Version classiqueVersion mobile

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Première partie. Élus municipaux et représentation locale

Les présidents de municipalité élus en 1998 au Liban : des « élites » locales non dirigeantes

Hassan Krayyem
Traduction de Zeina al-Kanj

Texte intégral

  • 1 Se reporter aux écrits de V. Pareto (Pareto, 1966), de C. Wright Mills (Mills, 1956) et de G. Willi (...)
  • 2 Voir la série d’articles et d’études sur les élites locales en Europe de l’Est, en Turquie, en Espa (...)

1Concept répandu depuis longtemps dans les études de sociologie politique1, l’élite désigne un groupe d’individus qui se distinguent par leurs aptitudes à jouer un rôle de direction dans tous les domaines publics. L’élite au pouvoir comprend ceux qui contrôlent la décision et les ressources et qui exercent le monopole de la force et du pouvoir. Dans ce sens, de nombreuses études ont porté sur les élites nationales au niveau du système politique ou de l’État, voire sur les élites mondiales depuis l’expansion de la mondialisation et des multinationales. Un manque reste pourtant à combler dans l’étude des élites locales, régionales ou intermédiaires au sein de l’État2. Ce déficit s’explique peut-être par la difficulté de trouver une définition consensuelle de la notion d’élite locale, notamment lorsque celle-ci ne fait pas partie des réseaux de pouvoir et des rapports de force. Les élites au pouvoir, locales et nationales, peuvent en outre être considérées comme indissociables.

  • 3 De 1960 à 1972, la division des circonscriptions électorales pour les législatives s’est effectuée (...)
  • 4 Consulter l’article de A. Offerdel, Das Hanspach, A. Kowalczyck et J. Patocka, « Elites and Parties (...)

2Le concept d’élite locale est retenu dans cette étude pour désigner un groupe d’individus ayant un rôle dirigeant dans les affaires publiques sur un territoire délimité, sans parvenir à jouer ce rôle au niveau national. Un tel rôle se limite à une localité dans le cas des présidents de municipalité ou des conseillers municipaux, ou à plusieurs localités dans le cas des présidents de fédération de municipalités. Les élites locales se distinguent donc a priori des élites nationales (ministres, députés, leaders politiques et spirituels) par le champ d’exercice de leurs activités. Mais il devient parfois difficile de les dissocier, dans la mesure où les centres d’intérêts des élites nationales libanaises sont largement localistes, comme c’est le cas de nombreux députés, voire de la plupart d’entre eux. Cette réalité ancienne est confortée par la loi électorale libanaise, et plus particulièrement par les divisions des circonscriptions électorales législatives3. Au Liban, elle est aussi le fait de la faible capacité du Parlement à exercer son rôle de contrôle et de législation, de la structure socio-politique du pouvoir, de la primauté des appartenances locales et familiales en particulier par rapport aux appartenances civiques, et de la fonction des partis politiques, de leur nature, de leur structure, de l’étendue de leurs activités et de leurs centres d’intérêts4. Dans un pays où l’élite nationale puise traditionnellement ses ressources et concentre son action au niveau local, et où elle a un rôle plutôt réduit dans la direction de la politique nationale, en particulier depuis le début de la guerre civile en 1975 et en raison des mécanismes de sortie de guerre consignés dans l’accord de Taëf en 1990, que recouvre donc le concept d’élite locale ?

  • 5 Deux questionnaires sofres-cermoc ont été effectués en 1999 : le premier englobe l’ensemble des pré (...)

3L’étude des présidents de municipalité élus en 1998 devrait nous permettre d’affiner la définition de ce concept. Elle repose sur une partie des résultats d’un questionnaire effectué auprès de 600 présidents de municipalité, portant sur leur statut social5. La sociographie de ce personnel politique local fera l’objet d’une comparaison diachronique, avec la situation des présidents de municipalité élus en 1963, et spatiale, avec les élus de l’après-guerre à l’échelle nationale. Elle s’attachera dans une première partie à décrire les caractéristiques sociales (âge, éducation, profession) des présidents de municipalité élus en 1998, en insistant sur leurs expériences et leurs trajectoires. Elle tentera ensuite d’étudier les relations complexes, les interférences et les interdépendances entre les élus locaux et les différentes forces politiques et sociales telles que la famille, les partis, les associations, les syndicats et les représentants du pouvoir central, en vue de dégager les principales ressources qui ont permis l’accès de ces candidats à la fonction de président de municipalité.

4L’étude croisée de ces différentes variables cherche à définir le degré de professionnalisme et d’expérience des présidents de municipalité et leur capacité à diriger les affaires locales et à assumer les responsabilités du gouvernement local. Elle évalue aussi dans quelle mesure l’institution municipale peut être un lieu de promotion sociale, mais aussi un instrument de protection des intérêts claniques et familiaux. Elle questionne enfin en filigrane la relation entre élus locaux et élites nationales, les ressemblances et les dissonances de leurs profils respectifs ainsi que les liens des premiers, de dépendance ou de concurrence, par rapport aux seconds.

  • 6 Pour plus d’informations concernant les résultats des élections municipales, voir les conclusions d (...)

5Dans de nombreux pays, les élections locales revêtent une importance particulière en cas de dysfonctionnements dans les mécanismes de représentation démocratique dans les élections parlementaires ou présidentielles. Elles ont permis à des forces politiques et sociales d’accéder au gouvernement local, qui peut être un tremplin vers la représentation dans les instances nationales d’un système politique, comme ce fut le cas pour les mouvements islamistes en Turquie, les juifs séfarades en Israël, ou des mouvements de gauche en Inde. Au Liban, la suspension du processus électoral de 1963 à 1998, voire l’irrégularité de la tenue des élections avant 1963 n’a pas permis l’éclosion du même phénomène. Ainsi, les élections des conseils municipaux et de mukhtār-s en 1998 sont en quelque sorte fondatrices. Elles peuvent être considérées comme une étape essentielle de la reconstitution des structures du système politique à la base après leur effondrement pendant la guerre, que ce soit en termes de participation ou de prise de décision politique par des autorités locales élues. Près de 30°000 candidats sont entrés en lice pour 13°500 sièges de mukhtār-s et de conseillers municipaux. L’élection de quelque 8°000 conseillers dans plus de 600 municipalités est en soi un phénomène important de renouvellement et de circulation des élites6, d’autant plus que le système politique libanais est, dans sa formation socio-historique, un système élitiste par excellence.

  • 7 Ce que l’on a conventionnellement appelé « la féodalité politique », à cause de la continuité du le (...)
  • 8 On pourra se reporter aux études de I. Harik (1972), A. Baaklini (1976) et R. H. Dekmejian (1975), (...)
  • 9 En ce qui concerne la répartition professionnelle des députés avant la guerre civile voir l’article (...)
  • 10 Pour la période d’après-guerre et les élections de 1992, voir Khazen & Salem (dir.), 1993 ; pour le (...)

6La structure du pouvoir au Liban repose en effet à la base sur une coalition formée de la bourgeoisie libanaise (commerçante et de services majoritairement), des propriétaires fonciers dans les villes, des propriétaires agricoles et de l’aristocratie politico-familiale7 dans les régions périphériques. Cette étroite association entre la classe politique dirigeante et ces catégories économiquement dominantes au sein de l’État libanais a cependant subi de profondes transformations sociales et économiques à partir des années 1950 : le rôle de la bourgeoisie traditionnelle s’est réduit au profit d’une grande bourgeoisie, financière et commerciale, fondée sur des projets économiques, régionaux et internationaux ; celui des grands propriétaires fonciers a aussi diminué, à l’exception d’une minorité d’entre eux qui s’est adaptée à la nouvelle réalité du marché. Mais le rôle du leadership politico-familial s’est maintenu. Ainsi, depuis la création du Liban jusqu’à la veille de la guerre en 1974, 211 familles ont gouverné le pays en occupant les postes parlementaires et ministériels8 : ces élites, à l’origine issues de familles de grands propriétaires fonciers, se sont diversifiées pour laisser place aux avocats et aux autres professions libérales, puis aux hommes d’affaires9. Cette tendance générale s’est confirmée dans la composition sociale des élites parlementaires d’après-Taëf, qui se distingue en outre par l’entrée de cadres miliciens dans les structures de l’État. La sortie de guerre civile s’est ainsi caractérisée par l’accès d’une nouvelle bourgeoisie à des positions hégémoniques au niveau des décisions financières et économiques dans l’État, à partir d’alliances instables avec les « nouveaux leaders traditionnels » et les forces miliciennes10.

L’INSCRIPTION SOCIALE DES PRESIDENTS DE MUNICIPALITE

  • 11 Ces données sont le résultat d’une enquête effectuée en 1966 et publiée en 1967 par le ministère du (...)

7Les transformations dans la composition des élites nationales engendrées par les changements de la structure sociale libanaise avant et pendant la guerre sont-elles identiques au niveau des élites locales ? La question est difficile, car les uniques élections de 1963 sont trop lointaines et les ruptures engendrées par la guerre au niveau local trop visibles pour se risquer à esquisser une analyse comparative en profondeur, à partir des seules données quantitatives. En outre, les statistiques disponibles sur les profils sociaux des présidents de municipalité élus en 1963 sont insuffisantes11 pour établir une comparaison terme à terme avec les résultats de l’enquête de 1999.

  • 12 Nous avons classé les municipalités selon leur taille en fonction du nombre légal de conseillers mu (...)
  • 13 Seule une femme a répondu au questionnaire SOFRES-CERMOC (Tableau 3).

8En l’absence d’élections depuis 35 ans, il est normal de constater un fort renouvellement du personnel politique municipal : 88,3 % des présidents et 81 % des conseillers de notre échantillon sont entrés pour la première fois dans le conseil municipal lors des élections de 1998 et respectivement 8,8 % et 12,5 % lors des élections complémentaires de 1999. Parmi les 45 présidents qui avaient été élus dans un conseil municipal en 1963, 13 se trouvent dans les caza-s du Sud où il n’y a pas eu d’élection en raison de l’occupation israélienne (Jezzine, Marjaayoun et Hasbaiya), et les autres ont été élus dans les caza-s de Baabda et du Matn ; ces 45 présidents sont aussi exclusivement dans les petites (62 %) et moyennes (50 %) municipalités12 ; environ 60 % d’entre eux étaient président, 22 % secrétaire général et 17 % simple membre du conseil. La majorité des présidents n’ont donc aucune expérience du travail municipal ni d’ailleurs du travail administratif ou public : 10 % étaient hauts fonctionnaires, 5 ont été députés et 5 mukhtār-s (tableau 65, annexe générale 3). C’est en outre une population presque exclusivement masculine qui occupe la présidence des municipalités : comme dans les années 1960, on ne compte que 3 femmes élues à la tête des municipalités en 1998 : à Bteghrine (Matn), à Kaftoun (Koura) et à Mhaiydsé (Rachaiya)13

Âge et haut niveau d’éducation

  • 14 En ce qui concerne l’āge des conseillers municipaux, les pourcentages étaient les suivants : 35 % a (...)

9En 1967, la majorité des présidents de municipalité (63 %) se situaient dans la tranche d’âge des 40-60 ans, 24 % avaient moins de 40 ans et 13 % avaient plus de 60 ans. Concernant leurs années de service, 54 % n’avaient pas plus de trois ans de service, 26 % avaient entre trois et dix ans de service et 20 % avaient plus de dix ans de service14. En 1998, la moyenne d’âge des présidents de municipalité est inférieure à 52 ans. Elle est cependant plus élevée au Liban Sud (55 ans), principalement du fait que l’enquête a pris en compte l’âge de 17 présidents dans des municipalités où il n’y eut pas d’élections : leur moyenne d’āge est supérieure à 70 ans. Les présidents les plus jeunes sont ceux du Liban-Nord (49 ans), et au niveau des caza-s, ceux du Hermel (41,5 ans), de Danniyeh (44 ans), de Zgharta (46,5 ans), de Bcharré (47 ans), de Tripoli (47 ans), de Saïda (48 ans) et du Aakkar (48 ans). Parmi les présidents élus, les moyennes d’âge les plus élevées ont été relevées dans les caza-s du Matn (55 ans), Batroun (55 ans), Bent Jbayl (54 ans) et Zahlé (tableau 1, annexe générale 3).

