Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Présentations

Texto completo

1Vassilis Bontosoglou
Ambassadeur, Chef de la Délégation de l’Union Européenne en Syrie

2On ne peut aborder l’histoire de Damas, sans se référer en premier lieu à son centre historique, la ville intra-muros et ses faubourgs. C’est là que se trouve la clé de la compréhension de son histoire et de son développement urbain, c’est là que se lit l’évolution des civilisations qui s’y sont succédées.

3Cette étude présentée par Yves Roujon et Luc Vilan, est une analyse détaillée confortée d’une proposition de classement et sauvegarde des quartiers historiques situés à l’extérieur des murs du centre ancien, quartiers qui ont donné à la ville sa structure, une configuration qui remonte aux époques zenguide et ayyoubide.

4L’importance de la réhabilitation des faubourgs historiques de Damas est engagée vers l’avenir car ces faubourgs peuvent offrir un tremplin pour un essor économique associé à une expérience de la vie urbaine redynamisée autant pour les habitants que pour les visiteurs.

5Publié en français et en arabe, ce travail a bénéficié des ressources documentaires de l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo) et des études de terrain menées durant de nombreuses années par les étudiants du CEAA Villes-Orientales des écoles d’Architecture de Paris- Belleville et de Versailles.

6À travers ses nombreux programmes, l’Union Européenne (UE) s’efforce de soutenir les réformes administratives, économiques et sociales engagées par la Syrie. L’émergence des thématiques de l’aménagement urbain, la conception des zones d’expansion urbaine, la qualité des services aux citoyens ainsi que la conservation de l’héritage culturel du pays sont des domaines majeurs de l’assistance de l’UE. C’est dans ce cadre que le programme de Modernisation de l’Administration Municipale (MAM), l’un des principaux programmes de l’Union Européenne en Syrie, a travaillé.

7Avec son Schéma de Conservation et de Développement Intégré de la Ville historique de Damas, le programme MAM soutient le Gouvernorat de Damas dans ses efforts pour renforcer ses compétences en matière de gestion de la vieille ville, de préservation de son patrimoine unique, de régénération et de stimulation du développement économique.

8Ce livre de référence sur les faubourgs historiques de Damas participe à la promotion et par suite, à la compréhension, de la richesse culturelle exceptionnelle de la ville. Il est donc naturel que le programme MAM ait soutenu la publication de cette étude, travail important qui s’adresse à tous ceux qui sont attachés à la ville historique de Damas et intéressés par son passé autant que par son avenir.

  • * Docteur en urbanisme et Architecte DPLG, consultant auprès d’organisations internationales et du Pr (...)

9Samir Abdulac*

10Il y a près d’une quinzaine d’années, j’étais invité à assister à la présentation des travaux d’élèves du programme «Villes orientales» à l’école d’architecture de Paris-Belleville. À peine arrivé, on s’empressa de m’orienter vers l’exposition préparée par un groupe d’étudiants qui s’était rendu à Damas, la présentation des études de Damas allait désormais faire partie d’un rituel annuel. Pendant une dizaine d’années, Yves Roujon, Luc Vilan et leurs élèves, ont étudié un à un les faubourgs historiques de la ville. Sur le terrain, ils étaient particulièrement en contact avec Sarab Atassi de l’Ifpo et avec Muwaffaq Dughman, alors à la Direction Générale des Antiquités.

11Il a certainement fallu à Messieurs Roujon et Vilan beaucoup de persévérance pour accomplir leur œuvre sur une telle durée. Beaucoup de constance était également indispensable pour rester homogène dans le traitement des différents faubourgs.

12Une nouveauté consistait à privilégier l’habitat dans son ensemble plutôt que les monuments. Leur témoignage est précieux car il saisit l’état réel de ces faubourgs à un moment donné, même si celui-ci n’a pas pu être le même de l’un à l’autre. Leur attitude n’est toutefois pas passive puisqu’ils proposent des traitements différenciés des tissus urbains en fonction de leur état actuel et de leur valeur patrimoniale. Il faut enfin souligner l’aspect précurseur de leurs préconisations opérationnelles.

13La loi syrienne des Antiquités, bien que datant de 1963, recèle beaucoup de dispositions qui étaient en avance sur leur temps. Elles ont permis le classement de l’ensemble de la vieille ville intra-muros de Damas dès 1976. L’inscription de Damas sur la liste du Patrimoine mondial suivra en 1979. Certains faubourgs seront partiellement classés sous le désignation de sharaeh athariya (secteurs historiques), comme Qanawat en 1988 (avec une extension en 2004), Salihiyya en 1988, Souk Sarouja en 2003 (avec des extensions en 2004 et 2006), Midan et Moussalla en 2004, Qasr al Hajjaj et Bab Srija en 2006. Une procédure de désignation (ta‘yin) en vue du classement a été engagée il y a quelques années pour Uqayba et une autre partie de Midan.

