Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Chapitre 3 : Population et peuplement

Résumé

À travers l’étude de la population libanaise, pour autant qu’on puisse se fier aux chiffres imprécis, incertains, voire contradictoires qui circulent, deux observations en partie antagonistes se dégagent. Un premier élément est une tendance à l’homogénéisation des comportements et des structures démographiques. Le Liban est, parmi les pays arabes, un pionnier de la transition démographique. La baisse de la fécondité et l’adoption de comportements « modernes », naguère l’apanage de la population chrétienne plus éduquée et plus urbanisée, se diffusent sur tout le territoire et au sein de toutes les communautés. La ville, Beyrouth en particulier, fait figure à cet égard de creuset. Espace partagé, lieu de brassage, elle est le lieu à partir duquel se façonnent ces nouvelles pratiques. La littoralisation des hommes et des activités a pour corollaire la progressive perte de substance des montagnes et des zones rurales.
Cette unification des mœurs et des manières d’habiter n’uniformise pas pour autant les identités et les appartenances, religieuses ou tribales, dont témoigne la persistance d’autres pratiques qui informent les espaces d’origine comme les lieux de regroupements urbains des populations mobiles sur le territoire. Or, ces pratiques et ces appartenances questionnent une unité nationale problématique. Celle-ci se trouve également fragilisée par les mouvements migratoires, temporaires ou définitifs, des Libanais vers l’étranger, producteurs d’autres références et parfois de fidélités consenties à de nouvelles valeurs. À cette fragilité contribuent aussi, à l’inverse, l’installation permanente de groupes nationaux ou ethniques, mal intégrés sinon mis au ban de la société, comme les Palestiniens, et les migrations temporaires de migrants, syriens ou originaires d’autres pays.

Entrées d'index

Géographique :

Liban

Texte intégral

Campement de travailleurs migrants syriens à Chekka, près d’une cimenterie. Les régions du Akkar et de la Békaa reçoivent aussi régulièrement des populations migrantes en provenance de la région de Homs (Syrie).

Campement de travailleurs migrants syriens à Chekka, près d’une cimenterie. Les régions du Akkar et de la Békaa reçoivent aussi régulièrement des populations migrantes en provenance de la région de Homs (Syrie).

Photo Éric Verdeil, février 2006.

Dans le centre-ville en reconstruction de Beyrouth, église (arrière-plan) et mosquées (premier plan) ont été rénovées et affichent dans l’espace public la présence des communautés.

Dans le centre-ville en reconstruction de Beyrouth, église (arrière-plan) et mosquées (premier plan) ont été rénovées et affichent dans l’espace public la présence des communautés.

Photo Franck Scherrer, avril 2006.

L’incertitude des chiffres

1Le premier élément à souligner est l’extrême incertitude qui entoure les évaluations de la population. Aussi la prudence et le doute doivent-ils accompagner les constats, et on ne peut guère aller au-delà des ordres de grandeur et de tendances macros (fig. III-1).

2Les trois premières estimations disponibles sont des dénombrements et recensements entrepris sous le mandat français. Leurs usages politiques et sociaux en entachent la fiabilité. Une partie de la population contestait l’existence même de l’identité nationale libanaise, ce qui se traduisit par des sous-déclarations. En 1943, la finalité du comptage était l’aide alimentaire : les habitants avaient au contraire intérêt à être comptés. La question du décompte des émigrés partis à l’époque ottomane était aussi problématique. En tout état de cause, après 1932, plus aucun recensement n’a été réalisé et les chiffres reposent sur des extrapolations et des sondages.

3Après l’indépendance, il faut attendre la présidence de Fouad Chéhab (1958-1964) pour que naisse une véritable administration chargée des statistiques. Les réformes et les politiques sociales du régime se traduisent par une floraison de dénombrements et études, dont la plus sérieuse fut l’enquête par sondage sur la population active de 1970, dont l’estimation de la population résidente constitue la référence, même si elle fit l’objet d’un redressement en 1974. À cette date, la population résidente se montait à 2 126 000 personnes. Entre-temps, la seule institution compétente demeure l’état civil, qui agrège résidents et émigrés.

Figure III-1 : Les estimations successives de la population du Liban.

Figure III-1 : Les estimations successives de la population du Liban.

4Durant la guerre, les estimations disponibles sont très incertaines. Parmi elles émerge l’enquête sur les déplacés de 1987 (USJ/Laval 1992) qui retient le chiffre de 3 millions de résidents. Après la guerre, l’administration des statistiques se reconstruit péniblement avec l’aide de la communauté internationale. Deux enquêtes publiées à un an d’intervalle, par le ministère des Affaires sociales (MAS) et l’Administration centrale des statistiques (ACS), font apparaître un écart de près de 25 %. La première estime la population libanaise résidente à moins de 3 millions en 1996, alors que la seconde, pour l’ACS, propose un chiffre proche de 4 millions en 1997. Cette divergence a suscité une polémique parmi les démographes libanais. En 2001, une enquête de l’Université Saint-Joseph s’appuyant sur la même méthodologie que l’ACS s’inscrivait dans la dans la continuité des estimations de cette dernière. En revanche, les derniers chiffres livrés par l’ACS pour l’année 2004 font apparaître un recul de la population, à 3,7 millions de résidents, en contradiction apparente avec les données précédentes, et plutôt dans la ligne de l’enquête du ministère des Affaires sociales de 1996.

5Trois points sont au centre de la discussion pour expliquer ces divergences. La qualité des bases de sondage fait problème. Ce n’est qu’en 1996 que fut achevé le recensement des immeubles dans tout le pays. Dans un pays où les migrations saisonnières se situent à un niveau élevé, la surestimation des résidences principales pourrait être à l’origine d’un chiffre trop élevé de la population.

6L’ampleur méconnue de l’émigration libanaise au cours des années récentes est également une variable susceptible de modifier les estimations de population. C’est là l’objet de discours passionnés et d’estimations déconcertantes (fig. III-2). Selon le solde des arrivées et départs de Libanais tenu par la Sûreté générale, le pays perdrait en moyenne 120 000 habitants par an depuis 1990. Certains auteurs évoquent une émigration se montant à 1,7 million depuis cette date. D’autres estimations retiennent des chiffres beaucoup plus modérés. Ainsi, en 2001, une étude de l’USJ estime à 600 000 les émigrés partis depuis 1975, dont environ 250 000 depuis 1991. Une autre étude propose le chiffre de 350 000 migrants définitifs et temporaires durant les années 1990. Une éventuelle accélération de l’émigration pourrait entraîner une stagnation, voire un recul de la population libanaise. En tout état de cause, les chiffres cités montre que l’émigration est un fait massif (cf. chapitre 2).

Figure III-2 : Les estimations de la population émigrée.

Figure III-2 : Les estimations de la population émigrée.