  • 15 6 présidents n’ont pas répondu à la question de l’âge. Les 17 présidents non élus en 1998 (de la ré (...)

10L’âge du personnel politique municipal est inférieur à la moyenne générale dans les communautés sunnite et maronite, dont la moyenne d’âge des présidents est respectivement de 49 et 51 ans. La moyenne d’âge du président druze est de 52 ans, celle du président chiite de 52 ans et celle du président grec-orthodoxe de 56 ans15. Ces chiffres font apparaître des dynamiques générationnelles communautaires qui contrastent avec celles observées dans l’étude du personnel parlementaire de 1996, dont les plus jeunes éléments appartiennent aux communautés musulmanes et en particulier chiite (Bahout, 1997). L’âge des présidents est en outre lié à l’adhésion du président à une association et à sa sympathie à un courant ou un leader politiques : la moyenne d’âge des présidents membres d’une association est de 50 ans, contre 53 ans pour les présidents non-membres ; et elle est de 48 ans pour les présidents sympathisants d’un parti contre 53,5 ans pour les non-sympathisants. Il est aussi fortement corrélé au niveau d’éducation : l’ensemble des présidents se situant en-dessous de la moyenne d’âge générale ont un niveau d’éducation supérieur au secondaire.

  • 16 Dans le Parlement de 1996, 85 % des députés ont en effet suivi des études universitaires (Bahout, 1 (...)
  • 17 La même étude mentionne que parmi 2 780 conseillers municipaux interrogés, 74 % savaient juste lire (...)
  • 18 Il convient de préciser que la variable « niveau d’éducation » peut correspondre ici au diplôme eff (...)
  • 19 Le taux de ceux qui savent seulement lire et écrire ou qui sont analphabètes pourrait être plus éle (...)
  • 20 C’est d’ailleurs le cas de l’ensemble des conseillers municipaux des 18 grandes villes couvertes pa (...)
  • 21 Le nombre de diplômés de l’enseignement technique est de 38 présidents, dont 29 ont été formés dans (...)
  • 22 Les autres communautés sont représentées par 60 présidents ou moins. Sur la répartition confessionn (...)

11La tendance générale de la formation d’une élite nationale plus instruite, observée dans les élections législatives de 1992 et de 199616 se retrouve au niveau municipal. Selon l’enquête de 1967, 49 % des présidents de municipalité n’avaient pas terminé leurs études primaires, 21 % avaient acquis un niveau complémentaire, 14 % avaient un niveau secondaire et 16 % seulement avaient un niveau universitaire17 La disparité entre les muhāfaza-s était apparente, quoique peu importante : le niveau d’éducation était plus élevé dans la muhāfaza du Mont-Liban, suivie par le Nord, le Sud puis la Béqaa, signe de l’inégalité régionale et de la disparité de développement entre le centre et les périphéries dans les années 1960. Le niveau d’éducation des présidents élus en 1998 est donc en forte hausse en comparaison de celui des années 196018 même si les disparités régionales sont reproduites à l’identique, confirmant l’une des constantes de la sociologie politique du pays selon laquelle le « centre » du Liban - le Mont-Liban et la capitale - est la région la plus développée du pays, économiquement mais aussi en termes d’éducation. Seuls 3 présidents sur 600 interrogés n’ont pas fait d’études primaires19 et 48,5 % ont fait des études universitaires, dont 28,3 % ont un niveau licence, 12 % ont un niveau maîtrise et 8,2 % sont titulaires d’un doctorat. Le nombre de présidents ayant suivi des études supérieures est particulièrement élevé au Mont-Liban (60 % des présidents de cette muhāfaza), suivi par le Liban-Nord à l’exception des caza-s de Zgharta et de Danniyeh (49,3 %), puis par le Sud (40,6 %) et enfin la Béqaa (30,6 %). Le cas de Beyrouth est exceptionnel, son président et la quasi-totalité (sauf un) des conseillers municipaux ayant fait des études supérieures20. Le niveau d’éducation des présidents de municipalité est en effet proportionnel à la taille de la localité : 60 % des présidents des 15 grandes municipalités ont un niveau universitaire, contre 48 % seulement dans les petites et moyennes localités. On constate en outre qu’une majorité de présidents maronites (57,8 %) sont diplômés de l’enseignement technique et supérieur21, suivis en cela par les présidents druzes (52,9 %), puis chiites (42 %), grecs-orthodoxes (40,9 %) et sunnites (37,5 %)22.

12Les données concernant le niveau d’éducation des présidents sont d’autant plus éloquentes qu’ils proviennent en majorité de familles dont le niveau d’éducation des parents est modeste : seuls 4,5 % des pères et 2 % des mères de présidents ont un diplôme universitaire, et la très grande majorité (environ 80 %) des pères et mères ont un niveau d’éducation élémentaire ou inférieur (tableau 28, annexe générale 3). En ce qui concerne l’appartenance confessionnelle des présidents, seuls les grecs-catholiques se situent en-dessous de cette moyenne (63 %) tandis que les plus défavorisés au départ sont les présidents chiites et sunnites : 92 % de leurs pères ont un niveau élémentaire et inférieur, contre 80 % des druzes et des grecs-orthodoxes et 86 % des maronites. Les pères de niveau d’éducation secondaire sont plus nombreux dans les 15 grandes municipalités et ceux du niveau supérieur plus nombreux dans certains caza-s du Mont-Liban, comme le Matn et Jbayl, ou du Liban-Nord comme Batroun (11,1 % des présidents de ces caza-s), tandis que les plus faibles niveaux sont enregistrés dans les caza-s de la Béqaa-ouest, de Rachaiya et du Hermel.

  • 23 Le pourcentage est ici supérieur à 100, certains présidents ayant donné plus d’une réponse à la que (...)

13Le parcours scolaire des présidents s’est effectué en majorité dans des écoles privées payantes (57,6 %) et secondairement dans des écoles publiques officielles (44,1 %)23 ; seuls 4,4 % ont suivi une formation dans une école privée gratuite. Ceux qui ont été formés dans une école privée payante sont plus nombreux dans les grandes localités (80 %), contre 52,4 % et 58,9 % respectivement pour les moyennes et les petites localités. La relation entre éducation scolaire dans le privé et répartition selon les muhāfaza-s fait ressortir un plus grand pourcentage de formations dans les écoles privées au Mont-Liban et plus particulièrement dans les caza-s du Matn et du Kesrouane. Le taux le plus faible est dans la Béqaa, le Sud et certains caza-s du Nord, notamment Danniyeh et Aakkar. Cette répartition reflète l’absence d’écoles privées dans les régions périphériques rurales, qui sont par ailleurs les plus pauvres du Liban.

  • 24 Ils ne sont que 5,2 % à avoir étudié à l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et 4,9 % à l’Unive (...)
  • 25 Respectivement 44 % et 32 % des chiites et 44 % et 38 % des druzes sont formés à l’étranger et à l’ (...)

14Au niveau universitaire, sur 329 présidents ayant effectué des études supérieures, 34 % ont suivi leurs études hors du Liban, 29 % à l’Université libanaise (UL) et 20 % à l’université Saint-Joseph (USJ)24. Ces chiffres viennent corroborer deux tendances croissantes au sein de l’élite politique libanaise d’après-guerre (Bahout, 1997). D’une part, on observe un nombre plus élevé de diplômés de l’Université libanaise, alors que la formation des élites politiques se faisait traditionnellement dans les universités étrangères, jésuite en particulier et américaine dans une moindre mesure. D’autre part, le nombre de formations universitaires à l’étranger est relativement élevé, en raison de la situation de guerre jusqu’en 1990 : sur 111 présidents, 36 % ont acquis leur formation en Europe occidentale et 25,2 % aux États-Unis (destinations principales des étudiants universitaires à l’étranger avant la guerre), 16,2 % dans les pays arabes et 14,4 %en Europe de l’Est (filières en développement depuis les années 1970). L’Université libanaise apparaît à première vue comme un moyen de promotion sociale pour l’ensemble des présidents musulmans, puisque plus de 29 % des présidents de chacune des communautés sunnite, chiite et druze ont fait leurs études universitaires à l’UL, tandis que l’USJ reste le lieu de formation par excellence des maronites (35 % d’entre eux y ont fait leurs études, contre 26 % à l’UL et 21 % à l’étranger, majoritairement en Europe occidentale). Il convient cependant de relever que l’UL n’est pas le premier choix de formation des chiites et des druzes, puisque 44 % des uns et des autres ont suivi des formations universitaires hors du Liban25, les premiers dans les pays arabes (33 %), en Europe occidentale (25 %) et en Europe de l’Est (20 %) et les seconds en Amérique du Nord (29 %), en Europe de l’Est (29 %), et dans les pays arabes (18 %). Ces formations à l’étranger ont été encouragées, depuis le début des années 1970, par les bourses universitaires distribuées par le canal des partis politiques, de la part de divers pays (URSS d’une part, Algérie, Iraq et Syrie pour les pays arabes).

  • 26 Pour plus de détails, voir le tableau 11, annexe générale 3. Ici aussi, la fréquence des voyages s’ (...)
  • 27 Ce taux est identique à celui des émigrés de l’après-guerre, puisqu’il est communément admis qu’un (...)
  • 28 En règle générale, ceux qui émigrent en Afrique le font pour des motifs professionnels et ceux qui (...)

15Au-delà du nombre conséquent de formations à l’étranger, d’autres indicateurs montrent que la majorité des présidents de municipalité ont une culture ouverte à l’étranger et ont des prédispositions à établir des contacts avec l’étranger. Ainsi, la plupart d’entre eux maîtrisent des langues étrangères, en particulier le français (71 %) et l’anglais (57 %). Les 12 % qui ne connaissent aucune autre langue que l’arabe se concentrent dans les caza-s du Aakkar (Liban-Nord), de Rachaiya, de Baalbek et de la Béqaa-ouest (Béqaa). La maîtrise de langues étrangères est proportionnellement liée à l’importance de la municipalité, c’est-à-dire qu’elle est plus élevée dans les grandes municipalités. De même, 46 % des présidents voyagent au moins une fois par an à l’étranger. Les destinations les plus fréquentées sont par ordre d’importance : l’Europe occidentale (62 %), les pays arabes (33 %) et l’Amérique du Nord (26 %)26. Les présidents qui voyagent le plus vers l’Europe occidentale sont ceux du Mont-Liban, tandis que ceux qui voyagent le plus vers les pays arabes (la Syrie y compris) viennent du caza du Aakkar dans le Nord et des muhāfaza-s du Sud et de la Béqaa. Enfin, le fait d’avoir résidé hors du Liban - et surtout la durée de cette résidence - est un indice important de l’acculturation des présidents. Un tiers des présidents ont résidé hors du Liban27, et plus particulièrement dans les pays arabes (35 %), en Europe occidentale (30 %), en Amérique du Nord (21 %) et en Afrique (14 %)28. Parmi les 185 présidents ayant résidé à l’étranger, 33,5 % au plus, soit ceux qui ont résidé 15 ans ou plus à l’étranger, peuvent être considérés comme des émigrés ; ceux qui ont résidé entre 5 et 14 ans, les plus nombreux (54 %), étaient soit des étudiants ayant suivi une formation longue à l’étranger, soit ont émigré pendant ou après la guerre pour des raisons sécuritaires ou économiques.

Diversification professionnelle

  • 29 Notons que plusieurs réponses étaient possibles à la question de la spécialisation, et que le nombr (...)

16Selon les informations relatives aux diplômés de l’enseignement supérieur et technique, soit 329 présidents (54,8 % de l’ensemble des présidents), les filières de spécialisation les plus représentées sont l’ingénierie et ses diverses branches (32,1 %), suivies de la gestion, le commerce, la comptabilité et l’économie (19,7 %), de l’avocature (19,5 %), de la médecine y compris dentaire (14,8 %) et enfin des sciences humaines et sociales (14 %)29.

  • 30 La construction de cette catégorie ne nous permet pas de différencier entre commerçant, artisan, in (...)

