Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 5 - Qanawat

Entre la rue de Qanawat et la rue de Bab Srija

Texte intégral

1Au sud de l’aqueduc c’est un système de grandes mailles appuyées sur les rues de Qanawat et de Bab Srija qui organise le découpage du territoire. Dans cette configuration la première épaisseur de parcelles est desservie directement par les rues formant les mailles tandis que de petits systèmes arborescents et des impasses droites pénètrent l’épaisseur du tissu urbain pour distribuer les nombreuses propriétés qui y prennent place. L’état de conservation du quartier, les documents cartographiques portés à notre connaissance invitent à une description plus précise de ce secteur.

2Face à Bab al-Jabiya, les rues de Bab Srija et de Qanawat se séparent l’une de l’autre en déployant le tissu urbain comme un éventail. Après deux cents mètres de parcours, environ, une rue légèrement cintrée (rue al-Ta‘dil) les relie pour former une première maille, triangulaire. L’orientation des lignes parcellaires montre une première épaisseur de maisons suivant la courbure de la rue de Qanawat et directement desservies par la voie. De l’autre côté, la rue de Bab Srija distribue maisons, équipements et commerces. Seule, une longue impasse coudée part de cette portion de la rue pour s’enfoncer à l’intérieur de la maille et distribuer le tissu urbain dans sa profondeur. La dernière partie de cette maille est desservie par la rue al-Ta‘dil reliant les deux grandes rues à la manière d’un barreau unissant les montants d’une échelle.

3Cette dernière rue apporte dans la hiérarchie des voies de Qanawat l’échelle intermédiaire d’une rue principale de quartier. Elle est l’axe d’une structure dissymétrique. Sur sa rive est (vers l’intérieur de la maille triangulaire) deux impasses en arborescences irrégulières se développent, comme s’il s’agissait de distribuer un espace restant à l’arrière de l’urbanisation issue de la rue de Qanawat. À l’opposé, côté ouest, les impasses plus nombreuses, assez régulièrement espacées, sont droites sur plus de cent mètres avant de se couder et faire naître des petites branches divergentes. Les impasses s’ouvrent sur la rue par des arcs brisés, vraisemblablement fermés par de grandes portes et on y accède en passant sous des sibat-s. La régularité du tracé suivie de changements de direction récurrents pourrait marquer deux étapes dans l’urbanisation de ce secteur ou encore le blocage de la croissance linéaire sur un mur de jardin.

4La lecture des sources graphiques (carte de 1928 et cadastre de 1930/1936) engage à poursuivre l’enquête sur la seconde grande maille du quartier. Plutôt trapézoïdale, elle succède à la maille triangulaire, encadrée comme précédemment par les rues Bab Srija et Qanawat. La rue al-Mu‘tasim qui ferme le trapèze agit à la manière du « barreau » que formait la rue al-Ta‘dil en lui étant parallèle ; comme si le système se répétait.

5Sur le cadastre de 1930 deux types de tissu urbain sont clairement présents dans cette maille. Toute la partie est et les bords des rues Bab Srija et Qanawat sont bâtis de maisons à cours desservies par des impasses. La partie centrale et ouest est constituée par le lotissement d’immeubles à appartements évoqués à propos du paysage de la rue de Qanawat. C’est une grille de petits îlots rectangulaires. La confrontation est flagrante, nous y reviendrons, car, ici, c’est l’empreinte même du lotissement qui nous renseigne sur la formation du tissu urbain ancien.

6Le lotissement s’inscrit exactement dans le périmètre d’un grand jardin représenté sur la carte de 1922. Celle-ci montre très clairement la rue al-Mu‘tasim – notre second « barreau » – passant à la frontière de deux jardins (deux propriétés). Elle porte de chaque côté quelques impasses droites distribuant des lotissements découpés sans solution de continuité dans les jardins. Le processus de croissance progressive s’arrête à ce moment-là. Avec le lotissement du jardin l’urbanisme de plan s’impose. Néanmoins, il y a trop de similitudes dans la morphologie des deux mailles étudiées pour ne pas imaginer être en présence de deux moments d’une même manière de fabriquer du tissu urbain.

Tracé actuel des voies sur fond de plan 1930

Tracé actuel des voies sur fond de plan 1930

7À défaut de sources précises portées à notre connaissance, la comparaison avec d’autres phénomènes de croissance urbaine organique, la lecture des plans et l’arpentage du quartier suggèrent un récit…

  • 5 Voir Nikita Élisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asakir, Institut français de Damas, Damas 195 (...)

8Il y a plusieurs siècles les jardins maraîchers et les vergers destinés à l’approvisionnement de la ville couvraient de vastes territoires à l’extérieur des remparts. Passé la porte, au débouché de la rue Droite, deux routes traversaient les terres cultivées vers des destinations lointaines. Les jardins de l’oasis de Damas sont irrigués et découpés en petites surfaces closes de murs, certainement de longue date5. Cette organisation agricole propose à la construction progressive du faubourg de Qanawat une structure préétablie où les voies de parcours permettent la circulation et distribuent les parcelles riveraines tandis que le découpage foncier des jardins devient le support de l’édification des maisons.