7L’estimation de la population résidente reste tributaire d’une dernière incertitude de taille : la population étrangère. Les enquêtes récentes la situent dans une fourchette de 4 % (MAS 1996) à 7 % (ACS 1997 et 2004). C’est là une question ancienne : en 1970, la population étrangère était estimée à environ 330 000 au Liban, soit environ 15 %, et elle représentait 25 % de la population du Grand Beyrouth, principalement des Syriens et des Palestiniens. De nombreuses incertitudes entourent le nombre de travailleurs syriens dans le pays, qui n’étaient officiellement, selon les permis de travail de 2003, qu’au nombre de 500, mais que certains analystes estimaient à un million à certains moments de la décennie passée ! Plus généralement, on note l’existence d’un fort volant de travailleurs clandestins dans le pays. Nous reviendrons plus en détail sur ce point dans la troisième partie de ce chapitre.

8Sans pouvoir trancher entre ces informations différentes, nous nous appuierons sur les données de 1997 pour l’étude de la répartition spatiale de la population, suivant en cela les auteurs du schéma d’aménagement du territoire libanais. C’est la seule enquête dont les résultats sont disponibles aux échelons locaux. Nous les confronterons sur certains points aux données des listes électorales de 2000.

Les dynamiques démographiques

9De tous les pays arabes, le Liban est le pionnier de la transition démographique. Sa population, notamment la composante chrétienne, a bénéficié depuis longtemps d’un large accès à l’éducation.

Tableau 1 : Indicateurs démographiques au Liban

Année

1970

1990

2004

Taux de mortalité (‰)

8

8

8

Taux de natalité (‰)

33

26

19

Espérance de vie (ans)

65

69

72

Source : Unicef (2005).

10L’amélioration des conditions d’hygiène a permis depuis longtemps d’atteindre un niveau de mortalité modéré, tandis que la natalité a connu une diminution significative, passant d’environ 33 ‰ en 1970 à 19 ‰ en 2004, selon les données de l’Unicef. La baisse de la fécondité s’est amorcée dès les années 1950 et, selon diverses estimations, elle se situerait aujourd’hui en deçà du seuil de renouvellement de la population (fig. III-3).

Figure III-3 : L’évolution de la fécondité (1963-2005).

Figure III-3 : L’évolution de la fécondité (1963-2005).

11Cette baisse régulière signifie un rapprochement des comportements démographiques à l’intérieur du pays entre le centre et la périphérie, les villes et les campagnes et entre les communautés chrétiennes et musulmanes. Dans les années 1960, les données disponibles montraient que la baisse de la fécondité était beaucoup plus manifeste chez les chrétiennes, tandis que la fécondité restait à son maximum en milieu chiite. Toutefois, à niveau d’éducation et à milieu social comparables, les comportements démographiques restaient très proches. Aujourd’hui, on assiste à une convergence des indices entre régions, même si des écarts importants demeurent entre Beyrouth, où la fécondité est autour de 1,7 enfant par femme en 1993, et le Nord, où elle se situe à 3,4. Ces écarts s’expliquent largement par les différences de milieu socio-économique et d’accès à l’éducation (fig. III-4 et III-5). En outre, on peut observer que la convergence est plus rapide pour une région à population majoritairement chiite, comme le Liban-Sud, que pour le Liban-Nord, à population mêlée sunnite et chrétienne. Cela invalide donc les explications donnant une trop grande part à la dimension religieuse.

Figure III-4 : Les différences régionales de la fécondité.

Figure III-4 : Les différences régionales de la fécondité.

Figure III-5 : La fécondité et le niveau d’instruction des mères.

Figure III-5 : La fécondité et le niveau d’instruction des mères.

12La pyramide des âges et ses évolutions entre 1970 et aujourd’hui traduisent nettement en termes de structures par âge la diversité des comportements démographiques (fig. III-6). En 1970, la structure par âge de la population était celle, classique, d’un pays jeune, se traduisant dans la large base de la pyramide. Le rétrécissement marqué de la base de la pyramide en 2004 reflète la baisse de la natalité. Les effets de la guerre sont peu apparents : on peut sans doute lui attribuer le creux relatif pour les plus de 40 ans, lié à la surmortalité et aux départs, ainsi que le déficit relatif des 15-19 ans, imputable à un déficit de naissances, compensé en partie par la classe des 10-14 ans, c’est-à-dire des jeunes gens nés immédiatement après les accords de paix.

Figure III-6 : Pyramides des âges en 1970 et en 2004.

Figure III-6 : Pyramides des âges en 1970 et en 2004.

13L’observation régionale montre que la structure par âge des régions périphériques, et particulièrement le Nord, présente encore les caractères d’une population très jeune (fig. III-7). Les moins de vingt ans représentent près de 50 % dans plusieurs caza du Nord, alors qu’ils représentent moins de 30 % à Beyrouth et dans les caza chrétiens et aisés du nord du Mont Liban. Ces mêmes régions ont une population âgée de plus de 60 ans relativement élevée. Mais les régions touchées par l’occupation israélienne au Sud comptent également plus de personnes âgées, signe d’un exode des jeunes pour des raisons militaires autant qu’économiques.

Figure III-7 (a et b) : Les moins de 20 ans et plus de 60 ans par caza.

Figure III-7 (a et b) : Les moins de 20 ans et plus de 60 ans par caza.

14La taille moyenne des ménages souligne une configuration centre-périphérie qui reprend largement l’opposition entre régions de forte fécondité et régions vieillies (fig. III-8). Seuls dérogent à ce schéma les caza de Jezzine, Marjayoun et Hasbaya, marqués par l’occupation et dont la population est en bonne partie chrétienne.

Figure III-8 : La taille moyenne des ménages.

Figure III-8 : La taille moyenne des ménages.

La répartition régionale de la population et son évolution

15L’étude de la répartition régionale de la population libanaise ne se heurte pas seulement à la rareté et à la faible fiabilité des estimations, elle butte aussi sur l’inexistence de statistiques localisées.

La répartition de la population à l’échelle locale

Les grandes enquêtes disponibles sur la population n’ont publié des données qu’à l’échelle des muhafazat (ACS 1998 et USJ 2001) ou à l’échelle des caza (MAS 1996). En tout état de cause, l’échelon des caza est géographiquement peu signifiant (cf. chap. 1) et il est essentiel de disposer d’une estimation de la population à l’échelle locale. Pour cela, l’équipe du projet « Atlas des localités du Liban » a reproduit la démarche suivie par les consultants chargés du schéma directeur d’aménagement du Liban (CDR 2002). On a utilisé les résultats du recensement des immeubles et établissements de l’ACS en 1996-1997, qui avait pour but de mettre à jour la base de sondage destinée aux enquêtes suivantes. On dispose à l’échelle des quelque 1 500 circonscriptions foncières du Liban (équivalentes à des finages et à des quartiers de villes) de données sur les immeubles (date, hauteur, statut, occupation…) et sur les locaux occupés, en particulier les logements (principaux, secondaires, vacants). En croisant le nombre de logements principaux et la taille moyenne au niveau des caza, on obtient une estimation rudimentaire du nombre d’habitants. L’estimation de la taille des ménages est tirée de l’enquête MAS 1996 et n’est disponible qu’à l’échelle des caza. Afin de rendre cohérentes ces deux données, le calcul de la population résidente au niveau local par le produit nombre de logements x taille moyenne des ménages est ajustée par un coefficient qui fait coïncider le total ainsi obtenu et la population totale estimée par l’ACS à l’échelle des muhafazat en 1998. Dans la suite, ces résultats sont agrégés au niveau des 122 régions définies dans le cadre du projet « Atlas des localités du Liban ». L’approximation entraînée par l’estimation de la population à l’échelle des CF est ainsi limitée.

