Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Postface : Le territoire libanais à l’épreuve de la guerre

Résumé

En juillet 2006, au moment où nous achevions la rédaction du texte de cet atlas, Israël, répondant à la capture par le Hezbollah de deux de ses soldats, lançait une opération de très vaste envergure au Liban, appelée désormais la guerre des trente-trois jours (12 juillet-14 août 2006), dont les conséquences dramatiques rendent nécessaire l’ajout de cette postface. À sa façon, ce conflit est un révélateur des dynamiques spatiales du Liban et des problèmes présentés dans le corps de l’ouvrage, par-delà les circonstances de l’événement qui ont retenu plus immédiatement l’attention des médias.
Cette nouvelle confrontation entre Israël, le Hezbollah et, par effet si l’on peut dire collatéral, le Liban, a eu pour prétexte immédiat le sort des prisonniers libanais détenus en Israël et la question toujours pendante des fermes de Chebaa. Mais la guerre prend sens dans un contexte de tensions régionales plus larges et singulièrement accrues durant les dernières années.

Entrées d'index

Mots clés :

guerre, territoire

Géographique :

Liban

Texte intégral

1La dégradation des conditions de vie dans les Territoires palestiniens, en particulier depuis le retrait unilatéral de l’armée israélienne de Gaza (août 2005), puis après la victoire électorale du Hamas (janvier 2006), entretient au Liban un sentiment de solidarité et de révolte, qui contribue à la mobilisation et est sans cesse invoqué par le Hezbollah. Les États-Unis, alliés d’Israël, sont affaiblis par les échecs de leur politique en Irak et justifient l’opération israélienne contre le Hezbollah au nom de la guerre internationale contre le terrorisme. D’autre part, la volonté de l’Iran de développer son propre programme nucléaire et, potentiellement, de s’équiper de l’arme atomique rencontre l’hostilité de la plupart des grandes puissances, en particulier des États-Unis et des nations d’Europe occidentale. Les déclarations antisionistes du pouvoir en place à Téhéran constituent également pour Israël et les puissances occidentales un motif d’inquiétude. Or, l’Iran a appuyé le Hezbollah politiquement et financièrement, dans les opérations militaires puis dans la période de reconstruction. Les pays arabes sunnites, au premier rang desquels l’Arabie saoudite, à laquelle la famille Hariri et, par extension, ses partisans sont liés, s’alarment des ambitions iraniennes et de la popularité du Hezbollah auprès de leurs propres opinions.

2Les dégâts causés par les bombardements de l’aviation et de la marine israéliennes ainsi que par les tentatives de pénétration terrestre ont été très importants. S’ils entraînent des pertes économiques très lourdes pour le pays entier, leur répartition régionale et sociale est très différenciée, au détriment de la population chiite du Sud du pays et de la banlieue sud de Beyrouth.

3De nouveau, le pays, qui commençait à se tourner vers de nouvelles priorités, doit gérer l’urgence vis-à-vis des sans-abri, de la réhabilitation des infrastructures vitales, et définir de nouveaux programmes de reconstruction. Dans cette tâche, le Liban bénéficie une nouvelle fois d’une mobilisation et d’une solidarité internationales de grande ampleur, à la fois par un engagement militaire accru des Nations unies et par une assistance financière considérable.

4Le succès du rétablissement entrepris dépend grandement de la capacité des forces politiques à surmonter les divisions internes qui s’approfondissent depuis 2005 et l’assassinat de Rafic Hariri, le retrait syrien ainsi que les élections législatives. La guerre de l’été 2006 et ses conséquences les ont encore accentuées.

5En dressant un bilan autant que possible spatialisé des effets de cette guerre, cette postface propose aussi une relecture de l’espace libanais et de ses principes d’organisation à la lumière de la répartition des dégâts par secteur et par région, et au regard des conséquences durables de la tension géopolitique où se débat la société libanaise depuis 2005.

Ouvriers sur le pont de Mdeirej, l’un des plus grands de la région, achevé en 2001, détruit en juillet 2006 par des bombardements israëliens.

Ouvriers sur le pont de Mdeirej, l’un des plus grands de la région, achevé en 2001, détruit en juillet 2006 par des bombardements israëliens.

Photo Laetitia Démarais, août 2007.

