Version classiqueVersion mobile

De la théorie à l’usage

 | 
Bruno Paoli

Chapitre V. La vie des mètres : réflexions sur la Genèse et le développement du système

Texte intégral

1. POÉTIQUE ET HISTOIRE

  • 1 Voir notamment J. Lanson, Essais de méthode, de critique et d'histoire littéraire, 1965 ; et L. Fe (...)
  • 2 G. Genette, « Poétique et histoire », dans G. Genette, Figures III, 1972, p. 15.
  • 3 Voir notamment F. Furet (éd.), Livre et société au xviiie siècle, 1965-1970, 2 vol.
  • 4 Nicholson, A Literary History of the Arabs, 1907 ; et E. G. Browne, A Literary History of Persia, (...)
  • 5 G. Genette, loc. cit., p. 17.

1C'est aux formalistes russes que l'on doit d'avoir posé les principes d'une histoire des formes littéraires rompant avec les différentes approches traditionnelles de l'"histoire littéraire", lesquelles ne prennent la littérature que comme support d'une histoire sociale, histoire des circonstances, des conditions extérieures ou des répercussions sociales du fait littéraire, comme chez Lanson ou Febvre1, ou d'une histoire des idées, dans laquelle les œuvres sont considérées, ainsi que le dit Genette, comme des « documents historiques reflétant ou exprimant l'idéologie et la sensibilité particulières d'une époque2 », et dont les artisans sont pour la plupart des historiens3. Pour ce qui concerne les littératures arabe et persane, les ouvrages de Nicholson, A Literary History of the Arabs, et de Browne, A Literary History of Persia, sont les plus représentatifs de cette annexion de l'histoire littéraire à l'histoire de la civilisation4. Dans l'optique des formalistes russes, l'histoire littéraire se veut donc histoire de la littérature en soi, « prise en elle-même (et non dans ses circonstances extérieures) et pour elle-même (et non comme document historique)5 ». Comme le dit lui-même Eikhenbaum :

  • 6 B. Eikhenbaum, « La théorie de la "méthode formelle" », dans T. Todorov (éd. et trad.), Théorie de (...)

« Nous étudions l'histoire littéraire dans la mesure où elle a un caractère spécifique et dans les limites à l'intérieur desquelles elle est autonome et ne dépend pas des autres séries culturelles6. »

2L'histoire littéraire, ainsi définie comme celle de la persistance et du changement des "formes" littéraires, a été appliquée avec un succès certain à la littérature russe. Pour ce qui concerne la littérature française, le constat, soixante-dix ans plus tard, paraît plutôt mitigé :

  • 7 P. Roussin & J.-M. Schaeffer, « Études littéraires », dans O. Ducrot & J.-M. Schaeffer (éds), Nouv (...)

« Si ces dernières décennies il y a eu des progrès considérables dans la connaissance historique de la littérature, on constate cependant qu'ils ont concerné surtout l'histoire sociale et institutionnelle. En France, l'histoire littéraire conçue comme histoire des pratiques créatrices et des œuvres semble toujours relativement stagnante7. »

3Aussi l'appel de Genette à l'élaboration d'une telle histoire littéraire paraît-il encore d'actualité :

  • 8 G. Genette, loc. cit., p. 18. Je ne m'étends par sur les raisons de cette lacune, au sujet desquel (...)

« [... ] En littérature, dit-il, l'objet historique c'est-à-dire à la fois durable et variable, ce n'est pas l'œuvre : ce sont ces éléments transcendants aux œuvres et constitutifs du jeu littéraire que l'on appellera pour aller vite les formes : par exemple, les codes rhétoriques, les techniques narratives, les structures poétiques, etc. Il existe une histoire des formes littéraires, comme de toutes les formes esthétiques et comme de toutes les techniques, du seul fait qu'à travers les âges ces formes durent et se modifient. Le malheur, ici encore, c'est que cette histoire, pour l'essentiel, reste à écrire, et il me semble que sa fondation serait une des tâches les plus urgentes aujourd'hui. Il est surprenant, ajoute-t-il, qu'il n'existe pas, du moins dans le domaine français, quelque chose comme une histoire de la rime, ou de la métaphore, ou de la description8. »

4Pourtant, comme il le dit encore :

  • 9 G. Genette, loc. cit., p. 20.

« [...] À un certain point de l'analyse formelle le passage à la diachronie s'impose, et [...] le refus de cette diachronie, ou son interprétation en termes non historiques, porte préjudice à la théorie [de la littérature] elle-même9. »

  • 10 R. Jacobi, Studien zur Poetik der altarabischen Qaside, 1971 ; et R. Jacobi, « The Origins of the (...)

