Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Chapitre 5 : L’économie

Résumé

Tout comme l’étude de la population, l’analyse des structures de l’économie libanaise souffre des lacunes de l’information statistique au niveau national et plus encore à l’échelle locale.
La publication, en 2005, des travaux de la Mission pour les comptes économiques nationaux a permis de reconstituer les structures de la comptabilité économique pour les années 1997-2002. À l’échelle locale, on reste tributaire de l’enquête sur les établissements de 1997 et de ses biais, notamment la sous-estimation du travail indépendant dans un pays où l’emploi informel est une réalité centrale, mais évidemment difficile à évaluer.
Le défi auquel a fait face l’économie libanaise des années d’après-guerre a été de surmonter le choc dû aux destructions et à la désorganisation causées par le conflit : à prix intérieurs constants, le Liban de 1997 ne dépassait celui de 1970 que de 16 %.

Entrées d'index

Mots clés :

économie, statistique

Géographique :

Liban

Texte intégral

Le centre Sabbagh, un complexe bancaire à l’entrée de la rue Hamra (architectes : Alvar Aalto et Alfred Roth, 1966), témoigne de l’orientation tertiaire de ce secteur de la capitale.

Le centre Sabbagh, un complexe bancaire à l’entrée de la rue Hamra (architectes : Alvar Aalto et Alfred Roth, 1966), témoigne de l’orientation tertiaire de ce secteur de la capitale.

Photo Éric Verdeil, 2006.

Paysage agricole – Vignes en terrasses et plantations de fruitiers à Niha autour d’un site romain (au nord-ouest de Zahleh).

Paysage agricole – Vignes en terrasses et plantations de fruitiers à Niha autour d’un site romain (au nord-ouest de Zahleh).

Photo Laetitia Démarais, mars 2007.

La structure de l’économie

1L’économie libanaise se distingue par une structure quasi pulvérulente. Les établissements de moins de 5 employés représentaient 95 % du total des établissements en 1997, et encore ce chiffre fait-il figure d’estimation basse. Les orientations économiques sont marquées par les spécificités historiques de l’insertion libanaise dans le marché mondial. Cette position a favorisé l’émergence d’un important secteur d’intermédiation financière et commerciale. Les entrées de devises liées à la diaspora et aux activités économiques des Libanais à l’étranger ont pour effet d’élever les coûts des facteurs de production et donc de pénaliser la production locale, tout en stimulant une économie de consommation de biens importés. Il en résulte un déséquilibre accusé entre les importations et les exportations (chapitre 2). La politique d’encouragement aux investissements libanais et arabes mise en place par Rafic Hariri pour la reconstruction du pays a accentué ces spécificités anciennes. Le soutien à la parité de la livre libanaise au niveau de 1 500 livres libanaises pour 1 dollar à partir de 1995-1996 a joué contre la compétitivité libanaise, malgré l’avantage psychologique qui découle de l’instauration d’un climat de confiance après des années de guerre marquées par plusieurs dévaluations.

2La structure de la production libanaise est donc caractérisée par le faible poids des secteurs primaire et secondaire, qui ne représentent en 2002 que 27 % du PIB, les services comptant pour 73 % (fig. V-1). Les effets de la politique suivie dans l’après-guerre se perçoivent dans l’évolution différenciée des secteurs. Alors que l’industrie, l’agriculture et la construction stagnent, la plupart des secteurs des services enregistrent une hausse marquée (fig. V-2 et fig. V-18).

Figure V-1 : La structure du PIB libanais et son évolution récente.

Figure V-1 : La structure du PIB libanais et son évolution récente.

Figure V-2 : Taux de croissance annuel par secteur (1997-2002).

Figure V-2 : Taux de croissance annuel par secteur (1997-2002).

