Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 7 - Le Midan

Les bayka-s du Midan

Texte intégral

1Les bayka-s du Midan sont des entrepôts destinés à accueillir la production de blé du Hauran nécessaire à l’approvisionnement de la ville de Damas.

2On compte encore actuellement 58 bayka-s sur la rue du Midan. On en trouve aussi quelques-unes dans les faubourgs de ‘Amara et de Chaghour au nord et au sud de l’enceinte.

3De nombreuses bayka-s ont perdu leur fonction originale d’entrepôts à grains ; peu sont laissées à l’abandon, la plupart servent de façon indifférenciée au commerce, à l’entrepôt de denrées diverses ou de local pour l’artisanat. La réutilisation de ces bâtiments est aisée car leur structure se prête à de multiples usages. Des dispositions de conservation seraient nécessaires pour éviter la disparition progressive de ces édifices face à la pression spéculative actuellement en cours dans ce faubourg.

4Les bayka-s ne sont pas des monuments ni des témoins reconnus d’une grande architecture, elles n’en constituent pas moins un type architectural suffisamment élaboré pour mériter l’attention.

5Les bayka-s sont constituées de murs de refend formant des travées parallèles à la rue ; celles-ci peuvent avoir de 3 à 6 m de large selon les bayka-s.La communication entre deux travées se fait par l’intermédiaire d’un ou de deux arcs percés dans le mur de refend. Ces arcs, brisés et très légèrement outrepassés, reposent sur des piédroits dont la hauteur varie de 1,50 m à 2,50 m. La hauteur des bayka-s est d’environ 6 m, la dernière travée peut être plus basse pour permettre la création d’ouvertures dans la différence de niveau, assurant la ventilation et l’éclairement du bâtiment.

6La première travée des bayka-s est souvent l’objet d’une occupation particulière ; des petits locaux de rangement ou des bureaux nécessaires au fonctionnement de l’entrepôt sont installés de part et d’autre de la porte. Ces espaces peuvent aussi être affectés à des commerces s’ouvrant sur la rue. Le dessus des boutiques dont la hauteur n’excède pas 3 m est alors récupéré par les bayka-s. Cette disposition qui permet de répondre aux nécessités de continuité commerciale du souk est fréquente à Damas quels que soient les bâtiments concernés, maisons, mosquées, khans.

7La structure spatiale des bayka-s est extrêmement simple et leur permet de s’adapter facilement à toutes les variations de forme et de dimension des parcelles.

8La profondeur de la parcelle fixe le nombre de travées ; celles-ci sont en principe régulières, mais une travée plus petite sur rue ou au fond du bâtiment permet de l’adapter à la dimension de la parcelle.

9La largeur de la parcelle est encore moins contraignante car il ne semble pas y avoir de règles précises pour fixer le nombre d’arcs. On remarque que la largeur maximale de l’arc est d’environ 9 m et qu’au-delà d’une douzaine de mètres de largeur de la parcelle, il y a soit redoublement de l’arc, soit agrandissement des parties pleines des refends de part et d’autre de l’arc.

10La structure constructive des bayka-s découle de l’organisation spatiale que l’on vient de décrire ; les refends parallèles supportant la toiture sont contreventés par le mur de clôture du bâtiment. La terrasse est faite de troncs de peupliers reposant sur les refends (p. 331). Une seule bayka comporte une toiture à deux pentes, la charpente s’appuyant sur les refends dont l’arase reste horizontale.

11L’assise périphérique du bâtiment est appareillée en pierre jusqu’à une hauteur de 80 cm environ, tandis que les refends le sont jusqu’à la naissance de l’arc, celui-ci étant entièrement réalisé par des claveaux de pierre taillée. Les murs sont ensuite construits en moellons recouverts d’enduit. Ils peuvent aussi être réalisés en brique et dans ce cas ils sont chaînés par des pièces de bois.

12L’emploi circonstancié de blocs de pierre taillée procède d’une parfaite intelligence constructive et d’une belle économie de moyens ; en effet les parties de murs en pierres appareillées, arcs, fondations, piédroits, sont les plus résistantes et sont celles qui reçoivent les plus fortes sollicitations.

13La façade sur la rue du Midan constitue le premier refend de la structure ; elle est la figure emblématique qui signale la présence des bayka-s tout au long de l’axe du faubourg. L’arc de la façade est occulté par de grandes portes en bois surmontées d’une imposte laissant pénétrer la lumière.

14L’architecture des bayka-s se caractérise donc par la mise en place d’une structure spatiale et constructive qui se reproduit jusque dans le dessin de la façade (p. 298), la qualité spatiale du bâtiment résulte de l’ampleur de la structure mise en œuvre et de la simplicité de son traitement architectural.

Les bayka-s du Midan

Les bayka-s du Midan

Rue du Midan, vue intérieur d’une bayka en activité

Rue du Midan, vue intérieur d’une bayka en activité

La structure des grands arcs en pierre taillée soutient l’armature en troncs de peupliers du toit terrasse

Structure constructive d’une bayka

Structure constructive d’une bayka

Table des illustrations

Titre Les bayka-s du Midan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Rue du Midan, vue intérieur d’une bayka en activité
Légende La structure des grands arcs en pierre taillée soutient l’armature en troncs de peupliers du toit terrasse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Structure constructive d’une bayka
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540