Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Troisième partie. Négociations et territoires à l'échelle locale

Espaces verts, espaces locaux. La dynamique écologique et la redéfinition des rapports entre municipalités et associations*

Karam Karam

Texte intégral

DE LA GOUVERNEMENTABILITÉ EN ÉCOLOGIE : UN SECTEUR, DES TERRITOIRES ET DES INSTITUTIONS (QUELQUES HYPOTHÈSES)

  • * Je tiens tout particulièrement à remercier Myriam Catusse pour ses lectures et remarques sur les d (...)
  • 1 En 1999, le nombre d’associations écologistes s’élevait, selon le ministère de l’Environnement, à (...)
  • 2 Et non pas à partir d’une typologie des municipalités selon leur taille, leur localisation géograp (...)
  • 3 Cette diversité des modes d’action des associations écologiques, de même que leur inscription sur (...)

1Les élections de 1998 ont ramené l’institution municipale au centre de l’espace public local, en tant que médiateur dans une configuration complexe de pouvoirs et d’intérêts entre le public et le privé, entre le local et le national. Dans ce contexte, je fais l’hypothèse que la dynamique engendrée par les relations entre certaines municipalités et associations autour des questions écologiques participe à la recomposition des rapports de pouvoir au niveau local. Cette recherche porte sur une vingtaine d’associations écologistes, dont une partie est regroupée dans les deux fédérations que sont le Forum libanais pour l’environnement et le Rassemblement vert1. Le choix des études de cas s’est donc construit à partir de la réalité associative écologique2 que l’on peut présenter schématiquement, en fonction des échelles d’action des associations, en trois catégories : les premières ont un ancrage territorial bien déterminé et une action localisée (certaines associations portent d’ailleurs le nom de leur localité : Aaley, Aarsal, Bcharré), les secondes œuvrer à l’échelle d’une région (Koura, Nabatiyeh, Jbayl) et les troisièmes mènent leurs activités à l’échelle nationale. La difficulté d’établir une classification, et donc de définir un échantillon représentatif, vient du fait que les actions d’une même association peuvent s’inscrire à différentes échelles, de même qu’elles fluctuent entre un mode gestionnaire et un mode revendicatif3.

  • 4 Je reprends ici l’approche en termes de gouvernance, définie comme « un ensemble complexe d’instit (...)
  • 5 J’entends, par le vocable « écologie », d’une part les politiques et les discours concernant l’env (...)

2Cette entrée sectorielle permet de mettre l’accent sur des politiques publiques spécifiques, sur les prérogatives de divers acteurs locaux et leurs capacités à gérer des intérêts conflictuels ainsi que sur l’enchevêtrement des compétences entre des pouvoirs déconcentrés et décentralisés, publics et privés4. De par sa nature, l’écologie5 transcende en effet les frontières et les territoires et implique une coopération entre plusieurs collectivités territoriales, acteurs et institutions. Elle ne peut être appréhendée indépendamment des autres secteurs (économique, politique ou social). Sa gestion au niveau local génère des conflits entre deux types d’acteurs, municipaux et associatifs, et engage une définition du territoire et un processus d’institutionnalisation.

  • 6 Voir les « boundaries disputes » analysées par C. Offe (1994). Voir aussi Lévy, 1994.

3Outre sa dimension administrative/municipale, le territoire constitue dans cette approche un lieu de détermination des questions publiques dont le traitement exige, à travers la négociation, une identification des enjeux, des acteurs et des modalités d’action. Dans ce sens, les disputes au sein et autour du territoire municipal dégagent des moments de mobilisation, ce qui m’amène à le considérer comme un espace constitutif du politique6. La mobilisation écologique locale devient par ailleurs un moyen d’intégration du territoire et de ses institutions dans l’espace national. Elle interpelle en effet les acteurs étatiques centraux pour qu’ils interviennent par le biais de ressources juridiques et financières et dans certains cas à travers le contrôle et la gestion directe de certains problèmes.

  • 7 D’autres auteurs précisent que « l’institutionnalisation joue sur deux registres : l’organisation (...)
  • 8 Ou de la « gouvernementabilité », pour reprendre la formule de M. Foucault, qui la définit comme « (...)

4L’analyse des politiques publiques en matière d’écologie au niveau local met finalement en jeu l’hypothèse d’une institutionnalisation, dans certains cas et de façon fragile, des relations entre municipalités et associations écologistes. Si l’on s’en tient à une définition commune de l’institutionnalisation, celle-ci désignerait un processus au cours duquel des relations d’interdépendances seraient culturellement et juridiquement stabilisées (Braud, 1997, p. 27)7. Autrement dit, l’institution assure une fonction de régulation des rapports sociaux qui tiendrait compte, dans l’idéal, à la fois de la complexité du tissu social, de l’autonomie des différents acteurs ainsi que des attentes et des valeurs des gouvernés. Ce processus d’institutionnalisation permet en outre de montrer comment se transforment, se reproduisent ou se métamorphosent les techniques et les modalités du gouvernement local8. Cette réflexion s’impose tout spécialement à la suite de l’inflexion que marque le renouvellement des conseils municipaux en 1998, après presque trente ans de délitement des institutions municipales. Ainsi, si chaque municipalité produit ses propres formes de gouvernement, un système de légitimité comme un ensemble de règles, de normes et de principes organisateurs, le processus d’institutionnalisation du secteur écologique semble se dérouler en même temps qu’est négocié le rôle des municipalités au sein de la nouvelle architecture institutionnelle (Mabileau, 1995, p. 555).

5Les prémices d’une « gestion collective » des questions écologiques et les mutations dans les rapports de force qui en résultent au sein de certaines localités constituent un terrain en conséquence propice pour observer la transformation des modes de gestion publique du territoire. Je me propose dans ce cadre d’analyser de quelle façon les « espaces verts » et les questions d’écologie, jusqu’alors chasse gardée des associations, sont devenus un lieu de compétition politique investi par les municipalités et de montrer comment ils participent par là de l’institutionnalisation des relations de pouvoir au niveau local.

DE LA CONSTRUCTION À LA POLITISATION D’UN PROBLÈME PUBLIC DANS L’ESPACE LOCAL

L’écologie : dans les années 1990, une chasse gardée des associations

  • 9 Sur la construction d’un problème public, se reporter à l’article de Cefai, 1996. Cette constructi (...)

6L’histoire récente de la question écologique au Liban est concomitante du développement des associations écologistes elles-mêmes. Au niveau national et local, ces dernières ont produit des experts, des gestionnaires, des militants en même temps qu’elles inventaient « l’écologie ». Autrement dit, elles se sont imposées comme seules compétentes et légitimes à propos d’un problème qu’elles ont construit comme public9, au moment où les acteurs municipaux étaient absents des débats écologiques qui concernaient pourtant les intérêts et l’avenir de leur localité.

La « naissance » du problème écologique sur la scène libanaise

  • 10 En 1972, le ministère du Plan avait adopté un plan sexennal de développement portant sur l’environ (...)
  • 11 Les 15 ans de guerre ont modifié les compétences, la nature et les champs d’action des association (...)

7Le secteur écologique a connu son véritable essor au début des années 1990, après deux premières tentatives dans les années 1970 et 198010. Le « retard libanais » dans ce domaine est dû d’une part, au fait que l’industrialisation, qui a contribué à l’émergence du phénomène écologique dans les années 1960 et 1970 dans des pays développés (Bryant & Bailey, 1997), n’était pas à l’époque une activité majeure au Liban et, d’autre part, à l’éclatement de la guerre en 1975, dont la durée et la dimension de prédation économique ont orienté les préoccupations et les activités associatives vers d’autres priorités11.

  • 12 Les compétences de ce ministère s’enchevêtrent cependant avec celles d’autres ministères et admini (...)

8Le développement récent de l’écologie s’effectue en fait sous l’influence de trois facteurs : la fin de la guerre et surtout le lancement du processus de reconstruction à l’initiative du premier gouvernement Hariri à partir de 1992 ; le scandale des déchets toxiques dissimulés dans différentes régions libanaises entre 1987 et 1994, médiatisé en 1992 par l’association Greenpeace qui vient d’ouvrir ses bureaux à Beyrouth ; enfin, la tenue en juin 1992 de la Conférence internationale pour le développement et l’environnement à Rio de Janeiro, laquelle a joué un rôle essentiel dans la sensibilisation des différents acteurs et institutions à la question de l’écologie et dans la globalisation de la question, notamment par la priorité accordée au financement de projets écologiques. La conjonction de ces événements a alors permis au pouvoir politique comme aux acteurs associatifs d’activer leurs efforts en matière d’environnement. Au niveau gouvernemental, un ministère d’État chargé de l’Environnement réapparaît en 1991 et se transforme, en 1993 (loi 216), en ministère de l’Environnement avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), des associations écologistes libanaises et des organisations non gouvernementales (ONG) étrangères12. Au niveau associatif, deux formes de mobilisation, voire de manifestation d’opposition de la part des écologistes, s’intensifient à partir de 1992. Les premières s’effectuent contre la politique gouvernementale de reconstruction qui privilégie un choix « néolibéral » (économie de marché et société de services), et pour défendre une économie sociale et un développement équilibré entre les régions, lequel serait susceptible de prendre en compte le « bien-être humain à partir de son environnement naturel ». Les secondes s’organisent d’une façon plus ponctuelle contre les conséquences néfastes de certaines situations sur l’environnement : le scandale des déchets toxiques, le développement des carrières, les remblais et l’occupation du littoral, le manque d’espaces verts, etc.

  • 13 En tant qu’acteur « légitime et représentatif », les associations se sont assignées le rôle de « d (...)

9Ainsi se développe rapidement un réseau d’associations au sein duquel surgissent des porte-parole et des experts du problème écologique qui s’expriment sur la scène médiatique et font valoir leurs compétences sur le plan technique, mais également en matière de mobilisation collective. Ils semblent s’imposer comme les défenseurs « légitimes » et « représentatifs » de l’intérêt écologique général13.

La gestion des espaces locaux par les associations écologistes

  • 14 Voir l’état des municipalités avant 1998 dans le texte d’introduction générale de cet ouvrage. Rar (...)
  • 15 À propos des projets financés par des bailleurs de fonds étrangers voir l’article de H. Maalouf da (...)

