Version classiqueVersion mobile

De la théorie à l’usage

 | 
Bruno Paoli

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Voir supra, chapitre II, p. 231, note 235.

1La lecture des traités classiques, ceux d'al-Aḫfaš al-Awsaṭ et d'Abū al-Ḥasan al 'Arūḍī en particulier, a permis d'apporter des preuves solides et concrètes de l'attribution à al- Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī de la théorie des cercles, qui daterait donc vraisemblablement de la seconde moitié du viiie siècle. Son élaboration s'inscrit dans ce mouvement général, ce "passage" de l'oralité à l'écriture qui est aux fondements de la civilisation arabo-musulmane et que j'ai décrit dans l'introduction. La recension écrite du patrimoine de la tradition orale préislamique (la poésie, les ayyām al-'arab, les proverbes, etc.) et islamique (le Coran et la Tradition) s'accompagna de tout un travail d'exégèse, de commentaire, d'explication et d'analyse qui permit notamment l'élaboration de théories linguistiques très sophistiquées, tant en phonétique, en morphologie et en syntaxe qu'en lexicologie, en rhétorique ou encore en métrique. Et si l'oral continua d'occuper une place importante dans l'enseignement, la transmission et la préservation du patrimoine et des savoirs, il semble bien que seul le recours à l'écrit ait rendu possible des élaborations théoriques telles que la théorie métrique d'al-Ḫalīl. Les cercles sont en effet des figures purement graphiques de même que les ḥarf-s sont des unités autant phonologiques (phonèmes non syllabiques) que graphiques (graphèmes représentant ces phonèmes non syllabiques) ; et les allusions à l'usage (al-isti'māl) et à l'oreille (al-samā'), qui sont d'ailleurs essentiellement réservées à l'évaluation "esthétique" et pratique des modèles, ne suffisent pas, loin de là, à atténuer la très nette impression qu'al-Ḫalīl, en dépit de la tradition suivant laquelle il aurait trouvé l'inspiration en entendant les dinandiers marteler le cuivre, a réfléchi sur des vers écrits plutôt que récités. Rien n'est d'ailleurs dit nulle part, dans les ouvrages classiques, traités de métrique ou autres, de la manière dont ces vers devaient être récités ou scandés, comme si l'art de la récitation et du chant, relevant de l'oralité (de la vocalité) pure, avait continué d'être transmis et enseigné sans recours à l'écrit, et sans qu'un tel recours ait jamais été considéré utile ou nécessaire. Quant à l'art de la versification, défini par l'usage et par la tradition, accepté et reconnu par tous, il fut longtemps transmis oralement et continua de l'être encore après l'élaboration et la diffusion de la théorie des cercles, comme le fut la poésie elle-même. J'ai rapporté l'anecdote selon laquelle il était reproché au poète Abū al-'Atāhiya (m. 828) de violer les règles de la métrique ou d'employer des modèles de vers rares ou inusités, ce à quoi il répondait qu'il était « plus grand que le 'arūd » ou qu'il avait « précédé » le 'arūd1. Il y a tout lieu de penser qu'Abū al-'Atāhiya n'était pas un cas isolé. Autrement dit, les poètes, avant al-Ḫalīl comme après lui, n'avaient nul besoin d'une connaissance théorique des cercles, des mètres et des ziḥāfa-s pour composer de bons voire de beaux vers.

  • 2 D. Margoliouth, « The Origins of Arabic Poetry », Journal of the Royal Asiatic Society (1925), p. (...)
  • 3 Ṭ. Ḥusayn Fī l-adab al-ǧāhilī, 1927, p. 220-307. Les poètes étudiés sont les suivants : Imru’ al-Q (...)
  • 4 Histoire, vol. I, p. 177.

