Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les faubourgs de Damas

 | 
Yves Roujon
, 
Luc Vilan

Introduction

Texto completo

1Depuis la construction de l’enceinte de Nour al-Din au xiie siècle, la croissance de Damas s’est réalisée au nord, au sud et à l’ouest de la ville intra-muros dans des faubourgs entretenant une relation d’autonomie plus ou moins importante avec le centre.

2Pour de multiples raisons qu’il faudrait développer – prégnance de la forme de la ville antique, implantation excentrée de certains faubourgs (Salihiyya, Midan), stabilité territoriale du pouvoir ottoman (depuis le xvie siècle) rendant inutile la réalisation d’une défense spécifique de la ville –, les faubourgs n’ont pas été réunifiés par une nouvelle enceinte à la ville intra-muros.

3À la fin du xixe siècle Damas est ainsi majoritairement constituée de faubourgs qui s’étendent sur plus de six kilomètres du nord au sud et près de trois kilomètres d’est en ouest. L’importance de ces faubourgs et leur disposition sur le mont Qasiyoun ou le long des grandes voies de communication marquent fortement l’image contemporaine de Damas où les extensions modernes se sont installées, en premier, dans les vides laissés par la structure de la ville ancienne.

4Cette organisation spécifique de la ville n’a pas toujours été reconnue, la notion de ville historique se limitant souvent à la ville intra-muros. Par exemple, Michel Écochard, oubliant le rôle des faubourgs, énonçait dans son rapport de présentation du projet d’aménagement de la ville de Damas de 1968 : « Nous savons que tout ce qui a fait le renom et la grandeur de Damas, tout ce qui peut assurer sa pérennité est ici concentré ; nous devons nous pénétrer de l’importance unique, exceptionnelle, dans l’histoire du monde de ce quadrilatère (la ville intra-muros) de quelques hectares. »

5Aujourd’hui la ville intra-muros est classée tandis que les faubourgs subissent de profondes modifications qui risquent à moyen terme de mener à leur totale disparition. Les relations entre les faubourgs anciens de la ville et les réalisations récentes semblent souvent vécues en terme de confrontation comme si la ville ancienne avec ses maisons à cour, la vie particulière de ses centres de quartiers autour des monuments anciens, le calme et le charme de ses ruelles résidentielles devaient s’effacer totalement face aux nécessités de la ville contemporaine. L’équilibre général de la ville entre la structure ancienne – intra et extra-muros – et les nouveaux quartiers serait alors rompu, Damas y perdrait une grande partie de sa richesse, l’essentiel de ce qui fait l’originalité de sa forme urbaine. Damas y perdrait une grande part de son identité.

6Cette situation est à l’origine de ce livre issu du travail mené pendant une dizaine d’années sur les différents quartiers extra-muros. Pour les auteurs, il n’était pas question de se résoudre à ce constat manichéen, la ville intra-muros protégée, élevée au rang de patrimoine mondial par l’Unesco, et au-delà de l’enceinte d’autres quartiers historiques, les faubourgs, qui disent l’échelle réelle de la ville et son inscription dans le territoire, laissés à la rénovation urbaine et aux logiques spéculatives.

7Si l’on n’accepte pas comme une fatalité de la vie moderne la lente destruction des faubourgs, si l’on considère comme une nécessité urbaine l’évolution des quartiers il faut alors rechercher les solutions où les réalisations contemporaines cohabitent avec les structures anciennes.

8Les faubourgs anciens de Damas sont étendus, riches en monuments de qualité comme en ensembles résidentiels. Ils sont à la fois patrimoniaux et totalement contemporains. Ils sont vivants, actifs et commerçants. Très urbains dans leur essence comme dans leur présent, ils sont habités par une population d’origine damascène la plupart du temps. Actifs et vivants ils le sont par leurs grands souks autant que par leurs ateliers, entrepôts et magasins. Cette actualité sur fond historique fonde notre démarche, elle ouvre largement le spectre de nos observations à l’ensemble du tissu urbain, c’est-à-dire aux relations complexes qu’entretiennent les types bâtis, le découpage parcellaire et le tracé des voies. Notre démarche ne se limite donc pas aux aspects monumentaux ou au recensement des éléments exceptionnels mais s’attache à rendre compte de la complexité des phénomènes urbains qui fait la richesse de la ville.

9Quartier après quartier, les éléments composant le tissu urbain sont décrits, leurs interactions mises en évidence. Cette attitude conduit à croiser les échelles en allant de la maison au quartier, de la rue à la ville, mais aussi à présenter les évolutions et transformations dans cette période de grands changements urbains que fut le xxe siècle.

10Pour cela nous nous sommes appuyés sur un travail graphique important, près de mille dessins, schémas, cartes, plans, coupes, élévations, axonométries et croquis perspectifs qui constituent le corpus central de ce livre. Textes et photos complètent l’ouvrage et proposent une lecture des faubourgs à trois entrées, formant trois parties relativement autonomes, qui contribuent à révéler la spécificité des quartiers extra-muros. Les dessins ne sont évidemment pas les illustrations du texte, ils ont une fonction descriptive, analytique et comparative que le texte ne pourrait assumer. Il en est de même pour les photos qui fixent l’instant tout en témoignant de la permanence des qualités paysagères, monumentales et résidentielles des anciens faubourgs et disent le rôle essentiel qu’ils doivent tenir dans tout ce qui touche à l’aménagement du grand Damas.

Structure de l’ouvrage

  • 1 Voir plan de repérage des faubourgs, p. 25.
  • 2 Voir la carte, Damas schéma général de l’évolution dans Danger (René), l’urbanisme en Syrie, revue (...)

11L’histoire, la géographie et les sources documentaires présentent une ville aux ensembles clairement découpés1. Salihiyya, sur le Qasiyoun, se dégage, quasiment comme une cité indépendante. Les faubourgs nord se sont structurés, de longue date, autour du grand axe de Souk Sarouja parallèle au rempart et au Barada. Prenant naissance à des périodes ou sur des polarités différentes, les quartiers de Souk Sarouja, ‘Uqayba, ‘Amara, et du bord du Barada se sont progressivement rejoints pour former à la fin du xixe siècle un continuum urbain, rompu simplement par le cimetière Dahdah et le lit du fleuve. Les voies territoriales convergeant, de l’ouest et du sud, en trident à Bab al-Jabiya, ont favorisé la croissance des faubourgs de Qanawat, Suwayqa et du Midan, qui, distincts à leurs origines, se sont réunis au cours des siècles2. Enfin, au sud, le petit faubourg de Chaghour séparé de l’ensemble précédent par le grand cimetière de Bab al-Saghir a traversé l’histoire tout en restant en retrait des grands mouvements de la croissance.