16Le Liban est l’un des pays de plus d’un million d’habitants les plus densément peuplés du monde, en particulier si l’on prend en compte l’importance des zones montagneuses. Les contraintes du relief et l’évolution économique du pays expliquent que la population se concentre très fortement sur le littoral, qui, dans sa définition SDATL, accueille plus de 33 % de la population sur 8 % de la surface et où les densités sont supérieures à 1 300 habitants par km². Dans l’intérieur, la population se concentre dans les villes principales, à Zahleh, Baalbek, Nabatieh. Les zones montagneuses et certaines régions rurales (Batroun, haut Jbeil) se distinguent par de plus faibles densités, néanmoins de l’ordre de 50 hab/km². Cette structure du peuplement est le reflet des contraintes climatiques et de relief ainsi que d’un exode rural ancien et durable (fig. III-9).

Figure III-9 : Population et densité de population au Liban.

Figure III-9 : Population et densité de population au Liban.

17Les données sur les migrations sont malheureusement, là encore, quasi inexistantes. Pour les approcher, on a souvent recours, au Liban, à la comparaison entre le lieu d’inscription à l’état civil et le domicile actuel. En effet, l’état civil a fixé, lors du recensement de 1932, le lieu d’inscription des familles. Les éventuelles migrations n’entraînent pas automatiquement de modification du lieu d’inscription et, dans les faits, les demandes de changement sont extrêmement rares. La comparaison entre l’état civil et le lieu de résidence est donc un indicateur des mobilités à long terme dans le pays. L’enquête de 1997 fournit une table croisant ces données. Celles-ci permettent d’identifier les grandes tendances migratoires à l’échelle séculaire (fig. III-10).

Figure III-10 : Origine régionale de la population par muhafazat.

Figure III-10 : Origine régionale de la population par muhafazat.

18Le premier fait majeur est que, à l’échelle des muhafazat, hormis le Mont Liban, la population résidente est très majoritairement originaire de la même région. Autrement dit, les principaux mouvements de population se sont effectués soit à l’intérieur de ces régions (des campagnes vers les villes), soit des régions périphériques vers la région centrale. Le seul brassage de population qui se produit dans ces régions résulte de l’arrivée de populations palestiniennes, notamment au Liban-Sud.

19La région du Mont Liban, et en particulier la région métropolitaine de Beyrouth, se distingue fortement de ce schéma. La capitale et sa banlieue se composent à plus de 50 % d’une population issue d’autres régions. Le reste du Mont Liban est bien plus homogène, mais environ un sixième de sa population est issu d’autres régions. Ces chiffres ne renseignent pas sur les migrations internes aux muhafazat, qui sont loin d’être négligeables, notamment entre caza du Mont Liban.

20Une analyse en termes de migrations « préférentielles » vers la région capitale et vers le Liban-Nord permet de souligner les bassins d’attraction démographique des villes principales (fig. III-11). Ce traitement souligne que la région capitale draine de manière privilégiée le Sud du Liban, notamment la muhafazat de Nabatieh et le caza de Jezzine et, à un degré moindre, le caza de Hermel (fig. III-11a). Inversement, certaines régions se distinguent par une moindre attraction pour la capitale, comme l’ensemble de la muhafazat du Nord, les caza du Kesrouan ou ceux du sud et du centre de la Békaa. Il faut y voir l’effet de l’attraction des autres villes du pays sur les migrations. Ainsi, Tripoli est la destination privilégiée des habitants du Nord (fig. III-11b), Jounieh celle de ceux du nord du Mont Liban, Zahleh et ses environs celle des habitants de la Békaa sud.

Figure III-11 (a et b) : Carte des migrations préférentielles.

Figure III-11 (a et b) : Carte des migrations préférentielles.

Ajustement de la structure par âge

La comparaison entre les listes électorales et la population résidente suppose de ne prendre en compte que la population adulte, ici âgée de 20 ans et plus. Il n’existe pas de données sur la population âgée de 21 ans et plus, correspondant à la population majeure. La structure par âge n’est connue qu’à l’échelle du caza grâce à l’enquête du ministère des Affaires sociales (MAS 1996). On retranche la part de la population âgée de moins de 20 ans dans le caza, et on ajuste ensuite afin que ce total corresponde à la population de cette tranche d’âge connue à l’échelle de la muhafazat.

Idéalement, il aurait été souhaitable également d’éliminer la population étrangère de la population résidente. Malheureusement, les deux sources MAS 1996 et ACS 1997 donnent des chiffres très différents, et d’ailleurs peu crédibles, de la population étrangère résidente. Nous préférons en rester à une donnée brute, malgré son caractère imparfait et critiquable, plutôt que de multiplier les hypothèses.

21La comparaison localisée de la population résidente et des inscrits sur les listes électorales est un indicateur utile pour identifier les régions particulièrement touchées par l’exode rural et, à l’inverse, celles qui accueillent ces migrants. Avec toutes les précautions nécessaires liées à l’incertitude entourant les données utilisées, la figure III-12 présente une image des grandes zones d’exode et de concentration sur le territoire libanais. Les régions en vert, autrement dit celles dont la population inscrite est supérieure à la population résidente, sont principalement les zones rurales et de haute montagne. Les régions de la frontière avec Israël sont particulièrement affectées par l’exode, de même que la région de Jezzine, occupée par la milice à la solde des Israéliens jusqu’en 1999.

Figure III-12 : Population résidente et inscrits sur les listes électorales.

Figure III-12 : Population résidente et inscrits sur les listes électorales.

Principe d’interprétation de la carte III-12

Une région affectée d’une valeur inférieure à 1 est principalement un lieu d’émigration. Inversement, une région dont le ratio est supérieur à 1 peut être considérée comme globalement réceptrice de population allochtone. (En réalité, la moyenne nationale s’établit à 0,9 en raison de l’émigration externe.) En revanche, une valeur proche de l’équilibre indique que la population résidente correspond à la population inscrite ; mais il est possible que la région ait été le lieu d’intenses mouvements d’arrivées et de départs qui s’équilibrent. La valeur de cet indicateur est également tributaire des réserves plus générales que l’on peut avoir à l’égard de la population inscrite et en particulier des distorsions qu’introduit l’émigration vers l’étranger (sous-déclaration des morts et des naissances).