14Le règlement de la construction dans la ville intra-muros de Damas (1996) est étendu aux faubourgs classés. Il préconise de respecter la morphologie enregistrée sur le plan parcellaire de 1936. Seules trois situations sont prises en compte dans la procédure d’autorisation de construire : la restauration simple (réhabilitation serait plus correct), la restauration et la reconstruction. Des missions conjointes UNESCO et ICOMOS menées en 2007 et 2008 ont regretté que les procédures ne varient qu’en fonction de la nature des interventions et non de la qualité spécifique des constructions. Comme pour les secteurs sauvegardés en France, elles auraient probablement souhaité des prescriptions individualisées. Seuls les matériaux traditionnels sont en principe autorisés, mais de nombreuses exceptions sont admises. Une création architecturale contemporaine respectueuse du contexte patrimonial est rendue impossible, peut-être faute de références.

15Les faubourgs se dégradent inexorablement et leur grignotage ponctuel se poursuit. Les situations sont toutefois contrastées. Ainsi, Qanawat résiste mieux. Salihiyya est maintenant intégré dans le projet du Qassiyoun. Souk Sarouja a connu des batailles acharnées entre résidents et spéculateurs. Plus récemment, c’est le projet «d’élargissement» de l’avenue du roi Faysal qui risquait, par la création d’une autoroute urbaine, de faire disparaître à plus ou moins brève échéance les faubourgs historiques situés immédiatement au nord des remparts historiques.

16L’intérêt pour les quartiers anciens en tant que tels et non pas pour les seuls monuments qu’ils contiennent est assez récent partout. La loi Malraux qui a permis la création des secteurs sauvegardés en France ne date que de 1964. Michel Écochard qui avait élaboré le Plan directeur de Damas entre 1964 et 1968 me confiait qu’à son grand regret, il ne croyait pas à la survie des faubourgs et qu’il préférait donc tactiquement se battre avec ses interlocuteurs pour la conservation de la ville intra-muros.

17Aujourd’hui, la vie résidentielle dans les quartiers anciens ne tente toujours pas les classes moyennes et supérieures qui les ont quittés au siècle dernier et les outils d’une réhabilitation sociale comme dans d’autres pays du monde sont mal connus. L’université forme néanmoins les étudiants à la connaissance du patrimoine architectural de la vieille ville. Après l’étude d’Yves Roujon et de Luc Vilan sur les faubourgs historiques, l’antenne de l’école de Chaillot à Damas s’est intéressée au quartier de Halbouni, situé à l’ouest de la Gare du Hedjaz. L’Ifpo avec Sarab Atassi étudie le quartier de Chaalan qui remonte également aux années 1920 et 1930. Yves Roujon et Luc Vilan se penchent actuellement sur le processus d’urbanisation des vergers de la Ghouta et envisagent d’aborder le bas de la rue de Salihiyya entre Jisr al-Abyad et le Parlement.

18L’ensemble de ces études alimente une meilleure connaissance scientifique de la ville. Elle permet le développement d’autres recherches, d’autres interventions et même d’autres projets. C’est le cas du programme syro-européen de modernisation de l’administration municipale (MAM) qui achève un plan détaillé pour la vieille ville et un plan intégré de conservation et de développement. Le développement durable commence à être à l’ordre du jour. L’un des effets les plus positifs de ces démarches est d’alimenter parmi les intellectuels, à travers la presse et dans l’opinion publique, une meilleure connaissance du patrimoine national sous toutes ses formes et une plus grande mobilisation en faveur de sa préservation. Il est à espérer que la présente publication puisse aussi y contribuer.

19Le 11 décembre 2009

  • * *Secrétaire scientifique Ifpo – Responsable de l’Atelier du Vieux-Damas.
  • * **Directeur de recherches CNRS.

20Sarab Atassi* et Jean-Paul Pascual*
Atelier du Vieux-Damas

21En 1979, une importante campagne est menée par la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie pour la conservation de l’ensemble de la ville de Damas et une Commission Internationale pour la Sauvegarde du Vieux Damas est constituée à l’époque pour la réalisation d’une carte archéologique. Cette décision provenait d’une prise de conscience des dangers qui menaçaient les zones situées extra-muros. Dans ce cadre, on confia alors à l’Ifpo la mission de prospection des faubourgs à l’exclusion du quartier d’al- Salihiyya qui fut confié au Deutsches Archaeologishes Institut.