  • 3 Malgré la rupture de la Thawra et les obstacles mis au passage direct, l’intensité des traversées p (...)

12L’histoire récente des grands tracés urbains, des voies rapides et des autoroutes aurait pu brouiller la pertinence d’un découpage fondé sur l’histoire urbaine. Il n’en est rien. Les grandes voies ont meurtri le tissu urbain, consommé de larges ruptures mais les ensembles anciens, comme on peut le voir à Sarouja ou au Midan3 semblent plus interrompus un moment que rompus définitivement. Cette hypothèse d’une continuité historique des faubourgs est également renforcée par la permanence des centralités locales, des continuités commerciales voire des ambiances de quartiers. Le souk de Bab Srija, la rue du Midan ponctuée de ses bayka et de ses monuments, la continuité d’activités de la rue Souk Sarouja, la calme centralité de Cheikh Bridi à Suwayqa, la paisible rue principale de Chaghour, l’animation quotidienne de celle de Salihiyya et bien d’autres traits témoignent sans conteste de la validité de l’échelle du quartier.

13Reconnaître cette échelle comme l’unité utile du travail de description, n’est pas ignorer les problématiques communes, ou les perspectives d’ensemble à dégager. Ces deux niveaux, le quartier et l’ensemble urbain des faubourgs, trouvent leur expression dans l’organisation de l’ouvrage. Tandis que l’introduction et la conclusion prennent le soin d’articuler les questions générales, la présentation monographique de chaque quartier permet l’analyse plus fine des particularités de chacun des types bâtis et des situations urbaines replacées dans leur
contexte.

Du travail pédagogique à la réflexion urbanistique

  • 4 Voir Sauvaget (Jean), Esquisse d’une histoire de la ville de Damas, revue des études islamiques, 19 (...)

14L’identité historique de chaque faubourg4 a fourni les entités adéquates pour une enquête cumulative, rythmée par les années universitaires. Les études ont dû s’adapter en retour aux dimensions extrêmement variées des faubourgs. Par exemple, la grande étendue du Midan devait être saisie avec la même pertinence que les petites dimensions de Chaghour…

15Il faut rendre hommage, ici, au travail des quelques cent cinquante étudiants qui nous ont accompagnés au cours de ce long périple. Sans l’accumulation de leur patient travail d’enquêtes préalables aux projets architecturaux et urbains, relevant du cursus étudiant en architecture, cette synthèse n’aurait pas pu avoir la précision d’une investigation réalisée « à la parcelle » sur l’ensemble des faubourgs.

  • 5 Le cadastre de 1930 apporte la rigueur du géomètre ; le dessin de relevé en géométral et au trait, (...)
  • 6 Voir à la fin de chaque chapitre le plan de préservation du faubourg.
  • 7 Voir conclusion.

16L’actualisation du cadastre de 1930 et les relevés d’édifices fondent le travail pédagogique et l’approfondissement de la recherche. Sur ces bases, il revenait aux auteurs de faire parler les documents5, d’articuler les données pour leur donner un sens. Trois objectifs sont suivis : décrire les structures urbaines, rendre compte de l’état des lieux de chaque faubourg et émettre des hypothèses d’avenir tant locales6 (pour chaque quartier) que globales (pour inscrire les faubourgs dans le grand Damas)7.

Le cadastre comme outil de connaissance

17Le découpage du territoire dégage des ensembles d’étude cohérents. Pour chaque faubourg, la même méthode d’analyse a été suivie : elle se fonde sur des allers retours entre les informations du cadastre, levé dans les années 1930, et les relevés de terrain (voir plan p. 158). Le cadastre de 1930, précis et exact, fournit un plan d’excellente qualité pour comprendre aussi bien les structures urbaines que la forme des occupations parcellaires. Cette méthode privilégie une compréhension dynamique des faits urbains : la comparaison à différentes époques permet d’observer et de décrire les mutations, les transformations des quartiers en se gardant d’une vision figée et passéiste de la ville qui ne cesse d’évoluer et de se redéfinir.

18Pour présenter les éléments communs aux différentes monographies, nous commencerons par les caractéristiques typologiques des maisons, car c’est l’élément fondamental du tissu urbain dans des quartiers essentiellement résidentiels. L’organisation spatiale des maisons apporte des informations nécessaires à la compréhension de la forme urbaine. Dans le corps de l’ouvrage, chaque chapitre donne, par un ensemble de relevés, une matière concrète à l’analyse des types bâtis.

LES MAISONS DES FAUBOURGS

19Les maisons des faubourgs comme les maisons de la ville intra-muros sont multiples et couvrent le champ étendu des différentes demeures que l’on peut rencontrer à Damas.

20On trouve ainsi d’importantes variations dans les dimensions des parcelles, les petites maisons occupant un terrain de moins de 100 m2, les maisons moyennes un terrain de 100 à 300 m2 et les grandes maisons pouvant s’installer sur un terrain de plus de mille mètres carrés.

21De même, la richesse ornementale des maisons varie sans être pour autant proportionnelle à leur taille, l’ornementation des petites maisons pouvant être aussi riche et sophistiquée que celle des très grandes maisons.

22Si taille et richesse ornementale des maisons sont donc diverses, on constate cependant au-delà de ces différences un mode de composition spatiale commun qui permet, excepté les extrêmes, très grandes ou très petites maisons, de considérer qu’elles constituent un type architectural, qu’elles appartiennent à un même ensemble avec ses nombreuses variantes.

23Décrire un type architectural n’est pas réduire la complexité et la richesse du patrimoine des maisons des faubourgs, c’est au contraire dire la prégnance d’un mode de composition architectural, ici domestique, et son adéquation à une pratique de l’espace par ses habitants.

24Les maisons damascènes partagent aussi le même système constructif, le rez-de-chaussée est en moellons et pierres de parement côté cour, et l’étage est en briques de terre enduite et ossature bois, provenant des troncs de peupliers de l’oasis de Damas (la Ghouta).

