnaître ! »17 Dans ce contexte politique local tendu, bien résumé ici par ce conseiller municipal, la communication – celle de l’opposition comme celle de la majorité municipale – est stratégique pour proposer un discours sur la ville et, éventuellement, sur les services rendus ou proposés aux habitants.

Communiquer avec les habitants, communiquer (sur) la ville

  • 18 Ce journal est quasiment écrit et édité par un seul homme, Abbas Wehbé, nouvel élu du conseil munic (...)
  • 19 Le conseil municipal est organisé en 12 commissions spécialisées, dont les membres se réunissent en (...)
  • 20 Entretiens avec B. Fahs, mai 1999 et septembre 2000.
  • 21 H. Krayyem constatait, avant les élections de 1998, l’absence de coopération et de coordination ent (...)

17Les hommes de la majorité municipale, proches ou alliés de circonstance du Hizbollah, sont portés par un discours réformiste et modernisateur qui ne peut se comprendre en dehors du clivage Amal/Hizbollah : pour eux, ce discours est en effet porteur d’une image de marque (celle de sérieux et d’ « efficacité » des hommes, que l’on veut présenter comme incorruptibles, de ce parti), il exprime la volonté d’imposer un mode – rapide – d’action et un pouvoir parmi les habitants de la ville et au sein de la communauté chiite de la région. Au-delà de la médiation de ce discours dans un journal municipal dont le premier numéro a paru six mois après les élections18, les nouveaux élus ont essayé d’instaurer avec la population une relation directe, au plus près des gens. L’objectif était d’atteindre la population locale et de mieux prendre en compte ses besoins et ses demandes de services, via des canaux de communication de proximité et sans intermédiaire. Rapidement après les élections, l’ouverture au public d’un « cahier de doléances » dans les locaux de la municipalité, ainsi que la mise à la disposition des habitants de numéros d’appel téléphonique, témoignent certainement de la volonté des nouveaux élus de tenir leurs promesses. Une fois réceptionnées, les réclamations et plaintes sont classées et organisées afin de permettre aux élus d’avancer des solutions rapides et efficaces : elles sont réparties par ordre d’importance et par thèmes (routes, canalisations, parking, animaux errants dangereux, etc.) entre les 12 commissions du conseil municipal19. Les réponses sont ensuite formulées directement par les présidents de ces commissions, sans qu’il soit nécessaire de réunir le conseil ni d’obtenir l’accord préalable de son président, pour peu qu’elles ne nécessitent pas de gros engagements financiers (c’est-à-dire pour des montants inférieurs ou égaux à 1 000 dollars)20. Cette politique de communication est un réel succès : le « cahier de doléances », ouvert en permanence aux administrés, reçoit régulièrement et en nombre important des plaintes et des suggestions ; il constitue donc bien, ainsi que les appels téléphoniques, un moyen efficace pour permettre à l’équipe municipale de connaître les attentes de la population et y adapter ses réponses, autrement dit pour conquérir des « parts d’action locale », ce qui lui permet donc de se situer désormais en concurrence avec un Conseil du Sud qui était jusque-là seul présent – mais très présent – et qui s’avère très peu coopératif21.

18Cette stratégie de communication municipale peut en effet se lire comme une tentative de la majorité municipale de s’affirmer face au réseau d’informateurs développé par le Conseil du Sud dans les administrations, les associations et institutions locales et régionales ainsi qu’auprès de professionnels en général bien placés (puisque résidant à Nabatiyeh) pour connaître des besoins, des projets et des chantiers à faire avancer en priorité. Localement, la présence de commerçants, de membres d’associations et d’autres actifs locaux de la société civile gravitant autour du Conseil du Sud et dans tous les cas proches du mouvement Amal fait que l’information – concernant les besoins, les revendications principales des habitants –remonte régulièrement de la base au sommet, c’est-à-dire à Msaïleh et au siège du Conseil du Sud à Beyrouth.

19L’équipe municipale de Nabatiyeh emprunte donc des méthodes sensiblement identiques en développant des moyens de communication directs avec les habitants afin de faire circuler et remonter l’information. Ces deux « fils rouges » que sont le cahier de doléances et le téléphone semblent en outre bien plus efficaces que le journal municipal. Ce dernier, qui devrait être un support important de la politique de communication municipale, est en effet desservi par sa fréquence de parution irrégulière ainsi que par la faible couverture des quartiers de Nabatiyeh : il est mis en dépôt dans les principaux lieux commerciaux et de fréquentation de la population, essentiellement en centre-ville, et non pas distribué à l’ensemble des habitants. De fait, quand le journal paraît, l’information a souvent déjà été donnée aux habitants par les élus. Mais il reste néanmoins porteur de ce discours sur la ville que souhaitent produire les nouveaux élus : d’une part, prouver le souci de transparence et de modernité de l’action municipale (les dépenses, l’agenda des réunions du conseil, les actions réalisées, les actions projetées, tout y est consigné) ; d’autre part, ancrer la ville dans sa région et dans son histoire (le territoire local et régional pratiqué comme culture et identité).

  • 22 « À la légitimité traditionnelle de l’élu local fondée sur l’élection, s’ajoutent aujourd’hui la re (...)
  • 23 Cette dernière proposition fait écho aux auto-proclamations de villes françaises se cherchant une i (...)

20Ce discours sur la ville, porté en particulier par le président de la municipalité, semble s’inscrire dans la quête personnelle de ce dernier de reconnaissance et de légitimité22 dans un vaste dessein de construction d’un leadership. Il vient aussi à l’appui de diverses actions et rénovations entreprises au cœur de la ville, comme le percement de voies de passage dans le quartier Hayy al-Sarray (voir infra), sur le modèle des opérations de restauration des anciens centres-villes français – dont le président est un admirateur, pour la combinaison de modernité et de rattachement à la tradition que de telles rénovations peuvent exprimer – avec l’idée de faire à moyen terme de ce quartier ancien un secteur piétonnier et vivant. Cette idée rejoint le projet de « donner ou redonner une identité à la ville de Nabatiyeh » dans sa région, selon les termes du trésorier de la municipalité qui semble cependant suivre moins aisément les autres propositions enthousiastes de son président, telle celle qui voudrait que « Nabatiyeh capitale culturelle du Sud » dispose d’un véritable campus universitaire, public ou privé, dans l’enceinte de la cité23. En un sens, pour la majorité municipale, communiquer sert donc également à reconquérir une place dans la gestion locale.

Une reconquête minimaliste et contestée dans l’action locale, une difficile territorialisation municipale

  • 24 Résumé de la situation par Rabih Taqish, conseiller municipal membre du Hizbollah et militant assoc (...)

21Si l’on en croit un conseiller municipal, « la nouvelle municipalité s’est trouvée face à une situation de fait : le CDR et le Conseil du Sud ont tout pris, le téléphone, les égouts, les canalisations d’eau potable et d’eaux usées, le réseau électrique... et même pour nos projets, tout doit passer par le centre. Notre rôle, en tant que municipalité, se résume à des choses comme nettoyer les rues, illuminer les grands axes routiers, effectuer des travaux d’urgence comme lorsqu’une canalisation d’eaux usées est bouchée, qu’une route est défoncée... C’est ce que nous avons fait, en arrivant à la municipalité – et c’est ce que nous continuons de faire ! »24.

  • 25 Ces administrations, en l’occurrence le CDR et le Conseil du Sud, n’ont cependant pas de compétence (...)
  • 26 Au mois de mars 2000 (soit un peu moins de deux ans après l’arrivée aux affaires d’une nouvelle équ (...)
  • 27 La municipalité semble souffrir de l’accès difficile au centre politique des décisions : malgré la (...)

22En 1998, le terrain de l’action locale est en effet partiellement investi par les administrations centrales de l’État25 et les besoins sont énormes. Les préoccupations immédiates de l’équipe élue tranchent donc avec la fièvre des grandes déclarations et joutes de la période électorale. L’équipe municipale commence à réorganiser ou régulariser le ramassage régulier des ordures, la police municipale et le système fiscal. Mais avant même d’être installée dans son nouveau local26 elle se heurte à différents types de problèmes allant des contraintes financières à la question foncière, en passant par la contrainte déterminante des rapports politiques locaux et supra-locaux27.

  • 28 Sur l’état des finances en 1999 –.al-Safīr, 14-4-1999 ; entretien avec M. Badreddine (mai 1999) et (...)

23Le conseil municipal a d’abord dû parer au plus pressé, en engageant le remboursement d’une dette d’ 1,250 milliard de livres libanaises (850 000 dollars environ), à un taux annuel d’intérêt de 22 %. Cette dette, accumulée par l’ancien conseil municipal, est notamment constituée par des emprunts contractés auprès de l’État durant plusieurs années, afin de pourvoir au paiement des 80 salariés journaliers et des employés municipaux (Zein, 1999, p. 84). Toute la part de la caisse autonome des municipalités (CAM) destinée à Nabatiyeh au titre de l’année 1997 et versée en 1999 (900 millions de livres libanaises, soit 600 000 dollars), a été utilisée pour couvrir partiellement ce déficit financier, une loi de la Chambre des députés ayant cependant abouti à effacer le prélèvement des intérêts, suite à la requête déposée par la municipalité28. C’est par ce lourd handicap financier de départ que le président de la municipalité explique les difficultés de son équipe à faire démarrer des projets urgents de développement.