10En cette période d’effervescence verte, les associations écologistes gèrent donc au niveau local le domaine écologique de façon quasi unilatérale. L’espace était effectivement vacant entre un ministère de l’Environnement en quête de pouvoir et une majorité de municipalités sans réelle légitimité14. Dans ce contexte, la plupart des activités menées par les associations écologistes l’ont été de façon autonome et indépendante, à l’exception de quelques rares exemples de coopération où les conseils municipaux étaient toujours actifs et incontournables. Le financement des projets au niveau local était en outre souvent directement confié aux associations écologistes présentes sur place. Ce fut par exemple le cas des projets financés par le programme Life du PNUD15. La mobilisation écologiste s’est alors développée autour de deux axes complémentaires.

11L’écologie « scientifique et politique » consiste essentiellement, à l’échelle nationale, en des activités de lobbying et de propositions législatives à partir d’études, d’analyses, de rapports d’expertise sur l’état de l’environnement : sont sollicitées à la fois les compétences techniques et les capacités des associations à intervenir dans le processus de décision politique. À titre d’exemple, les deux rassemblements écologistes réfléchissent depuis la création du ministère de l’Environnement à la nécessité d’imposer des « études d’impact environnemental » pour tout projet d’urbanisme et travaillent à l’adoption par le Parlement d’un « code de l’environnement ». Ce recours au droit appelle une intervention croissante de la puissance publique dans la sphère des rapports entre le public et le privé et plus particulièrement entre l’individu et son environnement.

  • 16 Je cite à titre d’exemple les activités de Mağlis al-bī’a à Qbaiyat, du Tağammu’nisā’ ‘Arabsalim à (...)
  • 17 On peut repérer ces types d’activités dans les différentes régions libanaises : Tripoli, Ehden, Ba (...)
  • 18 Et pourtant, après les élections de 1998, la municipalité s’est accaparé le projet sans se donner (...)
  • 19 À titre d’exemple, la réserve de Ḥiriğ Ehden, celle de Arz al-Chouf et celle de Arz Tannourine son (...)

12Mais la principale activité des associations reste l’écologisme « de base », celui à l’échelle locale. Elle trouve écho dans le paradigme libéral de la responsabilité individuelle, selon lequel l’action conjuguée et concurrentielle d’acteurs privés est non seulement efficace, mais morale et éthique. Il s’agit alors de prendre en charge au coup par coup et ad hoc des problèmes de gestion quotidienne et singulière relevant du domaine de l’environnement, mais aussi de changer l’individu pour changer la société. En témoignent les nombreux comités d’éducation et de formation écologique, les réunions et les activités d’information initiés et organisés par les associations au niveau local16 En parallèle, ces dernières se sont chargées avec l’aide de bénévoles et de bailleurs de fonds, du ramassage et du tri des déchets, d’opérations de reboisement, de l’aménagement des espaces verts ou encore de la gestion de réserves naturelles17, alors que ces services étaient soit inexistants, soit fournis à la population contre rémunération par des sociétés privées. C’est ainsi que le programme Life a soutenu à partir de 1995 et à hauteur de 25 000 dollars par projet quatre opérations de tri de déchets solides menées par des associations locales dans les localités de Bcharré, de Aarab Salim, de Maghdouché et Nabatiyeh. À Bcharré, c’est l’association Hay’at al-hifāz ‘alā-l-bī’a qui réalise en 1996 (après plusieurs années de préparation du dossier) ce programme de tri, aidée par d’autres associations locales et en collaboration avec les fonctionnaires de la municipalité dont le conseil n’existait plus. Le démarrage et la mise en œuvre furent laborieux, au point que les dirigeants de l’association espéraient de l’élection d’un nouveau conseil qu’elle leur permettrait de résoudre politiquement les multiples difficultés auxquelles ils se heurtaient : trouver des usines adéquates pour traiter les produits triés, transporter ces derniers, mais surtout contraindre la population du village à se plier à l’effort écologique18. Un autre exemple peut être donné dans le domaine du reboisement et l’aménagement des espaces publics (jardins, rues, ronds-points, etc.) : la pépinière créée en 1985 par Lağnat ri’āyat al-bī’a dans la muhāfaza du Nord lui a permis de reboiser plusieurs régions et espaces publics, en prenant en charge l’aménagement du terrain, la plantation, la main-d’œuvre et l’entretien. Enfin, concernant la gestion des réserves naturelles, certaines associations participent depuis 1996 à des comités dans le cadre d’un projet quinquennal coordonné par le ministère de l’Environnement et financé (à hauteur de 2 500 000 dollars) par des organisations internationales (Union internationale pour la conservation de la nature)19. Le rôle de ces associations consiste à gérer et à protéger ces réserves.

13En résumé, tandis qu’elles érigeaient l’écologie en problème public, les associations écologistes se sont investies au niveau local d’une mission de service public. Disposant de financements propres d’origine privée et quelquefois publique, elles ont prétendu à être légitimes dans ce champ de compétences. Cependant, leurs fonctions s’enchevêtrent avec celles des municipalités. Au moment où ces dernières ont recouvré une certaine forme de légitimité grâce à l’élection de leurs représentants, la chasse gardée locale des associations écologistes s’est trouvée brutalement remise en cause au niveau de leurs financements, des modalités de gestion comme, en dernier ressort, de leur légitimité. Si les associations ont fait de l’écologie leur bien, dans tous les sens du terme, elles ne peuvent la promouvoir au nom du progrès social que par le recours à la puissance publique au niveau central comme au niveau local pour institutionnaliser la régulation et la coercition. Sans doute est-ce sur ces interactions entre public et privé, entre légitimité élective et légitimité technique, entre représentativité politique et représentativité sectorielle que se jouent aujourd’hui – en l’occurrence dans le secteur de l’écologie – les recompositions des formes de gouvernement local.

L’entrée en scène de la municipalité dans le domaine écologique

  • 20 Des divergences avaient en fait éclaté avant les élections, au moment où le pouvoir central a proc (...)

14Le hiatus entre ces dynamiques contradictoires est donc apparu au grand jour lorsque les nouvelles municipalités ont pu reprendre leurs prérogatives20. Les élections municipales de 1998 ont cependant sanctionné politiquement l’action et la présence écologistes sur le territoire local. La greffe de l’écologie n’a pas pris forcément là où elle était attendue. Rejet du milieu (les logiques politiques traditionnelles semblent l’avoir emporté) ou déracinement des militants (peu de candidats se sont présentés en tant qu’écologistes dans leur localité), l’écologisme en tant que projet politique de société n’a pas fait souche au niveau local. En revanche, les municipalités ont investi ce domaine. Si bien que l’écologie est devenue un champ social et politique où s’affrontent des acteurs disposant de ressources, de capitaux, de savoir-faire différents et parfois contradictoires.

Le moment électoral : des candidats écologistes sans écologie

15En promouvant l’écologie au cours des années 1990, les associations écologistes ont sans cesse appelé à la prise en charge du problème par des institutions politiques. C’est donc sans surprise qu’on peut constater qu’un grand nombre d’entre elles s’est engagé dans le Rassemblement pour la tenue des élections municipales qui a animé la vie politique libanaise entre 1997 et 1998 (Karam, 1999b). Cette mobilisation s’est précisée avec la publication, à la veille des élections, d’une déclaration commune émanant des dix associations composant le Rassemblement vert. Ce « programme des écologistes pour les élections municipales » se présente comme un manifeste à l’adresse des électeurs. Après avoir classiquement mis l’accent sur l’importance des municipalités en matière de développement local, de démocratie, de citoyenneté, les associations rappellent qu’une grande partie des prérogatives et des fonctions municipales sont d’ordre écologique. C’est pourquoi, affirment-elles, il est de leur responsabilité de proposer un programme, de présenter des candidats et d’inciter à la participation. Leur engagement pour la vie politique locale s’est donc manifesté de façon explicite alors que leur attitude était nettement plus réservée lors des campagnes électorales législatives de 1992 et de 1996.

  • 21 En tout état de cause, il reste difficile de dénombrer exactement les candidatures et les élus éco (...)
  • 22 Par exemple, le candidat écologiste à Aarsal n’a pas abordé la question des carrières dans son vil (...)
  • 23 Trois des candidats du Rassemblement vert ont été élus : le premier dans le village de Bechmizzine (...)

16On ne dénombre cependant que peu de candidats militants dans des associations écologistes21. Bien qu’ils souscrivent à la déclaration d’intention générale précédente (ou, du moins, à ses principes pour ceux qui ne sont pas membres des associations signataires), ces candidats n’ont pas affiché clairement leur écologisme, comme ils auraient pu le faire, par exemple en proposant des programmes sur des problèmes environnementaux précis auxquels pouvaient faire ou faisaient face leurs localités. Ils se limitèrent généralement à des stratégies électorales classiques, familiales ou partisanes, craignant explicitement que l’argument écologiste entache leur potentiel de mobilisation. En évitant d’évoquer la question des nuisances d’une carrière, les conséquences de la construction d’un complexe touristique sur le littoral ou la nécessité d’espaces verts dans l’urbanisation, ils espéraient rallier le plus de voix à leur cause22. Cette stratégie, pour le moins paradoxale de la part de ces militants, a contribué à décrédibiliser leur action associative et à les confiner dans un rôle purement politicien. Elle fut en outre peu payante puisque la majorité d’entre eux a perdu ces élections23.

  • 24 Voir les résultats de l’enquête sofres-cermoc, 1999, en particulier les tableaux 46 à 54 en annexe (...)
  • 25 Plus généralement, les résultats du questionnaire montrent que sur les 600 maires ayant répondu à (...)

17Cet échec relatif n’est d’ailleurs pas spécifique aux associations écologistes, même si le nombre de présidents de municipalité membres d’une association de ce type est faible par rapport à celui des présidents membres d’autres types d’associations : sur 600 maires ayant répondu à l’enquête SOFRES-CERMOC, 13 déclarent appartenir à une association écologique, 173 à une association culturelle, sociale ou sportive et 145 sont membres d’une association de type syndical ou professionnel24. Par ailleurs, seuls trois présidents de municipalité déclarent avoir été soutenus dans leur acte de candidature par une association (tableau 71, annexe générale 3), l’un d’ailleurs n’étant même pas membre associatif25.

  • 26 À titre de comparaison, je me réfère aux nombreuses études proposées dans Offerlé (dir.), 1996.
  • 27 Actes de la réunion « d’évaluation de la participation des écologistes aux élections municipales » (...)

