Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 6 - Suwayqa

Les limites du faubourg

Texte intégral

1C’est dans la fourche des voies territoriales issues de Bab al-Jabiya, la rue du Midan et Bab Srija respectivement la voie du Pèlerinage et la route de Palestine, que le quartier s’est développé. Les deux voies abritent d’importantes fonctions à l’échelle de la ville. Bab Srija, au nord, est le grand souk extra-muros des produits de bouche. La foule y est dense en permanence. Elle vient des différents quartiers de Damas pour acheter pâtisseries, fruits, légumes, viande et poissons. Équipements et édifices religieux ponctuent discrètement son parcours. La plupart du temps mosquées, hammams ou tombeaux ne laissent voir sur la rue qu’une porte, un auvent ou une enseigne entre deux boutiques. Ici, le commerce prime.

2À l’est, la rue du Midan dédouble la rue Qasr Hajjaj devenue trop étroite pour le rassemblement du pèlerinage (voir chapitre sur le Midan). Son profil est dissymétrique. Sa rive ouest forme la « frontière » de Suwayqa. Madrasas et mausolées ottomans dressent leurs façades en alternance avec de grandes parcelles résidentielles. Après le souk couvert sa rive est longe le mur du cimetière de Bab al-Saghir et s’ouvre sur un paysage de stèles et de turba.

3Des tracés fondateurs du nouvel urbanisme de Damas donnent les limites ouest et sud du quartier. La rue Khaled Ibn al-Walid, à l’ouest, part de la gare du Hedjaz et, d’un dessin régulier de grande envergure, file jusqu’au sud du Midan pour reprendre la route du Hauran. Au sud, dans un premier temps, c’est une large « tranchée » séparant Suwayqa du Midan qui dresse la limite du quartier. Ultérieurement, cette percée portera une voie nouvelle (rue al-Mujtahid) et s’inscrira dans le contournement sud de Damas du plan de Danger de 1937. La « place-carrefour » de Bab Mousalla complète le dessin urbain par une composition en forme « d’étoile » intégrant les portions nord et sud de la rue du Midan.

4Les nouveaux tracés, se croisant en équerre, arrêtent, dès la fin des années 1930, la croissance organique portée par les anciennes voies. Ils régularisent les franges du quartier et donnent une cohérence d’ensemble à l’urbanisme de plan en intégrant l’ancien faubourg dans le nouveau dessin de la ville. Les grandes voies, dessinées essentiellement sur les jardins de la Ghouta, engagent la redéfinition foncière du territoire qu’elles traversent afin d’accueillir de nouveaux équipements tel l’hôpital al-Mujtahid ou des immeubles à appartements, de quatre étages ou plus, construits à l’alignement des rues. Un nouveau tissu urbain se fabrique. Il va dans la profondeur à la rencontre de l’ancien. La relation est plus ou moins conflictuelle, plus ou moins destructive.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540