La répartition sectorielle et spatiale des dégâts

6L’une des conséquences de la mobilisation nationale et internationale en faveur du Liban à l’issue de la guerre a été la publication sur l’Internet par le gouvernement, en coopération avec des ONG locales et l’agence des Nations unies chargées des affaires humanitaires (UNOHAC), de nombreuses informations, qui résultent d’enquêtes sur le terrain (voir en particulier www.rebuildlebanon.gov.lb). Bien qu’elles reposent parfois sur des dénombrements rapides et inégalement fiables, nous les utilisons ici.

7Le bilan humain de la guerre menée par Israël au Liban se monte à près de 1 200 morts et 4 400 blessés. Plus d’un million de personnes ont été déplacées, et au début 2007, le pays comptait 100 000 sans-abri du fait des destructions de logements, tandis que plus de 100 000 personnes ayant émigré en urgence à l’étranger semblaient devoir y demeurer durablement. Les pertes économiques directes, dues aux destructions, sont évaluées par le gouvernement à 2,8 milliards de dollars, dont 1,7 milliard sont liés aux destructions d’immeubles résidentiels. Les deux autres secteurs qui ont enregistré les pertes directes les plus importantes sont l’industrie et le commerce, ainsi que l’agriculture et l’irrigation (fig. VIII‑1).

8D’un point de vue financier, le coût des destructions d’infrastructures lors de la guerre israélienne de 2006 est l’équivalent d’un cinquième environ des investissements de la reconstruction suite à la guerre civile. Le nombre de logements endommagés (100 000) est à comparer aux 220 000 dans le même état en 1991. Le coût estimé des dégâts aux immeubles d’habitation représente environ la moitié des sommes consacrées à la politique du retour des déplacés (environ 3 milliards de dollars entre 1993 et 2002, cf. chapitre 7).

Figure VIII-1 : Les pertes économiques directes par secteur.

Figure VIII-1 : Les pertes économiques directes par secteur.

9L’évaluation des pertes indirectes par le gouvernement (en décembre 2006) met en évidence les manques à gagner dus au ralentissement de l’activité économique depuis juillet 2006. Alors que la croissance économique attendue pour cette année était de l’ordre de 5 à 6 %, c’est finalement une récession de 6 % qui est envisagée, soit des pertes indirectes se montant à environ 2 milliards de dollars. Le chômage a dramatiquement augmenté, passant d’une moyenne d’environ 9 % à 14 %. L’émigration structurelle, notamment des diplômés, connaît un nouveau pic. Le tourisme est un secteur particulièrement touché : le manque à gagner se chiffre à environ 1 milliard de dollars pour 2006. Les programmes d’investissement dans l’immobilier, très liés à ce dernier secteur, sont frappés d’attentisme. La conséquence financière la plus préoccupante est l’alourdissement de la dette, qui est passée à 140 milliards de dollars à la fin 2006, soit plus de 185 % du PIB. Surtout, le gouvernement doit faire face, en 2007 et en 2008, à d’importantes échéances.

10Les destructions causées par les bombardements de l’aviation et de la marine israéliennes traduisent une double logique (fig. VIII-2). L’armée israélienne a voulu détruire les capacités militaires du Hezbollah, en ciblant ses bases opérationnelles supposées et ses soldats, tout en entravant ses capacités de communications sur le terrain, notamment les ponts et les routes (fig. VIII‑3). D’autre part, Israël a également cherché à isoler le pays en touchant ses infrastructures de communication et d’échange avec l’extérieur : aéroport, ports et passages frontaliers avec la Syrie. À l’isolement du Hezbollah et à l’arrêt de son ravitaillement en armes s’ajoutait également l’objectif explicite de renvoyer le Liban quinze ans en arrière en détruisant son économie. Les sites civils et des équipements et infrastructures économiques ont ainsi subi de lourds dégâts. Certaines frappes ont une portée symbolique manifeste, comme la destruction d’un tablier du pont de Mdeirej sur l’autoroute Beyrouth-Damas, une réalisation spectaculaire de la reconstruction des années 1990 sur une artère vitale entre la capitale, la Békaa et la Syrie.