18Ces données nous permettent de pointer les limites du passage au politique comme moment de promotion d’un nouveau mode d’engagement. Si la participation à la compétition électorale n’a pas posé de problèmes aux militants et fut même encouragée, les modalités de l’entrée en politique de ces individus ont pris le moule des structures et des répertoires existants26. C’est ainsi que peut s’expliquer la présence de candidats membres d’une même association écologiste sur des listes concurrentes au sein d’une même localité. L’arène locale a donc exacerbé la force centripète des appartenances primaires dont les militants écologistes semblaient être parvenus en partie à s’émanciper au niveau national, comme en témoigne leur participation à divers nouveaux mouvements (Karam, 1999b et 2001). Cette situation est d’autant plus intéressante à souligner que les candidats écologistes semblent en être conscients. Leurs déclarations au lendemain des élections ont clairement exprimé le dilemme : « Les élections municipales ont été dominées par les choix familiaux, confessionnels et partisans, sans compter les pressions. (L’échec) s’explique d’un côté par notre manque d’expérience et de coordination et d’un autre côté par notre refus de figurer sur des listes électorales dominées par le jeu traditionnel des conflits familiaux et confessionnels »27.

  • 28 Une simple revue de presse établie sur la période allant de janvier à juillet 1998, et traitant en (...)

19La déroute des écologistes à ces élections est enfin d’autant plus frappante que le discours écologique fit office de langue commune, adoptée par la quasi-majorité des candidats durant la campagne. Le thème (al-bī’a) promu au cours de la décennie par ces associations fut incontestablement instrumentalisé autour de mots d’ordres généraux sur l’urbanisme ou la protection de l’environnement. Quelle que fût leur identité politique, tous les candidats manifestèrent des préoccupations d’ordre écologique28. C’est ainsi que si les associations n’ont su convertir leurs compétences en capital politique, la question écologique, pour sa part, a pris une place centrale à l’échelle municipale au cours de la campagne. Comme si désormais l’espace vert était un espace municipal.

L’écologie sur l’agenda municipal

  • 29 Pour plus d’informations concernant la loi municipale de 1977, la décentralisation et les réformes (...)

20Sur les 600 maires interrogés dans l’enquête SOFRES-CERMOC, à propos des priorités qu’ils ont d’ores et déjà accordées au sein de leur municipalité, 401 placent les projets écologiques parmi les plus importants et 249 d’entre eux classent l’écologie en tête de leur agenda futur. Depuis les élections de 1998 s’affichent effectivement les prémices d’une politique municipale en matière d’écologie. Puisqu’au gré de la campagne, l’écologie s’était imposée comme inextricablement associée à l’avenir des collectivités locales, il pouvait difficilement en être autrement. Cette tendance est en outre confortée par les dispositions prévues dans la loi sur les municipalités de 197729, et en particulier son article 74 qui stipule que « le président du pouvoir exécutif se voit attribuer, à titre non limitatif, les compétences dans les domaines suivants : (...) tout ce qui relève de l’écologie, du paysage naturel, de l’urbanisme, de l’archéologie, de la flore et des forêts, de la pollution, etc. ».

  • 30 150 commissions de l’environnement auraient été créées au sein des conseils municipaux élus en 199 (...)

21Sur le terrain, les municipalités « reprennent » des fonctions qu’elles avaient laissées au soin d’acteurs privés, en s’inspirant semble-t-il de l’action associative en matière de gestion ou de mobilisation collective. Ainsi se mettent en place de façon systématique des services de ramassage des ordures, de reboisement, de création d’espaces verts, de traitement des maladies forestières, d’urbanisme écologique (ravalement de façades et de murs), de réfection des canalisations d’eau et d’égouts, etc. Les municipalités apparaissent ici comme les héritières des associations au niveau de la prise en charge de ces services. Elles investissent ce secteur, en particulier par le biais de commissions de l’environnement, non prévues formellement par la loi, mais créées dans un grand nombre de conseils30. Ces commissions sont soit exclusivement composées d’élus, soit d’élus et de personnes supposées qualifiées sur la question. Elles disposent, pour mener leur politique, de fonctionnaires municipaux, mais également de corps de civils volontaires pour pallier le manque de fonctionnaires dû à des difficultés financières et administratives. Ces volontaires (étudiants, scouts, habitants du quartier) qui, autrefois, s’engageaient dans les associations écologistes en apportant « leur main-d’œuvre bénévole », se tournent aujourd’hui plus volontiers vers les municipalités. Cette évolution pourrait être interprétée comme le signe de l’émergence de nouvelles capacités mobilisatrices des acteurs municipaux suite à leur élection.

  • 31 Le décret 1920 a été promulgué par le Conseil des ministres le 16-12-1999. La municipalité de Jbay (...)
  • 32 Magazine, 3-12-1999, p. 39-40.

22À Jbayl, par exemple, la municipalité a constitué un corps de volontaires auquel elle a fourni une formation et qui est chargé entre autres de l’aménagement des espaces verts. Lorsqu’il a été question de la construction d’un complexe touristique sur sa plage, elle a appelé, avec succès, la population, les associations écologistes, les médias et des personnalités politiques à se mobiliser pour l’annulation du décret autorisant le projet. Son recours devant le Conseil d’État a abouti à l’invalidation du décret31. Cette campagne pour la protection du littoral de la ville de Jbayl avait été lancée, à l’origine, bien avant le renouvellement des conseils municipaux, par l’association Byblos Écologia dont la municipalité a finalement pris le relais officiel. À l’inverse, dans un cas similaire à Héri, les élus refusèrent la prise en charge du dossier alors qu’une association écologiste leur demandait de relayer ses efforts en portant plainte. Et à Qornet Chehouane, le nouveau conseil municipal a mis en place un comité qui fonctionne comme une structure consultative permettant la participation des citoyens aux mécanismes de prise de décision. Les représentants des associations de bienfaisance, des clubs, des organisations de scouts, des écoles se réunissent au sein du local municipal pour proposer des projets qui sont soumis ensuite au conseil municipal. En matière d’écologie, ce comité a organisé une opération de tri des déchets à domicile et dans les écoles (en disposant autour des immeubles des poubelles destinées aux différentes matières triées), de même qu’il surveille les atteintes à l’environnement et a créé un jardin public sur un terrain offert par la municipalité32.

  • 33 De la même façon que le Hizbollah, à travers ses associations, a pu prolonger ses pratiques de ges (...)

23En somme, l’espace local, encadré au cours des dernières décennies par des structures familiales, patronales, notabiliaires et associatives, a vu se déployer des modes de gestion extra-municipale, que peuvent aujourd’hui reproduire et développer les nouveaux élus municipaux33. Au cours de la première partie de leur mandat (1998-2000), ces derniers ont sapé les fondements d’un écologisme associatif de base en empiétant sur son champ comme sur ses modes d’action. Les deux acteurs ont ainsi pu se mesurer dans l’espace local, s’affronter mais également négocier et redéfinir leurs rôles respectifs dans le cadre de la mise en œuvre de politiques publiques dans le secteur de l’environnement.

L’INSTITUTIONNALISATION DES RELATIONS DE POUVOIR

Le face-à-face entre les pouvoirs municipaux et les associations écologistes

  • 34 Lors de sa première rencontre avec les représentants des collectivités locales en février 1999, le (...)

24L’article 50 de la loi de 1977 autorise les municipalités à gérer directement ou par délégation des activités et des projets en rapport avec les écoles publiques, les logements sociaux, les hôpitaux, les musées, les bibliothèques, les clubs, les stades, etc. Elles peuvent par ailleurs avoir recours, nous l’avons vu, à des comités non élus pour la réalisation d’études portant sur des domaines qui relèvent de leurs fonctions. Néanmoins, au-delà (ou en deçà) de ces dispositions législatives, les formes de coopération entre des associations et les collectivités locales varient en fonction de l’histoire de chaque localité et se heurtent, comme j’ai essayé de le suggérer jusqu’à présent, à des stratégies contradictoires34.

25En développant l’analyse de différents cas de figure régionaux, je montrerai que dans le face-à-face, conflictuel ou pacifié, entre les municipalités et les associations se joue l’institutionnalisation de rapports de pouvoir au niveau local. De nouvelles règles du jeu social et politique se dessinent au gré des conflits au cours desquels les rôles de chacun sont redéfinis. Si on est loin de l’hypothèse d’une gestion locale totalement institutionnalisée de la politique écologique, quelques cas laissent entrapercevoir, même si ce ne sont là objectivement que des prémices, ce que pourrait être une gestion partagée du problème.

L’association contre la municipalité

  • 35 La « région de Koura » dépasse dans cet exemple les limites administratives du caza du même nom, l (...)

26L’exemple de la région de Koura35, sur lequel je vais m’appuyer ici, me paraît paradigmatique pour toute une série de raisons qu’il semble intéressant de mettre en exergue dans le cadre d’une réflexion sur les métamorphoses de la gouvernementabilité. Il révèle en effet la place et l’intrication des conflits personnels et privés (économiques, politiques et fonciers en particulier) dans l’élaboration des politiques publiques. Il met en scène, de manière explicite, une recomposition des rapports de pouvoir entre les différents acteurs en présence. Par ailleurs, le conflit écologique local dépasse les frontières du territoire municipal, dans la mesure où sont sollicités et interviennent des acteurs publics et privés, nationaux et internationaux. Enfin, il illustre la nécessité, formulée par les municipalités, de se coordonner en une fédération pour la gestion de problèmes publics, qui non seulement dépassent leurs moyens d’action, mais encore ne peuvent être logiquement circonscrits aux frontières de leur propre territoire.