  • 29 Nous verrons plus loin que le dépôt des déchets quotidiens est un problème majeur pour Nabatiyeh et (...)
  • 30 Ces projets (électricité) sont quelquefois antérieurs à 1998 (LCPS, 1998), mais ils ont été repris (...)
  • 31 Cet espace, qui servait anciennement de parc à bestiaux, le jour du marché, est désormais un terrai (...)
  • 32 La ville est prise en compte seulement à l’intérieur de son périmètre administratif, la limite léga (...)

24Des actions ponctuelles et très localisées, à l’intérieur des limites du territoire communal, ont cependant été menées à bien. Elles ont donné à Nabatiyeh un air, pratiquement inconnu jusqu’alors, de ville propre. Ainsi, au plan de la propreté urbaine et de l’environnement, des progrès réels ont été réalisés : le ramassage des ordures29 est désormais quotidien et l’entretien des rues du centre est effectué régulièrement. De grands bacs à plantes séparent la circulation en deux sens sur les principales voies de passage, empêchant le stationnement anarchique au bord des trottoirs. Les affichages sauvages sont interdits et les terrains municipaux situés dans le centre et dégradés par des dépôts d’ordures et d’objets encombrants sont nettoyés et sont devenus des aires payantes de stationnement. Au plan de l’équipement, le réseau électrique des principaux axes du centre a été réparé et l’éclairage nocturne sur les voies secondaires se développe30. Le réseau de canalisation des eaux usées (égouts) est également en cours de réalisation pour l’ensemble des quartiers de la ville, incluant même certains quartiers (Hayy al-Mušā’) qui ont été créés ou se sont développés au cours de la guerre. Enfin, une attention particulière est accordée à l’aménagement de parcs municipaux : la première pierre d’un petit jardin public de 6 000 m2 a été posée, après que le terrain eut été déminé par l’armée libanaise, et la municipalité a pour projet de transformer les deux collines de la ville (Tallat al-Askar) en parcs municipaux. L’ancien baydar31, nettoyé et embelli, a été équipé de gradins : il est utilisé pour les rencontres de football et pour la représentation annuelle de ‘ Ašurā’ ; quant aux ruelles étroites et sinueuses du vieux centre-ville, elles sont élargies pour le passage des véhicules. Cette gestion minimaliste, de la part du conseil municipal, n’engendre pas véritablement de conflits tant qu’elle ne concerne que des sujets touchant au quotidien des habitants – mais sans impact régional majeur – et tant qu’il s’agit de construire une territorialité essentiellement municipale. Il est significatif à cet égard que le nouveau schéma directeur d’urbanisme n’ait quasiment jamais été critiqué par les conseillers de l’opposition municipale. C’est que, sans surprise, il est très peu directif : en dehors d’une proposition de zonage de 4 secteurs verts (qui incluent les espaces boisés subsistant dans le périmètre de la ville) et d’une petite zone industrielle située loin du centre habité, il ne porte aucun projet lié aux extensions spatiales de la ville32.

  • 33 À titre de comparaison, Nabatiyeh el-Faouqa, municipalité limitrophe, compte 17 000 dunum (en inclu (...)
  • 34 Les taxes de régularisation prélevées sur ces constructions non autorisées ont commencé à être vers (...)
  • 35 Se reporter à ce sujet aux réflexions d’Éric Verdeil étudiant le cas de la région parisienne (Verde (...)

25La contrainte territoriale, celle des limites du territoire légal de la municipalité, a ici des répercussions particulièrement fortes dans la mise en œuvre de projets municipaux de quelque ampleur. La superficie de Nabatiyeh est de 5 000 dunum, auxquels s’ajoutent les 2 000 dunum de la petite colline de Kfar Jaouz administrée par la municipalité33. En outre, les réserves foncières publiques encore utilisables sont rares. Les parcelles qui demeurent encore aujourd’hui propriété de la municipalité sont souvent de petite taille ou mal situées : soit elles sont trop proches des habitations, soit mitées par les constructions illégales des années de guerre établies sans permis de construire normalement délivré par la municipalité34. Ce qui pourrait être somme toute un problème très classique de débordement des limites physiques de la ville35 est rapidement devenu ici un enjeu politique de premier plan – comme nous allons le montrer ci-dessous –, autour duquel s’expriment les différends politiques locaux et régionaux dans le cadre d’une lutte pour le leadership territorial entre le Hizbollah et le mouvement Amal. Mais cette lutte ne commence évidemment pas aux portes de la ville, elle se manifeste au sein même du territoire municipal par la mobilisation de réseaux concurrentiels visant à imposer la réussite de projets en compétition.

  • 36 Ce terrain, route de Marjaayoun, n’est pas, en fait, propriété de la municipalité de Nabatiyeh et-T (...)
  • 37 Ce complexe scolaire, dont les plans sont prêts et peuvent être consultés dans les locaux du Consei (...)
  • 38 Ce terrain est situé à 300 mètres du site du nouveau sérail de la muhāfaza, dont la construction pa (...)

26La légitimité de la majorité municipale s’est en effet trouvée contestée à l’occasion de la réalisation de l’un des plus importants projets municipaux, celui d’un marché de commerce de gros (fruits, légumes et viandes) à l’extérieur du centre de la ville ; s’il devenait effectif, ce projet équivaudrait à la création d’un nouvel équipement municipal, puisqu’un tel marché n’existait pas à Nabatiyeh. Pour les autorités municipales, la construction de ce marché vise un double objectif : désengorger un centre-ville étriqué et encombré (par les caisses de fruits et légumes qui débordent souvent sur la chaussée, par les camions de livraison) et donner à Nabatiyeh un aspect de ville moderne et organisée. Le site choisi pour implanter le marché est localisé sur un lot foncier (n  15) de superficie importante, appartenant à la municipalité de Nabatiyeh et-Tahta, à la frontière avec le territoire municipal de Nabatiyeh el-Faouqa36. Or, ce projet entre en concurrence directe avec celui de la construction d’un important complexe scolaire public, proposé par le Conseil du Sud en ce même lieu37. Le groupe majoritaire de la municipalité de Nabatiyeh, qui tient à faire aboutir son projet de marché de gros, affirme alors qu’il est prêt à offrir un terrain, qui serait prélevé sur l’une de ses deux principales réserves foncières et forestières, pour la construction du complexe scolaire, en échange de ce lot n  15, qui a l’avantage d’être situé loin du centre de Nabatiyeh, mais n’en reste pas moins aisément accessible, à la croisée des routes qui desservent plusieurs localités voisines38. Cette proposition s’est cependant heurtée, au sein du conseil, à la minorité municipale, qui milite quant à elle en faveur du projet concurrent avancé par le Conseil du Sud. L’action du groupe des quatre opposants a essentiellement consisté à faire intervenir des personnes parmi les plus influentes de l’État. Le terrain du lot n  15 étant sous l’administration du ministère des Travaux publics, leur chef de file explique : « nous avons effectué des démarches administratives, nous en avons parlé à Sleiman Frangié [ministre de la Santé] et à Nabih Berri, afin de pouvoir faire transférer la tutelle de ce terrain au ministère de l’Éducation nationale ». Le terrain disputé est finalement attribué au projet d’établissements scolaires par le ministère de l’Éducation nationale, qui en a effectivement repris la tutelle (grâce aux interventions effectuées) ; en conséquence, pour construire le marché de gros, la municipalité n’aura d’autre solution que d’acheter, au sein même de la ville, à un habitant de Nabatiyeh actuellement expatrié en Arabie Saoudite – par ailleurs un proche de M. Badreddine – un terrain de 13 dunum, payé 400 000 dollars. Les plans de la construction sont prêts, l’appel d’offres a été officiellement lancé, le financement de ce gros projet municipal et de plusieurs autres de moindre importance (tracé de routes, etc.) ayant été obtenu par un prêt d’un montant de 800 000 dollars négocié avec la Banque mondiale. Dans ce cas précis tout au moins, la majorité municipale a fait preuve de peu d’efficacité ; l’attribution du terrain au projet porté par le Conseil du Sud –et à travers ce dernier, par le mouvement Amal – peut être considéré comme un échec porté, au-delà de la majorité municipale, au Hizbollah : les « entrées » d’Amal dans les cercles administratifs et décisionnels du pouvoir sont autrement plus importantes que celles du Hizbollah, comme nous avons tenté de le montrer dans l’exemple développé.