17La catégorie professionnelle la plus nombreuse (41 % des présidents) regroupe les hommes d’affaires, les commerçants et les artisans30, suivie des professions libérales (26,5 %), des retraités (12,7 %), des fonctionnaires du secteur privé (7,7 %) et des agriculteurs (5,8 %). La corrélation entre le métier principal des présidents et le niveau et la spécialisation de leur diplôme permet d’affiner le contenu de ces catégories professionnelles. Ainsi, 36,5 % des hommes d’affaires-commerçants-artisans (soit 90 présidents sur 246 de cette catégorie) ont fait des études techniques ou universitaires, dont 32 % sont titulaires d’un diplôme universitaire en administration des affaires ou de comptabilité, 23 % ont suivi une formation d’ingénierie dans un institut technique et 12 % sont diplômés de sciences politiques. Par ailleurs, l’ensemble des présidents exerçant une profession libérale (soit 159) ont un diplôme universitaire, dont 41,5 % en ingénierie, 30 % en médecine et 28 % sont avocats. La représentation de ces professions libérales s’élève à 33,3 % et celle des hommes d’affaires-commerçants-artisans à 20 % dans les grandes municipalités, tandis que la structure professionnelle des petites et moyennes municipalités est inversée : les professions libérales représentent 26 % et les hommes d’affaires-commerçants-artisans 42 % des présidents des petites et moyennes municipalités. La répartition des catégories professionnelles selon les muhāfaza-s (Tableau 6) fait apparaître un taux plus élevé de présidents exerçant une profession libérale au Mont-Liban (32 % des présidents de cette muhāfaza) que dans la Béqaa (14 %), dans laquelle le pourcentage d’agriculteurs est particulièrement élevé (17 %).

  • 31 De manière générale, les secteurs d’activité dans lesquels les présidents exercent leur métier prin (...)
  • 32 Les activités commerciales se concentrent d’abord dans le Mont-Liban (32,8 %) et au Liban-Nord (31, (...)

18La répartition des activités en termes de secteurs d’activité professionnelle permet de préciser encore cette division31. Parmi les hommes d’affaires-commerçants-artisans, 51 % ont une activité commerciale, 20 % exercent dans le secteur des services, 14 % sont entrepreneurs du bâtiment et 10 % ont une activité dans l’industrie. Pour d’autres catégories (agriculteurs, avocats, médecins), on retrouve une corrélation parfaite entre catégories et secteur d’activité. L’ingénierie est représentée dans les grandes municipalités à hauteur de 27,3 %, suivie des activités commerciales, tandis que le commerce et les activités de service devancent l’ingénierie dans les petites et moyennes municipalités. Les présidents exerçant dans l’ingénierie et l’avocature se concentrent au Mont-Liban (respectivement 55 % et 52,2 % des ingénieurs et avocats sont présidents au Mont-Liban)32. Cette distribution géographique reflète la composition sociale et la structure économique des régions libanaises.

19Au-delà de leur formation et leur principale activité professionnelles, il convient d’observer que 26,2 % des présidents (158) ont exercé dans le passé une autre activité professionnelle, surtout ceux des grandes municipalités. Il s’agit bien évidemment en premier lieu des présidents aujourd’hui à la retraite (69), dont la majorité occupait auparavant un poste dans la fonction publique (46,5 %) et secondairement dans des activités commerciales (18,3 %). C’est aussi le cas des présidents aujourd’hui hommes d’affaires-commerçants-artisans (46), en apparence les plus mobiles en termes d’activité professionnelle.

  • 33 Ce faible taux s’explique surtout du fait que seuls 2,3 % des pères de présidents exerçaient une pr (...)

20En comparaison avec la profession principale de leur père, nous constatons une évolution sensible dans les activités professionnelles des présidents. Respectivement 35,3 %, 32,3 % et 19,2 % des pères des présidents étaient hommes d’affaires-commerçants-artisans, agriculteurs et fonctionnaires. Mais ce sont en même temps les trois catégories dans lesquelles le phénomène de reproduction sociale est le plus élevé : 85,7 % des présidents agriculteurs, 43,1 % des hommes d’affaires-commerçants-artisans et 30 % des fonctionnaires ont la même activité principale que leur père. À l’inverse, le phénomène de promotion sociale est particulièrement visible pour les présidents exerçant une profession libérale, dont seulement 5 % ont hérité de celle de leurs pères33 : 33 % d’entre eux proviennent d’une famille où le chef de famille était homme d’affaires-commerçant-artisan (dans les secteurs du commerce et des services principalement), 24,5 % où le père était fonctionnaire et 17,6 % agriculteur. Mais le phénomène de promotion sociale ne concerne pas les mêmes catégories professionnelles selon la taille et la localisation géographique des municipalités. Le pourcentage de pères agriculteurs est par exemple plus élevé dans les petites (69 %) et moyennes que dans les grandes municipalités, et dans la muhāfaza de la Béqaa (32 %), suivie de celles du Sud (25 %). Il est en outre supérieur à la moyenne pour les présidents chiites (53 %) et sunnites (45 %) et égale à celle-ci pour les présidents druzes (35,3 %). Celui des pères hommes d’affaires-commerçants-artisans est à l’inverse plus élevé dans les grandes (47 %) que dans les moyennes (41 %) ou petites (32 %) municipalités. Il est plus élevé dans la muhāfaza du Mont-Liban (49 %).

  • 34 66 % des présidents exerçant une profession libérale ont en effet suivi leurs études scolaires dans (...)
  • 35 La réduction du rôle des propriétaires fonciers devrait cependant être relativisée en fonction des (...)
  • 36 Les cadres politiques sont au nombre de 13 dans le Parlement de 1996, soit 10 %, et les politiciens (...)

21Ces premiers résultats indiquent donc que la majorité des présidents de municipalité élus en 1998 appartiennent aux couches moyennes et exercent une activité libérale, notamment dans les secteurs du commerce et des services, mais aussi de plus en plus dans des secteurs exigeant une spécialisation (avocats, médecins, ingénieurs). L’importance croissante des membres de professions libérales, dont la trajectoire sociale est celle d’une promotion par l’éducation, en majorité dans les écoles et universités privées34, est encore plus visible dans la structure des conseils municipaux de 18 grandes villes du pays : 44 % des 311 conseillers municipaux de notre échantillon exercent une profession libérale et 31 % sont hommes d’affaires, commerçants ou artisans ; 21 % ont une activité dans le commerce, 19 % dans les services et 19 % sont médecins. Cette répartition professionnelle des élus municipaux correspond dans une large mesure au renouvellement des élites parlementaires d’après-guerre, surtout celles de 1996. La tendance observée avant la guerre, soit la montée des professions libérales, avocats et hommes d’affaires, au détriment des grandes familles de « l’aristocratie foncière »35, s’est en effet confirmée dans l’après-guerre : les hommes d’affaires occupent la première place au Parlement libanais de 1996 (30 %), suivis par les avocats (17 %) et les médecins (11 %). Mais à la différence du cercle parlementaire, les cadres des partis politiques et les politiciens traditionnels qui se consacrent à plein temps à la politique n’ont pas leur place au niveau de la représentation municipale36, sans doute parce que la fonction municipale est encore trop nouvelle pour être valorisée. Nous pouvons aussi émettre l’hypothèse que les mécanismes de cooptation du personnel politique sont moindres au niveau municipal, ou plus exactement que les cadres partisans et politiques, anciens ou nouveaux, cooptés dans les parlements de l’après-guerre, sont précisément ceux qui « cooptent » à leur tour le personnel municipal élu.

Une professionalisation politique naissante ?

  • 37 Seuls 16,2 % des présidents de municipalité ont exprimé leur désir de se porter candidat aux électi (...)

22La grande majorité des présidents n’ont pas l’intention de se porter candidat aux élections parlementaires et limitent leurs ambitions politiques à l’échelle locale37, indépendamment de leur appartenance à une grande famille ou à un parti politique. Ceux qui souhaitent se porter candidat à la députation sont les plus éduqués : 64 % de ceux qui ont répondu positivement ont une formation universitaire, contre 2 % ayant un niveau d’éducation élémentaire. Ce sont aussi ceux qui exercent une profession libérale ou appartiennent à la catégorie des hommes d’affaires-commerçants (76,3 %). Le statut de président de municipalité n’est donc pas perçu comme un tremplin vers la députation, ce qui paraît normal au vu du non-cumul des mandats stipulé par la loi sur les municipalités, amendée à ce sujet en 1997, et du fait de la nouveauté de l’exercice d’un mandat municipal. S’il se confirmait au terme du premier mandat municipal, ce phénomène pourrait en outre corroborer l’idée d’une division nette entre les charges de la représentation locale et les fonctions parlementaires.

  • 38 Ce taux est supérieur à 40 % pour les présidents des caza-s de Jbayl, Bcharré, Tripoli, Zahlé, Saïd (...)
  • 39 En moyenne générale, les présidents consacrent 31 heures par semaine à l’action municipale. À Beyro (...)

23L’absence d’individus vivant de la politique, à plein temps et de manière quasi exclusive, à la tête des conseils municipaux, est par ailleurs liée à la nature de l’action municipale, encore faiblement rémunérée. Les indemnités compensatoires, prévues par la loi pour les présidents et vice-présidents de municipalité, ne sont versées en effet qu’à 24 % des maires de l’enquête38. Ceci explique en partie la faible disposition des présidents à se consacrer à la fonction municipale, d’autant plus que 7,5 % d’entre eux exercent deux métiers en parallèle. Le temps consacré à l’activité municipale s’élève à 34 heures par semaine lorsque le président touche des indemnités, contre 30 heures dans le cas contraire. Mais il varie surtout en fonction des sources de revenus, du lieu et de la nature de l’activité professionnelle du président, ainsi que de son lieu de résidence : il s’élève en moyenne à 68 heures par semaine lorsque la principale source de revenus du président est l’indemnité municipale et diminue à 30 heures lorsque celui-ci vit essentiellement de ses revenus professionnels39, il est de 33 heures par semaine lorsque le président travaille dans la localité contre 25 heures lorsqu’il travaille à Beyrouth et de 34 heures lorsque le président réside sept jours sur sept dans sa localité, contre 15 heures lorsqu’il n’y réside qu’un seul jour. Les présidents agriculteurs sont les plus nombreux à exercer leur activité dans la localité (86 %), alors que les membres des professions libérales (18 %) sont les moins nombreux.

24D’autres indicateurs, celui des principales sources de revenus et celui de la propriété, pourraient être pertinents pour saisir ce qui permet aux présidents de se consacrer à leur fonction et pour vérifier l’hypothèse selon laquelle la fortune constitue au Liban une ressource essentielle de l’entrée en politique. Si l’activité professionnelle constitue très majoritairement la principale source de revenus des présidents de municipalité (80 %), il convient de noter que les rentes (foncières, immobilières) sont la principale ressource financière de 43 % des agriculteurs, de 32 % des retraités et de 25 % des sans-emploi (la moitié de cette dernière catégorie vit d’abord du revenu d’un des membres de la famille), alors que les revenus professionnels sont l’unique principale source des membres des professions libérales (99,4 %) et dans une moindre mesure des agriculteurs (54 %). L’indicateur « autres sources de revenus » permet de vérifier l’importance des ressources rentières : lorsque d’autres sources de revenus sont déclarées, il s’agit d’abord des rentes (30 %), qui constituent la seconde source de revenus pour 35,8 % des hommes d’affaires-commerçants-artisans et pour 32,1 % des membres des professions libérales. La totalité des rentiers (source principale de revenus) ont en outre des biens sur le territoire municipal et 63,5 % d’entre eux sont aussi propriétaires en dehors de leur localité.

  • 40 C’est ainsi que s’est constituée une classe de propriétaires terriens (iqtā), qui a œuvré à préserv (...)
  • 41 Il convient cependant de noter des disparités dans l’évolution des formes de propriété entre les ré (...)
  • 42 La propriété d’une maison individuelle est un phénomène très répandu au Liban. Les données du quest (...)
  • 43 À l’exception du Chouf et de Aaley, entre 43 et 55 % des présidents des autres caza-s du Mont-Liban (...)

