Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Conclusion

Texte intégral

1Dépasser le rempart, protégeant la ville patrimoine de l’humanité, pour aller à la rencontre de l’autre splendeur de Damas : son échelle territoriale et ses 300 ha de faubourgs historiques. Témoigner des faubourgs, rendre lisible cette échelle historique trop subjuguée par la ville intra-muros ; porter à la connaissance du public leur existence, leur inestimable valeur patrimoniale, le charme de leurs ambiances ; telle était la première gageure de ce travail. Espérons que les quelques deux cent vingt planches, les soixante photos et les textes qui les accompagnent sauront, en faisant preuve de leur permanence, entraîner la curiosité, l’enthousiasme et susciter leur reconnaissance, gage de l’appropriation culturelle de l’ensemble urbain damascène.

2Souhaitons que cette restitution de dix ans d’enquêtes de terrain et de travaux pédagogiques dépasse le témoignage, la mise en image in memoriam, pour devenir un outil au service de la réhabilitation de l’ensemble des faubourgs anciens. C’est la seconde gageure de cette somme : dire l’actualité des faubourgs et aider à leur imaginer un devenir.

3De l’enquête à la réflexion sur l’avenir des faubourgs, des allers-retours s’imposaient. Ils dépassaient le strict travail pédagogique ou celui du chercheur pour ressortir de notre engagement d’architectes. La question du projet, ici celle de l’avenir des territoires urbains, a fondé nos méthodes d’observation. C’est au présent et sur le terrain que nous avons découvert les faubourgs. Sans négliger les archives, c’est leur vie d’aujourd’hui, leurs périls, leur splendeur ou leurs charmes que nous avons observés et dessinés ; que nous avons aimés ; que nous avons voulu transmettre. Point de nostalgie, point de sensiblerie non plus, ni d’approximation. Avec leurs différentes formes de représentation, les dessins procèdent d’abord à une « mise à plat » de la réalité, laissant à chaque discipline ou à chaque lecteur le loisir de son interprétation.

4La composition de l’ouvrage permet une double lecture des faubourgs. D’une part, c’est un atlas fait de planches ayant chacune leur unité et donnant une lecture patrimoniale des faubourgs, élément par élément. D’autre part, c’est un ensemble qui, croisant les échelles et les objets, des édifices au tissu urbain, rend compte des dynamiques urbaines de fabrication, de croissance, d’existence et de péril. L’analyse urbaine et typologique déconstruit les faubourgs en éléments, en groupements et en niveaux hiérarchiques pour mieux en reconstituer l’unité. Chemin faisant ce sont des organismes complexes, des organismes vivants qu’elle fait apparaître. L’ouvrage, dans son corps principal, s’attache ainsi à fournir des clés d’interprétation des mouvements en cours mais, comme c’est le cas pour toute étude de ce type, les documents graphiques ne peuvent livrer que l’instantanéité des situations. L’amorce d’une réflexion prospective conduit à dépasser cette contradiction pour passer de l’état des lieux à l’image raisonnée d’un avenir des faubourgs dans la ville moderne de Damas.

5Donc les quartiers bougent et se transforment mais toutes les transformations ne se valent pas. Certaines s’appuient sur les structures existantes, ce sont quelques actions d’embellissement des espaces publics, quelques restaurations ; c’est, la plupart du temps, le fait de l’implication des habitants transformant ou rénovant des maisons, réutilisant d’anciennes structures de commerce ou d’entrepôts pour de nouvelles activités. D’autres actions les ignorent et au final les détruisent ; c’est le cas, malheureusement, des remembrements parcellaires et de l’augmentation des hauteurs d’immeubles permis par la réglementation en vigueur ; le processus a été suffisamment développé dans l’introduction et dans les différents chapitres pour ne pas y revenir. Aujourd’hui, on assiste à une lutte inégale entre les initiatives des habitants pour moderniser leur quartier et l’adapter à la vie contemporaine et les règles urbaines en cours qui autorisent les opérations conduisant finalement à la destruction des faubourgs. Modifier ces règles est une nécessité.

6L’évolution, observée ces dernières années, laisse présager qu’une pérennisation officielle des faubourgs libérerait des investissements et renforcerait les initiatives des propriétaires pour la remise en état de leur patrimoine. Reste pour, les acteurs, à encadrer, à orienter et à coordonner interventions publiques et privées. Une perspective qui a des conséquences pratiques sur les exigences légales en matière de réhabilitation urbaine et architecturale. En effet, maintenir vivants les faubourgs c’est accepter et accompagner leur évolution, prolonger et encourager le renouvellement des tissus urbains par la réhabilitation, la reconversion et le changement d’usage mais aussi par les substitutions d’édifices nouveaux aux édifices trop abîmés ou obsolètes.