25Au rez-de-chaussée, pour les maisons les plus richement décorées, la pierre de parement alterne le calcaire blanc et rosé et le basalte noir, le traitement contrasté de la façade de l’étage se contentant d’un simple enduit peint. Les motifs décoratifs, usant d’une technique spécifiquement damascène, sont réalisés dans la pierre qui est gravée puis remplie de différents enduits colorés (voir ill. p. 266).

26Les maisons qui ont été relevées ont été majoritairement construites au dix-neuvième siècle, mais on a continué à produire ce type d’habitat jusque vers 1930. L’origine du type n’est pas précisément connue, mais l’essentiel de la structure spatiale serait déjà en place au quinzième siècle, et donc antérieure à la période ottomane.

27La permanence de ce type architectural est un élément déterminant de la stabilité des tissus urbains des faubourgs qui se sont régénérés au fil du temps par la construction de maisons neuves, au goût du jour, mais du même type.

Les relevés de maisons

28Les échantillons de maisons relevées ne prétendent pas à l’exhaustivité. C’est l’hospitalité des habitants des faubourgs qui nous ont ouvert la porte de leur maison qui les ont constitués. L’importance relative de chaque cas par rapport au quartier n’est donc pas connue, mais l’échantillon offre une palette suffisamment large pour apprécier une réelle richesse formelle de l’habitat des faubourgs.

29L’enjeu de ces relevés est de donner à voir l’architecture domestique ordinaire des différents quartiers et non de présenter des monographies de type historique ou archéologique sur des bâtiments exceptionnels.

30Les dessins de relevé en plan et en coupe ont été réalisés à 1 cm/m et sont reproduits à un demi centimètre par mètre. Cette échelle permet de comprendre la distribution générale des pièces constituant la maison et de saisir quelques systèmes récurrents d’organisation de l’espace. C’est l’échelle de la description des types.

Structure spatiale des maisons

31Les maisons damascènes sont des maisons à cour, les petites et moyennes maisons ne possédant qu’une cour lorsque les grandes maisons et les palais peuvent en posséder plusieurs permettant de différencier l’espace destiné à la réception, le salamlik, de celui réservé à la vie familiale, le haramlik, ou aux services. La cour est l’espace de distribution des différentes pièces de la maison, les pièces du rez-de-chaussée sont desservies directement depuis la cour, celles de l’étage l’étant à partir d’un escalier situé dans la cour ou trouvant son accès sur celle-ci.

32Les pièces importantes de la maison, pièces de réception, de vie ou de services sont situées au rez-de-chaussée. Leurs positions respectives ordonnent et structurent la cour ; généralement l’iwan, un salon d’été, s’ouvre au nord, alors que la qa‘a, pièce de réception, borde la cour sans orientation privilégiée. Les pièces de services sont plutôt rejetées dans les angles, mais elles peuvent aussi être regroupées sur un des côtés de la cour.

33L’aménagement de l’étage qui est souvent partiel, notamment parce que certaines pièces du rez-de-chaussée se déploient sur une double hauteur, permet surtout de développer des surfaces supplémentaires, pièces et terrasses. Pour les très petites maisons, le rôle structurant du rez-de-chaussée peut être abandonné au profit de l’étage qui, en usant d’encorbellement sur la voie publique ou sur les parcelles limitrophes, permet d’augmenter la surface constructible. Les pièces de l’étage s’ouvrent alors sur des galeries ou une terrasse, machraqa, dont la fonction peut s’apparenter à celle de la cour.

34Les maisons s’ordonnent à partir d’éléments, les pièces, qui sont regroupées en corps de bâtiments. Ces ensembles, mono orientés, adossés aux limites parcellaires et ouverts sur la cour sont constitués soit par l’addition de 2 ou 3 pièces qui peuvent être réunies par un élément architectural fort, le riwaq, ou simplement recevoir un traitement de façade unitaire, soit par une entité spatiale articulée, l’iwan et les 2 pièces qu’il dessert.

35La structure spatiale de la maison procède donc par addition de corps de bâtiments distribués par la cour. On peut ainsi classer les maisons selon le nombre de corps de bâtiments, de un à quatre, qu’elles possèdent (voir ill. p. 310, 311). Ce type de classement relève d’un mode d’organisation du bâti sur la parcelle et ne différencie pas les maisons en fonction de leurs dimensions, les grandes maisons pouvant ne comporter que deux corps de bâtiments, et des petites maisons en posséder quatre.

36Cette structure spatiale est un système extrêmement souple qui peut aisément se plier aux contraintes de forme et de taille des parcelles. Ce mode de composition explique aussi la facilité avec laquelle les parcelles peuvent évoluer, être recoupées à la suite d’un héritage, ou au contraire s’approprier une ou deux pièces de la maison voisine.

37On observe le même phénomène d’adaptation des maisons lorsque l’ouverture ou l’élargissement d’une rue dans le tissu urbain provoque des destructions ; les parcelles touchées par cet aménagement ne sont que partiellement détruites, perdent 1 ou 2 corps de bâtiment mais peuvent continuer à fonctionner. On trouve par exemple le cas au nord du faubourg de Qanawat où la percée de la rue Baroudi laisse voir des façades de cour et notamment des iwan que les démolitions dues à la percée ont mis à jour.

La cour

38La cour de la maison peut être séparée de la rue par un corps de bâtiment mais on rencontre aussi assez souvent des maisons dont la cour n’est séparée de la rue que par un mur. Cette dernière disposition influe sur la qualité des tissus urbains, la végétation des cours venant agrémenter le dessin de l’espace public.

39La cour est un espace dallé qui possède le plus souvent un bassin. On y trouve des arbres et des arbustes installés dans des parterres ménagés dans le dallage (voir ill. p. 101, 217 et 321).

40La cour est avant tout le lieu de la distribution des pièces de la maison, mais elle est aussi un lieu d’agrément, et une pièce extérieure ou de nombreuses activités se déroulent, réception des invités, préparation des repas, bricolage, etc.

41Cette cour jardin n’est pas un espace unitaire, réglé par un seul mode de composition, elle n’est pas le centre géométrique de la maison, et ne détermine pas l’implantation des différents éléments qui la constituent. Au contraire elle autorise notamment par le jeu subtil du dessin de son dallage la différenciation des éléments et permet de régler l’indépendance et l’importance relative des pièces les unes par rapport aux autres. L’iwan occupe une position privilégiée, c’est l’élément principal de la composition puisqu’il définit dans sa relation axiale avec la fontaine le dessin général de la cour. L’imbrication des géométries qui en résulte participe avec la présence d’une végétation souvent abondante au charme des maisons damascènes.