25Les titres de propriété sont un critère important pour connaître l’étendue de la consécration de positions sociales au sein des institutions locales, d’autant plus que la propriété terrienne, depuis la généralisation de la propriété privée dans la deuxième moitié du xixe siècle, a constitué l’une des principales ressources d’accès au pouvoir politique40. De manière générale, les présidents de municipalité élus en 1998 sont massivement des propriétaires, ce qu’il convient de relier aussi à l’étendue de la petite propriété au Liban41. Ainsi, 93,5 % des présidents sont propriétaires dans leur localité, principalement d’une habitation individuelle (86,5 %) et de terres (89,5 %)42. Ce sont les hommes d’affaires (96,3 %), suivis des agriculteurs (94,3 %) et des fonctionnaires (95,7 %) qui se situent au-dessus de la moyenne générale, mais avec des différences : les agriculteurs et les membres des professions libérales sont plutôt propriétaires fonciers (90,9 % et 93 %) tandis que les hommes d’affaires sont détenteurs de propriétés plus diversifiées (89,9 % de terres, 38 % d’immeubles, 23,2 % d’institutions commerciales). Le pourcentage des propriétés immobilières et commerciales sur le territoire municipal s’élève dans le Mont-Liban, particulièrement dans le caza du Matn43 et reste très faible dans la Béqaa dont les présidents, à l’exception de ceux du caza de Zahlé, possèdent en proportion importante des habitations individuelles et des terres. Le pourcentage de propriétés immobilières et commerciales est en outre plus élevé dans les grandes municipalités tandis que celui des propriétés foncières est plus élevé dans les petites et moyennes municipalités. Notons enfin que la propriété apparaît comme une ressource indispensable du soutien des familles à la candidature à un poste municipal : 46 % des propriétaires sur le territoire municipal appartiennent à la plus grande famille de la localité, et 38 % d’entre eux ont été appuyés dans leur candidature par une ligue familiale, contre 12 % des présidents non-propriétaires.

  • 44 Les catégories de propriétés hors de la commune sont réparties de la façon suivante : 60,3 % ont un (...)
  • 45 La distribution de ces propriétés selon leur nature fait apparaître des différences entre communaut (...)

26La forte proportion de présidents propriétaires en dehors de leur localité (61,3 %) tend à corroborer la représentation des propriétaires fonciers dans la sphère politique locale44. Les taux les plus élevés sont enregistrés dans la muhāfaza du Mont-Liban (entre 64 % des présidents du Chouf et 94 % de ceux de Jbayl déclarent une propriété hors de leur localité) et dans les caza-s de Bcharré au Nord (100 %), de Bent Jbayl (88,9 %) et de Saïda (65,2 %) au Sud. Dans le cas de Bent Jbayl, ce pourcentage élevé s’explique par le déplacement des habitants de cette région, qui ont acheté des propriétés dans la capitale. La propriété hors de la localité est aussi relativement plus importante chez les universitaires, qui sont par ailleurs ceux qui ont le moins de propriétés sur le territoire municipal : 65 % ont une maison individuelle et 38 % ont des propriétés commerciales hors de la municipalité. Elle est aussi proportionnellement plus importante chez les présidents exerçant une profession libérale (70 %), dont 68,5 % sont propriétaires de maisons individuelles, 53 % de terres et 44 % d’institutions commerciales hors du territoire municipal, et chez les hommes d’affaires-commerçants (69 %) chez lesquels la propriété terrienne arrive en première place (64 %), suivie d’habitations individuelles (58 %) et d’immeubles (46 %), toujours hors de la localité. En revanche, seuls 35 % des fonctionnaires ont des propriétés en dehors de la localité. Enfin, les présidents maronites (74 %) et druzes (63 %) sont propriétaires hors du cadre municipal au-delà de la moyenne générale (61,3 %)45.

27La trajectoire sociale des présidents de municipalité apparaît donc comme une subtile combinaison entre position sociale héritée (fondée sur la propriété foncière et immobilière) et statuts acquis (éducation et activité professionnelle). Cette analyse resterait cependant incomplète sans resituer ces résultats dans la structure politique du pouvoir au Liban. La question est de savoir dans quelle mesure les appartenances communautaires, familiales, politiques et associatives constituent une ressource d’accès à la présidence d’une municipalité.

RAPPORTS DE REPRESENTATION ET DE DOMINATION : LA FAMILLE, LES PARTIS ET LES ASSOCIATIONS

28La structure multicommunautaire du Liban a des effets à tous les niveaux de la représentation politique, quoique de manière plus visible au niveau de la représentation parlementaire et de la répartition des postes ministériels, qui reposent sur le principe d’une égale répartition entre chrétiens et musulmans et d’une représentation proportionnelle des communautés et des régions. La répartition communautaire des sièges au niveau local n’est pas inscrite dans la loi sur les municipalités. En cas de consensus entre les représentants des communautés, il en ressort des formules où l’équilibre communautaire est respecté (comme ce fut le cas à Beyrouth), ou à l’inverse des conseils municipaux dominés par une communauté (comme ce fut le cas à Tripoli, où les alaouites sont privés de représentation et les chrétiens représentés par un conseiller). En dépit de la composition mixte de l’électorat dans de nombreux villages et villes du Liban, la guerre civile et les déplacements de population qu’elle a entraînés ont conduit à aggraver les inadéquations de la représentation et le divorce entre population inscrite (votante) et résidente. Ce phénomène concerne en particulier les municipalités de la banlieue sud de Beyrouth, certains villages d’exode rural ou de déplacement du Mont-Liban (Chouf, Aaley) et les grandes villes libanaises (Beyrouth, Tripoli, Saïda, Zahlé) quoique de manière disparate. Ce sont précisément dans ces régions qu’il y a le moins eu de compétition électorale, les représentants des communautés ayant été généralement plus enclins, semble-t-il, à chercher un consensus dans la constitution des listes : si la moyenne générale des conseils élus par tazkiya (consensus préalable) s’élève à 17 %, elle est de 33 % dans le caza de Bent Jbayl, de 30 % dans celui de Rachaiya, de 28 % dans le Chouf et de 26 % à Aaley.

  • 46 En l’absence de recensement officiel depuis 1932, la répartition communautaire de la population lib (...)
  • 47 Le nombre des présidents ayant répondu au questionnaire y est par conséquent plus élevé (233 répons (...)
  • 48 À la question, « la majorité des habitants appartiennent à une. deux ou plus de deux communautés ?  (...)

29Officieusement, il est admis aujourd’hui que le nombre des musulmans dépasse celui des chrétiens à l’échelle du Liban46. La majorité des présidents de municipalité (52 %) appartiennent pourtant aux différentes communautés chrétiennes (et en premier lieu à la communauté maronite), ce qui pourrait s’expliquer par le plus grand nombre de municipalités dans la muhāfaza du Mont-Liban47 où le poids des chrétiens est traditionnellement élevé. De même, la représentation des druzes (11 % des présidents) est le fait du nombre important des municipalités dans deux des quatre caza-s où ils ont été élus (le Chouf et Aaley, les deux autres étant Baabda et Rachaiya). Par ailleurs, les présidents sunnites représentent 15 % de l’ensemble des présidents. Il convient cependant de noter que la population sunnite, concentrée dans les grandes villes, est représentée par un président sunnite dans ces grandes municipalités (Beyrouth, Saïda, Tripoli), tandis que les chrétiens sont dispersés dans de nombreuses petites localités. Ainsi, 66 % des présidents de grandes municipalités sont sunnites ou chiites et 60 % des présidents de moyennes municipalités sont sunnites, chiites ou druzes, contre seulement 38 % des présidents des petites municipalités. En corollaire, 41 % des présidents de petites municipalités sont maronites. Dans la mesure où nombre de localités sont en réalité soit mono-communautaires, soit dominées par une communauté48 la représentation communautaire reste insuffisante pour analyser les mécanismes de la représentation locale. D’autres facteurs sont susceptibles d’apporter un éclairage sur les rapports de représentation et de domination entre les organes du gouvernement local d’une part, le pouvoir central et les élites nationales de l’autre.

La famille, pivot de l’accès au pouvoir municipal

  • 49 Par famille, nous entendons la famille étendue, par opposition à la famille nucléaire. La famille c (...)
  • 50 38,9 % des présidents élus en 1998 déclarent avoir affronté un candidat concurrent appartenant à la (...)

30Les relations traditionnelles, et plus particulièrement les relations familiales, régissent toujours les bases de la représentation locale49. Le rôle de l’appartenance à une famille diffère, par sa nature, d’une région à l’autre, sans remettre en cause son existence et son importance. Les familles ont constitué la clé de voûte de la formation des listes électorales en 1998. Cependant, l’affirmation de larges courants politiques et partisans a retiré une part de l’initiative des familles dans la formation des listes. Des candidats d’une même famille sont ainsi apparus sur plusieurs listes50, dans la mesure où les familles se sont divisées et ont apporté leurs voix à des listes partisanes opposées, comme ce fut le cas dans les muhāfaza-s du Sud et de la Béqaa, où les élections ont été marquées par un vif conflit entre Amal et Hizbollah, ou dans certaines régions du Mont-Liban, marquées par des conflits entre leaderships régionaux (au Kesrouane par exemple entre les députés Khazen et el-Bone, au Matn entre le ministre des Affaires municipales Murr et le député Lahoud, dans certaines municipalités de Aaley entre Jumblatt et Arslan).

31Qu’il soit direct ou indirect, le rôle des familles s’est imposé dans l’ensemble des régions libanaises. Il a été particulièrement visible dans les petites et moyennes localités et dans certaines villes comme Baalbek, Zahlé et Zgharta. À l’inverse, il est moindre dans les grandes villes comme Beyrouth, Tripoli ou Saïda, du fait de la primauté de diverses considérations politiques qui diffèrent peu de celles des élections parlementaires, le découpage des circonscriptions électorales étant le même au niveau législatif en 1996 et municipal dans le cas de Beyrouth, ou les circonscriptions électorales municipales étant vastes dans le cas de Tripoli ou de Saïda.

  • 51 Le lien de parenté était du premier degré pour 41,9 %, du deuxième degré pour 36,7 % et éloigné pou (...)
  • 52 Plus précisément, en retenant le secteur d’activité professionnelle du président, 50 % des entrepre (...)

32Le phénomène d’hérédité politique au niveau municipal apparaît à première vue peu important puisque 38,2 % des présidents (229) déclarent qu’un membre de leur famille a siégé auparavant dans un conseil municipal51. La continuité familiale est pourtant plus affirmée dans les caza-s de Zahlé (53,8 %), du Matn, de Aaley, de Baabda et de Bcharré (50 %) et pratiquement inexistante dans ceux de Jbayl (94,4 % des présidents n’ont aucun membre de leur famille ayant occupé un siège municipal), de Batroun (88,2 %), de Bent Jbayl et de Tyr (77,8 %). Par ailleurs, l’héritage d’une fonction municipale d’un membre de la famille est proportionnellement plus élevé chez les présidents druzes (43 %), suivis des sunnites (40 %), alors que ce taux est égal à la moyenne pour l’ensemble des communautés chrétiennes (38 %), mais descend à 32 % chez les présidents chiites. Cet héritage est aussi lié à la profession des présidents puisque 43 % des élus agriculteurs avaient un membre de leur famille dans le conseil, contre 39 % des hommes d’affaires et 35 % des fonctionnaires52. Mais l’important ici est de retenir que 20 % de l’ensemble des présidents de municipalité ont hérité de la fonction de maire de l’un des membres de leur famille : ce phénomène est plus affirmé dans les petites et moyennes localités, ainsi que dans les caza-s de Tripoli, Batroun, Danniyeh, Koura et Kesrouane. Il est d’autant plus fort que les présidents appartiennent à une grande famille de la localité : 82 % de ceux qui ont hérité d’une charge municipale appartiennent à la plus grande ou à l’une des cinq plus grandes familles de la localité.

  • 53 La définition d’une « grande famille » repose sur le critère du nombre de voix que celle-ci est cap (...)

