Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 8 - Chaghour

Le tour de ville et Bab al-Saghir

Texte intégral

1La portion de tour de ville concernant Chaghour se divise en deux sections. À l’ouest de la porte (p. 354) elle rejoint la rue du Midan et conduit vers Bab al-Jabiya. À l’est (p. 355), elle passe devant Bab Kisan et file jusque Bab Charqi. La première section, la plus urbaine comme en témoignent les tombeaux et les mosquées qui la bordent, est plus large, plantée de grands eucalyptus. Son paysage urbain n’est pas sans rappeler son homologue du nord la rue Malik Fayçal. C’est une voie où cohabitent activités artisanales et fonctions résidentielles.

2La rive nord de cette voie, édifiée jusqu’au fossé du rempart, présente une façade de petits ateliers aux dimensions de boutiques de souk et de modestes bayka-s, parfois surmontés de logements, sans solution de continuité de la rue du Midan à Bab al-Saghir. Ces espaces d’activités occupent une première épaisseur parcellaire d’une profondeur d’environ 15 m. À l’arrière de cette bande, un hasard d’entrepôts, de vagues ateliers et de larges cours dégageant diverses ouvertures sur le rempart, a pris place dans l’ancien fossé. L’autre face de la rue, bloquée à l’arrière par le cimetière, développe, en alternance avec des ateliers, plusieurs tombeaux, des mosquées et un ensemble d’habitations de deux niveaux au-dessus du rez-de-chaussée (p. 367, 368). C’est un type d’immeubles à appartements, distribués autour d’une cour, très exceptionnel dans les faubourgs.

  • 1 Sa profondeur, largement en dessous du niveau de la rue actuelle, témoigne certainement de l’ancien (...)

3À l’approche de Bab al-Saghir le tissu se densifie, les rues s’animent, les installations commerciales se font plus nombreuses. Campé sur le rempart, le minaret de la mosquée, construite contre le mur extérieur de la porte, marque la fin de la séquence d’entrée de ville (p. 355). L’attractivité de ce lieu d’échanges et de ruptures de charges a fortement polarisé les équipements qui se sont installés en rangs serrés sur les voies convergentes. Une vaste écurie1 toujours active (p. 379), de grands khans en retraits dans le quartier, l’addition des bayka-s et des entrepôts, témoignent d’une situation urbaine ancienne, perpétuée aujourd’hui dans la valse des taxis, des camionnettes, la permanence des menuiseries artisanales, la concentration des boucheries et l’effervescence du souk d’entrée de ville.

4Après l’intensité urbaine de la porte, la partie est, du tour de ville ne présente plus la même diversité d’édifices. Côté rempart, une continuité d’édifices à rez-de-chaussée commerciaux s’est installée dans le fossé. Sur l’autre rive un type semblable domine un premier temps, avant de céder la place aux maisons à cours.

Plan parcellaire en 1930

Plan parcellaire en 1930

Notes

1 Sa profondeur, largement en dessous du niveau de la rue actuelle, témoigne certainement de l’ancienneté de sa construction dans le fossé du rempart.

Table des illustrations

Titre Plan parcellaire en 1930
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540