11L’ensemble de la population a pâti de la paralysie économique du pays. Le blocage du port et de l’aéroport pendant quelques mois et le coup d’arrêt au tourisme ont en particulier atteint l’activité dans la région centrale et le Mont Liban, à l’économie la plus complexe et la plus dépendante de l’extérieur (cf. chapitre 5). Toutefois, les dommages aux infrastructures et les destructions des villages et des quartiers d’habitation, ainsi que les déplacements forcés qui en ont résulté, ont surtout affecté la population chiite. On observe cette géographie différentielle sur une série de cartes. Dans le domaine des infrastructures de transport, le bilan des attaques touchant l’aéroport de Beyrouth et les ports peut être considéré comme relativement modéré et, dès que la situation politique l’a permis, le trafic aérien et maritime a repris. Plus sévères ont été les bombardements visant les infrastructures routières. 97 ponts ainsi que 630 km de routes et autoroutes ont été détruits. La circulation vers le Sud du pays (notamment l’autoroute récemment construite) et à travers la montagne a été rendue particulièrement difficile par ces bombardements. Plusieurs points de passage vers la Syrie ont aussi été visés (fig. VIII-3).

Figure VIII-2 : Les localités bombardées.

Figure VIII-2 : Les localités bombardées.

Figure VIII-3 : Les atteintes aux infrastructures de transport.

Figure VIII-3 : Les atteintes aux infrastructures de transport.

12Les centrales électriques et des réservoirs de carburants ont également été pris pour cibles : l’ali-mentation du Sud a été totalement perturbée et le reste du pays a connu le rationnement (fig. VIII‑4). Plusieurs réservoirs et canalisations principales d’eau potable ont été touchés ; et, en l’absence d’électricité, l’alimentation en eau dans le Sud a été coupée. Les carences de ces deux services constituent le principal facteur de dégradation de la situation matérielle dans les localités du Sud où les réfugiés sont massivement rentrés. Seize hôpitaux et trois cent cinquante écoles ont aussi été touchés, en banlieue sud et au sud du pays. Le potentiel industriel du pays, certes modeste (cf. chapitre 5), a subi des dégâts importants : 142 usines ont été frappées. Les bombardements ont touché plusieurs usines stratégiques, paralysant des productions essentielles, comme avec la destruction de l’usine Liban Lait, qui traitait 70 % du lait du pays. Toutefois, même si la Békaa centrale a souffert des attaques, ce sont bien la banlieue sud de Beyrouth (le caza de Baabda) et le Sud du pays qui subissent les dommages les plus lourds (fig. VIII-5).

Fig. VIII-4 : Les atteintes aux infrastructures autres que les routes.

Fig. VIII-4 : Les atteintes aux infrastructures autres que les routes.

13Les dégâts infligés aux immeubles d’habitation représentent environ les deux tiers du montant des dommages estimés (fig. VIII-1). Selon une estimation officielle du gouvernement libanais, plus de 100 000 logements ont été touchés à des degrés divers, dont 16 000 détruits. Les données cartographiées ici sont celles publiées fin septembre par l’UNOHAC, et faisaient état d’environ 80 000 logements touchés, dont 19 % totalement détruits (fig. VIII-5a et b).

Figure VIII-5a : Les dommages infligés au secteur industriel par .

Figure VIII-5a : Les dommages infligés au secteur industriel par .

Figure VIII-5b : Les dommages infligés aux logements par caza.

Figure VIII-5b : Les dommages infligés aux logements par caza.

14La carte des dégâts résidentiels résultant des frappes israéliennes correspond étroitement à des zones peuplées par la population chiite, car c’est là que s’abritaient le Parti de Dieu et ses institutions. Près de 30 % des dégâts aux habitations concernent la banlieue sud-est de Beyrouth, dite « Dahiyeh » (fig. VIII-6b). La localité de Haret Hreik, une banlieue de classes moyennes où se situait l’essentiel des institutions du Hezbollah, a subi les dégâts les plus lourds : cent quatre-vingt-deux immeubles y ont été réduits en poussière et cent quatre-vingt-douze ont été touchés à des degrés variables, pour un total de 6 000 habitations détruites ou hors d’usage et 17 000 autres endommagées. Les vastes secteurs illégaux de la Dahiyeh n’ont en revanche subi presque aucun dommage. Les dégâts dans les villes et villages du Sud du pays sont également énormes et représentent presque la moitié du montant des dégâts estimés : plus de 8 000 logements ont été détruits et environ 45 000 sont endommagés à des degrés divers. Les trois localités les plus touchées sont Bint Jbayl, Khiyam et Aïta al-Chaab, avec respectivement 2 800, 4 000 et 1 350 habitations endommagées ou détruites. Pratiquement toutes les localités des caza de Tyr, de Bint Jbayl et de Marjayoun sont affectées, celui de Nabatieh étant touché surtout dans sa partie sud. La dernière région concernée est la Békaa, en particulier Baalbek : la ville où le Hezbollah a été fondé et où ses institutions caritatives sont très actives a été violemment affectée par des raids aériens. Dans toute la Békaa, 330 logements ont été détruits et 476 fortement endommagés, dont plus de 80 % à Baalbeck. Plus de 4 000 personnes sont restées sans logis dans cette ville.