2La conviction que la réflexion d'al-Ḫalīl a porté sur un corpus écrit amène naturellement à s'interroger sur les modalités et les aléas de la recension écrite des vers et des poèmes anciens, dont j'ai présenté les principales étapes dans l'introduction, et sur le problème afférent, et toujours d'actualité, de l'authenticité ou de la représentativité des vers qui nous sont parvenus, que je n'ai fait qu'évoquer en passant, traitant au cas par cas les vers ou fragments douteux examinés. Comme l'ont bien montré les spécialistes de la littérature arabe classique, le passage d'une culture de tradition orale à un monde où l'écrit prenait progressivement une place prépondérante ne se fit pas sans d'inévitables adaptations et altérations : outre les aléas de plusieurs siècles de transmission orale, la poésie arabe ancienne fut aussi soumise au jugement de générations d'érudits arabes qui ne se privèrent pas, semble-t-il, de choisir ce qui leur semblait digne d'être préservé, de corriger ce qu'ils estimaient devoir l'être, de gommer, de réécrire, d'ajouter, voire de forger de toutes pièces des poèmes à l'ancienne. L'importance à accorder à ce phénomène reste difficile à évaluer avec précision. Certains, comme Margoliouth et Ṭaha Ḥusayn, poussant la critique à l'extrême, considérèrent la poésie dite préislamique comme une création ou une recréation d'époque musulmane, et donc comme globalement apocryphe2. Mais l'argumentation de Ḥusayn et Margoliouth prenait le plus souvent appui sur des considérations extérieures, historiques, sociales ou coraniques, au détriment de l'examen approfondi des textes eux-mêmes. Les démonstrations de Taha Ḥusayn faisaient notamment bien trop souvent appel aux données historico-biographiques qui accompagnent les poèmes. Nous savons pourtant à quel point ces informations, plus encore que les vers eux-mêmes, sont sujettes à caution. Les exemples de données biographiques incompatibles ou contradictoires, comme nous l'avons vu dans le dernier chapitre, sont monnaie courante. Il n'est en aucun cas possible d'en faire état sans d'extrêmes précautions, et encore moins d'en tirer argument pour dénier à certains poèmes toute forme d'authenticité, comme prétend le faire Ḥusayn dans la seconde partie de son essai qu'il consacre à un certain nombre de poètes préislamiques parmi les plus célèbres3. De manière générale, les arguments avancés par chacun de ces deux auteurs, lorsqu'ils n'ont pas été tout bonnement invalidés, sont souvent de peu de portée, sources de présomption plutôt que preuves décisives. Si, toutefois, l'on tient compte, d'une part, de la défiance qui est de rigueur vis-à-vis des transmetteurs, des rāwiya-s notamment — nous savons les doutes qu'ont eus les érudits arabes sur leur moralité et leur honnêteté intellectuelle et les jugements sévères qu'ils ont pu émettre à leur égard — et, d'autre part, des vicissitudes inhérentes à toute transmission orale, force est d'admettre qu'une bonne part des textes soit-disant préislamiques qui nous sont parvenus ont été considérablement déformés, voire créés de toutes pièces, ou recréés par les érudits et les lettrés musulmans à partir du milieu du viiie siècle. Mais ce constat ne permet absolument pas de dénier à la totalité des œuvres qui nous sont parvenues toute espèce d'authenticité. Nous admettrons donc que seule une (infime ?) partie de la poésie de cette époque nous est parvenue ; qu'une part de ce corpus est constituée de forgeries ou de pastiches ; et, enfin, que les œuvres qui peuvent être supposées authentiques ont elles-mêmes subi maintes altérations dues aux affres de la transmission autant qu'aux retouches qui y ont été faites lors de la fixation écrite, par souci d'uniformisation linguistique, sous l'influence des théories grammaticales contemporaines, ou pour des raisons religieuses, par élimination des références au paganisme, ou esthétiques, par des retouches qui sont fonction d'un certain idéal littéraire classique. Mais le seul argument textuel formulé par Margoliouth et Ḥusayn qui soit recevable et dont il faille tenir compte tient à la présence de références à l'islam ou à l'emploi de formules qui évoquent par trop celles du Coran dans des poèmes considérés comme préislamiques. De ce point de vue, nombre de vers doivent à l'évidence être considérés comme des forgeries. Mais il faut toutefois faire attention à ne pas écarter à la hāte des vers qui pourraient être l'œuvre de poètes juifs, chrétiens ou ḥanif-s. Une fois écartés un certain nombre de pièces ou fragments éminemment suspects, il reste bien des vers, fragments ou poèmes douteux pour lesquels il est difficile de trancher, faute de critères d'authentification valables. Les érudits des iie et iiie siècles de l'Hégire avaient déjà perdu espoir de repérer les forgeries des Grands Transmetteurs. Comment, s'interroge Blachère, pourrions-nous alors prétendre sans vanité que nous sommes mieux placés pour le faire4 ?

  • 5 Je renvoie aux notices individuelles que Blachère consacre à un certain nombre de poètes anciens ((...)
  • 6 Voir notamment M. V. Mac Donald, « Orally transmitted poetry in pre-islamic Arabia and other pre-l (...)

