Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Chapitre 1 - Salihiyya

La structure des voies : hiérarchie et maillage

Texte intégral

1En venant de Damas la route de Salihiyya franchit le Tora à Jisr al-Abyad, « le pont blanc », carrefour où fut implantée au début du xiiie siècle la madrasa Maridaniyya. De l’autre côté du canal la rue se divise en deux voies, les rues al-‘Afif et al-Muqaddam, et forme donc une fourche pour gravir les premières pentes jusqu’au Yazid et desservir le faubourg.

2L’organisation des voies du quartier diffère dans sa partie sud, celle où la pente est la plus douce entre le Tora et le Yazid, et dans sa partie nord qui connaît une forte accentuation du relief.

3Au sud du Yazid, les voies sont peu nombreuses en 1930 car cette partie du quartier comporte encore de nombreux jardins. Deux voies principales longent le Yazid et le Tora, ce sont d’anciens grands chemins de l’oasis. Transversalement, deux fourches et un chemin desservent la partie nord du faubourg. Partant de cette armature, on trouve quelques voies, en majorité des impasses porteuses d’une première urbanisation. Il n’y a pas de logique claire au tracé des voies si ce n’est celle de desservir un tissu très peu dense de maisons parfois isolées ou regroupées le long de petites impasses.

4Au nord du Yazid, la structure des voies est dictée par la pente, les rues parallèles ou perpendiculaires aux courbes de niveaux formant un réseau maillé qui épouse toutes les nuances du relief. Les voies nombreuses, révélant la densité du tissu urbain, forment de grandes mailles qui sont découpées par des voies d’une hiérarchie inférieure sur lesquelles se branchent des petites impasses ou des voies de desserte. Cette disposition des voies produit une structure d’îlots, une réponse peu courante dans les faubourgs de Damas qui usent principalement de grands systèmes arborescents dans l’organisation des voies.

5Deux grandes voies nord-est / sud-ouest, parallèles entre elles et aux courbes de niveau, structurent le quartier ; celle située la plus au nord, bordée de cimetières, constituait, dans les années 1930, la limite de l’urbanisation. Au sud, la rue du Souk al-Jum‘a « le marché du vendredi » est la voie principale, celle du souk mais également des principaux monuments du quartier, mosquées, madrasas, bimaristan et mausolées ; aujourd’hui les façades des monuments sont en partie occultées par les commerces de ce marché bien achalandé qui se tient tous les jours de la semaine.

Plan des voies du quartier, 1930

Plan des voies du quartier, 1930

Structure des voies, 1930

Structure des voies, 1930

Rue al-Madaris, à gauche, la madrasa al-Murchidiyya.

Rue al-Madaris, à gauche, la madrasa al-Murchidiyya.

Table des illustrations

Titre Plan des voies du quartier, 1930
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4134/img-1.jpg
Fichier image/, 128k
Titre Structure des voies, 1930
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4134/img-2.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Rue al-Madaris, à gauche, la madrasa al-Murchidiyya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4134/img-3.jpg
Fichier image/, 126k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540