15De nombreux observateurs, en particulier les associations internationales de défense de droits de l’homme comme Human Rights Watch ou Amnesty International, ont contesté la version de l’armée israélienne selon laquelle les victimes humaines et les dégâts massifs causés aux infrastructures et aux habitations étaient des « dégâts collatéraux » d’interventions et de frappes visant les infrastructures et les miliciens du Hezbollah, qui auraient utilisé les civils comme boucliers humains. Pour ces organisations, une partie des bombardements israéliens relèvent des crimes de guerre. Elles considèrent d’ailleurs que le Hezbollah s’est également rendu coupable de tels crimes lors des bombardements sur des zones civiles en Israël.

Figure VIII-6 : Les dommages infligés aux logements dans le Sud du Liban.

Figure VIII-6 : Les dommages infligés aux logements dans le Sud du Liban.

Banlieue sud de Beyrouth – Un immeuble d’habitation détruit par les bombardements de l’été 2006.

Banlieue sud de Beyrouth – Un immeuble d’habitation détruit par les bombardements de l’été 2006.

Photo Laetitia Démarais, septembre 2006.

16Les opérations militaires ont eu aussi de lourdes conséquences pour l’environnement au Liban. La principale catastrophe est la marée noire causée par le bombardement, au début du conflit, de réservoirs de carburant de la centrale thermique de Jiyyeh, à vingt-cinq kilomètres au sud de Beyrouth. Plus de 15 000 tonnes de fioul se sont répandues sur le littoral libanais, déjà fortement dégradé. Le sinistre est d’une ampleur comparable à celui provoqué par le naufrage du pétrolier Erika au large de la Bretagne en 1999 (fig. VIII-7a). Selon les observations par satellite, la nappe a touché le littoral sur 150 km, de Jiyyeh à la frontière nord, dégradant plages et ports et attaquant la vie marine. Les principaux tronçons atteints sont la région de Jiyyeh, le littoral sud de Beyrouth et sa banlieue, la côte entre Tabarja et Byblos, à un degré moindre les régions du cap Chekka et de Tripoli, notamment le minuscule archipel du Palmier, deux sites classés réserves naturelles (cf. fig. VII-22), et, enfin, le littoral du Akkar (fig. VIII-7b). Du fait de la poursuite de la guerre, le retard dans les mesures de nettoyage a aggravé l’impact de cette pollution, en raison des dépôts sur les fonds marins. Le littoral syrien, au niveau de Tartous, a été également touché par la dérive de la nappe, comme ceux de Chypre et de Turquie. Plus largement, cette marée noire vient ajouter ses effets et ses pollutions sur une côte déjà fortement dégradée par les effluents pollués, les décharges et le bétonnage (cf. chapitre 4). Le déblayage des ruines des immeubles bombardés, souvent entreposées sur le littoral, constitue une atteinte supplémentaire à cet espace.

Figure VIII-7 : L’impact de la marée noire. a : L’extension de la marée noire. b : La pollution du littoral.

Figure VIII-7 : L’impact de la marée noire. a : L’extension de la marée noire. b : La pollution du littoral.

17Une contamination à l’uranium de certains sites a été également évoquée, mais n’a pas été confirmée par les mesures disponibles. L’autre grand problème d’environnement légué par la guerre est le largage de plusieurs centaines de milliers de bombes à sous-munitions, surtout dans le Sud (fig. VIII-8) : 70 % l’auraient été dans les trois derniers jours de la guerre, alors que le principe de l’arrêt des combats était acquis. Alors que le déminage lié aux phases précédentes du conflit était loin d’être terminé, ces bombes répandues dans les champs et les collines font peser sur la population une menace durable. Mi-novembre 2006, on recensait déjà trente-deux morts (dont seize militaires) et cent vingt-cinq blessés. L’agriculture, principale activité économique de cette région, est particulièrement affectée par la dispersion de ces bombes. Les perspectives de développement de cette région déjà marginalisée par l’occupation israélienne ainsi que par les insuffisances et les nombreux retards de la politique d’équipement et d’aménagement nationale paraissent donc plus que jamais sombres.

Figure VIII-8 : Les bombes à sous-munitions au Liban-Sud.