3La grande majorité des spécialistes, à l'instar de Blachère, tend aujourd'hui à considérer l'ensemble des textes qui nous sont parvenus comme globalement représentatif de la tradition poétique ancienne et à penser qu'il n'y a pas de raison de supposer que l'image qu'ils nous en donnent soit fausse, mais peut-être, à tout le moins, partiellement déformée ou lacunaire. Il semble d'ailleurs évident que toute forgerie implique un (ou des) modèle(s). Cette poésie, même apocryphe, ne peut donc avoir été créée de toutes pièces. Le faux et l'apocryphe sont l'imitation d'un modèle et, comme le dit Blachère, il existe de bons pasticheurs, « habiles et sûrs de leur art », et de mauvais pasticheurs, dont les contrefaçons sont aisément repérables5. Il est cependant souvent difficile de souscrire sans réserves aux avis émis par celui-ci concernant la "fiabilité" des vers transmis sous le nom de tel ou tel poète. Dans bien des cas, il paraīt en effet accorder plus de crédit à des vers dont la langue est plus simple, le style et les enchaīnements plus rudimentaires, par opposition à ce qu'il qualifie d'« exercices d'école » ou de vers « d'inspiration lexicologique », comme si ancienneté (ou « archaïsme », pour reprendre le terme employé par Blachère) rimait avec simplicité ; et comme si la simplicité pouvait être considérée comme un critère valable d'authentification. Un poème qui contient beaucoup de termes rares (le garīb) n'est pas nécessairement l'œuvre d'un pasticheur ; et les termes, formules ou tournures que peinent à interpréter les philologues médiévaux étaient peut-être d'usage courant avant l'islam, dans la poésie au moins, et aisément compréhensibles. Par ailleurs, de nombreuses études, consacrées à des traditions orales très variées, ont permis de montrer le degré souvent élevé de sophistication et d'élaboration qui les caractérise, spécialement chez des populations vivant dans un milieu naturel difficile, sinon hostile, esquimaux des déserts de glace ou bédouins des déserts de sable. Blachère a toutefois eu le mérite de déplacer le lieu du débat, cherchant à répondre à la question de la représentativité plutôt qu'à celle de l'authenticité, par une démarche qui mette en œuvre une analyse textuelle et intertextuelle approfondie. D'autres que lui se sont ensuite attachés à resituer cette analyse, et la question de la représentativité, dans le cadre de l'étude des littératures de tradition orale6. L'attitude modérée d'un Blachère, qui appliqua pourtant aux vers et poèmes conservés une critique très sévère en traquant implacablement les forgeries, est sous-tendue par la conviction que seule une connaissance approfondie de la poésie ancienne et de ses techniques permettra, un jour peut-être, d'apporter à ces questions d'authenticité ou de représentativité des réponses satisfaisantes.

  • 7 À ce sujet, voir aussi B. Paoli, « Review of Frolov’s Classical Arabic Verse », Jerusalem Studies (...)

4Ces problèmes ont, par la force des choses, des répercussions sur l'idée que l'on est en droit de se faire de la métrique de la poésie ancienne : il n'est en effet pas exclu que certains vers dont le modèle n'entrait pas dans le moule de la théorie d'al-Ḫalīl aient été sciemment écartés ou simplement oubliés ; et que d'autres aient été réécrits pour se conformer à la norme instituée par la théorie. Mais l'importance et l'ampleur de tels phénomènes reste difficile à évaluer avec précision. Dans une telle perspective, il convient d'accorder l'importance qu'il se doit aux raretés et étrangetés métriques, aux modèles rares ou aux vers apparemment irréguliers, comme à des témoins possibles de ce que l'entreprise de normalisation des érudits médiévaux n'aurait pas totalement effacé. Mais, à cet égard, le fait que raretés ou anomalies soient surtout attestées chez les plus anciens des poètes dont la poésie nous est parvenue semble aussi témoigner d'une tendance précoce à l'uniformisation, et ce bien avant qu'al-Ḫalīl n'ait codifié la métrique. Ce processus d'homogénéisation n'exclut aucunement un processus parallèle de complexification des modèles préservés et du système dans lequel ils prennent place7. Pour le reste, l'aspect systématique des régularités métriques observées et l'organisation qui s'en est dégagée plaident globalement en faveur de l'authenticité des vers analysés qui, à quelques très rares exceptions près, se conforment tous à cette norme qui dépasse et invalide la théorie des cercles.

5La lecture critique détaillée et approfondie de la théorie classique et du système métrique dont elle délimite les contours et sa confrontation à un corpus de vers anciens réellement significatif, tant quantitativement que qualitativement, a permis de constater son degré d'abstraction et, surtout, d'inadéquation à la réalité décrite. La théorie des cercles, aussi sophistiquée et séduisante soit-elle, ne permet pas de fournir une description adéquate des modèles métriques employés par les poètes anciens dont les vers, je le rappelle, constituent pourtant la grande majorité des vers-témoins cités dans les traités de métrique classique. La théorie des cercles souffre, à tous les niveaux de son organisation, du défaut de "surgénération". Les cinq formules circulaires, tout d'abord, permettent d'engendrer des mètres abstraits qui sont inusités : c'est le cas du mumtadd, du munsarid, du mutta'id, du mustaṭīl, du muṭṭarid et du mutawaffir. D'autres sont employés plus tardivement, postérieurement à l'élaboration de la théorie métrique, et toujours avec parcimonie : il s'agit du muǧtaṯṯ, du muḍāri', du muqtaḍab et du mutadārak. Si les premiers sont des figures purement théoriques, prédites par la théorie mais inusitées, le statut et l'origine des seconds restent incertains. Pour l'un d'entre eux au moins, la conjonction de certains faits troublants laisse à penser qu'il pourrait être d'origine iranienne : il s'agit du muḍāri', dont certaines variantes sont couramment employées par les premiers poètes persans, dès le ixe siècle, et dont les plus anciens spécimens en langue arabe, de peu antérieurs, sont attribués à Abū Nuwās, lui-même d'origine iranienne. Mais cette hypothèse reste difficile à prouver de manière solide et définitive, tout comme l'est celle d'une possible influence iranienne préislamique sur la tradition poétique arabe, par l'intermédiaire de la cité d'al-Hīra, gouvernée par la tribu arabe des lahmides, vassaux des Perses sassanides, et fréquentée par de nombreux poètes arabes tout au long du vie siècle.

