Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 5 - Qanawat

État des lieux

Texte intégral

1Qanawat bénéficie, au-delà de ses propres qualités, d’une grande visibilité dans le centre ancien de Damas. La qualité de ses grandes demeures et les efforts engagés pour sa préservation l’ont gardé partiellement à l’écart des processus de destructions et de constructions récents. Néanmoins, un retour sur l’état des lieux du quartier met en perspective quelques situations sensibles.

2La rue Baroudi, réalisée en deux étapes au début du xxe siècle, et la grande voie parallèle au chemin de fer ont rapidement été bordées d’immeubles. Les hauteurs, voisines de celles des maisons anciennes, n’occasionnent pas de destructions « en chaîne » au-delà des terrains nécessaires. Les édifices bâtis à l’alignement des rues donnent quelques échantillons caractéristiques des maisons « à sofa central » et des petits immeubles de lotissements de la fin de la période ottomane.

  • 10 Cette capacité de mutation et de régénérescence des maisons à cours se retrouve dans d’autres situa (...)

3Pour le reste de la rue Baroudi, les fractures dans le tissu ancien ont eu le temps de se refermer. De grands arcs d’iwan, visibles de la rue, confirment, à l’occasion, la capacité d’évolution10 des maisons anciennes de Damas, aptes à se perpétuer malgré la disparition de pièces importantes tombées, dans ce cas, pour cause d’alignement.

4Au cours des dernières années, notamment dans le cadre du secteur sauvegardé englobant la rue de Qanawat et les voies attenantes, la réhabilitation ou la restauration de grandes maisons, quelques reconstructions et l’empierrement des espaces publics ont renforcé l’image patrimoniale du quartier. Aujourd’hui, les opérations s’enclenchent les unes à la suite des autres, contribuant à l’embellissement général de cette partie nord du quartier.

5Sur toute la partie ouest du quartier, les nouveaux lotissements des années 1920 ont été implantés sur d’anciens jardins englobés dans les nouveaux tracés. De petits immeubles bâtis sur une trame régulière de voies, légèrement en retrait des alignements, vont jusqu’au contact avec le tissu ancien. Les hauteurs voisines des maisons laissent les cours à l’abri des regards indiscrets. Si ces transformations anciennes de la structure urbaine ne sont pas directement la cause des dégradations, c’est néanmoins à leurs marges, dans les replis les moins visibles, que le tissu urbain est endommagé. Il reste fragile et les risques de prolifération des destructions demeurent.

6La déstabilisation du tissu part du centre faiblement structuré des grandes mailles. Là, le cadastre montre, au début du xxe siècle, un tissu urbain peu lisible ; une espèce d’agglomérat. Khan, habitat informel, restes de jardins ? À un moment, cette faiblesse structurelle a pu sembler être une bonne opportunité foncière pour la modernisation du quartier. Une école est ainsi construite au centre de l’îlot triangulaire, tandis qu’une boulangerie industrielle prend place dans le trapèze de la grande maille où l’opération s’accompagne du percement de plusieurs impasses et entraîne la destruction consécutive de plusieurs maisons. Sur la rue du souk de Bab Srija c’est un grand immeuble de béton qui est bâti sur le regroupement de plusieurs parcelles de maisons anciennes.

7En s’enchaînant les opérations ont ouvert de grandes brèches dans la structure ancienne au détriment des qualités résidentielles de l’espace. Aux abords, le tissu reste abîmé et l’aménagement paysager de quelques espaces vacants ne suffit pas à revaloriser ces secteurs. Les dos de maisons, les héberges, les demi-ruines qui persistent, donnent encore l’image d’un tissu éventré à l’avenir incertain. L’ensemble du patrimoine environnant est fragilisé comme en témoigne la détérioration des maisons à proximité des nouvelles opérations et singulièrement dans la ligne de tension entre les deux mailles. La perte de cohérence du tissu urbain est propice à la construction des premiers immeubles de trois étages qui engagent le processus « habituel », à la ruine des maisons alentours en menaçant à terme le cœur même du quartier.

