Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Première partie. Élus municipaux et représentation locale

Introduction

Nabil Beyhum

Texte intégral

LES ÉLECTIONS MUNICIPALES : UNE TRADUCTION DE LA STRUCTURE SOCIALE OU UN INDICE DE LA RECOMPOSITION SOCIALE ?

1Les trois études présentées dans cette partie peuvent être lues à différents niveaux. S’agissant de trois plongées dans l’univers municipal libanais, il nous semble légitime de nous poser la question de leur regroupement dans un même chapitre car la lecture qui peut en être faite à première vue ne semble pas autoriser facilement un tel rapprochement. Mais nous allons voir que les différents niveaux de lecture se recoupent finalement de façon assez heureuse et assez informative malgré la diversité des objets d’étude.

2L’article de Caria Eddé sur Beyrouth montre comment un pouvoir local se construit à partir de rapports de force en évolution mais contre ou à côté d’une représentation nationale toujours différente. Le fait que la période qu’elle couvre est antérieure aux dernières élections en fait une étude à part dans ce livre, mais la méthodologie qu’elle met en œuvre, d’une manière solide, ne l’empêche pas en fin d’article de se poser des questions sur les « carrières municipales » qu’il faudrait envisager d’étudier. En effet, l’article étudie les « appartenances » sociales, économiques et communautaires des membres du conseil municipal de Beyrouth entre 1918 et 1953. Il ressort de l’étude des rapports imbriqués entre conseillers municipaux et la société des wuğahā’-s (notables), étudiée dans l’ensemble du Proche-Orient par Hourani et à Alexandrie par Ilbert. Cette étude met en relief une représentation sunnite-orthodoxe forte et une progression de la représentation des autres communautés. Elle s’arrête sur certaines familles-clés. Elle montre enfin l’évolution de la représentation avec l’entrée de membres plus éduqués et appartenant aux professions libérales. Tandis que l’article précise que les membres des conseils municipaux participaient parfois à des fonds de soutien de mouvements sociaux ou s’activaient indirectement dans des secours apportés à des sinistrés, il soulève pour finir des questions sur le fonctionnement du conseil municipal et son impact social : quelles étaient ses priorités ? Comment les décisions y étaient-elles prises ? Comment les présidents étaient-ils élus ? Quels groupes sociaux ce conseil favorisait-il ? En somme, comment se traduisait la question des appartenances socio-économiques sur les pratiques municipales ? Tout ceci était-il en rapport avec les appartenances socio-communautaires ? En quelque sorte, quelle est l’utilité de savoir de quelles appartenances il s’agissait ?

3L’étude de Hassan Krayyem concerne une période plus proche et un échantillon beaucoup plus large. Les questions sont nombreuses et très souvent extrêmement pertinentes. À partir des questionnaires sofres-cermoc, il est l’un des rares auteurs à apporter des lumières sur la différence entre la composition des conseils municipaux des grandes villes et des petites villes et villages, ce qui sur le plan de la méthode n’est pas une mince affaire. Il apporte aussi un éclairage sur les présidents de municipalité en comparant avec les élections de 1963. Cette nouvelle élite est, dit-il, plus « instruite » comme c’était le cas des élus parlementaires de 1992 et 1996. Ceci implique une « sortie » des familles modestes dont on découvre la présence. On remarque aussi que plus d’élus sont formés à l’étranger, ce qui nous pousserait à rompre avec une conception trop fermée et conservatrice de la représentation locale. S’il a souvent été dit par ailleurs que les classes moyennes au Liban étaient en crise, cet article nous indique que les élections municipales ont été une sorte de revanche des classes moyennes sur la crise économique, même s’il ne faut pas mésestimer le poids des propriétaires fonciers et plus généralement les statuts et les positions sociales hérités. La famille reste le pivot de l’accès au pouvoir municipal alors que, nous dit l’auteur, les ressources associatives et partisanes sont marginalisées. S’agit-il d’une évolution linéaire ou est-ce le contrecoup de la guerre civile ? Nous nous contenterons de poser la question. L’auteur propose que son étude soit complétée par des entretiens en profondeur avec un échantillon de présidents de municipalité. Notant les limites du pouvoir institutionnel mais aussi surtout économique des « élites locales » considérées comme non-dirigeantes, il relève le très fort investissement des députés et des ministres dans les affaires locales sans cependant trop s’interroger sur ce mécanisme qui bride le « pouvoir local ».

4Le troisième article, celui de Chawqat Ishtay pose la question des rapports entre les partis politiques et les conseils municipaux. Sa conception des partis politiques est sans doute trop restreinte : des forces politiques non partisanes n’y sont pas inclues, certains mouvements politiques sont peu interrogés comme les Forces libanaises ou le mouvement aouniste, mais son article n’en reste pas moins intéressant et porteur de questionnements nouveaux. La partie la plus forte de cet article réside, à mon avis, dans la définition de « l’élu municipal idéal » qui permet d’en dire beaucoup sur le cadre social dans lequel s’est passée l’élection municipale. S’agit-il réellement d’un pouvoir local ? D’un pouvoir relais ? D’un contre-pouvoir ? Quelques pistes sont ouvertes par cet article.

