Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 1 - Salihiyya

Les monuments de Souk al-Jum‘a et de la rue Bayn al-Madaris

Texte intégral

1Une étude très complète des monuments de Salihiyya a été réalisée par Michael Meinecke entre 1980 et 1982, répertoriant et localisant plus de cent édifices anciens dans son rapport, « Der Survey des Damaszener Altstadtviertels as Salihiya », publié dans le premier volume Damaszener Mitteilungen du Deutsche Archäologischer Institut.

2De nombreux monuments bordent la rue principale du quartier, ils datent pour l’essentiel de la période ayyoubide :

  • Les mausolées de l’émir Kajkar, de la cheikha hanbalite Amat al-Latif, du cheikh Ali al-Faranti, etc.
    Ces tombeaux sont représentatifs de l’architecture ayyoubide qui privilégie la simplicité des
    volumes et leur articulation à un système ornemental plus présent dont usera souvent l’architecture mamelouke. De plan carré, les tombeaux sont constitués de quatre murs de pierres appareillées dont les côtés intérieurs sont formés de quatre arcs brisés. Ce cube de pierre est surmonté d’un tambour octogonal percé de quatre fenêtres jumelées dans l’axe des côtés du carré et de quatre niches installées dans les diagonales. Surplombant le premier tambour, afin d’assurer progressivement le passage du carré au cercle, un second tambour à seize côtés où alternent huit fenêtres et huit niches reçoit la coupole du tombeau qui est souvent côtelée de seize côtes correspondant aux seize côtés du tambour.
    Cette structure spatiale se lit aussi bien intérieurement qu’extérieurement, les deux axes perpendiculaires déterminent une composition symétrique pure en faisant correspondre les volumes et leur articulation à la disposition des fenêtres et donc à la pénétration de la lumière dans l’édifice.

  • Les madrasas Murchidiyya, Atabakiyya, ‘Umariyya, Sahibiyya, etc.
    Le plan de cette dernière peut être considéré comme l’archétype des madrasas ayyoubides. Face à l’entrée, un portail à alvéoles, un grand iwan fait office de salle de prière, sur les deux autres côtés de la cour, un carré d’environ douze mètres de côté, se trouvent aussi deux iwan réservés aux cours. À droite de l’entrée, bordant la route, est installé le mausolée du fondateur.

  • Le bimaristan al-Qaymari, hôpital et école de médecine, est fondé au milieu du xiiie siècle. Il reprend la structure en plan du bimaristan de Nour al-Din, un bâtiment à quatre iwan autour d’une cour dont le centre est occupé par un vaste bassin.

  • Le hammam al-Muqaddam construit à la fin du xive siècle.

  • De nombreuses mosquées, dont celle des hanbalites datant de la fondation du faubourg, la mosquée nouvelle ou al-Jami‘ al-Jadid d’époque mamelouke, et la mosquée Muhyi ad-Din, premier monument ottoman à Damas, lieu de pèlerinage, où furent notamment enterrés le mystique soufi Ibn al-Arabi et son disciple l’émir Abd el-Kader al-Jazaïri.

  • L’imaret du sultan Selim 1er, bâtiment du début du xvie siècle, qui est consacré depuis l’origine à la préparation des plats chauds dans une cuisine aux proportions gigantesques, et à leur distribution aux pauvres.

Dans le réseau maillé des rues au nord du Yazid. Vue depuis le fond d’une impasse sur une rue parallèle aux courbes de niveau. En arrière plan le Qasiyoun

Table des illustrations

Légende Dans le réseau maillé des rues au nord du Yazid. Vue depuis le fond d’une impasse sur une rue parallèle aux courbes de niveau. En arrière plan le Qasiyoun
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540