  • 8 W. Stoetzer, « Some observations on quantity in Arabic Metrics », Journal of Arabic Literature, n° (...)

6Par ailleurs, le regroupement des mètres à l'intérieur des cercles ne permet pas de se faire une idée exacte des relations qui unissent certains modèles de vers, comme le basīṭ et le sarī', le ramal et le ḫafīf, le sarī' et le munsariḥ, etc. Les modèles de vers de ramal, par exemple, ont plus de points communs avec le ḫafīf qu'avec le raǧaz et le hazaǧ. De la même manière, la théorie des cercles ne dit rien de la ressemblance qui existe entre basīṭ et sarī'. Pourtant, comme je l'ai montré, le second peut à juste titre être considéré comme une forme courte du premier. Car l'analyse détaillée des modèles de vers employés par les poètes arabes anciens en termes de positions stables et variables a révélé certains principes organisateurs bien différents de ceux définis par les métriciens classiques dont la théorie a trop souvent été confondue avec la réalité elle-même. C'est Stoetzer qui, le premier, a montré le décalage existant entre la théorie classique et la pratique de la métrique in vivo, à l'œuvre dans les vers des poètes eux-mêmes8. Mais, limité par le choix de son corpus, la seule anthologie des Mufaḍḍaliyyāt, ainsi que par les termes mêmes de son analyse, basée sur la distinction hiérarchique et binaire entre positions fortes (S pour strong) et faibles (W pour weak), celui-ci est passé à côté d'un certain nombre de généralisations importantes.

7Il paraīt presque certain, comme je pense l'avoir amplement montré dans le quatrième chapitre, que la théorie des cercles constitua une rupture considérable avec la conception "traditionnelle" de la métrique et des formes poétiques, ce que l'analyse des témoins d'une terminologie métrique pré-halīlienne vient confirmer. Car il semble bien, comme le dit al-Ḡāḥiẓ et comme en atteste l'anecdote qui met al-Ḫalīl en présence d'al-Aḫfaš, que le "père fondateur" ait lui même créé de toutes pièces la terminologie technique de la théorie des cercles, à commencer par les mètres eux-mêmes dont les appellations ne correspondent visiblement pas à celles qui étaient en usage avant l'islam, où qaṣīd, qarīḍ, ramal et raǧaz désignaient problablement des "genres" métriques, regroupant chacun un ensemble de modèles de vers apparentés, et dont j'ai tenté de reconstituer les contours.

8L'opposition ancienne entre raǧaz et qaṣīd a été reconnue de longue date : les modèles de vers du raǧaz, employés pour improviser de courts impromptus de quelques vers, sont des modèles simples, sans césure, tandis que ceux du qaṣīd sont constitués de deux hémistiches séparés par une césure, les seconds hémistiches de tous les vers d'un même poème rimant ensemble suivant le principe de la rime unique. Certains auteurs modernes ont également remarqué que l'organisation métrique quantitative des modèles du raǧaz paraissait beaucoup moins contraignante que celle propre aux modèles de vers doubles. L'analyse métrique externe approfondie a permis de préciser cette intuition : le raǧaz, comme dans la théorie classique, est constitué de deux ou trois pieds de quatre positions métriques dont les deux dernières sont stables et invariables, la première toujours associée à une syllabe brève et la seconde, à une syllabe longue, alors que les deux autres sont variables en ce sens qu'elles peuvent être indifféremment associées à une syllabe brève ou longue. La séquence stable de chaque pied correspond au watid des métriciens arabes classiques, tandis que les deux autres positions, variables, correspondent aux sabab-s. Pour ce qui est du raǧaz, le watid peut donc clairement être défini comme la partie stable du pied. Mais cette définition ne vaut pas pour les modèles de vers doubles dont l'organisation métrique repose sur un principe général d'alternance strictement binaire entre des positions variables (x et X) et des groupes stables ([⋃ –], [⋃ – –] et [–⋃ –]). Dans certains cas, comme pour les modèles du basīṭ-2 et du mutaqārib, deux groupes stables peuvent se suivre immédiatement, et ce dans la seconde moitié de l'hémistiche. Par ailleurs, un certain nombre de modèles (basīṭ-2, sarī', munsarih) peuvent débuter par deux positions que j'ai appelées "variables liées" (xx), qui peuvent toutes deux être associées à une syllabe longue ou brève mais jamais simultanément à deux brèves. Pour le reste, le principe d'alternance binaire est strictement respecté. L'organisation quantitative de tous ces modèles de vers doubles est donc beaucoup plus stable que celle du raǧaz : le nombre de positions variables varie de deux à trois par hémistiche, tandis qu'elles sont cinq ou six dans les modèles catalectiques et acatalectiques du raǧaz mašṭūr. La première conséquence de cette observation est que le watid mafrūq de la théorie classique ne peut plus être considéré comme une unité métrique autonome : il est toujours suivi d'une position métrique invariable, systématiquement associée à une syllabe longue, et constitue avec celle-ci un groupe stable trisyllabique [–⋃ –]. Mais c'est également le cas, dans nombre de modèles, du watid maǧmū' qui, suivi d'une position métrique invariablement longue, forme avec elle un groupe stable trisyllabique de type [⋃ – –].