22Cette même année voit la fondation de la Société des amis de Damas, une association non gouvernementale ayant pour activité essentielle la sensibilisation des autorités et de la population à la sauvegarde de la ville ancienne. C’est dans cet environnement positif que les villes de Damas, de Tunis et du Caire, sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

23Un peu plus tard, en 1982 et en 1985, deux conférences portant sur la capitale syrienne sont organisées par le Syndicat des ingénieurs et architectes. En 1986, le Conseil du Gouvernorat de la ville de Damas crée un Comité pour la protection de la vieille ville de Damas.

24Un grand atelier intitulé “Réalité et Avenir de la vieille ville de Damas” est organisé en 2005, par le Ministère de l’Administration locale et de l’Environnement et le Gouvernorat de Damas. Cet atelier a permis de nombreux échanges dans une ambiance animée en présence des habitants des quartiers traditionnels invités à y participer : ces quartiers étaient en effet au cœur du débat.

25Pour les chercheurs, historiens, archéologues ou architectes-urbanistes qui ont étudié et étudient la ville de Damas, il est évident que l’histoire urbaine de la cité ne peut être comprise si elle n’englobe pas la totalité de la vieille ville intra et extra-muros. Les résultats de la prospection des faubourgs extra-muros confiée à l’Ifpo (1979-1987) ont permis d’insister sur l’importance patrimoniale de ces secteurs historiques, importance qui tient certes aux édifices religieux ou édilitaires qu’ils abritent, mais aussi à la diversité et à la richesse des habitations qui y survivent encore en grand nombre. Le repérage de ces maisons anciennes a constitué un élément de fond pour l’analyse du tissu urbain, et ce travail a été la base des propositions de sauvegarde et de réhabilitation des quartiers qui se sont développés hors-les-murs et qui ont très tôt donné à Damas une configuration urbaine propre.

26Ainsi les faubourgs historiques de Damas qui sont l’objet de cette étude ont été et demeurent depuis 1979 au cœur des recherches menées à l’Ifpo par le Programme du Vieux Damas. Ils ont été également à l’origine du travail d’analyse méticuleux et raisonné mené pendant plus de dix ans par Yves Roujon et Luc Vilan au cours de leur encadrement pédagogique de « l’Atelier de Damas » aux Écoles d’Architecture de Versailles et de Belleville. Ce long exercice de terrain a permis d’élaborer et de présenter dans cet ouvrage des propositions alternatives à la dégradation actuelle conduisant à la ruine des structures anciennes ; ces propositions sont mises à la disposition des autorités locales responsables de la protection du patrimoine urbain de Damas. Elles constituent une approche dynamique de la ville intégrant la prise en compte du patrimoine historique dans l’aménagement de Damas extra-muros. Ce travail est un modèle élaboré, mûrement réfléchi, qui peut être étendu (voire partiellement reproductible) à d’autres villes de la région.

27La protection des faubourgs historiques, question au centre des débats depuis la fin des années 70, a donc connu une évolution positive ; des efforts significatifs ont été déployés au cours de ces dernières années et ils ont fini par aboutir à la protection de certains secteurs, classés par décision du Conseil supérieur des Antiquités de Syrie au début de l’année 2010.

28Aujourd’hui, une action importante doit être menée à un moment où de grands projets d’aménagement de la circulation sur les axes anciens se mettent en place, risquant à terme de rompre définitivement la relation entre la ville extra-muros et la ville intra-muros.

29La publication du travail d’Yves Roujon et de Luc Vilan nous réjouit tout particulièrement ; leur étude s’inscrit en effet dans la continuité de l’enquête de terrain que nous avons initiée, dans le cadre de l’Atelier du Vieux Damas, il y a de nombreuses années, et elle paraît à un moment crucial pour l’avenir de la ville historique.

30Lors de la campagne menée pour la protection des quartiers extra-muros, nous avions entrepris de rédiger une présentation du développement urbain de ces secteurs qui se sont développés au-delà de ses murs. Nous espérons pouvoir la mettre à la disposition des lecteurs intéressés dans un proche avenir, comme nous souhaitons vivement que l’ouvrage présenté ici serve d’instrument pédagogique pour une approche approfondie de l’articulation de la ville avec ses faubourgs.

31Damas, mars 2010

Notas

* Docteur en urbanisme et Architecte DPLG, consultant auprès d’organisations internationales et du Programme MAM, membre du bureau du Conseil international des villes et villages historiques à l’ICOMOS

* *Secrétaire scientifique Ifpo – Responsable de l’Atelier du Vieux-Damas.

* **Directeur de recherches CNRS.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540