3La conjoncture des années d’après-guerre jusqu’à aujourd’hui a traversé trois grandes phases (fig. V-3). Un boom économique remarquable suit la fin des combats. Il est alimenté par une forte reprise des investissements, tandis que la dévaluation de 1992 rétablissait pour quelques années la compétitivité. À partir de 1993-1994, les investissements publics de la reconstruction prennent le relais. À partir de 1996, la conjoncture régionale se dégrade et les perspectives de prospérité s’éloignent. La crise des finances publiques et la politique rigoureuse suivie à partir de 1998 entraînent un recul des investissements et l’entrée en récession. Après le retour de Rafic Hariri comme Premier ministre après 2000, la reprise des investissements qui suit le 11 septembre 2001 et les effets de l’accord de Paris II, qui éloignent les craintes de crise financière, contribuent à une relance de l’économie. L’assassinat de Rafic Hariri et les troubles politiques de l’année 2005 donnent un coup d’arrêt à cette croissance et laissent planer de nombreuses interrogations sur l’avenir.

Figure V-3 : Taux de croissance annuel du PIB.

Figure V-3 : Taux de croissance annuel du PIB.

4La structure spatiale de l’économie est remarquablement concentrée, ce qui accentue les effets de la macrocéphalie démographique beyrouthine. La figure V-4 souligne le poids des villes qui regroupent naturellement l’essentiel des établissements économiques. Selon les classifications du SDATL, l’aire urbaine centrale concentre 39 % de la population et 42 % des entreprises. Mais parmi les autres agglomérations du pays, seule Tripoli présente également une surconcentration de l’activité économique, avec 9 % de la population et 11 % des entreprises. La plupart des autres villes accueillent proportionnellement moins d’entreprises que d’habitants, telle Saïda ou Tyr (respectivement 4,1 % et 2,6 % de la population et 3,9 % et 2,3 % des entreprises).

Figure V-4 : Les établissements au Liban.

Figure V-4 : Les établissements au Liban.

5La figure V-5 illustre ce constat d’une autre manière. À l’échelle du pays, le littoral entre Beyrouth et Tripoli ainsi que la Békaa centrale se situent au-dessus de la moyenne concernant le ratio établissements-population, alors que le Sud et la plupart des autres régions périphériques apparaissent sous la moyenne. À l’échelle de Beyrouth et sa banlieue, ce ratio souligne l’organisation entre quartiers accueillant les zones d’activités, notamment Beyrouth et la banlieue est et le littoral, et les zones moins bien dotées, comme la banlieue sud ou les collines. La signification de cet indicateur est toutefois limitée par les incertitudes pesant sur les estimations de population et la structure par âge de la population active.

Figure V-5 : Le ratio établissements-population.

Figure V-5 : Le ratio établissements-population.

6Plus significative est la répartition des établissements de plus de 20 employés, c’est-à-dire des 1,4 % qui constituent les plus grands établissements du pays. La comparaison avec la figure V-6 souligne que l’économie un tant soi peu « complexe » est quasi exclusivement concentrée entre Beyrouth et Jounieh.

7La répartition régionale de la population active (fig. V-7) renseigne sur les structures régionales de la production. La différenciation du tissu économique entre régions renvoie de nouveau à l’opposition entre l’aire urbaine centrale et les périphéries. L’économie de la région centrale paraît à la fois plus complexe et plus orientée vers les services, en particulier les services financiers et les services aux entreprises. Toutefois, la banlieue de Beyrouth accueille aussi un secteur industriel puissant. Les régions périphériques se distinguent par des niveaux d’emploi agricole élevés (18 % à Nabatieh et dans la Békaa) et par un secteur de la construction plus élevé que la moyenne : activités typiques d’une économie peu développée, recourant à une main-d’œuvre peu qualifiée.

Figure V-6 : Les grands établissements.

Figure V-6 : Les grands établissements.

Figure V-7 : La structure régionale de la population active par branche d’activités.

Figure V-7 : La structure régionale de la population active par branche d’activités.

L’agriculture

8L’agriculture libanaise représente, en 2002, 6 % du PIB et, en 2001, 7 % de la population active. En 1970, elle contribuait au PIB pour environ 9 % et à la population active pour 19 %. Étant donné la stagnation de l’économie libanaise, ce recul relatif signifie également un déclin net en volume, alors que les avantages naturels du pays, en termes d’ensoleillement et de ressources en eau, pourraient laisser espérer un développement de ce secteur. L’agriculture est pénalisée par des coûts de main-d’œuvre élevés (et embauche de ce fait de nombreux ouvriers étrangers, notamment syriens), un éparpillement et une grande faiblesse des structures de production, des filières de commercialisation inadéquates, un accès problématique au crédit. La production est fortement déficitaire par rapport à la consommation et les importations à partir des pays voisins sont importantes.