9Il existe par ailleurs un certain nombre de modèles de vers qui sont, en quelque sorte, intermédiaires entre les modèles de vers simples du raǧaz et les modèles de vers doubles. Les premiers, que j'ai regroupé sous l'appellation générique de "raǧaz double", comportent deux hémistiches avec césure, mais leur organisation métrique quantitative révèle les mêmes libertés, la même "flexibilité" que ceux du raǧaz simple ; Les seconds, réunis sous l'étiquette de "ramal simple", ne comportent, comme le raǧaz, qu'un seul hémistiche, mais leur structure métrique interne présente les mêmes régularités que les modèles de vers doubles. À l'époque considérée, tous ces mètres intermédiaires sont relativement rares. Leur statut particulier, dans certains cas, ne semble pas avoir échappé aux métriciens arabes classiques. Ainsi, l'analyse métrique des modèles du basīṭ maǧzū' nous a permis de mieux comprendre pourquoi ils furent tant dépréciés chez les auteurs médiévaux, qui les considéraient comme "irréguliers", "anormaux" ou de "structure instable" : contrairement à ce qui se passe dans les modèles longs du basīṭ, les sabab-s de la théorie classique correspondent tous à des positions métriques variables et l'alternance entre groupes stables et positions variables y est donc de même nature que dans les modèles du raǧaz. Aussi ai-je pris le parti de ranger ces modèles courts du basīṭ et ceux du raǧaz double proprement dit dans une même catégorie générique, celle du "raǧaz double".

10D'un point de vue formel, si l'on excepte ces deux "catégories" intermédiaires, l'opposition entre raǧaz et qaṣīd tient donc non seulement à la longueur du modèle, mais aussi à sa structure quantitative et aux variations qui y sont autorisées. Les modèles de vers doubles avec césure, cependant, sur la foi des témoignages et des vers que nous ont rapportés les auteurs arabes classiques, ne semblent pas avoir été considérés, par les poètes anciens eux-mêmes, comme appartenant à une catégorie unique et indifférenciée. Malheureusement, les informations dont nous disposons ne permettent pas de se faire une idée précise de cette organisation ancienne du système. Les catégories du qaṣīd et du ramal, qui paraissent bien avoir représenté deux "genres métriques" distincts, sont en effet difficiles à délimiter avec précision. Les modèles de vers dérivés des mètres abstraits que sont le ṭawīl, le basīṭ, le kāmil et le wāfir sont sans aucun doute les modèles du qaṣīd par excellence. De même, les modèles courts comportant deux pieds ḥalīliens par hémistiche, soit huit à neuf syllabes, comme le hazaǧ et le kàmil maǧzū', sont à ranger dans la catégorie du ramal. Entre ces deux extrêmes se trouve tout un ensemble de modèles dont le statut exact demeure incertain, mutaqārib, ramal (au sens ḫalīlien du terme), ḫafīf, sarī', munsariḥ et madīd. Les similitudes structurelles existant entre les modèles dérivés des cinq derniers de ces mètres, observées et analysées dans la dernière section du troisième chapitre, m'ont incité à les regrouper dans une seule et même catégorie, baptisée "ramal-A", intermédiaire entre le "qaṣīd" et ce que j'ai appelé "ramal-B", terme générique englobant les modèles de vers courts de huit à neuf syllabes par hémistiche. Quant au mutaqārib, j'ai pris le parti de le faire figurer parmi les mètres du qaṣīd. Ce choix a été motivé par des considérations tant théoriques que statistiques et historiques. De par sa structure interne, il est plus proche du ṭawīl et du wāfir, notamment, que des modèles du ramal-A. Par ailleurs, les premier et troisième modèles qui sont dérivés de sa représentation abstraite sont, après ceux du ṭawīl, du basīṭ, du wāfir et du kāmil, les plus employés par les poètes anciens, et particulièrement les poètes nomades du centre et de l'ouest de la péninsule arabique, ce qui, en passant, a permis de rejeter l'idée, émise par Grunebaum et inspirée des réflexions de Benveniste concernant le mutaqārib épique de la poésie persane classique et sa comparaison avec les mètres iraniens préislamiques, et notamment pehlevis, selon laquelle le mutaqārib arabe pourrait être d'origine iranienne. Ce mètre est régulièrement employé, par les poètes nomades du début du vie siècle déjà, pour composer de longues qaṣīda-s de facture traditionnelle faisant usage de formules conventionnelles nombreuses et variées.

