Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Troisième partie. Négociations et territoires à l'échelle locale

La route de la discorde : construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud*

Tristan Khayat

Texte intégral

  • * L’auteur a pu réaliser cette étude grâce au soutien de la bourse Lavoisier.

1Comment parler de pouvoirs locaux dans un pays qui a vécu des années sous la domination d’une mosaïque de pouvoirs territorialisés par la force ? La tentative de revivification des institutions locales, à travers la tenue d’élections municipales en juin 1998, correspond à un retour à la normale du maillage administratif à l’échelon local. Elle est intervenue à un moment où l’expression politique locale ne faisait peut-être plus aussi peur que dans l’immédiat après-guerre. Cette tentative reste grevée par la persistance de la distorsion entre lieux d’habitation et lieux de vote, qui présente aussi l’avantage de dessiner à travers l’expression locale des votes un autre espace local que celui des milices ou autres pouvoirs de facto. À l’homogénéité forcée des territoires communautaires se substituent les spécificités anciennes des circonscriptions municipales : le cadre inchangé du vote municipal peut s’interpréter comme un retour à une situation antérieure à la guerre, où les violents faits accomplis des déplacements de populations sont niés. On reviendrait en quelque sorte, à l’échelle locale, à un espace des votes dont le découpage a subi nombre d’évolutions, mais dont la structure date fondamentalement de la création du Liban. Il nous semble que c’est à la lumière de cette double dynamique que doivent être observées les municipalités : la fin de l’exceptionnalité des nominations de conseils municipaux, qui se traduit par un retour à l’ordre spatial local « d’avant ». Reste à questionner les séquelles de la guerre elle-même, sachant finalement que ce que l’on risque de retrouver dans le fonctionnement municipal aujourd’hui pourra être compris comme une sorte de synthèse diachronique entre l’avant-guerre « immuable » de l’espace des lieux d’inscription et l’après-guerre de la répartition de la population proprement dite. Avec, entre les deux, toutes les interactions complexes, matérielles et symboliques, qui ont pu se nouer entre lieux d’origine et lieux d’habitation dans le contexte spécifique de la division territoriale de l’agglomération de Beyrouth, au sein de laquelle les espaces communautaires renforcés par la guerre se trouvent aujourd’hui bousculés par une logique d’aménagements métropolitains.

  • 1 En l’absence de recensements officiels, il est particulièrement difficile d’avancer un chiffre de (...)

2Il n’est pas innocent d’aborder cette étude en questionnant la dimension territoriale du fait municipal. Borj Hammoud, sujet de cette étude, est une municipalité limitrophe de Beyrouth, à l’est. Elle est depuis sa création en 1952 en tension entre l’homogénéité communautaire du corps électoral, composé d’arméniens au moins aux trois quarts, et les variations historiques de sa population résidente, au sein de laquelle les arméniens ne sont plus majoritaires depuis près de 50 ans1. La municipalité ne devant son élection qu’au corps électoral, cette tension a incité les acteurs de la municipalité à mettre en place des stratégies dont la résonance dépassait et traversait le cadre municipal. Elles doivent dès lors être comprises au sein d’un système, avant tout communautaire, de relations avec l’État.

3À travers l’exemple de Borj Hammoud, nous comptons questionner la place de l’institution municipale, de ses acteurs et de ses fonctions dans ce système de pouvoir interrelationnel. Nous prendrons ici comme prétexte à cette étude la gestion par l’équipe municipale d’un projet urbain « perturbant ». Aux deux principales sorties de ville de Beyrouth, sud et est, la mise à niveau des aménagements routiers, perçus comme déterminants dans la dynamique de reconstruction du centre-ville dans la mesure où ils en contrôlent l’irrigation, a entraîné une série de conflits et de négociations avec les acteurs qui s’étaient construit une légitimité territoriale sur les espaces concernés. Le cas du projet Élyssar, à la sortie sud de Beyrouth, et du rôle que le Hizbollah et le mouvement Amal ont joué dans ces négociations, a déjà fait l’objet d’une étude (Harb el-Kak, à paraître). À la sortie est, c’est le « quartier arménien » de Borj Hammoud qui doit être traversé par une voie rapide, dite PN1 (pénétrante nord n 1), en cours de construction. À partir de 1996, cette route a fait l’objet d’un conflit entre le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR, l’instance centrale de la planification et de l’aménagement du territoire au Liban) et le gouvernement de Rafic Hariri, principal promoteur du projet de reconstruction d’une part, la municipalité de Borj Hammoud et les principales autorités de la communauté arménienne d’autre part. Après négociations, elle a été transformée en pont autoroutier dont les effets d’environnement sont, selon les mots de certains des alliés initiaux du maire de Borj Hammoud, « pires que ceux du projet original ».

4L’analyse de la construction du système de liens politiques entre l’État et la communauté arménienne du Liban, comme de la position spécifique du territoire de Borj Hammoud à la fois dans ce système et dans l’organisation des pouvoirs à l’intérieur de la communauté arménienne doit nous permettre sinon de rendre compte parfaitement du destin étrange de ce projet, au moins de questionner les modes de territorialisations communautaires appuyés sur l’héritage de la guerre et sur la tension permanente entre le statut institutionnel et le substrat social du territoire municipal.

  • 2 La plupart des informations concernant le projet de pont et la situation contemporaine de Borj Ham (...)

5Dans un premier temps, nous questionnerons le statut de la municipalité de Borj Hammoud au moment de sa fondation, et sa position dans le système d’interactions politiques entre la communauté arménienne et l’État libanais, pour tenter de montrer comment la guerre et les processus de territorialisation qu’elle a entraînés ont modifié ce statut. Enfin, nous analyserons le fonctionnement même de ce système d’interrelations à travers le conflit de la PN1, avec l’objectif d’expliquer l’échec relatif des ambitions municipales et du projet identitaire territorial de Borj Hammoud sur lesquelles elle s’appuyait2.

UN TERRITOIRE NOMINAL

  • 3 Les informations historiques qui suivent concernant la période du mandat français proviennent du d (...)

6Les premiers réfugiés arméniens arrivent au Liban en plusieurs vagues à partir de 1920, en provenance de Cilicie3. Recensés au sein de la population chrétienne par les autorités mandataires françaises, par ailleurs désireuses de fixer ces réfugiés hors de Turquie, ils sont naturalisés dès 1927. Ils sont alors répartis de part et d’autre du fleuve de Beyrouth, entre les territoires municipaux de Beyrouth et de Jdaidé, et sont inscrits sur place. Sous l’impulsion des associations de village et avec l’aide des autorités mandataires, des terrains sont acquis collectivement sur le territoire de la commune de Jdaidé, au lieu dit Borj Hammoud, au bord du fleuve, et sont lotis et bâtis au cours des années 1920 et 1930. La grande municipalité de Jdaidé accorde peu d’attention à ces marges et ce sont les associations qui s’occupent elles-mêmes de la gestion quotidienne de leurs quartiers respectifs. Des micro-conflits de compétences surgissent en permanence, dans un climat de misère et de violence endémique attesté par les rapports de police de l’époque.

  • 4 Pour le détail de l’histoire des partis politiques arméniens, se reporter à Ter Minassian, 1989 et (...)

7L’origine villageoise n’est pas le seul clivage interne à cette communauté de réfugiés. Les arméniens sont alors divisés en partis politiques concurrents, chaque village de Cilicie étant plus ou moins dominé par un des deux plus importants partis, le Hentchak, alors proche de l’Arménie récemment soviétisée, et le Tachnak, farouche adversaire de la soviétisation4. La lutte pour la domination de la communauté au Liban commence très vite, plongeant dans la perplexité les autorités mandataires puis le premier gouvernement du Liban indépendant, qui ne sait pas sur quel leadership s’appuyer pour s’assurer la loyauté de la communauté. Les « chefs politiques » de la communauté, ceux qui occupaient le ou les siège(s) parlementaire(s) arménien(s) de Beyrouth, sont alors plutôt proches de la communauté arménienne catholique installée au Liban autour du xviiie siècle (Boudjikanian, 1982-1984) et fonctionnent à l’intérieur du système de pouvoir de la bourgeoisie citadine de Beyrouth (Davie, 1996). Il faudra du temps aux partis politiques arrivés avec les exilés de Cilicie pour s’imposer comme les acteurs pivots du jeu politique communautaire (Suleiman. 1967 ; Messerlian, 1963 ; Bedoyan, 1973).

  • 5 Les estimations varient. S. Joseph (1975), après une longue discussion, donne autour de 40 %, S. N (...)

