Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Chapitre 2 : Le Liban dans la mondialisation

Texte intégral

1Le Liban ne se réduit pas à son petit territoire (fig. II-1) et à ses particularismes. Ce qui fait l’intérêt de l’étude géographique de ce pays est que, moins que d’autres qui se suffisent presque à eux-mêmes, on ne peut le comprendre sans prendre en considération les relations de dépendance qu’il entretient avec ses voisins et avec le monde. En ce sens, le Liban est un cas d’école de la mondialisation, du fait de son extraversion ancienne, au moins séculaire – nous ne remonterons pas ici aux temps phéniciens. Sa population a précocement constitué une diaspora, dispersée d’abord autour de la Méditerranée, puis dans de plus vastes horizons. L’emporium beyrouthin a servi de pivot aux échanges économiques et culturels. La place bancaire de Beyrouth a été l’une des principales du Levant.

2La mondialisation actuelle est marquée non seulement par l’accroissement des échanges de toutes natures, mais aussi par une tendance à la différenciation et à la hiérarchisation des territoires. Elle apporte nombre de possibilités, mais est également porteuse de facteurs de risques. Pour le Liban, l’ouverture commerciale a pour contrepartie la dépendance financière à l’égard des capitaux internationaux. La disponibilité de capitaux et de revenus liés à la diaspora compense partiellement ces déséquilibres macro-économiques, dont un endettement croissant et inquiétant.

3Cette même vulnérabilité se retrouve en ce qui concerne la position du Liban dans l’espace régional. Point de pénétration privilégié du capitalisme occidental, relais vers les autres pays arabes, place financière pivot, le Liban subit aujourd’hui les effets cumulés de sa marginalisation durant la guerre civile et du renversement des flux économiques au profit de la nouvelle porte d’entrée régionale qu’est devenu Dubaï.

Église maronite à Buenos Aires – L’Argentine constitue l’une des plus anciennes destinations des émigrés libanais. Cette église au style éclectique témoigne de plusieurs influences : on y retrouve la façade rectangulaire, l’appareillage de calcaire blanc et le clocheton des églises montagnardes libanaises. Le portail utilise un motif oriental plus monumental et plus urbain.

Église maronite à Buenos Aires – L’Argentine constitue l’une des plus anciennes destinations des émigrés libanais. Cette église au style éclectique témoigne de plusieurs influences : on y retrouve la façade rectangulaire, l’appareillage de calcaire blanc et le clocheton des églises montagnardes libanaises. Le portail utilise un motif oriental plus monumental et plus urbain.

Photo Sébastien Velut, mai 2007

Figure II-1: Un petit pays.

Figure II-1: Un petit pays.

Les Libanais en diaspora

4On ne dispose pas de sources fiables sur le nombre de Libanais hors des frontières du pays, notion d’ailleurs difficile à définir tant les situations sont variées : personnes de nationalité libanaise résidant de façon permanente à l’étranger, descendants de Libanais n’ayant plus la nationalité mais se sentant culturellement proches, migrants passant une partie de l’année au Liban, etc. Les estimations les plus fantaisistes circulent, l’une d’elle évoquant le chiffre de 17 millions, considéré comme absurde par les démographes – à comparer avec une population libanaise résidente au Liban d’environ 4 millions en 2001. Des estimations plus raisonnables font état d’environ 3 à 4 millions de Libanais à l’étranger. Parmi eux, nombreux sont ceux qui possèdent en même temps une autre, voire plusieurs autres nationalités. Quoi qu’il en soit des chiffres, il n’est pas absurde de commencer par ces Libanais d’ailleurs, qui, par-delà leurs multiples appartenances, maintiennent des liens forts avec leur pays d’origine, constituant à proprement parler une diaspora, unie par des traits culturels et une référence commune à un territoire d’origine perdurant malgré la distance et la dispersion.

Les vagues de la diaspora

5Les habitants du littoral oriental de la Méditerranée, qui ne s’appelait pas encore officiellement Liban il y a environ 150 ans, ont essaimé, par vagues successives et irrégulières, à la faveur des grandes migrations internationales qui ont affecté l’Europe et ses périphéries au xixe siècle. Cette ample mise en mouvement des populations avait à voir avec le décloisonnement que connaissait la région. Celui-ci résultait d’abord d’une rencontre avec l’Occident, sous un double visage : celui du missionnaire arpentant le pays jusqu’au fond des vallées, apportant l’enseignement, susceptible d’assouvir le désir d’ascension sociale que l’économie locale ne pouvait satisfaire ; et celui du marchand de soie y développant une nouvelle économie, créatrice de dépendances et de fragilités au gré des cycles capricieux et des maladies du ver. Le décloisonnement était également permis par la révolution des transports, qui permettait d’envisager des migrations lointaines et non définitives à l’échelle d’une vie d’homme.

6Plusieurs vagues se sont succédé. La première culmine à la fin du xixe siècle. Les suites de la famine catastrophique causée par le blocus ottoman durant la première guerre mondiale et l’instauration du mandat entraînent un second pic. Après la seconde guerre mondiale, l’émigration s’amenuise et atteint un point bas dans les années 1960.

7La figure II-2 identifie les grandes régions d’émigration des Libanais à différentes dates. Les chiffres pour les années 1920 et la fin des années 1950 montrent que la diaspora se compose alors pour l’essentiel des deux foyers nord- et sud-américains. Les États-Unis représentent la destination la plus prisée pour ces premières vagues d’émigrés. En Amérique latine, le Brésil et l’Argentine constituent les principales terres d’accueil. Les Libanais ne s’y distinguent guère d’ailleurs des originaires de Syrie et de Palestine, tous englobés sous la dénomination de «  Turcos », qui ont donné à plusieurs de ces pays des présidents de la République. C’est le signe de leur intégration profonde dans ces sociétés. À côté de ces pays figurent quelques destinations secondaires, comme l’Égypte, alors prospère, lieu refuge pour de nombreux chrétiens au lendemain des massacres de 1860. Les «  Shawwam », comme on les appelle (originaires du bilad al-Sham), s’y maintiennent jusqu’à la révolution nassérienne. L’Europe est alors une destination tout à fait mineure. L’Australie commence à émerger. Entre ces deux dates, peu de changements se font jour, sinon l’augmentation du poids relatif de l’Afrique, où les Libanais accompagnent la colonisation française et animent les réseaux commerciaux.

Figure II-2: La diaspora libanaise.

Figure II-2: La diaspora libanaise.

8La guerre civile, à partir de 1975, provoque une troisième vague migratoire. Faute de disposer de données comparables aux sources précédentes jusqu’à aujourd’hui, on peut se fier, pour étudier la répartition de cette dernière vague, aux résultats d’une enquête menée par l’USJ en 2001 sur les émigrés depuis 1975 ayant encore de la famille proche au Liban. Cette situation concernerait aujourd’hui environ 600 000 personnes. La répartition de cette dernière vague diffère grandement des précédentes. Contrairement à la période précédente, les Libanais ne s’installent plus guère en Amérique latine, en raison d’une conjoncture économique devenue trouble. L’Amérique du Nord en revanche jouit d’une attractivité toujours élevée. Fait nouveau, le Canada représente désormais une destination plus prisée que les États-Unis. Un autre pays neuf constitue une destination majeure : l’Australie. L’émigration vers les pays arabes, principalement ceux du Golfe arabo-persique, représente la principale originalité de cette dernière période. Les Libanais, forts de leur éducation ouverte à l’Occident et de leur maîtrise de la langue arabe, ont pu s’y imposer, aux côtés des Palestiniens et, à un degré moindre, des Syriens, comme cadres et intermédiaires techniques et commerciaux au service du développement économique des monarchies pétrolières. Les autres horizons de la diaspora libanaise sont d’abord l’Europe occidentale et, à un degré moindre, orientale, et l’Afrique. La première, plus proche, accueille surtout des familles plus aisées, alors que l’Afrique et l’Amérique sont plus ouvertes socialement.

