Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Introduction

Texte intégral

1Le Liban, qui n’a été créé qu’en 1920, a traversé une série de cycles d’instabilité interrompus par des moments de stabilisation et d’affirmation économique et étatique. Les quinze années qui séparent la fin de la guerre civile, en 1990, et l’assassinat de Rafic Hariri, qui marque la rupture d’un équilibre, constituent l’une des plus longues périodes de calme et de développement. Malgré les différences idéologiques et de pratique politique, on ne peut la comparer qu’avec les années du chéhabisme, au sens large, dont l’héritage est encore perceptible dans l’organisation administrative et territoriale. En dépit des difficultés actuelles, cette reconstruction inachevée a permis de nombreuses réalisations, à la fois à travers la réorganisation politique du pays, son équipement et la mise en œuvre de choix économiques en décalage avec les orientations précédentes.

Carte générale du territoire libanais

Carte générale du territoire libanais

2Dans le cas du Liban, plus qu’ailleurs sans doute, l’évolution du pays dépend de puissantes influences extérieures, moyen-orientales ou mondiales, qui prennent le pas sur les initiatives locales, qu’elles viennent de l’État ou des acteurs privés. C’est dire qu’une analyse de ce pays dans l’extrême variété de ses territoires suppose de se référer à une multiplicité d’échelles. Au sein du monde arabe, le Liban se situe au croisement de plusieurs sphères d’influence, politiques, économiques, culturelles et religieuses. Il est aussi à l’articulation de réseaux où circulent individus, groupes, capitaux et idées qui mettent en relation des points précis du territoire libanais avec des lieux parfois très distants.

3Les interprétations proposées pour comprendre ce pays adoptent principalement deux échelles d’analyse, souvent séparées. Elles se focalisent sur les enjeux géopolitiques régionaux ou, à l’échelle nationale, privilégient l’entrée socio-politique et confessionnelle. Notre entrée territoriale vise à combiner et à compléter ces approches. Elle suppose d’examiner les plis et les replis de ce territoire, autant que ses déploiements et ses prolongements au-delà des frontières nationales, de ne pas se limiter à l’image conventionnelle à laquelle la rareté des données disponibles et la désorganisation de l’État libanais réduisent habituellement la recherche. Ce faisant, il ne s’agit pas seulement de mieux comprendre les évolutions d’ensemble, mais aussi de saisir les enjeux autour du territoire, et dans quelle mesure ce dernier est une ressource convoitée et disputée. La matérialité même du territoire que cet atlas propose de découvrir permet de mieux comprendre les stratégies des acteurs.

4Proposer, à travers l’analyse du territoire et de ses dynamiques contemporaines, une lecture du Liban constitue un projet original et inédit dans les travaux de sciences sociales. Considérés isolément, les événements dramatiques qui bouleversent la vie des Libanais peuvent donner à l’observateur un sentiment d’absurdité et d’impuissance. Leur caractère imprévisible et leur brutalité rendent impossible une compréhension immédiate. Replacés dans des dynamiques territoriales, inscrits dans des temporalités plus longues, ils deviennent susceptibles d’interprétations raisonnées dépassant le particularisme et l’exceptionnalisme. Les cartes réunies dans cet Atlas fournissent certaines de ces clés d’intelligibilité.

Un nouvel atlas du Liban

5L’atlas du Liban proposé ici n’est pas le premier du genre. L’atlas, qui implique une volonté d’inventaire localisé, va souvent de pair avec le souci de mise en valeur et d’aménagement du territoire. Il remplit parfois aussi une fonction idéologique et symbolique, visant à conforter par le concours de l’image une réalité nationale incertaine ou contestée.

6L’un des premiers documents modernes de cette sorte est vraisemblablement l’Atlas de Syrie et du Liban de Khanzadian. Cet officier de marine ottoman, qui se mit ensuite au service de la France, publia dans un faible tirage un volume de belles dimensions en 1926 (Khanzadian 1926). Celui-ci comprenait une série de gravures d’anciennes cartes et portulans, d’origines antique, européenne, arabe et ottomane. Y était associé un ensemble de planches cartographiques modernes dressant un inventaire des ressources économiques et des populations de cet espace, au début du Mandat français. Ce document était lié au dessein de mise en valeur des territoires placés sous mandat français et il n’est pas anodin que son financement ait été assuré par des chambres de commerce françaises.