Figure VIII-8 : Les bombes à sous-munitions au Liban-Sud.

Une reconstruction sur fond de tensions géopolitiques

18L’arrêt des combats a été acquis grâce à une médiation internationale, au terme de laquelle la FINUL a été renforcée et s’est déployée, conjointement avec l’Armée libanaise, dans un secteur élargi correspondant à l’ancienne zone de la FINUL étendue à tout le secteur situé au sud du Litani. Le déploiement de cette force conjointe représente une transformation géopolitique majeure, car le Hezbollah doit pour sa part se retirer de la zone et y abandonner ses positions. Le gouvernement libanais reprend position dans une zone longtemps délaissée et où il ne s’était en particulier pas avancé en 2000 lors du retrait israélien.

19La composition de la nouvelle FINUL témoigne du retour du Liban au premier rang des enjeux géopolitiques régionaux, pour un cercle d’acteurs élargis. Alors qu’elle avait été réduite à 2 000 hommes après en avoir compté 5 700 en 2000, au lendemain du retrait israélien du Sud, la FINUL se compose à la fin 2006 de plus de 11 000 soldats. Outre la France, qui assurait déjà le commandement de la FINUL, et qui réaffirme ainsi son rôle de soutien au Liban, plusieurs nations européennes sont venues la renforcer, en particulier l’Italie, qui en prend le commandement à partir de février 2007, l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique et la Pologne. Plusieurs pays musulmans ont aussi envoyé des contingents, comme l’Indonésie ou la Malaisie (fig. VIII-9 et fig. I-7). La participation de la Turquie est particulièrement notable, cet État étant à la fois un allié d’Israël, un voisin sunnite de la Syrie et de l’Irak vigilant sur les confins kurdes de ces pays, et l’héritier de l’Empire ottoman, ancienne puissance tutélaire dans la région. Dernier intervenant inédit : la Chine qui, pour la première fois, dans un espace où elle se distingue par sa pénétration économique, affirme une présence politique, certes modeste (135 soldats).

Figure VIII-9 : La composition de la nouvelle FINUL (fin décembre 2006).

Figure VIII-9 : La composition de la nouvelle FINUL (fin décembre 2006).

20À cet engagement militaire destiné à garantir la paix dans la zone frontalière s’ajoute une mobilisation internationale pour aider le Liban dans la reconstruction. Cet appui s’est tout d’abord manifesté lors d’une conférence tenue à Stockholm le 31 août 2006. Les principaux donateurs sont des pays arabes sunnites dont le soutien au Liban est constant depuis la guerre civile, en particulier l’Arabie saoudite, qui a donné près de 600 millions de dollars, le Koweït et le Qatar (fig. VIII-10). L’Union européenne et plusieurs pays européens comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni se retrouvent aussi parmi les prêteurs, ce qui est habituel. Plus notable, car inédite, est la participation des États-Unis, avec une aide de plus de 150 millions de dollars. Elle est le signe d’un engagement fort de ce pays auprès du gouvernement libanais. Plusieurs institutions financières internationales ont également débloqué des sommes en faveur du Liban, mais sous forme de prêts et non de dons. La liste communiquée par le gouvernement libanais mentionne également l’Iran et la Syrie, sans toutefois fournir de montants pour cette dernière. La Syrie a accueilli de nombreux réfugiés durant la guerre de l’été 2006 et elle a apporté une aide directe dans le pays. Mais cette aide n’est pas vue d’un très bon œil par le gouvernement libanais dirigé par Fouad Siniora, qui lui est hostile. D’autre part, si l’aide iranienne est modeste, et vise à reconstruire une vingtaine de ponts, on sait que l’Iran est l’une des principales sources des sommes distribuées directement par le Hezbollah aux ménages dont les logements ont été détruits par les bombardements, et qui se sont chiffrées en centaines de millions de dollars. La conférence de Stockholm manifeste donc le soutien de la communauté internationale face à Israël, mais fonctionne aussi comme une réponse des pays occidentaux et arabes à l’Iran. Le Liban est l’espace où s’inscrivent ces rivalités internationales à géométrie variable.

Figure VIII-10 : L’aide internationale pour la reconstruction du Liban après la guerre de l’été 2006.

Figure VIII-10 : L’aide internationale pour la reconstruction du Liban après la guerre de l’été 2006.

