Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Chapitre 1 : Construction nationale et géopolitique régionale

Résumé

Depuis un siècle et demi, les territoires qui ont été réunis en 1920 à l’intérieur des frontières d’une nouvelle entité étatique dénommée Liban se situent sur des lignes de fracture régionales qui expliquent pour une large part l’instabilité de ce pays. L’effondrement de l’Empire ottoman et la naissance des nouveaux États suscités par les puissances coloniales sur ses décombres, la création d’Israël et les conflits israélo-palestiniens, et enfin les interventions américaines dans le Golfe ont profondément affecté ce petit territoire, champ clos des affrontements extérieurs, caisse de résonance, par ses propres fêlures internes, des rivalités et conflits régionaux. La transition politique en cours marque en un sens la récupération par le Liban de sa souveraineté, mais illustre aussi la persistance de tensions internes qui s’articulent aux enjeux géopolitiques actuels du Moyen-Orient.
La construction nationale libanaise, marquée par une souverainetéde facto limitée ou entravée, notamment par la guerre civile et les interventions militaires et diplomatiques étrangères, subit les contrecoups de ces secousses. La cartographie, en tant qu’outil de gestion et d’appropriation du territoire, illustre la faiblesse de l’État libanais, comme le montrent ici la question des incertitudes aux frontières et celle des statistiques localisées. La réactivation des municipalités sera peut-être une condition d’une meilleure gestion locale du territoire.

Entrées d'index

Mots clés :

géopolitique, nation, territoire

Géographique :

Liban

Texte intégral

Le Liban, sur les lignes de fracture de la géopolitique proche-orientale

La singularité du Liban dans l’histoire

1Le Liban se distingue au sein de l’ensemble proche-oriental par son caractère montagnard et son hydrographie abondante (fig. I-1). Le Mont Liban dépasse 3 000 m au Kornet al-Saouda, où la montagne atteint son épaisseur maximale. La trouée de Homs et la plaine du Akkar marquent sa limite vers le nord et forment un passage aisé vers l’intérieur syrien. Haute et massive vers le nord, plus linéaire au sud, la chaîne est difficilement franchissable. Le principal point de passage est le Dahr al-Baïdar (1 560 m), qu’emprunte la route internationale Beyrouth-Damas. Le Jabal Amil, au Liban-Sud, est un ensemble de plateaux aux altitudes variant entre 600 et 800 m. La montagne domine à l’ouest la mer et d’étroites plaines littorales. Seules celles du Akkar au nord et de Kasmieh au sud s’élargissent quelque peu. À l’est, la chaîne surplombe la dépression de la Békaa, axe de circulation nord-sud. L’Anti-Liban forme à l’est une nouvelle barrière, moins élevée dans la partie centrale. Le Jabal al-Sheikh, également nommé Hermon, dépasse au sud-est 2 800 m, à la limite entre la Syrie, le Golan occupé par Israël et le Liban.

2En bordure des steppes syriennes, cette montagne fait figure de château d’eau. Plusieurs fleuves côtiers arrosent son versant ouest, notamment le Nahr al-Bared, le Nahr Abou Ali, le Nahr Ibrahim, le Nahr Beyrouth, le Nahr Awali. L’Oronte s’écoule à travers la Békaa vers la Syrie et la Turquie. Le Litani est le plus long fleuve libanais. Il arrose la Békaa avant de faire un coude vers la Méditerranée. Le Hasbani descend du Jabal al-Sheikh vers la Galilée israélienne où il alimente le Jourdain.

3Cette montagne difficilement pénétrable mais bien dotée en eau a tôt constitué un refuge, tandis que les plaines étaient livrées à l’exploitation agricole.

Figure I-1 : Une montagne dans l’histoire.

Figure I-1 : Une montagne dans l’histoire.

4Au cours de l’histoire, la région a vu se succéder de nombreuses constructions politiques, dont les vestiges architecturaux et urbains signalent la richesse et la diversité. Plusieurs villes libanaises ont été fondées à l’époque phénicienne, comme Beyrouth, Tyr, Saïda (Sidon) ou Jbeil (Byblos). Les civilisations hellénistique, romaine, byzantine ont contribué à la formation de nouvelles villes : ainsi Beyrouth, devenue une cité importante de l’Empire romain avant d’être rasée par un raz-de-marée en 511. L’expansion de l’Islam transforme les allégeances religieuses, mais le christianisme conserve une place importante. La montagne devient progressivement un refuge pour des minorités religieuses chrétiennes (comme les maronites) ou musulmanes (chiites ou druzes). Les croisés occupent la région pendant deux siècles (1099-1291). L’architecture militaire témoigne de leur activité bâtisseuse et de leur influence : ainsi, les Mamelouks ont édifié plusieurs châteaux en réutilisant les principes de l’architecture croisée.

5À partir du xvie siècle, les régions du Liban actuel sont des provinces de l’Empire ottoman aux statuts divers. Ces territoires sont confiés à des fermiers de l’impôt agissant pour le compte de la Porte. Deux grandes familles, les Maan aux xviie et xviiie siècles, puis les Chéhab jusqu’en 1842, réussissent successivement à asseoir temporairement leur domination sur des territoires à l’extension variable. Ces constructions territoriales centrées sur le Mont Liban font figure, pour une partie des historiens libanais, de prémices de l’entité libanaise.

6Le développement du commerce avec l’Europe, notamment à partir des ports de la côte méditerranéenne, les échelles du Levant, et l’action des missionnaires contribuent à singulariser les chrétiens, qui bénéficient, indirectement, du régime des Capitulations protégeant les ressortissants européens. L’activité missionnaire (fig. I-2), non seulement catholique, mais également protestante (américaine surtout), s’accentue à partir du milieu du xixe siècle, au moment où la présence économique européenne se fait plus pressante, avec l’économie de la soie et la participation de capitaux européens aux travaux d’aménagement et de mise en valeur conduits par les Ottomans. Beyrouth s’affirme à partir des années 1830 au détriment de Saïda et de Tripoli, grâce au commerce avec la montagne et au développement de son port.

Figure I-2 : La présence missionnaire en Syrie ottomane vers 1850 (Palestine et Alep exclus).

Figure I-2 : La présence missionnaire en Syrie ottomane vers 1850 (Palestine et Alep exclus).

7À partir de 1830, la région entre dans les turbulences. Elle est occupée entre 1832 et 1840 par les Égyptiens. Une série de troubles confessionnels culmine en 1860 avec des affrontements entre chrétiens et druzes dans la montagne libanaise et entre chrétiens et musulmans à Damas. Les Ottomans et les puissances européennes mettent alors en place de nouvelles institutions territoriales faisant une large place aux représentants des communautés confessionnelles. Le régime de la mutasarifiya prend effet à partir de 1861 au Mont Liban (fig. I-3). Il institue un territoire autonome de la wilaya de Beyrouth. Celle-ci est un territoire discontinu, qui comprend Saïda au sud et Tripoli au nord. L’actuelle partie sud du Liban, le Jabal Amil, dépend de Haïfa et s’inscrit dans la mouvance de cette ville. La région de la Békaa est sous la dépendance de Damas.