7Le second atlas identifié s’inscrit dans la même lignée de mise en valeur du territoire. Réalisé par l’IRFED pour le ministère du Plan et publié en 1964 (Atlas du Liban 1964), il accompagnait les études sur les « besoins et possibilités du Liban » commandées par le président Chéhab en vue d’orienter la politique de développement du pays et d’aménagement du territoire, dont il avait fait l’une des dimensions essentielles de son mandat. De grande taille (format A3), mais au contenu limité et d’une facture graphique sommaire, ce travail révélait les lacunes dans la connaissance que l’État libanais avait de son territoire. La montée en puissance d’un service de statistiques fut l’une des principales décisions prises à la suite de ce diagnostic.

8Le troisième document comparable est le récent atlas réalisé dans le cadre de l’étude d’aménagement du territoire libanais à la demande du CDR par le groupement IAURIF/Dar al-Handasah (CDR, avec la coll. de la DGU, 2004). Élégante et vaste synthèse résultant d’une collecte variée, l’atlas présente les principaux éléments de diagnostic du territoire libanais dix ans environ après la guerre civile, et introduit des propositions d’action spatialisées pour faire face aux transformations en cours. Il se compose, du point de vue cartographique, de planches au format A3. Certaines des sources utilisées dans cet ouvrage ont d’ailleurs été élaborées et traitées conjointement avec le CNRS-Liban (avec une collaboration ponctuelle de l’IFPO), et sont reprises ici sous une autre forme.

9L’atlas de l’agriculture libanaise, publié par le ministère de l’Agriculture en 2005, reprend le même format A3. Il se distingue de ces trois documents par sa concentration sur les questions agricoles, qu’il étudie à travers deux sources, le mode d’occupation des sols (résultant de l’interprétation d’images satellites de 1998) et le recensement agricole de 1999. Il ne présente donc pas le caractère généraliste des trois précédents documents.

10Enfin, un dernier atlas a été publié ces dernières années par l’Université Saint-Joseph (Atlas du Liban, Géographie, histoire, économie 2003, réédité en 2006). Il s’inscrit dans un autre registre, correspondant à une autre fonction souvent remplie par les atlas : sa finalité est essentiellement pédagogique, à destination d’un public scolaire. Il remplit ainsi une fonction idéologique dont est représentative la projection rétrospective de l’entité libanaise cernée par le dessin de ses frontières, dans le postulat implicite d’une existence immémoriale du pays. Plus que les autres documents parus récemment, il souffre de la rareté des sources statistiques et administratives.

Quatre logiques d’organisation territoriale

11Dans un souci de complémentarité avec ces travaux, le présent ouvrage se donne un double objectif. Dégagé d’impératifs économiques et d’aménagement du territoire comme de la fonction de légitimation idéologique et politique, il entend montrer que le regard géographique aide à lire l’organisation des structures territoriales du pays, pour faire comprendre son évolution au cours de la seconde moitié du xxe siècle. Il élargit le spectre des thèmes traités, notamment en accordant une place plus importante aux faits politiques. Il entend également dépasser la logique d’inventaire des ressources, en plaçant la cartographie au service d’une compréhension des structures spatiales et de leur évolution dans un contexte de réorganisation sociale et politique. Autrement dit, l’objectif est de proposer une lecture des dynamiques et des transformations autant que de souligner les éléments d’un bilan. Quatre logiques transversales sont privilégiées.

12La première est celle de la construction nationale libanaise, notamment dans son volet territorial. Défini dans ses frontières actuelles en 1920, le Liban résulte, comme ses voisins, du découpage et de la combinaison de plusieurs entités administratives ottomanes par les grandes puissances. L’organisation actuelle du territoire procède de la définition et de l’ajustement progressif de différents échelons de gestion qui découpent le territoire en fonction des politiques suivies : frontières, cadastre, entités administratives de gestion déconcentrée (muhafazat et caza), municipalités. Cette dynamique d’ajustement de ces entités territoriales entre en confrontation avec l’organisation sociale et politique préexistante des territoires locaux, dont les années de guerre civile soulignent les clivages internes, politiques, régionaux ou confessionnels.

13La seconde ligne directrice pour étudier l’évolution du territoire libanais est son insertion dans l’espace mondial. En un sens, depuis la pénétration capitaliste des puissances européennes au xixe siècle et l’essor d’un puissant mouvement migratoire vers l’Amérique, le Liban fait figure de précurseur dans la mondialisation. Ces logiques de développement conduisent à une première déstructuration de l’économie traditionnelle, à l’exode rural et au développement de l’émigration libanaise. La place du Liban dans l’économie monde est aussi tributaire des évolutions économiques qui affectent le Moyen-Orient, et qui remettent en cause sa fonction de charnière entre l’Orient et l’Occident. Une telle évolution est accélérée par la géopolitique régionale.