42Les maisons développent leurs façades sur cour, mais les pièces donnant sur rue possèdent des ouvertures à l’étage pouvant être de simples fenêtres ou des systèmes plus complexes de moucharabiehs autorisant des vues latérales dans la rue (voir ill. p. 86, 200).

Les différentes pièces de la maison

43Un riche vocabulaire permet de nommer les pièces des maisons damascènes. Hormis les pièces de service pour lesquelles la dénomination est d’ordre fonctionnelle, la cuisine, matbakh, la salle de bains, hammam, l’entrée, dihliz, les autres pièces de la maison n’ont pas de fonctions exclusives et peuvent être aux différents moments de la journée, salon, chambre, ou salle à manger. On peut noter à cet égard l’adéquation entre la polyvalence fonctionnelle des pièces et la conception d’un mobilier léger et facilement escamotable.

44L’appellation des pièces, lorsqu’elle n’est donc pas déterminée par l’usage, provient soit d’une structure spatiale particulière qui les caractérise, c’est le cas des murabba‘, petites pièces carrées situées au rez-de-chaussée, de l’iwan et de la qa‘a (voir ci-dessous), soit de leurs positions dans la maison : la tabaqa est une pièce située à l’étage, la machraqa, une terrasse à l’étage, le manchar, un lieu où on étend le linge et le mamcha, un passage découvert desservant les chambres de l’étage, enfin la tayyara, est la seule pièce située au deuxième étage de la maison qui profite de la fraîcheur du soir, tandis que la qubba est une alcôve qui ouvre sur une autre pièce sans relation directe à la cour. Le nom peut aussi signaler l’appartenance, le qasr est par exemple la pièce du maître de maison.

45Bien que les deux pièces les plus caractéristiques de la maison soient l’iwan et la qa‘a, les petites maisons en sont généralement dépourvues, notamment les petites maisons de lotissement de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième.

L’iwan

46L’iwan est un salon d’été de forme rectangulaire ou carrée, situé au rez-de-chaussée (voir ill. p. 149) ; il se développe sur une double hauteur et l’un de ses côtés est entièrement ouvert sur la cour par un arc brisé ; il est normalement orienté au nord. C’est un espace ambivalent qui possède à la fois les qualités des pièces intérieures de la maison tout en appartenant à l’espace de la cour. Côté intérieur, c’est une pièce qui possède un plafond dont le traitement décoratif est identique à celui des autres pièces de la maison, et un sol dont le dessin spécifique du dallage est le plus souvent surélevé d’une quarantaine de centimètres par rapport à celui de la cour, cette différence de niveaux permet notamment de jouir de couches d’air moins chaudes l’été. Mais c’est aussi un prolongement de la cour, à la manière d’une alcôve, le traitement des murs de l’iwan étant le même que celui des murs de la cour. La partie basse des murs de l’iwan est en pierre jusqu’aux sommiers de l’arc, et la partie haute est traitée le plus souvent en enduit blanc, mais peut aussi être le lieu de décorations picturales (voir ill. p. 126).

47Les murs latéraux sont percés de fenêtres et de portes pour éclairer et desservir les pièces adjacentes à l’iwan, le mur du fond étant occupé par trois niches. La niche centrale organise un système de composition symétrique axiale à l’intérieur de l’iwan dans la disposition des niches, des fenêtres et des portes, et à l’extérieur de l’iwan dans le traitement de la cour. Ainsi, à Damas, le bassin n’est pas centré au milieu de la cour, mais axé sur l’iwan, de même le dallage de la cour est l’objet d’un traitement spécifique à la manière d’un tapis en face de l’iwan.

48L’espace de l’iwan est un espace orienté, du fond de l’iwan vers la cour, mettant en scène, à travers l’arc qui en délimite le cadre, l’espace de la cour qu’il a ordonné dans la disposition du bassin, celle de la végétation et le dessin du dallage. La beauté d’un iwan tient certainement à la qualité de ses proportions et de sa décoration, mais elle relève surtout du spectacle de cet extérieur qu’il donne à voir. Couramment l’iwan dessert de part et d’autre une pièce, le tout forme un ensemble fonctionnel et spatial autonome, un des corps de bâtiment de la maison damascène que l’on peut considérer comme la matrice originelle de base du type.

La qa‘a

49La qa‘a est la grande pièce de réception de la maison qui, comme l’iwan, se développe sur une double hauteur, c’est un salon d’hiver mais c’est aussi une pièce de vie qui est plutôt orientée au sud. Elle comporte deux parties qui se différencient aussi bien par l’usage que par la forme. Le tazar est le lieu où l’on se tient, la ‘ataba est la partie de la pièce par laquelle on pénètre, et l’on s’y déchausse avant d’accéder au tazar (voir ill. p. 89, 208 et 255). Ces deux parties sont séparées par un arc et présentent une différence de niveau d’une quarantaine de centimètres.

50Le tazar est la partie haute de la qa‘a, il possède un sol dallé de pierres recouvert de tapis, coussins et matelas étant disposés le long de ses trois murs. Ceux-ci sont recouverts de boiseries dans leur partie basse jusqu’à environ deux à trois mètres de hauteur, dans lesquelles sont ménagés niches et placards. Au dessus de ces lambris le plus souvent peints et richement décorés, les murs simplement enduits et peints en blanc sont percés de fenêtres hautes destinées à la ventilation de la pièce. Au dix-neuvième siècle, la mode est à l’ornementation, et ces murs blancs séparant les boiseries des lambris et celles du plafond sont souvent décorés de peintures murales.

51Le tazar compose et distribue niches, placards et fenêtres selon un axe perpendiculaire au mur du fond, à l’opposé de l’arc qui le sépare de la ‘ataba.

