Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 5 - Qanawat

Structures des voies de Qanawat

Texte intégral

1De la porte de Bab Jabiya partent en trident trois grandes voies territoriales. Du nord au sud, ce sont les rues de Qanawat, de Bab Srija, et la rue de Qasr Hajjaj dont l’axe se prolonge dans la rue du Midan. Selon Sauvaget, elles conduisent respectivement vers le Liban, la Palestine et le Hauran. Les deux premières complétées par la rue Darwichiyya qui part à l’angle de la mosquée Darwich Pacha, forment l’armature principale de Qanawat.

2Le canal dénommant le quartier longe la rive nord de la rue de Qanawat. Il est aérien dans toute la partie droite. D’une hauteur de plus de deux mètres au début, il descend progressivement pour disparaître à la vue, au niveau de la grande courbure de la voie. L’infrastructure organise différentes séquences visuelles (p. 224, 225). Dans la partie haute du canal, son emprise empêche l’accès aux parcelles riveraines. Elle repousse les façades en élargissant le profil aérien de la rue. De ce côté, le tronçon initial de la voie n’était pas bâti à l’aube du xxe quand se sont installés les premiers immeubles à appartements desservis par l’arrière du quartier. Plus loin, jusqu’à l’abaissement complet du canal, les maisons à cour projettent de grands encorbellements au dessus de l’infrastructure sans chercher, sauf exception, un accès difficile à la rue de Qanawat. Lorsque l’aqueduc disparaît, la canalisation souterraine oblige, encore, au retrait des constructions, les fondations ou les caves seraient impossibles sur le canal mais l’accès aux habitations est possible. Le paysage change à nouveau, la rue est plus large, bordée de grandes façades en vis-à-vis. Quelques eucalyptus se dressent. Enfin dans une dernière séquence, sur un changement de direction de la trame parcellaire, la rue se resserre à l’approche de Bab al-Jabiya.

3Si le canal joue un rôle ambigu dans le paysage urbain, provoquant tour à tour coupure et embellissement, il est bien une ligne de rupture de l’organisation structurelle du tissu urbain.

4Au nord du canal, le quartier est principalement constitué d’un ensemble de grandes demeures. La trame parcellaire suit la courbe du canal et s’incurve finalement pour se redresser perpendiculairement à la voie du tour de rempart. La percée à la fin de la période ottomane de l’avenue al-Nasr, reliant la gare du Hedjaz au Souk Hamidiyya, suivie au début du xxe siècle par celle de la rue al-Baroudi, a rompu les continuités de l’ancien faubourg et détruit une partie importante du tissu ancien.

5De ce secteur, il reste, au départ de la mosquée Darwich Pacha, la rue Darwichiyya. Elle permet d’irriguer le tissu urbain à droite et à gauche par quelques impasses et des voies de raccordement aux autres parties du quartier. La rue se termine sur la mosquée/madrasa Chabikliyya en croisant perpendiculairement une voie reliant la rue de Qanawat, par un discret passage sous le canal, aux quartiers sud de la place Marja.

  • 3 Une photo de 1850 montre une simple tribune couverte. Voir Badr el-Hage, Des photographes à Damas 1 (...)
  • 4 Voir par exemple au chapitre Chaghour (p. 343) le rôle des fontaines dans la composition urbaine.

6À ce carrefour, la madrasa associe les deux voies par une figure de composition où les dispositions savantes le disputent au pittoresque architectural : au-dessus de la porte, projetée en avant de la façade, une tribune surmontée d’un minaret3 – s’inscrit simultanément dans la perspective des deux rues à angle droit. Le dispositif relève-t-il d’une simple fantaisie architecturale ou s’agit-il de signifier l’équivalence hiérarchique des deux voies ? L’inscription de la madrasa al-Chadhbakliyya (Chabikliyya) dans le tissu urbain, à l’instar des nombreux minarets placés dans l’axe des voies ou des dispositions des fontaines de Chaghour, alimente de manière originale les interrogations4 sur la place de la composition architecturale et urbaine dans la fabrication des quartiers anciens de Damas.

Plan schématique du quartier en 1928

Plan schématique du quartier en 1928

Notes

3 Une photo de 1850 montre une simple tribune couverte. Voir Badr el-Hage, Des photographes à Damas 1840-1918, p. 106, Marval, Paris 2000.

4 Voir par exemple au chapitre Chaghour (p. 343) le rôle des fontaines dans la composition urbaine.

Table des illustrations

Titre Plan schématique du quartier en 1928
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540