8Le conflit autour du contrôle de la communauté réfugiée au Liban trouve un règlement progressif à partir de 1947 : le Hentchak organise le départ de quelques milliers d’individus vers l’Arménie soviétique (Ter Minassian, 1997) et laisse ainsi une plus grande marge de manoeuvre au Tachnak, qui s’impose sur la scène politique arménienne (Joseph, 1975). Ses positions anti-soviétiques coïncident avec la stratégie du pouvoir libanais. En 1950, la loi électorale accorde un siège arménien au Matn (le caza qui comprend la banlieue est de Beyrouth, où se trouve Borj Hammoud) pour les législatives de 1951, et en 1952, la municipalité de Borj Hammoud est fondée, sur un territoire plus vaste que la zone alors urbanisée. Il faut sans doute voir dans cette fondation municipale plus qu’un impératif de gestion. Pour le pouvoir central, il s’agit de favoriser l’émergence d’un leadership légitime dans la communauté issue de l’exode, à travers une institution susceptible d’apparaître au moins comme sa façade unifiée au-delà de ses profondes divisions. Pour les arméniens, et particulièrement pour le Tachnak, elle a le mérite d’enraciner la présence arménienne sur cette zone. Mais surtout, elle participe d’un processus de formalisation de l’échange politique : toujours, les voix du parti Tachnak soutiendront le pouvoir en place au Liban. La fondation de cette municipalité ne trouve cependant tout son sens que si on la rapporte à l’espace virtuel du vote plutôt qu’au territoire et à la population qu’elle recouvre. Il ne s’agit pas d’entériner une logique de ghetto sur le terrain, mais bien plutôt de fixer une bonne fois pour toutes les voix arméniennes du Matn à Borj Hammoud, de définir et de renforcer l’instance qui les contrôle, et de permettre ainsi aux arméniens de s’enraciner dans le système politique à l’échelle nationale, et plus seulement dans les anciens leaderships beyrouthins. L’évolution sociale très rapide de Borj Hammoud par la suite plaide dans ce sens : des années 1950 aux années 1970, les arméniens s’intègrent de plus en plus au tissu socio-économique libanais et quittent en masse Borj Hammoud. En parallèle, le territoire municipal devient le réceptacle de flots d’exode rural, notamment de populations chiites. Ces deux mouvements combinés produisent très vite la classique distorsion entre habitants et électeurs. Les arméniens représentent plus de 80 % des inscrits en 1975, mais entre 25 % et 40 % des résidents du territoire municipal5.

  • 6 De nombreux témoins de l’époque racontent en particulier comment les Forces de sécurité intérieure (...)
  • 7 Pour un aperçu de la virulence des débats internes à la communauté à cette époque, voir Kalpakian, (...)

9Le Tachnak s’empare de la municipalité en quelques années : le premier maire, Paul Aris, est une personnalité de l’association des originaires de Marach, la plus importante et la plus ancienne de la zone, tout en étant proche du parti. Ses successeurs, Loutfig Narkizian en 1961, puis Hagop Ashjian en 1963, en sont membres. Sur le terrain, cette prise de contrôle se manifeste par une perte progressive de l’autonomie municipale après l’épisode volontariste de Paul Aris qui, à la tête de l’association de Marach puis de la municipalité, s’était attaché à définir le cadre urbain de la région et à en contrôler la croissance. L’essentiel des habitants arméniens sont dépendants de la puissante galaxie associative communautaire dont le Tachnak s’assure le contrôle, parfois avec l’aide des services de sécurité de l’État6, durant la décennie 1950. Il faut souligner que la prise de contrôle des institutions communautaires proprement dites, en particulier les écoles, nominalement dépendantes de l’archevêché arménien grégorien et à ce titre soutenues et reconnues par l’État, fut un processus long, difficile, conflictuel, parfois violent7, tant son enjeu était central. Borj Hammoud est alors conçu comme un « tout » communautaire, et l’enjeu de la municipalité est rapporté à celui des institutions proprement communautaires : c’est le contrôle de la population et des électeurs arméniens. Celui qui contrôle les écoles et les institutions communautaires se donne les moyens de tenir, à terme, les institutions municipales, alors également riches d’enjeux spécifiques, en particulier fonciers, mais moins porteuses de légitimité communautaire. L’électorat de la municipalité est dans un premier temps le même que celui des comités des écoles communautaires, mais aussi des institutions culturelles, caritatives, sportives et religieuses de la zone. La situation se complique à partir des années 1960 quand quelques dizaines de milliers d’arméniens quitteront les pays arabes environnants pour se réfugier au Liban et singulièrement à Borj Hammoud. Mais là encore l’enjeu central est d’abord la conquête de la légitimité communautaire : l’investissement du Tachnak sur ces résidents arméniens non-électeurs sera rentable bien plus tard, après la guerre, quand le parti obtiendra la naturalisation de quelque 20 000 d’entre eux au milieu des années 1990.

10Le clientélisme de parti, dont la mise en place à grande échelle à Borj Hammoud date du milieu des années 1950, s’est construit sur un va-et-vient permanent entre les ressources communautaires procurées par cette galaxie associative et les ressources légales de l’institution municipale. Il se caractérise par l’omniprésence de la structure partisane dans la vie quotidienne, dans les rapports avec les pouvoirs centraux, dans le règlement des questions locales (Joseph, 1975). Les associations de villages, qui perdurent et prospèrent, conservent un rôle de sociabilité, mais c’est à travers les différentes structures du parti (« clubs » de quartier, associations sectorielles, notabilités locales) que se gère réellement la ville. Ne reste à la municipalité proprement dit que très peu, sinon pas, de pouvoir de décision, dans la mesure où le parti agit à la fois comme son tuteur omniprésent et comme un écran permanent entre elle et la population. La légalité introduite par la structure municipale est par contre régulièrement utilisée au service des intérêts partisans, mais sans que jamais les acteurs de l’institution municipale n’aient seuls le contrôle en propre de ses ressources. Il s’établit donc un jeu de dépendance forte entre institution municipale et parti Tachnak, dont les acteurs sont souvent identiques : les membres des conseils municipaux successifs de l’avant-guerre sont, en ce qui concerne les arméniens, membres du Tachnak, ou proches de lui, sans forcément participer directement à sa direction ; certains sont en position de petits notables locaux (c’est le cas par exemple de la famille Ashjian, mais aussi des Agha Sarkissian, commerçants ou artisans prospères de la zone) sans pour autant que leur statut municipal n’ajoute beaucoup à leur position notabiliaire. Tout se joue alors ailleurs, et la municipalité n’est pas en soi une ressource pour ces acteurs, elle est un des moteurs de tout un système, au sein duquel se définissent les positions des acteurs.

  • 8 J. Lojkine (1980) analyse la place du « pouvoir local » dans le « système de régulation national » (...)
  • 9 Les arméniens qui ont quitté Borj Hammoud se sont installés dans les localités de banlieue plus él (...)

11Pourtant, avec la fondation de la municipalité, un nouvel acteur est introduit dans le jeu politique interne à la communauté, et il est clair qu’il n’a pas vocation à se substituer ni, bien sûr, au parti lui-même dans ses relations avec l’État, ni, non plus, aux associations dans leurs ancrages sociaux locaux. Mais l’institution et son pouvoir territorial légal offrent des opportunités spécifiques, d’abord en termes d’opérations foncières. L’exemple des Habitations populaires (masākīn ša ‘biyya) est très clair : le percement de la voie rapide littorale (« autostrade »), dans les années 1960, oblige à raser quelques-uns des derniers camps de réfugiés de la zone, dont la population, électrice locale ou non, n’a pas bénéficié de soutiens suffisamment puissants pour en sortir avant (Karadjian, 1986). C’est le parti, à travers la municipalité, qui va prendre en charge cette population arménienne marginale, et bâtir sur un vaste terrain libre un ensemble de 800 logements en accession à bas prix et un stade de football. Les appartements seront attribués au début de l’année 1970 par une commission composée de militants tachnaks, membres ou non du conseil municipal. Son travail sera très contesté. Ce même groupe d’acteurs réalise conjointement sur les terrains des camps évacués des opérations immobilières que la présence de l’autostrade rend très avantageuses. Il faut surtout retenir de cet exemple l’émergence progressive dans les années 1960 et 1970 d’une catégorie de militants et de chefs locaux du parti qui n’exercent pas à proprement parler les responsabilités de la gestion locale (celle-ci se construit directement au parti en coordination avec l’État central et sans laisser beaucoup de marge de manœuvre aux « locaux ») mais qui bénéficient de la création de l’institution elle-même pour se constituer un patrimoine et une clientèle directe. La municipalité gère les parties communes et fixe les règles du jeu des Habitations populaires, en particulier les autorisations de vente par les bénéficiaires. Jusqu’à aujourd’hui, ces habitants constituent une clientèle directe de la municipalité, et leur quartier un des seuls qu’elle peut contrôler sans passer par les réseaux des associations dominées directement par le parti. On peut sans doute voir émerger dès l’avant-guerre une contradiction du même type que celle que Jean Lojkine identifie à l’échelle municipale entre « notables-relais » et « notables porte-parole »8, à la différence qu’ici le jeu fonctionne à l’intérieur d’une seule structure, l’organisation politico-territoriale du parti Tachnak. Cette opposition est restée latente avant la guerre, dans la mesure où les ressources en jeu sur le territoire restent de faible niveau. Borj Hammoud n’est en effet ni le seul espace habité par les arméniens, ni le seul territoire tachnak de l’agglomération de Beyrouth9

  • 10 Dans notre esprit, les deux actes politiques de 1951 et de 1952 sont indissociables : c’est à trav (...)