27Cette région du nord du Liban est l’une des plus touchées par la pollution de l’air, à cause des cimenteries qui se trouvent dans la ville de Chikka et de l’exploitation des montagnes environnantes pour la fabrication du ciment. Elle concentre en fait plusieurs problèmes écologiques rencontrés au Liban : le développement de carrières, l’urbanisation du littoral, l’accumulation des décharges. En 1992, l’association Hay’at himāyat al-bī’a wa-l-turāt, qui regroupe une cinquantaine d’adhérents originaires de la région, a été créée à l’échelle régionale pour prendre en charge de multiples dossiers. Jusqu’en 1998, cette association a incontestablement joué un rôle central dans la gestion des affaires locales : certains de ses membres sont parvenus à se faire nommer en 1994 et 1995, par des ministres et députés de la région, dans des comités en charge de l’environnement ; d’autres ont été appelés en tant que consultants pour les affaires écologiques par les entreprises privées de la région. Leur légitimité d’experts, imposée et reconnue « par en haut », ne les a pas empêchés d’intervenir et de prendre place dans l’espace public local, traversé d’un côté par les intérêts de sociétés privées et de personnalités politiques, et soumis de l’autre aux pressions du pouvoir central et des organes déconcentrés en l’absence de réels représentants locaux. Soulignons par ailleurs que l’importance de l’association s’est accrue du fait que son président, ingénieur et dirigeant une agence foncière et immobilière, s’est également imposé comme le président du Forum libanais pour l’environnement. Or, les élections de 1998 ont totalement bouleversé ce système complexe d’interdépendances. En effet, les principaux dirigeants de l’association qui se sont porté candidats à Chikka et à Fiaa ont perdu les élections. Autrement dit, d’experts confortés par le centre, ils se sont retrouvés au lendemain du scrutin relégués au rôle d’opposants politiques hors des conseils municipaux. Des conflits ont surgi immédiatement entre les nouvelles municipalités et l’association pour la gestion des dossiers qu’elle avait en charge depuis sa création. Ils recèlent, tant pour les municipalités que pour l’association, des enjeux d’ordre symbolique – en rapport avec la représentation politique des différents familles, groupes et partis politiques de la région – et d’ordre matériel – en rapport avec les intérêts de certaines sociétés privées.

  • 36 Voir la chronologie de l’histoire de la décharge dans le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 20 (...)
  • 37 Les sociétés de cimenterie avaient déjà obtenu, de la part du Conseil des ministres le 8 mai 1997 (...)
  • 38 Ce député de la région de Koura, Salim Saadé, avait déjà suivi l’affaire de la décharge en 1994 qu (...)
  • 39 Le président de l’association, qui a participé au choix du terrain destiné à accueillir la décharg (...)

28Prenons le cas des décharges. Quand fut nommé en 1994 un nouveau muhāfīz dans la région Nord, l’association prit l’initiative de lui faire visiter l’ensemble des sites dégradés, pollués ou menacés par les atteintes à l’environnement. Le muhāfīz a alors institué un comité pour la protection de l’environnement, composé des représentants des entreprises privées, des municipalités, des complexes touristiques, des saliniers et des membres de l’association. Cette dernière y a défendu avec succès la priorité du problème du traitement des déchets dans la région. Le comité a alors interpelé le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) sur la politique de l’État et de la Banque mondiale en la matière : il s’agissait de trouver une solution qui allie l’initiative locale aux politiques publiques nationales, dans la mesure où avait été créé un haut comité pour le traitement des déchets à l’échelle nationale et pour la création d’usines d’incinération à Tripoli36. Pour coordonner l’ensemble, il fallait déterminer dans la région de Koura un endroit qui puisse faire office de décharge. Dans cette perspective, un expert de la Banque mondiale, un représentant du CDR et les experts de l’association ont été chargés par le muhāfīz de faire une étude préliminaire. Les sociétés privées de la région, en particulier les cimenteries, refusèrent de céder des terrains, mais proposèrent en revanche, par un tour de passe-passe foncier, de participer à l’achat d’un terrain qui serait situé à proximité des zones qu’elles occupaient déjà : c’est que, pour les chefs d’entreprise en question, la présence proche d’une décharge revêt un intérêt particulier, car en contribuant à la dévalorisation du prix de la terre et au freinage du rythme de l’urbanisation, elle ne peut que faciliter l’exploitation et le développement de carrières37. Soumis à de nombreuses pressions émanant de toutes les parties, les responsables de l’étude préliminaire ne trouvèrent le lieu adéquat qu’en 1997. La décision est prise conjointement par le ministère des Affaires municipales, le CDR, un bureau de consultation privé, les municipalités représentées par le caïmacam de Koura et l’association. Le caïmacam entérine finalement la décision, en sa qualité de président de substitution (faute de conseillers municipaux) des municipalités de Kfar Hazir et de Dar Chmizzine, en signant les actes d’expropriation des terres concernées à la veille des élections municipales de 1998. À la suite des élections, les municipalités de la région de Koura regroupées dans une fédération informelle et soutenues par un député38 refusèrent le projet en invoquant diverses raisons de légitimité, techniques, territoriales et d’intérêts privés. Des raisons relatives à leur légitimité d’abord, puisque le décret portant création de la décharge a été signé avant les élections, ce qui signifiait que la gestion de la décharge reviendrait au pouvoir central. Des raisons techniques et territoriales ensuite, car le projet ne tient pas compte des habitations proches et des cours d’eau souterrains et accorde à d’autres caza-s (Batroun, Bcharré et Zgharta) la possibilité d’utiliser la décharge. Des raisons d’intérêts privés, enfin, puisque le choix du terrain dissimulait des enjeux fonciers au profit de sociétés et de personnes privées39. Ce front (les municipalités et le député) finit par obtenir l’annulation de la décision, en octobre 1999, après avoir fait pression auprès du président de la République et du ministre de l’Intérieur. L’association se tourna pour sa part vers le ministère de l’Environnement en lui demandant de prendre ses responsabilités par la mise en œuvre au plus vite de la politique nationale en matière de traitement des déchets.

  • 40 Le député Slciman Frangié avait imposé en 1995 trois membres de l’association dans un « comité de (...)
  • 41 Selon son président, l’association n’arrive plus à travailler dans certaines municipalités (Kfar H (...)
  • 42 Ainsi, le ministère de l’Environnement a créé un comité d’observation de l’état de l’environnement (...)

29Les conflits révélés ou latents au cours de cet épisode peuvent être analysés comme des conflits d’intérêts classiques lors de l’élaboration des politiques publiques. Mais ils rendent compte également de l’importance du contexte dans lequel se déploie la puissance publique. Ils invitent en particulier à prêter attention à la personnalisation des conflits. L’association, parrainée pendant longtemps par un chef politique local40, s’est trouvée en situation de persona non grata auprès des localités dès que celles-ci furent gérées par des conseillers municipaux de tendance politique opposée41. De surcroît, en se présentant aux élections, ses dirigeants ont politisé, même sans l’avoir explicitement souhaité, les enjeux que représentent les problèmes écologiques qu’ils avaient soulevés auparavant. La mémoire de la campagne électorale structure et grève aujourd’hui le face-à-face entre les élus et l’association42.

Divisions au sein du conseil municipal

  • 43 Le Rassemblement a été créé à la suite des élections municipales de l’été 1998, à l’initiative des (...)
  • 44 Ces propos ont été recueillis par mes soins durant la réunion qui a rassemblé certains membres de (...)
  • 45 Voir les journaux L’Orient-Le Jour, al-Nahār et al-Safīr, du 19-7-2000 et la revue écologiste Minb (...)

30À Beyrouth, l’affaire de l’hippodrome, et plus largement le problème de la gestion des espaces verts, révèle la complexité et la politisation des intérêts au sein même du conseil municipal. En effet, non seulement c’est l’unique élu de l’opposition qui préside le Rassemblement pour les espaces verts de Beyrouth43, mais ce groupe actif mena campagne pour que la municipalité transforme le terrain de l’hippodrome en jardin public. Les élus locaux ont motivé leur refus en défendant le bénéfice pour la collectivité des recettes produites par les courses. L’argument a été réfuté par les écologistes qui affirment que, en réalité, les bénéfices sont essentiellement d’ordre privé44. Le conflit s’est exacerbé à tel point que ces derniers, avec l’élu de l’opposition et le soutien d’un député beyrouthin, ont fait usage de différents modes de contestation : campagne médiatique, menace de délation, sit-in et manifestations45.

  • 46 La majorité municipale comprend 11 membres élus sur la liste présidée par Jean-Louis Qordahi. La m (...)
  • 47 Selon le président de l’association Byblos Écologia, « ce projet consiste à construire 52 villas p (...)
  • 48 Pour les élus minoritaires, la construction de ce complexe (qui comprendrait des chalets privés av (...)

31Dans la ville de Jbayl s’est développé un conflit du même type : il porte sur la politique menée de concert par la majorité municipale et les associations écologistes pour la protection du littoral, politique à laquelle n’adhère pas une minorité de conseillers municipaux qui font valoir des arguments économiques46. Les premiers dénoncent les aspects négatifs que la construction d’un complexe touristique aurait sur le site et le patrimoine historiques et archéologiques de la ville et son caractère privatif47, tandis que les seconds soulignent les bénéfices escomptés en termes de développement du secteur touristique dans l’ensemble de la région48. Notons que les prises de position des différents conseillers municipaux sont énoncées a posteriori : en effet, aucune des quatre listes ne s’était prononcée, pendant la campagne électorale de 1998, sur ce projet.

  • 49 Voir à ce propos, dans un autre contexte, Boltanski, 1993. L’auteur affirme que « la mise à jour d (...)
  • 50 Déclaration faite pendant le sit-in pour la protection de la plage de Jbayl le 6-5-2000. Voir les (...)
  • 51 La Société pour la protection et l’amélioration de la race chevaline arabe a pour mission d’organi (...)
  • 52 Sur les ambiguïtés de l’autonomisation du social et du déclin des passions politiques, voir Donzel (...)
  • 53 Le modèle d’analyse construit par A. Hirschman (Hirschman, 1995) conceptualise les réactions et le (...)
  • 54 Voir à ce propos l’analyse de R. Balme (Balme, 1989) sur les relations associations-municipalités (...)