21Le gouvernement libanais apparaît comme le principal bénéficiaire de cette aide renouvelée. Toutefois, les modalités de reconstruction qu’il a lui-même définies ou qui lui ont été imposées par les bailleurs de fonds montrent qu’il ne bénéficie que d’une confiance limitée de leur part, en raison du bilan contesté des opérations de reconstruction des années précédentes. Ainsi, plusieurs nations, comme le Qatar ou les Émirats arabes unis, financent directement, ou par l’intermédiaire d’ONG locales, des projets et des réalisations sur le terrain, par exemple en parrainant la reconstruction de villages ou de bourgades entières. Le Qatar est ainsi le grand maître de la reconstruction de Khiyam, Bint Jbayl et Aïta al-Chaab. Par ailleurs, de riches mécènes ou hommes politiques prennent en charge, à titre privé, divers chantiers qu’ils « adoptent ». Une partie de ces acteurs s’abstient de faire transiter leurs fonds par le gouvernement libanais, dont la capacité de décision et la souveraineté sur le terrain paraissent ainsi fragilisées. 32 % des sommes versées par les donateurs fin décembre 2006 l’étaient directement aux bénéficiaires ou à d’autres opérateurs. Cette faiblesse, voire cette carence de l’État prolonge celle constatée, en particulier dans certaines régions périphériques, dans les années de reconstruction (chapitre 7).

22L’aide internationale à la reconstruction s’est doublée, fin janvier 2007, lors de la conférence dite de Paris III, d’une autre manifestation de soutien à la politique du gouvernement libanais dans le chantier de réformes qu’il annonce, pour un total de 7,6 millions de dollars. On retrouve parmi les principaux contributeurs l’Arabie saoudite, la France, les États-Unis, etc. (fig. VIII‑11). Ces sommes extrêmement élevées doivent permettent au Liban d’honorer ses échéances financières à court terme et d’engager des réformes de structure depuis longtemps demandées par ces bailleurs de fonds. Ces diverses manifestations de solidarité internationale en faveur du Liban sont exceptionnelles, faut-il le souligner, par l’ampleur des sommes réunies, et très peu d’années après la conférence de Paris II où 4,5 milliards de dollars avaient été promis au Liban, dont 2 milliards environ ont effectivement été débloqués. Elles témoignent très clairement du fait que ces différentes puissances considèrent le Liban comme un élément central de leurs stratégies régionales. Environ 10 % seulement de ces sommes sont des dons, destinés aux urgences financières et à l’aide directe à la reconstruction. Pour le reste, il s’agit de prêts qui viendront s’ajouter à la dette existante et dont le déblocage sera subordonné à la réalisation d’un programme d’ajustement budgétaire, présenté par le gouvernement Siniora, incluant des réductions de dépenses, une hausse de la fiscalité et des privatisations. La dépendance du pays à l’égard de ces bailleurs et de leurs exigences est patente. La faisabilité de ce programme est soumise à un accord politique interne, alors que déjà des voix issues de l’opposition en contestent le bien-fondé.

Figure VIII-11 : L’aide internationale pour le développement du Liban à la conférence de Paris III (janvier 2007).

Figure VIII-11 : L’aide internationale pour le développement du Liban à la conférence de Paris III (janvier 2007).

23D’ores et déjà, le gouvernement et les divers acteurs locaux et internationaux sont engagés dans les chantiers de la reconstruction. Les éléments communiqués par le gouvernement libanais permettent de faire le point sur la situation à la fin 2006, après environ trois mois d’activité, et de dégager les priorités de l’action (fig. VIII-12). Parmi les chantiers les plus avancés, on retrouve à la fois les secteurs où les dommages avaient été relativement limités et ceux dont le relèvement constitue une priorité pour la reprise de la vie quotidienne. Figurent dans cette catégorie la réparation des pistes de l’aéroport, permettant de mettre fin à l’isolement du pays, le rétablissement des communications téléphoniques, la réparation des lignes électriques – mais faute d’une réhabilitation des unités de production atteintes, l’heure est plus que jamais au rationnement dans ce domaine. La réhabilitation des écoles a fait l’objet d’une action rapide. Dans le domaine des infrastructures, en revanche, la réparation des ponts et celle des routes (non mentionnées sur le document) prendront plus de temps.

Figure VIII-12 : L’avancement de la reconstruction fin 2006.

Figure VIII-12 : L’avancement de la reconstruction fin 2006.

