Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 4 - Les quartiers du Barada

Le Barada et ses îles

Texte intégral

  • 1 Le pont et la grande demeure sont aujourd’hui en bon état de conservation.
  • 2 Aujourd’hui c’est une menuiserie qui occupe en l’état l’édifice ancien.

1Le Barada du poète (p. 192) est libre et courant, il apporte la fraîcheur et la vie. En amont de Bab al-Salam, étroit et resserré, il se franchit aisément. C’est ici que l’émir ‘Abd al-Kader choisit l’opportunité d’une résidence de bordure1 pour y installer sa famille. Un petit pont, joyau-échappatoire jeté entre ville intra-muros et jardins, sert autant les plaisirs romantiques d’une vie de plein-air qu’un ailleurs serein, propice à la pensée. Un peu plus loin, témoin encore de la douceur de vivre au bord de l’onde, un café2 au sortir de la porte relaie les établissements de loisirs installés sur les berges hors la ville.

2Au-delà des plaisirs de la nature, c’est tout une industrie attirée par l’eau qui prend place en ce bord de ville. Les moulins (p. 187, 189), magnifiques architectures de pierre aux ambiances piranésiennes, en très bon état de conservation, se retrouvent tout au long du fleuve, utilisant ou suscitant les divers bras du Barada pour leur alimentation. Tanneries et teintureries, jusqu’à une période récente, se regroupaient essentiellement dans « les îles ». Bordant le fleuve, elles cohabitaient avec un tissu d’entrepôts, de résidences/ateliers et de petites maisons, particulièrement le long de la voie face au rempart, pour fabriquer un ensemble de petites enclaves autonomes. L’espace est très différent des quartiers résidentiels. Ici il n’y a pas vraiment de rue mais plutôt une espèce d’agglomérat d’édifices superposant les fonctions : ateliers, entrepôts, logements et grands greniers ouverts au vent pour sécher la laine. L’architecture rationnelle de ces édifices est tout en contraste. Un socle massif, percé de rares ouvertures, surmonté d’une structure à pans de rondins de bois totalement ajourés, supportant une simple toiture plate. Deux volumes de tailles équivalentes opposant la masse de l’un à la transparence et de l’autre en une composition architecturale dont la puissance et la finesse fait écho aux esthétiques les plus contemporaines.

Séquence resserrée de la rue Farrayin, entre rempart et moulin (à droite). Noter les maisons s’appropriant le sommet du rempart

Séquence resserrée de la rue Farrayin, entre rempart et moulin (à droite). Noter les maisons s’appropriant le sommet du rempart

Relevé moulin 2 et 3

Relevé moulin 2 et 3

Coupes et profils nord-sud. De l’avenue Malik Fayçal au Barada

Coupes et profils nord-sud. De l’avenue Malik Fayçal au Barada

Coupes et profils nord-sud. De l’avenue Malik Fayçal au Barada

Coupes et profils nord-sud. De l’avenue Malik Fayçal au Barada

3Le fleuve de Barada

Salut, terre nôtre, terre libre,
Salut, ombres des saules, des peupliers,
Salut, Barada.
Nous avons oublié ce qu’il y a derrière les ombres, autour de toi.
Nous avons chanté pour toute feuille tombée,
Œuvre de l’esprit dans tes arbres touffus.

Nous voici, Barada.
Aux lèvres des coquelicots, nous avons cueilli le sourire.
Nous sommes venus ici l’épandre, le polir.
Envers nous ne sois point avare, Barada.
Étreins-nous comme seule la mort,
Comme la mort, étreins nos plaies, Barada.

Aux vallées nous avons dérobé la verdure,
Aux cloches de prières, les battements,
Aux grelots des bergers, de grêles sonorités
Et, aux souples mers bleues, le bleu.
Nous sommes venus ici les répandre, les mêler.
Envers nous ne sois point avare, Barada.
Étreins-nous comme seule la mort,
Comme la mort, étreins nos plaies, Barada.

Sur les routes de la nuit, nous avons perdu la main qui nous guidait.
Longtemps nous avons erré. Puis, c’est ta main que tu nous tends.
Si nous demandons  :
Quand tombera la neige  ?
Quand le fleuve sera-t-il en crue  ?
Tu réponds  : demain  !
Et nous voici, ô Barada.
Aux lèvres des coquelicots, nous avons cueilli le sourire.
Aux cloches de prières, nous avons dérobé les battements.
Envers nous ne sois point avare, Barada.
Étreins-nous comme seule la mort,
Comme la mort, étreins nos plaies, Barada.
Fawaz Id

Un khan en activité entre la citadelle et le Barada

Un khan en activité entre la citadelle et le Barada

Notes

1 Le pont et la grande demeure sont aujourd’hui en bon état de conservation.

2 Aujourd’hui c’est une menuiserie qui occupe en l’état l’édifice ancien.

Table des illustrations

Titre Relevé moulin 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Séquence resserrée de la rue Farrayin, entre rempart et moulin (à droite). Noter les maisons s’appropriant le sommet du rempart
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Relevé moulin 2 et 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4161/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Coupes et profils nord-sud. De l’avenue Malik Fayçal au Barada
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4161/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Coupes et profils nord-sud. De l’avenue Malik Fayçal au Barada
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4161/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Un khan en activité entre la citadelle et le Barada
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4161/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540