22Les régions bénéficiaires des migrations intérieures sont principalement les régions urbaines, situées sur le littoral (Saïda, Tyr, Sarafand, Jounieh, Jbeil, Minieh, région de Nahr el-Bared) ou dans l’intérieur, comme Baalbek ou Hermel. Concernant les régions littorales, la part des camps palestiniens à Tyr et ses environs, à Saïda et à Nahr el-Bared doit être soulignée (les logements des camps sont inclus dans le calcul qui aboutit à la population résidente).

23Beyrouth apparaît dans la catégorie des zones déficitaires. Situation étrange en apparence, puisque la ville est le réceptacle de l’exode rural depuis un siècle. Deux explications vont de pair ici. La population inscrite dans la capitale compte plusieurs communautés particulièrement touchées par l’émigration : les Arméniens, les protestants, la quasi-totalité des juifs. En outre, la ville de Beyrouth connaît depuis environ 1970 une baisse de sa population, par desserrement (baisse de la taille moyenne des ménages) et par départ vers la banlieue, notamment à cause des destructions de la guerre, qui ont affecté environ 15 % des immeubles. En revanche, dans les banlieues de la capitale, la surreprésentation de la population résidente sur la population inscrite n’a rien pour étonner. C’est là d’ailleurs que les écarts sont les plus forts, avec un rapport de 4,6 résidents pour un inscrit dans la banlieue sud de Beyrouth, principale région d’immigration de la population chiite du Sud et de la Békaa.

24Tripoli, Nabatieh et la Békaa centrale se trouvent dans une situation intermédiaire, avec un rapport proche de la moyenne. Concernant Tripoli, il faut sans doute mettre en balance les migrations depuis son arrière-pays (Akkar, Dennieh) avec les départs forcés de chrétiens pendant la guerre et avec l’émigration. Nabatieh est historiquement une grande région d’exode rural et d’émigration. Mais la guerre l’a transformée aussi en refuge pour des déplacés de régions plus exposées. Un raisonnement similaire vaut pour la Békaa centrale : même si Zahleh et sa banlieue ont connu une forte croissance démographique et spatiale, l’émigration, notamment celle des chrétiens, a été forte.

25Entre 1970 et 1997, on assiste à une diminution du poids de Beyrouth, particulièrement accusée dans la ville centre, touchée par la décohabitation, le vieillissement et les départs liés à l’insécurité de la guerre (fig. III-13). Les banlieues de la région métropolitaine de Beyrouth ont continué à s’accroître en valeur absolue, mais leur poids est stable. En revanche, les régions périphériques connaissent un accroissement sensible. Cela s’explique par la fécondité plus importante de ces régions et recouvre probablement aussi un tassement de l’exode rural vers la capitale, compensé de surcroît par des retours vers les villes moyennes en provenance des régions touchées par le conflit.

Figure III-13 : Évolution de la répartition régionale de la population (1970-2004).

Figure III-13 : Évolution de la répartition régionale de la population (1970-2004).

26Entre 1997 et 2004, les évolutions sont peu marquées et l’émigration brouille le tableau. Il semble toutefois que l’on assiste à une stabilisation de la croissance des régions périphériques, ce qui pourrait traduire une émigration plus forte que la moyenne et, peut-être, une reprise des migrations intérieures vers le centre. En tout cas, Sud, Békaa et Nabatieh accusent un déclin relatif tandis que le Nord (plus fécond) et le Mont Liban (en l’absence d’information sur la répartition entre les banlieues et le reste de la muhafazat) enregistrent un regain.

Urbain et rural

27L’opposition centre-périphérie rend compte des dynamismes démographiques contrastés du pays : les périphéries rurales et pauvres à la fécondité forte s’opposent au centre déjà arrivé au terme de la transition démographique et y envoient une partie des migrants ruraux. Cette structure spatiale s’articule à l’opposition urbain-rural.

28Le semis des villes, villages et localités libanais souligne l’occupation extrêmement intense et ancienne de la contrée et, en même temps, les conditions inégalement favorables au peuplement (fig. III-14). Alors que la densité des localités est très forte sur tout le versant ouest de la montagne, la trame de l’habitat s’aère sur les plateaux du Sud et surtout dans la Békaa. Dans cette plaine plus sèche, les lignes de villages renvoient aux affleurements des sources. La haute montagne de la partie nord du Mont Liban et l’Anti-Liban sont vides. Cette structure du peuplement est l’héritière du xixe siècle, période pour laquelle D. Chevallier (1971) parle de saturation démographique de la montagne. Cette organisation est bouleversée par un siècle de migrations en faveur des villes et des zones littorales.

Figure III-14 : Semis des villes, villages et localités du Liban.

Figure III-14 : Semis des villes, villages et localités du Liban.

L’entrée de Baabdate (Metn) – Architecture typique du village d’estivage libanais, avec ses maisons à toit pyramidal. Cette petite ville connaît une forte densification et appartient aujourd’hui à la lointaine banlieue de Beyrouth.

L’entrée de Baabdate (Metn) – Architecture typique du village d’estivage libanais, avec ses maisons à toit pyramidal. Cette petite ville connaît une forte densification et appartient aujourd’hui à la lointaine banlieue de Beyrouth.

Photo Walid Bakhos, juin 2007.

29La hiérarchie urbaine fait apparaître la prépondérance de Beyrouth (fig. III-15). Avec son agglomération et ses satellites de Jounieh, Bikfaya, Broumana-Beit Méry, Aley et Damour, considérés dans le SDATL comme « l’aire urbaine centrale », la région capitale accueille 39 % de la population libanaise. Cette aire centrale, à laquelle on pourrait ajouter à bon droit l’agglomération littorale de Jbeil-Byblos, qui la jouxte, écrase le reste du Mont Liban, largement dépeuplé et dépendant de la capitale. La seule exception notable est la région du Chouf, certes touchée par les exodes douloureux de la guerre, mais dont la composante druze conserve une relative autonomie.

Figure III-15 : La structure urbaine en 1997.

Figure III-15 : La structure urbaine en 1997.

30La seule autre grande ville est Tripoli qui, avec ses banlieues et périphéries mal structurées par les petits centres de Minieh et d’Abdeh, regroupe environ 350 000 habitants. Cette agglomération est la capitale incontestée du Nord et la destination privilégiée de l’exode rural. Bien que davantage liées au Mont Liban à cause des tensions de la guerre, les régions chrétiennes de la Koura, de Batroun, de Bcharri et de Zghorta, animées par des localités de taille modeste (Zghorta compte environ 20 000 habitants), restent dans la dépendance de la métropole tripolitaine.