12Borj Hammoud à sa constitution en municipalité nous paraît être un « territoire nominal », dont le sens global doit être cherché dans le jeu des pouvoirs à l’échelle nationale, à travers le système d’échanges de votes. « Nominal » parce que ce qui fait sens alors, à l’échelle de l’agglomération de Borj Hammoud, se limite à une grande concentration de votants, sans que la grande concentration de résidents ne soit particulièrement nécessaire, sans en tout cas que celle-ci ne détermine celle-là. La territorialisation communautaire de Borj Hammoud ne doit pas grand chose à la formalisation du pouvoir partisan qu’apporte la création de la municipalité, précédée d’un an par la création du siège de député arménien du Matn10. Par contre, celle-ci donne naissance à un territoire virtuel, une réserve de voix, déconnecté de la réalité sociale du terrain, directement sous le contrôle du Tachnak. Les conflits entre ces deux dimensions, celle des votes et celle du tissu social, deviendront très vite structurants dans les luttes d’influence à l’intérieur du parti. En parallèle, l’homogénéité communautaire de Borj Hammoud se délite lentement, sous l’effet de l’intégration des arméniens à l’agglomération beyrouthine et de leur départ progressif et continu d’une municipalité de banlieue dont la structure sociale fait de plus en plus de place à la mixité communautaire. Les nouveaux arrivants à Borj Hammoud ne sont bien sûr pas pour autant des votants. Le statut de capitale nationale dont Beyrouth bénéficie oriente et amplifie la croissance de sa banlieue, bien au-delà de ce qu’autorisait son insertion précédente dans le réseau des cités commerçantes du Levant, et le leadership de la communauté arménienne comme la population elle-même suit la même évolution, s’inscrivant dans un système de pouvoir national à travers ses positions dans l’agglomération, et non plus seulement citadin, c’est-à-dire polarisé autour du centre-ville de Beyrouth (Beyhum, 1988). La communauté arménienne évolue en somme comme toutes les autres communautés libanaises. Mais en parallèle, l’institutionnalisation de Borj Hammoud en municipalité ouvre aux acteurs du système partisan Tachnak une ressource spécifique, dont le contrôle fera l’objet de conflits internes de plus en plus vigoureux.

UN TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE ?

  • 11 Les chiites, qui représentaient une forte proportion de la population avant la guerre, sont rempla (...)

13Le mouvement de territorialisation communautaire qui s’accentue dès le début de la guerre n’épargne pas les arméniens. Les principales autorités des trois communautés arméniennes (grégorienne, catholique et protestante) proclament leur neutralité, mais de fait, l’insécurité grandissante de Beyrouth, insécurité dont par ailleurs la machine idéologique du parti Tachnak avait fait un des axes de son contrôle communautaire, entraîne le retour ou le repli d’une importante fraction des commerces arméniens du centre-ville détruit ainsi que de la plupart des institutions communautaires vers Borj Hammoud. Ce retour doit peu au hasard, de nombreux témoins de l’époque attestent qu’il participe d’une politique délibérée de l’élite de la communauté. En particulier, les institutions financières communautaires se mettent au service des commerçants pour les aider à convertir en boutique les dépôts qu’ils avaient gardés dans les quartiers historiques. Le quartier de Nor-Marach redevient ainsi le centre du territoire municipal, comme si la « sortie du ghetto » des années 1950 à 1970 n’avait jamais effacé les appartenances originelles des commerçants arméniens du centre-ville de Beyrouth. Borj Hammoud est alors de nouveau sanctuarisé, mais cette fois directement par le parti. Les habitants chiites, repreneurs en 1947 des habitations abandonnées par les arméniens partis en République socialiste soviétique d’Arménie, sont expulsés11 et les autorités de la communauté, sous le contrôle du Tachnak, mettent en place une caisse commune qui finance la réinstallation d’arméniens à Borj Hammoud. Le contrôle quotidien du territoire est le fait de patrouilles qui mêlent habitants – arméniens -, volontaires et miliciens armés du parti lui-même.

  • 12 Les informations sont rares sur les trafics en cours durant la guerre à Borj Hammoud, mais il nous (...)

14La position de neutralité officielle de la communauté permet aux arméniens de se maintenir pendant la guerre des deux côtés de l’agglomération de Beyrouth divisée et de se construire un rôle spécifique : celui de passeur. La double constitution d’un appareil militaire à Borj Hammoud même et de réseaux de passeurs actifs dans différents secteurs12 donne alors une importance notable au territoire municipal. À l’intérieur du parti, une génération identifiée comme le « clan de Borj Hammoud » monte aux commandes. Ces nouveaux dirigeants sont plus jeunes que la moyenne des chefs du parti et, à l’image de ce qui se passe alors dans d’autres territoires et d’autres communautés, ils sont souvent proches de l’appareil militaire à Borj Hammoud. Émergeant des cellules du parti, ils prennent vite appui sur la municipalité. C’est en effet elle qui prend en charge le rôle d’organisation au quotidien du contrôle de l’espace sanctuarisé militairement et centralisé de fait dans le système d’espaces communautaires. Le second facteur de puissance de cette nouvelle génération se construit par l’exploitation rationnelle de la position spatiale de Borj Hammoud, en sortie de Beyrouth, et du statut de neutralité de la communauté. Il s’agit là d’opérations commerciales, ou de mise en place d’infrastructures métropolitaines, comme le grand dépotoir à la fin des années 1980. Là encore, l’institution municipale est un acteur déterminant dans la mesure où ces opérations se font légalement en son nom.

  • 13 Les évaluations les plus fortes estiment à 50 % la proportion d’arméniens qui ont quitté définitiv (...)
  • 14 Trois présidents de municipalité seront nommés entre 1981 et 1998. T. Tutélian occupe le poste ent (...)

15On assiste dès lors à une « reterritorialisation » de Borj Hammoud qui s’appuie surtout sur les intérêts des arméniens dans le territoire municipal. Les nombreux commerces, particulièrement, qui s’installent ou reviennent, permettent la reconstruction d’un contrôle communautaire localisé, là où la mixité grandissante du territoire avant la guerre avait peu à peu laissé ce rôle de contrôle au réseau du parti présent partout où habitent et travaillent des arméniens. La municipalité n’a pas beaucoup plus qu’avant affaire à des habitants-électeurs13 mais elle protège et valorise les intérêts professionnels et économiques de nombre de ses électeurs, par exemple à travers l’entretien, l’aménagement et la sécurisation de la zone commerciale. À partir du début des années 1980, le décès du maire élu en 1963 fait entrer Borj Hammoud dans le cycle des nominations de membres de son conseil municipal14. Si l’entente globale avec le pouvoir central, et les contacts entre le parti et le caïmacam du Mont-Liban permettent concrètement au Tachnak de choisir lui-même le maire, le poste fait l’objet de puissantes rivalités internes. Le maire de la fin de la guerre et de l’après-guerre, Tzolag Tutélian, lié à une famille de hiérarques du parti, a ainsi fait au cours des années 1980 une série d’allers et retours entre la direction du comité central du Tachnak et la présidence de la municipalité, au rythme des luttes de clans autour du contrôle des ressources municipales mais aussi à l’intérieur de la direction centrale du parti. Dès lors, alors que le territoire même de Borj Hammoud reprend, si l’on peut dire, de l’épaisseur communautaire, la municipalité entre régulièrement en rivalité avec le réseau associatif organisé par la machine partisane, rivalités qui se résoudront au coup par coup par la violence ou les prises de contrôles réciproques entre des cellules du parti proches de tel ou tel leader local, le comité central du parti et la municipalité.