24En ce qui concerne l’assistance aux personnes, le volet de l’indemnisation de quelque 7 000 pêcheurs a été vite achevé. En revanche, les indemnités aux personnes blessées et aux familles des victimes prennent plus de temps. Enfin, le gros dossier de l’indemnisation des ménages dont le logement a été endommagé ou détruit est loin d’être clos. Il est d’ailleurs séparé en deux parties. L’identification des bénéficiaires et les décaissements en leur faveur sont bien entamés concernant le Sud et la Békaa. En revanche, le processus prend plus de temps pour la banlieue sud de Beyrouth, en fonction d’un programme de reconstruction beaucoup plus délicat à établir et de mécanismes collectifs à définir pour des immeubles détenus en copropriété. L’opposition politique croissante entre le gouvernement et le Hezbollah, incontournable dans toutes les décisions au Sud et dans la banlieue, constitue potentiellement un facteur de blocage dans la mise en œuvre de ces projets.

25Enfin, on constate sur ce document que le volet environnemental est également long à traiter. Malgré un engagement rapide sur le front du déminage des bombes à sous-munitions, les progrès sont lents car le chantier est immense et délicat. Une première phase de nettoyage de la marée noire est achevée, mais le tonnage retiré ne correspond qu’à une fraction minime (8 %) des quantités déversées et, à intervalles périodiques, des galettes de pétrole s’échouent sur les plages.

26La dimension spatiale de cette guerre et ses impacts économiques, sociaux et géopolitiques reposent, au terme de l’analyse, trois questions centrales qui parcourent cet atlas.

27La première a trait à la lecture confessionnelle de l’espace libanais qu’il est toujours tentant de faire. La géographie des bombardements israéliens, avons-nous observé, s’est appuyée sur le postulat d’une identité entre les territoires politiques du Hezbollah et les espaces de la vie des chiites libanais. En voulant punir l’un, elle a durement touché les autres. Les divisions politiques qui vont s’approfondissant depuis la guerre de l’été 2006 peuvent nourrir la vision d’un espace politique fragmenté selon des lignes de clivage confessionnelles, en particulier à travers l’opposition chiites-sunnites. Jouerait alors au Liban la même fracture que celle opposant chiites et sunnites irakiens ou, plus largement, l’Iran chiite et les pays arabes sunnites : Arabie Saoudite, Égypte, Jordanie, etc. Mais d’une part, cette interprétation fait peu de cas de la solidarité interlibanaise qui s’est manifestée durant le conflit, notamment en faveur des réfugiés chiites du Sud. D’autre part, elle néglige le fait que ces lignes de clivage peuvent aller de pair avec des stratégies géopolitiques inverses des différents acteurs confessionnels. Ainsi, les États-Unis soutiennent le gouvernement libanais dirigé par un sunnite, mais en Irak, ils combattent une guérilla sunnite et bénéficient de soutiens chiites. Enfin, l’organisation du jeu politique libanais d’après la guerre des trente-trois jours se révèle bien plus complexe que ce que postule une telle lecture confessionnelle, comme l’analyse des élections de 2005 le relevait déjà (chapitre 1). Ainsi, le Hezbollah soutenu par l’Iran a pour alliés locaux les leaders chrétiens Michel Aoun et Sleimane Frangieh, ainsi que divers partis et groupes sunnites et druzes. Quant au gouvernement, il regroupe une alliance de partis sunnites, druzes et chrétiens.

28La deuxième observation porte sur les différencia-tions régionales que la guerre de juillet-août 2006 et la nouvelle reconstruction mettent au jour. Celles-ci montrent que tous les espaces ne sont pas pareillement des enjeux de la confrontation internationale. La répartition des frappes israéliennes dessine une géographie chiite du Liban. Le Sud du pays bénéficie dans l’après-guerre d’une manne financière impressionnante, qui certes vient en réparation des dégâts de l’agression israélienne, mais dont il n’avait guère bénéficié, directement du moins, dans les années d’après la guerre civile. De même, la banlieue sud, terriblement atteinte, devrait faire l’objet d’un programme de réhabilitation-reconstruction important, en contraste avec son oubli avant la guerre. D’autres espaces continuent de susciter, dans la période présente, l’intérêt des investisseurs internationaux, en vue de nouveaux projets ou pour assurer la pérennité des réalisations passées ou en cours, comme le centre-ville et son projet Solidere ou différentes stations estivales de la montagne. En revanche, d’autres régions paraissent toujours largement à l’écart de la sollicitude internationale. Certes, dans la Békaa, l’action des institutions chiites soutenues par l’Iran est sensible et plusieurs localités et infrastructures vont bénéficier de réparations ponctuelles. C’est surtout le Nord et encore plus l’extrême Nord du pays qui paraissent à l’écart du grand courant d’aides drainées vers le Liban dans la période actuelle. La guerre et la mobilisation locale et internationale en vue de la reconstruction font donc rejouer une structure géographique plusieurs fois identifiée au cours de ce travail. Certes, les projets de l’État visant à restructurer la banlieue sud dans les années de la reconstruction ont largement échoué, et le programme de reconstruction et de développement de la zone occupée par Israël après 2000 n’a pratiquement fait l’objet d’aucune réalisation. Néanmoins, certains mécanismes redistributifs ont permis que globalement (et donc avec de forts contrastes), et comparativement avec le Nord du pays et la Békaa, la situation du Liban-Sud connaisse une amélioration relative. Tout se passe comme si la guerre représentait de nouveau, malgré – voire par le biais de – la violence et les destructions, un mécanisme d’intégration du Sud du pays, permettant son articulation à la région centrale tout autant que l’insertion dans la mondialisation. Il faut toutefois ici observer que l’État ne semble pas être le principal acteur de cette intégration.