8Dans ce bilan partiel, nulle ignorance de l’importance des équipements nouveaux pour la vie du quartier. Au contraire, car les actions en cours à Qanawat illustrent parfaitement les capacités d’évolution du tissu urbain ancien. Les réhabilitations, les transformations d’usages ou les constructions neuves respectueuses des gabarits et de l’architecture du quartier montrent l’énorme potentiel du patrimoine historique pour la modernisation du quartier et sa mise en valeur.

Un projet

9La préservation de Qanawat est déjà largement engagée au nord du quartier. C’est un appui important pour les autres secteurs.

10La façade du quartier vers la ville intra-muros comme la placette de Bab al-Jabiya relèvent d’une réflexion globale sur le tour de la ville intra-muros articulant la restauration des monuments historiques, la réhabilitation à l’identique des maisons anciennes avec un dessin cohérent des espaces publics. Un plan spécifique concernant l’ensemble du secteur, jusqu’à Bab al-Saghir (voir Chaghour), pourrait s’appliquer. Il viserait la mise en valeur du paysage urbain tout en assumant la cohabitation des espaces piétons et automobiles.

11La rue de Bab Srija est un très grand souk, vivant et fréquenté ; elle recèle un fort potentiel touristique. Son activité commerciale, son alignement de petites boutiques, les équipements de quartiers (hammams, mosquées, fours…) qui la bordent comme les petites maisons surmontant les boutiques, forment un ensemble délicat. Sa protection devrait chercher la conservation d’une cohérence d’ensemble à travers des mesures appliquées à la première épaisseur de parcelles en bordure de la rue (hachures bleues). La construction d’édifices exogènes, les remembrements parcellaires, ou l’implantation de commerces non quotidiens devraient être totalement prohibés au profit d’un soutien aux activités existantes et à l’amélioration, à l’unité, des boutiques. La mise en valeur du souk pourrait être renforcée par la réfection de l’espace public à l’instar de la rue de Qanawat.

12Nonobstant le périmètre immédiat des grandes voies historiques, tout l’ouest du quartier (hachures vertes sur la carte) largement bâti de typologies récentes peut être considéré comme un secteur de rénovation. Les seules contraintes à adopter concerneraient une altus tolendi limitant la hauteur des constructions, aux franges de ce secteur, à deux niveaux au-dessus du rez-de-chaussée.

13Pour le reste du quartier (en blanc sur la carte) les mesures s’attacheraient à préserver les qualités résidentielles et pittoresques actuelles. Le processus engagé avec les grandes demeures de la rue de Qanawat gagnerait à se développer en s’adaptant aux maisons plus modestes des petites parcelles afin de maintenir et vivifier le réseau des petites impasses et ruelles du quartier. Des mesures complémentaires de la réhabilitation du patrimoine domestique peuvent être sommairement énoncées : préservation au titre des monuments historiques des équipements anciens qui ne le seraient pas encore, protection des vues les plus pittoresques, limite stricte des nouvelles constructions à l’altitude moyenne des maisons à cours, maintien des alignements et des gabarits existants, autorisation des constructions neuves respectueuses des compositions architecturales préexistantes, interdiction des remembrements parcellaires à l’exception des très petites surfaces, etc.

14En complément de règles générales, des projets particuliers d’aménagement des espaces publics et de réhabilitation du tissu urbain sont à prévoir pour des secteurs sensibles comme la liaison entre l’école nouvelle et la rue Bab Srija (hachures rouges dans le quartier) où l’enjeu est de taille car le secteur particulièrement détérioré renferme la logique de continuité entre le faubourg de Qanawat et son voisin Suwayqa.

État des lieux du quartier en 1998

État des lieux du quartier en 1998

Préservation du faubourg de Qanawat : plan de synthèse

Préservation du faubourg de Qanawat : plan de synthèse

Notes

10 Cette capacité de mutation et de régénérescence des maisons à cours se retrouve dans d’autres situations urbaines (voir l’exemple d’Alger, L. Vilan, « Les arcades de la Casbah », dans Paris s’exporte, éd. Picard, Paris 1997). C’est un élément important des modes de transformation du tissu urbain des faubourgs de Damas, voir infra chapitre sur le lotissement du Midan.

Table des illustrations

Titre État des lieux du quartier en 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Préservation du faubourg de Qanawat : plan de synthèse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540