52Contrastant avec le traitement et l’ambiance du tazar, dont les tons chauds résultent de la présence des boiseries, des coussins et des tapis, la ‘ataba est un lieu minéral, le sol est en marbre, les murs en pierres ou plaquage de marbres, et l’on y trouve au centre, dans l’axe du tazar, une fontaine qui assure la fraîcheur du lieu. Cette opposition de matériaux et d’usage définit la principale qualité spatiale de la qa‘a dans la relation duale qu’elle instaure entre deux éléments, tazar / ‘ataba, que l’on peut comparer à celle que l’iwan entretient avec la cour. La ‘ataba est un extérieur qui se donne à voir depuis le tazar, comme la cour est offerte en spectacle depuis l’iwan.

53Les dimensions d’une qa‘a sont assez constantes limitées par la portée qu’autorisent les troncs de peupliers utilisés pour la construction des planchers. La largeur moyenne est de l’ordre de cinq mètres, le tazar est souvent un peu plus profond que large, et la ‘ataba est de forme carrée. Les très grandes qa‘a ne modifient pas ces dimensions mais multiplient les tazar ; on trouve ainsi des qa‘a à deux ou à trois tazar ouverts sur la ‘ataba, celui-ci étant alors d’une plus grande hauteur afin de recevoir la lumière zénithale.

Maisons anciennes et pratiques contemporaines

54Aujourd’hui les maisons anciennes sont bien évidemment toujours habitées. En dehors des transformations liées à la surpopulation quand plusieurs familles se partagent la même maison, ce qui bouleverse radicalement la structure spatiale et son usage, on peut observer différentes modifications réalisées afin d’intégrer les éléments de confort moderne ; cela concerne essentiellement le réaménagement des toilettes, de la cuisine et de la salle de bains, et une réorganisation de la distribution des pièces afin d’éviter d’avoir, l’hiver, à passer par la cour pour aller d’une pièce à l’autre.

55De nombreux exemples montrent que l’adaptation des maisons anciennes aux canons de la vie contemporaine est assez simple, et que l’avenir de ces maisons ne se limite pas à celui de la conservation d’un patrimoine ancien. C’est un patrimoine en devenir, témoin du charme sophistiqué de la vie damascène.

56Nous avons associé à la description succincte des maisons relevées dans chacun des faubourgs des schémas facilitant leur comparaison. Ces schémas, caractérisant la structure spatiale déterminée par le plan du rez-de-chaussée, individualisent les différents corps de bâtiment desservis par la cour et montrent leur adaptation à la géométrie imposée par les limites parcellaires. L’iwan a été singularisé par un trait d’axe et les pièces qu’il dessert ont été hachurées.

LES MUTATIONS DES FAUBOURGS ANCIENS

57Pour comprendre les processus en cours et concevoir un avenir aux anciens faubourgs il convient de replacer notre description des faits urbains dans la perspective d’une organisation structurée de l’espace. L’analyse peut ainsi jouer un rôle actif au service de nouveaux aménagements préservant les qualités irremplaçables des anciens quartiers.

58D’un faubourg à l’autre les phénomènes urbains actuels sont récurrents. La situation reflète partout une confrontation entre deux systèmes ; entre deux manières de faire et de penser la ville. Si les méthodes, les formes de l’aménagement et les types bâtis sont généraux ils s’appliquent en revanche à des tissus urbains et des situations de croissance spécifiques à chaque faubourg.

La confrontation de deux systèmes urbains

59La première manière de faire la ville s’est forgée sur de longs siècles d’histoire. Damas, la ville intra-muros et ses faubourgs, s’est développée sur ses fondements araméens et antiques à la manière des autres villes de la région. À la fin du xixe siècle une grande période de réformes institutionnelles et de mutations économiques accélère les changements urbains. Arrivée de l’électricité, chemin de fer, municipalisation et nouveaux tracés (place Marja)… Ces transformations largement engagées à la fin de l’ère ottomane sont poursuivies dès le début de la période mandataire. Damas fait écho au phénomène dit de « modernisation » qui touche la plupart des grandes villes orientales. De Tunis à Alexandrie, d’Istanbul à Shanghai comme d’Alep à Damas l’urbanisme de plan qui s’instaure va de pair avec la mise en place de nouveaux modes de production de l’espace.

60Si les grands tracés de la réorganisation urbaine sont rapidement visibles, l’impact des changements sur le tissu urbain courant est lent et partiel. Dans les faubourgs anciens il n’apparaît que tardivement dans les années 1960-70 voire 1980 quand la pression foncière s’intensifie sur le centre de Damas.

61Le cadastre de 1930, bien qu’établi plusieurs dizaines d’années après l’émergence des change-ments urbains, rend parfaitement compte du tissu urbain de la ville au moment où l’histoire tourne. Il fonde notre description d’une croissance urbaine organique, progressive et sédimentaire. Le plan nous livre les structures spatiales, il est analysé dans le détail des chapitres.

  • 8 Voir le rôle des waqf dans l’urbanisme par exemple : A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque o (...)

62À Damas, les processus historiques de production et particulièrement le système de gestion urbaine encadrée par les waqf8, ont conduit la ville jusqu’à l’orée du xxe siècle. Depuis ils ont périclité parce que la centralisation municipale des services s’est substituée à la gestion décentralisée des biens de mainmorte, parce que les entreprises locales du bâtiment ont peu à peu remplacé le système artisanal ancien mais aussi parce que les nouvelles règles d’édification conjuguées avec la pression foncière ont imposé de nouveaux modèles.

  • 9 Plan d’aménagement de 1936 exécuté par MM Danger frères et fils, géomètres et architecte DPLG, urba (...)

63Ainsi après une période de plusieurs siècles, c’est bien une autre manière de faire la ville qui s’impose sur les faubourgs. Trois mouvements se distinguent. Le premier résulte d’un urbanisme de tracé réalisé pour une part essentielle dans la première moitié du xxe siècle, et mis en forme dans le plan de Danger de 19369. Le second est un urbanisme fonctionnaliste. La percée est un de ses outils courants lorsqu’il est confronté aux tissus urbains anciens. Le troisième est un urbanisme d’opportunités foncières sur fond de plan d’alignement (voir ill. p. 123) ; il caractérise les transformations les plus récentes. Les deux derniers résultent directement ou par défaut du plan Écochard de 1968. Ces trois mouvements se déposent comme des couches successives et cumulatives sur les faubourgs anciens.