  • 39 Nous avons pu l’observer à maintes reprises au cours de nos entretiens avec des conseillers municip (...)

27Ce qui paraît important à souligner en effet, dans le cadre de l’évolution des deux projets concurrents, c’est d’abord l’impression de grande aisance – dans la mobilisation des réseaux relationnels – et de « facilité » qui se dégage du camp de l’opposition municipale, qui contraste ainsi largement avec l’image de lutte permanente et ardue pour tenter de faire avancer, débloquer ou réactiver un projet, qui distingue le camp majoritaire de la municipalité39. C’est, ensuite, l’extrême intimité entre différents types d’acteurs, situés à différents échelons du pouvoir de décision, qui sont intervenus pour imposer le projet du complexe scolaire soutenu par l’opposition municipale : des hommes politiques de premier plan à Beyrouth (le président du Parlement, Nabih Berri, originaire du sud, mais aussi le ministre Sleiman Frangié originaire du nord et par ailleurs l’un des hommes politiques les plus influents du pays), une institution publique particulièrement vouée au Liban Sud (Conseil du Sud) et des élus municipaux. L’un de ces derniers, en particulier, semble avoir tissé des relations fortes avec le Conseil du Sud, par le biais de l’organisation de véritables marchés : architecte localement important et proche d’Amal – il cultive un profil de « nouveau notable », une photo en évidence sur son bureau le montre avec Nabih Berri, le lieu de sa résidence près de Nabatiyeh est signalé par un panneau indicateur –, il a obtenu des contrats pour les projets (écoles, hôpitaux, etc.) financés par le Conseil du Sud, ce qui, finalement, peut être tenu pour un échange de bons procédés. En définitive, la mainmise sur le lot n  15 par le Conseil du Sud via la minorité municipale, facilitée par de bonnes accointances politiques, est une illustration de ce que l’on pourrait appeler le fonctionnement du « système » de leadership développé par Nabih Berri dans Nabatiyeh et le Liban Sud en général. Ce système s’appuie sur différents canaux, qui se croisent et se complètent : l’opposition municipale, fortement soutenue de l’extérieur (Msaïleh, Conseil du Sud), travaille en osmose avec des responsables de certaines administrations publiques, placés à leurs postes par l’intervention du mouvement Amal et de son chef.

28La lutte pour tenter de concurrencer cette domination politique et territoriale érigée en un véritable « système Berri » a commencé par le combat électoral pour la prise de contrôle de la municipalité. Redonner de l’importance à l’aspect fonctionnel et esthétique de l’espace urbain et, simultanément, tenter de sortir de la seule expression locale du pouvoir municipal, par la mobilisation d’un réseau important de relations extra-locales, tel est le double mouvement qui traverse l’action municipale actuellement à Nabatiyeh, dans le contexte d’un rapport de forces politiques peu équilibré, au-delà d’une forte majorité de 17 conseillers d’un même bord politique et d’une « petite » opposition de 4 membres : un nombre important d’élus n’est pas, à l’évidence, une condition nécessaire et suffisante pour agir efficacement ou, en d’autres mots, pour détenir le véritable pouvoir.

SORTIR DE LA VILLE : UNE TENTATION POUR LA MUNICIPALITÉ, QUI BUTE SUR LA RÉALITÉ POLITIQUE DES RAPPORTS DE FORCE

  • 40 Outre la construction du marché de gros, il s’agit de celles d’un nouvel abattoir, d’un incinérateu (...)

29L’échelon régional, si tant est qu’il soit réellement séparable de celui de la ville, est considéré comme essentiel pour la réalisation de divers objectifs économiques, politiques et culturels, par le groupe municipal de Nabatiyeh – et en particulier par son dirigeant – au moyen d’une politique de grands projets urbains qui voudrait déborder les frontières physiques et politiques. Liés à des nécessités d’équipement de la ville et perçus comme tels par la population, ces différents projets40 ne sont cependant pas conçus comme devant être au service exclusif de la seule ville-municipe. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles ils présentent tous la particularité d’être géographiquement situés soit à la lisière de l’espace communal soit à l’extérieur de celui-ci, étant entendu qu’il convient aussi de tenir compte des nécessités techniques, dues à la rareté des réserves foncières publiques de la ville. Il semble bien aussi que les dirigeants municipaux les aient pensés dans la perspective de projeter la ville hors de son cadre municipal étroit, dans son agglomération et dans le but de consolider l’assise régionale de Nabatiyeh dans l’espace – non limité administrativement – de l’ancien pays Chqif (qui représente, rappelons-le, la partie nord du Ğabal ‘Āmil, au nord du Litani). Dans sa quête d’un leadership « possible », le chef de la municipalité tente, pour sa part, de valoriser cette « qualité » symbolique du territoire de Nabatiyeh et de sa région, jusque dans ses demandes répétées de faire « débloquer » une institution inter-municipale en crise, la fédération des municipalités du Chqif ; ce faisant, il s’inscrit cependant – avec sa majorité municipale – dans des rapports de force, dont nous tenterons de prendre la mesure à travers l’étude d’une situation de conflit lié à un autre important projet municipal situé en dehors du territoire de la ville : celui de l’incinérateur de déchets et de l’usine de retraitement des déchets.

Territoires et réseaux d’action du président de la municipalité

  • 41 Nous reprenons ici les termes de M. Abélès (Abélès, 1986, p. 204).
  • 42 Le maire de Nabatiyeh affirme pourtant que « la municipalité est en train de devenir une entreprise (...)

30Dans l’énoncé de sa politique de grands projets urbains comme dans sa fréquentation régulière des localités méridionales, aussi bien celles situées dans le voisinage immédiat de Nabatiyeh (Jbaa, Zaoutar ech-Charqiyé, etc.) que celles situées au-delà des limites administratives du caza et de la muhāfaza de Nabatiyeh (Tyr et ses environs, ville de Saïda et, depuis le retrait israélien, Marjaayoun, Khiyam, Bent Jbayl, Rachaiya, Safad el-Battikh, etc.), le président de la municipalité de Nabatiyeh pratique le territoire méridional tout en ayant développé un réseau de relations « qui se joue des limites, tout en jouant de la proximité et de la contiguïté »41. Si l’on ose la comparaison, il semble se placer dans la catégorie émergente en France de ces « maires entrepreneurs dynamiques farouchement décidés à marquer la ville de leur sceau » (Chevalier, 1998, p. 121)42. De concert avec les conseillers de la majorité municipale, il cherche à atteindre deux objectifs : relever l’image et le rang de la ville en la représentant à diverses rencontres et manifestations dans la région méridionale et dans le pays, voire auprès d’instances internationales ; et faire de sa cité un lieu à la fois ouvert, propice aux échanges et où il fait bon vivre culturellement et économiquement. Si la politique des grands projets municipaux fait partie d’un tel dessein d’urbanité « accomplie » pour Nabatiyeh, elle alimente en outre la recherche de légitimité à la fois territoriale et symbolique du chef de la municipalité. De la ville-municipe à la petite région du Chqif, du caza de Nabatiyeh à l’espace plus vaste du Liban Sud, les territoires d’exercice de M. Badreddine correspondent à différents échelons géographiques et à divers réseaux qui peuvent s’emboîter, même s’il ne les fréquente pas nécessairement selon les mêmes rythmes ni en se couvrant le chef de la même casquette.

  • 43 Sur les actions du programme Life menées en partenariat avec les municipalités libanaises, voir l’é (...)

31Au plan politique, le président de la municipalité est proche du Hizbollah, sans appartenir toutefois aux structures dirigeantes de ce parti. Il apparaît ainsi régulièrement aux côtés des députés et des chefs religieux proches de ce parti lors de manifestations publiques qui se déroulent aussi bien dans la ville que dans sa proche région. La commission municipale chargée de l’environnement travaille en outre en étroite collaboration avec une association du Hizbollah pour certaines actions ciblées dans l’espace urbain : c’est le cas, entre autres, pour Life, dans le cadre du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qui a pour but le recyclage les déchets ménagers dans le centre-ville43, mais aussi pour des programmes de reboisement ; ou encore pour l’organisation, en collaboration avec de nombreuses autres associations et plusieurs municipalités du sud, du marché artisanal annuel.

32Le président de la municipalité est également inséré dans divers réseaux associatifs aux échelons local et régional. Il est par exemple membre du Rassemblement démocratique indépendant, instance qui se réunit de façon périodique pour débattre de questions (politiques, économiques, sociales) intéressant la région du Liban Sud et qui réunit des cadres, des médecins, des juristes et des enseignants de différentes communautés, tous originaires du Liban Sud. Il appartient aussi à la Structure pour le développement autonome, regroupant une dizaine de personnalités (responsables politiques locaux, élus locaux, banquiers, enseignants, intellectuels, etc.) toutes originaires de la région du Chqif, qui semble avoir fonctionné surtout lors des préparatifs du scrutin de 1998. Enfin, il a fondé durant la guerre, avec des amis et deux de ses sœurs, l’une des toutes premières associations locales de protection de l’environnement. Son premier cercle familial est partie intégrante d’un vaste réseau de financement qui inclut les beaux-frères, les sœurs, voire des amis hommes d’affaires qui résident dans des pays du Golfe (Koweït, Émirats-Arabes-Unis), en Afrique de l’Ouest (Côte-d’Ivoire) ou dans le continent américain (États-Unis, Canada).