31Saïda, Zahleh et Tyr se situent autour de 100 000 habitants. Chacune domine ses banlieues proches et dessert un espace rural limité. Ces villes subissent la concurrence, pour les services banals, d’autres villes proches comme Nabatieh, Baalbek, voire la conurbation de Barja et Chhim (environ 60 000 habitants) et, pour des services plus exceptionnels, elles sont directement supplantées par Beyrouth. Ce rayonnement limité des principales agglomérations libanaises est donc à la fois le signe de l’écrasement du réseau urbain par Beyrouth, capitale trop proche, et la marque du cloisonnement confessionnel et régional du Liban, qui pérennise des micro-territoires autonomes.

32Le monde rural est ponctué de bourgades de 5 000 à 10 000 habitants, petits centres de service, mais parfois aussi simples villages gonflés par une fécondité vigoureuse, en particulier dans le Nord du pays ou dans la Békaa. Entre 1970 et 1997, la population rurale au sens strict a reculé, si l’on retient les résidents des localités de moins de 2 000 habitants (pris comme repère en l’absence de définition officielle). Toutefois, les strates qui ont le plus progressé sont celles des villes petites et moyennes, et non Beyrouth et l’aire urbaine centrale (fig. III-16).

Figure III-16 : Répartition de la population par tranche d’agglomération en 1970 et 1997.

Figure III-16 : Répartition de la population par tranche d’agglomération en 1970 et 1997.

33La répartition géographique du parc de logement souligne la division entre urbain et rural sur le territoire libanais tout en mettant en évidence, en creux, les mouvements séculaires de migrations.

34La carte des résidences principales (fig. III-17) met essentiellement en valeur les régions urbaines. Les exceptions les plus notables sont certaines zones rurales éloignées telles que le Akkar, le Hermel ou le sud de la Békaa, qui présentent des taux élevés de résidences principales, signe d’un monde rural encore plein, à la différence du versant occidental du Mont Liban.

Figure III-17 : Résidences principales.

Figure III-17 : Résidences principales.

35Les résidences secondaires représentent 5,9 % du parc de logement. Elles sont particulièrement surreprésentées dans deux régions (fig. III-18) : sur le versant ouest de la montagne, à partir de la région d’Aley, et sur les plateaux méridionaux. Cette géographie rappelle celle du dépeuplement vigoureux qui a affecté le Mont Liban tout au long du xxe siècle. Elle indique toutefois, dans le même temps, les liens maintenus entre le monde urbain, réceptacle des migrations, et l’espace rural, lieu d’ancrage familial, de possession foncière, et souvent encore lieu où s’effectue le vote. Les régions d’Aley et du Chouf présentent des taux de résidences principales et secondaires relativement faibles, ce qui reflète les migrations forcées de la guerre, à travers un taux de vacance élevé du parc de logement (cf. chapitre 4).

Figure III-18 : Résidences secondaires.

Figure III-18 : Résidences secondaires.

Démographie confessionnelle

36L’urbanisation et la littoralisation, conjuguées à l’homogénéisation des comportements démographiques, touchent le Liban à l’instar d’autres pays au niveau de développement voisin. Il ne faudrait pourtant pas sous-estimer la permanence, ou plutôt la recomposition des appartenances locales et confessionnelles revendiquées. D’autres indicateurs sont requis pour mettre au jour les cloisonnements qui structurent le territoire de ce pays. Dans cette perspective, la question confessionnelle est cruciale pour comprendre le Liban, même si, faute de données, elle représente pour la recherche une planche extrêmement savonneuse. La répartition confessionnelle constatée au recensement de 1932 a eu pour finalité de justifier la répartition du pouvoir entre les trois principales communautés du pays. Depuis le « pacte national » de 1943, le président est un chrétien maronite ; la présidence du Conseil des ministres revient à un sunnite, alors que celle du Parlement est l’apanage des chiites. Plus largement, les sièges de députés, les hauts postes de la fonction publique et de l’armée sont distribués selon un subtil dosage entre les principales communautés. De nouveaux comptages officiels seraient susceptibles de remettre en cause ces équilibres et, de ce fait, sont exclus.

37Pour autant, de nombreuses données partielles ou officieuses renseignent sur l’évolution de la structure confessionnelle du pays. Les plus incontestables sont les listes électorales, bien qu’elles ne soient pas exemptes de biais. Elles excluent les mineurs (moins de 21 ans) et les Libanais de l’étranger qui ne font pas la démarche de s’inscrire.

38La comparaison des données disponibles entre 1932 et 2005 montre une très nette transformation de la structure confessionnelle. Alors qu’en 1932, avec ou sans les émigrés, la population chrétienne représentait une majorité, en 2005, le rapport est inversé (fig. III-19). Les musulmans constituent près de 60 % des inscrits sur les listes électorales. Selon des données provenant de l’état civil publiées par le quotidien Al-Nahar le 13 novembre 2006 et portant sur la totalité de la population libanaise (environ 4,855 millions d’habitants), le ratio penche encore plus nettement en faveur des musulmans (65 % contre 35 % de chrétiens), en raison de comportements démographiques plus féconds et de la structure par âge plus jeune. Cette inversion numérique tient largement au différentiel de fécondité cumulé entre chrétiens et musulmans sur le long terme. L’émigration joue aussi un rôle, mais celui-ci est plus difficile à cerner.

Figure III-19 : L’évolution de la structure confessionnelle de la population libanaise.

Figure III-19 : L’évolution de la structure confessionnelle de la population libanaise.

39Faute de série chronologique sur la fécondité par confession, le recours aux données des listes électorales se révèle de nouveau instructif. L’année de naissance figure en effet sur les registres. L’établissement de pyramides pour les principales confessions permet de comparer les structures par âge par groupe confessionnel, à l’exception des mineurs (fig. III-20).

40Les pyramides des confessions musulmanes (fig. III-20a), dont la base (les 20-40 ans) s’élargit, sont représentatives de populations au sortir de la première phase de la transition démographique (on ne parle ici que des plus de 21 ans). Toutefois, dans tous les groupes, quoique de manière graduée, des druzes aux alaouites en passant par les sunnites et les chiites, l’inflexion vers une diminution de la natalité est nette. Pour les druzes, un rétrécissement de la base est même visible.

41Les pyramides des communautés chrétiennes sont représentatives d’un stade plus avancé dans la transition démographique (fig. III-20b). L’allure des pyramides est beaucoup plus verticale, signe d’un vieillissement plus marqué de la population. Le rétrécissement de la base est particulièrement net, ce qui montre les effets de la baisse très nette de la natalité. Ces tendances seraient certainement beaucoup plus évidentes encore si l’on disposait des données pour la population mineure.

Figure III-20 : Pyramides des âges des musulmans (a) et pyramides des âges des chrétiens (b).

Figure III-20 : Pyramides des âges des musulmans (a) et pyramides des âges des chrétiens (b).