9Contrairement aux autres secteurs d’activité, l’information sur l’agriculture est globalement satisfaisante grâce à un recensement effectué en 1999. Celui-ci a identifié environ 194 000 actifs dans le secteur, mais dont seulement 33 % le sont à plein temps. La figure V-8 souligne que la pluri-activité domine largement partout, les seules régions qui se distinguent étant la Békaa, la plaine littorale du Sud et le Akkar. La signification de la pluri-activité est double : la production agricole est majoritairement une activité de complément dans le cadre familial élargi ; l’activité agricole à finalité commerciale est loin de constituer la majorité des cas. Même dans ce cas, des compléments de revenus peuvent être nécessaires.

10La taille moyenne des exploitations (fig. V-9) est très faible, ce qui reflète aussi la structure de l’activité et l’éparpillement des exploitations. Le fractionnement et la petite taille sont la caractéristique de la montagne, mais aussi du Sud du pays. La taille ne s’élève légèrement que dans la Békaa et dans les plaines littorales.

Figure V-8 : La pluriactivité des actifs agricoles.

Figure V-8 : La pluriactivité des actifs agricoles.

Figure V-9 : Taille moyenne des exploitations.

Figure V-9 : Taille moyenne des exploitations.

11Les exploitations de plus de 4 ha représentent seulement 5 % du total des exploitations recensées, mais 49 % de la surface agricole utile (SAU). Les exploitations de plus de 10 ha constituent 30 % de la SAU : elles sont concentrées dans la Békaa (fig. V-10).

12L’irrigation (fig. V-11) est la condition indispensable du développement de la production ; or, elle reste très inégale sur le territoire libanais, atteignant en moyenne 41,9 % de la SAU. La Békaa centrale et la Békaa nord (autour du complexe de l’Oronte), les plaines littorales nord et sud et l’étage des sources et des vergers dans la montagne libanaise se distinguent du reste, caractérisé par une agriculture sèche. Encore les réseaux d’irrigation ont-ils été fortement endommagés par la guerre et inégalement restaurés depuis. Des projets visant à irriguer le Sud à partir du Litani, longtemps retardés par les atermoiements politiques libanais d’avant la guerre puis par la présence israélienne, ont enfin été relancés, avant que la guerre de l’été 2006 ne leur donne un nouveau coup d’arrêt.

Figure V-10 : Les grandes exploitations agricoles.

Figure V-10 : Les grandes exploitations agricoles.

Figure V-11 : Les cultures irriguées.

Figure V-11 : Les cultures irriguées.

13Les spécialisations agricoles régionales, appréhendées ici à travers les surfaces dévolues aux différentes productions, soulignent la spécificité des différents terroirs (fig. V-12, V-13, V-14). L’agriculture des plaines côtières accueille des productions intensives sous forme de vergers d’agrumes et de cultures maraîchères. L’intensification aux alentours des villes se perçoit à travers le développement de la culture sous serre qui permet de retarder la conversion des riches terres agricoles en zones bâties en répondant mieux aux demandes du marché urbain.

Figure V-12 (a, b, c et d) : Les cultures arborées.

Figure V-12 (a, b, c et d) : Les cultures arborées.

Figure V-13 : Les cultures de plein champ (a) et les cultures intensives (b).

Figure V-13 : Les cultures de plein champ (a) et les cultures intensives (b).

Figure V-14 : La culture du tabac.

Figure V-14 : La culture du tabac.

14La Békaa, l’ancien grenier de Rome, offre de grandes surfaces de terres arables plantées en céréales et en betterave sucrière. Dans la partie centrale de la plaine, les coteaux accueillent une importante production viticole qui, grâce à d’importants investissements au lendemain de la guerre et à l’application de nouvelles techniques dans la fabrication des vins et le marketing, se développe fortement à l’exportation. L’olivier est très important dans la région de la Koura ainsi que sur les plateaux du Liban-Sud et les collines de la région de Hasbaya. Les fruitiers (pommiers, cerisiers, pêchers) constituent la seule spécialisation notable sur le versant occidental du Mont Liban. Situés au débouché des sources, vers 1 200 m d’altitude, leurs produits sont en partie exportés vers les pays arabes voisins. L’abricot est plutôt une spécialité du nord de la Békaa.