9Entre ces destinations variées et le Liban, les mouvements ne cessent pas, et les retours périodiques vers la mère patrie sont nombreux. L’émigration, surtout l’émigration contemporaine, est souvent liée à un âge de la vie, le temps d’amasser un pécule et de se marier. D’ailleurs, selon l’enquête de l’USJ, environ 7 % de la population libanaise résidente a fait l’expérience de l’émigration avant de rentrer au pays. Il est vrai que toutes les destinations ne sont pas également accueillantes. Les retours depuis les pays arabes, dont l’accès à la nationalité est extrêmement fermé, et depuis l’Afrique sont comparativement bien plus nombreux que ceux des autres régions du monde (fig. II3). Deux facteurs entrent en ligne de compte. Le premier tient à la situation économique et politique des pays d’émigration. Ainsi, l’Afrique est une destination de jeunes hommes pour une durée temporaire. Les troubles politiques s’y traduisent parfois par le retour en urgence des résidents libanais. L’Europe orientale, prisée par les étudiants, offre aussi moins de possibilités d’insertion économique. En outre, les conditions d’acquisition des nationalités étrangères sont inégalement généreuses. À cette aune, les pays arabes n’offrent aux ressortissants libanais pratiquement aucun espoir d’intégration, à la différence de l’Amérique du Nord, de l’Australie, voire de l’Europe occidentale, où l’obtention d’un second passeport est souvent un objectif explicite de l’émigration.

Figure II-3: Expatriation et retours d’émigration (1975-2001).

Figure II-3: Expatriation et retours d’émigration (1975-2001).

10L’émigration est souvent perçue comme une contrainte subie et comme un palliatif aux dysfonction-nements de l’économie libanaise. Mais elle représente aussi une opportunité et une ressource des ménages. Le nombre de diplômés ayant fait (une partie de) leurs études à l’étranger est un indice de stratégies individuelles pour améliorer sa situation grâce à un séjour temporaire à l’étranger (fig. II4). Ainsi, environ 39 % des ingénieurs et 60 % des médecins ont obtenu leur diplôme à l’étranger. La proportion monte à 75 % concernant la médecine de spécialité : autrement dit, l’émigration s’intègre dans des stratégies parfaitement pensées et maîtrisées d’ascension sociale. Le choix des lieux d’études illustre aussi ce caractère de ressource : face à des formations univer-sitaires libanaises de niveau inégal, coûteuses et socialement très hiérarchisées, le choix des destinations répond à des consi-dérations économiques. Ainsi, les diplômes de médecins et d’ingénieurs dans les pays de l’Europe orientale (27 % des médecins et 8 % des ingénieurs, soit un cinquième des ingénieurs diplômés de l’étranger) sont le fait de milieux sociaux de classes moyennes et populaires qui profitent du coût moindre des études dans ces pays, mais subissent au retour, il est vrai, une suspicion d’incompétence très connotée socialement de la part de leurs pairs.

Figure II-4: Les diplômés libanais à l’étranger.

Figure II-4: Les diplômés libanais à l’étranger.

De multiples filières migratoires

11La diaspora fonctionne selon des logiques de réseaux, qui relient entre eux les différentes destinations migratoires et qui assurent le lien avec le Liban. À la base, l’existence de la diaspora repose sur l’activation des liens sociaux, familiaux et géographiques, qui construisent et maintiennent vivantes des filières fortement structurées, stables quoique non dénuées de plasticité.

12Deux exemples illustrent cette idée. Le cas de Bint Jbayl, chef-lieu de caza du Liban-Sud, illustre une filière migratoire quasi exclusive entre cette ville et Dearborn, dans l’agglomération de Detroit, aux États-Unis, depuis les années 1960. Dearborn est, plus globalement, un centre majeur de l’émigration arabe en Amérique du Nord. Les premières familles émigrées dans cette ville ont permis l’installation des suivantes, sur la base des solidarités familiales. Le mouvement a pris de l’ampleur à l’occasion de la guerre civile, mais celle-ci n’en constitue pas l’origine, puisque l’émigration vers Dearborn a commencé dès les années 1960 (fig. II-5).

Figure II-5: Une diaspora chiite : les familles de Bint Jbayl (Nabatieh).

Figure II-5: Une diaspora chiite : les familles de Bint Jbayl (Nabatieh).

13Le cas de Bishmizzine, localité orthodoxe de la Koura au nord du Liban, illustre un cas inverse. Dans cette région touchée par l’émigration depuis le début du siècle, et où la famine de la première guerre mondiale a joué le rôle d’accélérateur des départs, la diversité des destinations d’émigration est le signe de la variété des stratégies familiales et de leur recomposition. Les anciens foyers nord- et sud-américains ne sont plus identiquement attractifs. Les États-Unis attirent encore, mais l’émigration s’est réorientée vers les pays arabes et l’Australie (fig. II6).

Figure II-6: Les émigrés du village de Bishmizzine (Koura, Liban-Nord).

Figure II-6: Les émigrés du village de Bishmizzine (Koura, Liban-Nord).

14L’histoire des relations avec le Sénégal illustre l’existence d’autres filières et leur évo-lution en lien avec les changements sociaux des pays d’émigration. Ainsi, dès les années 1920, le Sénégal devient une destination pour de nombreux émigrés libanais, d’abord maronites et Grecs-catholiques principalement issus du Mont Liban, puis chiites du Sud du pays (fig. II-7a). Alors que les premiers s’installent préférentiellement dans l’espace rural, en lien avec le commerce de l’arachide, les seconds sont nettement polarisés par Dakar (fig. II7b). Après la seconde guerre mondiale, puis avec l’indépendance, l’émigration libanaise se concentre à Dakar, en raison de l’urbanisation du pays et de l’ascension sociale des membres de cette communauté. Le tarissement des départs n’empêche pas le maintien dans ce pays d’une communauté de quelques milliers de personnes, dont une partie a noué des liens avec la France et parfois acquis sa nationalité. Le Sénégal est aussi un point de départ vers d’autres destinations africaines. Dans d’autres pays africains, la diaspora subit aujourd’hui les contrecoups des troubles et des guerres civiles (ex-Zaïre, Sierra Leone, Côte d’Ivoire) et est contrainte au retour ou au départ vers d’autres destinations, en Afrique ou vers d’autres foyers de l’émigration libanaise. La diaspora est donc un espace en mouvement.

Figure II-7 (a et b): L’émigration libanaise au Sénégal.

Figure II-7 (a et b): L’émigration libanaise au Sénégal.

La diaspora comme ensemble de réseaux

15L’existence de la diaspora représente, pour divers acteurs libanais, un enjeu économique, politique et social qui met en cause l’unité de la nation ou du groupe qu’ils représentent. Contrôler, autant que faire se peut, les communautés expatriées est un défi qui justifie alors un déploiement international original.