42Parmi les chrétiens, on peut aussi différencier les grandes confessions, maronites, orthodoxes et catholiques, des Arméniens (grégoriens et catholiques ici confondus) et des protestants (au sein desquels de nombreux Arméniens protestants). L’allure de ces dernières courbes indique un vieillissement encore plus accentué (quasi-verticalité de la pyramide, surreprésentation des personnes âgées). Ceci ne peut guère être mis au compte de l’adoption d’une fécondité plus faible. La distorsion de la pyramide s’explique plutôt par l’émigration ancienne et continue qui touche ces groupes, en particulier les Arméniens. Malgré la présence multiséculaire de groupes arméniens en Syrie ottomane, la présence arménienne au Liban s’explique très largement par l’exode forcé d’Anatolie pendant et au lendemain de la première guerre mondiale. Les Arméniens présents au Liban reçurent la nationalité en 1924. D’autres, arrivés plus tardivement, furent ensuite régularisés. Mais, pour une partie d’entre eux, le Liban ne fut qu’une étape vers d’autres lieux de la diaspora, voire, pour certains, pour un départ vers l’Arménie soviétique en 1947. La guerre civile libanaise a accéléré ce mouvement. Les enfants des migrants n’ont bien souvent pas été inscrits à l’état civil au Liban, et les décès n’y sont pas forcément déclarés. Les mêmes arguments expliquent les structures par âge des protestants (dont un bon nombre d’Arméniens protestants) et, plus encore, des juifs. Environ 5 600 israélites sont encore inscrits sur les listes électorales en 2005, alors qu’à peine une centaine résideraient au Liban.

43Plus globalement, la comparaison des pyramides des âges de la population résidente et de celle inscrite sur les listes électorales met en lumière un fort décalage entre ces deux populations, probablement lié, là encore, aux effets de l’émigration (fig. III-21). Les modalités d’enregistrement de la population électorale ont ainsi comme conséquence, par construction, un vieillissement accentué. En toute hypothèse, ce biais concerne toutes les confessions, mais inégalement, dans la mesure où celles-ci ne sont pas affectées au même degré par l’émigration. Historiquement, l’émigration a plutôt été le fait des chrétiens : en 1932, 25 % de la population chrétienne était en émigration, mais moins de 5 % des musulmans. Si l’on manque de données dans l’intervalle, il semble que, depuis la guerre libanaise, l’émigration est confessionnellement moins différenciée. Selon une estimation de 2002, les émigrants étaient pour environ 30 % des chiites, 30 % des maronites, 18 % des sunnites, etc. (Information International, 2002).

Figure III-21 : Pyramide des âges des résidents/pyramide des âges des inscrits.

Figure III-21 : Pyramide des âges des résidents/pyramide des âges des inscrits.

44L’inscription géographique du fait confessionnel exprime par excellence la diversité et les cloisonnements de l’espace libanais. Les cartes présentées ici (fig. III-22 et III-23) soulignent les forts contrastes d’implantation spatiale des différents groupes. Cette géographie confessionnelle reflète les mouvements anciens des communautés minoritaires chrétiennes ou musulmanes hétérodoxes ayant trouvé refuge dans la montagne. Elle porte néanmoins aussi la trace des transformations territoriales advenues durant la fin de l’Empire ottoman, avec par exemple la croissance de Beyrouth et les mouvements de population qui l’ont accompagnée (migrations des chrétiens de la montagne vers la capitale, installation des Arméniens).

45Outre la spécialisation régionale affirmée de la plupart des groupes confessionnels, on peut distinguer des communautés qui sont localement dominantes, comme les sunnites, les maronites, les chiites ou, plus ponctuellement, les orthodoxes ou les druzes, et des groupes qui sont constamment minoritaires. Toutefois, selon les régions, une confession du premier groupe peut très bien se trouver en situation minoritaire. Plus généralement, les données à l’échelle des 122 régions montrent que dans la majeure partie du pays, plusieurs communautés coexistaient et que les territoires monoconfessionnels étaient très rares.

Figure III-22 : La répartition des confessions chrétiennes.

Figure III-22 : La répartition des confessions chrétiennes.

La taille des cercles représentant l’effectif des inscrits suit la même échelle pour toutes les confessions. La discrétisation est en revanche spécifique à chaque groupe, en fonction de sa distribution statistique.

Source : listes électorales 2000 (ministère de l’Intérieur ; Moukhtarat).

Figure III-23 : La répartition des confessions musulmanes.

Figure III-23 : La répartition des confessions musulmanes.

La taille des cercles représentant l’effectif des inscrits suit la même échelle pour toutes les confessions.La discrétisation est en revanche spécifique à chaque groupe, en fonction de sa distribution statistique.

Source : listes électorales 2000 (ministère de l’Intérieur ; Moukhtarat).

46Il est vrai que la guerre a favorisé les regroupements communautaires, dont les informations de l’état civil ne permettent pas de prendre la mesure puisqu’elles n’y ont pas été enregistrées. Pour cette raison, la distribution géographique des groupes confessionnels au lieu de résidence n’est pas connue. Seules les listes électorales sont utilisables. Les territoires qu’elles dessinent sont en partie fictifs, ou plus exactement, ils ne sont pas ceux de la vie quotidienne, et ne prennent sens que dans des pratiques sociales comme le vote et les visites de fin de semaine. Plus encore, cette distribution spatiale fait partie d’un imaginaire et d’une symbolique des territoires. Il faut, pour l’analyser, avoir ces précautions à l’esprit.

47Les sunnites sont très présents dans les grandes villes, et sont en particulier nettement majoritaires à Saïda et Tripoli, tout en formant le premier groupe confessionnel à Beyrouth. Dans l’espace rural, les sunnites sont implantés dans les régions septentrionales du Akkar et de Dennieh, ainsi que dans la Békaa sud et l’Iklim al-Kharroub, au nord-est de Saïda, où ils occupent des positions majoritaires.

48Les chiites sont géographiquement très concentrés dans le Sud (Jabal Amil) et dans la Békaa nord, où ils sont en position parfois exclusive. Ils sont traditionnellement presque absents des villes, malgré une communauté minoritaire à Beyrouth et dans sa banlieue. Des communautés minoritaires sont implantées dans la région de Jbeil et en Békaa centrale. Le peuplement druze se concentre dans le Mont Liban sud (Chouf et région de Aley) ainsi que dans les piémonts de l’Hermon. Il est parfois fortement dominant et, ailleurs, plus mélangé. Les alaouites forment, au nord du Liban, de petits groupes minoritaires situés dans la continuité géographique de leur principal foyer communautaire, le Jabal Ansariyeh, en Syrie.