  • 44 Sur l’importance des familles descendantes du Prophète dans la tradition chiite, on consultera Merv (...)
  • 45 Ali Badreddine compte parmi les premiers médecins chiites du Sud à avoir été formé, au cours des an (...)

33Formé aux États-Unis et en France, M. Badreddine est issu d’une grande famille de sayyid-s44 dont les membres étaient d’importants commerçants dans la ville (seul son père, médecin, a « dérogé à la règle »45) ; l’actuel président de la municipalité apparaît donc lié à des personnalités de différentes sensibilités politiques et confessionnelles, souvent bien placées sur l’échiquier politique, intellectuel et financier de la ville et de son arrière-pays immédiat, du caza et de la région méridionale. Mais c’est aussi en raison de sa profession de médecin que M. Badreddine bénéficie d’un réseau ancien de relations tissées de longue date, au moins au plan local et micro-régional (Chqif), par son père. Le fils ne cesse d’entretenir ces relations, en effectuant très régulièrement la tournée des dispensaires de la région du Chqif et en faisant bénéficier de soins quasiment gratuits sa clientèle, nombreuse et souvent démunie, résidente à Nabatiyeh et dans son arrière-pays.

34La part d’héritage politique et familial est essentielle ici pour comprendre le caractère notabiliaire de cette figure d’homme politique local, qui se présente comme un indépendant opposé à la ligne politique dominante du mouvement Amal au sud : le père, A. Badreddine, fut député – soutenu par l’un des plus grands za’īm-s du sud, Kamel Assaad – et un temps, sous la présidence de Béchara el-Khoury, ministre de la Santé. L’ambition de son fils est d’égaler l’action socio-médicale et politique du père. Avant son élection à la présidence de la municipalité, il avait présenté sa candidature aux législatives de 1992 et de 1996 : son score, très honorable, avait cependant été insuffisant pour empêcher le succès de la principale liste en lice dans la grande circonscription du Sud, à savoir celle menée par Nabih Berri associé au Hizbollah. Le poids régional de M. Badreddine, du moins sur le plan strictement électoral, reste donc limité au caza de Nabatiyeh ou, si l’on se situe hors du cadre administratif, à la ville de Nabatiyeh et à l’espace du Chqif.

  • 46 LCPS, 1998, p. I. 79 et entretien avec M. Badreddine (août 1999).
  • 47 Le choix de la ville pour le projet de jumelage n’est pas encore arrêté. M. Badreddine est en conta (...)

35Au-delà, il entretient des contacts avec diverses instances internationales, la Banque mondiale par exemple, dans le but en particulier de trouver des sources de financement pour concrétiser des projets municipaux. Son accès à diverses institutions est facilité par son type de formation à l’étranger et sa maîtrise des langues d’une part, et par l’intérêt que portent les institutions internationales au développement des grandes villes libanaises de l’autre. M. Badreddine représente sa ville à la fédération des municipalités arabes basée au Koweīt (dont Nabatiyeh est membre depuis 1975)46 ou encore dans les forums réunissant les municipalités de l’espace méditerranéen. Et c’est essentiellement grâce à cet investissement en personne de son président que des relations bilatérales sont en train d’être nouées entre la municipalité de Nabatiyeh d’une part, la municipalité de Montpellier (projet de jumelage) et un département français (l’Hérault) de l’autre47. Enfin, c’est aussi dans le cadre des relations recherchées avec l’extérieur, peut-être pour s’émanciper des lourdes contraintes de l’environnement régional, que l’on peut comprendre l’existence du projet municipal, peu avancé encore, d’ouverture sur internet d’un site intitulé Municipalité de Nabatiyeh.

36En deçà, le territoire de la ville-municipe reste un échelon particulièrement fréquenté par M. Badreddine : c’est en tout cas celui sur lequel il concentre, depuis son élection en tant qu’élu local, l’essentiel de ses efforts, tout en aspirant à jouer un rôle au niveau intermédiaire, celui de la fédération des municipalités du Chqif. Trois fois moins vaste que le caza, qui compte 31 localités, la fédération, qui en regroupe 10, est à la fois un cadre institutionnel et territorial, idéal selon la majorité municipale de Nabatiyeh pour se « projeter » sur l’espace supra-municipal.

Une « extra-territorialisation » municipale contrariée : la fédération des municipalités du Chqif en crise

  • 48 Se reporter à l’étude de l’intercommunalité en France par Bonerandi (Bonerandi, 2000)

37C’est par le biais d’un important projet municipal et régional, celui d’un incinérateur de déchets doublé d’une unité de retraitement des déchets, que nous analyserons la manière dont les élus de Nabatiyeh tentent de faire éclater le cadre des limites physiques et politiques de la ville et d’investir la fédération des municipalités du Chqif. La question des ordures de la ville devient ainsi un révélateur des jeux et des imbrications d’échelles de pouvoirs complexes ; nous tenterons également d’observer, suivant en cela l’analyse de Genieys, « comment les élus locaux jouent des décalages entre leur territoire d’élection et leur territoire d’action publique » (Genieys et al., 2000), dans le but éventuel de se construire une nouvelle forme de légitimité – même si la démarche semble a priori délicate, en raison du caractère essentiellement fonctionnel, et aucunement identitaire ou symbolique, de ce territoire inter-municipal48.

  • 49 Le muhāfiz. de Nabatiyeh a été nommé à titre provisoire président de la fédération des municipalité (...)

38Le problème du ramassage et de la gestion des déchets quotidiens de Nabatiyeh n’est pas nouveau ; il est lié en particulier à l’expansion de la ville au cours des années de guerre. À la veille des élections municipales de 1998, les ordures de la ville étaient déversées au lieu-dit Mazraat Bsaffour, à l’extérieur de Nabatiyeh, sur un terrain non administré par une municipalité. Au mois de janvier 1999, le muhāfiz. Mahmoud Maoula, en sa qualité de président de la fédération à titre provisoire49, annonce que la décharge de Mazraat Bsaffour devra être fermée dans les 3 mois, en raison de ses répercussions écologiques néfastes et de plaintes renouvelées des résidents voisins (incommodés par les odeurs nauséabondes, la fumée, etc.). La décision de rechercher un autre site plus approprié pour servir de décharge à Nabatiyeh s’accompagne de la fermeture définitive, à la fin juillet 1999, de la décharge de Bsaffour sur décision du muhāfiz. Mais, entre-temps, aucune solution de rechange n’a été trouvée par l’équipe municipale de Nabatiyeh. Finalement, le 10 août 1999, les municipalités limitrophes de Nabatiyeh el-Faouqa, Kfar Tibnit et Mayfadoun donnent leur accord pour recevoir à tour de rôle les déchets de la ville ; les deux premières sont à majorité Hizbollah, la troisième très nettement dominée par le mouvement Amal et – cela n’est certainement pas un simple hasard – toutes sont incluses dans la fédération des municipalités du Chqif. Dans un second temps, au bout de seulement 5 jours et malgré la contrepartie financière avancée par les dirigeants de la municipalité de Nabatiyeh et-Tahta, ces autorités locales se ravisent en bloc et font front commun pour fermer le passage, à partir du 15 août 1999, aux camions de chargement des ordures de la ville de Nabatiyeh. C’est alors le début d’une crise, locale et régionale, dont les principaux protagonistes sont la municipalité de Nabatiyeh, les municipalités voisines et le muhāfiz. Durant plusieurs jours, du 15 au 21 août, aucune de ces municipalités n’accepte, même contre versement d’un loyer élevé, de prendre en charge les 25 à 30 tonnes d’ordures par jour, au nom de la préservation de leur environnement. À la demande du conseil municipal de Nabatiyeh, les présidents des municipalités du caza furent convoqués, le 22 août, par le muhāfiz. afin de trouver une solution au moins provisoire. Après négociation, il est demandé à la localité limitrophe de Kfour (dont la municipalité fait partie de la fédération des municipalités du Chqif et qui compte 12 conseillers, tous de la mouvance Amal) d’accepter, pour une période temporaire et contre versement de loyer, la mise à disposition d’une décharge utilisée par Nabatiyeh. Trois jours plus tard le conseil municipal de Kfour annonce son refus. De la même manière, la municipalité de Mayfadoun (également acquise au mouvement Amal, avec 11 conseillers sur 15 et également incluse dans la fédération des municipalités du Chqif) accepte de louer de façon provisoire un terrain public (mušā) pour y recevoir les ordures de Nabatiyeh avant de se rétracter avec fracas. Les localités voisines de Douair, Choukine, Nabatiyeh el-Faouqa et Kfar Tibnit finissent elles aussi, à tour de rôle, par accepter, au début du mois de septembre 1999, de « recevoir » la décharge. Mais cette solution fut également de courte durée puisque, quelques mois plus tard, les ordures de Nabatiyeh ne pouvaient plus être déposées que sur un seul terrain, sis à Choukine, la seule des quatre localités à ne pas être dotée d’une municipalité.