16À la fin de la guerre, Borij Hammoud est de nouveau un territoire « arménien », territoire cette fois non plus seulement au sens nominal, mais aussi social et économique. Borj Hammoud était une des principales zones industrielles de la petite ceinture beyrouthine, la guerre en a fait une importante zone de commerce de détail, en particulier le premier marché de l’or de l’agglomération. Recentralisation des institutions communautaires, croissance du poids socio-économique, la guerre aura rendu à la municipalité de Borj Hammoud son rôle dans la gestion locale, tout en en faisant un tremplin potentiel pour d’éventuelles ambitions politiques à travers le système d’échange de voix toujours en vigueur. L’institution municipale s’est imposée dans le jeu des pouvoirs interne au parti, dans les conflits continus entre factions, qui commencent avec la guerre et se poursuivent durant les années 1990. Ses ressources spécifiques font d’elle autre chose qu’une caisse neutre d’enregistrement de la politique décidée au parti, sans pour autant lui donner une pleine autonomie. Les acteurs qui la contrôlent peuvent ainsi mettre à profit à leur propre compte le pouvoir légal de l’institution municipale en s’émancipant quelque peu du contrôle permanent du centre partisan. Ils peuvent ainsi avoir accès aux positions réservées que procure le système global d’interrelations entre le parti et l’État.

  • 15 Chacune de ces questions est liée à une entente entre le pouvoir central et certains acteurs du pa (...)
  • 16 Le même type de stratégie a été mené en banlieue sud (voir le texte de Mona Harb el-Kak dans cet o (...)

17À la fin de la guerre du Liban, la situation paraît donc paradoxale : la municipalité, conçue au départ comme un organe virtuel de contrôle communautaire est devenu un enjeu en soi au sein du parti alors même que son rôle était toujours perçu par le pouvoir central uniquement comme un outil d’unification politique de la communauté arménienne au service d’un allié. Émergent alors sur la scène politique de l’agglomération des questions dont l’ampleur semble inattendue : la question du dépotoir sur le littoral municipal, celle des infrastructures, et enfin, la question des aménagements routiers15. Sur chacun de ces débats, les acteurs dominant la scène politique arménienne feront dans l’après-guerre de la surenchère, conscients que le contrôle de la légitimité municipale de Borj Hammoud offre en soi une nouvelle ressource. T. Tutélian, nommé pour la seconde fois à la présidence de la municipalité à partir de 1993 va même jusqu’à vouloir construire sa légitimité aux yeux des résidents non-électeurs (et non-arméniens) en essayant de constituer des comités sectoriels regroupant non pas des électeurs mais des habitants16. Cette tentative a été désamorcée à l’instigation des députés d’autres circonscriptions, en particulier ceux de la plaine de la Béqaa et du Mont-Liban, élus par des habitants de Borj Hammoud, qui craignaient de voir ainsi remettre en cause leur propre patronage extra-territorial sur cette population.

  • 17 Les 10 000 électeurs dont dispose le parti à Borj Hammoud (ceux qui, parmi les 35 000 inscrits, n’ (...)

18Il semble donc bien que l’après-guerre ait vu la municipalité de Borj Hammoud tenter de pérenniser le pouvoir et la légitimité acquise durant la guerre à travers la reterritorialisation arménienne de Borj Hammoud. Mais cette tentative se heurte à plusieurs obstacles de nature différente : l’émergence de la municipalité comme acteur plus autonome n’a sa place ni dans le système d’échange politique mis en place avec l’État libanais, ni dans le fonctionnement des pouvoirs à l’intérieur de la diaspora arménienne. À l’appui de cette dernière hypothèse, il faudrait analyser le jeu des rivalités internes au parti vis-à-vis de la situation de l’Arménie, et de son retour progressif dans les affaires diasporiques après la fin de l’URSS. Notons simplement que « le clan de Borj Hammoud », très intégré dans les réseaux politico-financiers libanais, sera à partir du milieu de la décennie 1990 d’abord contesté puis progressivement éliminé par les instances internationales du parti Tachnak, elles-mêmes tombant peu à peu sous l’influence du Tachnak d’Arménie. Le président de la municipalité de Borj Hammoud, T. Tutélian, sera un des derniers à perdre sa place dans ce processus durant l’été 1999, un an après avoir été élu, seul candidat au poste dans la liste unique agréée par le parti17. Le conseil municipal issu de ces élections est équilibré, tant d’un point de vue sociologique (les commerçants de Borj Hammoud y font jeu égal avec les ingénieurs) que communautaires (sur 21 membres, 14, soit les deux tiers, sont arméniens, tous proches ou membres du parti ; maronites, chiites et grecs-catholiques se partagent les 6 sièges restants).

19Au cœur à la fois de cette dynamique de renouvellement des élites arméniennes et de la logique d’agglomération qui s’impose dans l’esprit des acteurs de l’aménagement de l’après-guerre, l’affaire de la PN1 permet de revenir sur le destin du cadre de la négociation politique traditionnelle dans le système libanais. L’échec de la tentative de la municipalité de Borj Hammoud d’apparaître comme un acteur à part entière dans l’agglomération de Beyrouth de l’après-guerre illustre peut-être aussi l’apparition d’une nouvelle échelle d’action, celle de la métropole et de ses enjeux propres, échelle utilisée par les acteurs qui la fondent comme pour s’affranchir des anciens cadres.

LE TERRITOIRE MUNICIPAL ENTRE GESTION LOCALE ET ÉCHANGE POLITIQUE GLOBAL

20Sur un tracé réservé depuis les années 1950, et élargi par la suite, un peu au sud des quartiers arméniens historiques de Borj Hammoud, le CDR a commandé au début des années 1990 une étude de voie rapide au cabinet d’ingénieurs Dār al-Handasa. Cette route devait joindre les deux boulevards principaux de Beyrouth intra-muros au périphérique-est, encore en projet, et assurer ainsi le transit entre le centre-ville en reconstruction et la grande banlieue nord-est. L’enjeu était au moins autant technique que politique, dans la mesure où le Premier ministre de l’époque, Rafic Hariri, avait fait de la réussite du projet du centre-ville l’étendard de sa politique de reconstruction et de sa légitimité politique. Mais le tracé prévu de la route, dont la réserve foncière a toujours été consciencieusement respectée par la municipalité de Borj Hammoud, traverse un quartier sensible de la construction politique du territoire municipal : celui des Habitations populaires (voir Carte).

  • 18 Dans le cas d’aménagement routier de ce type, la municipalité dispose d’un mois pour donner son av (...)
  • 19 Tous ces projets concernent le percement de voies rapides à travers le territoire municipal, depui (...)

21La municipalité a appris l’existence de ce projet avec un certain retard18, quelques mois après la promulgation du décret de 1995 ordonnant le percement de cette route. Un ami urbaniste du maire dirigeait un chantier quand il a appris que la zone où il travaillait était réservée pour un projet du CDR. Sur cette zone, la municipalité distribuait encore des permis de construire. Cet urbaniste a incité T. Tutélian à se renseigner auprès du CDR, et celui-ci y a découvert 5 grands projets d’infrastructure à Borj Hammoud19. Celui de la route PN1 était le plus avancé et le plus sensible. Le maire a dès lors investi dans la contestation de ce projet les compétences de son entourage, au sein d’une sorte de « cabinet privé » composé de l’urbaniste précité, de l’ingénieur employé par la municipalité, et de quelques autres professionnels et amis personnels dont un seul était membre du conseil municipal. Dès lors, les décisions concernant les aménagements routiers et les opérations foncières afférentes ont été prises au sein de ce cabinet privé, le conseil municipal devant, selon des témoignages concordants, se contenter d’être de temps à autre informé.

Municipalité de Borij Hammoud. Infrastructures routières en cours de réalisation ou en projet.

22Cédant aux injonctions de son ami urbaniste, qui lui répète en particulier qu’il doit être maître chez lui, le maire a ainsi choisi de réagir. Mais cette réaction s’appuie sur son entourage personnel plutôt que sur le conseil municipal lui-même, réduit alors aux huit membres survivants élus ou nommés depuis 1963. Qu’il se coordonne également avec les autorités du parti Tachnak n’enlève rien à la posture qu’il adopte : le maire se considère personnellement comme le représentant de la population municipale, plutôt que comme le rouage, même dominant, d’une institution. Et dans ses relations avec les autorités du parti, c’est bien cette posture personnelle qu’il va mettre en avant, pour conduire le parti à engager sa position politique d’allié du pouvoir dans une négociation. Cette négociation n’est en effet pas gratuite : tout avantage obtenu au nom de l’échange global avec les acteurs du pouvoir central se paie à une autre étape du processus. Il faut donc observer la négociation sous le double angle de la gestion municipale proprement dite et de la place personnelle que s’y réserve le maire, et d’autre part, des enjeux de pouvoirs internes à la structure partisane. C’est le croisement de ces deux dimensions politiques qui permet en définitive de comprendre le déroulement des faits.