7Tout est affaire de nuance ; une nouvelle réglementation devrait conserver la tolérance qu’a toujours eue la ville par rapport à la nouveauté et savoir parallèlement empêcher la rupture. Il faut certainement, pour cela, distinguer la protection de quelques secteurs classés au titre des monuments et sites historiques de la réhabilitation générale des tissus urbains. Quand la première demande la pérennisation des dispositions urbaines et une attention particulière à l’authenticité des matériaux et des mises en œuvre, la seconde vise le respect des découpages fonciers, des typologies et des volumes. L’étendue des secteurs résidentiels concernés, la quantité des interventions nécessaires et les dynamiques urbaines à entretenir invitent à doser le niveau d’exigences patrimoniales à l’aune des capacités d’implication des propriétaires et des aides envisageables. Les propositions, esquissées ci-avant, ouvrent des pistes ; souhaitons qu’elles encouragent les passerelles entre les études et l’action.

8Du Qasiyoun au Midan, de Bab Srija à Chaghour, les faubourgs apportent au noyau ancien la profondeur de champ de son histoire urbaine authentique ; ils l’ancrent dans l’oasis qui lui a donné naissance. Appuyés sur les états des lieux minutieux, les plans de synthèse clôturant chaque monographie mettent en évidence un total de plus de 150 ha de tissu urbain ancien, en bon état de conservation, pouvant doubler le patrimoine historique de la ville intra-muros. Riches en monuments, en grands paysages, en délicates situations résidentielles comme en espaces publics animés, ils sont porteurs d’un profond renouvellement culturel et touristique concomitant d’une diversification de l’offre résidentielle. C’est un point important car, au-delà de leur qualité patrimoniale, la valeur spécifique des faubourgs vient de leur vie même, de leur capacité à se maintenir comme un espace habité, riche de pratiques urbaines et de liens sociaux. Une spécificité qui devrait, certainement, être la pierre angulaire de toute politique de préservation.

9Tout au long des chapitres, nous nous sommes attachés à représenter et à décrire les maisons, les rues, les places, les monuments, les paysages, et à montrer les transformations en cours dans ces quartiers anciens. Adossés à ces données objectives et mesurables, il fallait transmettre ce que cette étude des faubourgs de Damas apprend sur la permanence des structures anciennes, leur capacité d’évolution et le plaisir des habitants à y vivre aujourd’hui et au quotidien. La fabrication de ce livre a été l’occasion de revenir sur l’ensemble des faubourgs pour vérifier les documents, actualiser notre propos et réaliser les photos de la publication. Bien sûr, nous avons constaté certains changements depuis la réalisation des cartes d’états des lieux, un nouvel immeuble est apparu par-là, une maison ancienne a été détruite ailleurs. Mais ces changements restent à la marge, à aucun moment ils ne contredisent la méthode retenue, de la cartographie des situations urbaines à l’esquisse des plans de synthèse des quartiers. Au pire, la pression accrue de la spéculation foncière sur les faubourgs indique l’urgence d’une nouvelle politique urbaine comme à Chaghour où la petite dimension du quartier souffre si vite de tout immeuble irrespectueux. Mais en aucun lieu et à la date de la rédaction de ces lignes, les orientations proposées dans les plans de secteur ne sont contredites.

10Avec le temps de la rédaction, le retour aux faubourgs nous engage à un optimisme raisonnable. Nous avons vu des situations se stabiliser comme pour le lotissement du Midan où à Souk Sarouja ; des embellissements publics accompagner la restauration de grandes demeures à Qanawat. Aujourd’hui, de nombreuses bayka-s de la rue du Midan, enveloppées dans un décor kitch sont totalement préservées et abritent les commerces les plus modernes. De Suwayqa à Salihiyya en passant par Chaghour ou ‘Amara nous avons visité des maisons, grandes et petites, parfaitement entretenues, pourvues de tout le confort moderne, les unes révélant avec émotion leur décor ancien tandis que d’autres se drapent d’une décoration des plus contemporaines.

11L’avenir des faubourgs de Damas reste ouvert ; les fondements d’une revitalisation sont bien vivants. Le social et le spatial y résonnent, pour dire, loin de tout engouement pour un pittoresque oriental désuet ou pour une quelconque nostalgie d’un passé voué à la disparition, l’actualité de ces quartiers. Au cœur des phénomènes urbains les mutations en cours invalident l’opposition entre les nécessités de l’aménagement contemporain et la conservation du patrimoine. Cette vérité n’est pas la moindre car elle soutend que les villes historiques n’ont pas comme unique finalité de devenir des villes musées.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540