39« Où sont la muhāfaza, l’État et ses ministères ? Est-il donc voulu que la question des ordures de Nabatiyeh et de ses environs reste prétexte aux tiraillements entre les uns et les autres ? » Demandait un journaliste au plus fort de la crise (Kamel Jaber, al-Nahār, 2-9-1999). Au cours de ce mois d’août 1999, des conseillers municipaux de Nabatiyeh évoquent publiquement, comme solution définitive, la construction d’un incinérateur et d’une usine de retraitement des déchets à l’échelle des dix municipalités de la fédération du Chqif ; tel était, semble-t-il, le sujet des tractations entre le conseil municipal de Nabatiyeh et les différentes municipalités voisines. La réponse, tout aussi officielle, du muhāfiz. ne tarde pas : pas question, dit-il en substance, d’utiliser l’argent de la fédération pour résoudre les problèmes d’une seule localité. L’aspect financier n’est pas en effet le moindre des enjeux contenus dans cette fédération, dont l’avoir à la caisse autonome des municipalités s’élève, en mars 2000, à 8 milliards de livres libanaises, soit 5,3 millions de dollars.

40Tant que la fédération du Chqif ne sort pas de la situation de crise dans laquelle elle se trouve depuis les élections municipales de 1998, aucun projet régional d’incinérateur et d’usine de retraitement des déchets ne semble pouvoir être réalisé : un dossier sur ce projet et démontrant son intérêt pour Nabatiyeh et les municipalités voisines, a été préparé et déposé au ministère de l’Intérieur en septembre 1999. L’affaire a ensuite été portée devant le Premier ministre de l’époque, Salim Hoss, qui a reçu au mois de novembre 1999 une délégation nombreuse, composée de plusieurs représentants des municipalités de Nabatiyeh et de ses environs. Le seul résultat de cette mobilisation à l’échelon du caza – organisée et instrumentée par la municipalité de Nabatiyeh dans le but, principalement, de « mettre sur la table » la question de la crise dans la fédération du Chqif – a été la création d’une commission d’évaluation du problème des déchets.

  • 50 L’accord du Conseil des ministres pour sa création a été signé le 7-4-1982. Sur le fonctionnement e (...)
  • 51 Cette intégration s’est effectuée suite à la demande formulée par S. Chaib, ancien haut fonctionnai (...)
  • 52 A. Houmani est, avec l’expert-comptable de la municipalité de Nabatiyeh, Adel Sharif, et divers aut (...)
  • 53 Nous empruntons cette expression à E. Bonerandi (2000), qui définit trois critères essentiels pour (...)

41Comment peut-on comprendre la crise dans laquelle se trouve plongée la fédération du Chqif depuis juin 1998 ? Créée par décret officiel le 20-9-198250, cette fédération regroupe les municipalités de Nabatiyeh et-Tahta, Nabatiyeh el-Faouqa, Habbouch, Zibdine, Kfour, Harouf, Kfar Roummane, Kfar Tibnit et Mayfadoun ainsi que, depuis 1993, la localité de Charqiyé51. Entre 1982 et 1998, elle n’existe cependant que « de façon formelle et légale, elle n’est pas structurée, n’a pas d’adresse et ne mène aucune action collective en dehors du domaine du nettoyage communal » (Krayyem, 1998, p. 481). En dehors du ramassage des ordures dans les dix localités concernées, qui autofinançaient l’opération à hauteur de 10 % de leur budget, les autres tâches assurées par cette institution ne sont, du moins si l’on en croit le propos de l’actuel administrateur A. Houmani52, que d’ordre technique, peu coûteuses et n’expriment généralement qu’une très faible ambition : asphaltage de routes entre au moins deux municipalités fédérées, réparation et entretien de lignes électriques ou de réseaux d’égouts. À maints égards, la fédération du Chqif apparaît donc comme un « territoire d’opportunité »53 : elle ne correspond à aucun territoire géographiquement identifiable, ni à aucune entité « vécue », ni à un regroupement d’intérêt économique ; elle ne recouvre pas non plus une circonscription électorale (Figure 1). Elle serait plutôt un simple accolement, conjoncturel de surcroît, de quelques localités, créé à l’intérieur des limites du caza de Nabatiyeh par opportunité politique pendant la guerre lorsque le mouvement Amal dominait la ville de Nabatiyeh, et qui traverse son « épreuve de vérité » depuis les élections de 1998. Tous nos interlocuteurs, indépendamment de leur appartenance partisane, la désignent en effet comme le lieu de tous les blocages politiques. Sans doute est-elle l’échelon le plus aisément visible de focalisation de la lutte pour le pouvoir territorial à la fois par son assise géographique et par l’enjeu financier qu’elle représente.

  • 54 Entretien avec M. Fouad Rammal, président de la municipalité de Douair, 5-8-2000.

42Symbole de la bipolarisation extrême de la rivalité entre les deux grands partis chiites, la fédération sert, en outre, de repoussoir pour les municipalités de cette partie du Liban Sud qui tentent de sortir de cette règle de la bipolarité, parce que celle-ci est désormais perçue et vécue comme la source principale de paralysie de toutes les actions de développement à long terme. On en veut pour preuve la volonté de certaines municipalités du caza (Douair, Ansar, Zefta, Jibchit, Nmairiyé et Deir ez-Zahrani) de créer entre elles une nouvelle fédération de municipalités, dont les buts seraient exclusivement opérationnels, par exemple pour la mise en œuvre de projets de raccordements de routes54.

  • 55 En théorie et selon la loi, le président et le vice-président de la fédération sont élus parmi et p (...)

43Pour la ville de Nabatiyeh, l’enjeu politique de la fédération est de taille. La présidence de la fédération, qui devrait revenir selon la coutume au président de la municipalité de Nabatiyeh, tandis que la vice-présidence revient à la municipalité de Nabatiyeh el-Faouqa55, l’échelle régionale et, de ce fait, non négociable même au prix du blocage de cette institution territoriale. Or cela est tout simplement inacceptable pour l’opposition municipale de Nabatiyeh et pour les municipalités de la fédération acquises au mouvement Amal. À cet égard, les positionnements politiques tels qu’issus du scrutin municipal de 1998 entre Amal et Hizbollah dans ces dix localités fédérées sont intéressants à observer.

  • 56 L’ensemble de nos interlocuteurs (conseillers municipaux de Nabatiyeh et-Tahta, de Nabatiyeh el-Fao (...)

44Selon certains analystes (Hamzé, 1999), Hizbollah serait majoritaire dans 7 municipalités de la fédération (Nabatiyeh et-Tahta, Nabatiyeh el-Faouqa, Harouf, Charqiyé, Kfar Tibnit, Zibdine et Kfar Roummane), contre 3 dominées par le mouvement Amal (Mayfadoun, Kfour et Habbouch)56. D’après cette grille de lecture, focalisée uniquement sur le duel entre les deux partis chiites, la balance devrait donc « automatiquement » pencher au profit de Hizbollah. Or, l’équilibre des forces est maintenu dans la fédération et le blocage de celle-ci persiste. Il serait nécessaire de nuancer cette approche, trop simple, en termes de rivalité intrachiite et bipartisane, et de réintroduire dans l’analyse le poids d’autres acteurs locaux, en particulier le jeu des familles et des indépendants ainsi que la figure montante du muhāfiz de Nabatiyeh.

45D’autres niveaux de différenciation politique, ceux des familles locales et ceux d’autres partis politiques, se surimposent en effet à la division Amal-Hizbollah, ainsi qu’on l’a relevé pour la ville de Nabatiyeh en présentant les résultats du scrutin municipal de juin 1998. Prenons ainsi l’exemple de la municipalité de Nabatiyeh el-Faouqa, considérée comme majoritairement pro-Hizbollah. Si huit conseillers sur quinze appartiennent à une même famille (Ghandour), ils ne sont pas tous nécessairement affiliés à un même parti politique ou à une même mouvance idéologique. Le président de la municipalité, A. Ghandour, n’est lui-même rattaché à aucun mouvement politique et souligne les positions consensuelles acquises au sein du conseil municipal, au-delà des appartenances partisanes des conseillers, sur les actions à entreprendre pour le développement de la localité. De même, la municipalité de Douair, non incluse dans la fédération, est généralement présentée comme dominée par le Hizbollah (Hamzé, 1999, p. 403). Son président, F. Rammal, est plus nuancé et explique avoir pris le temps – plus de six mois –pour élaborer une plate-forme commune de travail avec l’ensemble des conseillers, quelles que soient leurs appartenances politiques. Dans bien des cas, les alliances familiales, enserrées dans des logiques et des intérêts micro-localisés, viendraient contrarier les jeux partisans qui se déploient à l’échelle régionale et nationale.