29C’est le troisième point : le territoire de l’État libanais ne se confond pas avec l’espace national. Dans certaines régions et certains secteurs du pays, l’État est présent : il contrôle, domine, fait des plans d’aménagement, envoie son armée ou sa police et construit des infrastructures. Ailleurs, au contraire, il n’est pas le bienvenu, se fait discret, et ce sont d’autres groupes sociaux qui prennent en charge ces fonctions et ces activités. La « communauté internationale » voudrait bien que l’État libanais contrôle davantage ce qui se passe au Liban, et fait pression par différents moyens, notamment pour que l’armée libanaise contrôle mieux certaines régions. Mais d’autres acteurs locaux ou internationaux profitent des vides – par exemple en sponsorisant la reconstruction des écoles ou des logements. Cette situation n’est pas propre au moment présent et pouvait déjà s’observer durant les années 1990, comme nous l’avons montré à propos du réseau des écoles (cf. chapitre 6). C’est aussi de ces vides étatiques et de la force de l’inscription locale d’autres acteurs qu’ont tiré parti, au cours de l’histoire récente, les rivalités internationales entre Israël, la Syrie, l’Iran ou, encore plus tôt, entre l’Empire ottoman et les puissances européennes. Du reste, c’est aussi, poussée à l’extrême, la logique de l’État dans les pays du Sud au xxie siècle, comme le montreraient, mutatis mutandis, divers cas latino-américains : subsidiarité forcée, faiblesses des bases fiscales propres et par conséquent des moyens financiers, domination des acteurs transnationaux, manipulations en tous genres des identités sociales, gesticulations pour capter des ressources internationales, violences.

Table des illustrations

Titre Ouvriers sur le pont de Mdeirej, l’un des plus grands de la région, achevé en 2001, détruit en juillet 2006 par des bombardements israëliens.
Crédits Photo Laetitia Démarais, août 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure VIII-1 : Les pertes économiques directes par secteur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure VIII-2 : Les localités bombardées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-3.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure VIII-3 : Les atteintes aux infrastructures de transport.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-4.png
Fichier image/png, 86k
Titre Fig. VIII-4 : Les atteintes aux infrastructures autres que les routes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-5.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure VIII-5a : Les dommages infligés au secteur industriel par .
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure VIII-5b : Les dommages infligés aux logements par caza.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-7.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure VIII-6 : Les dommages infligés aux logements dans le Sud du Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-8.png
Fichier image/png, 74k
Titre Banlieue sud de Beyrouth – Un immeuble d’habitation détruit par les bombardements de l’été 2006.
Crédits Photo Laetitia Démarais, septembre 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure VIII-7 : L’impact de la marée noire. a : L’extension de la marée noire. b : La pollution du littoral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-10.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure VIII-8 : Les bombes à sous-munitions au Liban-Sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-11.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure VIII-9 : La composition de la nouvelle FINUL (fin décembre 2006).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-12.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure VIII-10 : L’aide internationale pour la reconstruction du Liban après la guerre de l’été 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-13.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure VIII-11 : L’aide internationale pour le développement du Liban à la conférence de Paris III (janvier 2007).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-14.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure VIII-12 : L’avancement de la reconstruction fin 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/424/img-15.png
Fichier image/png, 41k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540