  • 9 À ce sujet, voir B. Paoli, « Meters and Formulas : the Case of Ancient Arabic Poetry », Belgian Jo (...)

11D'une manière générale, la catégorisation proposée reste néanmoins purement hypothétique et seuls une analyse métrique interne des modèles de vers inventoriés, au sens défini dans l'introduction, et un examen approfondi des faits relatifs à la césure, à la coupe, à l'enjambement et au style formulaire sont susceptibles de faire progresser notre connaissance du système et de nous permettre d'évaluer la pertinence des premières conclusions auxquelles cette recherche a permis d'aboutir9. Les nombreuses incertitudes qui subsistent tiennent autant au flou et à l'"impressionnisme" qui sont de mise chez les auteurs classiques qu'à l'apparente polysémie d'un certain nombre de vocables, ramal, ḫafīf, hazaǧ, taḫlī', etc. D'autant qu'al-Ḫalīl, si l'on en croit les anecdotes rapportées à ce sujet, semble avoir réutilisé des termes anciens dans une acception technique inconnue auparavant en se départissant souvent totalement de leur signification ancienne supposée. Et, comme nous l'avons vu, cette confusion terminologique n'est pas pour nous faciliter la tâche.

  • 10 Voir notamment J. Boutaybi, Métrique arabe. Vers une approche analytique : la poésie d’al-Mutanabb (...)

12Enfin, pour que les généralisations auxquelles l'analyse métrique a permis d'aboutir soient définitivement confirmées, il sera aussi nécessaire, d'une part, de procéder à l'analyse métrique de la totalité des vers du corpus, et non pas seulement d'échantillons comme ce fut le cas ici pour les modèles de vers les plus employés ; et, d'autre part, d'étendre cette recherche aux poètes de l'époque omeyyade (661-750) qui, eux aussi, ont précédé al-Ḫalīl, pour reprendre l'expression d'Abū al-'Atāhiya. Les premiers sondages effectués semblent indiquer que les régularités métriques observées chez les poètes anciens sont aussi valables pour leurs successeurs, et même pour des poètes d'époque abbasside comme al-Mutanabbī (m. 940)10.

13Le cinquième et dernier chapitre visait à replacer l'analyse métrique et ses résultats dans un contexte diachronique, chronologique et, si possible, historique, afin d'intégrer l'histoire de la versification à l'histoire littéraire de l'Arabie ancienne, une véritable histoire des formes littéraires au sens défini dans l'introduction de ce dernier chapitre, histoire qui reste, comme je l'ai souligné, en grande partie à écrire. À cet égard, les premiers résultats présentés, je le répète, sont encore provisoires et donc susceptibles d'être révisés si besoin est. Mais il n'en reste pas moins que les hypothèses formulées ouvrent à la recherche en ce domaine des pistes qui me paraissent intéressantes et prometteuses.

  • 11 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūḍ in al-Andalus », Anaquel de studios arabes, n° VI (1995) (...)

14L'idée qu'il aurait existé au moins deux traditions métriques, l'une propre aux tribus nomades d'Arabie centrale et occidentale, spécialistes du qaṣīd, et l'autre à celles d'Arabie orientale gravitant autour d'al-Hīra, chez qui l'on observe une prédilection marquée pour le ḫafīf et le ramal, n'est pas nouvelle. Grünebaum, Blachère et Frolov l'ont successivement soutenue, sans pour autant apporter de preuves ou d'arguments réellement décisifs. Mais l'analyse du dernier chapitre a toutefois permis d'en préciser les contours en y apportant quelques fondements empiriques indiscutables, même si limités au seul aspect métrique. L'idée de Blachère selon laquelle il aurait existé un rapport étroit entre les mètres courts en usage chez les poètes d'Arabie orientale et d'al-Hīra et la musique, bien que séduisante, ne repose quant à elle sur rien de concret, pour la simple et bonne raison que nous ne savons absolument rien de la musique et du chant avant l'islam. Elle repose en fait uniquement sur l'extrapolation de faits propres à l'époque omeyyade, essentiellement le développement, dans les cités du Ḥiǧāz, Médine et La Mecque, d'une tradition musicale qui est étroitement liée à un style littéraire dit "biǧāzisme", dont les principaux représentants sont 'Umar b. Abī Rabī'a, al-'Arǧī, al-Aḥwaṣ, Kuṯayyir and Nuṣayb. Chez ces poètes, les préoccupations musicales ont pu jouer un rôle important dans le processus de création. Surtout, tous ces poètes avaient eux aussi une très nette prédilection pour les modèles de vers courts. Un cinquième des vers de 'Umar, par exemple, sont composés en ḫafīf. Comme le montre aussi Frolov, cette prédilection pour les modèles de vers regroupés sous l'étiquette du ramal s'est perpétuée chez des poètes abbassides comme Abū al-'Atāhiya, Muslim b. al-Walīd, Baššār b. Burd, Abū Nuwās et Abū Tammām. Frolov remarque fort justement que tous ces poètes, à l'exception notable du dernier cité, sont d'origine iranienne11. Mais peut-on en conclure hâtivement à une influence iranienne ? Et si influence il y a, est-elle d'époque abbasside ou préislamique ? La référence à al-Ḥīra indique que la seconde solution est la bonne et que l'origine iranienne des poètes abbassides cités n'est alors plus du tout significative.