La ville-jardin de Danger et la limitation des faubourgs anciens

64L’urbanisme de Danger dessine la ville dans un système hiérarchisé de voies croisant un urbanisme baroque de compositions et de figures (places en étoiles, pattes d’oie, voies perspectives) avec un système de promenade et une logique territoriale d’organisation des flux de circulation. Le mode opératoire passe par des profils de voies généreux et dessinés avec soin. Le paysage, dans la grande tradition de l’école française d’urbanisme, tient dans la composition du plan une place de premier ordre. Le dessin de la ville exalte le site de Damas par la mise en scène du Qasiyoun, la valorisation du Barada et de ses principaux canaux. Les plus grandes voies sont l’occasion de dresser de grands alignements d’arbres et font place dès que le profil le permet à des terre-pleins engazonnés. L’urbanisme paysager des grands tracés se prolonge en mode mineur dans la fabrication du tissu urbain par le dessin de squares et jardins à l’échelle des nouveaux lotissements et la mise en œuvre d’un type résidentiel récurrent : l’immeuble plot. Implanté en retrait de l’alignement, dégagé de l’ensemble des clôtures mitoyennes le type offre son pourtour libéré aux plantations arbustives. Il en ressort un paysage d’îlots ouverts aux nombreuses vues dégagées achevant l’image de ville-jardin des nouveaux quartiers (voir ill. p. 118, 119). L’association des grands tracés à la fabrication d’un tissu urbain aéré et paysager sur un tracé de lotissements réguliers se prolonge jusque dans les années 1960-1970 avec des variations notables du type d’immeuble plot en raison du niveau social des quartiers et de la période de réalisation. Les plots pourront être joints deux à deux, ou dans une version plus dense former de petites rangées ou « barrettes » ; on verra aussi apparaître, notamment au début de l’application du plan Écochard, une génération d’immeubles en forme de « L » formant des successions de redents largement plantés.

  • 10 Voir, Boyer, Le congrès d’urbanisme colonial, vol. 1, Tours 1932.

65Cet urbanisme vient en maints endroits à la rencontre du tissu urbain des faubourgs (voir ill.
p. 238, 297). Les objectifs de réorganisation territoriale du plan passent par la mise en valeur du foncier de bordure de la ville existante et le drainage de ses flux de circulation. Ce n’est pas un urbanisme de séparation, à l’image de celui de Lyautey et Prost au Maroc10. Il encadre la ville existante et en régularise les bords, par les grandes voies perspectives et leurs nouveaux bâtis. Ni volonté délibérée de détruire les faubourgs anciens, ni volonté conservatrice non plus ne l’animent. Néanmoins, bien que le plan Danger ne dessine pas de tracés urbains de substitution pour les faubourgs, la typologie architecturale est condamnée, de manière indirecte, par l’interdiction, au nom de la salubrité, des cours intérieures dans les nouvelles maisons. Malgré l’opposition des géométries et des types bâtis, l’encadrement des faubourgs anciens
se réalise quand même dans une relative délicatesse. Respect des quartiers existants ou simple principe d’économie urbaine ?

66Au plan morphologique, le tracé des grandes voies tangente les pointes extrêmes des faubourgs et leurs bordures. C’est le cas de l’avenue de Bagdad pour les quartiers de Souk Sarouja, ‘Uqayba, ‘Amara, de la rue Khaled Ibn al-Walid pour les quartiers de Qanawat, Suwayqa et Midan et de la rue Ibn ‘Asakir pour Chaghour. Les destructions sont rares, pratiquement limitées à quelques maisons du quartier Suwayqa, pour le dessin de la place Bab Mousalla et le passage de la rue Khaled Ibn al-Walid, longue néanmoins de plusieurs kilomètres.

67La direction des grands tracés est affaire de composition, elle est dirigée par le dessin en plan. Le contour des faubourgs anciens résulte de la croissance progressive et organique des quartiers anciens sur la trame parcellaire des jardins irrigués bordant la ville. La direction et la forme extérieure des faubourgs sont dictées par les logiques territoriales de l’économie de l’eau et de la négociation territoriale de détail. Ainsi il reste inévitablement, entre tracé et contours anciens, des pans de territoire aux formes et dimensions diverses qui sont bâtis sous forme de lotissements, au fur et à mesure de l’aménagement des voies nouvelles. Ces lotissements de petits immeubles plots décrits plus haut, savent, sans rien rabattre de leur typologie, aboutir de manière relativement douce aux limites du tissu ancien, grâce à la faible hauteur des constructions et aux plantations de leurs espacements. Pourtant si les destructions sont rares, il faut constater que ces opérations portent un coup d’arrêt définitif au développement organique des tissus anciens.

L’urbanisme fonctionnaliste des alignements progressifs

  • 11 M. Écochard et G. Banshoya architectes, Plan directeur de Damas, Rapport justificatif, Damas 1968.

68Avec le plan directeur élaboré par M. Écochard associé à G. Banshoya11, apparaît à la fin des années 1960 une nouvelle manière d’intervenir sur l’espace qui s’applique à l’ensemble du territoire urbain en le découpant en diverses zones : quatorze zones, désignées par des lettres capitales, allant des zones d’activités rurales aux zones industrielles en passant par les zones d’extension à aménager. La ville intra-muros est codifiée en zone de la ville ancienne ; le « dégagement » de monuments et la création d’espaces publics sont prévus. Les faubourgs anciens sont concernés par les zones des quartiers anciens prévoyant : des minima de parcelles constructibles, une large pénétration de la voiture dans les quartiers, des retraits d’alignement pour l’élargissement des voies, l’implantation d’équipements publics et des réserves foncières pour des squares et des places ; une série de mesures qui pouvaient conduire à la disparition des structures urbaines anciennes. Les zones centre ville, concernent également certaines parties de faubourgs tels Souk Sarouja ou les abords du Barada. Elles sont principalement réservées aux activités commerciales, administratives et d’affaires se donnant ainsi une claire perspective de rénovation urbaine par tabula rasa.

69Le plan d’Écochard envisage pour chaque zone et singulièrement pour les faubourgs anciens un plan directeur de détail. Ces documents d’urbanisme souvent amendés ou recomposés pour mieux s’adapter aux réalités du terrain fondent les outils et les méthodes de l’aménagement actuel des faubourgs. Ils peuvent être résumés à un plan d’alignement, un profil type de rue, un minimum foncier et un règlement d’épannelage. Dans l’action quotidienne c’est la « vieille » méthode des alignements progressifs qui est promue. Elle fait l’hypothèse du renouvellement complet du tissu urbain par le remplacement progressif des anciennes maisons par des édifices aux nouvelles normes. Elle exclut, sauf situation exceptionnelle, les interventions d’aménagement concerté.

