Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 4 - Les quartiers du Barada

État des lieux

Texte intégral

1Globalement, le quartier est peu modifié depuis les années 1930. L’étude des changements parcellaires met en lumière une recomposition foncière assez marginale et quelques petites extensions en fond de parcelle, vers le fleuve. La plus importante transformation du site restant due à l’implantation, sur d’anciens jardins, d’une nouvelle école, entourée de murs.

2Cette stabilité foncière relative est une caractéristique de l’ensemble des quartiers bordant le Barada. Trois facteurs se conjuguent pour l’expliquer : la vigueur du commerce et de l’industrie installés sur l’avenue Malik Fayçal stabilise le parcellaire ancien de premier rang et contrecarre la mutation du parcellaire de second rang ; la nécessité des ponts pour franchir le cours d’eau provoque des situations d’enclavement ; enfin l’ombre de projets de grands tracés planant de longue date sur le secteur a découragé la spéculation et a empêché, jusqu’à présent, la construction des immeubles rencontrés dans les autres faubourgs.

3Cette atonie des mutations a l’avantage de préserver les maisons au cœur des aires résidentielles. Cependant, corrélée à l’obsolescence des activités industrielles et à la pollution du Barada, elle éclipse les potentialités du site derrière l’image d’un quartier en déshérence.

4Il faut dépasser les handicaps écologiques et les faux aspects de friches urbaines pour découvrir, dans des dispositions paysagères uniques à Damas, les puissants atouts touristiques, résidentiels et économiques du site.

5Entre le rempart et l’avenue Malik Fayçal, au pied du noyau ancien, un vaste espace s’ouvre révélant l’inscription de la ville dans la géographie de son territoire. Le parcours sinueux du Barada et les points de vue variés – l’attrait des grandes mosquées aux minarets découpés dans le paysage, le rempart que l’on touche, les moulins – sont autant d’exemples de la valeur du lieu.

6Ni simple lieu de passage, ni espace vacant, l’ensemble appelle des stratégies d’interventions particulières. Un traitement d’urgence ou un point de vue trop axé sur les problématiques exclusives de circulation mettraient, irrémédiablement, en péril les avantages du site pour la vieille ville de Damas. C’est au contraire en s’appuyant sur ses atouts que des stratégies à la hauteur des enjeux paysagers, écologiques et patrimoniaux peuvent se définir.

Un projet

7Les options d’aménagement doivent intégrer les actions en cours, notamment l’aménagement du Barada et les efforts de nettoiement de son lit.

8Trois ensembles sont néanmoins à distinguer : la rue Malik Fayçal et ses abords ; les petits quartiers résidentiels de part et d’autre de la rue de Bab al-Salam et la vallée large du Barada qui sublime l’ensemble.

9La rue Malik Fayçal (zébrage rouge sur la voie, hachures bleues sur le tissu urbain), voie importante des grands déplacements urbains, devrait faire l’objet d’une réflexion globale intégrant les différents enjeux socio-économiques, de transits et touristiques. Les objectifs centraux restent la silhouette de la rue, la mise en valeur des édifices remarquables et le maintien de la diversité typologique et d’usages de la rue et de ses abords.

10Beaucoup d’édifices sont de faibles valeurs ou en ruines ; ils peuvent être remplacés. Certains immeubles industriels peuvent être reconvertis, des bayka-s et quelques autres éléments historiques, en bon état, conservés afin d’encourager un renouvellement urbain du tissu préservant sa diversité typologique. Des changements d’usages sont à prévoir pour réduire les nuisances des pollutions industrielles et mieux accorder cet ensemble à son environnement.

11Les petits quartiers résidentiels. Loin du bruit, les petits secteurs d’habitat soulignés dans la carte représentent un double enjeu. Pour des raisons de préservation du site et des grands panoramas sur le Qasiyoun et sur la ville intra-muros, la hauteur des nouvelles constructions doit être strictement réglementée. Un habitat contemporain de faible hauteur pourrait voir le jour en accord avec la réhabilitation du tissu urbain. Dans les îles un secteur résidentiel d’habitat individuel dense ou de villas urbaines pourrait participer aux nouvelles dynamiques.

12La vallée du Barada. Ici se joue un enjeu inédit dans la transmission globale du patrimoine historique de Damas : il s’agit de mettre en valeur les énormes potentialités d’un espace paysager. Les monuments remarquables (en noir sur le plan) sont à protéger. Les moulins requièrent une attention particulière. La puissance de leur architecture, leur position stratégique au bord du Barada et leur excellent état de conservation invitent à de multiples projets de reconversion.

13Le site s’offre à des programmes très divers : promenades, espaces de loisirs ; il ouvre la perspective d’un urbanisme paysager, voire d’un quartier durable où artisanat de qualité, nouvelles technologies, activités de communication et de création trouveraient à s’épanouir dans un site patrimonial. Un pôle attractif contribuant largement à la mise en valeur de la ville historique.

État des lieux du quartier en 2000 / Préservation des quartiers du Barada : plan de synthèse

État des lieux du quartier en 2000 / Préservation des quartiers du Barada : plan de synthèse

État des lieux du quartier en 2000 / Préservation des quartiers du Barada : plan de synthèse (2)

État des lieux du quartier en 2000 / Préservation des quartiers du Barada : plan de synthèse (2)

Table des illustrations

Titre État des lieux du quartier en 2000 / Préservation des quartiers du Barada : plan de synthèse (2)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540