15L'idée d'une "école d'al-Ḥīra", celle d'un lien vraiment étroit, dans cette tradition, entre poésie, chant et musique et, enfin, celle d'une influence iranienne sur cette école, aussi séduisantes soient-elles, méritent d'être approfondies et beaucoup plus solidement étayées. Dans cette optique, l'œuvre de poètes comme Abū Du'ād et 'Adī b. Zayd doit être étudiée en détail, de même que celle de tous les poètes des tribus d'Arabie orientale, Bakr, Taġlib, 'Abd al-Qays. Et cette étude doit englober, comme je l'ai signalé, tous les aspects de l'art poétique, du mètre au vocabulaire, des formules aux thèmes, etc. Cette question des influences montre aussi à quel point il est urgent que collaborent les spécialistes des différentes traditions littéraires de la région. À l'époque médiévale, les littératures arabe et persane sont tellement imbriquées, se nourrissant d'influences mutuelles et d'échanges réciproques, que seule une histoire littéraire commune, ou croisée, paraīt à même d'expliquer l'évolution de l'une comme de l'autre. De même, la recherche d'influences iraniennes sur la poésie arabe avant l'islam suppose que des progrès soient accomplis dans notre connaissance de la littérature iranienne préislamique. Enfin, la recherche d'influences iraniennes ne doit pas pour autant faire oublier ou négliger d'autres pistes, yéménite, grecque, byzantine, syriaque, araméenne ou autres. Aucune tradition poétique ne voit le jour ex nihilo ni n'évolue sans subir des influences extérieures, souvent multiples. La cour des Gassànides du Bilād al- Šām, par exemple, a également attiré des poètes et il serait extrêmement instructif de comparer la poésie qui y fut composée avec celle des poètes ayant fréquenté la cour des rois d'al-Ḥīra.

  • 12 Voir supra, Introduction, p. 51, note 110.
  • 13 Datant probablement de la fin du ier siècle de l’ère chrétienne ou du début du iie, cette inscripti (...)

16À l'autre extrémité du domaine arabe, au Yémen, la découverte de l'hymne versifiée de Qàniya ouvre également de nouvelles perspectives12. Découverte en 1973, cette inscription, datée de la fin du ier siècle de l'ère chrétienne, comporte vingt-sept lignes plutôt courtes, sensiblement de même longueur, qui s'achèvent toutes par les deux mêmes lettres (ḥ et k), ce qui suggère la présence d'une rime. S'il ne fait pas de doute qu'il s'agit d'un hymne dédié à la déesse Soleil (Šams), le texte pose encore de nombreux problèmes de lecture. La graphie est sabéenne mais la langue dans laquelle elle est écrite n'est ni l'arabe ni le sudarabique. Quoi qu'il en soit de ces incertitudes, ce poème a au moins le mérite de témoigner de l'existence d'une poésie versifiée en Arabie du Sud au début de l'ère chrétienne. Mais il ne suffit pas, bien entendu, à se faire une idée de la tradition dont il émane, si ce n'est qu'un certain nombre de points communs avec la versification arabe ancienne (rime unique, longueur du vers) ne manquent pas d'attirer notre attention. D'autres inscriptions, comme celle de 'Ayn 'Awda, dans le Néguev, sont plus controversées13 : certains ont cru y voir du ṭawīl ou du raǧaz, mais leurs analyses paraissent pour le moins hasardeuses. Outre les insolubles problèmes que pose leur interprétation, ces inscriptions sont trop rares et isolées pour fonder ne serait-ce que des hypothèses sérieuses. Mais leur simple existence permet d'espérer que l'archéologie puisse encore à l'avenir contribuer à éclairer l'histoire littéraire de l'Arabie ancienne. D'autant que si le Yémen, par exemple, s'est engagé de longue date dans des programmes de fouille et de prospection de ses vestiges archéologiques, ce n'est pas le cas de l'Arabie Saoudite qui occupe pourtant la majeure partie de la péninsule arabique. Les découvertes faites à Qaryat al-Faw et à al-Ḥiǧr, de même que les vestiges nabatéens de Madā'in Ṣāliḥ, entre autres, ne représentent sûrement qu'une infime partie des trésors archéologiques et épigraphiques demeurés jusqu'à présent enfouis sous les sables du désert et qui pourraient, dans un avenir que l'on espère proche, nous révéler leurs secrets et nous raconter l'histoire de l'Arabie. Qui sait si nous ne retrouverons pas un jour, au détour d'une dune, le campement abandonné de Su‘ād et des siens – ou bien serait-ce Fāṭima ou 'Abla ? -, sinon la selle de Muraqqiš, sur laquelle il avait griffonné un appel à l'aide versifié ou, plus sérieusement, quelques vers de poésie gravés dans la pierre ?