70Le rôle des acteurs est clair. Les acteurs publics (municipalités, ministères et directions concernées) donnent le cadre réglementaire et délivrent les autorisations de bâtir tandis que les acteurs privés sont à l’initiative des constructions. Dans la pratique les constructeurs recherchent des accords avec les propriétaires de maisons voisines pour remembrer le parcellaire (après destruction de l’existant) afin de dégager une assise foncière suffisante à la construction d’un immeuble neuf. Dans ce processus, les quartiers se transforment au rythme des opportunités foncières. Les constructions nouvelles parsèment le tissu ancien et fabriquent un paysage chaotique de confrontation. Des situations aléatoires et toujours transitoires… La masse des immeubles neufs s’impose face à l’échelle domestique des maisons anciennes. L’ancien tissu semble devoir céder inexorablement face à l’avancée des nouvelles opérations…

  • 12 Se souvenir du chemin parcouru pour la préservation des centres anciens dans le monde oriental (Tun (...)

71L’histoire des villes du monde arabe12, l’histoire urbaine en général nous apprennent pourtant à nous défier des apparences. Aucun phénomène n’est inéluctable tant qu’il n’est pas réalisé concrètement, en pierre ou en béton dans le sol de la ville. En Europe, au Maghreb ou au Proche-Orient les rythmes urbains varient d’une époque à une autre, d’une aire géographique à une autre. La mort des tissus anciens, maintes fois annoncée, n’a pas de réalité. Le temps des phénomènes urbains est un temps long. Les vérités d’aujourd’hui peuvent être transformées par les décisions de demain et cela dans toutes les directions. La question qui se pose alors aux études urbaines est de fournir les éléments de compréhension et d’interprétation de la réalité afin de pouvoir agir.

72Dans cette perspective, les outils et les méthodes mis en œuvre pour l’analyse des faubourgs de Damas – études in situ, relevés de terrain, actualisation du cadastre et attention à l’entretien ou aux transformations mineures du cadre bâti – décryptent les processus en cours. Ils permettent une lecture de la réalité alternative aux idées fondées sur les apparences d’une crise urbaine supposée inéluctable.

73Reprenons les faits à la lumière des relevés de terrain. Un plan d’alignement et un règlement de construction s’appliquent sur les anciens faubourgs. La largeur des rues courantes est de huit mètres ; la hauteur des édifices d’un rez-de-chaussée surélevé de trois niveaux ou d’un rez-de-chaussée surbaissé, surmonté d’un entresol et de trois niveaux. Au dessus du rez-de-chaussée, les bâtiments peuvent avancer en surplomb sur la rue d’un mètre environ. À l’angle des îlots les édifices doivent suivre une courbe correspondant à un rayon de giration de huit mètres. Le minimum de surface constructible correspond, la plupart du temps, au remembrement de plusieurs parcelles de maisons anciennes de dimensions courantes.

74Ces règles sont communes à l’ensemble des faubourgs anciens. Elles définissent les droits à construire. Dans les faubourgs, l’unité d’intervention courante est l’immeuble d’habitation. Les opérations foncières de plus grande ampleur restent extrêmement rares. À l’exception des secteurs ouest et central de Souk Sarouja, nos études n’en montrent pas dans la dernière décennie. En revanche des îlots complets peuvent se former par l’accumulation des opérations isolées.

Destruction

75Perçant à maints endroits le vélum des maisons à cour, la grande stature des immeubles nouveaux se découpe dans le ciel des faubourgs comme cela est particulièrement lisible à Suwayqa ou ‘Uqayba. Ces immeubles isolés illustrent le processus de saisie des opportunités foncières. Les nouveaux types bâtis couvrent, la plupart du temps, près de 100 % de la parcelle. Ils se rencontrent au cœur du tissu urbain et en bordure des voies mais l’angle des rues où ils peuvent trouver un plus grand développement de façades est leur implantation privilégiée.

76À l’intérieur du tissu urbain la recherche de la rentabilité foncière conduit à des enveloppes bâties très fractionnées révélant les contours de l’ancien parcellaire. Les immeubles prennent la lumière et l’air sur de petites courettes, le reste de l’enveloppe étant constitué de murs mitoyens aveugles. La luminosité actuelle des appartements est trompeuse. Au dessus des maisons anciennes les constructions profitent d’un espace dégagé laissant de grandes vues et permettant les larges ouvertures. Solitude momentanée. La logique du processus en cours devrait conduire à l’enclavement des premiers immeubles par les suivants. En appui sur les mitoyens ils ramèneront vite les premières installations au seul espace libre des courettes remettant en question la salubrité même des immeubles. Ce scénario ramène aux prémisses de l’urbanisme hygiéniste. Il rappelle qu’il faut des règles d’édification (vues, dimension des cours, cours communes, prospects intérieurs, etc.) adaptées aux types de bâtiment pour organiser la relation des immeubles, entre eux, à l’intérieur d’un même îlot.

77En bordure des voies et à fortiori en angle les questions de la vue et de l’air ne se posent pas dans les mêmes termes. Le développement des façades permet les ouvertures. Elles se pratiquent souvent par l’intermédiaire de loggia créant un espace de transition entre l’intérieur du logement
et la rue. Lorsque l’épaisseur du bâtiment augmente, l’éclairement des pièces du fond se fait en second jour ou dépend de l’ingéniosité des dispositions du plan, du recours à quelques courettes ou encore de la conjugaison de ces dispositifs.

78L’immeuble isolé campé ainsi dans ses grands traits permet d’interroger la fabrication du nouveau tissu urbain et d’en révéler les aberrations ou pour le moins les contradictions.

79Chaque nouvelle construction entraîne deux mouvements simultanés et cumulatifs. Elle attente aux usages des maisons anciennes et, au plan urbain, elle s’avère incapable de produire un espace public de qualité.