32Ces derniers exemples attestent en premier lieu les métamorphoses des dénonciations d’injustices sur la scène libanaise49. À Jbayl, la municipalité proteste contre le décret (1920 du 16-12-1999) qui autorise une société privée à construire des fondations et des remblais sur des propriétés publiques maritimes. Selon son président, ce décret permet l’exploitation des biens publics à des fins privées en mettant en péril une richesse nationale classée par l’UNESCO patrimoine de l’humanité50. À Beyrouth, le Rassemblement pour les espaces verts dénonce le fait que le conseil municipal soit plus sensible aux intérêts de la société privée qui gère l’hippodrome qu’à la possibilité de garantir le bien-être et la bonne santé de la population de la ville51. Les parties en conflit semblent en effet diriger leur face-à-face vers le champ de l’écologie en utilisant des registres où le social et l’économique priment sur le politique, afin de dépassionner politiquement les conflits52. D’autres exemples auraient pu nous conduire aux mêmes conclusions. Si l’on saisit facilement les motifs et les enjeux des conflits, il reste à s’interroger sur les raisons pour lesquelles, dans certains cas, les associations écologistes ont opté pour une logique de prise de parole (voice) plus ou moins violente, et dans d’autres ont préféré coopérer et reconnaître en conséquence la légitimité de l’institution municipale en matière de politique écologique (loyalty)53. Notons que dans les cas étudiés, la logique de défection (exit) ne semble pas vraiment à propos, ce qui atteste sûrement, en termes de stratégies rationnelles, des bénéfices escomptés par un investissement dans ce secteur54. Ce retrait des associations par rapport aux questions écologiques au niveau local risquerait de remettre en cause le rôle même de ces associations. Plus encore, l’engagement, s’il constitue un investissement politique, militant ou intellectuel, peut également constituer, en l’occurrence, un investissement matériel et financier qui assure à l’association la pérennité de son action.

Vers une rationalisation de la gestion de l’espace vert

  • 55 Ce principe participatif a été introduit par certaines organisations des Nations unies (PNUD : pro (...)
  • 56 Á titre d’exemple, les associations écologistes n’ont pas le droit de porter plainte devant les in (...)

33En réalité, les compétences effectives des municipalités dans la gestion des affaires locales sont moins étendues que ne le laisserait croire la loi de 1977, au vu de l’étroitesse de leurs ressources et de l’importance du contrôle exercé par le pouvoir central sur leurs activités. C’est donc essentiellement à l’expérience que l’espace de légitimité de chacun va s’imposer. En effet, une fois le cap du renouvellement des municipalités franchi, les acteurs municipaux et associatifs ont pu trouver quelques avantages à participer de pair à l’élaboration de politiques publiques. Des incitations « sélectives » (et électives) apparaissent rapidement, les engageant à rechercher et à trouver de nouvelles articulations pour concevoir et réaliser leurs actions. Premièrement, dans la veine des nouveaux principes libéraux de la gouvernance, organisations internationales, bailleurs de fonds et pouvoirs publics centraux mettent à leur disposition une série de lignes budgétaires pour les encourager à œuvrer conjointement dans un objectif de « développement durable »55. Deuxièmement, au sein même de l’espace local, les municipalités, en proie à la concurrence d’autres pouvoirs locaux, peuvent trouver dans le soutien d’associations non seulement un relais entretenant l’idéal civique d’une démocratie locale, mais aussi plus cyniquement l’assurance de la mobilisation de réseaux de clientèles pour faire contrepoids. Et pour les associations, il est évident que le coût de la mobilisation est plus important que la possibilité d’avoir recours à des formes régulières et reconnues d’intervention dans les processus de décisions publiques56. Encore faut-il que les voies institutionnelles de prise en compte des intérêts qu’elles défendent fassent leurs preuves.

Reconnaissance tacite de l’ordre

  • 57 Je reprends là les propositions de M. Foucault, qui analyse le pouvoir comme un domaine de relatio (...)
  • 58 « Non pas imposer une règle abstraite, extérieure aux ensembles sociaux, ce qui ouvre à toutes les (...)

34Dans une première série de cas, ces interactions semblent se pacifier et se dépolitiser en allant dans le sens d’une rationalisation et une technicisation des rôles de chacun57, et en particulier ceux des associations écologistes. Toujours au nom du progrès social et du bien-être collectif, ces dernières redéploient alors leurs activités dans le domaine de l’expertise et de la professionnalisation, abandonnant l’écologisme de base ; ceci revient, implicitement, à reconnaître le principe d’ordre général qui organise la société politique locale, et en particulier le droit légitime des élus à recourir à la coercition58.

  • 59 Voir le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 2000, p. 11.
  • 60 Selon lui, dans la période où les municipalités étaient absentes, l’association a dû s’occuper d’a (...)
  • 61 Le Forum regroupe des associations écologistes parrainées par des personnalités politiques. À titr (...)

35Ainsi, marginalisée dans la prise de décision au niveau local après y avoir occupé une place centrale, l’association Hay’at himāyat al-bī’a wa-l-turāt dans la région de Koura publie néanmoins, comme pour établir de nouvelles règles du jeu, une lettre ouverte adressée à la fédération informelle des municipalités de Koura. Elle y « reconnaît le pouvoir et la légitimité des municipalités, les encourage à officialiser et à élargir leur fédération, leur rappelle son rôle (de l’association) initial et primordial à faire de l’écologie un domaine public en mettant l’accent sur le fait qu’aujourd’hui elle n’a pas besoin d’autorisation pour poursuivre ses activités et appelle au dialogue en insistant sur la participation et la coopération dans l’élaboration des politiques publiques à l’échelle de la région, comme par exemple dans l’élaboration d’un plan directeur d’urbanisme et l’installation de canalisation d’égouts et de centrales d’épuration »59. Son président affirme en outre aujourd’hui qu’en aucun cas l’association ne voudrait se substituer à l’action municipale60, ce qui expliquerait qu’elle a commencé à céder aux municipalités les dossiers relevant de « l’écologisme de base », comme par exemple la gestion du reboisement de l’échangeur à l’entrée de la ville de Chikka. En revanche, l’association réinvestit des activités d’expertise en effectuant une étude sur la réhabilitation des carrières et des sites endommagés ou en proposant aux entreprises de la région la création d’une caisse sociale des « pollueurs-payeurs » pour indemniser les personnes touchées et réhabiliter les sites dégradés. Par ailleurs, elle accorde désormais une plus grande importance à ses activités au niveau national, notamment en se prononçant et en se mobilisant, sur différents projets de loi en cours de discussion au Parlement. Ses dirigeants utilisent clairement leur position au sein du Forum libanais pour l’environnement et leurs réseaux au sein des pouvoirs politiques61 pour décrocher un financement du ministère de l’Environnement sur tel ou tel projet qui exige la coopération avec les municipalités. De la sorte, tout en affichant sa loyauté au gouvernement local, l’association réinvente sa compétence dans l’arène publique.

Quand l’équilibre est maintenu

36Mais le processus d’institutionnalisation peut aller encore plus loin, particulièrement dans le cas où les relations entre municipalités et associations s’équilibrent ; en d’autres termes, lorsque se consolide, ou du moins se développe, au sein des dispositifs de la décision publique, la possibilité pour les associations de faire entendre leur voix, en négociant, sans pour autant mettre en cause le bon fonctionnement du système de régulation politique locale. Les deux cas suivants mettent en valeur les conditions dans lesquelles se transforment, autour du problème écologique, les formes du gouvernement local.

  • 62 Mgr G. Haddad est le fondateur du Mouvement social, association de développement social et humain (...)
  • 63 L’Administration civile regroupait des institutions paraétatiques, prises en charge par le PSP. Po (...)
  • 64 Le président de la municipalité était par ailleurs engagé auprès de G. Haddad au début de la guerr (...)
  • 65 Selon les propres termes des promoteurs de ce programme, il s’agit, suite à la Conférence de Rio d (...)
  • 66 Entretien avec un conseiller municipal, 18-4-2000.

37Dans le premier cas, à Aaley, les relations n’ont pas eu vraiment à se pacifier dans la mesure où le contexte local disposait déjà de denses réseaux de coordination, incluant l’association écologiste : ainsi, aucun conflit de compétence n’éclate-t-il après les élections puisque la répartition des rôles est finalement le fruit d’une histoire antérieure aux élections qui a produit une culture politique particulière. Dès le début des années 1970, le conseil municipal est dissout suite à des conflits personnels, familiaux et politiques, ce qui n’a pas empêché l’enracinement d’une tradition de participation politique. Pour plusieurs raisons, les différents acteurs ont été contraints depuis longtemps de discuter ensemble pour régler des problèmes collectifs. La participation s’explique d’abord par les gains qu’elle assure dans la mesure où le village est particulièrement riche, grâce à ses activités estivales qui drainent d’importants revenus touristiques. Il faut ensuite souligner l’expérience originale de gestion populaire de ce village dont une partie de la population fut déplacée pendant la guerre : administré dans les années 1970 par un groupe d’acteurs locaux engagés autour de Mgr G. Haddad62, le village sera ensuite géré par le Parti socialiste progressiste (PSP) et son Administration civile de la Montagne63. Le parrainage de ce parti perdure dans les années 1990 par l’intermédiaire de députés et ministres, tels que A. Chehayeb, président de la commission de l’environnement au Parlement et ex-ministre de l’Environnement. Cette tradition « d’auto-gouvernance » a connu un nouveau souffle avec le renouvellement du conseil municipal, dont certains membres représentent plusieurs associations64. Elle perdure aussi grâce à des aides internationales : Aaley fut en effet choisie, avec trois autres villes, par le PNUD – avec, évidemment, l’accord du ministère libanais de l’Environnement – pour la mise en œuvre du programme Agenda 21 en collaboration avec le conseil municipal65. À la suite des élections, les tensions entre vainqueurs et vaincus semblent ici plus ténues qu’ailleurs. Des rencontres et consultations régulières avec les différentes associations du village sont d’emblée organisées pour « aider le conseil à l’élaboration de la politique municipale tenant compte des intérêts et des propositions faites par les représentants de chaque secteur »66. La municipalité tente de donner une forme plus pérenne à cette participation en regroupant toutes les associations qui œuvrent dans un domaine particulier dans des conseils sectoriels permanents, qui font office de structures législatives dans l’élaboration de la politique municipale. Ainsi est conçu le rôle de l’association ‘Ālayh al-hadrā, qui œuvra dès sa création en 1994 en faveur du reboisement et du traitement des forêts, et qui est aujourd’hui intégrée au sein de l’équipe technique de la municipalité en charge de l’environnement et de l’agriculture. Le conseil municipal peut alors gouverner « rationnellement », grâce à l’expertise que lui offre cette association et grâce à la légitimité sociale qu’elle lui fournit.

  • 67 Sur ce dossier, voir l’article de P. Rijsel dans cet ouvrage.