  • 57 Juge (cadi) formé à Beyrouth où il a conservé sa résidence, M. Maoula est nommé en 1996 en poste à (...)

46La crise née du problème de la localisation de la décharge des ordures de la ville de Nabatiyeh a été, par ailleurs, l’occasion de la « montée au créneau » ou, du moins, de la mise en évidence de la position incontournable d’un acteur régional majeur, le muhāfiz de Nabatiyeh57. De même que son prédécesseur Ghazi Zaayter, qui a quitté ce poste en 1996 pour occuper celui de ministre de la Défense et être élu en septembre 2000 député sur la liste de N. Berri, Mahmoud Maoula est originaire de Baalbek et est considéré comme proche du président du mouvement Amal. Son rôle de contrôleur administratif et financier des municipalités de la région est ici considérablement renforcé par la conjoncture politique du Liban Sud. Au niveau de la muhāfaza, il administre en effet directement, avec les caïmacam-s, les localités dans lesquelles les élections municipales de 1998 ont été reportées, en raison de l’occupation israélienne. Et au niveau de la fédération du Chqif, en cas d’exacerbation des tensions entre les municipalités membres, sa nomination provisoire à la présidence lui permet de se poser en libre arbitre des intérêts de la région, sûr du soutien du za ‘īm de celle-ci, Nabih Berri.

CONCLUSION

47Conquérir Nabatiyeh par les urnes a certes constitué une première étape, indispensable, pour la nouvelle majorité municipale afin d’enclencher une nouvelle dynamique et tenter de réaliser des projets à l’échelle de la ville. Au niveau supra-municipal, « l’extra-territorialisation de lourdes contraintes internes. Mais de la ville à la région, la distance paraît encore démesurée. Les réseaux du président de la municipalité semblent insuffisants pour renverser ou simplement modifier les rapports de force existant dans Nabatiyeh et sa région en faveur de Nabih Berri, et le lobbying qu’auraient pu exercer en ce sens les élus Hizbollah de la région ne se repère pas aisément sur le terrain : entre ce leader « potentiel » qu’est M. Badreddine et ce leader « confirmé » que reste N. Berri, l’écart est vaste. Nous avons également vu surgir de plus en plus nettement, au sein du « système » mis en place par N. Berri, le profil – inattendu ? – d’un éventuel autre « prétendant » au leadership politique local et régional, a priori handicapé par sa non-appartenance à la région méridionale et par le fait qu’il ne soit pas un acteur élu mais nommé : M. Maoula, le muhāfiz de Nabatiyeh – mais nous ne faisons ici que suggérer une piste de réflexion sur l’intérêt de soumettre à discussion « d’une part, la légitimité de l’espace territorial d’action de chaque élu [...] et d’autre part l’instrumentalisation du territoire au travers de l’action publique locale » (Genieys et al., 2000).

48Au total, à l’intérieur comme hors du territoire municipal de Nabatiyeh, la domination politique du camp de Msaïleh – lequel est relayé par un réseau très puissant et efficace de relations jusqu’au sein de l’institution étatique –, se traduit par un leadership quasi total sur la ville et sur sa région. La municipalité, en tant qu’autorité locale issue des urnes, est loin d’être capable d’exercer un véritable pouvoir politique local par des réalisations de projets importants : la majorité municipale, formée par les conseillers proches du Hizbollah, se révèle même incapable de constituer un contre-pouvoir.

49La faible influence du Hizbollah dans la ville de Nabatiyeh et plus généralement au Liban Sud, au niveau de la décision et de l’action publiques, est en effet paradoxale. D’une part, le Hizbollah a joué un rôle notoire sur la scène militaire méridionale et, à un autre niveau, les associations qui lui sont liées sont très actives et travaillent en étroite liaison avec la municipalité de Nabatiyeh ; en outre, son alliance avec son concurrent Amal au Liban Sud ne s’est jamais démentie lors des scrutins législatifs de 1992, 1996 et 2000, dès lors que la représentation communautaire est la norme. On pourrait donc en conclure que Nabatiyeh ne constitue pas le sujet d’un différend qui vaille la peine d’être négocié au niveau des états-majors de ces deux partis. D’un autre point de vue, il est probable que le scrutin municipal de 1998 a permis aux inimitiés plus ou moins fortes qui existaient – ou étaient latentes – entre les familles et branches de familles représentant l’un ou l’autre parti de s’exprimer plus « librement » dans la ville de Nabatiyeh. Surtout, on s’étonne de constater que le Hizbollah a laissé le champ du politique quasiment libre, permettant ainsi au mouvement Amal d’y assurer – voire, d’y conforter – son emprise, et que cette apparente paralysie se manifeste au moment où la puissance militaire du Hizbollah est incontestée ; on peut alors penser qu’il existe une claire volonté politique, extérieure au pays, n’autorisant pas une activité politique d’envergure du Hizbollah, non seulement à Nabatiyeh mais plus généralement au Liban Sud.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abélès M., 1986, « L’anthropologue et le politique », L’Homme nos 97/98, janvier-juin, p. 191-212.

ACS, Administration centrale de la statistique, 1998, « Les mohafazats du Liban Sud et de Nabatiyeh en 1996 (Résultats du recensement des immeubles et des établissements) », Études statistiques n  11, juin.

Bonerandi E., 2000, « La construction d’un territoire improbable. Structures intercommunales et élus locaux en Thiérache », Politix n  49, volume 13, p. 125-154.

Charafeddine M., 1986, L’aménagement ruro-urbain à Jabal Amel : contraintes et particularités. Modalités de transformation de l’espace habité, thèse de doctorat (aménagement du territoire), université de Paris I-Sorbonne.

Chevalier D., 1998, « La politique urbaine, domaine réservé du maire », Les Annales de la recherche urbaine nos 80-81, p. 121-127.

Genieys W., Smith A. et al., 2000, « Le pouvoir local en débats. Pour une sociologie du rapport entre leadership et territoire », Pôle Sud n  13.

Hamzé N., 1999, « Le rôle des mouvements islamistes dans les élections municipales », in Collectif, Al-Intihābāt al-baladiyya fī Lubnān 1998,[Les élections municipales au Liban, 1998], Lebanese Center for Policy Studies (LCPS), Beyrouth, p. 377-416.

Krayyem H., 1998, « L’expérience municipale au Liban Sud », in P. Salem, H. Krayyem & R. Antoun (dir.), Wāqi’ al-baladiyyātfi Lubnān : ‘awā iq al-mušāraka al-maalliyya wa-l-tanmiya al-mutāwazina [La réalité des municipalités au Liban : obstacles à la participation locale et au développement équilibré], LCPS, Beyrouth, p. 394-492.

LPCS, Lebanese Center for Policy Studies, 1998, Institutional and Fiscal Review of the Municipal Sector in Lebanon, Rapport établi pour le ministère des Affaires municipales et villageoises, First Municipal Development Project, Beyrouth.

Mazraani A., 1999, Nabatiyeh dans la mémoire. Photographies et témoignages 1860-1999 (en arabe), publié à compte d’auteur.

Mervin S., 2000, Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du Ğabal ‘Āmil (actuel Liban-Sud) de la fin de l’Empire ottoman à l’indépendance du Liban, Karthala-CERMOC-IFEAD, coll. Hommes et Sociétés, Paris.

Picard E., 1999, The Demobilization of the Lebanese Militias, Centre for Lebanese Studies, Prospects for Lebanon, n  9.

Tarraf-Najib S., 1994, L’espace en mouvement. Dynamiques migratoires et territorialisation des familles libanaises au Sénégal, thèse de doctorat (géographie), université de Tours, URBAMA.

Verdeil E., 1995, Bilan critique de la notion de limite dans l’espace urbain à travers le cas des projets d’urbanisme pour l’aménagement de la région parisienne, mémoire de DEA (urbanisme et aménagement), universités de Paris I et de Paris VIII, Institut français d’urbanisme.

Zein F. H. (el-), 1999, The Role of Administrative Decentralization in Socio-economic and Political Development in Post-war Lebanon. Nabatiyeh as a case study, Master of Arts, major : public administration, Université américaine de Beyrouth.

Notes

1 Nabatiyeh et-Tahta est le nom complet de la localité communément dénommée Nabatiyeh, à distinguer de la localité voisine de Nabatiyeh el-Faouqa.

2 Il manquait en effet une région dirigée par un muhāfiz chiite. La création de cette région (loi 75/36 du 23-9-1975) ne deviendra effective qu’en 1983 (et ce de manière incomplète puisque les élections législatives continuent à réunir les deux muhāfaza-s du Liban-Sud et de Nabatiyeh en une seule circonscription), après la nomination du premier muhāfiz. en 1980 et les invasions israéliennes de 1978 et de 1982 (voir la note 6).