49Les communautés chrétiennes présentent également une forte concentration géographique. Les maronites sont fortement implantés sur le versant occidental du Mont Liban. Majoritaires dans le nord, du Kesrouan à la région de Zghorta, ils sont le plus souvent en situation de mixité dans la partie sud, avec des chiites (Sud, Jbeil), des druzes (Chouf, Aley, Metn) ou des orthodoxes (Metn, Koura). Les Grecs-orthodoxes et les Grecs-catholiques sont le plus souvent en position minoritaire dans un certain nombre d’implantations. Les orthodoxes comptent ainsi traditionnellement de fortes communautés dans les grandes villes littorales de Tripoli et Beyrouth. Dans l’espace rural, ils sont en situation de mixité dans le Metn et le Mont Liban central, ainsi que dans le sud-est du pays, dans la Békaa centrale et dans les plateaux du Akkar. Ils ne sont majoritaires que dans la Koura, au sud de Tripoli. Les Grecs-catholiques sont présents, minoritaires, dans les villes de Zahleh, Saïda et Tyr, et plus modestement à Beyrouth. Sinon, ils sont disséminés dans le sud du Mont Liban et dans la Békaa nord. Les deux communautés arméniennes, orthodoxe et catholique, sont concentrées à Beyrouth et dans sa banlieue est, ainsi que dans la Békaa centrale, leurs lieux d’implantation lors de leur arrivée d’Anatolie. Les autres communautés chrétiennes, dont les positions n’ont pas été cartographiées, se concentrent surtout à Beyrouth et dans le Mont Liban central ou la Békaa centrale.

La population étrangère au Liban

50Le cloisonnement de l’espace libanais ne se résume pas à la permanence des identités régionales ou confessionnelles. Terre de refuge séculaire, le pays a accueilli tout au long du xxe siècle de nouveaux groupes ethniques ou nationaux dont l’intégration inachevée ou refusée contribue encore à mettre en tension une société déjà travaillée par des appartenances potentiellement contradictoires ou conflictuelles. Aux séquelles des mutations et des conflits géopolitiques régionaux se rajoutent les migrations internationales de travail, qu’elles s’inscrivent dans un champ migratoire d’échelle proche-orientale ou plus vaste.

Les vagues de refugiés : Arméniens, Palestiniens, Kurdes et apatrides

51Arméniens et chrétiens minoritaires des confins anatoliens, arrivés par vagues dans les années 1920 et 1930, ont fait souche au Liban, mais nombre d’entre eux sont restés apatrides jusqu’à un décret de 1994 leur octroyant la nationalité. Cette mesure a également bénéficié à des populations nomades sunnites, longtemps restées en marge de la construction nationale. Celles-ci se sont sédentarisées dans la partie nord de la Békaa. Les Palestiniens originaires de sept villages de Galilée qui furent brièvement considérés comme Libanais dans les années 1920, ainsi que des descendants de Libanais, ont aussi acquis la nationalité à cette occasion.

52Cette mesure a doublement fait scandale. La naturalisation des Palestiniens, majoritairement sunnites, a fait craindre une tentative de jouer sur les équilibres communautaires libanais au détriment des chrétiens, tout en préfigurant une éventuelle implantation définitive de l’ensemble des réfugiés, qui fait aujourd’hui figure d’épouvantail. En outre, on a reproché au ministère de l’Intérieur de manipuler les listes électorales en inscrivant parfois les naturalisés ailleurs que dans leur village. Cette critique s’est appuyée sur le spectacle plusieurs fois renouvelé de groupes de naturalisés convoyés en autobus vers certains villages, en particulier dans le Metn, lors d’élections.

53La figure III-24 montre les lieux d’inscription des naturalisés. La région de Wadi Khaled et, plus largement, la Békaa correspondent à l’inscription des populations de nomades sédentarisés. Les inscriptions dans les villes du Sud reflètent l’inscription de Palestiniens d’origine libanaise ou issus des « sept villages » ayant temporairement été sous souveraineté libanaise, de même qu’au sud de Beyrouth ou près de Tripoli. Toutefois, dans ces grandes villes, ainsi que la Békaa centrale, les fortes concentrations de naturalisés traduisent aussi le poids des transfuges d’origine arménienne. Dans le Metn, Arméniens et chrétiens minoritaires d’origine syro-irakienne constituent une large part des naturalisés. Il reste que dans cette région, la proportion des naturalisés représente jusqu’à un tiers des inscrits, ce qui est difficilement compréhensible, en particulier hors des régions côtières, et alimente donc le soupçon de manipulation.

Figure III-24 : La répartition des naturalisés sur les listes électorales (1994).

Figure III-24 : La répartition des naturalisés sur les listes électorales (1994).

54La population palestinienne se monte officiellement à 450 000 réfugiés en 2005 selon l’UNRWA (agence des Nations unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens), mais n’atteint probablement que 300 000 à 350 000 personnes en raison de l’émigration. En 1997, l’ACS a estimé la population palestinienne à 200 000 personnes.

55La majeure partie de cette population est regroupée dans douze camps gérés par l’UNRWA, mais environ 44 % des réfugiés identifiés par cette agence ne sont pas enregistrés dans les camps. Les camps principaux sont ceux de Aïn el-Heloueh, à côté de Saïda, avec environ 30 000 personnes recensées, et ceux de Beddaoui et Nahr el-Bared au Nord, ainsi que ceux de la banlieue de Tyr. Dans la banlieue de Beyrouth, les camps accueillent aujourd’hui une population diverse. Aux Palestiniens se mêlent ouvriers syriens, égyptiens ou soudanais, domestiques sri-lankaises ou philippines. Des regroupements informels, nombreux dans le Sud notamment, doivent être pris en compte.

56La population palestinienne a durement subi la guerre. Les estimations vont de 50 000 à 75 000 morts pour les victimes palestiniennes, miliciens et civils. Plusieurs camps et regroupements informels ont été détruits ou leur population massacrée. Le massacre de Sabra et Chatila (1982) demeure le symbole de la violence endurée par les Palestiniens. Aujourd’hui encore, l’UNRWA continue d’identifier les originaires des camps de Dekouaneh, détruit en 1976 par les milices chrétiennes, et celui de Nabatieh, également détruit durant la guerre.

57Les Palestiniens du Liban subissent jusqu’à aujourd’hui une situation d’exclusion sociale et économique sans pareille dans les autres pays arabes. Ils sont soumis à des restrictions dans l’accès au marché du travail. Jusqu’en 2005, ils étaient exclus de 72 professions, une mesure récemment adoucie. Leur accès à la propriété foncière et immobilière est également restreint. Or, parallèlement, les ressources qui finançaient les institutions scolaires ou médicales au service de la population palestinienne, qu’elles émanent de l’OLP ou de l’UNRWA, se tarissent et sont réorientées vers les Territoires palestiniens. Les Palestiniens du Liban vivent une situation sociale dramatique. La radicalisation politique islamique observée ces dernières années, notamment dans les camps du Sud, moins contrôlés par les services syriens et libanais, doit se comprendre dans ce contexte.

Figure III-25 : La population palestinienne au Liban.

Figure III-25 : La population palestinienne au Liban.