38Le second cas, à Tripoli, illustre un autre type de configuration, celle qui se caractérise par l’établissement rapide de formes de coopération entre les associations et le conseil municipal. L’association Lağnat ri’āyat al-bī’a, créée à Tripoli en 1984, regroupe plus de 300 adhérents. Elle est dirigée par des membres de familles puissantes de la ville que l’ancien maire, désigné par le ministère de l’Intérieur en 1991, désirait tenir loin du pouvoir municipal. Reconnaître l’association comme partenaire de la municipalité aurait élargi excessivement les assises sociales et éventuellement électorales de ces grandes familles. Les élections de 1998 ont cependant témoigné d’un changement politique dans la ville, si bien que l’association dispose aujourd’hui de relais solides et efficaces au sein du conseil municipal de Tripoli qui lui valent d’être associée à des négociations houleuses, comme par exemple celles concernant l’urbanisation de la zone dite Damm wa-Farz, où l’association défend la préservation d’espaces verts67.

39L’exemple de la participation de l’association al-Tanmiya al-rīfiyya à la vie politique locale à Aarsal est encore plus clair. L’association, créée en 1990, a concentré son action sur le développement rural avec l’aide de partenaires nationaux et internationaux ; elle mène en ce domaine des programmes de grande envergure. L’un de ses membres fondateurs dirigeait la liste majoritaire aux élections. Le conseil municipal est néanmoins composite et traversé d’intérêts divergents, à l’image de la diversité politique du village. C’est donc sans surprise que l’association a pu participer de concert avec la municipalité au projet de création d’espaces verts pour lequel elle avait reçu un financement du programme Life. Le conseil s’est occupé d’identifier et de sélectionner les terrains ainsi que des formalités administratives nécessaires à la mise en œuvre du projet, alors que l’association s’est vue confier la préparation technique, l’exécution et le suivi de l’aménagement des espaces verts. Dans un autre cas, celui du projet d’irrigation et de récupération des eaux de pluie, elle met en avant ses compétences techniques et sert d’intermédiaire dans un conflit qui oppose la municipalité et un propriétaire terrien. Dans tous les cas, elle a trouvé un espace légitime et reconnu pour déployer ses activités et défendre les intérêts qu’elle assure représenter. Les territoires de compétences et de légitimité de chacun sont loin d’être contradictoires, mais s’emboîtent les uns dans les autres.

40À partir de ces exemples que j’aurais pu multiplier à l’envi, il s’est agi de montrer que les mécanismes de coopération et de concertation qui s’offrent parfois aux relations entre les municipalités et les associations écologistes ne se fondent pas dans le moule de la « good governance », mais empruntent au contraire de plus sinueux chemins. En particulier, des indices d’institutionnalisation de ces rapports de pouvoir apparaissent essentiellement dans des contextes où des ressources, une histoire et une culture politique locale le permettent.

CONCLUSION

41S’appuyant sur l’étude des dynamiques qui s’enclenchent autour d’un nouveau champ de préoccupations sociales, celui de l’écologie, cet article vise à proposer quelques éléments de réflexion et d’interrogation sur les recompositions des rapports de pouvoir au niveau local, et en particulier sur leur inscription dans des espaces institutionnalisés. De quelle façon la problématique associative, conjuguée généralement à la question de la démocratie, imprime-t-elle le système d’action et de gouvernement municipal ? Et dans quelle mesure la politique locale, secouée par le renouvellement des conseils municipaux, permet-elle finalement de changer la politique (Balme, 1989), en ouvrant son espace à de « nouveaux acteurs » pour traiter et gérer politiquement ce nouveau champ social ?

  • 68 Voir par exemple March & Olsen, 1995 ; International Political Science Review, 1998 ; ou Clayton ( (...)

42Si l’épreuve de l’expérience révèle la complexité des intérêts en jeu dans les « espaces verts », ainsi que la force des pesanteurs sociales comme celle des héritages, elle permet également d’entrevoir des formes de régulations pacifiées et régulées de l’exercice du pouvoir – celui-ci n’étant pas nécessairement démocratique. En effet, et dans tous les cas, placés de facto dans un face-à-face qui s’établit sur un territoire restreint, militants associatifs et élus municipaux doivent mettre en ordre des procédures de coordination (policy networks) pour garantir un minimum de cohésion sociale. Ce constat appelle deux remarques en guise de conclusion. Premièrement, on assiste au Liban à une dépolitisation paradoxale de la question écologique : la neutralisation du champ écologique par rapport aux appartenances politiques et aux intérêts privés s’appuie sur des choix rationnels de part et d’autre, mais le domaine de l’écologie étant désormais du ressort des municipalités, la protestation écologique, même limitée au plan technique, est souvent entendue comme contestation politique. Deuxièmement, la configuration dont il est ici question est singulière au regard des préoccupations qui concentrent l’essentiel des études sur la gouvernance locale68. Certes, ici comme ailleurs, la restructuration des techniques et des modes de gouvernement consiste avant tout en un renforcement de la décentralisation dans la vague libérale de la « good governance ». Mais, au Liban, les pouvoirs publics, en pleine reconstruction, prennent position dans un secteur jusqu’alors régulé par des logiques associatives ; si bien que l’originalité réside en ce que les municipalités gagnent du terrain plutôt qu’elles n’en cèdent par rapport aux associations écologistes. Ceci pourrait ouvrir de nouvelles perspectives à la réflexion sur le gouvernement local, en éclairant la « (good) gouvernance » à la lumière de la « gouvernementabilité ».

Hôtel des ordures », Zouk Mkayel, 1997. © H. Qassatly.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balme R.. 1989. « L’association dans la promotion du pouvoir municipal », in A. Mabileau & C. Sorbets, Gouverner les villes moyennes, Pedone, Paris.

Biarez S., 1999. « Incertitude et caractère composite des gouvernements locaux en Europe », in R. Balme, A. Faure & A. Mabileau, Les nouvelles politiques locales. Dynamiques de l’action publique. Presses de Sciences Po, Paris.

Boltanski L., 1993, L’amour et la justice comme compétences, Métaillé. Paris.

Braud Ph., 1997. Science politique, (vol. 2), Seuil, Paris.

Bryant R. & Bailey S., 1997, Third World Political Ecology, Routledge, Londres et New York.

Cefai D.. 1996. « La construction d’un problème public », Réseaux, janv.-févr., p. 43-66.

Clayton A. (dir.), 1994, Governance, Democracy and Conditionality : What Role for NGOs ?, INTRAC Publication, Londres.

CERMOC, 1999, Les dimensions juridiques et administratives des municipalités au Liban, Document du CERMOC n 4, Beyrouth.

Donzelot J., 1994, L’invention du social, Seuil, Paris.

Duran P. & Thoenig J.-C., 1996, « L’État et la gestion publique territoriale », Revue française de science politique n 46 (4), p. 580-623.

Foucault M., 1994, Dits et écrits, (vol. III et IV), Gallimard, Paris.

Hirschman A., 1995, Défection et prise de parole, Fayard. Paris.

International Political Science Review, 1998, « New Trends in Municipal Government », n 2, avril, vol. 19.

Karam K., 2001, « Associations civiles, mouvements sociaux et participation politique au Liban dans les années 90 », in ONG et gouvernance dans les pays arabes, publications du programme MOST-UNESCO.

Karam K., 1999a, « Les associations : défense de l’environnement et recompositions d’un nouvel espace public », in É. Huybrechts & Ch. Douayhi (dir.). Reconstruction et réconciliation au Liban ; négociations, lieux publics, renouvellement du lien social. Les Cahiers du CERMOC n 23, Beyrouth.

Karam K., 1999b. « Le rôle des associations civiles dans les élections municipales de 1998 au Liban », in Collectif, Al Intihābāt al-baladiyya fī Lubnān 1998, [Les élections municipales au Liban, 1998], Lebanese Center for Policy Studies (LCPS). Beyrouth.

Lévy J., 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, PUF, Paris.

Mabileau A., 1995, « Les institutions locales et les relations centre-périphérie », in M. Grawitz & J. LECA, Traité de science politique, (vol. 2), PUF, Paris.

March J. & Olsen J.. 1995. Democratic Governance, The Free Press, New York.

Offe C., 1994, Contradictions of the Welfare State, Hutchinson, Londres.

Offerlé M. (dir.), 1996, « Entrée en politique. Apprentissage et savoir-faire », Politix n 35, 3E trimestre.

Papadopoulos Y., 1999, Gouvernance, coordination et légitimité dans les politiques publiques, European University Institute. Working paper n 99/20. Florence.

Putnam R., 1993, Making Democracy Work, Princeton University Press, Princeton.

Salem P., Krayyem H. & Antoun R. (dir.), 1998, Wāqi’ al-baladiyyāt fī Lubnān : ‘awā’iq al-musāraka al-mahalliyya wa-l-tanmiya al-mutāwazina [La réalité des municipalités au Liban : obstacles à la participation locale et au développement équilibré], LCPS, Beyrouth.

Notes

1 En 1999, le nombre d’associations écologistes s’élevait, selon le ministère de l’Environnement, à plus d’une centaine, dont la majorité a été créée dans les années 1990. Le Forum, créé en 1992, et le Rassemblement, né en 1995, comptent une dizaine d’associations chacun.

2 Et non pas à partir d’une typologie des municipalités selon leur taille, leur localisation géographique ou d’autres critères.

3 Cette diversité des modes d’action des associations écologiques, de même que leur inscription sur un territoire variable, nous conduiront à examiner les relations entre municipalités et associations en termes de configurations.

4 Je reprends ici l’approche en termes de gouvernance, définie comme « un ensemble complexe d’institutions et d’acteurs qui se situent au-delà de l’idée unitaire et hiérarchique de gouvernement [...]. La notion de gouvernance insiste donc sur l’interdépendance des réseaux d’acteurs publics et privés, sur la capacité de satisfaire certains intérêts et sur l’autonomie d’action de ce réseau » (Biarez, 1999, p. 45-46). Je m’interrogerai cependant dans ce travail sur la pertinence de ce concept, utilisé au départ dans un contexte où les acteurs, les enjeux et les espaces privés et publics sont bien différenciés.

5 J’entends, par le vocable « écologie », d’une part les politiques et les discours concernant l’environnement, et d’autre part les mobilisations et les négociations des différents acteurs, publics et privés, autour de ce secteur. Je le distingue donc de « l’environnement », pris dans un sens plus global en rapport avec la nature. En arabe, un seul terme (al-bī a) désigne ces deux notions.