23La municipalité de Borj Hammoud a imposé au CDR de revoir sa copie au cours de plusieurs séries de négociations qui se sont tenues au rythme d’une tous les six mois entre la fin de l’année 1995 et les élections municipales de juin 1998. Il en est sorti la transformation de la route en pont, moins large, mais avec un débit plus important, limitant les expropriations mais générant de dramatiques effets d’environnement sur le tracé. Ce pont de 7 mètres de haut passe en effet à hauteur du deuxième étage des immeubles et le retrait moyen entre l’ouvrage et les bâtiments est de 2 à 3 mètres. Ces négociations ont pris place en dehors de tout cadre légal, la municipalité n’ayant pas réagi au projet dans les délais qui lui étaient impartis. Pour obtenir qu’elles s’ouvrent, le maire, T. Tutélian, a usé de deux arguments potentiellement contradictoires : il a argué d’abord de la légitimité de son pouvoir sur le territoire municipal, en allant jusqu’à menacer de mobiliser la population pour bloquer le chantier, tout en rappelant le soutien permanent de son parti, le Tachnak, au pouvoir en place. Les négociations proprement dites se sont divisées en deux séries : une première a mis par deux fois en présence une délégation de députés arméniens avec les promoteurs du projet et le président du CDR, dans le bureau de ce dernier. Durant ces deux séances semble s’être négociée la « possibilité de négociations » et l’ampleur qu’elles pourraient prendre. Une autre, en parallèle, a mis face à face les promoteurs du projet et les représentants des intérêts municipaux (en l’occurrence le maire lui-même assisté de son « cabinet privé » ). Moins d’une dizaine de séances ont eu lieu, durant lesquelles ont été négociés d’abord l’existence même de cette route, puis sa forme, puis son tracé précis et les expropriations à prévoir, parcelle par parcelle. L’idée de l’autopont a émergé durant ces séances, sur une proposition du maire lui-même. Pour lui, l’objectif était officiellement de préserver le tissu social du quartier, d’éviter de le couper en deux par une route « étanche », de limiter les expropriations... et de faire respecter son propre pouvoir sur son territoire. Les promoteurs du projet défendaient eux spécifiquement leur cahier des charges technique et la nécessité absolue de cette route au regard des exigences du plan de transport métropolitain et de la desserte du centre-ville.

24Ces deux séries de négociations s’achèvent au moment des élections municipales de juin 1998 par ce qui apparaît d’abord comme un succès de l’équipe municipale sortante : la transformation du projet de route 2x3 voies en pont 2x2 voies, moins large, limitant les expropriations et « respectant » les liaisons entre les quartiers traversés. Deux rampes dans chaque sens permettent par ailleurs à Borj Hammoud de « profiter » de l’aménagement. Conséquemment, municipalité n’hésite pas alors à se satisfaire de la qualité technique du projet, alors que l’ingénieur de Dār al-Handasa, auteur du premier projet contesté, met quelque peu en cause ses conséquences environnementales et sociales, dans un étrange retournement de positions et d’arguments. Au-delà des simples arguments techniques, les négociateurs de la municipalité ont donc en permanence, d’après les comptes rendus des réunions comme les discours des acteurs en entretiens, joué l’opposition entre un territoire « patiemment construit par l’histoire » et une logique techniciste qui subordonnerait le fonctionnement du local à la logique du pouvoir central. Le discours municipal tel qu’il a pu nous être rapporté insistait ainsi en permanence sur la « cohérence du quartier », sur la crainte que ce type de route ne favorise l’arrivée « d’étrangers », ne bouleverse en définitive un espace où « tout marche plutôt bien ». Ce discours fait directement référence à un des piliers de la politique municipale : le renforcement de sa base communautaire. Pour le défendre, les promoteurs du projet ont à plusieurs reprises évoqué la plus-value foncière et immobilière dont bénéficieraient les propriétaires le long du tracé, y compris ceux des appartements des Habitations populaires, si la route passait au sol. Cet argument a été balayé par tous les négociateurs arméniens, qui affirmèrent avec insistance être les seuls dépositaires légitimes des intérêts de la communauté. Pour eux, l’objectif n’était pas alors de maximiser les intérêts de leurs administrés affectés par la route, mais de protéger l’état existant d’un quartier cohérent avec le projet municipal d’homogénéité communautaire maximale, en évitant précisément que les arméniens ne quittent la zone en revendant leurs appartements. Mais l’existence de rampes sur le projet final, fruit de l’insistance de l’ingénieur de la municipalité, rend finalement possible cette évolution quoiqu’à un degré moindre.

  • 20 En particulier, l’objectif affiché de limiter au maximum les expropriations se paie par la grande (...)

25Plusieurs questions émergent du déroulement des négociations, et de l’accord sur le compromis final, atteint sur le principe quelques semaines avant les élections municipales de 1998. La première est celle des relations que la municipalité et le parti ont entretenues avec la population du quartier concerné à propos de ce projet. Le contrôle de la population par les autorités locales, partisanes et/ou municipales a été directement utilisé dans les négociations pour faire pression sur le CDR. Le discours municipal était clair : « si nos arguments ne sont pas entendus, la population va bloquer le chantier. Si au contraire ce projet se fait avec nous, vous pourrez travailler tranquillement ». À travers son réseau de « clubs » locaux, le parti a ainsi mobilisé la population de la zone concernée au début des négociations. Peu à peu, cette mobilisation s’est toutefois transformée en démarche « d’explication » de la position municipale, qui a culminé avec une réunion publique organisée au théâtre de Borj Hammoud, contrôlé par une association culturelle proche du parti, durant laquelle députés et notables communautaires se sont relayés à la tribune pour faire état du progrès des négociations, et tenter de raisonner une population qui voyait avec inquiétude la perspective de l’arrivée du pont. La tonalité des discours semble bien avoir été : « nous ne pouvons pas empêcher la route de passer, nous allons faire en sorte qu’elle profite à Borj Hammoud sans bouleverser le quartier ». D’un côté, le camp municipal agitait le spectre d’un soulèvement populaire contre un projet qu’il tentait d’un autre côté de « vendre » à la population, éventuellement en passant sous silence les désagréments manifestes causés par le pont20. Le fait est qu’au fur et à mesure de l’avancement des travaux, l’ensemble des acquis de la négociation municipale semble mécontenter une large part des habitants de la zone : alors que les premières expropriations se sont bien passées, avec des indemnisations fortes acceptables, les habitants des immeubles épargnés par le succès municipal ont vu avec angoisse la valeur de leurs propres appartements chuter à la perspective du passage d’un pont à deux mètres de leurs balcons. Certains de ces mêmes habitants-électeurs avaient pourtant l’année précédente votée aux élections municipales pour la liste unique de T. Tutélian, soutenue par le parti Tachnak. Ils avaient ainsi confirmé et renforcé la légitimité des acteurs arméniens des négociations, porteurs du projet de pont. Il faut sans doute voir dans ce paradoxe le croisement continu, dans les représentations des habitants arméniens comme dans celles de leurs chefs politiques, de plusieurs échelles politiques. Les intérêts politiques des leaders de la communauté arménienne ont cessé depuis longtemps de recouper ceux des habitants de Borj Hammoud. Les premiers raisonnent à l’échelle de l’agglomération de Beyrouth, en prenant en compte, en particulier, le poids électoral important des arméniens de la municipalité de Beyrouth.

  • 21 À ce titre, l’aménagement continu, par la municipalité, de la zone commerciale au nord de la route (...)