3 Ce nom est celui attribué à la partie nord (au nord du fleuve Litani) du Ğabal ‘Āmil, pour la distinguer de celle qui se situe au Sud, connue sous le nom de Bilād Bišāra. Voir Charaffedine, 1986.

4 Mervin (2000) restitue l’ampleur culturelle et identitaire de cette partie méridionale du Liban qui fut rattachée au nouvel État en 1920 : région d’installation de populations chiites dès le VIIe siècle, elle a également été, pendant la période ottomane, une importante région de passage et de flux commerciaux caravaniers. Un réseau bien organisé de marchés reliant el-Bassa, Marjaayoun, Nabatiyeh. Jezzine, Marj existe dès le xvie siècle, à la jonction de la tombée méridionale de la montagne libanaise, de la grande plaine céréalière de la Béqaa, du Hauran syrien et de la Galilée palestinienne. On trouvera dans Charafeddine (1986) une présentation historico-administrative du Ğabal ‘Āmil et une analyse détaillée de sa difficile intégration à l’État libanais.

5 Les chiites sont par ailleurs majoritaires dans le Ğabal ‘Āmil, et au Liban Sud, même s’ils ne constituent pas la seule confession de la région.

6 Une partie du Liban Sud fut occupée militairement par l’Armée du Liban-Sud (ALS), une milice libanaise créée et financée par Israël, à partir de mars 1978 pour certaines localités, et plus généralement de juin 1982 (suite à l’invasion militaire israélienne appelée Opération Boule-de-Neige), jusqu’au retrait de l’armée israélienne et de ses séides en mai 2000. La ligne de front passait à quelques centaines de mètres à l’est de Nabatiyeh, sur les hauteurs de l’Iqlim at-Touffah.

7 Les envois d’argent, régulièrement effectués par les nombreux habitants de la région à avoir émigré en Afrique occidentale et dans les villes du Golfe ont permis son « décollage » économique et social et, par ailleurs, politique dès les années 1920-et non pas seulement à partir des années 1960 comme il est souvent écrit. Voir Tarraf-Najib, 1994.

8 Créé en 1970, le Conseil du Sud est voué au départ au développement de la région méridionale, puis à la reconstruction des villages détruits par la guerre. La ville de Nabatiyeh de la même manière que d’autres localités plus petites, a été quasiment administrée par le Conseil du Sud, organe placé sous l’autorité du Premier ministre, mais contrôlé effectivement depuis 1982 par le parti Amal et son président. Le budget de cette institution s’élève pour 1999 à 70 milliards de livres libanaises (soit 47 millions de dollars). Il permet de financer des équipements publics (hôpitaux, écoles, puits) et de verser des aides d’urgence aux personnes civiles touchées lors des bombardements israéliens (sources : entretiens avec les responsables des travaux du Conseil du Sud pour le caza de Nabatiyeh, 12-5-2000).

9 Sur 15 459 électeurs inscrits dans la ville, 7 363 ont voté lors du scrutin municipal de 1998 (source de la muhāfaza). La population de Nabatiyeh-municipe est estimée à 40 000 habitants selon les services de la municipalité et entre 15 000 et 20 000 habitants à partir des résultats du recensement des immeubles et des établissements (ACS, 1998). Celle de l’agglomération (qui comprend la localité de Kfar Jaouz et s’étend sur une partie des localités de Habbouch, de Kfar Roummane, de Kfour et de Harouf) est estimée à 50 000 selon les services de la municipalité. L’agglomération pourrait contenir jusqu’à 70 000 résidents durant l’été, selon les mêmes sources, du fait des visites saisonnières des émigrés d’Afrique et du Golfe et des originaires résidant le reste de l’année à Beyrouth.

10 Nous empruntons ces expressions de leadership « potentiel » et leadership « confirmé » à Genieys (Genieys et al., 2000)

11 La municipalité a financé ce projet, estimé à 15 000 dollars. Voir à ce propos Krayyem, 1998.

12 Rapport du LCPS, 1998, p. I. 77. Ces réalisations sont la construction de deux canaux pour l’écoulement des eaux usées au centre et à la périphérie de la ville, l’établissement d’un nouveau réseau de téléphone (effectué par le ministère des Communications) et d’un nouveau réseau d’adduction d’eau (ministère des Travaux publics et CDR).

13 Sur le déroulement et les résultats des élections à Nabatiyeh, voir al-Nahār du 30-5 au 11-6-1998.

14 À la question de comprendre pourquoi la liste du Hizbollah est si nettement victorieuse face à celle du mouvement Amal, deux raisons au moins peuvent être avancées : l’insertion réelle du Hizbollah dans les foyers au sein desquels il recrute pour ses actions de résistance à l’occupation et en faveur desquels il mène des actions sociales ; le poids électoral local incontournable de M. Badreddine, élu président de la municipalité sans être membre du Hizbollah.

15 Ce courant, aujourd’hui minoritaire au Sud-Liban, est celui de Kamel Assaad, ancien et parmi les plus importants za’īm-s (leaders) de la région méridionale.

16 Dans le nouveau conseil municipal de Nabatiyeh, on compte en effet 6 médecins, 6 ingénieurs, un pharmacien, un diplômé en gestion, deux diplômés dans le secteur des services, 4 commerçants et un retraité-rentier (le doyen, qui n’est pas le moins expérimenté au plan de la politique locale) (source : questionnaire n  2 sofres-cermoc, 1999).

17 Entretien avec Ali Hamadani, 13-5-2000. Msaïleh est une petite localité située au sud de Saïda et où Nabih Berri possède une résidence.

18 Ce journal est quasiment écrit et édité par un seul homme, Abbas Wehbé, nouvel élu du conseil municipal et désormais responsable de la commission communication. Sa publication est théoriquement trimestrielle, pour un tirage limité à 1 500 exemplaires (entretien avec A. Wehbé, 7-9-1999). On complétera, dans le présent ouvrage, avec l’étude consacrée par N. Issa aux bulletins municipaux.

19 Le conseil municipal est organisé en 12 commissions spécialisées, dont les membres se réunissent en principe toutes les semaines : elles traitent de la santé et de l’écologie, du génie civil, des relations avec les médias, des affaires du personnel municipal, des finances, des activités sociales et des manifestations culturelles, etc. ; les 17 conseillers de la majorité municipale se partagent entre elles – ils peuvent bien entendu participer à plusieurs commissions –, tandis que les 4 conseillers élus sur la liste Amal n’y participent pas.

20 Entretiens avec B. Fahs, mai 1999 et septembre 2000.

21 H. Krayyem constatait, avant les élections de 1998, l’absence de coopération et de coordination entre les municipalités méridionales et le Conseil du Sud, mais aussi le fait que ces relations entre Conseil du Sud et institutions locales témoignaient principalement d’un calcul politique. Cette interprétation fut en quelque sorte validée par la déclaration que fit à cet auteur le président en exercice du Conseil du Sud, Qabalan Qabalan : « Il n’y a pas de relations avec les municipalités, le Conseil répond aux demandes des gens à travers ses liens tissés en tant qu’institution avec les associations et les structures existant dans les localités, en fonction des intérêts politiques partagés » (Krayyem, 1998, p. 491, note 31).

22 « À la légitimité traditionnelle de l’élu local fondée sur l’élection, s’ajoutent aujourd’hui la recherche d’une visibilité médiatique et la démonstration de sa capacité à moderniser l’action publique » remarque D. Chevalier dans le contexte français (Chevalier, 1998. p. 122).

23 Cette dernière proposition fait écho aux auto-proclamations de villes françaises se cherchant une image de communication vendable, du style de « Montpellier la surdouée », slogan d’ailleurs fréquemment évoqué par le président de la municipalité de Nabatiyeh, marqué par cette ville où il a effectué une partie de ses études.

24 Résumé de la situation par Rabih Taqish, conseiller municipal membre du Hizbollah et militant associatif actif dans la région de Nabatiyeh (entretien, 13-5-2000).

25 Ces administrations, en l’occurrence le CDR et le Conseil du Sud, n’ont cependant pas de compétences légales pour assurer la gestion d’une ville, fût-elle aussi symboliquement et politiquement importante que celle de Nabatiyeh.

26 Au mois de mars 2000 (soit un peu moins de deux ans après l’arrivée aux affaires d’une nouvelle équipe municipale), la municipalité de Nabatiyeh a emménagé au premier étage d’un immeuble d’habitation très récent, à quelques dizaines de mètres de l’ancien local (conservé comme lieu de réunion pour les employés municipaux), sur une voie moins engorgée et moins bruyante. On se reportera au rapport d’enquête du LCPS (1998) pour une description pointilleuse de cet ancien local et de son équipement, très modeste.