6 Voir les « boundaries disputes » analysées par C. Offe (1994). Voir aussi Lévy, 1994.

7 D’autres auteurs précisent que « l’institutionnalisation joue sur deux registres : l’organisation et la légitimité. L’organisation se traduit par le fait que des structures et des procédures définissent des modalités de division des tâches. La légitimation spécifie qui est légitime pour créer de la valeur à travers la concertation et la négociation », (Duran & Thoenig, 1996, p. 605).

8 Ou de la « gouvernementabilité », pour reprendre la formule de M. Foucault, qui la définit comme « l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, bien que complexe, de pouvoir, qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir l’économie du politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité » (Foucault, 1994, p. 655).

9 Sur la construction d’un problème public, se reporter à l’article de Cefai, 1996. Cette construction par des acteurs associatifs nous amène à nous interroger sur leur capacité de produire, au-delà du discours contestataire, une sorte de « capital social » qui, selon R. Putnam, « est lié à la pratique associative et au développement d’un tissu conséquent de relations sociales » (Putnam, 1993, cité dans Papadopoulos, 1999, p. 12).

10 En 1972, le ministère du Plan avait adopté un plan sexennal de développement portant sur l’environnement. Puis en 1981. un ministère d’État chargé de l’Environnement est créé, mais son existence sera éphémère. Parallèlement, les premières associations écologiques voient le jour : à titre d’exemple, l’association Les Amis de la nature est créée le 6 décembre 1972 et enregistrée officiellement en 1984 ; la Fédération libanaise pour la protection de l’environnement naît en 1979 (depuis 1992 elle est connue sous le nom du Cercle libanais pour la protection de l’environnement), et l’association Lagnat ri ‘āyat al-bī’a est créée à Tripoli en 1984 (enregistrée officiellement en 1986). Ces trois associations ont participé avec d’autres à la création du Forum libanais pour l’environnement en 1992.

11 Les 15 ans de guerre ont modifié les compétences, la nature et les champs d’action des associations. À côté des milices qui ont pris en charge les affaires de leurs régions, une série d’associations sont venues pallier les carences des services sociaux de l’État. Elles se sont développées sur des créneaux divers (faire face à la situation d’urgence, soigner les blessés, secourir les déplacés, reconstruire les maisons détruites...) tout en bénéficiant de moyens financiers importants en provenance d’États et de bailleurs de fonds étrangers. Pendant la guerre, les associations « indépendantes » des structures partisanes ou miliciennes étaient cependant surveillées de près par ces dernières qui avaient à leur tour créé leurs propres réseaux associatifs.

12 Les compétences de ce ministère s’enchevêtrent cependant avec celles d’autres ministères et administrations publiques, ce qui minimise d’autant son rôle et son impact. La même année (1993), le ministère des Affaires municipales et villageoises est créé, et en août 1999 un projet de loi sur « la décentralisation administrative » (non approuvé un an plus tard) prévoyait entre autres la fusion des ministères de l’Environnement, des Affaires municipales et de l’Intérieur. La première protestation contre ce projet est venue des écologistes qui défendaient le principe du maintien et du renforcement du ministère de l’Environnement.

13 En tant qu’acteur « légitime et représentatif », les associations se sont assignées le rôle de « défendre les intérêts écologiques comme relevant du bien commun contre des intérêts privés ou purement économiques », selon les propos recueillis lors d’entretiens menés dans le cadre de cette étude.

14 Voir l’état des municipalités avant 1998 dans le texte d’introduction générale de cet ouvrage. Rares sont les municipalités qui ont pu maintenir leur conseil et leurs activités de 1963 à 1998 sans que celui-ci soit désigné pendant cette période par le pouvoir central. Le prototype de ces municipalités restées actives est celle de Zouk Mkayel, dans le Kesrouane.

15 À propos des projets financés par des bailleurs de fonds étrangers voir l’article de H. Maalouf dans al-Safīr, 13-9-2000. Notons aussi que certains projets de développement local étaient directement financés par la population et gérés par des associations locales (comme à Bayssour, par exemple).

16 Je cite à titre d’exemple les activités de Mağlis al-bī’a à Qbaiyat, du Tağammu’nisā’ ‘Arabsalim à Aarab Salim, de Hay’at ḥimāyat al-bi’a à Nabatiyeh, de al-Minbar al-ahdar à Hammana et Beit Méri, de Green Line à Beyrouth, de Bi’a bilā ḥudūd à Maghdouché, de Amwāğ al-bī’a à Saïda.

17 On peut repérer ces types d’activités dans les différentes régions libanaises : Tripoli, Ehden, Barouk (Chouf), Aakkar, Jbayl, Koura, Baalbek, Saïda, Beyrouth, Matn, etc.

18 Et pourtant, après les élections de 1998, la municipalité s’est accaparé le projet sans se donner les moyens de le développer. Les déchets s’amoncellent faute de solution de recyclage et peut-être de volonté politique. Cet exemple, loin d’être isolé, illustre la complexité de la gestion locale d’un problème d’intérêt collectif énoncé en termes écologiques. Il pose la question de l’articulation d’initiatives privées avec une politique municipale (voir infra).

19 À titre d’exemple, la réserve de Ḥiriğ Ehden, celle de Arz al-Chouf et celle de Arz Tannourine sont gérées respectivement par trois associations qui portent leur nom. La réserve de la Plage de Tyr est gérée par l’association Amwāğ al-bī’a et celle de Jouzer al-Nakhel par Lagnat ri’āyat al-bī’a.

20 Des divergences avaient en fait éclaté avant les élections, au moment où le pouvoir central a procédé en 1991 à la nomination des maires dans certaines municipalités dissoutes. Ces nominations se sont inscrites dans des logiques de clientélisme politique, créant ainsi des conflits au sein des localités concernées. Ces conflits ont eu des répercussions sur les relations entre les maires nommés et certains écologistes, et par la suite sur la campagne pour les élections municipales.

21 En tout état de cause, il reste difficile de dénombrer exactement les candidatures et les élus écologistes du fait que ces candidatures ont été déclarées à titre personnel et non pas à titre de militants écologistes. J’ai repéré approximativement, à partir de la presse et de mes entretiens, une vingtaine de candidats écologistes, dont une dizaine sont membres des associations du Rassemblement vert. Ces militants se sont présentés principalement à Tripoli, à Beyrouth, et dans les caza-s du Aakkar (Qbaiyat), de Koura (Chikka, Enfé, Fiaa et Bechmizzine), du Chouf (Rmeilet), du Matn (Khinchara et Beit Méri), de Baalbek (Aarsal) et au Sud (Nabatiyeh).

22 Par exemple, le candidat écologiste à Aarsal n’a pas abordé la question des carrières dans son village puisque c’est un secteur productif pour une grande partie des habitants. Le candidat écologiste à Enfé a évité d’évoquer l’affaire du port de pêcheurs et du site archéologique. À Beyrouth, la candidate soutenue par les écologistes ne s’était pas prononcée à propos de l’hippodrome et sa transformation en jardin public avant d’être élue.

23 Trois des candidats du Rassemblement vert ont été élus : le premier dans le village de Bechmizzine, au Nord, le deuxième dans le village de Khinchara, au Matn et le troisième dans le village de Aarsal, dans la Béqaa.

24 Voir les résultats de l’enquête sofres-cermoc, 1999, en particulier les tableaux 46 à 54 en annexe générale 3.

25 Plus généralement, les résultats du questionnaire montrent que sur les 600 maires ayant répondu à l’enquête, 292 (50,1 %) se sont présentés sur un projet personnel, dont 171 membres d’une association ; 14 sur un projet politique (2,4 %), dont 10 membres d’une association ; 51 sur un projet familial (8,7 %), dont 18 membres d’une association ; 112 pour défendre un service public (19,2 %), dont 32 membres d’une association. En revanche, 221 d’entre eux ont bénéficié du soutien d’une ligue familiale, parmi lesquels 119 membres d’une association, 70 ont été appuyés par un parti politique et 47 par une personnalité politique.

26 À titre de comparaison, je me réfère aux nombreuses études proposées dans Offerlé (dir.), 1996.

27 Actes de la réunion « d’évaluation de la participation des écologistes aux élections municipales », soutenue par la fondation Friedrich Ebert, publiés dans la revue écologiste Minbar al-bī a n 12, novembre 1998.

28 Une simple revue de presse établie sur la période allant de janvier à juillet 1998, et traitant en particulier des pages consacrées aux campagnes des élections municipales dans les journaux libanais, montre l’utilisation massive du thème de l’environnement dans les débats et les programmes électoraux.

29 Pour plus d’informations concernant la loi municipale de 1977, la décentralisation et les réformes administratives, voir CERMOC, 1999, ainsi que Salem, Krayyem & Antoun (dir.), 1998.

30 150 commissions de l’environnement auraient été créées au sein des conseils municipaux élus en 1998 (tableau 84, annexe générale 3), auxquelles il faudrait ajouter la constitution de comités ad hoc en dehors des structures municipales. Sur le fonctionnement de ces commissions, voir l’étude de Ali al-Moussaoui dans cet ouvrage.

31 Le décret 1920 a été promulgué par le Conseil des ministres le 16-12-1999. La municipalité de Jbayl a présenté le 4-2-2000 un recours devant le Conseil d’État qui a, en date du 28-3-2000, annulé ce texte. Voir al-Nahār, 24-3-2000 et Magazine, 5-5-2000, p. 40.

32 Magazine, 3-12-1999, p. 39-40.

33 De la même façon que le Hizbollah, à travers ses associations, a pu prolonger ses pratiques de gestion du territoire depuis les années de guerre, au sein des municipalités, dans la banlieue sud de Beyrouth. Voir l’article de M. Harb el-Kak dans ce même ouvrage.

34 Lors de sa première rencontre avec les représentants des collectivités locales en février 1999, le ministre de l’Intérieur leur a enjoint de s’engager dans le domaine de l’écologie, puisque « toutes les questions écologiques sont des prérogatives municipales ». Certains écologistes y ont perçu une atteinte à la légitimité de leur action, et la source d’un changement d’attitude de la part des municipalités. Voir le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 2000, p. 11.

35 La « région de Koura » dépasse dans cet exemple les limites administratives du caza du même nom, lequel comprend 30 localités (Enfé, Fiaa, Kousba, Amioun, etc.), et englobe quelques localités du caza de Batroun (Chikka, Héri). Avant les élections de 1998, la majorité des municipalités de ces deux caza-s était administrée par des pouvoirs déconcentrés (le muhāfīz. du Nord et les caīmacam-s des caza-s de Koura et de Batroun).