26Les processus de légitimation qu’ils mettent en œuvre prennent leur sens dans un va-et-vient permanent entre plusieurs dimensions complémentaires et contradictoires : le traitement des problèmes quotidiens auxquels sont confrontés les arméniens vivant très majoritairement ailleurs qu’à Borj Hammoud s’articule ainsi à la mémoire territoriale de Borj Hammoud, lieu d’installation première, noyau de la communauté, porteur encore aujourd’hui d’une part de l’identité arménienne du Liban, ainsi qu’à la défense identitaire à laquelle se consacre une part importante de la machine du parti Tachnak, en particulier à travers ses structures scolaires et culturelles. Autrement dit, pour le parti lui-même, Borj Hammoud continue à prendre beaucoup de son sens à l’échelle du territoire virtuel des votes, qui est aussi, d’une certaine manière celui de la mémoire, dans la mesure où l’absence de mise à jour des inscriptions en fonction de la mobilité fossilise l’expression des appartenances locales sur la scène politique. Mais ce territoire nominal des votes et de la mémoire est aussi celui qui se définit comme emblème de la communauté au Liban, lieu de production de richesses21, et espace de légitimation du projet de cohésion communautaire. En d’autres mots, la préservation d’une « oasis » arménienne à Borj Hammoud reste un enjeu central, même s’il peut paraître entrer en contradiction avec les autres axes de la politique communautaire. Entre ces trois dimensions de la politique arménienne, les habitants électeurs de Borj Hammoud ne peuvent pas non plus choisir. L’instance qui s’est construite en défenseur de leurs intérêts communautaires à l’échelle nationale est celle-là même qui régit localement l’environnement de leur vie quotidienne. Dans l’affaire de la PN1, ces deux aspects, ces deux échelles se sont trouvées manifestement en concurrence sans que l’emportent les enjeux locaux contre la puissance de la construction identitaire et politique de la communauté.

27Dès lors, comment analyser le résultat obtenu par la municipalité et par son président, à l’aune de ses objectifs de départ, mais aussi du destin politique de ce dernier, débarqué de force durant l’été 1999 dans le cadre d’un changement de tendance à la tête du parti ? Le maire se sentait authentiquement représentatif des désirs de ses administrés, et sa posture « territorialisée » n’allait pas jusqu’à remettre en cause cette certitude, ancrée dans le fonctionnement traditionnel des autorités politiques communautaires. Mais surtout, l’objectif central de la municipalité était fragile et ambigu. Il lui fallait sauvegarder dans la mesure du possible les intérêts des habitants sans pour autant franchir les deux « lignes rouges » que constituent la nécessité de ne pas les inciter au départ, et le danger de déséquilibrer sur cette question le rapport avec l’État central dans le système d’échange politique traditionnel. Au vu du résultat, certains habitants arméniens du tracé n’hésitent pas aujourd’hui à dire que si on leur avait demandé leur avis avant de commencer à négocier, et si on leur avait donné connaissance du montant conséquent des indemnisations ou des évolutions possibles de la valeur foncière de leurs terrains, ils n’auraient pas hésité à empocher la prime et à quitter le quartier. Si les rampes peuvent faire évoluer vers le haut la valeur des biens-fonds, la route au sol était de ce point de vue sans aucun doute plus intéressante.

  • 22 En particulier l’arrivée de S. Hoss en remplacement de R. Hariri au gouvernement, en 1998, dont le (...)

28La démission forcée du maire, après la fin des négociations et un an après sa réélection à la tête d’une liste unique éclaire encore le déroulement des opérations. Cet épisode n’est pas directement lié à l’opération de la PN1, il s’agit surtout de la conséquence d’un conflit hérité de la guerre, interne au parti Tachnak. Les alliés politiques du maire à l’intérieur des institutions partisanes ont tous été petit à petit écartés dans l’après-guerre. Sur les lignes de fractures héritées des conflits de la période de guerre se sont greffées les influences du contexte libanais22, en particulier la difficulté à négocier des changements d’alliances en situation d’alternance politique et les enjeux diasporiques tels que le comportement à adopter vis-à-vis de l’Arménie indépendante. C’est alors tout son « clan » dans le parti qui est progressivement mis sur la touche par le Bureau mondial, organe suprême international de la structure Tachnak. Cet épisode partisan marque en tout cas l’échec du projet individuel du président de la municipalité, comme l’indique le modus operandi de cette démission : après des rumeurs de menaces de mort s’il refusait de quitter son poste, T. Tutélian part au printemps 1999 aux États-Unis, où il participe à des événements communautaires en tant que maire de Borj Hammoud. À son retour, refusant toujours de céder la place, il résiste quelques semaines avant que l’ensemble de son conseil municipal ne démissionne, forçant ainsi le ministère de l’Intérieur à organiser de nouvelles élections. Celles-ci seront annulées pour cause d’absence de candidats adverses, et l’intégralité du conseil municipal sortant sera reconduite à la fin du mois d’août 1999, sans T. Tutélian. Son ancien vice-président obtient le poste de président de la municipalité. Difficile de conclure autrement qu’en soulignant la puissance d’une machine partisane qui a employé les grands moyens pour s’assurer du contrôle de Borj Hammoud.

29Faut-il pour autant en tirer la conclusion que le déroulement des négociations autour de la PN1 se résumerait à une lutte d’influence interne au parti Tachnak dans laquelle la municipalité aurait été comme entraînée malgré elle ? Ce serait certainement oublier qu’en définitive, dans ces négociations, le parti lui-même et le président de la municipalité sont restés alliés jusqu’au bout. Au-delà de cette alliance, ces deux partenaires ne jouaient en fait pas la même partie. Pour le Tachnak, et en particulier pour ceux de ses hiérarques qui ne sont pas directement dépendants d’une base territorialisée à Borj Hammoud, l’enjeu était limité à une mise en application de l’échange politique fonctionnel depuis les années 1950. Les arméniens doivent dans ce sens avoir leur mot à dire sur les décisions de l’État central qui les concernent, et Borj Hammoud les concerne par définition. Pour le maire, dépendant comme les autres acteurs de son parti, la dimension proprement locale avait plus d’importance. Là où le parti se positionnait nettement en intermédiaire entre l’ensemble de la communauté arménienne, de Borj Hammoud ou pas, et le pouvoir central, le président de la municipalité essayait de capter à son bénéfice à la fois le souci des habitants de la zone et les ressources procurées par le fonctionnement du parti. Il tentait, lui, de se positionner en médiateur entre les habitants de Borj Hammoud, l’appareil central du parti et l’État. Double dimension, donc, puisque le maire joue à la fois sur la scène politique de l’agglomération beyrouthine, à travers les positions du Tachnak, et sur la scène interne au parti lui-même.

30C’est bien selon nous cette double posture, qui reflète les ambiguïtés de la revendication inaboutie de la municipalité, à l’origine des déboires du camp municipal sur ce projet. Il n’est pas question de poser l’hypothèse qu’il aurait pu en être autrement, si les positions des uns et des autres avaient été différentes. Il faut simplement s’attarder sur l’emboîtement des fonctionnements clientélaires en œuvre à Borj Hammoud. Le parti, on l’a vu, est également une machine clientéliste, et les services qu’il procure aux arméniens quel que soit leur lieu d’habitation sont le pendant de l’échange politique qu’il pratique systématiquement. Mais ils ne sont pas absolument nécessaires à sa position politique dans la communauté : celle-ci se construit sur un mode idéologique à travers les discours véhiculés dans le réseau associatif et scolaire du parti. Dans l’échange politique avec le pouvoir central, le parti obtient en échange de son soutien indéfectible un accès pour ses propres clients à certaines ressources du centre politique. Mais cet accès n’est pas pour autant l’unique source du soutien électoral dont il jouit au sein de la communauté arménienne. Celui-ci est aussi le fruit d’une réelle pénétration idéologique. Autant dire que le parti « vend » à ses patrons libanais les voix d’arméniens qu’il contrôle d’abord non pas à travers l’échange clientélaire, mais bien par sa prégnance idéologique. On pourrait dire que tant que l’identité arménienne reste une notion forte et valide dans la communauté, les voix arméniennes sont, au nom de l’unité communautaire, acquises au pouvoir. Ce système de « double légitimité » du patron partisan vis-à-vis de ses clients arméniens permet aux acteurs centraux du parti de dégager des ressources importantes, éventuellement investies pour leurs propres intérêts, sans que l’absence ou la faiblesse des retombées sur la population clientélisée soit pour autant un handicap sérieux. Pour que ce système fonctionne, il est nécessaire que les revendications de la clientèle que les patrons arméniens sont chargés de faire remonter vers leurs propres patrons libanais restent dans d’acceptables proportions. Quand ces proportions sont dépassées, le patron local semble être dans l’incapacité à mettre son supérieur suffisamment sous pression pour obtenir satisfaction. Cette échelle des services est sans doute admise à l’avance, dans la mesure où le fond de l’échange politique entre le Tachnak et l’État concerne surtout la possibilité pour le premier, ou pour ses hiérarques tout divisés qu’ils soient, de prendre des facilités localement et au sein de la communauté avec la légalité.