15L’existence d’une filière tabac illustre le poids qu’a malgré tout conservé l’État dans l’orientation de la production par les subventions versées. Les efforts entrepris avant la guerre pour organiser la production agricole en différentes filières soutenues par des offices spécialisés sont aujourd’hui largement pervertis et instrumentalisés dans un cadre clientéliste. La régie des tabacs qui en subventionne la culture est ainsi aux mains de proches du mouvement Amal. Il apparaît nettement que la production de tabac se concentre dans les régions chiites, à l’exception du Akkar.

16L’élevage concerne surtout les ovins et les caprins (fig. V-15). Le mouton est surtout présent dans la Békaa, historique pays naisseur. Les chèvres sont élevées partout sur le territoire, où elles paissent dans les forêts, garrigues et friches des hauts versants. L’aviculture est très concentrée dans la Békaa, dans des exploitations intensives. L’élevage bovin est peu répandu, même si des investisseurs tentent de mettre en place une filière lait.

Figure V-15 : L’élevage.

Figure V-15 : L’élevage.

L’industrie

17L’information disponible sur l’industrie, en particulier dans sa dimension régionale, est des plus ténues. Par ailleurs, le secteur est extrêmement concentré dans l’aire urbaine centrale, de sorte que son examen devrait être plutôt mené à cette échelle, ce qui nous aurait conduits au-delà des ambitions de cet ouvrage.

18Le Liban d’avant la guerre civile a connu un développement non négligeable des industries de biens de consommation, tournées vers un marché régional. La guerre, en fractionnant le marché et pesant sur les transports, a brisé cet essor. La politique gouvernementale n’a guère fourni les conditions pour une reprise. L’industrie libanaise et la construction représentent, en 2002, respectivement 13 et 8 % du PIB pour une population active de 13 et 9 % (en 2001), contre 15,9 et 4,5 % du PIB et 19 et 6,5 % des actifs en 1970.

19Durant les dernières années (1997-2002), la plupart de ses branches ont enregistré un recul de l’activité (fig. V-16). Quelques secteurs conservent un volume d’activités stable, voire en progression, mais au prix d’une baisse en valeur. Seuls progressent le secteur de l’agro-alimentaire et ceux de l’imprimerie et de la bijouterie. Ces deux derniers sont particulièrement bien placés à l’export. Depuis 2002, plusieurs branches industrielles ont enregistré un relatif regain de leur activité à l’export.

Figure V-16 : L’évolution récente des branches de l’industrie.

Figure V-16 : L’évolution récente des branches de l’industrie.

20La distribution spatiale de l’industrie (fig. V-17) montre qu’elle est surreprésentée, en nombre d’établissements, dans la banlieue est de Beyrouth et dans la région de Tripoli, ainsi que, ponctuellement, dans quelques zones du sud du pays. Si l’on considère les établissements de plus de 20 salariés (fig. V-18), la domination beyrouthine apparaît plus clairement encore, et la composition du tissu industriel tripolitain est mise à jour : elle se résume à de petits, voire minuscules établissements principalement tournés vers le marché local.

Figure V-17 : Les établissements industriels.

Figure V-17 : Les établissements industriels.

Figure V-18 : Les grands établissements industriels.

Figure V-18 : Les grands établissements industriels.

Les services

21Les différentes branches du secteur des services représentent les principales composantes de l’économie libanaise (fig. V-19). Trois d’entre elles sont particulièrement étudiées ici : la banque ; le commerce ; le tourisme et les loisirs.

22Globalement, ce secteur présente un fort dynamisme. La croissance est particulièrement vive pour le secteur des postes et télécommunications (plus de 15 % par an), porté par le développement du téléphone cellulaire. Le développement du tourisme, manifeste avec l’essor du secteur de l’hôtellerie-restauration (plus 5,5 % par an), entraîne celui du transport aérien, facilité par une libéralisation progressive de l’accès à l’aéroport de Beyrouth. Les secteurs bancaire et de l’assurance progressent également. La croissance de certains secteurs s’explique surtout par la hausse des prix pratiqués, comme dans l’éducation. La croissance limitée du secteur des services aux entreprises doit sans doute s’interpréter comme un signe que Beyrouth tarde à retrouver sa fonction de rayonnement régional et de lieu d’implantation des sièges de firmes pour le Moyen-Orient.