14La troisième logique à prendre en compte est ainsi celle des tensions et des crises géopolitiques au Moyen-Orient, dont la construction nationale libanaise est un avatar. Les découpages de frontières à la suite de l’effondrement de l’Empire ottoman et les contestations qu’ils entraînent, l’implantation du sionisme en Palestine et la création de l’État d’Israël, les mouvements de réfugiés arméniens, kurdes, syriaques et d’autres minorités, ceux des Palestiniens et les migrations des bourgeoisies arabes en fonction des politiques suivies par les différents États de la région, enfin la série de guerres qui affectent le Proche-Orient depuis 1948, aux frontières même du Liban, sur son sol, ou sur les rives du Golfe, de l’Euphrate et du Tigre, constituent des facteurs majeurs de mutation du territoire libanais. Bien que les sources pour les décrire fassent souvent défaut, l’un des objectifs de ce livre a été de saisir l’effet de ces transformations régionales sur le territoire libanais.

15Un dernier point, qui résulte partiellement de la combinaison des autres dimensions, rend aussi compte de nombreux changements spatiaux. Les changements des modes de vie, en particulier l’urbanisation et l’adoption de nouveaux comportements démographiques et de consommation, représentent un profond bouleversement social. Cette transformation sociale est en un sens moins brutale que les évolutions politiques. Elle est perçue davantage comme une résultante des autres mutations ou facteurs de transformation. Pourtant, elle constitue un élément central des dynamiques territoriales.

Éléments de méthode

16L’énumération de ces thèmes implique, pour mener à bien notre projet, de proposer plusieurs échelles de lecture : celle du monde, celle du Moyen-Orient, celle du pays dans ses frontières et celles de ses régions, des villes et des villages. Par ailleurs, les principes d’interprétation mis en avant expliquent la focalisation sur la période contemporaine, à partir de la fin du xixe siècle.

17Le choix des cartes élaborées pour cette recherche correspond à la volonté d’illustrer ces différents axes de réflexion. Nous avons souhaité utiliser autant que possible des données d’origines certes diverses, mais aux sources identifiables, qu’elles soient de nature statistique, administrative ou géographique, sans ignorer les limites de leur validité. Il n’était pas possible d’être exhaustif et le choix des cartes présentées résulte d’une sélection subjective des auteurs, de la disponibilité des sources et du souci de diversifier les angles de vue, au risque de surprendre. Au regard de la problématique choisie, il ne nous a pas paru nécessaire de consacrer beaucoup de place à des données naturelles bien connues de tous et largement présentes dans les publications existantes (relief, précipitations, etc.).

18À travers ces réalisations cartographiques, nous mettons en lumière des transformations et des structures sociales qui ne sont pas faciles à percevoir dans les analyses habituelles et qui ne sont pas les plus communément évoquées. À l’inverse, certains phénomènes ne sont pas aisément cartographiables, surtout si l’on souhaite s’appuyer sur des sources sytématiques. Ainsi, la méthode employée permet difficilement de restituer les mécanismes de rapports de forces, les jeux d’influence informels, les trafics en tout genre, la corruption, etc. Pourtant, leur poids est souvent essentiel dans les processus de transformation spatiale.

19Il est possible de rassembler et de cartographier des informations aux différentes échelles qui correspondent au type de lecture que nous proposons. Ces données et les moyens de traitement informatiques rendent possible un nouveau regard où la diversité des échelles permet de mettre en perspective les transformations du territoire libanais par rapport à des évolutions mondiales ou régionales. Pour les petites échelles, les sources ne sont pas uniquement d’origine libanaise. En outre, il a été fait usage d’informations parfois banales, aisément identifiables grâce à Internet, mais que l’on n’est pas habitué à visualiser à travers un traitement cartographique. Par ailleurs, le travail effectué sur les échelles fines du territoire (occupation des sols, localités, municipalités, urbanisme) rend possible une précision géographique à laquelle les sources statistiques libanaises habituelles n’ont guère habitué, étant d’ordinaire limitées à l’échelle des caza, quand ce n’est pas celle des muhafazat.