  • 23 À l’heure d’écrire ce texte, la situation politique de la communauté arménienne a été bouleversée (...)

31Or, dans le cas de la PN1, l’irruption du maire comme représentant de la population va en quelque sorte gripper cette machine. Non que le maire soit un étranger parmi les hiérarques du parti, il en fait partie, est affilié à un clan parmi eux, celui qui, au moment des négociations, est le plus puissant dans le parti. Mais la démarche portée par la municipalité implique de mettre à l’épreuve de la population le système fondé par l’échange politique. Le maire escompte bien ainsi, en restant appuyé sur ce système, bâtir, ou plutôt renforcer une véritable légitimité locale qui, si elle n’est pas en général nécessaire aux hiérarques du parti, lui permettrait de se positionner vis-à-vis des habitants comme leur représentant efficace et vis-à-vis du parti comme le bénéficiaire d’une vraie popularité personnelle. C’est en quelque sorte à une position de notable individuel local dans un système de fonctionnement collectif en réseau qu’aspire le maire. Du côté du parti comme du côté du maire, les négociateurs du « camp municipal » ne peuvent donc faire autrement que tenter de résoudre la question de la PN1 dans les cadres du système préexistant. Il s’agissait donc de faire quelque chose tout en n’allant pas jusqu’à une réelle mobilisation populaire23, et en évitant de risquer le départ des habitants arméniens de la zone. Dans ces conditions, pris dans les rets d’un système politique complexe et fragile, l’intérêt commun local s’est défini ailleurs, et à d’autres échelles que celles de la seule localité.

CONCLUSION

32Dans le demi-siècle d’histoire municipale de Borj Hammoud, on peut sans doute retrouver des éléments communs au monde politique libanais en général. Construit sur une base communautaire politisée, entretenue à travers un système de relations complexes avec le pouvoir central, le pouvoir municipal de Borj Hammoud a sans doute pour principale fonction d’être un maillon de cet échange global de services politiques. Son émergence comme ressource de gestion proprement dite a attisé, après la guerre, les rivalités internes au parti Tachnak, rivalités nées en particulier dans l’évaluation de la situation en Arménie après la chute de l’URSS. Là encore, il est presque impossible de présenter une véritable hiérarchie des enjeux à l’intérieur du système politico-communautaire dont Borj Hammoud est une pièce. Les positions en Arménie sont aussi déterminantes que les liens avec le pouvoir libanais, ou que le contrôle très local de telle ou telle cellule du parti. En définitive il semble bien qu’aucun de ces enjeux différents ne pourrait être construit en dehors de ce système. L’enjeu fondamental de la politique de la communauté arménienne au Liban, et par conséquent de la gestion locale de Borj Hammoud telle qu’elle est conçue par les chefs politiques de la communauté, est lié à la pérennité de l’ensemble de la construction politique de relations avec l’État central. En soumettant la politique locale à un système complexe, et somme toute statique, d’interrelations, le parti Tachnak enferme la municipalité dans un système de clientélisme global qui, plus qu’il ne limite les possibilités de fonctionnement démocratique à l’échelon local empêche de manière chronique la municipalité de mettre en place son propre fonctionnement autonome, et donc d’exister en propre dans le contexte libanais. Pour en revenir à nos considérations d’introduction, il nous semble bien qu’en termes d’échange politique sur l’espace nominal du corps électoral, le fonctionnement municipal d’après-guerre corresponde à un retour à un ordre territorial « d’avant ». Mais à Borj Hammoud, ce retour virtuel se double d’une recentralisation sociale et économique du territoire pour la communauté. Et c’est bien cette correspondance entre la renaissance des enjeux communautaires de gestion locale et la permanence du poids électoral de la communauté arménienne Tachnak qui nous semble être à l’origine du semi-échec des négociations autour de la PN1. Dans le modèle de fonctionnement du parti jusqu’alors, l’émergence de la municipalité comme acteur représentatif d’une population n’a pas sa place, que cette intervention soit dénuée d’arrière-pensée ou au contraire au service des intérêts propres de l’élite municipale.

33La base de ce fonctionnement, c’est-à-dire la captation du vote communautaire par une organisation partisane n’est pas particulièrement originale au Liban. Ainsi, les législatives de 2000, après les tribulations de la municipalité de Borj Hammoud durant les années précédentes, montrent comment, en quittant peu à peu le domaine strictement virtuel de l’espace des votes, la communauté arménienne se met en position de grande faiblesse. Certes, ses voix ont une fois de plus soutenu en bloc le gouvernement en place, mais celui-ci a perdu. Plus grave encore, selon la logique du parti, dans le Matn même, un candidat arménien adversaire du Tachnak a pu mobiliser un grand nombre de voix d’opposition, en grande majorité non-arméniennes. Et surtout, à Beyrouth, les stratèges du Tachnak, dont certains se présentaient personnellement, ont essuyé un échec complet, pour la première fois de leur histoire. Le retour aux affaires de Rafic Hariri acquis grâce à une impressionnante prise de contrôle de Beyrouth pose dans ce contexte de sérieux défis aux municipalités de la petite couronne. En particulier, le projet de repolarisation de l’agglomération autour d’un centre-ville reconstruit a, durant les premiers mandats de R. Hariri, conduit à un changement d’échelle des pouvoirs d’agglomérations liés au pouvoir central, à travers le poids considérable du CDR. Si ce changement d’échelle se confirme, il pourrait bien régler par le vide les conflits intra-communautaires qui opposent à Borj Hammoud les hiérarques du parti aux « représentants de la base ». L’affaire de la PN1 indique peut-être qu’une nouvelle ère commence pour la municipalité de Borj Hammoud, celle de la vassalisation et de la réduction à son statut de sortie de ville. Les politiciens arméniens en sont conscients et affirment lutter contre cette évolution. Mais la logique propre du système qui les porte les rend profondément solidaires des tenants de cette politique, pourvu qu’ils soient aux affaires.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ACS, Administration centrale de la statistique, 1997, « Le mohafazat du Mont-Liban en 1996 (Résultats du recensement des immeubles et des établissements) », Etudes statistiques n 6, octobre.

Bedoyan H., 1973, Armenian Political Parties in Lebanon, Master of Arts (MA), Université américaine de Beyrouth (AUB), Beyrouth.

Beyhum N., 1988, « Espace urbain, espaces politiques : villes. État et communautés à Beyrouth vers 1975. Éléments pour une problématique », in N. Shehadi & D. Haffar Mills (dir.), Lebanon : A History of Conflict and Consensus, I. B. Tauris, Londres, p. 275-304.

Boudjikanian A., 1982-1984, « L’espace libanais au regard des migrations arméniennes », Hannon, vol. XVII, Beyrouth, p. 23-44.

Dasnabedian H., 1988, Histoire de la Fédération Révolutionnaire arménienne Dachnaksoutioun 1890-1924, OEMME Edizioni, Milan.

Davie M., 1996, Beyrouth et ses faubourgs, Les Cahiers du CERMOC n 15, Beyrouth.

Harb El-Kak M., à paraître, « Urban Governance in Post-War Beirut : Resources, Negociations, and Contestations in the Elyssar Project », in S. Shami (dir.), Capital Cities : Ethnographies of Urban Governance in the Middle East, Toronto University Press, Toronto.

Joseph S., 1975, The Politicization of Religious Sects in Borj Hammoud, Lebanon, PhD, Columbia University.

Kalpakian S, 1983, The Dimensions of the 1958 Intercommunal Conflict in the Armenian Community in Lebanon, MA AUB.

Karadjian L., 1986, « Sanjack Camp », a Study of a Lebanese Slum Area, MA, AUB, Beyrouth.

Lojkine J., 1980, « Politique urbaine et pouvoir local », Revue française de sociologie n 4, vol. XXI, p. 633-651.

Messerlian Z., 1963, Armenian Representation in the Lebanese Parliament, MA, AUB, 2 vol., Beyrouth.

Nasr S. & Nasr M., 1976, « Morphologie sociale de la banlieue-est de Beyrouth », Maghreb-Machrek n 73, 3E trimestre, p. 78-88.

Suleiman M., 1967, Political Parties in Lebanon, Cornell University Press, New-York.

Ter Minassian T., 1997, Colporteurs du Komintern : l’Union soviétique et les minorités au Moyen-Orient, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris.

Ter Minassian A., 1989, La République d’Arménie 1918-1920, Complexe, Paris.