16L’État libanais considère la diaspora comme une richesse et un réservoir d’épargne potentiellement mobilisable au Liban. Il a créé un département ministériel (qui n’est pas toujours autonome) pour les émigrés.

17Le réseau diplomatique libanais est, eu égard à la faible taille du pays, particulièrement étendu (fig. I8). Son originalité tient d’un côté au fait que ses deux voisins immédiats, la Syrie et Israël, n’entretiennent pas de relations diplomatiques avec le Liban – pour des raisons très différentes, il est vrai. Israël est en état de guerre avec le Liban, et toute «  intelligence avec l’ennemi » est passible de poursuites judiciaires pour trahison. Jusqu’au retrait de mai 2005, les relations syro-libanaises relevaient davantage de la tutelle que de la relation entre États égaux. Sans être formellement une ambassade, le quartier général syrien établi à Anjaar, dans la Bekaa, jusqu’en mai 2005, en tenait lieu, et son chef était souvent nommé le «  proconsul syrien ». En outre, des délégations quasi quotidiennes d’hommes politiques se rendaient à Damas pour y solliciter faveurs et arbitrages. L’établissement de relations diplomatiques normales avec ce pays constitue, en 2006, un enjeu politique majeur.

Figure II-8 : Le réseau diplomatique libanais.

Figure II-8 : Le réseau diplomatique libanais.

18L’autre originalité du réseau diplomatique tient au poids de la diaspora, décelable à travers l’institution du consulat honoraire. Cette charge est généralement assumée par des Libanais binationaux dans le pays d’implantation de leur famille, où ils représentent les intérêts du pays et assurent certaines fonctions d’état civil, et cela à un coût minimum pour l’État libanais. Les consuls honoraires en retirent prestige et influence auprès de leur communauté diasporique. La carte du réseau diplomatique se lit comme la superposition de deux strates fonctionnelles, l’une renvoyant aux structures géopolitiques et l’autre étant un reflet partiel de l’histoire migratoire. Les institutions diplomatiques classiques sont très présentes en Europe, dans les pays arabes et musulmans, ainsi que dans les grandes nations et les principaux pays de la diaspora libanaise, comme en Afrique de l’Ouest. Le réseau des consulats honoraires quant à lui est particulièrement dense dans les vieilles régions de la diaspora, notamment en Amérique centrale et dans l’intérieur de l’Afrique centrale et de l’Ouest.

19Un deuxième type de réseau tient à la logique confessionnelle. Nous prenons ici l’exemple des maronites, dont l’organisation centralisée et territoriale, calquée sur le modèle catholique romain, rend plus accessible l’information. Il s’agit aussi d’une église d’origine proche-orientale dont le centre spirituel, le patriarcat, se situe à Bkirki dans le Kesrouan. Les institutions des autres religions paraissent plus éclatées en diverses associations, éventuellement concurrentes.

20Le centre de gravité démographique des commu-nautés chrétiennes orientales, orthodoxes comme catho-liques, est aujourd’hui en train de basculer vers les nouveaux mondes, notamment américains. Les chiffres globaux sur le nombre de fidèles diffusés par le Vatican font apparaître que la moitié des fidèles maronites vivraient dans les éparchies (diocèses) d’Amérique et d’Australie (1,6 million sur 3,1 millions en 2004). Ces données paraissent toutefois, dans le détail, assez contestables. Le critère du nombre de prêtres est probablement plus fiable. Les mêmes éparchies périphériques comptent 200 prêtres séculiers et religieux, contre un peu plus de 1 000 dans les éparchies centrales (fig. II-9). Des tournées des patriarches orientaux dans ces territoires diasporiques ont lieu régulièrement et, sur les plans financier, culturel et politique, ces communautés des nouveaux mondes jouent un rôle croissant. Plusieurs éparchies ont du reste été érigées dans les années 1990. L’anglais devient la langue commune ; ces communautés sont influentes auprès des gouvernements nord-américains ; elles financent au Liban écoles, universités et associations diverses. À cet égard, on peut d’ailleurs opposer les communautés chrétiennes aux communautés musulmanes, dont les membres expatriés sont loin de représenter aujourd’hui un poids démographique, culturel et politique de même ampleur que celui des chrétiens.

Figure II-9 : Les prêtres maronites dans le monde.

Figure II-9 : Les prêtres maronites dans le monde.

21On retrouve, dans la structuration de la communauté maronite en diaspora, une stratification historique (fig. II-10). Six éparchies, desservies par 107 paroisses, se partagent les deux Amériques, et font pendant à la zone cœur du Levant, où l’on compte douze éparchies au Liban, une à Chypre, une en Jordanie, deux en Palestine et trois en Syrie, pour un total de 1 008 prêtres en 2004. L’Égypte, destination de la première émigration chrétienne, constitue une éparchie distincte. Entre les deux, l’Europe, l’Afrique et le Golfe demeurent sous la tutelle directe du Patriarche au Liban, qui leur envoie régulièrement son visiteur apostolique. La communauté est structurée par des églises qui constituent parfois des paroisses en titre et par des couvents égrenés au gré des possibilités et des besoins. L’Afrique est essentiellement desservie par des couvents. En Europe, l’Italie (surtout Rome) compte de nombreux couvents, signes des liens étroits des maronites avec la papauté. Ailleurs, les communautés maronites ne possèdent pas toujours un lieu propre. Elles sont alors hébergées dans les locaux d’Églises locales aux forces déclinantes.

Figure II-10 :  L’organisation diasporique des maronites.

Figure II-10 :  L’organisation diasporique des maronites.

22Un autre type de réseau diasporique est constitué par les entreprises libanaises à l’étranger. Certaines ont directement pour métier de faire le lien entre le Liban et les centres de la diaspora. C’est le cas de la compagnie aérienne Middle East Airlines (fig. II-11). Cependant, son réseau propre ne couvre plus aujourd’hui qu’une partie étroite des régions de la diaspora, qui s’en plaint d’ailleurs régulièrement. La raison de ce redéploiement tient à une nécessaire rationalisation de l’activité pour une compagnie de petite taille, et à des alliances commerciales. En 2006, la MEA fait partie de l’alliance Sky Team dominée par Air France. Les destinations privilégiées sont les pays arabes du Golfe et du Machrek et l’Europe occidentale. La ligne Paris-Beyrouth est exploitée, en partenariat avec Air France, à une fréquence de trois vols par jour. Vers l’Afrique de l’Ouest, deux omnibus hebdomadaires desservent les communautés libanaises. Vers l’Amérique et l’Australie, la MEA s’en remet à ses partenaires au sein d’alliances commerciales mondiales.

Figure II-11 : La Middle East Airlines dans le monde.

Figure II-11 : La Middle East Airlines dans le monde.

23Les banques représentent un autre type d’entreprise spécialisée dans les échanges entre le Liban et sa diaspora. En 2004, l’Association libanaise des banques identifie 29 banques libanaises ou à capitaux majoritairement libanais et recense 56 filiales et branches dans le monde (fig. II12). Ces établissements ont tendance à s’installer dans les cœurs d’activité financiers du monde : Europe et États-Unis, mais on note l’absence du Japon, où ils disposent de correspondants. Leur spécificité apparaît à travers les liens entre les monarchies pétrolières et le Liban : ceux-ci soulignent la vocation d’intermédiation financière de Beyrouth. En revanche, le continent africain est pratiquement ignoré par la banque libanaise et les Libanais qui détiennent là-bas de hautes positions commerciales sont probablement conduits à utiliser d’autres réseaux financiers, peut-être informels, pour rapatrier la part de leurs profits destinée au Liban.

24Le Liban fait partie des pays qui ont eu affaire avec le GAFI (groupe d’action financière chargé de la lutte contre le blanchiment) entre 2000 et 2003, qui le maintient sous surveillance étroite, même si la situation est aujourd’hui officiellement normalisée.

Figure II-12 : Le réseau bancaire libanais.

Figure II-12 : Le réseau bancaire libanais.

25D’autres entreprises tirent parti de l’organisation des Libanais en diaspora. Ainsi, le développement du groupe d’ingénierie libano-jordanien Dar al-Handasah (Shair and Partners), aujourd’hui devenu l’une des premières firmes mondiales de cette spécialité, avec plus de mille ingénieurs, est représentatif d’une mondialisation à partir du Moyen-Orient (fig. II-13). Son succès s’inscrit au départ dans la migration de cadres libanais dans les pays du Golfe, dans desquels il a construit et assuré, historiquement, son développement. Mais très vite, le groupe a débordé de ce marché pour se tourner vers le Maghreb, et surtout vers l’Afrique, notamment le Nigeria, le Gabon et, plus récemment, l’Angola, nations elles aussi enrichies par le pétrole. Si la diaspora libanaise n’explique pas à elle seule cette expansion, elle l’a néanmoins facilitée. Durant la guerre civile libanaise, le siège du groupe s’est réorganisé en plusieurs implantations. Le Caire et Londres, et à un degré moindre Amman, où réside aujourd’hui le pdg fondateur, se sont temporairement substitués à Beyrouth. Le groupe y a fait revenir une partie de son effectif dans les années 1990, lorsqu’il a été chargé de la conception de nombreux chantiers de la reconstruction libanaise. Dans le même temps, la firme a noué des alliances mondiales qui lui permettent de prendre pied dans le Pacifique et aux États-Unis, tandis qu’elle poursuit son développement en Asie centrale et méridionale.

Figure II-13 : Dar al-Handasah.

Figure II-13 : Dar al-Handasah.

La dépendance au monde

26L’économie libanaise paraît défier toute logique en ce sens que, très loin de subvenir aux besoins intérieurs, le pays consomme massivement des biens importés. Ses exportations sont modestes et oscillent entre 10 et 20 % des importations (fig. II14). Le pays semble n’avoir éprouvé jusqu’à récemment aucune difficulté à financer ce déficit commercial et les dépenses publiques par un endettement public et privé record. Cette situation s’explique largement par la contribution, très mal cernée par les indicateurs disponibles, de la diaspora au financement de l’économie libanaise, via les remises des émigrés et les investissements dans le pays.

Figure II-14 : L’évolution du commerce extérieur et de la balance des paiements.

Figure II-14 : L’évolution du commerce extérieur et de la balance des paiements.

Le commerce extérieur et les partenaires économiques et financiers du Liban

27Les échanges commerciaux du Liban illustrent son insertion dans la mondialisation (fig. II-15). Le Liban a une balance commerciale fortement déficitaire. Pour ses achats, il dépend largement de l’Union européenne, son premier partenaire. Les importations de produits de consommation (automobile, électro-ménager) tendent cependant à faire une part croissante aux pays asiatiques, notamment à la Chine. Les pays de la région lui fournissent des hydrocarbures. Son agriculture étant spécialisée et peu productive, il importe aussi du blé et divers produits agro-alimentaires. Ses exportations, à un niveau très inférieur, se dirigent principalement vers le Moyen-Orient, notamment la Syrie, l’Irak, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. Viennent ensuite l’Union européenne et la Suisse. Le premier poste à l’exportation est celui des perles, pierres et métaux précieux, signe du dynamisme de sa bijouterie, notamment vers la Suisse. Par ailleurs, le Liban exporte aussi des machines, des produits métalliques et chimiques et des produits agro-alimentaires. La carte montre aussi des échanges vers la diaspora en Afrique et dans les deux Amériques.

Figure II-15  : Les partenaires commerciaux du Liban.

Figure II-15  : Les partenaires commerciaux du Liban.

28Par ailleurs, le Liban exporte aussi des machines, des produits métalliques et chimiques et des produits agro-alimentaires. La carte montre aussi des échanges vers la diaspora en Afrique et dans les deux Amériques.

29Les investissements étrangers au Liban sont difficiles à identifier et à mesurer. Le Liban occupe, eu égard à sa taille, une place de choix pour les investisseurs étrangers dans la région (fig. II-16). La liste des entreprises récemment implantées dans le pays fournit une image des origines de ces investisseurs privés, qui se recrutent dans deux régions principales (fig. II-17). La première est le Moyen-Orient : il s’agit ici d’investissements dans l’immobilier, le commerce, la presse et les médias. Le Liban constitue en effet, en 2004, la troisième destination pour les investissements inter-arabes, après l’Arabie saoudite et l’Égypte (fig. II-18). Ces investissements, importants durant les années 1990, ont baissé et atteint un point bas en 2001. Depuis lors, les Arabes limitent leurs investissements en Amérique et en Europe et rapatrient leurs capitaux au Moyen-Orient, d’où une reprise spectaculaire. De plus, la hausse continue des revenus pétroliers alimente ce flux d’investissements (fig. II-19).

Figure II-16 : Les investissements directs étrangers

Figure II-17 : Les pays d’origine des compagnies étrangères enregistrées au Liban.

Figure II-17 : Les pays d’origine des compagnies étrangères enregistrées au Liban.

Figure II-18 : Les bénéficiaires des investissements inter-arabes (2004).

Figure II-18 : Les bénéficiaires des investissements inter-arabes (2004).

Figure II-19 : Les investissements arabes au Liban.

Figure II-19 : Les investissements arabes au Liban.

30Hormis ces investissements arabes, l’autre grande région de provenance des investissements est l’Europe, dont les entreprises s’intéressent essentiellement au commerce et aux services. Dans tous les cas, il s’agit le plus souvent d’associations regroupant un Libanais et des étrangers, quand il ne s’agit pas directement de Libanais de la diaspora (cf. entreprises originaires d’Afrique, d’Amérique du Sud…). Il faut mentionner enfin des investissements effectués à partir de paradis fiscaux situés à Panama, aux Bahamas et dans les îles Vierges, qui apparaissent à travers les entreprises déclarées auprès du ministère du Commerce et qui renvoient à des flux économiques et financiers opaques (fig. II-17).

31Dans la balance des paiements, les prestations de services financiers (banques, assurances) et le tourisme sont des sources de revenus importantes pour compenser le déficit commercial structurel. Les importations de capitaux sont une composante majeure de l’équilibre financier du pays et ont pour fonction de financer la consommation locale. Elles sont malheureusement très mal connues, tant en volume qu’en origine.

La dette libanaise

32En termes macroéconomiques, l’économie libanaise se singularise par un décalage important entre la production locale de richesse mesurée par le PIB et la consommation. Cette dernière excédait en 2002 le PIB d’environ 20 %. Cet écart est imputable à la fois à des apports de capitaux dans le pays par des nationaux, qu’il s’agisse d’investissements ou de remises aux ménages, et à un endettement qui concerne à la fois l’État, les ménages et les entreprises. En 1995, l’État était responsable du déficit de la balance courante pour 48 % et les ménages et les entreprises, pour 52 %.

33L’endettement de l’État s’est fortement accentué depuis, devenant un élément d’inquiétude pour les milieux politiques et économiques. D’un niveau de 38 milliards de dollars en 2005, soit environ 180 % du PIB, il a été creusé par les dépenses de la reconstruction et par les salaires et pensions de la fonction publique. Le niveau exorbitant de cette dette se reflète dans la première place mondiale qu’occupe le Liban en termes d’endettement par rapport aux exportations (fig. II-20).

Figure II-20 : Poids des remboursements de la dette par rapport aux exportations.

Figure II-20 : Poids des remboursements de la dette par rapport aux exportations.

34Aujourd’hui, le paiement des intérêts absorbe une part croissante des ressources publiques. Pour en diminuer le coût, le gouvernement a désormais entrepris de placer la dette en devises plutôt qu’en livres libanaises, monnaie sur laquelle les taux d’intérêts sont très élevés (fig. II-21). Bien que ces placements soient essentiellement souscrits par le secteur bancaire libanais, l’État s’expose ainsi à un plus grand risque de change.

Figure II-21 : Évolution de la dette et répartition entre dette en livres libanaises et dette en devises.

Figure II-21 : Évolution de la dette et répartition entre dette en livres libanaises et dette en devises.

L’aide internationale

35Cette prise de risque n’affole pas les marchés, surtout que le Liban a toujours honoré ses créances à terme. Le pays bénéficie de surcroît d’une aide financière d’un niveau exceptionnel de la part des organisations internationales et de ses alliés et amis. Il est vrai que l’importance géostratégique de la région explique la sollicitude des bailleurs de fonds. Plusieurs pays voisins bénéficient d’ailleurs de montants comparables, voire nettement supérieurs, comme la Jordanie (fig. II-22).

36Le graphique des aides en vue du développement et de la reconstruction distribuées au Liban entre 1992 et 2004 montre la place qu’y tiennent les pays de l’Union européenne, soit à travers les fonds de l’Union elle-même, soit par l’aide bilatérale pour laquelle la France et l’Italie occupent les premiers rangs (fig. II-23). Les pays du Golfe, directement ou par l’intermédiaire de divers fonds arabes ou islamiques, se montrent des donateurs ou des prêteurs importants. La conférence internationale dite de «  Paris II », en novembre 2002, a également permis le déblocage d’une aide supplémentaire de 4 milliards de dollars, pour l’essentiel de nouveaux prêts et un rééchelonnement des emprunts en cours. 500 millions ont été apportés par la France. Cette aide, accordée en échange de vagues promesses de réformes jamais concrétisées, témoigne du crédit du Liban et de l’importance stratégique que lui reconnaissent ses alliés, ainsi que de la confiance personnelle qu’avait su capitaliser R. Hariri, dont la disparition tragique constitue à cet égard une lourde incertitude pour le pays.

Figure II-22 : L’aide internationale per capita.

Figure II-22 : L’aide internationale per capita.

Figure II-23 : Les contributeurs de l’aide publique internationale à la reconstruction du Liban.

Figure II-23 : Les contributeurs de l’aide publique internationale à la reconstruction du Liban.

Les remises des émigrés

37Alors même que l’émigration est fustigée par les autorités politiques et religieuses du pays, elle apporte bien souvent aux Libanais une ressource économique majeure. Elle permet globalement au pays de rétablir son équilibre financier. La composition même des revenus au Liban témoigne de son importance vitale comme soutien à la consommation. Ainsi, la dépense national excède en 2002 de 20 % le PIB estimé. C’est particulièrement manifeste pour les composantes les plus aisées de la population libanaise, pour lesquelles les revenus du travail à l’étranger représentent 12 % du revenu moyen en 1998, tandis qu’une part non négligeable des «  autres revenus », notamment les revenus du capital, est également liée à l’étranger et à la diaspora (fig. II-24).

Figure II-24 : Le poids des remises dans le budget des ménages.

Figure II-24 : Le poids des remises dans le budget des ménages.

38Plus généralement, les remises des émigrés à leur famille constituent, dans toutes les couches de la société, une large part des revenus disponibles. Selon une comparaison internationale effectuée par le FMI, sur la période 1990-2003, le Liban a reçu en moyenne plus de 2 milliards de dollars par an, ce qui le place, en termes absolus, juste après des pays beaucoup plus peuplés, comme l’Inde, le Mexique, les Philippines, l’Égypte ou la Turquie (fig. II-25). Ramené en pourcentage du PNB, le Liban se classerait au troisième rang mondial pour les remises des émigrés, avec un chiffre d’environ 25 % du PNB, soit un ordre de grandeur globalement comparable aux estimations nationales citées ci-dessus. Le Liban se classe ainsi en compagnie de pays insulaires ou enclavés (Lesotho, Tonga, Samoa), de pays qui, comme lui, ont subi des exodes en raison de guerres civiles (Bosnie-Herzégovine, Palestine) mais aussi de la Jordanie voisine, peuplée à 50 % de Palestiniens et qui est très dépendante de ses travailleurs émigrés dans le Golfe.

Figure II-25 : Pays en développement : les vingt principaux bénéficiaires de remises (moyenne 1990-2003).

Figure II-25 : Pays en développement : les vingt principaux bénéficiaires de remises (moyenne 1990-2003).

Mondialisation et question linguistique

39Le Liban est un pays de culture arabe, et cette langue y est d’usage commun, sous sa forme dialectale syro-libanaise ou sous celle, classique, de l’arabe littéraire. L’alphabétisation progressivement étendue depuis un siècle assure l’intégration des Libanais au sein d’un ensemble culturel plus vaste qui s’étend du Golfe à l’Océan atlantique. Mais l’usage d’autres langues y est banal, ce qui est un reflet d’une histoire où se croisent de nombreuses influences. Le syriaque et le grec, langues liturgiques, sont parlés dans les petites communautés chaldéenne et assyrienne. Le turc fut longtemps parlé, mais seul un village turkmène du Akkar conserve son usage courant. L’arménien est la langue maternelle d’une partie des descendants de l’exode anatolien. Le kurde est parlé parmi des réfugiés. L’italien, lié au commerce génois et vénitien ainsi qu’à la papauté, longtemps langue véhiculaire au Levant, a largement régressé après 1850.

40La diversité linguistique résulte aussi de l’héritage des menées impérialistes et missionnaires, liées les unes aux autres sans se confondre, de la France catholique pour qui l’anticléricalisme ne fut jamais un article d’exportation, et des missions protestantes, britanniques ou américaines. La francophonie s’est largement répandue depuis l’époque du Mandat, sans jamais éclipser les autres langues, notamment l’anglais. Aujourd’hui, ce plurilinguisme est mobilisé dans le cadre de la mondialisation et l’anglais concurrence le français. Il rend le Liban attractif pour les entreprises et, inversement, les Libanais usent de leurs compétences linguistiques dans leurs pérégrinations au sein de la diaspora.

41Contrairement à ce qui est parfois affirmé, l’apprentissage et l’usage du français ne déclinent pas. Le français est appris comme première langue étrangère par plus de 65 % des jeunes, souvent dès le primaire, voire la maternelle (fig. II-26). En raison de l’augmentation du taux de scolarisation, la connaissance du français est bien plus large dans les jeunes générations que pour les plus anciennes : en 1994, les 15-19 ans sont 39,5 % à avoir un niveau bon ou moyen en français, contre moins de 20 % pour les 50-54 ans. L’anglais première langue étrangère tend à croître légèrement. Sa connaissance se diffuse également, et augmente plus vite que celle du français, mais globalement, il reste moins largement parlé. 13,8 % des Libanais qui parlent anglais ne parlent pas français et, inversement, 28,5 % d’entre eux parlent le français mais non l’anglais. Au total, 20,5 % des Libanais peuvent être considérés comme compétents dans les trois langues arabe, française et anglaise. Ce taux est plus élevé pour les jeunes, environ 30 % pour les 15-24 ans (USJ 1995).

Figure II-26 : La connaissance des langues étrangères selon les régions.

Figure II-26 : La connaissance des langues étrangères selon les régions.

42Les différences régionales sont importantes : elles traduisent en premier lieu la richesse de la population (fig. II-27). Les Libanais de la région centrale, à proximité de Beyrouth, ont les plus grandes compétences linguistiques. Au Mont Liban, les zones druzes et la banlieue sud de Beyrouth, où les chiites sont majoritaires, se caractérisent par une plus grande connaissance de l’anglais que du français, ce qui est en partie un héritage des politiques missionnaires protestantes pour les druzes. Aujourd’hui, les chiites, notamment au Sud du Liban, s’orienteraient toutefois davantage vers le français, ce qui est souvent interprété comme une conséquence de leur forte émigration en Afrique francophone.

Figure II-27 : L’enseignement des langues étrangères dans l’enseignement secondaire.

Figure II-27 : L’enseignement des langues étrangères dans l’enseignement secondaire.

43Solidement établie par l’enseignement secondaire, la suprématie du français est contestée au niveau univer-sitaire. Le paysage universitaire libanais est très hétéroclite (fig. II28). Une première génération d’universités a été fondée par des missionnaires protestants (Université américaine de Beyrouth, Beirut University College, devenu Lebanese American University, etc.) ou catholiques (l’Université Saint-Joseph – USJ – fondée par les Jésuites) au xixe siècle. L’Université libanaise a été progressivement édifiée après l’indépendance. Dans les années 1960, une autre grande université a été fondée, l’Université arabe de Beyrouth, liée à l’université d’Alexandrie. Durant la guerre, l’Université libanaise (UL) a été scindée en cinq branches régionales, reproduisant les clivages miliciens. De nombreuses universités privées se sont également développées, en particulier sous l’impulsion d’ordres religieux chrétiens. Un élargissement considérable du marché universitaire s’est produit : 12,5 % de la population possède un diplôme universitaire, et 20 % de la génération des 20-30 ans suit ou a suivi des études en 2001.

44La langue d’enseignement universitaire est librement choisie et il n’existe pas de statistiques fiables sur cette question. Elle reflète les politiques des universités ainsi que la diversité de leur public et de leurs enseignants. Il est fréquent que plusieurs langues d’enseignement soient d’ailleurs en usage concomitant en fonction de ces paramètres. Dans l’ensemble, le français semble majoritaire. C’est net à l’USJ. À l’UL, dont de nombreux enseignants sont francophones, la situation est plus confuse en fonction des disciplines et du niveau des étudiants. L’arabe y est souvent la langue d’expression des étudiants. Le fait marquant est le vigoureux développement des universités anglophones, moins d’ailleurs celui des établissements historiques que celui des petites universités ou instituts universitaires qui prétendent offrir à la classe moyenne une alternative – très décriée – à la fréquentation de l’université de masse qu’est devenue l’UL. Les appellations choisies (cf. table des acronymes fig. II-28), les slogans publicitaires (par exemple, pour l’une d’entre elles, «  A Global Perspective ») et, plus généralement, la volonté de se caler sur les systèmes d’accréditation universitaires américains jouent explicitement sur le ressort migratoire et sur le désir d’Amérique (ou d’Australie). Les acteurs de cette diversification sont plusieurs ordres religieux chrétiens qui trouvent dans la diaspora les moyens d’investir dans la politique universitaire et, globalement, le milieu des anciens émigrés. À travers l’Agence universitaire de la francophonie, les responsables de la francophonie tentent de structurer une offre alternative. Il leur faut faire preuve de pragmatisme. En effet, plusieurs établissements adhérents sont explicitement anglophones.

Figure II-28 : Universités, langues d’enseignement et mondialisation.

Figure II-28 : Universités, langues d’enseignement et mondialisation.

La place du Liban au Moyen-Orient

45Le Moyen-Orient est une échelle essentielle pour comprendre l’ouverture extérieure du Liban et ses modalités d’insertion dans l’économie mondiale. Ici, géopolitique et géo-économie contribuent de conserve à transformer une situation historique de charnière ou de pont entre l’Europe, ou plus largement l’Occident, et le Moyen-Orient arabe. La forme des réseaux de transport constitue à cet égard un indicateur précieux. Plus globalement, en raison de la nature de l’économie libanaise, où le commerce et les flux de capitaux comptent bien plus que la production, et en raison des évolutions de l’économie mondiale, qui accorde une place accrue aux villes, on ne peut aborder cette question sans examiner le rôle de Beyrouth et son processus de métropolisation.

La marginalisation de Beyrouth

46Le constat qui s’impose ici est celui d’une marginalisation. Celle-ci se lit d’abord dans les évolutions de la hiérarchie du réseau urbain. Beyrouth était une métropole du Levant qui avait atteint, à la fin des années 1960, le seuil du million d’habitants. Sa croissance a fléchi pour cause de guerre, de redistribution interne et d’émigration, pour atteindre, en 1996, dans les limites de l’«  unité urbaine centrale » identifiée par le récent schéma d’aménagement du territoire, 1,6 million (1,9 selon l’estimation de Géopolis en 2000). Elle fait figure de petite capitale à l’aune d’Amman et de Damas, pour ne rien dire des comparaisons avec Le Caire, Istanbul, Alexandrie ou Bagdad… Du reste, elle a perdu deux places depuis 1975 dans la hiérarchie régionale selon Géopolis (fig. II-29 et II-30).

Figure II-29 : L’évolution du réseau urbain au Moyen-Orient.

Figure II-29 : L’évolution du réseau urbain au Moyen-Orient.

Figure II-30 : L’évolution du rang métropolitain de Beyrouth (évolution du rang des dix plus grandes agglomérations du bassin oriental de la Méditerranée en 2000 – Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Égypte, Israël, Territoires palestiniens, Chypre).

Figure II-30 : L’évolution du rang métropolitain de Beyrouth (évolution du rang des dix plus grandes agglomérations du bassin oriental de la Méditerranée en 2000 – Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Égypte, Israël, Territoires palestiniens, Chypre).

47Il est vrai toutefois que le critère de la taille n’est pas le plus pertinent pour mesurer le rôle régional de la ville. Les fonctions de transport de passagers et de marchandises sont ici de plus d’intérêt. Ainsi, le réseau dessiné par la MEA illustre encore bien la fonction de trait d’union que joue Beyrouth. Si ce n’est qu’à une époque où cette compagnie jouissait d’une position hégémonique dans la région a succédé un temps où la concurrence des autres villes et les évolutions dans la portée des avions marginalisent la capitale libanaise.

48La carte du trafic des aéroports de la région (fig. II-31) montre que Beyrouth n’occupe qu’une place mineure dans le trafic régional. Loin d’être le hub d’une compagnie aux dimensions mondiales, elle est fortement concurrencée par Dubaï, hub de Emirates, une compagnie au développement plein d’allant. L’aéroport en constants travaux de l’emporium du Golfe arabo-persique dépasse 20 millions de passagers en 2004. Plusieurs autres aéroports de la région ont un trafic très supérieur à Beyrouth, comme Istanbul, Le Caire, et plusieurs capitales voisines se situent dans des ordres de grandeur comparables. Cette situation contraste avec la période du début des années 1970. Cette transformation s’explique d’une part par la guerre civile libanaise, mais aussi par les politiques de modernisation et d’équipement qui sont menées dans ces capitales. Leur développement économique et en particulier touristique s’alimente de la féroce concurrence qu’elles se livrent. Alors que la cité émiratie est fréquemment évoquée comme un modèle pour Beyrouth, la mise en parallèle de la croissance de leurs trafics aéroportuaires respectifs illustre la modestie du décollage libanais, même s’il est réel (fig. II-32).

Figure II-31 : Trafic des aéroports régionaux (2003).

Figure II-31 : Trafic des aéroports régionaux (2003).

Figure II-32 : L’évolution du trafic aéroportuaire à Dubaï et Beyrouth.

Figure II-32 : L’évolution du trafic aéroportuaire à Dubaï et Beyrouth.

49Pour en rester au domaine des échanges, l’étude des flux de marchandises à travers les ports démontre également la marginalisation du Liban (fig. II-33 et II34). Si, au lendemain de 1948 et de la fermeture des débouchés arabes de Haïfa, la capitale libanaise avait pu devenir un point de transit entre la Méditerranée et le Golfe, en particulier l’Irak, on constate que malgré la reprise récente du trafic à Beyrouth et à Tripoli, le Liban ne constitue plus aujourd’hui une porte d’entrée régionale. Les ports de Tartous et de Lattaquié lui contestent la suprématie locale. Beyrouth devient une destination secondaire pour le cabotage régional à partir d’Alexandrie ou Port-Saïd, et son développement est sans commune mesure avec celui de Dubaï, qui assure l’interface entre l’Asie manufacturière et les marchés moyen-orientaux.

Figure II-33 : Le trafic du port de Beyrouth depuis 1992.

Figure II-33 : Le trafic du port de Beyrouth depuis 1992.

Figure II-34: Trafic des ports du Moyen-Orient.

Figure II-34: Trafic des ports du Moyen-Orient.

50Si l’on se place brièvement sur le terrain des fonctions de commandement, un même constat de marginalisation s’impose. L’exemple de la Bourse est particulièrement caricatural. Malgré l’existence d’une place bancaire bien développée, la Bourse de Beyrouth demeure minuscule en comparaison du Caire ou de Riyad (fig. II-35). Seize entreprises seulement ont été cotées en 2004 et l’essentiel de la capitalisation est représenté par Solidere, la firme de reconstruction du centre-ville. D’autres indicateurs seraient moins cruels pour la capitale libanaise, mais l’essentiel est que celle-ci occupe aujourd’hui une place mineure dans le concert des métropoles moyen-orientales.

Figure II-35 : La capitalisation boursière dans les pays arabes (2004).

Figure II-35 : La capitalisation boursière dans les pays arabes (2004).
Le renouveau du tourisme

51L’un des rares secteurs dans lequel le Liban a retrouvé un certain lustre est celui du tourisme. Le Liban constituait la principale destination du Moyen-Orient avant la guerre, avec près d’un million de touristes en 1974, qui contribuaient pour environ 20 % au PIB. Trente ans après, en 2003, le nombre de touristes a de nouveau franchi la barre du million. Ce seuil est certes un symbole, mais ne doit pas masquer la mutation très importante de ce secteur, qui relativise la portée de ce rattrapage numérique. Le Liban n’est désormais qu’une destination moyenne parmi d’autres, au sein d’une région où la croissance du tourisme est très vive, mais fragile en raison des contrecoups des conflits militaires et du terrorisme. Le tourisme au Liban a ainsi pratiquement triplé entre 1995 et 2004, mais cette montée en puissance est moins marquée que celle du voisin syrien (fig. II-36 et fig. II-37a).

Figure II-36 : Le tourisme international au Moyen-Orient.

Figure II-36 : Le tourisme international au Moyen-Orient.

52Au fond, l’offre touristique du Liban est réduite et très spécifique. Sa côte, suroccupée, polluée, n’offrant qu’un nombre limité de plages, est moins attractive que celles de Turquie, de Chypre, du Sinaï égyptien ou d’Israël. Son patrimoine historique est certes remarquable, mais insuffisamment mis en valeur. De plus, le Liban est un pays cher. La nationalité et le type de séjour des visiteurs soulignent la particularité de l’offre libanaise (fig. II37b). Globalement, le principal bloc de visiteurs est constitué des touristes arabes, au premier rang desquels les Syriens et les Arabes du Golfe, Saoudiens, Koweitiens et autres Émiratis. Pour eux, le Liban est un pays de villégiature estivale (fig. II37c), traditionnellement à la montagne, mais aussi urbaine, à Beyrouth et dans la région de Jounieh. Hôtels et commerces de luxe, liberté des mœurs et prostitution constituent ici ses principaux atouts. Les Européens de l’Ouest, surtout Français et Allemands, représentent un deuxième groupe, dont les pratiques s’orientent davantage vers la découverte du patrimoine, sans délaisser les joies du shopping et de la restauration.

Figure II-37 (a, b et c) : Les touristes au Liban.

Figure II-37 (a, b et c) : Les touristes au Liban.

Un rôle culturel et médiatique

53Si, sur le plan des échanges de marchandises, ou comme centre d’affaires, le Liban a connu un déclin et une marginalisation dont il n’a pu inverser la tendance depuis les années 1990, il n’en joue pas moins un rôle culturel remarquable à l’échelle du monde arabe. Sa capitale, Beyrouth, métropole cosmopolite, ville universitaire et refuge des intellectuels arabes persécutés par les régimes autoritaires depuis la seconde guerre mondiale, fonctionne comme un pivot dans la production et la circulation de l’information et du savoir. L’exemple du livre l’illustre parfaitement. Le temps n’est plus où l’on pouvait dire, comme à la fin des années 1960, «  Le Caire écrit, Beyrouth imprime, Bagdad lit ». Toutefois, la capitale libanaise occupe encore une place de premier plan dans la production et le commerce du livre. Le Liban est l’un des principaux pôles éditoriaux du monde arabe, avec environ 7 500 livres édités annuellement (Mermier 2005). Il est, certes, nettement devancé par Le Caire, et l’Arabie saoudite représente aussi un important producteur. Le Maghreb, où l’arabisation progresse fortement, et qui produit aussi, comme le Liban, des ouvrages en français, reste néanmoins en position secondaire dans l’édition. Les statistiques sur le commerce des imprimés (livres, brochures et presse) montrent la place centrale que Beyrouth a conservée dans la commercialisation du livre au sens large (fig. II-38). Le Liban est, de très loin, le principal exportateur d’imprimés du monde arabe. C’est d’ailleurs l’unique domaine dans lequel sa balance commerciale est excédentaire, à l’inverse de tous les autres pays arabes. Les imprimés représentent 5 % du total de ses exportations en 2003, un chiffre considérable qui illustre bien le rôle culturel particulier de Beyrouth et des Libanais dans le monde arabe.

