Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 4 - Les quartiers du Barada

Un secteur industriel, artisanal et d’échanges

Texte intégral

1L’urbanisation des quartiers du Barada résulte de l’imbrication des flux de circulation conjuguée aux effets de polarité des quatre portes du rempart nord et à l’attractivité industrielle du fleuve.

2Les deux grandes voies de circulation des faubourgs nord – Souk Sarouja / Malik Fayçal – se rejoignent à l’est de Bab al-‘Aqrabani. Elles sont le support d’implantations urbaines radicalement différentes. La première engendre un ensemble résidentiel, commercial, monumental et de petit artisanat, typique d’une centralité linéaire de quartier (voir chapitre 2). Ce statut s’arrête au carrefour de la mosquée al-Tawba quand la première rue venant de Bab al-‘Aqrabani prend le relais pour conduire cette centralité jusqu’à la grande avenue, laissant Souk Sarouja se terminer en simple voie résidentielle.

3L’avenue Malik Fayçal est traversée par une série de voies remontant des portes de la ville et structurant les quartiers résidentiels de Souk Sarouja, de ‘Uqayba ou de ‘Aqrabani. Le croisement de ces voies urbaines, voies de passage par excellence, avec le grand trafic d’une voie territoriale provoque sur l’avenue des situations de carrefour favorables à l’entreposage des marchandises, au commerce des matériaux lourds, encombrants, bruyants ou salissants qui peuvent être, ici, à la fois extérieurs et proches de la ville (p. 174).

4La grande voie est dominée sur tout son parcours par les échanges marchands et les activités. Elle est ponctuée d’équipements, de rares maisons anciennes et d’immeubles de logements datant de la fin du xixe siècle et début du xxe siècle. Malgré une composition hétéroclite de types bâtis, de périodes, d’architectures, de hauteurs, d’aligne-ments aléatoires, de fonctions, Malik Fayçal ne manque pas de charme. De grands eucalyptus plantés aux limites des trottoirs étendent largement leurs ramures sur la voie adoucissant le bruit des activités, tamisant l’éclat du soleil. De proche en proche les grands minarets des mosquées, rappellent la longue histoire du tracé urbain. Avec les grands arbres ils séquencent les points de vue en une série de tableaux urbains. Seule la rue extérieure au rempart, à Chaghour, offre un paysage urbain comparable.

5Le tissu urbain des abords de Malik Fayçal et de la vallée du Barada porte les traces caractéristiques d’un lieu de rupture de charge. Les échanges engendrent une industrie qui trouve à se loger principalement dans l’espace compris entre la rue de Souk Sarouja et l’avenue Malik Fayçal. Entrepôts et commerces (souks, khans, bayka-s, hasil-s…) s’installent tout au long de la grande voie de transit en excluant pratiquement l’habitat, dans la séquence allant de la Thawra à la porte Bab al-‘Aqrabani. Le tissu industriel est particulièrement dense et profond au croisement de la rue venant de Bab al-Faraj où l’activité s’appuie sur cette voie de porte pour aller pratiquement au contact de la rue de Souk Sarouja (p. 170, 171). Dans la séquence suivante le tissu industriel et commercial reste en frange (p. 172, 173). La rue Malik Fayçal est bordée d’une continuité de souks entrecoupée de quelques entrepôts installés parfois aux rez-de-chaussée d’immeubles d’habitation.

Avenue Malik Fayçal

Avenue Malik Fayçal

6Les parcelles sont souvent allongées, offrant leurs façades étroites à la rue, redivisées en premier rang pour multiplier les devantures. Aux emplacements les plus passants les séries de souks ou d’ateliers disposent leurs petites travées sur les rues, laissant les grandes activités se développer sur les emprises foncières adéquates à l’intérieur du tissu urbain.

7Les types sont divers. On rencontre dans la partie nord du secteur – celle qui remonte vers Souk Sarouja – de grands immeubles industriels superposant aux ateliers du rez-de-chaussée des étages aux fonctions multiples, travail, logement, entrepôts, etc. Ailleurs se croisent les autres lieux du travail. Les khans additionnant autour d’une cour leurs cellules de pierre sont peu nombreux et aujourd’hui très abîmés. La plupart des khans actuels restent de grands ensembles d’ateliers de bois ou de métal. Les entrepots (hasil) servaient et servent encore à l’entreposage du bois. Ce sont des constructions légères ; de simples structures de bois, sans plan préconçu ; des abris organisés autour d’une large cour permettant la manipulation des troncs d’arbres, des planches ou de grandes échelles de bois. Les bayka-s n’ont pas l’ampleur de ceux du Midan (voir le chapitre Midan) mais ils en partagent les dispositions spatiales.

8Encore aujourd’hui, ce quartier bruyant d’activités présente ce partage des tâches entre l’axe de circulation et la profondeur du tissu. L’organisation est subtile à l’endroit où l’avenue Malik Fayçal tangente quasiment le Barada et le rempart. L’étroitesse du tissu y engendre de délicates transitions entre la ville intra-muros et ses faubourgs. Bordées de commerces de détails, les voies des portes plongent dans le tissu industriel. Elles se déclinent, de l’intérieur au faubourg, de continuités de souks en ateliers d’une manière si naturelle que le passage des portes Bab al-Faraj et Bab al-‘Aqrabani est à peine perceptible.

Table des illustrations

Titre Avenue Malik Fayçal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540