Figure V-19 : La croissance de quelques branches des services (1997-2002).

Figure V-19 : La croissance de quelques branches des services (1997-2002).

La route commerciale dans la Békaa vers Chtaura (au pied du Mont Liban, au fond) vue depuis Masnaa, à la frontière syrienne. Parcourue par un intense trafic, dont de nombreux taxis collectifs (premier plan), cette voie illustre l’intensité des échanges entre la Syrie et le Liban. Elle subit aujourd’hui les contrecoups de la tension entre les deux pays.

La route commerciale dans la Békaa vers Chtaura (au pied du Mont Liban, au fond) vue depuis Masnaa, à la frontière syrienne. Parcourue par un intense trafic, dont de nombreux taxis collectifs (premier plan), cette voie illustre l’intensité des échanges entre la Syrie et le Liban. Elle subit aujourd’hui les contrecoups de la tension entre les deux pays.

Photo Karine Bennafla, avril 2004.

La banque

23Le secteur bancaire est l’un des points forts de l’économie libanaise. Mi-2004, 63 banques opèrent sur le territoire libanais, dont 14 sont à capitaux majoritairement ou totalement arabes et 10 à capitaux étrangers. Les banques emploient au Liban environ 15 000 salariés. Le développement du secteur bancaire est porté par les emprunts du Trésor et par les dépôts des non-résidents, qui représentent environ 13,5 % des dépôts.

24Plusieurs dynamiques caractérisent le réseau bancaire libanais. D’un côté, on assiste à une simplification du paysage bancaire par fusion-acquisition. Le nombre de banques est ainsi passé de 73 en 1999 à 61 en 2003. Ces opérations transforment le réseau, mais sans remettre en cause sa tendance à se développer, comme en atteste la figure V-20. Le nombre d’agences bancaires croît dans toutes les régions du pays, ce qui est le signe de la volonté des banques de toucher de nouveaux clients. Toutefois, cela ne remet pas en question le déséquilibre global du réseau bancaire en faveur de Beyrouth et ses banlieues, où réside une population globalement plus aisée, davantage salariée, plus instruite, et où se localise le secteur économique moderne, donc plus bancarisé.

25Du reste, l’activité des banques apparaît encore plus concentrée à Beyrouth et dans ses banlieues que ne le laisse supposer le nombre d’agences. Les agences de la région capitale représentent 57 % du total des agences et seulement 53 % des déposants. Mais elles attirent 69 % des dépôts en valeur et distribuent 63 % des crédits – et 81 % de la valeur des crédits distribués. Cette surconcentration reflète la concentration de l’économie libanaise à Beyrouth. (fig. V-21). Elle renvoie aussi à l’internationalisation des activités de ces banques, dont les opérations extraverties, qui portent sur des sommes plus élevées, se traitent dans les grandes agences de la capitale.

Figure V-20 : L’évolution du secteur bancaire.

Figure V-20 : L’évolution du secteur bancaire.

Figure V-21 : Répartition régionale des crédits et dépôts.

Figure V-21 : Répartition régionale des crédits et dépôts.

Le commerce

26Le commerce est le principal secteur d’activité au Liban : il concentre environ 27 % de la population active en 2001, 33 % du PIB et près de 54 % des établissements en 1997. Sa répartition spatiale suit logiquement celle de la population. La densité commerciale permet néanmoins de nuancer ce schéma (fig. V-22). Elle renseigne sur les zones bénéficiant d’une infrastructure commerciale plus dense, qui jouent le rôle de points forts en attirant une population extérieure. Cela fait apparaître les villes jouant un rôle de marché. C’est bien ce qui se produit dans la Békaa ou encore dans la région de Nabatieh. En revanche, Saïda comme Tyr n’émergent pas comme villes-marchés. Il est difficile de l’interpréter : indication de leur moindre rayonnement régional, ou signe du fait que dans cette région, la fonction commerciale des bourgades est surdimensionnée, car le commerce serait le seul secteur d’activité disponible ?

Figure V-22 : La densité commerciale au Liban.