5À partir de ces trois articles, deux questions de fond restent à poser. La première est celle du rapport général à l’histoire et en particulier à la guerre civile. Pour ceci il existe des raisons méthodologiques (Eddé étudie une période antérieure, Krayyem et Ishtay sont liés à leurs questionnaires), certes. Mais comment poser la question du pouvoir local au Liban sans le réduire aux institutions, sans poser les questions afférentes au passé ? Peut-on étudier les municipalités dans l’après-guerre sans décrire le pouvoir local pendant la guerre, sans revenir sur l’absence d’élections avant la guerre ? Il y a là une asymétrie de traitement : les élections municipales sont étudiées dans le détail mais le pouvoir local ne se constitue pas en objet d’étude, d’où l’occultation du passé de la guerre.

6La deuxième question est celle de la dynamique municipale. L’élection des municipalités est-elle une simple traduction des structures sociales ? Celles-ci sont-elles stables ? Ou bien ces élections peuvent-elles être considérées comme un indice des transformations sociales en cours, des recompositions en train de se réaliser ? C’est le risque des études sociographiques que d’occulter ce débat sur la dynamique sociale puisque la question des pratiques municipales est renvoyée à d’autres études alors que la poser en rapport avec la question des « appartenances » est tout à fait possible. C’est aussi le risque d’occulter une saisie pertinente des problèmes structurels de la société étudiée puisque l’on nous parle peu de la mobilisation communautaire, de la mobilisation sociale, de la mobilisation sportive. Or le passé et l’avenir sont souvent les deux faces de la même monnaie, et c’est ici que ressurgit le vieux débat méthodologique entre la « reproduction » sociale et la « production » de nouveaux rapports de force, rapports économiques et modèles culturels. L’événement (ici les élections municipales) signifie-t-il une reproduction de la structure sociale ? La détermination du sens des élections, et donc de l’action des municipalités, serait-elle à rechercher dans les appartenances socio-économiques, et quelques fois communautaires, des élus municipaux ? Le même succéderait-il au même dans une éternelle ronde ou bien l’événement est-il le point de départ ou l’indice d’une transformation, d’une recomposition, d’une réorganisation progressive des relations sociales ? Dans une société aussi déstructurée que la société libanaise, mais il en serait de même dans toute société moderne, ne faut-il pas étudier notre objet comme partie de transitions globales ? Ne peut-on, face à une conception qui est celle de la sociographie, d’une certaine histoire et d’une partie de la politologie, s’attacher à rechercher les éléments de la dynamique sociale, même si celle-ci aura irrémédiablement comme effet de chercher à se figer et à se reproduire ?

7En somme, la question est celle de la problématique de départ qui impose forcément le point d’arrivée. S’il ne s’agit que de reproduction, les élections municipales n’auront apporté aucun changement dans la société libanaise, en particulier dans ses localités. S’il s’agit de dire que les municipalités ne sont pas des pouvoirs locaux parce que, en bonne tautologie, les pouvoirs locaux n’existent pas, les municipalités n’ayant qu’un poids institutionnel réduit, elles n’apporteront aucune modification aux rapports de force, aux formes de solidarité et de concurrence, aux itinéraires individuels. Mais si la question est celle de mesurer ce qui a bougé dans la société, l’accent pourra être mis sur les contradictions qui ont permis à la question des élections municipales d’être posée, sur les luttes qui ont précédé et suivi ces élections, sur la reformulation du cadre local qui passe de celui d’un territoire ou d’un sous-territoire communautaire à celui d’une localité, sur le cadre politique et institutionnel dans lequel l’événement a eu lieu, sur l’infime mais néanmoins intéressante recomposition de la société et des espaces dont la renaissance des municipalités est à la fois l’effet et l’indice, parfois même le point de départ. Dans ce sens, les pouvoirs locaux ne peuvent être compris seulement comme un horizon inaccessible des municipalités, mais comme l’émergence d’un relais jusqu’alors inexistant des stratégies de pouvoir, du développement économique et de la culture politique. Cette question sera éclairée par d’autres parties de ce livre.

©Archives du Nahār, 1998.

Table des illustrations

Légende ©Archives du Nahār, 1998.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

Auteur

Nabil Beyhum, docteur en sociologie, enseignant à l’École d’architecture de Paris-La Seine. Il a animé plusieurs projets et colloques sur l’urbanisme et la reconstruction de Beyrouth, d’où est issu Reconstruire Beyrouth. Les paris sur le possible (1991).

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter