Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 9 - Le plan de synthèse

Les enjeux du plan

Texte intégral

1Pour Damas, les enjeux de nouvelles règles urbaines concernant les faubourgs sont multiples, on peut en retenir principalement quatre :

  • Dans leurs diversités, les faubourgs forment des ensembles morphologiques particuliers proposant un paysage et des ambiances urbaines uniques. Ils témoignent de la croissance de la ville de Damas depuis l’époque ayyoubide et donnent à la ville ancienne sa dimension réelle.

  • Les faubourgs participent à une centralité multipolaire en complétant, par des fonctions urbaines spécifiques, celles de la ville intra-muros.

  • Les faubourgs représentent des tissus urbains particuliers caractérisés par un système hiérarchisé de dessertes, rues, ruelles, impasses, et par une échelle du bâti déterminée par un type d’habitat dominant : la maison à cour.

  • Les faubourgs, avec leurs équipements, leurs monuments et leurs maisons à cours, ont d’indéniables qualités résidentielles comme en attestent la vie de leurs centres de quartier ou les nombreux investissements réalisés par les habitants pour réhabiliter et moderniser leurs maisons.

2Les plans de préservation réalisés à l’échelle des faubourgs sont rassemblés en un plan de synthèse sur l’ensemble de la ville (p. 389). Ce plan délimite un territoire de trois kilomètres d’est en ouest et de six kilomètres du nord au sud. Ce cadrage permet de représenter l’ensemble des faubourgs anciens dans leurs relations à la ville intra-muros. Il ne correspond pas, loin s’en faut, à l’ensemble de l’agglomération de Damas.

3L’échelle du plan d’origine est le 1/5000 (ici réduit pour les besoins de la publication), mais il utilise les conventions de représentation cartographique du 1/10000 pour le plan de voirie de la ville intra-muros, celles du 1/25000 pour le tracé des grandes voies de la ville moderne, et celles du 1/2000 pour le dessin du parcellaire des anciens faubourgs.

4Le dessin du plan, qui n’est donc pas uniforme, autorise une lecture différenciée de ces trois ensembles.

La ville intra-muros

5La ville intra-muros, représentée par ses rues, ses ruelles et ses impasses, et par le dessin de l’enceinte et de ses portes informe sur les relations entre le centre et les faubourgs.

6À l’ouest et au sud-ouest les faubourgs se sont développés sur les voies territoriales formant un trident au débouché du Souk Midhat Pacha, voie de Beyrouth, Qanawat, route de Palestine, Suwayqa et route du Hauran et du Pèlerinage, le Midan.

7Au sud le petit faubourg de Chaghour s’est structuré au sortir de Bab Saghir le long d’une voie desservant la Ghouta.

8Au nord les faubourgs de Sarouja, de ‘Uqayba et de ‘Amara sont reliés à la ville intra-muros par les portes Bab al-Salam, Bab al-‘Amara et Bab al-Faraj, mais ils se sont développés sur un axe parallèle à l’enceinte. Entre ces faubourgs et la ville intra-muros, les quartiers du Barada se sont installés dans les méandres de la rivière dans une relation de contiguïté à l’enceinte.

9Notable exception, le faubourg de Salihiyya est un ensemble autonome dont la structure est déterminée par le relief ; sa relation avec la ville intra-muros est visuelle.

10La diversité des modes de relation des faubourgs au centre, à travers le franchissement des portes de l’enceinte, caractérise pour chaque faubourg un rapport spécifique à la ville intra-muros. La spécificité de ces rapports est essentielle à la compréhension des faubourgs ; ils doivent donc être préservés, mais ils sont aussi essentiels à la nature du centre qui s’est projeté au-delà des remparts depuis au moins le douzième siècle, en constituant progressivement le territoire de Damas.

La ville moderne

11La ville moderne, dont les premières réalisations datent de la fin du dix-neuvième siècle, n’est représentée que par ses voies principales, celles-ci permettent de situer les faubourgs dans la ville contemporaine de Damas.

12Cette échelle de lecture présente l’importance relative des faubourgs, elle montre leur dispersion qui étend la ville ancienne au-delà du centre, à plusieurs kilomètres, tout en relativisant la superficie qu’ils occupent au niveau de l’agglomération damascène. Les faubourgs anciens

13La représentation parcellaire des faubourgs anciens autorise une lecture fine de la structure du tissu urbain et du découpage foncier. Sur ce dernier point, le plan ne rend compte que très imparfaitement des divisions parcellaires qui se sont produites depuis l’établissement du cadastre en 1936. Découpage parcellaire et propriété foncière ne se recouvrent pas aussi simplement, mais la parcelle reste une unité opérationnelle valable pour la définition des limites de secteurs homogènes.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540