Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Avant-propos

Texto completo

1Ce livre est le fruit d’un programme de recherche collective du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) sur les municipalités et pouvoirs locaux au Liban, dont les travaux ont débuté en avril 1999 et les résultats ont été présentés lors d’un colloque organisé en novembre 2000 à Beyrouth. Entre ces deux dates, plusieurs activités scientifiques dont cette publication ne porte pas trace ont accompagné le déroulement du programme. Nous rappelons ici brièvement les plus importantes, pour souligner l’esprit de coopération et d’échange entre des partenaires académiques libanais, arabes et européens et le caractère collectif de ce programme.

2Une journée consacrée aux dimensions juridiques et administratives des municipalités au Liban, en avril 1999, a marqué le lancement officiel de cette recherche. Elle a réuni des juristes, des politologues, des économistes et des élus municipaux, dans le but d’identifier et de discuter de manière critique le dispositif institutionnel encadrant l’action municipale. Les interventions ont été traduites de l’arabe en français pour être publiées dans la série Document du CERMOC (n° 4, 1999).

3Une série de conférences publiques au Centre culturel français (d’octobre 1999 à juin 2000), organisées en collaboration avec la fondation Friedrich Ebert et le centre de recherches de l’institut des sciences sociales de l’Université libanaise, a permis d’élargir les perspectives et de nous familiariser avec les élus municipaux libanais, invités à venir exposer leurs projets, leurs besoins et leurs problèmes au quotidien. Le coordinateur de ce cycle de conférences, Karam Karam, chercheur au CERMOC, a contribué à faire de ces rencontres un riche forum d’échange entre la communauté scientifique libanaise, divers acteurs impliqués dans l’action municipale et les élus locaux. Les textes arabes ont été publiés dans leur intégralité sous la forme de trois cahiers sous le titre Al-baladiyyāt wa-l-idara al maḥalliyya [Les municipalités et l’administration locale] ; une sélection publiée en français a été éditée dans la série Document du CERMOC (n° 7, 2000).

4Une journée d’études consacrée aux « territoires municipaux » (novembre 1999), coordonnée par Tristan Khayat, chercheur au CERMOC, et avec la participation de Marc Lavergne (chargé de recherches au CNRS), a réuni praticiens en urbanisme et chercheurs de ce programme. Deux ateliers, animés par huit intervenants, ont été consacrés aux modes de connaissance du territoire municipal par les autorités locales et à la question des limites territoriales.

5Deux journées d’étude, en février 2000, organisées conjointement par MEAwards et le CERMOC, ont permis un échange fructueux entre l’équipe du CERMOC et les membres du réseau de recherche Global Urban Research Initiative (coordonné par l’université de Toronto sous la direction de Seteney Shami). Cet atelier, consacré à la gouvernance urbaine et au rôle émergeant des municipalités dans une perspective comparative, a réuni une trentaine de chercheurs (Liban, Palestine, Jordanie, Soudan, Turquie et Iran). L’organisation en revient à Mona Harb el-Kak, chercheur au CERMOC et à Roula Majdalani, chercheur à l’ESCWA (Economie and Social Commission for Western Asia), auteurs du rapport de synthèse final, non publié.

6Un séminaire de recherche comparatif, en juin 2000, a été conçu comme la poursuite d’une ouverture aux travaux portant sur l’organisation des pouvoirs locaux dans le monde arabe et méditerranéen. Aux côtés de l’équipe du CERMOC et de chercheurs de l’Université libanaise, ont participé Jean-Louis Briquet, chercheur au CERI (Centre d’études et de recherches internationales) qui nous a apporté, à partir de ses travaux sur la Corse et l’Italie du Sud, un éclairage sur le thème des notables et des systèmes notabiliaires ; Myriam Catusse, chercheur à l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman) qui a développé les phénomènes de marchandisation du vote dans les élections locales marocaines ; Aude Signoles, chercheur au CERMOC de Amman qui, à partir de son travail de thèse sur les municipalités palestiniennes, a retracé des figures d’élus locaux en Palestine et interrogé les stratégies et les enjeux de l’accès à l’institution municipale ; Jean-Christophe Augé et Assem al-Umari, chercheurs associés au CERMOC de Amman, qui ont élaboré une sociologie des élections municipales de 1999 dans la ville jordanienne de Irbid ; France Métrai, chercheur au GREMMO (Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), qui, à partir de l’étude de la gestion municipale d’une petite ville de la Syrie centrale, a mis en relief le jeu des compétences techniques dans les rapports entre société locale et pouvoirs centraux. Au cours de ce séminaire, Jean Métrai (GREMMO), Joseph Bahout (université Saint-Joseph) et Élizabeth Picard ont animé les débats.

7Le colloque final de ce programme a bénéficié de la participation, en tant que discutants, de Chawqi Douayhi, anthropologue et enseignant à l’Université libanaise, Nabil Beyhum, sociologue et enseignant à l’École d’architecture de Paris-La Seine, Abdelghani Abouhani, politologue et urbaniste, enseignant à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, Pierre Signoles, géographe et enseignant à l’université de Tours et Richard Balme, politologue, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris.

8Notre reconnaissance et nos remerciements vont à tous ceux et toutes celles qui ont participé à ce programme de recherche, aux divers séminaires d’étape ainsi qu’au colloque final. Dès l’origine, Élizabeth Picard, alors directrice du CERMOC, a parrainé le projet. Sans son soutien intellectuel et moral, jusqu’à la relecture des textes en vue de leur publication, ce programme n’aurait pu prendre forme, ni aboutir et nous la remercions chaleureusement.

9Parmi l’ensemble des chercheurs qui se sont investis dans ce programme, nous remercions plus particulièrement Mona Harb el-Kak et Hassan Krayyem, qui ont respectivement animé deux groupes de recherche, Emmanuel Bonne qui a contribué au lancement du programme, et Jide Begdache, responsable de l’équipe des enquêteurs de SOFRES-LIBAN, qui a encadré la recherche par questionnaire auprès des élus municipaux. Que soient également remerciés les traducteurs ainsi que l’ensemble du personnel du CERMOC qui ont accompagné le déroulement de cette recherche.

10Enfin, ce programme a bénéficié du soutien généreux de la Fondation Ford, que nous remercions en la personne de sa directrice Bassma Kodmani. La participation des services culturels de l’ambassade de France a aussi permis de faire démarrer le programme et d’assurer la participation d’intervenants extérieurs au programme. La Région Île-de-France a contribué au financement de la publication.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar