Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 3 - ‘Amara

État des lieux

Texte intégral

1Plusieurs plans illustrent les transformations du quartier depuis 1930.

2Le premier (p. 138), figurant sur le cadastre 1930 le tracé actuel des voies, montre trois types de modifications.

  • L’élargissement ponctuel des rues et des impasses, et le prolongement de certaines impasses tendant à mettre en place progressivement sur l’ensemble du quartier un réseau continu de voies à la place du système d’impasses existant.

  • Dans la partie nord du quartier, l’extension, sur les anciens jardins de l’oasis, du réseau maillé des voies commencé dans les années trente.

  • Au nord est du quartier, une large percée dans le prolongement de la rue d’Alep devant rejoindre l’avenue Malik Fayçal. Cette voie territoriale qui coupe en diagonale le quartier a été pour l’instant essentiellement réalisée sur les anciens jardins et bute sur le tissu dense des impasses de ‘Amara.

3Concernant les largeurs et les types de voies, la planche des coupes et profils (p. 136) décrit trois situations. Les deux premiers profils correspondent à des rues du tissu ancien, voies de deux à trois mètres de large bordées de maisons à cour d’un étage souvent en encorbellement au-dessus de l’espace public. Les profils trois à six signalent l’impact et la rupture d’échelle entre le tissu ancien et les nouveaux immeubles de trois étages implantés en retrait de l’alignement. Les profils sept à neuf décrivent successivement une nouvelle voie de lotissement, la grande percée diagonale et l’avenue de Bagdad.

4Deux autres plans d’état des lieux informent sur la situation actuelle des tissus urbains de ‘Amara. Le premier (p. 158) réalisé jour après jour pendant la période de relevé à Damas montre l’état actuel du quartier sur le plan de cadastre de 1930 ; il renseigne donc à la fois sur la situation actuelle et sur les destructions du tissu ancien ; le second plan (p. 160) décrit uniquement l’état des lieux à ce jour en différenciant les nouveaux immeubles, les maisons anciennes en bon état, les maisons anciennes réhabilitées et les maisons en ruine.

5Il en résulte que le nord du quartier, qui correspond aux derniers lotissements construits dans les années trente, a subi les plus grandes transformations, et que les nouveaux immeubles isolés se concentrent autour de la rue Qazzazin. On note aussi un grand nombre de maisons réhabilitées ou tout du moins en très bon état dans la partie centrale du faubourg.

Un projet

6La réalité contrastée de la situation de ‘Amara pousse cependant à préserver des ensembles importants du tissu ancien en s’appuyant sur l’organisation des voies, peignes, arêtes de poisson, arborescences, qui structurent le faubourg.

7Le plan d’alignement actuel qui a été mis en œuvre dans le nord du quartier définit un maillage irrégulier de voies formant des îlots de taille et de forme variables sans le moindre rapport avec le tissu existant. S’il devait être poursuivi, c’est l’ensemble du faubourg qui disparaîtrait progressivement.

État des lieux du quartier en 1999

État des lieux du quartier en 1999

Préservation du faubourg de ‘Amara : plan de synthèse

Préservation du faubourg de ‘Amara : plan de synthèse

Table des illustrations

Titre État des lieux du quartier en 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Préservation du faubourg de ‘Amara : plan de synthèse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540