Figure V-22 : La densité commerciale au Liban.

27Une autre configuration intéressante apparaît sur ces données de 1997 : les corridors commerciaux qui se dessinent le long des deux axes frontaliers de la Békaa (Chtaura-Masnaa) et Tripoli-Abdeh. Ils signalent la vigueur des pratiques d’achat des ressortissants syriens, dans un contexte où la Syrie demeurait moins ouverte qu’aujourd’hui aux biens de consommation importés. La situation a progressivement changé et ces corridors commerciaux subissent une crise aggravée par le changement brutal des relations syro-libanaises et la restriction de la circulation entre les deux pays. Dans le cas de Beyrouth, l’organisation du commerce reflète le bouleversement spatial entraîné par la guerre (fig. V-23). La destruction des souks du centre-ville s’est traduite par l’émergence de nouvelles centralités commerciales dans certains quartiers de Beyrouth ou en banlieue. À l’échelle considérée, le dispositif le plus net est l’émergence d’un corridor commercial le long de l’autostrade nord, qui se prolonge vers Jounieh. Dans le Mont Liban central, les concentrations commerciales signalent des centralités commerciales le long des principales routes de crêtes, dans des régions relativement éloignées de la capitale.

Figure V-23 : La densité commerciale dans le Mont Liban.

Figure V-23 : La densité commerciale dans le Mont Liban.

28Le paysage commercial libanais a connu depuis le milieu des années 1990 une véritable révolution, notamment dans les grandes zones urbaines, avec le développement spectaculaire de la grande distribution (fig. V-24). Des groupes locaux comme Bou Khalil ou des franchises d’enseignes étrangères comme Monoprix, Spinneys ou Casino se sont massivement implantés dans le Grand Beyrouth et ses extensions nord vers Jounieh et Jbeil, à Tripoli, à Saïda et à Zahleh. Plusieurs galeries commerciales géantes, sans hypermarchés, se sont également développées. Leurs implantations mettent à profit les nœuds du réseau autoroutier réaménagé et le développement de la mobilité automobile. Les secteurs des classes moyennes, plus aisées et plus motorisées, sont particulièrement prisés des investisseurs.

Figure V-24 : Le secteur de la grande distribution au Liban.

Figure V-24 : Le secteur de la grande distribution au Liban.

29Faute de statistiques, il est difficile de mesurer et de visualiser les aspects spatiaux de cette réorganisation, qui semble s’effectuer au détriment de la moyenne distribution plus que du mini-commerce de proximité. Dans un premier temps, la rareté des enseignes conjuguée à l’attrait de la nouveauté a brouillé les lignes de clivage héritées de la guerre, en créant des zones de chalandise très fluides en décalage avec les territoires confessionnels. Aujourd’hui, le rééquilibrage spatial de l’offre banalise cette dimension transgressive des pratiques commerciales.

Le tourisme et les loisirs

30Le secteur du tourisme et des loisirs fut, avant la guerre civile, l’un des moteurs de la prospérité du pays. L’un des objectifs de la reconstruction était de le relancer. Il a récemment retrouvé son niveau d’avant-guerre, mais il subit durement l’impact des chocs politiques de 2005 et 2006 (cf. chapitre 2). Sur le plan de l’emploi, l’hôtellerie et la restauration représentent 3 à 4 % de la population active en 2001. L’organisation spatiale de ce secteur doit prendre en compte les pratiques des touristes internationaux, mais aussi celles des nationaux (résidents ou émigrés en vacances au pays), qui engendrent des formes spécifiques. Si, en nombre, les principales concentrations d’établissements se retrouvent dans les principales zones urbaines, le secteur constitue une ressource très importante pour la région du Mont Liban, renvoyant ainsi clairement aux pratiques de fin de semaine des nationaux et signalant en creux la vigueur de l’exode rural comme l’attachement aux lieux d’origine (fig. V-25). Dans les autres régions rurales non moins sujettes aux migrations, la faiblesse du secteur s’explique probablement par des pratiques différentes : en clair, les citadins moins fortunés vont moins au restaurant le dimanche. Signalons aussi le cas de Nakoura, au Liban-Sud, où des établissements de loisirs ont été créés pour les soldats stationnés de la FINUL.