Figure I-3 : La mutasarifiya (1861).

Figure I-3 : La mutasarifiya (1861).

Trace du Liban médiéval – le « palais » de Anjaar (Békaa, période omeyyade), l’un des six sites libanais classés au Patrimoine de l’Unesco.

Trace du Liban médiéval – le « palais » de Anjaar (Békaa, période omeyyade), l’un des six sites libanais classés au Patrimoine de l’Unesco.

Photo Laetitia Démarais, mars 2007.

Le Liban et les transformations du Moyen-Orient

Figure I-4 : Les découpages administratifs et étatiques au Machrek (1880-1948).

8Dans cet espace ottoman essentiellement continu, la circulation est fluide et les divisions administratives sont poreuses et souvent remaniées. Les bouleversements liés au règlement du premier conflit mondial se traduisent par l’imposition et la progressive consolidation d’un nouveau découpage étatique, en rupture avec l’organisation politique préexistante (fig. I-4). La Syrie ottomane est dépecée tandis que s’effondre le rêve éphémère d’un royaume arabe avec Damas pour capitale. Au sud, la Grande-Bretagne reçoit mandat sur la Palestine et la Transjordanie. Au nord, la France proclame en 1920 l’État du Grand Liban, héritier de la mutasarifiya mais qui inclut, au-delà de la montagne libanaise, la région du Jabal Amil, la plaine de la Békaa et la plaine du Akkar jusqu’au Nahr al-Kébir au nord de Tripoli. La France cède aux revendications du Patriarche maronite, présent à Versailles. Tant l’instauration du mandat que les nouveaux contours du pays heurtent une large partie de la population, notamment parmi les musulmans et les chrétiens orthodoxes.

9La puissance mandataire divise par ailleurs le reste du territoire syrien en plusieurs États autonomes, sur des bases communautaires : l’État des Alaouites ayant pour capitale Lattaquié, l’État d’Alep, l’État de Damas et l’État des Druzes, ayant pour chef-lieu Soueida. Puis, en 1924, Alep et Damas sont réunis. En 1939, la France cède le sanjakd’Alexandrette à la Turquie. Le Liban et la Syrie sont dotés d’institutions politiques propres et le transfert des compétences mandataires s’effectue graduellement entre 1943 et 1946, date du départ des troupes françaises. La date de 1943 retenue pour l’indépendance libanaise correspond au Pacte national entre les chefs politiques chrétiens et musulmans, qui organise la distribution du pouvoir entre un président de la République maronite, un président du Conseil sunnite et un président du Parlement chiite, tandis que les postes ministériels et les sièges de députés sont répartis selon une logique similaire.

10La création de l’État d’Israël en 1948, refusée par les États arabes et imposée par la guerre, représente l’autre grande mutation de la carte géopolitique régionale. Plusieurs conflits opposent Israël aux États voisins en 1956, 1967, 1973 et 1982. La confrontation d’Israël avec les forces palestiniennes au Liban s’intensifie à partir de la fin des années 1960 et constitue l’un des facteurs du déclenchement et de la poursuite de la guerre civile libanaise.

11Les nouveaux découpages étatiques issus du premier conflit mondial se réfèrent au principe wilsonien de l’autodétermination nationale. Mais, sur le terrain, les appartenances religieuses et ethniques ne déterminent pas des territoires homogènes et ne sont d’ailleurs pas les références uniques de l’affiliation des groupes sociaux et des individus. En outre, tous les grands groupes ethnico-religieux ne bénéficient pas de la création d’un État : Arméniens et Kurdes sont les grands oubliés des traités des années 1920. En pratique, l’application du principe national se traduit par les massacres du génocide arménien et les exodes de population, qui touchent aussi d’autres minorités (comme les Kurdes et des minorités chrétiennes, telles que les Assyriens, violemment réprimés en Irak dans les années 1930). La population réfugiée qui parvient en Syrie et au Liban est estimée en 1925 à environ 125 000 personnes, dont 100 000 Arméniens. Elle se concentre principalement à Alep et à Beyrouth, et dans diverses autres régions (fig. I-5).

Figure I-5 : Les réfugiés d’Anatolie et de Cilicie en Syrie et au Liban (1924-1925).

Figure I-5 : Les réfugiés d’Anatolie et de Cilicie en Syrie et au Liban (1924-1925).

12Cette population migrante est diversement accueillie. Au Liban, les réfugiés présents sur le territoire en 1924 reçoivent la nationalité libanaise, ce qui renforce la supériorité numérique des chrétiens. Mais les mouvements de population ne s’arrêtent pas à cette date. Une partie des réfugiés prend le chemin de la diaspora vers l’Europe et l’Amérique du Nord. Les mouvements de population entre Syrie et Liban se poursuivent également, plaçant d’importants contingents de réfugiés dans un vide juridique à leur arrivée au Liban, jusqu’aux années récentes. En 1994, un décret de naturalisation tente d’apporter une solution à la majeure partie de ces cas (cf. chapitre 3).

13La création d’Israël et la première guerre israélo-arabe, en 1948-1949, entraînent un exode de réfugiés palestiniens dans tous les pays frontaliers. Le Liban compte en 1950 environ 129 000 réfugiés, majoritairement originaires des régions nord de la Palestine. Les chrétiens, principalement d’origine urbaine, seront rapidement intégrés et beaucoup recevront la nationalité libanaise. Les ruraux sont plutôt sunnites. Ils sont progressivement installés dans des camps et vivent dans des conditions misérables.

14Une deuxième vague de réfugiés arrive en 1967 : elle se dirige essentiellement vers la Jordanie, mais le Liban est touché par ricochet, lorsque la répression de Septembre noir en 1970 se traduit par le reflux de nombreux combattants et de leurs familles dans les camps du Liban. L’intégration des Palestiniens fait l’objet de politiques très contrastées de la part des États arabes, alors même qu’aucun ne reconnaît Israël jusqu’en 1977 et que tous défendent le principe du droit au retour. Les Palestiniens deviennent ainsi sujets jordaniens, alors que les Égyptiens leur octroient un statut spécial qui les empêche de voyager librement à partir de Gaza. Alors qu’ils sont bien intégrés en Syrie où ils bénéficient de droits sociaux, ils se voient refuser droits sociaux et accès au marché du travail au Liban.

15Dans ce pays, ils sont, à partir des années 1960, au cœur des enjeux politiques intérieurs, alors que la société libanaise connaît une radicalisation entre partis libanistes et partis progressistes et pro-palestiniens. Alors que les premiers sont essentiellement chrétiens, les seconds regroupent des représentants de toutes les communautés libanaises. La question est celle de l’appui à la résistance palestinienne, qui devient un État dans l’État et met en cause la souveraineté libanaise par l’impunité dont elle bénéficie, surtout après l’accord du Caire en 1969, qui octroie une relative liberté d’action au mouvement palestinien. Les origines de la guerre civile libanaise ne se réduisent pas à la question palestinienne, mais les tensions sociales et communautaires au Liban interagissent avec elle.

Figure I-6 : Les réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.

Figure I-6 : Les réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.

Figure I-7 : Les origines régionales et sociales des Palestiniens du Liban.

Figure I-7 : Les origines régionales et sociales des Palestiniens du Liban.

Entre guerre civile et tension régionale

16Il n’est pas de notre projet de retracer, cartes à l’appui, les péripéties de ces quinze années de conflit (1975-1990), mais d’en dégager les principales recompositions territoriales.

17Le premier élément à souligner est la progressive fragmentation politique du territoire (fig. I-8). Une zone centrale, dominée par les milices chrétiennes, en particulier celle des Forces libanaises, s’autonomise et est dotée d’institutions paraétatiques. Elle s’étend à l’est et au nord d’une ligne de démarcation qui suit, dans la capitale, la route de Damas. Elle englobe les banlieues est et nord de Beyrouth, l’agglomération de Jounieh et celle de Jbeil et leurs arrière-pays. Le reste du pays est divisé, sous la domination de milices multiples et souvent en conflit. Beyrouth-ouest, d’abord dominé par les milices palestino-progressistes, implose en micro-territoires au lendemain de l’invasion israélienne et au fil des conflits entre la milice Amal et sa rivale chiite du Hezbollah, le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Jounblatt et d’autres organisations implantées ponctuellement.

18Au sud, la fin de la domination palestinienne après 1982 laisse place à un paysage morcelé, où les principales puissances sont les milices chiites Amal et du Hezbollah (parti de Dieu), qui devient le fer de lance de la résistance à Israël. Dans la zone de sécurité et dans son extension dans le secteur de Jezzine domine une milice chrétienne à la solde d’Israël, l’Armée du Liban-Sud. Au nord, l’armée syrienne est très présente. D’autres milices alliées à la Syrie, comme les Marada, milice chrétienne à Zghorta, ou des factions alaouites dans le Akkar, tiennent localement le terrain. À Tripoli, des milices pro-palestiniennes, puis islamistes, tiennent tête aux Syriens jusqu’au milieu des années 1980. C’est dans la Békaa que la domination syrienne est la plus incontestée. Celle-ci tolère néanmoins le développement de groupes alliés, comme Amal et le Hezbollah dans les régions de Baalbek et Hermel.

Figure I-8 : La guerre du Liban : les fractures internes à la fin des années 1980.

Figure I-8 : La guerre du Liban : les fractures internes à la fin des années 1980.

19Comme cette énumération le met en évidence, le conflit libanais fait une large place à des acteurs extérieurs, qui l’ancrent dans une dimension régionale (fig. I-9). Les voisins immédiats du Liban, la Syrie et Israël, interfèrent directement et durablement sur l’échiquier libanais et leurs armées prennent position, à différents moments, sur le territoire libanais.

20La Syrie se montre soucieuse d’éviter l’émergence d’un pouvoir qu’elle ne contrôlerait pas sur son flanc occidental, face à Israël, alors même que cette puissance occupe une partie du territoire syrien depuis 1967, le plateau du Golan. Dans cette perspective, elle cherche à maintenir une tension militaire à la frontière nord d’Israël. D’autre part, son intérêt pour le Liban s’inscrit aussi dans une complémentarité économique et sociale entre les deux pays issus de l’ancien bilad al-Sham en 1920. Les Syriens affirment leur domination sur le Liban à plusieurs moments.

21Après leur première intervention militaire, leur présence est officialisée par les accords du Caire, fin 1976. La Syrie est alors la principale composante de la force de dissuasion arabe censée s’interposer entre les belligérants. Cantonnées dans la plaine de la Békaa et au nord après l’invasion israélienne de 1982 et jusqu’en 1987, les forces syriennes reviennent dans la partie centrale du pays, à la demande de divers groupes libanais. Durant tout le conflit, une ligne rouge délimite toutefois une zone au sud du pays où l’armée syrienne se garde d’intervenir, car cela menacerait les intérêts d’Israël.

22Israël, en effet, ne cesse d’intervenir également au Liban, occupant sans discontinuer, entre 1978 et 2000, une bande au sud du pays, y créant une milice supplétive pour occuper le terrain, et envahissant tout le sud du Liban jusqu’à Beyrouth en 1982. L’armée israélienne contrôle aussi l’espace aérien dont l’aviation syrienne est exclue après une défaite sévère en 1982. Le ciel libanais retentit régulièrement du bang que produisent les avions israéliens en franchissant le mur du son. L’armée israélienne se retire progressivement dans la zone de sécurité du Liban-Sud, où elle se maintient de 1985 à 2000.

Figure I-9 : Les interventions étrangères au Liban dans les années 1990.

Figure I-9 : Les interventions étrangères au Liban dans les années 1990.

23D’autres puissances régionales interviennent dans la pétaudière libanaise. Le pouvoir islamiste qui s’impose à Téhéran en 1979 exporte ses Gardiens de la Révolution, qui contribuent à l’émergence du Hezbollah au Liban. L’Irak, ennemi à la fois de la Syrie et de l’Iran, approvisionne en armes certaines factions.

24Enfin, plusieurs puissances occidentales interviennent dans le pays. Les États-Unis, soutiens affirmés des Israéliens, attentifs à la régularité de l’approvisionnement pétrolier, y avaient déjà débarqué en 1958, dans une logique qui était celle de la guerre froide. Ils participent de nouveau, en 1982-1983, avec la France et diverses autres puissances européennes, à de brèves interventions censées protéger les Palestiniens. L’internationalisation du conflit se traduit dès l’origine par la présence des forces des Nations unies, notamment à travers la Force d’interposition des Nations unies au Liban (FINUL). La surveillance de la ligne d’armistice de 1949 et de celle de la guerre de 1973 entre la Syrie et Israël au-dessus du Jabal al-Sheikh explique le maintien de deux autres détachements armés sous l’égide de l’ONU.

25À partir de 1990, le principal point de tension régional devient l’Irak. En contrepartie de son soutien à l’intervention internationale pour libérer le Koweit, la Syrie se voit accorder un blanc-seing dans un Liban exsangue où sa tutelle est présentée comme la garantie de la pacification. La présence et l’intervention syriennes dans les affaires libanaises sont officialisées à travers les Accords de fraternité signés en 1991. Le retrait de l’armée syrienne, prévu en 1992, est reporté sine die. Dès lors, les services syriens interviennent largement dans la politique libanaise. Ils favorisent la reconduction du Président Hraoui en 1995, l’élection en 1998 du président Lahoud, puis sa reconduction en 2004. Ils interviennent également dans les élections législatives successives et, plus généralement, dans certains choix de politique intérieure.

26La tutelle syrienne se traduit également sur le plan économique, à plusieurs niveaux. Les liens d’affaires, parfois d’ordre mafieux, viennent redoubler les allégeances politiques. Le développement de la culture de la drogue dans la Békaa, qui s’accentue à partir de la guerre, s’effectue à l’ombre des réseaux mafieux syro-libanais, même si les pressions internationales ont contribué à freiner cette production depuis la fin des années 1990. La contrebande et le racket touchent également d’autres secteurs. Il en résulte une corruption de grande ampleur. Par ailleurs, de nombreux travailleurs émigrés syriens sont présents dans l’agriculture, le BTP et plus généralement les métiers de main-d’œuvre peu qualifiés.

27Dans les territoires occupés palestiniens, entre 1993 et 2000, le processus des accords d’Oslo porte les espoirs d’une paix régionale. Mais durant cette période, les Israéliens frappent au Liban à plusieurs reprises en représailles à des opérations de la résistance libanaise. En 2000, peu avant la reprise de l’Intifada, et au lendemain des espoirs de paix déçus entre Israéliens et Palestiniens et entre Israéliens et Syriens, l’armée israélienne se retire du Liban-Sud, fragilisant la position syrienne au Liban.

28Durant toute cette période, les puissances occidentales, États-Unis et France en particulier, ainsi que l’Arabie saoudite, soutiennent, notamment d’un point de vue financier, les gouvernements successifs de Rafic Hariri.

29À partir de 2003, la nouvelle intervention américaine en Irak place la Syrie en porte-à-faux. Accusée de constituer la base arrière de la résistance à l’occupant et de protéger divers réseaux islamistes, elle est également contestée au Liban. Après avoir maladroitement obtenu la prolongation du mandat du président de la République par le Parlement, elle subit une intense pression internationale qui se conjugue aux manifestations de la rue libanaise, après l’assassinat de R. Hariri qu’elle est soupçonnée d’avoir commandité. Elle doit retirer son armée du Liban en avril 2005. S’ouvre une période de transition marquée par l’instabilité et où les clivages communautaires jouent un rôle central.

Une transition politique instable

Figure I-10 : L’organisation spatiale des élections législatives.

Figure I-10 : L’organisation spatiale des élections législatives.

30La période ouverte depuis l’assassinat de R. Hariri et le retrait syrien est une transition instable. Les premières élections hors de la tutelle syrienne, au printemps 2005, symbolisent les espoirs d’un retour à une vie démocratique, de même que les nombreuses et massives manifestations publiques, même si certaines ont débouché sur de violents incidents. Toutefois, la reconduction de la loi électorale et la forte continuité du personnel politique conduisent à une radicalisation des oppositions communautaires. Le contexte est marqué, sur le plan intérieur, par une série d’attentats contre des personnalités et par des violences internes et, sur le plan extérieur, par des tensions avec la Syrie et Israël et des interventions et pressions internationales, par le biais de l’ONU.

31La question de la loi électorale a été un enjeu central des tensions intérieures pendant cette période. La représentation politique au Liban repose sur un système complexe destiné à garantir la représentation des groupes minoritaires. Depuis les accords de Taëf, le Parlement se compose d’un nombre égal de députés chrétiens et de députés musulmans (128 au total). Il compte 34 députés maronites, 27 chiites, 27 sunnites, etc. Les sièges de députés sont attribués par caza (sauf à Beyrouth, divisée en 3 circonscriptions), sur la base d’une clé de répartition confessionnelle en fonction du poids des principales confessions des électeurs inscrits dans le caza. La carte de l’appartenance confessionnelle des députés reflète ainsi la composition communautaire des différentes circonscriptions libanaises (fig. I-10b). Les députés y sont élus par l’ensemble de l’électorat. Ainsi, un député chrétien est élu par un électorat chrétien et musulman. Le système est majoritaire. Dans la pratique, les alliances prennent souvent la forme de listes, ce qui démultiplie l’impact du système majoritaire.

32Afin d’éviter une radicalisation communautaire du système, les accords de Taëf et les lois électorales successives ont dissocié l’échelle de la représentation et celle de l’élection : ainsi, le député d’un caza est généralement élu par les électeurs de plusieurs caza. Dans la pratique, ce principe a été manipulé en fonction des intérêts politiques des forces dominantes du moment. Le découpage électoral n’a cessé de varier d’une élection à l’autre et il n’est pas homogène sur tout le territoire (fig. I-10a). Ainsi, le Mont Liban a été découpé en petites circonscriptions, qui ont l’intérêt de préserver une circonscription où les druzes sont fortement majoritaires. Les deux muhafazat du Liban-Sud sont réunies en une grande circonscription, où le système majoritaire favorise les listes de l’union (imposée par Damas) du parti Amal et du Hezbollah, ce qui élimine toute représentation autonome des chrétiens de Jezzine. Le découpage établi en 2000 a poussé à l’extrême la logique du gerry-mandering, c’est-à-dire la définition des circonscriptions en fonction des intérêts politiques. Par exemple, le caza chrétien de Bcharri a été lié à celui, majoritairement sunnite, du Akkar. S’ajoute à cette circonscription une fraction du caza de Minnieh-Dennieh.

33Au sortir des années de guerre, l’élection de 1992 a été boycottée par les partis chrétiens pour protester contre un système jugé inique et la marginalisation et l’exil imposés à plusieurs leaders politiques chrétiens. La cartographie de l’abstention à cette date illustre nettement cette stratégie : le Mont Liban connaît, avec Beyrouth, le taux de participation le plus bas. On assiste lors des élections suivantes à un progressif retour de l’opposition chrétienne au régime dans le jeu politique, comme le montrent des taux de participation souvent supérieurs à la moyenne nationale dans la région du Mont Liban (fig. I-11). Ces joutes ont permis l’entrée au Parlement des politiciens d’opposition demeurés minoritaires. Le principal enjeu des élections en 1996 et en 2000 était le résultat des forces soutenant Rafic Hariri face aux partis plus proches de Damas.

Figure I-11 : La participation aux élections législatives (1992-2005).

Figure I-11 : La participation aux élections législatives (1992-2005).

34C’est le système électoral mis en place en 2000 pour préserver les intérêts syriens qui, inchangé, a servi de cadre aux élections de 2005 malgré les critiques dont il faisait l’objet et la volonté de plusieurs forces politiques de lui substituer un système plus équitable. Les résultats de cette élection reflètent la recomposition des forces politiques et les nouvelles alliances forgées en vue d’une alternance (fig. I-12). Mais le rapport de forces est marqué par les mécanismes amplificateurs de majorités locales liées au système électoral et aux alliances locales ou conjoncturelles passées au moment du vote. Sans revenir sur le détail des arrangements, il faut souligner la géographie partisane qui s’en dégage.

35Le vainqueur a été l’alliance dite du 14 mars, du nom de la manifestation unitaire du 14 mars 2005 réclamant la vérité sur la mort de Hariri et le retrait syrien. Elle regroupe les opposants à la présence syrienne : le Courant du Futur, mené par le fils de Rafic Hariri, le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Jounblatt, des personnalités chrétiennes, notamment le groupe de Kornet Chehwane et le parti des Forces libanaises. Le bloc des partis pro-syriens se compose principalement des partis chiites Hezbollah et Amal. Il sort affaibli mais encore puissant de l’élection. Enfin, la dernière force politique majeure est le courant du leader chrétien Michel Aoun. Cet ancien chef chrétien de l’Armée libanaise, président du Conseil par intérim entre 1988 et 1990, est revenu d’exil à la veille des élections. Alors que son mouvement avait contribué à la mobilisation anti-syrienne, il s’est senti floué par le statu quo sur la loi électorale et rejeté par ses alliés naturels, les forces du 14 mars, et a donc décidé de faire cavalier seul, nouant des alliances avec d’anciens alliés de la Syrie, notamment la famille Murr (grecque-orthodoxe) au Metn et Sleimane Frangieh (maronite) et Omar Karameh (sunnite) dans le Nord.

36À Beyrouth et au Mont Liban, une alliance électorale plus que politique s’est nouée entre les forces du 14 mars et les partis chiites. Ainsi, l’alliance du 14 mars l’a emporté sans opposition à Beyrouth, où le taux de participation a été très faible. Elle a aussi remporté la victoire dans le sud du Mont Liban (Chouf et Baabda-Aley). À Beyrouth et à Baabda-Aley, elle doit sa victoire aux voix du Hezbollah auquel elle a laissé à chaque fois un siège de député. Les forces du 14 mars ont également remporté la victoire dans le Nord et la Békaa sud. Les partis pro-syriens Amal, Hezbollah et leurs alliés (Baath, Parti syrien national-socialiste, etc.) sont très bien implantés au Liban-Sud et dans la région de Baalbek-Hermel, circonscriptions à forte majorité chiite et bien quadrillées par les services d’action sociale de ces forces politiques. Les forces aounistes se sont imposées dans la circonscription de Kesrouan-Jbeil, où elles ont fait la preuve de leur forte popularité en milieu chrétien. Au Metn et à Zahleh, elles doivent aussi leur victoire à leurs alliances avec les forces de notables locaux anciennement pro-syriens (fig. I-12).

Figure I-12 : Les résultats des élections législatives de 2005.

Figure I-12 : Les résultats des élections législatives de 2005.

37L’analyse détaillée des résultats du scrutin dans les circonscriptions les plus disputées montre que la victoire des forces du 14 mars est surtout due à la mobilisation en sa faveur de l’électorat chiite, sunnite et druze alors que l’électorat chrétien s’est porté très majoritairement sur les candidats aounistes. Ainsi, à Baabda-Aley, les aounistes avaient fait alliance avec le leader druze Arslane, pro-syrien et adversaire historique de la famille Jounblatt. La décomposition des voix selon la confession des électeurs (rendue possible par une organisation en bureaux de vote confessionnels) montre que les voix musulmanes ont voté à plus de 70 %, voire 80 %, pour les candidats du 14 mars. Inversement, les candidats aounistes et arslanistes ont récupéré de 70 % à 80 % des voix chrétiennes (fig. I-13). Autre exemple, la deuxième circonscription du Nord, où s’affrontaient Nayla Mouawad, représentant les forces du 14 mars, candidate au siège maronite de Zghorta, et son rival historique Sleimane Frangieh, allié à Aoun. La victoire de Nayla Mouawad résulte des voix musulmanes, et donc de son avance dans les régions de Minnieh et Tripoli. En revanche, dans les régions chrétiennes, Frangieh s’est largement imposé, à plus de 70 % (fig. I-14).

38Les clivages politiques, surtout autour de l’enjeu des relations avec la Syrie, s’articulent fortement à des lignes de fracture communautaires, même s’il ne faut pas négliger les particularités locales dues au poids de zaïms (chefs de file) locaux. Mais les rapports de forces, notamment au sein des forces politiques chrétiennes, ont été influencés par l’effet du mode de scrutin et du découpage électoral. Une modification du mode de scrutin ou de nouvelles alliances pourraient les modifier sensiblement, ce qui rend la transition actuelle extrêmement délicate.

Figure I-13 : La répartition des voix dans la circonscription de Baabda-Aley.

Figure I-13 : La répartition des voix dans la circonscription de Baabda-Aley.

Figure I-14 : La répartition des voix pour le siège maronite de Zghorta (deuxième circonscription du Nord).

Figure I-14 : La répartition des voix pour le siège maronite de Zghorta (deuxième circonscription du Nord).

L’État et le territoire libanais

Découpages territoriaux et appropriation étatique du territoire

39Depuis son indépendance, courtes ont été les périodes où la souveraineté libanaise et l’action de l’État n’ont pas été entravées. Celles-ci ont été contestées de l’intérieur par certains groupes, notamment pendant la guerre civile, et minées par les interventions extérieures. Les difficultés et les soubresauts de la construction nationale se traduisent aussi à travers les modalités d’appropriation étatique du territoire. La manière dont l’État a cartographié son territoire et les étapes de ce travail, que ce soit pour le cadastre ou pour les divisions administratives, expriment et rendent compte de ces difficultés.

40Comme dans d’autres régions placées sous la domination occidentale, l’administration mandataire française a entrepris de réformer le cadastre libanais dans les années 1920. L’unité élémentaire du cadastre est la circonscription foncière (CF), dont les limites ont été fixées par la régie du cadastre à partir de 1926. Mais ce travail n’a jamais été achevé ; il n’a pratiquement pas progressé depuis l’indépendance du pays. La figure I-15 représente les différents degrés de l’avancement du cadastre. Certaines localités n’ont jamais été délimitées ; dans d’autres, le levé des parcelles n’a pas été validé par le juge foncier, ou n’a pas été enregistré officiellement au cadastre. La carte indique de surcroît toute une série de secteurs litigieux, dont l’appartenance à une localité n’a pu être établie.

Figure I-15 : Bornage et cadastre.

Figure I-15 : Bornage et cadastre.

41La carte montre les régions qui ont été cadastrées en priorité : il s’agit principalement des grandes zones agricoles du pays, à commencer par la plaine de la Békaa et les plaines littorales : Kasmieh, Koura et Akkar, ainsi qu’un étroit liseré littoral. La région de Beyrouth et la route de Damas, ainsi que les grandes villes de Saïda et Tripoli, sont dotées du cadastre moderne. En revanche, le cadastre n’a pas été achevé dans toute la moyenne montagne, tandis que la très haute montagne reste non cadastrée.

42La mise en évidence et la localisation des litiges fonciers, ainsi que l’achèvement inégal du cadastre, éclairent le processus de fabrication du territoire national par les autorités mandataires, puis par l’État libanais indépendant. La nature de ce processus a fait intervenir de nombreux protagonistes au sein des administrations publiques (justice, armée) et différents acteurs privés. Parmi les acteurs du processus de délimitation des circonscriptions foncières et du foncier, on trouvait donc les habitants, les propriétaires, dans certains cas les communautés religieuses ou rurales. Les conflits non résolus indiquent le pouvoir de ces acteurs, défendant leurs intérêts face aux logiques et aux projets étatiques. Loin d’être la mise en œuvre continue, méthodique et rationnelle d’un maillage destiné à garantir la propriété, ce processus interne de délimitation et de bornage paraît dans l’ensemble suivre les intérêts immédiats du colonisateur, qui s’attache à la mise en valeur du territoire utile, plaine agricole et principales villes. Le blocage observé depuis 1945 illustre l’incapacité de l’État à imposer son ordre sur le terrain.

43La série de litiges fonciers mise au jour par le processus de délimitation permet aussi de s’interroger sur un processus de construction territoriale qui laisse subsister des « trous » dans le territoire national, trous qu’il est impossible d’attribuer à une localité. Ces trous entraînent un flou juridique pour les opérations foncières qui s’y déroulent. Leur situation se rapproche de celle des localités où la délimitation n’est pas achevée. Les opérations ne peuvent s’y effectuer que sous la supervision d’un officier d’état civil et sont de toute façon entachées d’incertitude et d’arbitraire. L’inachèvement des délimitations et du bornage des propriétés entraîne le développement de procédures opaques, dérogatoires par rapport au droit foncier. Ce flou renforce la complexité foncière, élargit les marges d’interprétation, de contestation, voire de contournement des différents acteurs, et donc le contentieux pour lequel la possibilité d’intervention de l’État est réduite, ce qui laisse à d’autres acteurs la possibilité d’interférer et d’édicter d’autres règles, voire d’imposer le fait accompli.

44Plus significatif encore de ce rapport ambigu au territoire, qui témoigne du flou de l’inscription territoriale de l’État, la persistance jusqu’à aujourd’hui de litiges fonciers sur la frontière avec la Syrie. Le principal contentieux est celui des fermes de Chebaa, un territoire montagneux de 25 km² auquel se rajoute celui de Nkhaileh, contigu et également contesté, soit au total 38 km². Cette zone apparaît sur la plupart des cartes officielles syriennes et libanaises comme appartenant à la Syrie. Toutefois, les registres fonciers attestent son caractère libanais. C’est une faute des services cartographiques de l’armée française dans le dessin de la frontière dans les années 1920 qui est à l’origine de cette situation. Alors reconnue par les autorités françaises, mais non corrigée sur le moment, elle entraîne jusqu’à aujourd’hui une contestation. Les autorités syriennes ont exercé leur autorité dans les fermes de Chebaa jusqu’en 1967, date de leur occupation par Israël. Aucune commission syro-libanaise n’a jamais procédé à la délimitation de la frontière. Cette situation permet aujourd’hui l’instrumentalisation de la question de Chebaa dans le conflit syro-israélien. En effet, ce secteur a été occupé par Israël en 1967, lors de l’occupation du Golan. En 2000, lorsque l’État hébreu s’est retiré du Liban, il est demeuré dans le secteur des fermes de Chebaa. Cette présence est invoquée par les autorités libanaises pour affirmer que l’occupation israélienne n’a pas entièrement cessé. Le Hezbollah, soutenu par la Syrie, y maintient un point de tension à travers des interventions militaires régulières.

45La superposition du tracé frontalier officiel de l’armée libanaise et des limites des circonscriptions foncières établies et reconnues par l’administration du cadastre fait apparaître, sur la frontière libanaise, une série de zones au statut flou, comparables aux fermes de Chebaa, bien que les surfaces en cause soient généralement moindres : zones appartenant, du point de vue foncier, à des circonscriptions foncières libanaises mais situées au-delà de la frontière libanaise ; zones syriennes du point de vue foncier mais situées à l’intérieur de la frontière libanaise ; et même zones libanaises du point de vue foncier et par le tracé de la frontière, mais aujourd’hui considérées comme siennes par la Syrie. Certaines de ces zones font l’objet de micro-conflits frontaliers depuis le retrait syrien de mai 2005, car les forces syriennes y maintiennent leur présence (Kfar Kouk, Mazraat Deir al-Achayer, Arsal, Kaa…). Par ailleurs, quelques villages ou secteurs frontaliers libanais vivent en symbiose complète avec la Syrie, et sont difficilement accessibles depuis le Liban, comme le village de Tfeil, relié à la Békaa par une route asphaltée seulement depuis 2001.

46Conséquence indirecte de ces incertitudes, il est difficile de connaître la surface précise du pays. Le slogan de 10 452 km², lancé en 1982 par Bachir Gemayel et aujourd’hui repris par les différents acteurs, paraît en contradiction avec d’autres sources étrangères ou officielles. Les travaux menés par le CNRS-Liban, ceux des consultants du schéma d’aménagement du territoire ou encore le ministère de l’Agriculture retiennent en fait une surface de l’ordre de 10 250 km².

La frontière entre Israël et le Liban (Kfar Kila, Liban-Sud). À gauche, l’emblème du Hezbollah.

La frontière entre Israël et le Liban (Kfar Kila, Liban-Sud). À gauche, l’emblème du Hezbollah.

Photo Éric Verdeil, février 2003.

Administration territoriale et décentralisation

47Les transformations successives du découpage administratif du Liban témoignent des transformations de son appareil administratif et des enjeux territoriaux propres au fonctionnement politique de la République libanaise. On distingue au Liban deux échelons administratifs : la muhafazat (district) au chef-lieu de laquelle sont présents tous les services de l’État sous l’autorité du muhafez ; et le caza (sous-district), où sont présentes quelques administrations sous l’autorité du caïmacam (fig. I-16).

48La création du Liban est marquée par trois réformes successives entre 1920 et 1930. Dans l’acte de création du Grand Liban, c’est d’abord essentiellement la continuité avec les découpages territoriaux ottomans qui domine, même si l’échelon de la wilaya disparaît. Les deux grandes villes de Beyrouth et Tripoli ont un statut autonome. Ailleurs, les anciens caza sont respectés. En 1925, le gouverneur français Maurice Sarrail, déterminé à établir les cadres de la nouvelle nation libanaise, procède à une réforme qui vise à la fois à simplifier la hiérarchie préexistante et à briser les cloisonnements confessionnels du pays. De là, par exemple, l’intégration, dans un seul vaste caza de Tripoli, de l’ensemble du Nord, y compris la circonscription de Zghorta, dont la population maronite vit très mal ce changement. Toutefois, Sarrail accorde à la ville chrétienne de Deir el-Qamar, dans le Chouf, un statut de nahyeh (division administrative d’origine ottomane désignant l’échelon inférieur au caza) autonome. En 1930, après que le pays a été doté d’une Constitution en 1926, la nouvelle réforme jette les bases du découpage actuel. Certains particularismes sensibles, comme l’autonomie des maronites du Nord, sont mieux pris en compte. Dans l’ensemble, ces niveaux administratifs expriment aussi la centralisation institutionnelle du pays. Dans les chefs-lieux sont installés quelques fonctionnaires, mais aucune instance représentative.

49Après l’indépendance, effective en 1946, la nouvelle République procède à la création d’une série de nouveaux caza. Ce renforcement du maillage étatique obéit à une double finalité. Ces nouvelles instances offrent d’abord des opportunités d’emploi dans l’administration. En outre, le découpage en un plus grand nombre de caza permet d’affiner la représentation des différents groupes communautaires et les formes de redistribution dont ils bénéficient. La division du Liban-Sud en deux muhafazat (Nabatieh et Liban-Sud) en 1975 correspond à l’objectif de renforcer la place de l’État dans le Sud, région longtemps délaissée et alors la plus pauvre du pays.

50La création des muhafazat du Akkar et de Baalbek-Hermel en 2003 relève de la logique du développement équilibré, principe inscrit dans les accords de Taëf qui ont mis fin au conflit. Ces créations administratives correspondent à la volonté de rendre plus accessibles les services de l’État dans des régions peuplées et mal reliées aux centres des muhafazat dont elles dépendent (Tripoli et Zahleh). Mais le développement équilibré prend aussi son sens dans une logique d’équilibre confessionnel. Baalbek devient ainsi le chef-lieu d’une région à majorité chiite qui, auparavant, dépendait d’une ville chrétienne (Zahleh).

51Le maillage territorial progressivement plus serré ne doit pas être uniquement interprété comme le signe d’un contrôle territorial accru : il s’agit autant, voire davantage, d’un instrument de reconnaissance et de valorisation des groupes sociaux locaux, grandes familles et communautés confessionnelles, ainsi que d’un canal de redistribution en leur faveur.

Figure I-16 : Les découpages administratifs et leurs variations.

Figure I-16 : Les découpages administratifs et leurs variations.

52Le poids de la centralisation étatique dans la gestion du territoire se vérifie nettement lorsqu’on prend en compte l’action des municipalités. La création d’une municipalité au Liban est conditionnée à une demande faite par les habitants d’une localité, assortie d’une condition de taille (300 habitants) et de ressources fiscales. À l’inverse de pays comme la France où la commune est l’entité de base du territoire, les municipalités au Liban ne forment pas un pavage complet du pays. La carte souligne ainsi l’existence de zones et de régions ne bénéficiant pas du statut de municipalité. À l’échelle du pays, plus des trois quarts de la surface nationale sont désormais couverts, contre seulement les deux tiers avant 1998 (tableau n° 1). Cette situation varie fortement selon les régions et, d’une manière générale, le centre du pays, autrement dit le Mont Liban à l’exception d’une importante partie du caza de Jbeil, est largement couvert. Les périphéries sont moins municipalisées, en particulier les muhafazat du Nord et du Sud. Il n’est pas évident de distinguer des clivages géographiques nets entre littoral et montagne, les situations régionales étant variées. En l’absence de municipalités, c’est à l’administration du caïmacam d’assurer la gestion quotidienne.

Figure I-17 : La municipalisation du pays.

Figure I-17 : La municipalisation du pays.

Tableau n° 1 : Couverture géographique des municipalités

Muhafazat

part de la muhafazat municipalisée

nombre de municipalités en 1998

nombre de municipalités créées entre 1998 et 2004

nombre total de municipalités

part du total des municipalités

Beyrouth

100 %

1

1

0 %

Békaa

77 %

129

36

165

15 %

Mont Liban

84 %

277

64

341

31 %

Nabatieh

93 %

82

66

148

13 %

Liban-Nord

65 %

171

90

261

24 %

Liban-Sud

78 %

80

112

192

17 %

Total

78 %

740

368

1 108

100 %

Sources : Favier 2001 ; CNRSL-IFPO (d’après Journal officiel).

53La prise en compte de la période de création est une donnée instructive en ce qui concerne la volonté du pouvoir central de doter les régions de capacité locale de gestion (fig. I-17). Le mouvement de municipalisation remonte à la période ottomane des Tanzimat, autrement dit l’âge des réformes modernisatrices entreprises par la Porte dans la deuxième moitié du xixe siècle. La première municipalité du Mont Liban a été instituée en 1856 à Deir el-Qamar puis, progressivement, les principales villes et agglomérations importantes ont accédé à ce statut, notamment Beyrouth en 1870. À l’époque du Mandat français puis de l’indépendance, le mouvement de municipalisation a été lent, inégal, marqué par des à-coups, notamment des créations annulées, et, au total, le nombre de municipalités créées est resté peu important.

54C’est l’époque de la présidence Chéhab qui constitue une rupture majeure dans cette évolution, avec la dévolution du statut de municipalité à un très grand nombre de localités. Une nouvelle loi régissant les municipalités en 1962 a permis l’organisation d’élections municipales en 1963. Cette politique allait de pair avec le mouvement d’équipement du pays et la politique de création des pôles d’investissement public dans les régions à la suite des travaux de la mission IRFED (cf. chapitre 7). Toutefois, aucune nouvelle élection n’a été organisée après 1963 et jusqu’en 1998, signe de la défiance dans laquelle les gouvernements qui ont succédé à Chéhab tenaient les pouvoirs locaux. Avec la guerre, de nombreuses municipalités ont cessé de fonctionner, à la fois en raison des troubles du pays, des destructions, mais aussi à cause du décès ou de l’émigration des membres des conseils municipaux. À la veille des nouvelles élections organisées en 1998, près de la moitié des conseils municipaux étaient hors de fonctionnement (fig. I-18). Autrement dit, l’échelon local, jusqu’à très récemment, comptait très peu dans la gestion du territoire.

55Les élections de 1998, puis celles de 2004, marquent une véritable relance de l’institution municipale, sensible en particulier à travers les nouvelles créations qui concernent de nombreux villages, notamment au sud du pays (tableau n° 1, fig. I-17). Par ailleurs, les accords de Taëf ont mis en avant la nécessité d’une décentralisation du pays, et les bailleurs de fonds internationaux y placent beaucoup d’espoir bien que, concrètement, aucune réforme en ce sens n’ait été lancée.

56Toutefois, les municipalités font face à de nombreux obstacles. Leur développement s’apparente, notamment dans les régions rurales, à un émiettement territorial qui, s’il favorise les débats locaux et le retour de la démocratie, n’en pose pas moins la question des moyens financiers et humains de ces collectivités. D’autant qu’elles restent étroitement encadrées par la tutelle administrative et financière du ministère de l’Intérieur, en charge des Affaires rurales et municipales. Quant aux programmes d’investissement, la majeure partie en est dictée par le Conseil du développement et de la reconstruction.

Figure I-18 : La situation des municipalités avant les élections de 1998.

Figure I-18 : La situation des municipalités avant les élections de 1998.

57L’intercommunalité prévue par la loi à travers les unions de municipalités permet certes la mise en commun de certaines compétences comme le ramassage des ordures, l’instruction des permis de construire, etc. Mais malgré quelques créations récentes, le fait intercommunal a lui aussi une couverture très partielle du territoire (fig. I-19). Même quand des structures existent, elles disposent de peu de moyens. Parfois, elles sont dépourvues de contiguïté territoriale, ce qui n’est pas sans poser de question à propos de l’efficacité des mécanismes de gestion proposés.

58L’ensemble de ces cartes souligne le dramatique sous-encadrement administratif et gestionnaire à l’échelle locale. La guerre et la perturbation de la vie démocratique ainsi que du fonctionnement étatique qui en a résulté expliquent en partie ce fait. Néanmoins, d’autres causes doivent être signalées, car cette situation s’enracine dans la longue durée. En premier lieu, à l’exception de la parenthèse chéhabiste, l’État libanais ne s’est guère montré soucieux de favoriser l’émergence et la structuration de ces collectivités locales, ni de permettre l’organisation d’élections régulières. La tentative de modernisation que traduit la création des fédérations demeure à première vue limitée par l’emprise spatiale somme toute réduite et la faiblesse financière de ces regroupements.

Figure I-19 : Les fédérations de municipalités.

Figure I-19 : Les fédérations de municipalités.

Les territoires des statistiques

Figure I-20 : Les territoires statistiques. a. ACS ; b. IAURIF.

Figure I-20 : Les territoires statistiques. a. ACS ; b. IAURIF.

59Au terme de cette réflexion sur le rapport de l’État au territoire, la question des territoires statistiques apparaît d’autant plus instructive qu’elle détermine la possibilité même d’un travail tel que cet atlas du Liban. Il est nécessaire d’indiquer à ce stade que les cartes du maillage des circonscriptions foncières et des municipalités n’existaient pas en tant que telles dans les administrations au milieu des années 1990. L’un des objectifs poursuivis initialement par ce projet était de les reconstituer par recollement et recoupements de sources diverses. Il faut souligner, parallèlement, la rareté des sources statistiques à l’échelle des unités territoriales élémentaires que sont les circonscriptions foncières ou à celle des municipalités. Ce point illustre à nouveau le rapport distant de l’État à son territoire, signe d’une construction nationale inhibée. En outre, ces informations, quand elles existent, ne sont pas d’accès public.

60L’Administration centrale de la statistique (ACS) a mis en place un découpage territorial intermédiaire qui lui sert à publier ces données (fig. I-20a). Composé de 99 unités, ce découpage distingue en particulier les villes chefs-lieux de caza, éventuellement une couronne de banlieue, et plusieurs sous-régions dans le caza, en fonction par exemple de l’étagement montagnard (cas des caza du Mont Liban). Ce découpage, s’il n’a aucune valeur administrative, présente néanmoins un grand intérêt. Il permet de publier les données à un niveau d’agrégation plus fin que le caza entier. Or, les caza, notamment à cause de leur peuplement très déséquilibré en raison du relief, représentent un maillage très incommode pour la cartographie. Un regard géographiquement plus pertinent est ainsi possible. Toutefois, le découpage utilisé par l’ACS présente aussi quelques défauts. Dans quelques cas (Nabatieh par exemple), les sous-régions sont discontinues. En d’autres points (Kesrouan), le littoral n’est pas réuni dans une entité continue et homogène. Enfin, les coutours urbains, notamment les banlieues, ne sont pas toujours pertinents par rapport à l’extension réelle des agglomérations.

61Il est possible de l’améliorer. Le schéma d’aménagement du territoire (SDATL) distingue ainsi des unités morphologiques cohérentes sur le plan paysager et du point de vue de l’urbanisation. Soixante unités dotées d’une forte identité ont été sélectionnées. Toutefois, le découpage SDATL n’est pas compatible avec les divisions administratives (fig. I-20b).

62C’est pourquoi cet atlas utilise un troisième découpage, en 122 unités, qui s’efforce de tenir à la fois la logique administrative et la logique morphologique (fig. I-21). Le seul cas d’entorse à la logique administrative concerne des localités comme Kalamoun, enclavée au milieu du caza de Koura mais qui, sunnite, dépend de Tripoli. Dans la suite de cet atlas, c’est en fonction de ce découpage que les données disponibles à l’échelle locale ont été agrégées. Cette échelle statistique présente l’avantage d’une bonne visualisation, et permet un lissage des irrégularités statistiques à l’échelle des localités.

Figure I-21 : Le découpage en 122 régions statistiques.

Figure I-21 : Le découpage en 122 régions statistiques.

Table des illustrations

Titre Figure I-1 : Une montagne dans l’histoire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure I-2 : La présence missionnaire en Syrie ottomane vers 1850 (Palestine et Alep exclus).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-2.png
Fichier image/png, 129k
Titre Figure I-3 : La mutasarifiya (1861).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-3.png
Fichier image/png, 92k
Titre Trace du Liban médiéval – le « palais » de Anjaar (Békaa, période omeyyade), l’un des six sites libanais classés au Patrimoine de l’Unesco.
Crédits Photo Laetitia Démarais, mars 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-5.png
Fichier image/png, 130k
Titre Figure I-5 : Les réfugiés d’Anatolie et de Cilicie en Syrie et au Liban (1924-1925).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure I-6 : Les réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-7.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure I-7 : Les origines régionales et sociales des Palestiniens du Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-8.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure I-8 : La guerre du Liban : les fractures internes à la fin des années 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-9.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure I-9 : Les interventions étrangères au Liban dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-10.png
Fichier image/png, 111k
Titre Figure I-10 : L’organisation spatiale des élections législatives.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-11.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure I-11 : La participation aux élections législatives (1992-2005).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-12.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure I-12 : Les résultats des élections législatives de 2005.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-13.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure I-13 : La répartition des voix dans la circonscription de Baabda-Aley.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-14.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure I-14 : La répartition des voix pour le siège maronite de Zghorta (deuxième circonscription du Nord).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-15.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure I-15 : Bornage et cadastre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-16.png
Fichier image/png, 195k
Titre La frontière entre Israël et le Liban (Kfar Kila, Liban-Sud). À gauche, l’emblème du Hezbollah.
Crédits Photo Éric Verdeil, février 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure I-16 : Les découpages administratifs et leurs variations.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-18.png
Fichier image/png, 117k
Titre Figure I-17 : La municipalisation du pays.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-19.png
Fichier image/png, 154k
Titre Figure I-18 : La situation des municipalités avant les élections de 1998.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-20.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure I-19 : Les fédérations de municipalités.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-21.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure I-20 : Les territoires statistiques. a. ACS ; b. IAURIF.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-22.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figure I-21 : Le découpage en 122 régions statistiques.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/414/img-23.png
Fichier image/png, 167k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540