33En moyenne, la majorité des présidents élus appartiennent aux plus grandes familles de leur localité, soit la plus grande (44,7 %), soit l’une des cinq plus grandes (34,2 %)53 (tableau 62, annexe générale 3). Le poids de l’appartenance familiale décroît cependant dans les grandes municipalités, puisque 46,6 % de leurs présidents appartiennent à des familles petites ou moyennes, contre respectivement 25,6 % et 21,2 % des présidents des moyennes et petites municipalités. Il est aussi lié à la profession, et ce sont les fonctionnaires (63 %), suivis des agriculteurs (57 %) qui appartiennent le plus à la plus grande famille de la localité. Par ailleurs, 45,8 % des présidents appartiennent à une famille politiquement active, non seulement au niveau municipal (26,9 %) mais surtout régional (37,8 %) et national (47,3 %). Ce taux s’élève à 55,4 % pour les présidents des localités moyennes et diminue à 40 % pour ceux des grandes villes.

34Lorsqu’on observe l’appartenance confessionnelle des présidents, il apparaît que les grecs-orthodoxes se distinguent nettement de l’ensemble des autres communautés : seulement 24 % d’entre eux appartiennent en effet à la plus grande famille de la localité, 20 % sont membres d’une petite famille et 27 % déclarent appartenir à une famille active sur la scène politique. À l’inverse, la famille constitue le pilier essentiel de la structure socio-politique dans les communautés druze et grecque-catholique : 63 % des présidents druzes et 56 % des catholiques appartiennent à la plus grande famille, ce qui n’est pas sans relation avec l’importance de la propriété terrienne dans les villages et régions agricoles où ont été élus ces présidents : les catholiques sont dispersés dans les villages à l’est de Saïda et dans les caza-s du Chouf, de Aaley, du Matn, de Baalbek et de Zahlé tandis que les druzes se concentrent dans 4 caza-s agricoles. Pour ces derniers, il est important de constater que l’appartenance familiale est si fondamentale qu’elle tend à minimiser l’influence du Parti socialiste progressiste dans le soutien de la candidature des présidents druzes (cf. infra), dont 11,8 % déclarent avoir été soutenus par un parti politique (soit un taux légèrement inférieur à la moyenne, ce qui rend peu compte de la domination de ce parti dans les caza-s du Chouf et de Aaley).

35Le rôle de la famille apparaît à travers les ligues familiales qui ont parrainé la candidature des élus (36,2 %), devançant les partis politiques (12 %) et les habitants de la localité (10,6 %). Les ligues familiales ont d’autant plus soutenu les candidatures des présidents élus que ceux-ci appartiennent à la plus grande famille de la localité (42 %, contre 36 % pour ceux appartenant à l’une des cinq grandes familles et seulement 21 % pour les membres de petites familles). Notons par ailleurs que les motifs familiaux pour se porter candidat sont plus fréquemment invoqués par les présidents appartenant à la plus grande famille de la commune, puis chez ceux qui appartiennent à l’une des cinq plus grandes familles. Le taux de candidats appuyés par une ligue familiale est en outre plus élevé dans les régions rurales comme dans les caza-s de Danniyeh (72,2 %) et de Zgharta (66,7 %) au Nord, de Baalbek (52,4 %) et de la Béqaa-ouest (45 %) dans la Béqaa, du Kesrouane (54,2 %) et de Aaley (43,5 %) au Mont-Liban et enfin dans le caza de Saïda au Sud. Il diminue dans les caza-s de Nabatiyeh (12,9 %), de Bent Jbayl et de Tyr (22,2 %), où le parrainage des partis politiques a été fort.

36La relation entre la taille de la famille et la présence de candidats concurrents d’une même famille tend cependant à relativiser l’importance des familles. Ainsi, 53 % des présidents élus qui appartiennent à la plus grande famille ont affronté un candidat de cette même famille lors des élections, contre seulement 15 % des présidents membres d’une petite famille. Alors qu’elle apparaît comme le pilier de l’accès au conseil municipal, la division de la grande famille nous indique que l’appartenance familiale n’est pas l’unique ressource pour investir la fonction de maire. Déjà, la candidature rivale d’un membre de la même famille a été moins fréquente pour les présidents appartenant à certaines catégories professionnelles (hommes d’affaires-commerçants-artisans) qu’à d’autres (agriculteurs, sans-emplois ou professions libérales). En plus, on constate une complémentarité entre l’importance de la famille et le niveau d’éducation des élus : la majorité des présidents ayant le niveau universitaire appartiennent à la plus grande ou à l’une des cinq plus grandes familles de la localité et 51 % des présidents titulaires d’un doctorat appartiennent à la plus grande famille de la commune. Les grandes familles semblent donc avoir choisi pour les représenter les plus éduqués de leurs fils. Si 64 % des 47 présidents dont la candidature a été appuyée par un leader politique, 56 % des 70 soutenus par un parti politique et 48 % des 211 soutenus par une ligue familiale sont universitaires, il convient de noter aussi que les ligues familiales ont soutenu la candidature de 43 % de ceux titulaires d’un doctorat.

37À cet idéal-type, celui de la représentation basée sur l’appartenance familiale, très influent notamment dans les petites et moyennes localités, s’oppose un autre idéal-type, celui de la représentation basée sur l’implication dans les affaires publiques à travers l’appartenance à des partis et associations diverses. Il conviendrait cependant de nuancer cette opposition en considérant les interférences, au niveau des motivations de candidature et des acteurs qui ont appuyé ces candidatures, entre des considérations familiales, politiques et personnelles. 87 % des présidents de municipalité ont été candidats et ont été élus sur des listes complètes, ce qui indique la présence de coalitions et d’alliances à caractère politique, à la fois représentatives des familles locales et soutenues par des partis politiques et/ou des leaders dans chaque région.

Marginalisation des ressources partisanes et associatives

38Si le Liban se distingue par un système partisan pluraliste, marqué par la structure confessionnelle et régionale de la plupart des organisations partisanes, les partis n’ont joué et continuent à ne jouer qu’un rôle limité dans le système politique. Le taux de représentation des partis dans les législatures n’a en effet jamais dépassé 30 %, ni avant ni après la guerre civile, et ce en raison de l’hégémonie des leaderships régionaux dans le système électoral et de la structure sociale libanaise. Les partis ont pourtant pu être utilisés comme un moyen d’accès à des postes politiques, comme le montrent l’expérience des partis chrétiens avant la guerre (Kataëb, Parti national libéral (PNL), Bloc national), celle des partis chiites après la guerre (Hizbollah et Amal) ou la pérennité du rôle du Parti socialiste progressiste (PSP) d’une période à l’autre - marqué par l’ambiguïté du leadership de Kamal puis Walid Jumblatt sur ce parti. Visible au niveau des élections parlementaires, la valorisation du capital partisan serait a priori moindre au niveau local, en raison de l’enchevêtrement de la représentation partisane avec celle de la structure familiale.

39Le rôle du parti et du leader politiques dans la candidature des présidents de municipalité est en effet secondaire, puisque respectivement 12 % et 8 % des présidents affirment avoir été soutenus par un parti ou un leader politiques. Il est plus affirmé dans les grandes municipalités : 66,6 % d’entre eux ont reçu l’appui d’un leader et/ou d’un parti politiques, contre respectivement 30 % et 14,2 % des présidents des moyennes et petites localités. Le taux de présidents dont la candidature a été soutenue par un parti politique est le plus élevé au Sud : il atteint 58 % à Nabatiyeh, 55,6 % à Tyr et 44,4 % à Bent Jbayl. Il est le plus bas au Mont-Liban, avec des disparités importantes entre les caza-s du Kesrouane et de Jbayl (0 %) et ceux de Aaley (8,7 %), du Chouf (11,5 %) et du Matn (16,7 %) ; il est faible au Liban-Nord, à l’exception du caza du Koura (14,3 %). Ces données reflètent la nature des divisions et des conflits politiques au Sud entre Amal et Hizbollah, la présence forte de certains partis (PSP et partis arméniens) au Mont-Liban, ainsi que celle d’autres partis dans nombre de régions libanaises, mais dont l’influence reste faible dans la plupart des localités (Parti communiste et Parti social nationaliste syrien).

  • 54 Comme indice de la réserve ou du manque de crédibilité des présidents élus au sujet de leur allégea (...)
  • 55 Ces 58,8 %, c’est-à-dire 40 présidents, répartissent leur allégeance politique entre le PSP (50 %), (...)
  • 56 Les autres présidents chiites déclarent leur allégeance à la Résistance (6 %), à N. Berri (6 %), à (...)
  • 57 Pour une analyse plus détaillée de la présence partisane dans les conseils municipaux, se reporter (...)
  • 58 Sur 22 présidents sympathisants du Hizbollah, 15 ont un diplôme universitaire, de même que 15 des 2 (...)

40L’importance du nombre de ceux qui nient tout soutien à leur candidature (40 %), tout comme le nombre élevé de présidents déclarant n’être sympathisant d’aucun parti ni courant ni leader politiques (68 %) indique le caractère sensible des questions relatives à l’appartenance politique et partisane des présidents de municipalité54. Il convient donc de garder à l’esprit que ces chiffres ne reflètent que très partiellement la réalité, et que le nombre des présidents proches d’un parti ou d’un leader politiques est en réalité plus élevé. Les présidents druzes sont les plus nombreux à admettre qu’ils sont sympathisants d’un parti ou d’un leader politiques (58,8 %)55, suivis des chiites (44,2 %) qui répartissent leur allégeance entre Hizbollah (38 %) et Amal (20 %)56 et des sunnites (31,8 %). Les présidents chrétiens sont plus réservés sur leur affiliation partisane, puisque 22,2 % des grecs-catholiques et 15,2 % des grecs-orthodoxes déclarent soutenir un parti ou leader politiques (mais 60 % d’entre eux environ ne dévoilent pas leur identité) ; 8,2 % des maronites (47 présidents) déclarent leur soutien, d’abord au Bloc national (15 %) puis au leader du nord Sleiman Frangié (12,8 %), au président de la République Émile Lahoud (8 %) et au parti Kataëb (8 %). Ces données indiquent la forte capacité de mobilisation et d’organisation interne (voire de discipline) des partis chiites (Amal, Hizbollah) et druze (PSP), en contraste avec la faible influence des partis et des leaderships chrétiens dans le Liban d’après-Taëf, comme cela a été montré dans l’analyse des élites parlementaires des années 199057. Notons que les présidents sympathisants d’un parti politique ont en général un niveau d’éducation supérieur, ce qui est particulièrement marqué pour les sympathisants du Hizbollah et du PSP dont 68 % ont une formation universitaire58.

41Ces données sont par ailleurs corroborées par la corrélation entre le soutien de candidature par un parti politique et la répartition communautaire : seuls 3,8 % des présidents de municipalité maronites disent avoir été soutenus par un parti politique, contre 36,7 % des présidents chiites. L’âge apparaît aussi comme une variable déterminante dans l’affirmation d’une allégeance à un parti ou un leader politique : la moyenne d’âge des présidents sympathisants d’un parti, d’un courant ou d’un leader politiques est de 48 ans, contre 53,5 ans pour les non sympathisants. La moyenne d’âge baisse également à 43,5 ans chez les présidents pour lesquels le facteur politique a été une motivation principale de candidature. Quant à la corrélation entre activité professionnelle et sympathisant d’un parti ou d’un leader politiques, 47,8 % des présidents agriculteurs déclarent leur sympathie à un parti, suivis des fonctionnaires (47,8 %), des professions libérales (30,8 %), de la catégorie hommes d’affaires-commerçants-artisans (30,1 %) et des retraités (21,1 %).

42Enfin, les corrélations entre appartenances partisanes et familiales viennent confirmer la loi du plus fort, à savoir la famille et le leader politique au détriment des structures partisanes. Ainsi, 50 % des 188 présidents déclarant être sympathisants d’un parti ou leader politiques appartiennent à la plus grande famille de la localité, 33 % d’entre eux à l’une des 5 plus grandes familles de la localité et seulement 10 % à une petite famille. En règle générale, les partis politiques ont choisi de soutenir la candidature de leurs partisans appartenant aux grandes familles : parmi les 22 présidents sympathisants du PSP, 18 sont membres de la plus grande famille de leur localité ; parmi les 22 élus proches du Hizbollah, 13 appartiennent à la plus grande famille et 7 à l’une des 5 plus grandes, et les mêmes tendances se dessinent pour les sympathisants du mouvement Amal, du PSNS et du leader W. Jumblatt. Preuve supplémentaire de la faiblesse des partis à imposer leurs candidats, 47 % des élus dont la candidature a été appuyée par un parti ont affronté un candidat concurrent de la même famille, contre 36 % de ceux dont la candidature a été appuyée par une ligue familiale et 30 % par un leader politique.