80Chaque immeuble isolé propage une onde de choc qui pourrait se mesurer à la façon dont il dépasse les maisons environnantes. Ainsi, dès le deuxième étage et systématiquement à partir du troisième, les nouvelles constructions permettent des vues sur l’espace familial des maisons anciennes. Les nouvelles fenêtres et les terrasses heurtent les manières de vivre. Les habitants répondent à l’affront subi en déployant une grande invention pour protéger la cour des regards indiscrets par des paravents de tôles ou de toiles. Ces dispositifs de défense méritent d’être relevés car ils témoignent de la permanence des usages de la cour. Néanmoins, ils restent des expédients. Les immeubles portent atteinte durablement aux qualités résidentielles des maisons par les regards qu’ils laissent supposer, comme par l’ombre qu’ils provoquent. Plus il y a d’immeubles neufs et plus il y a de maisons atteintes ; plus il y a de maisons atteintes et plus il y a de propriétaires tentés par la vente de leur bien ancien ; plus il y a de biens vendus et plus il y a de nouvelles constructions… le processus se met en boucle et s’amplifie.

81Les éléments sont réunis pour transformer un paysage urbain riche de ses différences, de ses hiérarchies, de ses valeurs pittoresques et de son urbanité en un ersatz urbain répétant à l’envie la même réplique d’architecture banale. La conquête totale des tissus anciens serait-elle inéluctable ?

Résistance

82Croire à la mort annoncée du tissu ancien serait faire bien peu de cas des différentes formes de résistance à l’œuvre. La résistance par le bricolage exposé plus haut n’est qu’une temporisation, retardant l’échéance ultime. La réhabilitation des maisons par les propriétaires est une forme beaucoup plus riche de pérennisation des qualités résidentielles des quartiers. Confortement des structures, travaux de second-œuvre, embellissement, amélioration du confort sanitaire sont des faits courants. Les travaux s’expriment volontiers en façade par des portes de bois verni avec heurtoirs de cuivre et sonnettes assorties, par de nouveaux enduits aux tons clairs ou pastels et la pose de châssis de fenêtres en bois ou métal. La modernisation des maisons ne respecte pas toujours les meilleurs canons de la réhabilitation historique mais, à l’initiative des habitants, elle conforte le tissu urbain et apporte la preuve des capacités d’évolution du type historique. Le phénomène, loin d’être isolé, concerne de nombreux biens immobiliers. Ils sont recensés dans la plupart des cartes d’état des lieux.

83La morphologie propre du tissu ancien offre une autre forme de résistance résidentielle. Nous l’appelons « Damas discret » car il s’agit de la permanence d’un ensemble de petits espaces urbains qui se révèlent discrètement à l’écart des voies passantes ou dans la profondeur du tissu. Ils sont de petite échelle, la plupart du temps bordés de maisons aux dimensions modestes, et forment des ensembles pittoresques dont la cohérence en fait des « petits mondes à part », des « ailleurs » préservés dans un environnement hostile.

84L’histoire urbaine apporte également son lot de résistance avec les équipements anciens (hammams, fontaines, fours à pain…), les édifices religieux ou mémoriaux (mosquées, tombeaux, cimetières…) qui peuplent les faubourgs. Le classement au titre des monuments historiques, le fait religieux, le respect dû aux morts, les biens waqf empêchent la destruction de ces édifices. Les centres de quartier (Cheikh Bridi à Suwayqa, par exemple) rassemblant en un même secteur plusieurs équipements ou de grands ensembles historiques (rue principale de Salihiyya, zawiya de Chaghour, ensemble de Tayrouzi…) offrent une bonne résistance de masse. Leur imbrication dans le parcellaire résidentiel rend plus difficile les remembrements nécessaires aux opérations nouvelles.

85La reconnaissance des faits de résistance et leur cartographie précise changent le regard sur les faubourgs anciens de Damas. L’inéluctabilité d’une destruction globale tombe au profit d’une vision plus dynamique des processus en cours. Les phénomènes brièvement décrits sont autant de bras de levier au service de la préservation et du renforcement des qualités résidentielles du vieux Damas extra-muros.

86C’est dans cette perspective, après avoir relevé parcelle après parcelle l’état des lieux de chaque quartier, qu’il est réaliste d’esquisser une réflexion globale pour la mise en valeur des faubourgs anciens de Damas. Cette ouverture de l’analyse urbaine sur l’action contemporaine est développée dans le chapitre final.

Plan actuel des faubourgs de Damas (2010)

Plan actuel des faubourgs de Damas (2010)

Notas

1 Voir plan de repérage des faubourgs, p. 25.

2 Voir la carte, Damas schéma général de l’évolution dans Danger (René), l’urbanisme en Syrie, revue Urbanisme, mai 1937.

3 Malgré la rupture de la Thawra et les obstacles mis au passage direct, l’intensité des traversées piétonnes entre les deux parties de la rue de Souk Sarouja témoigne de la continuité d’usage de la voie. Le même phénomène se retrouve au passage de l’autoroute coupant transversalement le Midan.

4 Voir Sauvaget (Jean), Esquisse d’une histoire de la ville de Damas, revue des études islamiques, 1934.

5 Le cadastre de 1930 apporte la rigueur du géomètre ; le dessin de relevé en géométral et au trait, principalement, donne à voir les édifices sans autre interprétation que la sélection des informations inhérentes au tracé sur une feuille de dessin, tandis que les schémas, dans une représentation abstraite, engagent le décryptage des systèmes spatiaux.

6 Voir à la fin de chaque chapitre le plan de préservation du faubourg.

7 Voir conclusion.

8 Voir le rôle des waqf dans l’urbanisme par exemple : A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Sindbad, 1985, Paris.

9 Plan d’aménagement de 1936 exécuté par MM Danger frères et fils, géomètres et architecte DPLG, urbanistes à Paris avec le concours de M. Écochard, architecte DPLG.

10 Voir, Boyer, Le congrès d’urbanisme colonial, vol. 1, Tours 1932.

11 M. Écochard et G. Banshoya architectes, Plan directeur de Damas, Rapport justificatif, Damas 1968.

12 Se souvenir du chemin parcouru pour la préservation des centres anciens dans le monde oriental (Tunis, Istanbul, Damas intra-muros, etc.) et ailleurs. En France, il a, ainsi, fallu attendre les années 1990 pour que l’on s’attache à préserver le caractère patrimonial des faubourgs anciens. Voir, par exemple, pour Paris : Paris-Projet, quartiers anciens, approches nouvelles, n° 32-33, 1998, Paris.

Índice de ilustraciones

Título Plan actuel des faubourgs de Damas (2010)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4131/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 122k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540