  • 6 Prolongement immédiat du grand pôle qui va de la citadelle à la route du pèlerinage, plus que parti (...)
  • 7 La rue fermant la deuxième maille de ce secteur de Qanawat illustre parfaitement ce phénomène.

9Les quartiers déjà bâtis et les grands déplacements urbains influencent, sans aucun doute, la hiérarchisation spatiale et créent des différences. Il est facile d’imaginer que des édifices prestigieux6, comme la mosquée ottomane de Darwich Pacha, soient érigés face au rempart pendant que la croissance urbaine commence le long des voies de passage par une première épaisseur de maisons. L’urbanisation, enveloppant les jardins, s’étire, dans un premier temps, en « doigts de gant ». Au début, il est encore facile de passer de la rue de Qanawat à la rue Bab Srija par les chemins entre les parcelles cultivées… Puis, lorsque la pression foncière augmente, ce sont les territoires de deuxième rang qui sont construits. Pour cela différents mouvements simultanés ou consécutifs sont à l’œuvre. D’une part, quelques passages ou chemins (maintenus pour distribuer les jardins ?) permettent d’accéder depuis les grandes rues aux parcelles de l’intérieur. D’autres part, les chemins transversaux qui joignent les deux routes supportent un mouvement d’urbanisation perpendiculaire aux grandes voies. Ils distribuent facilement – et cela de chaque côté – les terrains enveloppés par la première urbanisation. Les chemins deviennent des rues et participent à l’urbanisation complète d’une première maille urbaine, engageant, simultanément, l’urbanisation de la suivante7.

10Le système de distribution de l’intérieur du tissu urbain conjugue les données sociales avec les modalités de la croissance. La contradiction, apparente, entre la grande surface à bâtir à l’intérieur des mailles et le petit nombre de voies d’accès, trouve sa solution dans un système d’impasses arborescentes développé à partir d’une branche maîtresse. La reconstitution du processus de fabrication du tissu urbain peut être tentée…

  • 8 L’irrigation des jardins de l’oasis conduit à des découpages intermédiaires de forme rectangulaire.
  • 9 Ce phénomène est également très explicite sur le quartier de ‘Amara.

11En l’absence d’opération concertée, la construction s’étale dans le temps. Il en résulte, dans une phase intermédiaire, un pavage de maisons et de jardins multipliant décalages et contournements. L’édification progressive des espaces libres conjuguée aux mouvements dus aux héritages et aux concessions entre voisins sédimente les décrochements dans des impasses coudées. À l’inverse, quand le mouvement d’urbanisation s’accélère, la substitution rapide des constructions aux jardins – à l’unité ou sous forme de lotissements – conduit logiquement au dessin régulier de voies tracées le long des chemins ou des canaux, la rationalité des cultures irriguées8 ou le lotissement des terrains cultivés9 conduisant l’un et l’autre (où l’un après l’autre) à des découpages fonciers réguliers. Le phénomène est très lisible, par exemple, dans la série de longues impasses partant du premier « barreau » ou dans la série de lotissements distribués par le deuxième « barreau ».

12Au centre des grandes mailles, les jardins peuvent résister longtemps à l’urbanisation. Ils forment des enclaves auxquelles les maisons s’adossent, provoquant les changements de direction des impasses. La deuxième maille illustre ces figures avec les longues impasses coudées sur la fin ou les petites impasses arborescentes, issues des deux grandes rues.

13Au final, le processus de sédimentation historique a créé une grande richesse de situations urbaines. Elles confèrent, aujourd’hui, aux rues du quartier des ambiances en rapport avec leur place dans le système hiérarchisé des voies : séquences paysagères et grandes façades de la rue de Qanawat, ambiances de souk de Bab Srija, encorbellements imposants des grandes demeures de la rue al-Darwichiyya, rue al-Ta‘dil étroite et courbe sublimant les points de vues pittoresques sur le minaret de sa mosquée, rigueur des grandes impasses à sibat, etc.

Bâti ancien en bon état en 1998

Bâti ancien en bon état en 1998

Qa‘a d’une grande maison restaurée et reconvertie en institution à caractère sociale, rue Qanawat

Qa‘a d’une grande maison restaurée et reconvertie en institution à caractère sociale, rue Qanawat

Plan de repérage des maisons relevées

Plan de repérage des maisons relevées

Notes

5 Voir Nikita Élisséeff, La description de Damas d’Ibn ‘Asakir, Institut français de Damas, Damas 1959.

Les murs des jardins sont abattus après la révolte de 1925. Entre autres utilités, ils protégeaient les cultures des troupeaux nomades.

6 Prolongement immédiat du grand pôle qui va de la citadelle à la route du pèlerinage, plus que partie prenante du faubourg.

7 La rue fermant la deuxième maille de ce secteur de Qanawat illustre parfaitement ce phénomène.

8 L’irrigation des jardins de l’oasis conduit à des découpages intermédiaires de forme rectangulaire.

9 Ce phénomène est également très explicite sur le quartier de ‘Amara.

Table des illustrations

Titre Tracé actuel des voies sur fond de plan 1930
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Bâti ancien en bon état en 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Qa‘a d’une grande maison restaurée et reconvertie en institution à caractère sociale, rue Qanawat
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Plan de repérage des maisons relevées
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540