Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 8 - Chaghour

État des lieux

Texte intégral

1Nulle percée, nulle opération concertée d’urbanisme ne sont venues altérer la structure urbaine des années 1930. Comme si Chaghour, mis en retrait par le boulevard Ibn ‘Asakir et protégé par le grand cimetière, avait traversé le xxe siècle à l’écart des enjeux de l’urbanisme de plan.

2Depuis le début du siècle, la transformation majeure du faubourg est liée à l’aménagement de ce boulevard. Tracé à la pointe du quartier, il ne l’a qu’effleuré. La construction d’immeubles de quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée ne l’a pas altéré non plus. Ils ont été, jusqu’à une période très récente, totalement construits sur des jardins et relativement éloignés des maisons. Le lotissement de la façade est n’a pas engendré de destruction. Paradoxalement en enclavant le quartier ces opérations ont contribué à préserver la structure ancienne.

3Le côté ouest, vers le cimetière, a gardé jusqu’à ces dernières années des traces de la Ghouta, persistant dans l’instabilité foncière du secteur. Diverses opérations s’y déroulent aujourd’hui, fragilisant cette frange du faubourg.

4Au nord du quartier le poids du commerce et de l’artisanat maintient le tour de ville sans grands changements malgré la détérioration de quelques édifices. L’activité y reste vivace, particulièrement centrée sur la fabrication de jeux (billard, baby-foot) et de textile (chaussette) ; le souk de la porte Bab al-Saghir propose l’ensemble des produits alimentaires. On y trouve encore, réminiscence des origines rurales et populaires du faubourg, des boucheries spécialisées dans le chameau.

5Chaghour n’est pas préservé des interventions contemporaines. En plusieurs endroits, la construction d’immeubles neufs met en péril les maisons voisines. Ils s’édifient principalement sur la bordure sud-ouest du quartier où l’accès automobile est plus facile. À l’intérieur du tissu urbain, les opportunités foncières sont saisies dès qu’elles se présentent. C’est le cas d’une des grandes parcelles de khan qui offre l’assise d’une opération immobilière de plusieurs immeubles. Ponctuellement des regroupements parcellaires permettent d’atteindre la surface minimum d’emprise des nouveaux types d’immeubles.

6À Chaghour l’échelle des maisons facilite la reprise en main du patrimoine par les propriétaires. Le mouvement est visible de la rue par les façades fraîchement enduites, les menuiseries neuves, les poignées de porte et heurtoirs de cuivre. L’enquête de terrain et la visite des maisons vérifient cette impression extérieure en constatant la récurrence des travaux intérieurs d’entretien, d’embellissement et d’amélioration du confort.

Un projet

7Chaghour est aujourd’hui un quartier riche d’ambiances diverses. Au nord au contact de Bab Srija, les activités s’opposent à la quiétude d’un intérieur résidentiel. Ce n’est pas par nostalgie qu’il est utile de rappeler l’atmosphère urbaine particulière de Chaghour mais parce qu’elle parle de l’actualité du quartier. Chaghour a la qualité précieuse de transmettre sans rupture structurelle ou effacement la quasi-intégralité d’un faubourg ancien de Damas jusqu’à la période contemporaine.

8La petite échelle dirige la réflexion. Elle dicte aussi l’urgence des mesures à prendre, car la moindre voie nouvelle ou quelques immeubles exogènes pourraient irrémédiablement mettre en péril l’intégralité du faubourg.

9En premier lieu, il s’agit d’empêcher, dans le secteur résidentiel, toute nouvelle construction contraire aux types historiques (hauteur, emprise au sol, type distributif…) ou procédant par remembrement parcellaire. La frange ouest trop transformée et le petit secteur d’aspect informel, enclavé dans le cimetière, peuvent être exclus.

10La fin des remembrements fonciers encouragerait l’investissement des propriétaires dans l’amélioration de leurs biens immobiliers. Des aides spécifiques, des orientations techniques et architecturales simples compléteraient utilement ce volet de réhabilitation du patrimoine privé. Les constructions nouvelles, autorisées à condition qu’elles respectent les typologies résidentielles, le gabarit des voies et la proportion des éléments d’architecture (portes, fenêtres, encorbellements), participeraient à la revitalisation progressive du tissu urbain. Au-delà, une règle simple d’altus tolendi, limitant strictement les hauteurs au vélum du tissu ancien, peut couvrir les secteurs environnants (hachures vertes).

11Sur tout le quartier les équipements anciens, mosquées, hammam, fontaines, fours relèvent d’une inscription de sauvegarde au titre des monuments historiques. Ce qui est fait pour l’essentiel devrait être généralisé. La zawiya al-Housni, aujourd’hui partiellement endommagée et séparée en plusieurs édifices, demanderait, quant à elle, une étude particulière pour déterminer l’action à conduire. En revanche, l’écurie de la porte Bab al-Saghir relève de ce classement pour son caractère historique, la beauté de ses espaces et la rareté d’une telle architecture dans les quartiers anciens de Damas ; son état de conservation exemplaire facilite la tâche. Les fours à pain ressortent de la même problématique. La permanence de leurs fonctions invite, également, à une réflexion sur la préservation du patrimoine immatériel des usages anciens.

12Le tour de ville renvoie à l’échelle urbaine. Cette voie relativement large tire sa valeur de sa situation, de son paysage urbain et de sa grande activité. Un projet d’ensemble associant ces trois éléments est propre à donner une perspective d’avenir. Quelques lignes peuvent être esquissées : respect du profil asymétrique de la voie ; maintien du découpage parcellaire favorisant les substitutions ; soutient à la réhabilitation et à la reconversion architecturale des édifices remarquables (bayka-s et type de maisons « à appartements ») ; inscription des équipements anciens au titre des monuments historiques (voir ci-dessus) ; réappropriation des espaces vacants ou faiblement occupés au pied du rempart ; mise en valeur de l’espace public, permanence de la plantation et de l’entretien des grands eucalyptus à la manière damascène.

13L’échelle du quartier requiert des mesures limitées pour un enjeu patrimonial exemplaire ; celui de pérenniser durablement, dans sa quasi-intégralité, un faubourg historique de Damas.

État des lieux du quartier en 1996

État des lieux du quartier en 1996

Préservation du faubourg de Chaghour : plan de synthèse

Préservation du faubourg de Chaghour : plan de synthèse

Table des illustrations

Titre État des lieux du quartier en 1996
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Préservation du faubourg de Chaghour : plan de synthèse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540