54La télévision par satellite, dont le Liban est un grand pourvoyeur de programmes, et la publicité, dont le marché moyen-oriental s’est d’abord développé à Beyrouth, constituent d’autres secteurs économiques florissants où le Liban joue un rôle important. Mais les centres de commandement se sont aujourd’hui plutôt déplacés vers le Golfe : Dubaï est le principal centre de commandement pour la publicité et son principal concurrent est Le Caire. Dans la télévision, les capitaux sont plutôt saoudiens. Al-Jazira émet à partir du Qatar, mais l’une de ses concurrentes sur le marché de l’information est Al-Arabiya, qui a des studios à Beyrouth. Plus globalement, le Liban produit des programmes de divertissement appréciés dans l’ensemble du monde arabe.

Figure II-38 : Le commerce des imprimés dans le monde arabe.

Figure II-38 : Le commerce des imprimés dans le monde arabe.

55En revanche, dans le domaine des technologies de l’information, malgré l’existence d’une main-d’œuvre qualifiée, le Liban n’a pas connu le développement attendu et il reste loin des Émirats ou d’Israël (fig. II39). La politique du gouvernement a consisté à protéger l’opérateur historique, et à préserver les revenus confortables que lui assurent des coûts de télécommunication très élevés. La conséquence de cette politique a été le retard dans l’introduction du haut débit, lié également à la cartellisation du marché.

Figure II-39 : L’usage d’Internet dans quelques pays du Moyen Orient (1994-2003).

Figure II-39 : L’usage d’Internet dans quelques pays du Moyen Orient (1994-2003).

Table des illustrations

Titre Église maronite à Buenos Aires – L’Argentine constitue l’une des plus anciennes destinations des émigrés libanais. Cette église au style éclectique témoigne de plusieurs influences : on y retrouve la façade rectangulaire, l’appareillage de calcaire blanc et le clocheton des églises montagnardes libanaises. Le portail utilise un motif oriental plus monumental et plus urbain.
Crédits Photo Sébastien Velut, mai 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-1.jpg
Fichier image/, 176k
Titre Figure II-1: Un petit pays.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-2.png
Fichier image/, 65k
Titre Figure II-2: La diaspora libanaise.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-3.png
Fichier image/, 108k
Titre Figure II-3: Expatriation et retours d’émigration (1975-2001).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-4.png
Fichier image/, 11k
Titre Figure II-4: Les diplômés libanais à l’étranger.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-5.png
Fichier image/, 12k
Titre Figure II-5: Une diaspora chiite : les familles de Bint Jbayl (Nabatieh).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-6.png
Fichier image/, 13k
Titre Figure II-6: Les émigrés du village de Bishmizzine (Koura, Liban-Nord).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-7.png
Fichier image/, 7,8k
Titre Figure II-7 (a et b): L’émigration libanaise au Sénégal.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-8.png
Fichier image/, 41k
Titre Figure II-8 : Le réseau diplomatique libanais.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-9.png
Fichier image/, 150k
Titre Figure II-9 : Les prêtres maronites dans le monde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-10.png
Fichier image/, 14k
Titre Figure II-10 :  L’organisation diasporique des maronites.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-11.png
Fichier image/, 171k
Titre Figure II-11 : La Middle East Airlines dans le monde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-12.png
Fichier image/, 153k
Titre Figure II-12 : Le réseau bancaire libanais.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-13.png
Fichier image/, 123k
Titre Figure II-13 : Dar al-Handasah.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-14.png
Fichier image/, 144k
Titre Figure II-14 : L’évolution du commerce extérieur et de la balance des paiements.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-15.png
Fichier image/, 11k
Titre Figure II-15  : Les partenaires commerciaux du Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-16.png
Fichier image/, 212k
Titre au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-17.png
Fichier image/, 5,5k
Titre Figure II-17 : Les pays d’origine des compagnies étrangères enregistrées au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-18.png
Fichier image/, 165k
Titre Figure II-18 : Les bénéficiaires des investissements inter-arabes (2004).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-19.png
Fichier image/, 7,5k
Titre Figure II-19 : Les investissements arabes au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-20.png
Fichier image/, 5,8k
Titre Figure II-20 : Poids des remboursements de la dette par rapport aux exportations.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-21.png
Fichier image/, 32k
Titre Figure II-21 : Évolution de la dette et répartition entre dette en livres libanaises et dette en devises.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-22.png
Fichier image/, 6,8k
Titre Figure II-22 : L’aide internationale per capita.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-23.png
Fichier image/, 8,1k
Titre Figure II-23 : Les contributeurs de l’aide publique internationale à la reconstruction du Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-24.png
Fichier image/, 13k
Titre Figure II-24 : Le poids des remises dans le budget des ménages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-25.png
Fichier image/, 7,2k
Titre Figure II-25 : Pays en développement : les vingt principaux bénéficiaires de remises (moyenne 1990-2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-26.png
Fichier image/, 19k
Titre Figure II-26 : La connaissance des langues étrangères selon les régions.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-27.png
Fichier image/, 9,9k
Titre Figure II-27 : L’enseignement des langues étrangères dans l’enseignement secondaire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-28.png
Fichier image/, 8,8k
Titre Figure II-28 : Universités, langues d’enseignement et mondialisation.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-29.png
Fichier image/, 163k
Titre Figure II-29 : L’évolution du réseau urbain au Moyen-Orient.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-30.jpg
Fichier image/, 848k
Titre Figure II-30 : L’évolution du rang métropolitain de Beyrouth (évolution du rang des dix plus grandes agglomérations du bassin oriental de la Méditerranée en 2000 – Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Égypte, Israël, Territoires palestiniens, Chypre).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-31.png
Fichier image/, 27k
Titre Figure II-31 : Trafic des aéroports régionaux (2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-32.png
Fichier image/, 132k
Titre Figure II-32 : L’évolution du trafic aéroportuaire à Dubaï et Beyrouth.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-33.png
Fichier image/, 13k
Titre Figure II-33 : Le trafic du port de Beyrouth depuis 1992.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-34.png
Fichier image/, 5,3k
Titre Figure II-34: Trafic des ports du Moyen-Orient.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-35.png
Fichier image/, 124k
Titre Figure II-35 : La capitalisation boursière dans les pays arabes (2004).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-36.png
Fichier image/, 6,9k
Titre Figure II-36 : Le tourisme international au Moyen-Orient.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-37.png
Fichier image/, 49k
Titre Figure II-37 (a, b et c) : Les touristes au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-38.png
Fichier image/, 72k
Titre Figure II-38 : Le commerce des imprimés dans le monde arabe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-39.png
Fichier image/, 57k
Titre Figure II-39 : L’usage d’Internet dans quelques pays du Moyen Orient (1994-2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/415/img-40.png
Fichier image/, 33k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540