36 Voir la chronologie de l’histoire de la décharge dans le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 2000, p. 8-9.

37 Les sociétés de cimenterie avaient déjà obtenu, de la part du Conseil des ministres le 8 mai 1997 une dérogation au plan directeur des carrières pour que celles qui leur appartenaient puissent continuer à fonctionner dans une zone qui touche six localités (Koura, Chikka, Zakroun, Badbhoun, Qalhat, Fiaa et Kfar Hazir).

38 Ce député de la région de Koura, Salim Saadé, avait déjà suivi l’affaire de la décharge en 1994 quand il a refusé le premier emplacement proposé pour localiser la décharge, emplacement qui se trouvait dans la plaine de Koura, réputée pour sa grande production d’olives. Il s’oppose au décret d’expropriation de 1998 en indiquant que ce texte ne sert qu’à masquer des intérêts fonciers privés (voir la déclaration de S. Saadé dans les journaux du 31-10-1998).

39 Le président de l’association, qui a participé au choix du terrain destiné à accueillir la décharge – un terrain d’une superficie de cent mille mètres carrés – et à la préparation du dossier de l’expropriation, a été accusé de surévaluer le prix de la terre et d’essayer de vendre le terrain à un prix exorbitant. Voir le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 2000. p. 8-9. Voir aussi les notes écrites par les municipalités de la région de Koura au ministère de l’Environnement suite à leur réunion le 1-2-1999, publiées dans la revue écologiste Minbar al-bī a n 14, février 1999, p. 4-5.

40 Le député Slciman Frangié avait imposé en 1995 trois membres de l’association dans un « comité de soutien à la municipalité de Chikka » qu’il avait lui-même créé. Ce sont ces trois membres qui se sont portés candidats aux élections municipales de 1998 à Chikka et qui ont perdu la compétition (entretien avec le président de l’association le 17-4-2000).

41 Selon son président, l’association n’arrive plus à travailler dans certaines municipalités (Kfar Hazir, Amioun, Dar Chmizzine, etc.) gérées par des partisans du Parti social nationaliste syrien (PSNS), à cause de conflits politiques (entretien le 17-4-2000).

42 Ainsi, le ministère de l’Environnement a créé un comité d’observation de l’état de l’environnement dans la région de Koura, formé des représentants des municipalités et des membres de l’association écologiste. Mais les municipalités ont refusé la participation des écologistes, en s’appuyant sur l’article 74 de la loi municipale, ce qui a contraint le ministre à modifier sa décision en excluant l’association du comité. Les écologistes, tout en respectant la décision, ont rappelé qu’ils avaient été les premiers à défendre ces dossiers. Voir le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 2000.

43 Le Rassemblement a été créé à la suite des élections municipales de l’été 1998, à l’initiative des associations écologistes et de certains candidats de l’opposition à la municipalité de Beyrouth. Il revendique la création de plus d’espaces verts dans la ville, en critiquant la politique du conseil municipal en la matière.

44 Ces propos ont été recueillis par mes soins durant la réunion qui a rassemblé certains membres de l’association écologiste Green Line et deux conseillers municipaux de Beyrouth le 1-6-2000.

45 Voir les journaux L’Orient-Le Jour, al-Nahār et al-Safīr, du 19-7-2000 et la revue écologiste Minbar al-bī’ a n 21, septembre 2000, p. 6-7.

46 La majorité municipale comprend 11 membres élus sur la liste présidée par Jean-Louis Qordahi. La minorité comprend 4 conseillers dont les têtes des trois autres listes en présence.

47 Selon le président de l’association Byblos Écologia, « ce projet consiste à construire 52 villas privées avec un port de loisir pour 52 yachts, destiné aux gens des pays du Golfe. Ce type de projet ne contribuera en rien au développement de la région. Il restera un club privé comme tous les complexes existant sur le littoral libanais » (entretien, le 14-8-2000).

48 Pour les élus minoritaires, la construction de ce complexe (qui comprendrait des chalets privés avec piscines, un hôtel, des restaurants et une jetée dans la mer) respecterait le littoral et la mer en appliquant les règles et les normes en vigueur. L’entreprise rapporterait 100 000 dollars par an à la municipalité de Jbayl et assurerait un travail à 300 employés en donnant la priorité dans le recrutement aux habitants de la région (entretien avec un conseiller municipal de Jbayl, le 19-8-2000).

49 Voir à ce propos, dans un autre contexte, Boltanski, 1993. L’auteur affirme que « la mise à jour d’une injustice, c’est-à-dire une répartition de biens matériels ou immatériels ne respectant pas l’ordre de grandeur légitime entre les personnes, pourrait impliquer que soit rendu explicite le principe de justice auquel est reliée la critique et que soit clarifiée la définition, qui suppose en amont la dénonciation, de ce qui fait la valeur des choses et des gens » (c’est moi qui souligne).

50 Déclaration faite pendant le sit-in pour la protection de la plage de Jbayl le 6-5-2000. Voir les journaux L’Orient-Le Jour, al-Nahār et al-Safīr, du 7-5-2000.

51 La Société pour la protection et l’amélioration de la race chevaline arabe a pour mission d’organiser les courses, d’entretenir et moderniser les infrastructures, et d’organiser les paris. Pour plus de détails concernant l’affaire de l’hippodrome et les différents intérêts qui y sont enjeu, voir l’article d’É. Picard dans cet ouvrage.

52 Sur les ambiguïtés de l’autonomisation du social et du déclin des passions politiques, voir Donzelot, 1994, p. 245 : « Par rapport à cet esprit nouveau introduit dans les relations sociales, les comportements classiques de revendication “en bas” et d’attribution "en haut" se trouvent comme déconcertés, placés en porte-à-faux au regard du nouveau jeu qui leur est proposé en remède à la crise : un jeu qu’ils ne peuvent récuser dans son principe mais qui ne peut se développer qu’en les détruisant ».

53 Le modèle d’analyse construit par A. Hirschman (Hirschman, 1995) conceptualise les réactions et les attitudes de citoyens, de partisans, d’usagers, etc., pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis d’une entreprise économique, d’un service public, d’une institution ou d’une association, en trois types : la prise de parole (voice), la coopération (loyalty) ou le retrait (exit).

54 Voir à ce propos l’analyse de R. Balme (Balme, 1989) sur les relations associations-municipalités dans les villes françaises en 1977.

55 Ce principe participatif a été introduit par certaines organisations des Nations unies (PNUD : programmes Life, Agenda 21), par des ONG internationales (Agence américaine pour le développement international, Friedrich Ebert, etc.), par le ministère de l’Environnement et certaines associations libanaises (Young Men Christian Association, Mouvement social, etc.). Ces organismes conditionnent leurs financements à l’implication des différents acteurs locaux dans leurs projets.

56 Á titre d’exemple, les associations écologistes n’ont pas le droit de porter plainte devant les instances étatiques (juridiques ou administratives) au nom de l’intérêt public, contrairement aux municipalités. Elles sont donc contraintes d’adopter des modes de protestation extra-institutionnels ou d’avoir recours à la municipalité qui joue alors un rôle de médiateur (exemple de Jbayl cité plus haut). Elles revendiquent aujourd’hui, dans un projet de loi déposé au Parlement, que leur soit reconnu ce droit en matière d’environnement.

57 Je reprends là les propositions de M. Foucault, qui analyse le pouvoir comme un domaine de relations « qui ont pour enjeu la conduite de l’autre ou des autres, et qui ont recours [...] à des procédures et techniques diverses » (Foucault, 1994, p. 214).

58 « Non pas imposer une règle abstraite, extérieure aux ensembles sociaux, ce qui ouvre à toutes les querelles, mais articuler les droits et les devoirs respectifs des individus, des communautés et de la puissance publique, de telle sorte qu’ils respectent ce principe – nécessaire à l’ordre – qui veut qu’une force domine les autres, et cet autre principe –nécessaire à l’équilibre – qui veut qu’une force dominante puisse être modérée par des forces moindres, mais capables de faire jouer relativement leur présence » (Donzelot, 1994, p. 97 – c’est moi qui souligne).

59 Voir le bulletin al-Arḍ al-ḫaḍrā n 1, automne 2000, p. 11.

60 Selon lui, dans la période où les municipalités étaient absentes, l’association a dû s’occuper d’affaires qui dépassaient ses objectifs initiaux (entretien du 17-4-2000).

61 Le Forum regroupe des associations écologistes parrainées par des personnalités politiques. À titre d’exemple, l’association Amwāğ al-bī’a, membre fondateur du Forum, a comme président d’honneur R. Berri, la femme du chef du Parlement.

62 Mgr G. Haddad est le fondateur du Mouvement social, association de développement social et humain créée au début des années 1960. Cette association a innové dans l’action sociale en travaillant, dès sa création, sur des questions de justice sociale, de participation citoyenne, de développement et de décentralisation en faveur des régions rurales.

63 L’Administration civile regroupait des institutions paraétatiques, prises en charge par le PSP. Pour plus d’info-mations à ce sujet, voir le texte de I. Rivoal dans cet ouvrage.

64 Le président de la municipalité était par ailleurs engagé auprès de G. Haddad au début de la guerre.

65 Selon les propres termes des promoteurs de ce programme, il s’agit, suite à la Conférence de Rio de Janeiro en 1992, d’aider les pays en voie de développement à réaliser des projets de développement durable au xxie siècle (d’où le nom du programme) en fournissant les structures nécessaires pour gérer efficacement l’environnement et les potentialités techniques et institutionnelles.

66 Entretien avec un conseiller municipal, 18-4-2000.

67 Sur ce dossier, voir l’article de P. Rijsel dans cet ouvrage.

68 Voir par exemple March & Olsen, 1995 ; International Political Science Review, 1998 ; ou Clayton (dir.), 1994. D’autres auteurs montrent que la mise en place de mécanismes coopératifs et de coordination, impliquant plusieurs partenaires, est bien antérieure à ce qu’évoquent les analyses actuelles sur la « gouvernance » (Papadopoulos, 1999).

Notes de fin

* Je tiens tout particulièrement à remercier Myriam Catusse pour ses lectures et remarques sur les différentes versions de ce texte.

Table des illustrations

Légende Hôtel des ordures », Zouk Mkayel, 1997. © H. Qassatly.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter