Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 9 - Le plan de synthèse

Les secteurs du plan de synthèse des faubourgs

Texte intégral

1Les secteurs résidentiels à préserver (parties du plan représentées par les voies en rouge).

2Ce sont des ensembles résidentiels homogènes, le tissu urbain est bien conservé, les maisons sont généralement en bon état, certaines sont réhabilitées, d’autres doivent l’être. Pour ces quartiers, la réglementation doit empêcher la destruction du tissu urbain et aussi faciliter son évolution. Les maisons à cour existantes doivent pouvoir être modernisées et la construction de maisons neuves autorisée.

3La présence de quelques immeubles neufs ne remet pas en cause l’homogénéité du quartier et les qualités du tissu urbain, mais elle a un impact négatif sur l’environnement immédiat des maisons à cour. Le traitement de ces cas particuliers peut être l’objet de petits projets d’aménagement : réalisation d’espaces publics, placettes, jardins ou d’équipements publics.

4Les secteurs non préservés (représentés par des hachures vertes).

5Ce sont les zones limitrophes des ensembles à préserver. Elles recouvrent différents types de tissus urbains : les parties de faubourgs anciens où la présence d’immeubles neufs est telle qu’il ne reste plus que des lambeaux de l’ancien tissu ou les nouvelles urbanisations réalisées en limite des anciens faubourgs depuis les années trente. Il s’agit donc d’énoncer des différences, en isolant les faubourgs anciens en bon état de ces quartiers qui peuvent cependant comporter des ensembles urbains de grande qualité, mais d’une autre nature. Dans ces secteurs, il serait utile de définir une zone intermédiaire, limitrophe des secteurs préservés, afin d’assurer la compatibilité entre les faubourgs anciens protégés et les nouvelles urbanisations.

6Les secteurs non résidentiels à protéger (représentés par des hachures bleues).

7Ce sont des secteurs linéaires bordant des voies, souvent territoriales, qui ont un rôle spécifique à l’échelle de la ville, le côté résidentiel de ces voies étant secondaire par rapport aux activités qui s’y déroulent. La spécificité de chacune de ces voies doit être prise en compte dans l’élaboration d’une politique de préservation.

8La rue du Midan, ancienne route du Pèlerinage est bordée de nombreux monuments, mosquées, madrasas et tombeaux. C’est aussi l’ancien lieu d’échange ville/campagne, une cinquantaine de bayka-s, entrepôts pour les céréales, ont encore « pignon sur rue ». Aujourd’hui, les nombreux souks très animés priment et font du Midan la grande artère commerçante du sud de Damas.

9Bab Srija est dans la continuité du Souk Midhat Pacha ; c’est un important souk pour l’alimentation où se succèdent pâtissiers, fromagers, bouchers, poissonniers, primeurs, etc.

10La rue Malik Fayçal, au nord de l’enceinte, concentre les activités d’entrepôt et d’artisanat dans la continuité des souks de la ville intra-muros : travail du métal, poêles, matériaux de construction, menuiseries.

11La rue de Chaghour est la voie de contournement sud de la ville intra-muros ; commerce et artisanat s’y mêlent et participent à l’animation d’une rue qui possède d’indéniables qualités paysagères liées à la présence de grands eucalyptus et au tracé nuancé de la rue.

12Les secteurs de protection renforcée (représentés par des pointillés bleus).

13Ce sont quelques zones sensibles qui doivent être particulièrement protégées au regard de leur valeur esthétique, paysagère, ou patrimoniale. Les règles permettant d’assurer leur protection doivent être renforcées par des recommandations architecturales : type de portes, proportions des fenêtres, qualité des enduits. Ces lieux sont peu nombreux, afin de ne pas figer les faubourgs dans un carcan réglementaire rendant difficile leur nécessaire évolution.

14Il s’agit du lotissement de Souk al-Midan, petit ensemble très bien conservé témoin d’un urbanisme rationnel datant du seizième siècle ; de la vallée du Barada, site naturel, arboré, ponctué d’anciens moulins et offrant de belles perspectives sur le Qasiyoun et le rempart dans sa partie la mieux conservée ; de la place de Tous les Saints dans le faubourg de Salihiyya, exemple rare d’une place publique régulière, et du très bel ensemble architectural de Tayrouzi, associant hammam, sabil, tombeau et mosquée.

Carte du plan de synthèse

Carte du plan de synthèse

Table des illustrations

Titre Carte du plan de synthèse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540