Notes

1 Voir supra, chapitre II, p. 231, note 235.

2 D. Margoliouth, « The Origins of Arabic Poetry », Journal of the Royal Asiatic Society (1925), p. 417-449 ; et Ṭ. Ḥusayn, Fī l-adab al-ǧāhilī, 1927. Cet ouvrage est une version remaniée de Fī l-ši’r al- ǧāhilī, paru un an plus tôt. D’après R. Blanchère Histoire, vol. I, p. 171, l’ouvrage de 1927 « reprend de problème en l’élargissant quelque peu. L’exposé, plus nuancé, dépouillé d’un certain nombre d’affirmation difficiles à soutenir, est étayé d’arguments nouveaux fournis par l’histoire. » D’après Ṭ. Ḥusayn (p. 64), « la majeure partie de ce que nous appelons littérature préislamique n’appartient en rien à la Ǧāhiliyya mais a été forgée après l’apparition de l’islam. Ce qui reste de la littérature préislamique, sans aucun doute, est fort mince, ne représente et n’indique rien et ne peut servir de fond à l’évocation de l’authentique image littéraire de cette époque ».

3 Ṭ. Ḥusayn Fī l-adab al-ǧāhilī, 1927, p. 220-307. Les poètes étudiés sont les suivants : Imru’ al-Qays, ‘Abīd b. al-Abraṣ, ‘Alqama, ‘Amr b. Qamī’ a, Muhalhil, ‘Amr b. Kulṯūm, al-Ḥāriṯ b. Ḥilliza, Ṭarafa, al-Mutalammis et al-A ‘šä al-Kabīr.

4 Histoire, vol. I, p. 177.

5 Je renvoie aux notices individuelles que Blachère consacre à un certain nombre de poètes anciens (Histoire, vol. II, p. 243-329).

6 Voir notamment M. V. Mac Donald, « Orally transmitted poetry in pre-islamic Arabia and other pre-literate societies » Journal of Arabic Literature, n° IX (1978), p. 14-31 ; ainsi que les recherché menées sur le style formulaire de la poésie arabe ancienne par J. Monroe, « Oral Composition in Preislamic Arabic Poetry », Journal of Arabic Literature, n° III (1972), p. 1-53 ; M. Zwettler, The Oral Tradition of Classical Arabic Poetry, 1978 ; T. Bauer, « Wie fängt man eine Qaṣīde, an ? Formelhafte und nichtformelhafte Nasīb-Einleitungsverse », Zeitschrift für arabische Linguistik, n° 25 (1993), p. 50-75 ; et, du même, « Formel und Zitat : zwei Spielarten von Intertextualität in der altarabischen Dichtung », Journal of Arabic Literature, n° XXIV-2 (1993), p. 117-138 ; et B. Paoli, « Meters and Formulas : the Case of Ancient Arabic Poetry », Belgian Journal of Linguistics, n° 15 (2001), p. 113-136.

7 À ce sujet, voir aussi B. Paoli, « Review of Frolov’s Classical Arabic Verse », Jerusalem Studies of Arabic and Islam, n° 28 (2003), p. 400-412.

8 W. Stoetzer, « Some observations on quantity in Arabic Metrics », Journal of Arabic Literature, n° XIII (1982), p. 66-75 ; et W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989

9 À ce sujet, voir B. Paoli, « Meters and Formulas : the Case of Ancient Arabic Poetry », Belgian Journal of Linguistics, n° 15 (2001), p. 113-136.

10 Voir notamment J. Boutaybi, Métrique arabe. Vers une approche analytique : la poésie d’al-Mutanabbî et la théorie d’al-Xalîl, mémoire de maîtrise, Saint-Denis, université Paris-8, 1997.

11 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūḍ in al-Andalus », Anaquel de studios arabes, n° VI (1995), p. 92.

12 Voir supra, Introduction, p. 51, note 110.

13 Datant probablement de la fin du ier siècle de l’ère chrétienne ou du début du iie, cette inscription de six lignes est dédiée au dieu Obodas. Quatre lignes sont en araméen et les deux autres en arabe, le tout noté à l’aide de l’alphabet nabatéen. Voir A. Negev (avec J. Naveh & S. Shaked), « Obodas the God » Israel Exploration Journal, 36/1-2 (1986), p. 56-60 ; S. Noja, « A Further Discussion of the Arabic Sentence of the 1st Century A.D. and Its Poetical Form », Rivista delgi Studi Orientali, n° 62 (1988), p. 1-5 ; J. A. Bellamy, « Arabic Verses from the First/Second Century : The Inscription of ‘En ‘Avdat », Journal of Semitic Studies, n° 35/1 (1990), p. 73-79 ; et J. Hämeen-Anttila, « A Note on the ‘En ‘Avdat Inscription », Studia Orientalia, n° 67 (1991), p. 33-36.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search