31Il est difficile d’apprécier les pratiques touristiques des touristes étrangers. Les lieux du tourisme culturel (Baalbek, Byblos, Tyr, etc.) doivent être mentionnés, même s’ils reçoivent aussi de nombreuses visites des écoles.

Figure V-25 : Le secteur de l’hôtellerie-restauration.

Figure V-25 : Le secteur de l’hôtellerie-restauration.

32Les investissements fonciers liés au tourisme international apparaissent en revanche nettement à travers les achats de biens-fonds par des étrangers qui font, au-delà d’un seuil de 3 000 m², l’objet d’une déclaration au service du cadastre. Ces investissements se concentrent dans le centre du Mont Liban (caza du Kesrouan, du Metn, de Baabda et d’Aley) et à Beyrouth. Ils soulignent clairement la géographie des lieux d’estivage des ressortissants du Golfe d’avant la guerre. Après l’interruption des années de guerre, c’est là que de nouveau se concentrent les projets d’hôtels, de meublés et de centres de villégiature (fig. V-26).

Figure V-26 : Le poids des biens-fonds étrangers dans le total du caza.

Figure V-26 : Le poids des biens-fonds étrangers dans le total du caza.

33L’hôtellerie (fig. V-27) s’inscrit dans ce schéma. Mais la distinction en fonction de la catégorie des établissements (bien que les classements du ministère du Tourisme fassent l’objet de contestation) permet d’affiner le commentaire. À Beyrouth et sur le littoral proche, les hôtels de luxe occupent une place prépondérante. Dans la plupart des zones d’estivage montagnardes à l’est de Beyrouth, comme à Zahleh, le tourisme « populaire » est le plus souvent prépondérant, de même qu’à Jounieh, mais l’hôtellerie de luxe demeure présente. Dans une troisième enveloppe, l’hôtellerie apparaît bien plus modeste en nombre de lits et d’établissements et elle s’adresse principalement à une clientèle locale.

Figure V-27 : Les hôtels par grande région.

Figure V-27 : Les hôtels par grande région.

34La carte des restaurants (fig. V-28) souligne fortement l’opposition entre, d’une part, Beyrouth et les principales villes et, d’autre part, les espaces de loisirs et de villégiature de la côte et surtout de la montagne, où l’on trouve de très grands restaurants « baladi » où se retrouvent amis et familles pour les vacances ou les fins de semaine. Toutefois, la liste publiée par le ministère du Tourisme n’est pas complète et omet en particulier plusieurs zones populaires, comme sur l’Oronte ou le Hasbani.

Figure V-28 : Les restaurants au Liban.

Figure V-28 : Les restaurants au Liban.

35Dans Beyrouth intra-muros, la carte des lieux de sortie saisit une géographie en constant renouvellement depuis 15 ans (fig. V-29). Durant la guerre civile, le centre-ville et le quartier des hôtels de Zeitouneh et Aïn el-Mreisseh avaient été ravagés. Une grande partie des lieux de sortie s’était regroupée dans la banlieue est et dans le Kesrouan, autour de Jounieh. À Beyrouth-ouest, les lieux de loisirs s’étaient concentrés à Raoucheh, sur la corniche de la grotte aux pigeons. Hamra, l’ancienne centralité à la mode des années 1960, avait également gardé une fonction de loisirs, qui s’était appauvrie.

Figure V-29 : Les restaurants et établissements de loisirs à Beyrouth.

Figure V-29 : Les restaurants et établissements de loisirs à Beyrouth.

