Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 7 - Le Midan

Le site

Testo integrale

  • 1 Éléments repris de : Yves Roujon, Luc Vilan, Le Midan, actualité d’un faubourg ancien de Damas, Ifp (...)

1Sur les plans de 1930, les limites du quartier sont précisément tracées. Elles expriment une opposition franche entre l’urbanisation et l’oasis. Le tissu urbain ne montre aucune dégradation entre le centre du quartier et ses périphéries, la densité du bâti restant constante jusqu’aux limites du faubourg1.

2Les limites du Midan sont constituées par les murs des jardins ou des maisons qui présentent des façades aveugles sur la Ghouta.

3À la même époque dans les quartiers nord de la ville et le long de la route de Salihiyya un phénomène très différent est en œuvre. L’urbanisation se diffuse dans les jardins transformant progressivement la Ghouta.

4Le faubourg du Midan enfermé dans un ensemble continu de murs assimilables à une enceinte est isolé de son territoire. Cette « enceinte » n’a pas de rôle défensif, elle fonctionne à double sens, limite l’urbanisation du Midan et protège la Ghouta des constructions parasites. Plusieurs portes signalent les lieux de passage entre la Ghouta et le faubourg, d’autres marquent les limites de quartier à l’intérieur même du faubourg.

5Le tracé exact des limites du Midan est déterminé par la géométrie du parcellaire de la Ghouta. La forme très découpée du faubourg exprime en négatif la structure des parcelles agricoles récupérées par l’urbanisation. Elle montre que l’extension s’est faite au détriment de la Ghouta, sans plan d’ensemble, au gré des opportunités foncières.

6Quatre cas-types illustrent les différentes situations rencontrées :

  • les jardins de la Ghouta arrivent en limite du faubourg, il n’y a aucune relation entre les 2 territoires ;

  • un chemin longe la limite urbanisée mais il ne dessert aucune parcelle ;

  • une voie de la Ghouta pénètre dans le Midan et devient une rue du quartier ; la structure de l’oasis a servi de support à l’urbanisation ;

  • au sud, la rue qui borde le quartier dessert de nombreuses parcelles ; cette limite, beaucoup moins étanche que les limites est et ouest, devait permettre en 1930 une croissance naturelle du faubourg vers le sud.

7L’Histoire en a décidé autrement, l’urbanisme programmé des plans d’extension de Danger en 1937 puis d’Écochard en 1968 oriente alors la croissance de la Ville et du Midan dans d’autres directions.

Structure et hiérarchie des voies en 1930

Structure et hiérarchie des voies en 1930

Note

1 Éléments repris de : Yves Roujon, Luc Vilan, Le Midan, actualité d’un faubourg ancien de Damas, Ifpo 1997.

Indice delle illustrazioni

Titolo Structure et hiérarchie des voies en 1930
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4178/img-1.jpg
File image/jpeg, 121k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540