27 La municipalité semble souffrir de l’accès difficile au centre politique des décisions : malgré la présence d’un petit groupe de députés Hizbollah dès les premières élections législatives de l’après-guerre, en 1992, celui-ci ne dispose pas de la même position que le mouvement Amal dans les instances nationales du système politique libanais. Voir les travaux d’É. Picard sur la démilitarisation des milices libanaises (Picard, 1999)

28 Sur l’état des finances en 1999 –.al-Safīr, 14-4-1999 ; entretien avec M. Badreddine (mai 1999) et décret 365, 19-3-1999, distribution des fonds de la CAM. En février 1999, une loi (n  5, 20-2-1999) annule les intérêts sur les emprunts contractés par les municipalités auprès de l’État depuis 1980. Et en mars 2000, la part versée par la CAM au titre de 1998 et 1999 à la municipalité de Nabatiyeh s’élève, selon le décret-loi, à 1,838 milliard de LL (soit 1 225 000 dollars environ).

29 Nous verrons plus loin que le dépôt des déchets quotidiens est un problème majeur pour Nabatiyeh et sa région depuis plusieurs années.

30 Ces projets (électricité) sont quelquefois antérieurs à 1998 (LCPS, 1998), mais ils ont été repris et complétés par le nouveau conseil municipal.

31 Cet espace, qui servait anciennement de parc à bestiaux, le jour du marché, est désormais un terrain « sacré ».

32 La ville est prise en compte seulement à l’intérieur de son périmètre administratif, la limite légale restant classiquement considérée comme un « instrument opératoire dans l’espace urbain » (Verdeil, 1995, p. 77). Et pourtant. Nabatiyeh et les localités périurbaines voisines, auraient besoin d’un plan général d’aménagement, particulièrement depuis le retrait militaire israélien total de l’Iqlim at-Touffah et de l’ancienne zone méridionale occupée.

33 À titre de comparaison, Nabatiyeh el-Faouqa, municipalité limitrophe, compte 17 000 dunum (en incluant les 3 500 de Mazraat Aali et-Taher, non municipalisé). Elle forme la localité la plus étendue du caza de Nabatiyeh, devançant celle de Douair (10 000 dunum). Dans les caza-s voisins, les localités de Aabbassiyé (36 000 dunum) et de Zrariyé (23 000 dunum) sont aussi beaucoup plus étendues.

34 Les taxes de régularisation prélevées sur ces constructions non autorisées ont commencé à être versées par les particuliers à la municipalité à partir de 1995 (LCPS. 1998).

35 Se reporter à ce sujet aux réflexions d’Éric Verdeil étudiant le cas de la région parisienne (Verdeil, 1995).

36 Ce terrain, route de Marjaayoun, n’est pas, en fait, propriété de la municipalité de Nabatiyeh et-Tahta, même si ses élus le revendiquent comme tel. Vestige administratif, le site est géré depuis le grand séisme de 1956 par le ministère des Travaux publics qui était chargé de reconstruire le quartier, d’où le nom qui lui est resté, Hayy at-Ta’mir (littéralement, quartier de la reconstruction).

37 Ce complexe scolaire, dont les plans sont prêts et peuvent être consultés dans les locaux du Conseil du Sud, est prévu pour s’étendre sur une superficie de 26 dunum et sa réalisation est prévue en trois étapes, nécessitant un investissement d’un million de dollars, inscrit au budget de l’année 2000 du Conseil du Sud. La première étape comporte la construction d’un lycée, la troisième celle d’un collège (début prévu des travaux en 2002), mais le contenu de la seconde reste stratégiquement gardé sous le sceau du secret (entretien avec les responsables du Conseil du Sud pour la ville de Nabatiyeh, 13-5-2000).

38 Ce terrain est situé à 300 mètres du site du nouveau sérail de la muhāfaza, dont la construction par le CDR est programmée à court terme (avec un budget prévu de 2 millions de dollars) à la frontière avec la municipalité voisine de Nabatiyeh el-Faouqa, sur un terrain appartenant à cette localité (entretien avec A. Hamadani, 13-5-2000).

39 Nous avons pu l’observer à maintes reprises au cours de nos entretiens avec des conseillers municipaux de la majorité : que ce soit pour des questions importantes, tel ce projet de marché municipal, ou pour d’autres questions mineures, liées à la gestion municipale courante – comme percer telle petite route de contournement pour désengorger la circulation –, les réseaux de relations mobilisés par les hommes de la majorité, qu’ils soient ou non membres du Hizbollah, se révèlent souvent relativement « inefficaces ».

40 Outre la construction du marché de gros, il s’agit de celles d’un nouvel abattoir, d’un incinérateur et d’une usine de recyclage des déchets, d’une station d’épuration des eaux usées et d’un campus universitaire.

41 Nous reprenons ici les termes de M. Abélès (Abélès, 1986, p. 204).

42 Le maire de Nabatiyeh affirme pourtant que « la municipalité est en train de devenir une entreprise solide qui n’est pas liée à un seul homme et qui s’effondrerait à notre départ. Nous sommes en train de travailler pour laisser après nous une institution (mu’ assasa) autonome, et non pas le désert » (entretien avec M. Badreddine, 9-12-2000).

43 Sur les actions du programme Life menées en partenariat avec les municipalités libanaises, voir l’étude de Karam Karam dans ce même ouvrage. Dans le cas de Nabatiyeh, le responsable associatif local est membre du Hizbollah et l’action est localisée dans Hayy al-Sarray ; elle est menée par l’épouse du président de la municipalité en collaboration étroite avec la municipalité, qui fournit camions et employés pour le ramassage des ordures.

44 Sur l’importance des familles descendantes du Prophète dans la tradition chiite, on consultera Mervin, 2000

45 Ali Badreddine compte parmi les premiers médecins chiites du Sud à avoir été formé, au cours des années 1930, à l’Université américaine de Beyrouth (entretien avec M. Badreddine) ; voir également Mazraani, 1999.

46 LCPS, 1998, p. I. 79 et entretien avec M. Badreddine (août 1999).

47 Le choix de la ville pour le projet de jumelage n’est pas encore arrêté. M. Badreddine est en contact à Montpellier avec une association libanaise et à Perpignan avec un conseiller municipal d’origine libanaise. Mais la procédure administrative de jumelage est longue et, depuis novembre 2000, soumise à un contrôle plus contraignant de la part du ministère des Affaires municipales libanais.

48 Se reporter à l’étude de l’intercommunalité en France par Bonerandi (Bonerandi, 2000)

49 Le muhāfiz. de Nabatiyeh a été nommé à titre provisoire président de la fédération des municipalités du Chqif, en raison de l’ajournement de l’élection au poste exécutif de cette instance depuis juin 1998. Il occupe également les fonctions normalement dévolues au caïmacam – l’équivalent du sous-préfet – du caza de Nabatiyeh ; le poste n’ayant pas été renouvelé depuis 1983, cette fonction a été supprimée dans les faits (voir Mazraani, 1999, p. 367-368).

50 L’accord du Conseil des ministres pour sa création a été signé le 7-4-1982. Sur le fonctionnement et les prérogatives des fédérations, voir l’article de Jehanne Pharès dans ce même ouvrage.

51 Cette intégration s’est effectuée suite à la demande formulée par S. Chaib, ancien haut fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, originaire de cette localité.

52 A. Houmani est, avec l’expert-comptable de la municipalité de Nabatiyeh, Adel Sharif, et divers autres acteurs de la société civile locale de quelques villages du caza, à l’origine de la demande de création de la fédération du Chqif. S’il est l’administrateur depuis 1991 de cette institution, hébergée provisoirement dans une pièce du local de la municipalité de Nabatiyeh el-Faouqa, le président de la fédération (en l’occurrence le muhāfiz) est son supérieur direct (source : entretien, 9-9-12-2000).

53 Nous empruntons cette expression à E. Bonerandi (2000), qui définit trois critères essentiels pour qu’une structure intercommunale soit opérationnelle : la définition d’un projet, le choix d’un territoire d’action et la volonté des acteurs de s’associer.

54 Entretien avec M. Fouad Rammal, président de la municipalité de Douair, 5-8-2000.

55 En théorie et selon la loi, le président et le vice-président de la fédération sont élus parmi et par les représentants des municipalités membres de la fédération.

56 L’ensemble de nos interlocuteurs (conseillers municipaux de Nabatiyeh et-Tahta, de Nabatiyeh el-Faouqa, de Kfar Tibnit et de Douair) affirment que la répartition des forces au sein de la fédération est équilibrée entre 5 municipalités pro-Hizbollah et 5 pro-Amal.

57 Juge (cadi) formé à Beyrouth où il a conservé sa résidence, M. Maoula est nommé en 1996 en poste à Nabatiyeh.

Auteur

Souha Tarraf-Najib, docteur en géographie, chercheur associé au CERMOC. Auteur d'un Cahier du CERMOC, Zrariyé, village chiite du Liban-Sud de 1900 à nos jours (1992).

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search