36Progressivement, à la faveur du retour à la normale, de nouveaux lieux ont émergé. Le premier d’entre eux est le secteur de la rue Monot, un quartier situé près de l’ancienne ligne de démarcation où se bousculent restaurants et bars installés dans d’anciennes bâtisses restaurées souvent avec originalité. Tout le quartier d’Achrafieh, où s’était développée une petite fonction de loisirs durant la guerre, a profité de cette tendance. À partir de la fin des années 1990, la fin de la restauration du quartier de l’Étoile a entraîné une floraison de nouveaux établissements dans le centre-ville, pris d’assaut par les touristes. La construction de nouveaux hôtels, sur le front de mer, a également permis un changement d’aspect de la corniche d’Aïn el-Mreisseh, devenue un lieu de promenade très fréquenté. Gemmayzeh, charmant quartier au bâti ancien, entre à son tour dans un processus de gentrification. Depuis quelques années, on y observe des ouvertures de restaurants. Alors que la clientèle du centre-ville est plus internationale et plus âgée, celle de Monot et de Gemmayzeh est plus jeune et plus libanaise. À l’ouest, de grands investissements immobiliers ont assuré le développement du quartier de Verdun où se combinent nouveaux espaces du shopping de luxe et loisirs. Quant au quartier de Hamra, il connaît également des restructurations. Traditionnel quartier de bureaux qui draine autour de lui des petits restaurants, il demeure aussi un lieu fréquenté par les étudiants, notamment à proximité de l’Université américaine. Raoucheh fait également l’objet de nombreux investissements dans le domaine des loisirs. Badaro est une petite centralité qui s’étiole depuis la guerre.

37Les nouvelles pratiques font preuve d’une remarquable plasticité qui s’adapte aux stratégies offensives des investisseurs. Elles s’affranchissent en partie des cloisonnements hérités de la guerre. La corniche, Monot ou le centre-ville sont des espaces confessionnellement très mixtes. En revanche, les nouveaux standards de consommation et de comportement qui s’y imposent les rendent de fait peu accessibles aux classes populaires.

Table des illustrations

Titre Le centre Sabbagh, un complexe bancaire à l’entrée de la rue Hamra (architectes : Alvar Aalto et Alfred Roth, 1966), témoigne de l’orientation tertiaire de ce secteur de la capitale.
Crédits Photo Éric Verdeil, 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Paysage agricole – Vignes en terrasses et plantations de fruitiers à Niha autour d’un site romain (au nord-ouest de Zahleh).
Crédits Photo Laetitia Démarais, mars 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure V-1 : La structure du PIB libanais et son évolution récente.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure V-2 : Taux de croissance annuel par secteur (1997-2002).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-4.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure V-3 : Taux de croissance annuel du PIB.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-5.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure V-4 : Les établissements au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-6.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure V-5 : Le ratio établissements-population.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-7.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure V-6 : Les grands établissements.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure V-7 : La structure régionale de la population active par branche d’activités.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-9.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure V-8 : La pluriactivité des actifs agricoles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-10.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure V-9 : Taille moyenne des exploitations.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-11.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure V-10 : Les grandes exploitations agricoles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-12.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure V-11 : Les cultures irriguées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-13.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure V-12 (a, b, c et d) : Les cultures arborées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-14.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure V-13 : Les cultures de plein champ (a) et les cultures intensives (b).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-15.png
Fichier image/png, 169k
Titre Figure V-14 : La culture du tabac.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-16.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure V-15 : L’élevage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-17.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure V-16 : L’évolution récente des branches de l’industrie.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-18.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure V-17 : Les établissements industriels.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-19.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure V-18 : Les grands établissements industriels.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-20.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure V-19 : La croissance de quelques branches des services (1997-2002).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-21.png
Fichier image/png, 22k
Titre La route commerciale dans la Békaa vers Chtaura (au pied du Mont Liban, au fond) vue depuis Masnaa, à la frontière syrienne. Parcourue par un intense trafic, dont de nombreux taxis collectifs (premier plan), cette voie illustre l’intensité des échanges entre la Syrie et le Liban. Elle subit aujourd’hui les contrecoups de la tension entre les deux pays.
Crédits Photo Karine Bennafla, avril 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure V-20 : L’évolution du secteur bancaire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-23.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure V-21 : Répartition régionale des crédits et dépôts.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-24.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure V-22 : La densité commerciale au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-25.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure V-23 : La densité commerciale dans le Mont Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-26.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure V-24 : Le secteur de la grande distribution au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-27.png
Fichier image/png, 109k
Titre Figure V-25 : Le secteur de l’hôtellerie-restauration.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-28.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure V-26 : Le poids des biens-fonds étrangers dans le total du caza.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-29.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure V-27 : Les hôtels par grande région.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-30.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure V-28 : Les restaurants au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-31.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure V-29 : Les restaurants et établissements de loisirs à Beyrouth.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/420/img-32.png
Fichier image/png, 54k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540