  • 59 Se reporter aux tableaux 46 et 47, annexe générale 3. En cumulant les appartenances à une, deux et (...)
  • 60 Ce constat ne saurait surprendre dans la mesure où l’adhésion à ces ordres professionnels est oblig (...)

43Si affirmer sa proximité à un parti ou un leader politique reste une question sensible, l’appartenance à une association apparaît moins problématique. Mais les associations civiles et professionnelles n’ont pas a priori vocation à jouer un rôle politique au niveau local et ont participé de manière limitée aux coalitions. 321 présidents déclarent être membres d’au moins une association, dont 41 seulement d’une association politique ou partisane, et 122 d’au moins deux associations59. Au sein de ces associations, 46,4 % des présidents de municipalité occupent une position de simple membre, mais la majorité y occupe une fonction de direction (30,9 % sont des membres du comité administratif et 22,7 % sont présidents de l’association). L’appartenance associative, relativement ancienne puisqu’ils ont adhéré en 1980 en moyenne générale, constitue une ressource d’entrée dans la politique municipale pour les plus jeunes (la moyenne d’âge des présidents membres d’une association est de 50 ans contre 53 ans pour ceux qui n’appartiennent à aucune association) et surtout les plus éduqués : la plupart des présidents universitaires sont membres d’une association (environ 68 % des licenciés et 8 % des docteurs). On constate que ces universitaires sont nombreux à appartenir aux divers syndicats et ordres de professions libérales, tels que l’Ordre des avocats, celui des ingénieurs et architectes, celui des médecins ou les Syndicats des experts-comptables, en étroite corrélation avec leur détention d’un diplôme spécialisé dans ces filières60. Ce sont aussi ceux qui ont le plus haut niveau d’éducation qui occupent une fonction de direction au sein de leur association : 55 % des présidents d’association et 60 % des membres du comité administratif ont le niveau universitaire. Ces présidents d’associations sont principalement des hommes d’affaires-commerçants (39 %) ou exercent une profession libérale (33 %). De manière plus générale, 68 % des adhérents aux associations ont un niveau d’éducation universitaire. Cette relation est particulièrement visible pour les membres de partis politiques puisque 59 % d’entre eux sont de niveau universitaire.

  • 61 C’est aussi dans cette région que la date d’adhésion à une association est la plus ancienne (1979), (...)

44Enfin, les maires membres d’une association se concentrent dans la muhāfaza du Mont-Liban (48 %)61 et sont proportionnellement plus nombreux dans les grandes villes (73 %) que dans les petites (53 %). Les présidents des grandes villes adhèrent en plus grand nombre à des associations de bienfaisance (30 %) et des associations sportives ou socio-culturelles (30 %), puis à des organisations syndicales (15 %) et politiques (15 %). Ceux des moyennes et petites localités adhèrent à part égale aux associations sportives et socio-culturelles (37 %) et aux organisations syndicales (31 %), et très peu à des organisations politiques (11,7 % des présidents des petites localités). Il convient de mentionner que les associations socio-culturelles, particulièrement nombreuses dans les villages libanais, y sont souvent le lieu d’une activité politique et partisane.

Représentation institutionnelle, représentation en exercice

45La pratique du pouvoir municipal reste trop brève pour être analysée en profondeur. Il reste pourtant intéressant de connaître les rapports que les présidents entretiennent avec leurs administrés, avec les représentants du pouvoir central, ainsi qu’avec les leaders politiques de leur région ou les cadres associatifs et partisans. De manière générale, le gouvernement local souffre au Liban de la faiblesse de la structure institutionnelle, de la domination des organes de contrôle et de tutelle, et des obstacles administratifs qui entravent l’action municipale. La question de savoir dans quelle mesure les politiques du conseil municipal reflètent les demandes et les besoins des habitants reste en outre problématique du fait de l’absence de cadres de coordination avec les organisations de la société civile, et de la faiblesse d’une culture et d’une pratique démocratiques au sein même des conseils municipaux d’une part, et dans les relations entre les conseils municipaux et les habitants de l’autre.

46Étant donné le grand nombre de petites localités, les relations des présidents avec les habitants sont directes et plutôt personnelles : 79,2 % des présidents de municipalité s’informent des problèmes et des demandes des habitants en visitant les habitants à leurs domiciles, 73 % en recevant des délégations à la mairie, et 32,7 % à travers des réunions générales dans la localité (tableau 105, annexe générale 3). 80 % des présidents déclarent en outre s’informer de l’avis de la population avant de prendre les décisions et cela par divers moyens : en visitant les grandes familles (36 %), en recevant les suggestions des habitants (29,5 %) ou en organisant des réunions générales (22,3 %), indépendamment de l’appartenance des présidents à une association, un parti ou une grande famille (tableau 106, annexe générale 3). Leur pratique du pouvoir municipal est liée à leur proximité de la population de la localité : 62 % des présidents se trouvent dans leur localité toute la semaine et 7 % y passent au moins 4 jours.

47Pour gérer les affaires municipales, le conseil municipal reçoit le plus grand soutien du député de la région (23,7 %), des ministères (21,5 %), et enfin des comités d habitants (18,7 %). Et il recourt plus facilement, pour régler un problème, aux fonctionnaires territoriaux de l’État (caïmacam et muhāfiz) qu’aux députés ou à des personnalités politiques (tableaux 108 et 109, annexe générale 3). Le personnel municipal élu entretient donc des relations privilégiées avec les élites nationales et les représentants de l’État, plus qu’avec les administrés. Les réponses des présidents confirment d’une part la nature hégémonique du contrôle administratif exercé en particulier par les caïmacam-s et les muhāfiz.-s, et de l’autre pointent le manque de compréhension de la nature de l’action municipale locale et l’assujettissement des présidents à l’égard du pouvoir central et des leaders politiques. Dans l’ensemble, les présidents évaluent positivement leurs relations avec les représentants de l’État (caïmacam-muhāfiz-ministres des Affaires municipales et de l’Intérieur), en déclarant à la quasi-unanimité l’absence de conflit et de divergence (tableau 110, annexe générale 3). Ces réponses sont pourtant contredites non seulement par la réalité quotidienne des municipalités, mais aussi par les réponses des présidents concernant les principaux obstacles auxquels ils font face dans leur gestion des affaires municipales, qui sont par ordre décroissant d’importance : le manque de ressources financières, la routine ou paralysie de l’administration publique, le manque de ressources administratives et les relations avec le pouvoir central (tableau 87, annexe générale 3).

  • 62 Voir les tableaux 111 et 112, annexe générale 3. Ce sont les mêmes priorités que se donnent les pré (...)

48De fait, le rôle des conseils municipaux se limite, un an et demi après leur élection, à réaliser des projets d’infrastructure, à traiter les problèmes d’environnement et à améliorer les services sociaux dans leur localité62. Les projets de développement économique constituent la dernière des priorités des conseils municipaux, soit à cause du manque de ressources financières et humaines, soit dû au fait que ces politiques sont prises en charge par des organes de l’administration centrale.

CONCLUSION

49Cette étude quantitative devrait être pondérée par une analyse qualitative d’un échantillon représentatif de présidents de municipalité, à l’aide d’entretiens, ce qui permettrait d’approfondir les trajectoires des élus. De ces données statistiques, il est difficile d’apporter des conclusions générales et tranchées, d’autant plus que la situation des municipalités est diverse en termes de localisation géographique (rural/urbain), de ressources, de taille, de formes de propriété foncière, de structures familiales et politiques.

50Dans beaucoup de villes et encore plus dans les villages, il est possible de discerner une division du travail et de la représentation politique entre les élites politiques nationales (ministres, députés et leaders politiques), dont le centre d’intérêt se limite à la représentation nationale - bien qu’elle soit ambiguë dans ses formes communautaires et régionales - et entre les représentants des familles politiques locales. Les « élites » locales soit représentent les catégories sociales issues de la classe moyenne, soit expriment la continuité de la classe de propriétaires fonciers ou des notables locaux, même si le rôle de ces derniers est en régression. Elles jouent leur rôle de représentation locale, quand bien même les leaders politiques participent, interviennent et organisent tout ce qui s’y rapporte.

51La compétition politique et partisane a dominé les élections municipales dans la mesure où elles sont apparues à de nombreuses forces politiques comme une occasion d’affirmer leur présence au niveau local, d’autant plus qu’elles avaient lieu après une longue parenthèse et que les élections législatives d’après-Taëf ont été marquées par nombre d’ambiguïtés. Cependant, l’ensemble de ces forces politiques s’est appuyé sur la représentation familiale et a tenté de l’utiliser pour s’assurer l’accès aux conseils municipaux. Lorsque cette stratégie a échoué, la contradiction apparaît clairement entre le politique et le « communautaire » (ahlī), le communautaire l’emportant en général sur le politique, comme ce fut le cas dans la ville de Baalbek (où le Hizbollah n’est pas parvenu à composer avec les familles) et dans certaines municipalités du Kesrouane et du Matn. De même peut-on interpréter l’impuissance de la mouvance aouniste à traduire sa présence politique dans l’espace municipal. La structure familiale joue donc toujours un rôle important en de nombreux lieux, même si son influence directe diminue dans les plus grandes villes à cause de l’étendue du territoire municipal et de la nature de la société urbaine, comme c’est le cas de Beyrouth, Tripoli ou Saïda.

52Enfin, le gouvernement local au Liban, et plus spécifiquement les municipalités ont un rôle de représentation triangulaire. Au-delà de la représentation institutionnelle et de la représentation en exercice, la représentation sociale reflète la structure socio-économique et démographique locale. La persistance d’une logique de participation basée sur les registres d’état civil (lieu d’inscription) et non pas sur le lieu de résidence peut aboutir à des formations aberrantes de conseils municipaux dont les membres n’habitent pas dans la localité et représentent des habitants qui n’ont pas le droit de les élire. Ce phénomène est important dans les banlieues de la capitale et dans certaines localités de déplacés et d’émigration. Mais le plus grand paradoxe réside dans la dualité des critères de la représentation, qui combinent haut niveau d’instruction, jeune âge et professions libérales avec représentation familiale et notabiliaire. De cette situation pourrait résulter, selon les cas, l’émergence de tensions dans le travail municipal au quotidien, pris entre des représentations modernisatrices et des intérêts traditionnels, fonciers en particulier.

53Traduit de l’arabe par Zeina al-Kanj

Tableau 1 - Caractéristiques des présidents de municipalité en 1966.

Tableau 1 - Caractéristiques des présidents de municipalité en 1966.

Source : ministère du Plan, L’Administration locale municipale au Liban, 1967.

Tableau 2 - Caractéristiques des présidents de municipalité élus en 1998.

Tableau 2 - Caractéristiques des présidents de municipalité élus en 1998.

Source : enquête SOFRES-CERMOC, 1999.

  • i Ont été regroupées dans le traitement des données du questionnaire les muhāfaza-s de Nabatiyeh et d (...)

Note*i

Tableau 3 - Autres caractéristiques des 600 présidents de municipalité élus en 1998.

Tableau 3 - Autres caractéristiques des 600 présidents de municipalité élus en 1998.

Source : enquête sofres-cermoc, 1999.

Tableau 4 - Répartition confessionnelle des présidents de municipalité élus en 1998.

Tableau 4 - Répartition confessionnelle des présidents de municipalité élus en 1998.

Source : enquête sofres-cermoc, 1999.

Tableau 5 - Caractéristiques sociales de 311 conseillers municipaux élus en 1998.

Tableau 5 - Caractéristiques sociales de 311 conseillers municipaux élus en 1998.

Source : enquête sofres-cermoc, 1999.

Tableau 6 - Répartition professionnelle de 600 présidents de municipalité élus en 1998 selon les muhāfaza-s (profession principale).

Tableau 6 - Répartition professionnelle de 600 présidents de municipalité élus en 1998 selon les muhāfaza-s (profession principale).