Notes

1 En l’absence de recensements officiels, il est particulièrement difficile d’avancer un chiffre de la population résidente. Le maire n’hésitait pas à donner le chiffre de 250 000 habitants actuels, qui paraît largement surévalué. Un calcul grossier à partir d’une enquête de l’Administration centrale de la statistique (ACS. 1997) permet d’envisager une fourchette entre 75 000 et 100 000 habitants. Moins de la moitié de cette population résidente serait aujourd’hui arménienne selon des sources diverses de la municipalité et des mukhtār-s de la zone. Les électeurs inscrits sont environ 35 000, selon les registres municipaux ; les trois quarts sont arméniens et le quart restant est composé de chiites et de quelques maronites et grecs-catholiques. Depuis 1952, les arméniens ont toujours formé plus de la moitié du conseil municipal, concédant aux autres communautés les autres sièges. Depuis la fin de la guerre, il y a environ 10 000 votants à chaque élection.

2 La plupart des informations concernant le projet de pont et la situation contemporaine de Borj Hammoud sont issues, sauf mention contraire, d’une enquête de terrain menée au cours de l’année 1999-2000. Durant cette enquête, nous avons rencontré les principaux acteurs du projet, tant du côté de ses promoteurs que de celui de la municipalité. Nous avons également eu accès aux minutes de certaines des réunions de négociation. Les informations concernant Borj Hammoud de manière plus générale sont le fruit de notre travail de thèse en cours depuis 4 ans, sur le thème de la construction politique d’un espace communautaire à Borj Hammoud.

3 Les informations historiques qui suivent concernant la période du mandat français proviennent du dépouillement des archives diplomatiques françaises, mandat Syrie-Liban, Beyrouth, petit fonds politique, 1er versement, cartons 2 386 et suivants, et Syrie-Liban, CP, cartons 574 et suivants. Pour la période suivante, sauf citation de source spécifique, les informations proviennent d’entretiens divers, recoupés par une consultation sélective de la presse de l’époque.

4 Pour le détail de l’histoire des partis politiques arméniens, se reporter à Ter Minassian, 1989 et Dasnabedian, 1988.

5 Les estimations varient. S. Joseph (1975), après une longue discussion, donne autour de 40 %, S. Nasr & M. Nasr (1976) penchent après enquête plutôt vers 25 %. Le chiffre exact a peu d’importance ici comparé à la proportion électeurs/habitants à la veille de la guerre.

6 De nombreux témoins de l’époque racontent en particulier comment les Forces de sécurité intérieure ont contrôlé les élections aux comités de certaines écoles communautaires de Borj Hammoud, assurant la désignation de membres du Tachnak parfois contre les électeurs même de ces comités (sources : entretiens ; voir aussi Joseph, 1975).

7 Pour un aperçu de la virulence des débats internes à la communauté à cette époque, voir Kalpakian, 1983.

8 J. Lojkine (1980) analyse la place du « pouvoir local » dans le « système de régulation national » comme contradictoire, c’est à dire en mouvement permanent « dans la mesure où il repose sur deux logiques opposées : la logique [...] des « notables-relais », intercesseurs auprès du pouvoir d’État central et finalement garants de sa légitimité ; et la logique [...] des « notables porte-parole » qui définissent leur fonction représentative par rapport aux luttes des couches populaires contre l’État central et la classe dominante », (p. 639). Certes, dans notre cas, l’opposition n’est sans doute pas si tranchée. Néanmoins, l’opposition entre la légitimité issue du lien entre le parti et l’État et celle qui provient de la constitution d’une clientèle propre à l’échelon local nous semble proche.

9 Les arméniens qui ont quitté Borj Hammoud se sont installés dans les localités de banlieue plus éloignées, ou dans la ville de Beyrouth elle-même. Partout où une forte population arménienne est présente, une cellule du parti Tachnak est fondée. Si Borj Hammoud est, avec Beyrouth, la seule circonscription où les arméniens représentent un véritable poids électoral, le contrôle de ces électeurs passe aussi par le développement du parti dans les zones où ils résident.

10 Dans notre esprit, les deux actes politiques de 1951 et de 1952 sont indissociables : c’est à travers le siège de député que se construit l’échange politique, mais il ne prend sens qu’avec l’identification du « paquet de voix » arméniennes et sa formalisation à travers une municipalité offerte au Tachnak.

11 Les chiites, qui représentaient une forte proportion de la population avant la guerre, sont remplacés par des maronites et des grecs-catholiques, renforçant les communautés déjà présentes.

12 Les informations sont rares sur les trafics en cours durant la guerre à Borj Hammoud, mais il nous a été confirmé que les armes et le pétrole faisaient alors l’objet de puissants marchés dans la région.

13 Les évaluations les plus fortes estiment à 50 % la proportion d’arméniens qui ont quitté définitivement le Liban pendant la guerre.

14 Trois présidents de municipalité seront nommés entre 1981 et 1998. T. Tutélian occupe le poste entre 1982 et 1986, puis entre 1993 et 1998, date à laquelle il sera élu, pour être forcé de démissionner un an plus tard.

15 Chacune de ces questions est liée à une entente entre le pouvoir central et certains acteurs du parti Tachnak. À la fin de la guerre, à l’intérieur même des cellules du parti, des questions commencent à émerger à leurs propos, questions qui prendront de l’ampleur dans l’après-guerre, jusqu’à offrir aux élus municipaux la possibilité de les renégocier avec l’État au profit de leur propre légitimité locale.

16 Le même type de stratégie a été mené en banlieue sud (voir le texte de Mona Harb el-Kak dans cet ouvrage).

17 Les 10 000 électeurs dont dispose le parti à Borj Hammoud (ceux qui, parmi les 35 000 inscrits, n’ont pas quitté le pays) ont tous été mobilisés. Le conseil municipal de Borj Hammoud a donc été élu par moins d’un tiers du corps électoral, ce qui correspond approximativement à 10 /c de la population résidente en considérant que ces électeurs habitent tous la localité, ce qui n’est évidemment pas le cas.

18 Dans le cas d’aménagement routier de ce type, la municipalité dispose d’un mois pour donner son avis sur le projet. S’il est négatif, le CDR plus par tradition que par véritable obligation, tente de revoir sa copie. Passé ce délai, le projet est considéré comme acquis. Notons que le délai court à partir de la date d’envoi du document à évaluer, et non de la date de sa réception.

19 Tous ces projets concernent le percement de voies rapides à travers le territoire municipal, depuis la route littorale au nord, en cours d’aménagement, jusqu’au rond-point de Salomé au sud de Borj Hammoud (voir Carte).

20 En particulier, l’objectif affiché de limiter au maximum les expropriations se paie par la grande proximité entre le pont et les immeubles épargnés. Sur ce point précis, les informations municipales mettaient en avant l’avantage de ne pas voir son bien-fonds détruit en échange d’indemnités potentiellement problématiques, sans insister sur le fait que le rez-de-chaussée et le premier étage des immeubles seraient plongés dans l’obscurité, et que les voitures passeraient à grande vitesse à moins de 3 mètres du balcon du deuxième étage.

21 À ce titre, l’aménagement continu, par la municipalité, de la zone commerciale au nord de la route PN1 est symptomatique. Cette zone, qui produit l’essentiel des richesses de la localité, n’a pas eu à subir, jusqu’à aujourd’hui, de projets handicapants. Seul un alignement sur la rue d’Arménie l’a touchée, mais il s’est fait en pleine concertation avec les commerçants concernés

22 En particulier l’arrivée de S. Hoss en remplacement de R. Hariri au gouvernement, en 1998, dont les premiers mois ont été marqués par un mouvement de réforme et de lutte anti-corruption. La principale victime de cette dynamique est Chahé Barsoumian. ancien ministre du Pétrole et député tachnak de Borj Hammoud, en froid avec les autorités du parti. M. Barsoumian est considéré comme un allié de la municipalité de T. Tutélian.

23 À l’heure d’écrire ce texte, la situation politique de la communauté arménienne a été bouleversée par le résultat des élections législatives de l’été 2000, qui ont vu les candidats arméniens Tachnak de Beyrouth se faire battre malgré le soutien de la grande majorité des voix arméniennes. Pour obtenir deux sièges de ministres dans le gouvernement qui a suivi ces élections, l’ensemble des leaders politiques et religieux de la communauté a pour la première fois mobilisé la population arménienne contre le pouvoir en place au cours d’un meeting tenu à Borj Hammoud le 1-2-2001.

Notes de fin

* L’auteur a pu réaliser cette étude grâce au soutien de la bourse Lavoisier.

Table des illustrations

Légende Municipalité de Borij Hammoud. Infrastructures routières en cours de réalisation ou en projet.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter