Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 1 - Salihiyya

Les espaces publics de Salihiyya

Texto completo

1Trois types d’espaces publics marquants ont été relevés parce qu’ils sont spécifiques à ce faubourg :

2Une rue en pente (p. 61-63) : la rue étudiée est perpendiculaire aux courbes de niveau dont la forte pente, traitée en pas d’âne, offre des vues sur le Qasiyoun ou sur la ville. Cette rue est, par ailleurs, constituée de plusieurs tronçons qui s’articulent au niveau de petites placettes ou à l’intersection de deux voies. Elle donne à voir, lorsqu’on la parcourt, une succession de points de vues remarquables, cadrant de véritables tableaux de la ville ou de la montagne.

3Entre la rue Falyoun et la route de corniche, cinq séquences ont été relevées. Les trois premières sont des chicanes qui forment de petites placettes, comme si l’on avait voulu ménager des haltes pour le repos dans l’ascension du mont Qasiyoun ; elles coïncident certainement aux différentes étapes de la croissance du tissu urbain. La quatrième séquence correspond à la dernière ligne droite qui permet d’atteindre la route de corniche. Son tracé est rectiligne mais les différentes largeurs des pas d’âne montrent l’adaptation précise de la pente de la rue au sol naturel de la montagne, une solution au plus près du site évitant les travaux de terrassement qu’aurait nécessité une pente régulière. La dernière séquence est celle de l’arrivée sur la route de corniche. Le dispositif retenu permet de franchir un dénivelé important, le pas d’âne devient escalier, change deux fois de direction avant de déboucher sur la route. Ce parcours libère l’axe de la rue, le passage s’effectuant latéralement ; dans l’axe, bloqué par un mur, prend place un des nombreux points de vues sur la ville depuis les hauteurs de Salihiyya.

4À une autre échelle, et d’un autre point de vue, celui du marcheur, les pas d’âne racontent une autre histoire, celle d’un conflit résolu dans le dessin de l’espace public, lorsqu’il doit à la fois permettre de gravir la pente et de desservir les maisons. Ainsi les pas d’âne ne correspondant que rarement aux niveaux d’accès des maisons bordant la rue, les habitants ont aménagé sur celle-ci des seuils, marches ou paliers, parfois agrémentés d’une jardinière, d’un banc ou d’une fontaine, en ajoutant alors du pittoresque à celui que procure le tracé irrégulier et la pente de cette voie.

  • 2 Dans son rapport annexé au plan d’aménagement, Danger n’hésite pas à se faire lyrique pour évoquer (...)

5La route de corniche (p. 62, 65), longeant les cimetières, est une rue parallèle aux courbes de niveau dont le tracé légèrement sinueux révèle les lignes de crête et les thalwegs du mont Qasiyoun. Cette voie, promenade appréciée des Damascènes, faisait d’ailleurs partie du circuit touristique imaginé par Danger2 dans son plan d’aménagement et d’extension de Damas de 1937 pour ses qualités de belvédère sur la ville et son oasis.

6Les cimetières arborés, situés en amont, sont limités par un mur de soutènement et surplombent la rue de plusieurs mètres. Leurs entrées qui rythment la voie sont autant de savants dispositifs architecturaux permettant de franchir le dénivelé. Aujourd’hui les cimetières ne forment plus limite, l’urbanisation s’est poursuivie au-delà en s’installant sur les pentes vertigineuses du Qasiyoun, tandis qu’en aval les maisons ont poussé atteignant trois à quatre étages, empêchant les vues panoramiques sur Damas et la Ghouta si ce n’est en quelques endroits privilégiés, aux intersections de voies ou lorsqu’une plus faible hauteur du bâti l’autorise encore.

  • 3 Il existe une place un peu semblable à Chaghour, mais moins ordonnancée et bordée par une mosquée.

7La place de Tous les Saints (Sahat al-Awliya’) (p. 66), est une place résidentielle tout à fait particulière dont nous n’avons pas rencontré d’autres exemples dans les faubourgs de Damas3. C’est une place dessinée, rectangulaire, d’une vingtaine de mètres de large par une quarantaine de mètres de long. Elle est longée par une rue perpendiculaire aux courbes de niveaux sur son côté est, et s’ouvre au sud-ouest sur une petite voie de desserte. La place est entourée de maisons ordinaires d’un seul étage. L’ordonnancement ne concerne que le traitement de l’espace public, le centre délimité par une petite grille métallique étant occupé par un jardin luxuriant planté de grands eucalyptus. C’est un lieu calme où jouent les enfants qui trouvent dans la seule boutique installée au rez-de-chaussée d’une maison au sud de la place les bonbons, friandises et autres boissons dont ils raffolent.

  • 4 Le close est un mode de composition urbaine mis au point par Unwin pour les cités-jardins anglaises (...)

8Il y règne une quiétude et une ambiance qui rappelle étonnement celle des béguinages du nord de l’Europe ou des closes anglais4.

Repérage des espaces publics relevés

Repérage des espaces publics relevés

Séquences d’une rue en pente

Séquences d’une rue en pente

Route de corniche – coupes

Route de corniche – coupes

Dernière séquence d’une rue en escalier (à l’arrivée sur la route de corniche)

Au-dessus de la route de corniche. Les cimetières formaient en 1930 la limite nord de Salihiyya

Entrées de cimetières sur la route de corniche

Entrées de cimetières sur la route de corniche

La place de tous les saints

La place de tous les saints

Notas

2 Dans son rapport annexé au plan d’aménagement, Danger n’hésite pas à se faire lyrique pour évoquer cette route de corniche, « de là on pourra s’imaginer être le héros de Flaubert à qui parlait la chimère – Je découvre aux hommes des perspectives éblouissantes et des félicités lointaines »

3 Il existe une place un peu semblable à Chaghour, mais moins ordonnancée et bordée par une mosquée.

4 Le close est un mode de composition urbaine mis au point par Unwin pour les cités-jardins anglaises qui consiste à regrouper, à l’écart des grands tracés, l’habitat en petites unités autour d’un aménagement paysager. La version moderne et appauvrie du close est le système dit en raquette, très présent dans nos lotissements de banlieue.

Índice de ilustraciones

Título Repérage des espaces publics relevés
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 128k
Título Séquences d’une rue en pente
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 128k
Título Route de corniche – coupes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 128k
Leyenda Dernière séquence d’une rue en escalier (à l’arrivée sur la route de corniche)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 120k
Leyenda Au-dessus de la route de corniche. Les cimetières formaient en 1930 la limite nord de Salihiyya
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 120k
Título Entrées de cimetières sur la route de corniche
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 124k
Título La place de tous les saints
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4138/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 105k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540