Source : enquête sofres-cermoc, 1999.

© Archives du Nahār, 1998.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baaklini A., 1976, Legislative and Political Development : Lebanon 1842-1972, Duke University Press, Durham.

Baalbaki A. & Mahfouz F., 1985, Al-Qiā’ al-zirā’īfī Lubnān : Abraz al taġayvurāt ilāl al-arb al-ahliyya [Le secteur agricole au Liban : les changements les plus saillants pendant la guerre civile], Dār al-Fārābī, Beyrouth.

Bahout J., 1998, « Mašhad ba‘d al-ma‘raka : al- ṯawābit, al-nuḫab al-ğedīda, al-nuḫab al-badīla » [« Paysage après la bataille : les constantes, les nouvelles élites, les élites alternatives »], in Collectif, Al-lntiābāt al-niyābiyya 1996 [Les élections législatives de 1996], Lebanese Center for Policy Studies (LCPS), Beyrouth.

Bahout J., 1997, « Les élites parlementaires libanaises de 1996. Étude de composition », in J. Bahout & C. Douayhi, La vie publique au Liban. Expressions et recompositions du politique, Les Cahiers du CERMOC n° 18, Beyrouth.

Baldersheim H. et al. (dir.), 1996. Local Democracy and the Process of Transformation in East Central Europe, Westview Press, Boulder Colorado.

Chevallier D., 1971, La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Geuthner, Paris (traduit en arabe, 1994).

Dekmejian R. H., 1975, Patterns of Political Leadership : Egypt, Israël and Lebanon, State University of New York Press, New York.

Domhoff G. W., 1967, Who Rules America, Prentice Hall, Englewood Cliffs.

Hamdane K., 1998, Al-Azma al-lubnāniyya : al-awā if al-dīniyya, al-abaqāt al-iğtimā ‘iyya wa-l-huwiyya al-waaniyya [La crise libanaise : communautés religieuses, classes sociales et identité nationale], Dār al-Fārābī, Beyrouth.

Hanna A., 1978, Al-Qaaya al-zirā’iyya wa-l-haraka al-fallāiyya fi Sūriyyā wa Lubnān (1920-1945) [La question agricole et le mouvement paysan en Syrie et au Liban (1920-1945)], Dār al-Fārābī, Beyrouth.

Harik I., 1972, Man yahkum Lubnīn [Qui gouverne le Liban ?], Dar al Nahīr, Beyrouth.

Khazen F. & Salem P. (dir.), 1993, Al-lntiābāt al ūlā fî Lubnān mā ba ‘d al-arb [Les premières élec-tions législatives au Liban après la guerre], Dār al-Nahār, Beyrouth.

Krayyem H., 1999, « Lecture de la signification des résultats des élections municipales : la représentation, la participation et le rôle des forces sociales et politiques », in Collectif, Al-lntiābāt al-baladiyya fi Lubnān 1998 [Les élections municipales au Liban, 1998], LCPS, Beyrouth, p. 587-606.

Lenczowski G. (dir.), 1975, Political Elites in the Middle East, American Entreprise Institute for Public Policy Research, Washington D.C.

Mills C. W., 1956, The Power Elite, Oxford University Press, New York.

Ministère du Plan, 1967, Al-Idara al-maalliyya al-baladiyya [L’administration locale municipale au Liban], Beyrouth.

Pareto V. 1966, Sociological Writings, Praeger, New York.

Teune H., 1995, « Local Governance around the World », The Annals of the American Academy of Political and Social Sciences vol. 540, juillet 1995.

Traboulsi F., 1997, « Al-Takawwun al- ṭabaqī lil-sulṭa al-siyāsiyya ba‘d al- ḥarb » [« La structure sociale du pouvoir politique après la guerre »], Ab‘ād n° 6, p. 79-92.

Notes

1 Se reporter aux écrits de V. Pareto (Pareto, 1966), de C. Wright Mills (Mills, 1956) et de G. William Domhoff (Domhoff, 1967).

2 Voir la série d’articles et d’études sur les élites locales en Europe de l’Est, en Turquie, en Espagne et en Biélorussie dans Teune, 1995 et Baldersheim et al. (dir.), 1996.

3 De 1960 à 1972, la division des circonscriptions électorales pour les législatives s’est effectuée sur la base des caza-s, ce qui a encouragé l’émergence de leaders locaux dont le rôle fut important surtout au niveau du caza. En 1996, les élections ont eu lieu au niveau de la muhāfaza, à l’exception du Mont-Liban. Dans ce cas, la composante locale s’affaiblit au profit de forces politiques plus variées et de forces extérieures régionales, notamment dans la composition des listes de candidats, imposant des coalitions qui peuvent inclure des représentants de familles politiques ayant une autorité locale mais dépourvus de tout pouvoir de décision.

4 Consulter l’article de A. Offerdel, Das Hanspach, A. Kowalczyck et J. Patocka, « Elites and Parties », in Baldersheim et al. (dir.), 1996.

5 Deux questionnaires sofres-cermoc ont été effectués en 1999 : le premier englobe l’ensemble des présidents de municipalité ; le deuxième a été adressé aux conseillers municipaux de 18 municipalités parmi les plus grandes. Les résultats du questionnaire n° 2 seront exploités partiellement dans cette étude, dans la mesure où ils tendent à corroborer les résultats obtenus concernant les présidents de municipalité. Cet échantillon de conseillers municipaux (voir la liste en introduction générale et, pour les résultats complets des questionnaires n° 1 et n° 2, se reporter à l’annexe générale 3) n’est cependant pas représentatif de l’ensemble des membres des municipalités. La formation des élites locales dans ces grandes villes serait identique pour les présidents et les membres du conseil.

6 Pour plus d’informations concernant les résultats des élections municipales, voir les conclusions de notre étude (Krayyem, 1999).

7 Ce que l’on a conventionnellement appelé « la féodalité politique », à cause de la continuité du leadership politico-familial et de la primauté de sa composante politique sur l’économique.

8 On pourra se reporter aux études de I. Harik (1972), A. Baaklini (1976) et R. H. Dekmejian (1975), en particulier le chapitre 2 « Political Elites in a Sectarian Democracy : Lebanon », p. 11-101.

9 En ce qui concerne la répartition professionnelle des députés avant la guerre civile voir l’article d’I. Harik « Political Elite of Lebanon », in Lenczowski, 1975, p. 201-220.

10 Pour la période d’après-guerre et les élections de 1992, voir Khazen & Salem (dir.), 1993 ; pour les élections de 1996, voir Bahout, 1998, p. 323-341, et en langue française Bahout, 1997, p. 17-34. Voir aussi Traboulsi, 1997, p. 79-92.

11 Ces données sont le résultat d’une enquête effectuée en 1966 et publiée en 1967 par le ministère du Plan sous le titre L’administration locale municipale au Liban. L’enquête a porté sur un échantillon de 400 municipalités (sur un total de 607) et le questionnaire a été adressé à 366 présidents. La comparaison en termes d’âge, de lieu de résidence et de niveau d’éducation des présidents élus en 1963 (Tableau 1) et 1998 (Tableau 2) ne se veut donc qu’indicative

12 Nous avons classé les municipalités selon leur taille en fonction du nombre légal de conseillers municipaux (défini par la loi proportionnellement au nombre d’habitants inscrits dans la localité) : les petites municipalités (de 9 à 12 membres) sont au nombre de 417 (69,5 %) ; les moyennes municipalités (de 15 à 18 membres) sont au nombre de 168 (28 %) ; les grandes municipalités (de 21 à 24 membres) sont au nombre de 15 (2,5 %).

13 Seule une femme a répondu au questionnaire SOFRES-CERMOC (Tableau 3).

14 En ce qui concerne l’āge des conseillers municipaux, les pourcentages étaient les suivants : 35 % avaient moins de 40 ans, 57 % avaient entre 40 et 60 ans et 8 % avaient plus de 60 ans. Concernant leurs années de service, 74 % n’avaient pas plus de trois ans de service, 18 % avaient entre trois et dix ans de service et 8 % avaient plus de dix ans de service (Ministère du Plan, 1967).

15 6 présidents n’ont pas répondu à la question de l’âge. Les 17 présidents non élus en 1998 (de la région du Liban Sud), qui ont tous plus de 70 ans, se répartissent selon la confession comme suit : un sunnite, 2 grecs-catholiques, 2 grecs-orthodoxes, 4 chiites et 8 maronites, ce qui n’invalide pas le constat général émis plus haut.

16 Dans le Parlement de 1996, 85 % des députés ont en effet suivi des études universitaires (Bahout, 1997).

17 La même étude mentionne que parmi 2 780 conseillers municipaux interrogés, 74 % savaient juste lire et écrire, 16 % avaient le niveau primaire ou complémentaire, 6 % avaient le niveau secondaire et seulement 4 % avaient un niveau universitaire.

18 Il convient de préciser que la variable « niveau d’éducation » peut correspondre ici au diplôme effectivement obtenu ou au suivi d’études sans obtention de diplôme. La question posée était en effet suffisamment ouverte pour amoindrir le taux de non-réponse : « quel niveau d’études avez-vous atteint ou quel diplôme avez-vous obtenu ? ».

19 Le taux de ceux qui savent seulement lire et écrire ou qui sont analphabètes pourrait être plus élevé dans la réalité. La loi sur les municipalités au Liban exige que le président de la municipalité sache lire et écrire, et un débat précédant les élections a porté sur le niveau d’éducation exigé des conseillers municipaux, ce qui pourrait expliquer le faible taux d’analphabètes dans les réponses des maires.

20 C’est d’ailleurs le cas de l’ensemble des conseillers municipaux des 18 grandes villes couvertes par le questionnaire n° 2 : dans ces villes, 80 % des conseillers municipaux ont un niveau d’éducation supérieur (tableau 13, annexe générale 3).

21 Le nombre de diplômés de l’enseignement technique est de 38 présidents, dont 29 ont été formés dans un institut technique et les autres à l’université. Sauf mention contraire, les corrélations suivantes relatives au niveau d’éducation supérieur prennent en compte les diplômés du technique, soit au total 329 présidents.

22 Les autres communautés sont représentées par 60 présidents ou moins. Sur la répartition confessionnelle des présidents, voir Tableaux 3 et 4 et infra.

23 Le pourcentage est ici supérieur à 100, certains présidents ayant donné plus d’une réponse à la question « avez-vous effectué la majorité de vos études pré-universitaires dans une école 1 - officielle (publique), 2 - privée gratuite, 3 - privée payante ? ».

24 Ils ne sont que 5,2 % à avoir étudié à l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et 4,9 % à l’Université arabe de Beyrouth (tableau 15, annexe générale 3). Le total en % est supérieur à 100 dans la mesure où plusieurs réponses étaient autorisées.

25 Respectivement 44 % et 32 % des chiites et 44 % et 38 % des druzes sont formés à l’étranger et à l’UL.

26 Pour plus de détails, voir le tableau 11, annexe générale 3. Ici aussi, la fréquence des voyages s’élève avec la taille de la municipalité.

27 Ce taux est identique à celui des émigrés de l’après-guerre, puisqu’il est communément admis qu’un tiers de la population libanaise dans les années 1990 vit à l’étranger.

28 En règle générale, ceux qui émigrent en Afrique le font pour des motifs professionnels et ceux qui ont résidé dans les pays arabes pour des raisons de travail et/ou d’études.

29 Notons que plusieurs réponses étaient possibles à la question de la spécialisation, et que le nombre de réponses égale 345 diplômes. Les formations d’ingénierie englobent le génie (niveau technique), l’architecture, les métiers du génie agricole, informatique et mécanique.

30 La construction de cette catégorie ne nous permet pas de différencier entre commerçant, artisan, industriel, ni d’évaluer le statut social des présidents classés dans cette catégorie (voir infra). Ces catégories professionnelles ont été construites à partir des réponses relatives au « métier principal » que le président exerce actuellement.

31 De manière générale, les secteurs d’activité dans lesquels les présidents exercent leur métier principal se répartissent ainsi : 24,8 % des présidents se situent dans des activités commerciales, 15,7 % dans le secteur des services, 13,4 % dans l’ingénierie, 9,5 % dans la médecine, 8,5 % dans l’avocature et 8,3 % dans le secteur agricole (tableau 19, annexe générale 3).