20Ces sources sont parfois produites par des administrations libanaises comme l’Administration centrale de la statistique, le ministère de l’Agriculture, la Direction générale de l’urbanisme, le Centre national de recherche pédagogique. Comme indiqué, la réalisation du schéma directeur d’aménagement du territoire par le groupement IAURIF/Dar al-Handasah, sous l’égide du CDR, a permis d’identifier et de rassembler de nombreuses informations. Nous remercions d’ailleurs les responsables de ces administrations pour leur collaboration. Dans d’autres cas, les informations utilisées résultent d’un travail d’analyse et d’interprétation à partir de sources diverses qui vont de l’imagerie satellitaire au dépouillement de la presse, du Journal officiel ou de diverses archives. C’est la part la plus originale de ce travail, fruit de la collaboration, depuis plusieurs années, entre le CNRS-Liban, l’IFPO et leurs partenaires libanais ou étrangers.

Organisation de l’ouvrage

21Le découpage thématique respecte globalement la cohérence des sources, mais il répond surtout à une hiérarchie des thèmes d’analyse découlant de notre matrice d’interprétation.

22En tête figure une réflexion sur la construction nationale libanaise, dont la cartographie fait ressortir le caractère à la fois volontariste et lacunaire. L’étude des découpages territoriaux du Liban et de sa géographie administrative, en contrepoint de l’évolution de la carte politique moyen-orientale, constitue un point fort de ce travail, grâce à la compilation de sources peu accessibles, à des échelles très fines.

23Le second chapitre est consacré au Liban dans la mondialisation. En partant de la fin du xixe siècle, nous y examinons deux échelles : celle du globe, qui est l’espace de déploiement de la diaspora libanaise, et celle du Moyen-Orient, avec la question de la place économique du Liban dans cet ensemble. Cette inscription dans la mondialisation constitue à la fois une ressource fondamentale des Libanais et un facteur de vulnérabilité et de dépendance.

24Le troisième thème est celui de la population et du peuplement. Il s’agit de tenter de cerner à la fois la répartition de la population libanaise dans le territoire et la dynamique de cette population à travers quelques variables démographiques. In fine, la question se pose des mouvements de population dans le territoire et donc du lien entre l’organisation actuelle et celle qui résulte de la segmentation confessionnelle de cette population, élément si crucial dans les discours que les Libanais et les observateurs extérieurs tiennent sur le pays.

25Le chapitre qui suit est consacré à l’examen des dynamiques territoriales depuis une quarantaine d’années, grâce à l’exploitation du mode d’occupation des sols, source particulièrement riche et récente, en vue de mieux comprendre l’organisation régionale du Liban. Le traitement original de ces informations géographiques en tant que statistiques rend possible une vision régionale inédite du Liban, notamment à travers l’étude de l’urbanisation et celle des transformations de l’environnement. L’impact géographique de la guerre civile constitue un élément central de cette analyse.

26Le livre s’attache ensuite à caractériser l’organisation économique du Liban selon les principaux secteurs d’activités. Il montre les déséquilibres territoriaux en faveur de la région centrale autour de Beyrouth.

27L’organisation sociale qui en résulte constitue le thème du chapitre suivant. Celui-ci montre les écarts sociaux et régionaux du point de vue des revenus des ménages et de l’activité. L’organisation de certains services et équipements (santé, éducation), largement laissés à l’initiative privée, témoigne de ces déséquilibres territoriaux.

28Ainsi, les politiques d’aménagement et d’équipement menées depuis la guerre civile se comprennent non seulement à la lumière des destructions et des retards économiques qui en résultent, mais aussi, plus largement, par un souci de développement équilibré en faveur de ces régions périphériques. Le désir d’une meilleure gestion locale est difficilement compatible avec les impératifs de la métropolisation qui conduisent à la concentration de certains investissements à Beyrouth.

29Cet ouvrage, résultant d’un long travail de collecte et d’analyse entamé en 1999-2000, était achevé lorsqu’a éclaté la guerre de juillet-août 2006. Sans remanier le reste du travail et du texte, qui datent donc d’avant cette période, nous avons ajouté une postface qui s’efforce d’en dresser un premier bilan tout en discutant, à la lumière des transformations et logiques spatiales que la guerre a montrées, la pertinence des clés de lecture du territoire libanais proposées dans ce livre.

30Pour faciliter la lecture, le choix a été fait de n’inclure ni notes ni références bibliographiques dans le texte. Les sources des informations utilisées sont généralement mentionnées sur les cartes et figures. L’ensemble des sources est récapitulé en fin d’ouvrage, et est accompagné d’une petite sélection bibliographique offrant des pistes d’approfondissement.

Table des illustrations

Titre Carte générale du territoire libanais
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/412/img-1.png
Fichier image/png, 207k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540