Les travailleurs étrangers

58Le Liban, lieu d’émigration, est par ailleurs également un pays d’immigration de main-d’œuvre. L’origine des travailleurs enregistrés par le ministère du Travail souligne la forte incidence de la mondialisation, avec la présence significative d’une main-d’œuvre étrangère dans les secteurs faiblement qualifiés, en particulier pour le service à domicile, pour l’agriculture, le BTP et les travaux de force (fig. III-26). Le terme de « Sri-Lankaise » a pris une valeur générique pour désigner une domestique, bien que ces emplois soient occupés aussi par des Philippines, des Indiennes, des Éthiopiennes et des ressortissantes d’Afrique de l’Ouest, voire d’autres pays africains. Ces nations ont progressivement pris la place des Libanaises, Palestiniennes et Syriennes qui servaient jusqu’à la guerre dans les maisons libanaises des classes supérieures. Les Libanais suivent ici l’habitude prise par des expatriés libanais dans le Golfe. Il n’est pas rare que ces femmes subissent au quotidien de nombreuses vexations, une exploitation parfois éhontée et des restrictions de liberté, notamment la confiscation du passeport. Un nombre plus restreint d’hommes originaires de ces pays est aussi installé au Liban. Certains ont fait souche et une société cosmopolite parallèle, ayant ses quartiers de misère, ses souks et son rude marché de l’emploi se met en place.

Figure III-26 : L’origine et le sexe des travailleurs étrangers au Liban.

Figure III-26 : L’origine et le sexe des travailleurs étrangers au Liban.

59Dans les autres secteurs, l’immigration est masculine et essentiellement arabe. La présence syrienne, massive, est totalement omise par les statistiques. Cette présence, très variable dans le temps en fonction de la conjoncture économique libanaise (boom de la reconstruction ou récession) et des saisons (l’hiver n’est propice ni au BTP, ni à l’agriculture), est estimée dans une fourchette de 300 000 à 800 000 travailleurs. Leur contribution au redressement économique du Liban de l’après-guerre est essentielle, bien que l’opinion publique ait reproché à ces travailleurs d’être les agents des services syriens, à l’arbitraire duquel ils étaient pourtant largement soumis, et de ne pas contribuer à la consommation locale, en exportant leurs salaires vers leur pays. Le récent refroidissement syro-libanais et les violences qu’ils ont subies ont conduit à un exode important des travailleurs syriens et il est difficile de savoir s’ils seront remplacés, et dans quelle proportion, par d’autres nationalités – essentiellement des Arabes, notamment égyptiens et soudanais.

60Le Liban semble aussi devenir un point de transit pour les candidats à l’émigration kurdes, irakiens, yéménites, etc. Les conflits régionaux sont une cause majeure de départ et le nombre de demandeurs d’asile augmente, en particulier, depuis 2003, ceux en provenance d’Irak. Mais les statistiques du centre de rétention de Beyrouth montrent également la part des autres nationalités, y compris des travailleurs d’origine arabe ou asiatique, illégalement installés au Liban (fig. III-27).

Figure III-27 : Principaux pays d’origine des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés au centre de détention de Beyrouth (1998-2003).

Figure III-27 : Principaux pays d’origine des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés au centre de détention de Beyrouth (1998-2003).

61Enfin, le tableau de la présence étrangère au Liban ne serait pas complet si l’on ne mentionnait l’existence de ressortissants européens ou américains. Il s’agit toutefois d’effectifs assez faibles, de l’ordre de quelques milliers, concentrés dans la capitale, essentiellement des agents de firmes internationales ou des personnels diplomatiques et consulaires.

Table des illustrations

Titre Campement de travailleurs migrants syriens à Chekka, près d’une cimenterie. Les régions du Akkar et de la Békaa reçoivent aussi régulièrement des populations migrantes en provenance de la région de Homs (Syrie).
Crédits Photo Éric Verdeil, février 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Dans le centre-ville en reconstruction de Beyrouth, église (arrière-plan) et mosquées (premier plan) ont été rénovées et affichent dans l’espace public la présence des communautés.
Crédits Photo Franck Scherrer, avril 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure III-1 : Les estimations successives de la population du Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-3.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure III-2 : Les estimations de la population émigrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure III-3 : L’évolution de la fécondité (1963-2005).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure III-4 : Les différences régionales de la fécondité.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-6.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure III-5 : La fécondité et le niveau d’instruction des mères.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-7.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure III-6 : Pyramides des âges en 1970 et en 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-8.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure III-7 (a et b) : Les moins de 20 ans et plus de 60 ans par caza.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-9.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure III-8 : La taille moyenne des ménages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-10.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure III-9 : Population et densité de population au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-11.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure III-10 : Origine régionale de la population par muhafazat.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-12.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure III-11 (a et b) : Carte des migrations préférentielles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-13.png
Fichier image/png, 113k
Titre Figure III-12 : Population résidente et inscrits sur les listes électorales.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-14.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure III-13 : Évolution de la répartition régionale de la population (1970-2004).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-15.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure III-14 : Semis des villes, villages et localités du Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-16.png
Fichier image/png, 63k
Titre L’entrée de Baabdate (Metn) – Architecture typique du village d’estivage libanais, avec ses maisons à toit pyramidal. Cette petite ville connaît une forte densification et appartient aujourd’hui à la lointaine banlieue de Beyrouth.
Crédits Photo Walid Bakhos, juin 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure III-15 : La structure urbaine en 1997.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-18.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure III-16 : Répartition de la population par tranche d’agglomération en 1970 et 1997.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-19.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure III-17 : Résidences principales.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-20.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure III-18 : Résidences secondaires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-21.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure III-19 : L’évolution de la structure confessionnelle de la population libanaise.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-22.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure III-20 : Pyramides des âges des musulmans (a) et pyramides des âges des chrétiens (b).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-23.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure III-21 : Pyramide des âges des résidents/pyramide des âges des inscrits.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-24.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure III-22 : La répartition des confessions chrétiennes.
Légende La taille des cercles représentant l’effectif des inscrits suit la même échelle pour toutes les confessions. La discrétisation est en revanche spécifique à chaque groupe, en fonction de sa distribution statistique.
Crédits Source : listes électorales 2000 (ministère de l’Intérieur ; Moukhtarat).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-25.png
Fichier image/png, 148k
Titre Figure III-23 : La répartition des confessions musulmanes.
Légende La taille des cercles représentant l’effectif des inscrits suit la même échelle pour toutes les confessions.La discrétisation est en revanche spécifique à chaque groupe, en fonction de sa distribution statistique.
Crédits Source : listes électorales 2000 (ministère de l’Intérieur ; Moukhtarat).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-26.png
Fichier image/png, 205k
Titre Figure III-24 : La répartition des naturalisés sur les listes électorales (1994).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-27.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure III-25 : La population palestinienne au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-28.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure III-26 : L’origine et le sexe des travailleurs étrangers au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-29.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure III-27 : Principaux pays d’origine des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés au centre de détention de Beyrouth (1998-2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/418/img-30.png
Fichier image/png, 13k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540