32 Les activités commerciales se concentrent d’abord dans le Mont-Liban (32,8 %) et au Liban-Nord (31,2 %), et celles des services se concentrent principalement au Mont-Liban (41,9 %).

33 Ce faible taux s’explique surtout du fait que seuls 2,3 % des pères de présidents exerçaient une profession libérale.

34 66 % des présidents exerçant une profession libérale ont en effet suivi leurs études scolaires dans une école privée payante. 47 % d’entre eux ont poursuivi leurs études universitaires hors du Liban, 28 % à l’USJ et 23 % à l’UL. Par ailleurs, 67 % des présidents diplômés de l’USJ exercent aujourd’hui comme métier principal une profession libérale.

35 La réduction du rôle des propriétaires fonciers devrait cependant être relativisée en fonction des régions et des communautés. Ainsi les grandes familles de l’aristocratie terrienne, les Hamadé (Béqaa), Assaad et Osseiran (Sud) ont pratiquement disparu de la scène politique au profit de nouveaux partis politiques chiites (Amal et Hizbollah), tandis que d’autres (Jumblatt au Chouf, Khazen au Kesrouane) se sont adaptées aux changements sociaux et économiques.

36 Les cadres politiques sont au nombre de 13 dans le Parlement de 1996, soit 10 %, et les politiciens traditionnels au nombre de 12, soit 9 %. La plupart de ces cadres partisans sont les ex-chefs des milices de la guerre. Voir Bahout, 1997 et Traboulsi, 1997.

37 Seuls 16,2 % des présidents de municipalité ont exprimé leur désir de se porter candidat aux élections parlementaires contre 80,2 % qui ne le souhaitaient pas et 3,7 % qui n’ont pas répondu à la question.

38 Ce taux est supérieur à 40 % pour les présidents des caza-s de Jbayl, Bcharré, Tripoli, Zahlé, Saïda, Tyr et Béqaa-ouest. La perception d’indemnités est plus importante dans les grandes villes et dans les municipalités disposant de ressources financières relativement plus importantes.

39 En moyenne générale, les présidents consacrent 31 heures par semaine à l’action municipale. À Beyrouth, le président consacre 45 heures et la moyenne diminue dans la Béqaa jusqu’à 26,8 heures. Se reporter à l’étude de A. al-Moussaoui dans cet ouvrage sur le fonctionnement interne des conseils municipaux

40 C’est ainsi que s’est constituée une classe de propriétaires terriens (iqtā), qui a œuvré à préserver ses positions politiques en vue de protéger ses intérêts économiques et sociaux, ce qui a conduit à l’émergence du phénomène d’héritage familial en politique. Voir Chevallier, 1971.

41 Il convient cependant de noter des disparités dans l’évolution des formes de propriété entre les régions libanaises depuis la création du Grand Liban en 1920 : la petite propriété fut la caractéristique du Mont-Liban, tandis que dans les périphéries la propriété villageoise commune s’est transformée en régime de grande propriété privée aux mains des cheikh-s des tribus, des leaders et des notables villageois (Hanna, 1978, p. 44-46). Ces différences ont perduré jusque dans les années 1950, la grande propriété ne subsistant que dans la Béqaa et dans certaines régions du Nord et du Liban Sud. Depuis le début des années 1960, l’émigration et l’exode rural, et plus généralement les transformations sociales qui ont touché toutes les régions ont contribué aussi à l’effritement de la grande propriété (Baalbaki & Mahfouz, 1985, p. 18-24).

42 La propriété d’une maison individuelle est un phénomène très répandu au Liban. Les données du questionnaire ne nous permettent cependant pas de mesurer le volume des propriétés des maires, ni de savoir si ces titres de propriété sont un héritage familial ou ont été acquis par les présidents. Ces deux dernières questions, relativement sensibles, ont été volontairement écartées de notre questionnaire.

43 À l’exception du Chouf et de Aaley, entre 43 et 55 % des présidents des autres caza-s du Mont-Liban déclarent être propriétaires d’immeubles. Et 36,4 % des présidents du caza du Matn sont propriétaires dans leur localité d’institutions commerciales, suivis par ceux de Baabda (25,6 %).

44 Les catégories de propriétés hors de la commune sont réparties de la façon suivante : 60,3 % ont une habitation individuelle, 57,1 % ont des propriétés foncières, 36,4 % ont des propriétés immobilières, 34,5 % ont des propriétés commerciales.

45 La distribution de ces propriétés selon leur nature fait apparaître des différences entre communautés citadines et rurales : les grecs-orthodoxes, majoritaires dans les villes, sont propriétaires d’immeubles (55 % d’entre eux) et d’institutions économiques (49 %) plus que les moyennes générales respectives (36 % et 35 %). À l’inverse, 70 % des druzes propriétaires hors de la localité ont des propriétés terriennes, contre 61 % des sunnites et 58 % des maronites.

46 En l’absence de recensement officiel depuis 1932, la répartition communautaire de la population libanaise fait l’objet d’estimations non publiées. Pour un ordre de grandeur, la population libanaise inscrite sur les listes électorales se répartit entre 30 % respectivement de chiites et de sunnites, 16 % de maronites, 10 % de grecs-orthodoxes, 6 % de druzes et de grecs-catholiques, 2 % de minorités.

47 Le nombre des présidents ayant répondu au questionnaire y est par conséquent plus élevé (233 réponses pour le Mont-Liban, dont 61 dans le Chouf).

48 À la question, « la majorité des habitants appartiennent à une. deux ou plus de deux communautés ? », 65 % des présidents affirment que leur municipalité est mono-communautaire (tableau 73, annexe générale 3). Les municipalités où coexistent plus d’une communauté sont plus nombreuses dans les caza-s de Zahlé (77 %), de Baabda (58,5 %), de Rachaiya (50 %), de Baalbek et de la Béqaa-ouest (40 %), du Chouf et de Aaley (39 %).

49 Par famille, nous entendons la famille étendue, par opposition à la famille nucléaire. La famille continue à jouer un rôle important au détriment de l’individu et assure une fonction de protection sociale. Les ligues familiales (rawābit ahliyya) se sont ainsi multipliées à partir des années 1960, accompagnant le mouvement d’exode rural vers les villes (Hamdane, 1998, p. 130).

50 38,9 % des présidents élus en 1998 déclarent avoir affronté un candidat concurrent appartenant à la même famille lors des élections municipales. Ce taux atteint 71,4 % dans le caza de Baalbek, 61 % dans celui de Baabda, 60 % dans la Béqaa-ouest et 58 % dans celui de Nabatiyeh. À l’inverse, 70,5 % des présidents du Chouf n’ont affronté aucun membre de leur famille, de même que plus de 80 % de ceux de la muhāfaza du Liban-Nord.

51 Le lien de parenté était du premier degré pour 41,9 %, du deuxième degré pour 36,7 % et éloigné pour 21,4 %.

52 Plus précisément, en retenant le secteur d’activité professionnelle du président, 50 % des entrepreneurs, 45 % des médecins, 43 % des fonctionnaires, 41 % des avocats, des commerçants et des agriculteurs avaient un membre de leur famille dans le conseil municipal précédent, contre seulement 19 % des présidents travaillant dans l’industrie, 18 % dans les banques et 15 % dans l’enseignement supérieur.

53 La définition d’une « grande famille » repose sur le critère du nombre de voix que celle-ci est capable de mobiliser. Le critère d’appartenance à « la plus grande famille » est plus pertinent que le critère d’appartenance à « l’une des cinq plus grandes familles » dans la mesure où nombre de petites localités et certaines villes moyennes sont divisées en deux ou trois familles. Au niveau méthodologique, la désignation de « grande famille » pose cependant problème et ne correspond pas forcément à ce qu’il est convenu d’appeler « les familles politiques ».

54 Comme indice de la réserve ou du manque de crédibilité des présidents élus au sujet de leur allégeance politique, nous retiendrons que seulement 42 % de ceux qui déclarent soutenir un parti, un courant ou un leader politiques affirment dans le même temps avoir été soutenu dans leur candidature par un parti ou un leader politiques. Parmi les 22 présidents sympathisants du Hizbollah, 14 reconnaissent que le parti a appuyé leur candidature et parmi les 22 sympathisants du PSP, seulement 2 l’attestent et 12 déclarent que leur candidature n’a été soutenue par personne.

55 Ces 58,8 %, c’est-à-dire 40 présidents, répartissent leur allégeance politique entre le PSP (50 %), W. Jumblatt (35 %), les partis nationaux (10 %) et le PSNS (5 %).

56 Les autres présidents chiites déclarent leur allégeance à la Résistance (6 %), à N. Berri (6 %), à É. Lahoud (8 %) et au PSNS (6 %).

57 Pour une analyse plus détaillée de la présence partisane dans les conseils municipaux, se reporter à l’étude de C. Ishtay dans ce même ouvrage.

58 Sur 22 présidents sympathisants du Hizbollah, 15 ont un diplôme universitaire, de même que 15 des 22 sympathisants du PSP sont universitaires. Par contre, seulement 5 des 16 présidents sympathisants de W. Jumblatt sont universitaires.

59 Se reporter aux tableaux 46 et 47, annexe générale 3. En cumulant les appartenances à une, deux et trois associations (476 appartenances), les associations les plus représentées sont 1 - sportives, sociales et culturelles (36,3 %), 2 - ordres professionnels et syndicats (30,5 %), 3 - de bienfaisance (13,2 %), 4 - politiques et partisanes (12,4 %), 5 - de développement (5,2 %) et 6 - écologiques (2,7 %). Elles ont par ailleurs une envergure nationale (48,5 %), locale (37 %) et internationale (9 %).

60 Ce constat ne saurait surprendre dans la mesure où l’adhésion à ces ordres professionnels est obligatoire pour pouvoir exercer les professions libérales susmentionnées, ce qui est d’ailleurs confirmé par les résultats du questionnaire : 72,4 % des présidents de municipalité membres d’un syndicat ou d’un ordre exercent une profession libérale, dont 64,8 % appartiennent à une association ayant une portée nationale (soit les différents ordres des professions libérales).

61 C’est aussi dans cette région que la date d’adhésion à une association est la plus ancienne (1979), en particulier dans les caza-s du Matn (1973), de Jbayl et de Aaley (1977), alors que les adhésions les plus récentes sont enregistrées chez les présidents des caza-s de Tripoli (1995). de Rachaiya (1989). du Hermel (1988) et de Baalbek (1985).

62 Voir les tableaux 111 et 112, annexe générale 3. Ce sont les mêmes priorités que se donnent les présidents dans la mise en place de projets ultérieurs.

Notes de fin

i Ont été regroupées dans le traitement des données du questionnaire les muhāfaza-s de Nabatiyeh et du Liban-Sud en un seul ensemble, le Liban Sud.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Caractéristiques des présidents de municipalité en 1966.
Légende Source : ministère du Plan, L’Administration locale municipale au Liban, 1967.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 2 - Caractéristiques des présidents de municipalité élus en 1998.
Légende Source : enquête SOFRES-CERMOC, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 3 - Autres caractéristiques des 600 présidents de municipalité élus en 1998.
Légende Source : enquête sofres-cermoc, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 4 - Répartition confessionnelle des présidents de municipalité élus en 1998.
Légende Source : enquête sofres-cermoc, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 5 - Caractéristiques sociales de 311 conseillers municipaux élus en 1998.
Légende Source : enquête sofres-cermoc, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 6 - Répartition professionnelle de 600 présidents de municipalité élus en 1998 selon les muhāfaza-s (profession principale).
Légende Source : enquête sofres-cermoc, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende © Archives du Nahār, 1998.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

Auteur

Hassan Krayyem, docteur en science politique, enseignant à la faculté de science politique et d’administration publique de l’Université américaine de Beyrouth. A participé à de nombreuses recherches sur le système politique libanais, les élections législatives et municipales, publiées dans les ouvrages collectifs du Lebanese Center for Policy Studies (LCPS, Beyrouth).
Zeina al-Kanj (Traducteur)

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search