5Autant dire que le constat de cette lacune vaut aussi, sinon plus, pour la littérature arabe et, en particulier, pour celle de la période qui nous intéresse. Il faut cependant mentionner les recherches et hypothèses de Jacobi concernant l'élaboration de la "forme qaṣīda10". La structure tripartite "classique" de cette dernière résulterait de l'assemblage progressif, progressivement amélioré et généralisé, de "blocs" monothématiques, nasīb, raḥīl et madīḥ :

  • 11 R. Jacobi, « The Origins of the Qasida Form », p. 23.

« La comparaison des textes supposés avoir été composés durant la première moitié du vie siècle, dit-elle, donne l'impression que les poètes mettaient à l'épreuve différentes combinaisons, certaines restant sans suite, et que même les poèmes présentant la même séquence thématique correspondent à différents stades d'élaboration. Il apparaît aussi que la séquence du nasīb et du raḥīl avait déjà été largement acceptée, alors que la partie finale de la qaṣīda était très variable. Il est donc possible de supposer que la première moitié du vie siècle vit l'élaboration progressive de la tradition commune, [élaboration] dont l'origine se situe quelque part dans le passé. Plus encore, l'examen des textes datant de la fin de la période préislamique permet de percevoir un progrès certain sous deux aspects. D'une part, la structure tripartite y semble largement acceptée ; d'autre part, la forme de la qaṣīda a atteint une plus grande cohérence, ses sections étant mieux structurées et enchaînées les unes aux autres11. »

  • 12 G. von Grünebaum « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. 3 (...)

6Il ne m'appartient pas de discuter ici en détail de la thèse proposée par Jacobi, qui ne concerne pas la métrique mais l'étude des formes poétiques. J'en retiendrai seulement l'hypothèse de travail sur laquelle elle repose, selon laquelle les différentes phases d'élaboration de la qaṣīda peuvent être reconstruites grâce à l'examen détaillé des textes anciens tels qu'ils nous ont été transmis. La même hypothèse sous-tend l'analyse proposée par Grünebaum des techniques linguistiques de la description et de certains autres aspects du style et de la langue poétiques12. D'après celui-ci, l'impression d'uniformité, d'unité linguistique et technique de la ‘arabiyya, doit être corrigée. Le nivellement qui aboutit, dans le courant du viie siècle, à l'uniformisation de la tradition poétique et à l'intégration des différentes traditions antérieures, aurait commencé au début du vie siècle. Bien que ce processus soit déjà très avancé à l'époque des plus anciens poètes considérés, qui ont vraisemblablement vécu à la fin du ve siècle et au début du vie, il serait cependant possible d'en retracer les modalités et les étapes, au moins dans leurs grandes lignes. L'analyse préliminaire de Grünebaum, reposant sur l'examen des œuvres attribuées à un nombre limité de poètes, lui permet de regrouper ces derniers selon leurs affinités stylistiques et leurs influences mutuelles, et donc par "écoles". Ces écoles, au nombre de six, se caractérisent, d'après lui, par une continuité artistique et, souvent, généalogique et / ou géographique. L'idée de base, reprise par Jacobi, est donc celle d'une uniformisation progressive de la tradition poétique, gommant progressivement des tendances, essentiellement régionales, qui sont assez nettement perceptibles. Mais l'histoire de la poésie arabe ancienne se heurte cependant à un problème de taille, concernant la valeur des données qui nous ont été transmises par les auteurs arabes médiévaux, qu'il s'agisse des vers des poètes anciens eux-mêmes ou des données biographiques qui nous ont été rapportées à leur sujet. Pour ce qui est des textes poétiques, les problèmes d'authenticité et d'attribution qu'ils soulèvent ne pourront commencer à être résolus qu'au terme d'une analyse textuelle et intertextuelle approfondie, laquelle reste en grande partie à faire. Quant aux données historico-biographiques (ḫabar pl. aḫbār), souvent imprécises ou contradictoires, elles ne peuvent être utilisées qu'avec une extrême précaution ; et situer les poètes anciens dans une temporalité historique et, chronologiquement, les uns par rapport aux autres demeure une entreprise difficile, comme nous pourrons bientôt le constater.

7Pour ce qui concerne la métrique proprement dite, à ce problème relatif à l'utilisation des données s'en ajoute un autre : l'absence d'une analyse approfondie des textes poétiques eux-mêmes. Aussi les réflexions et observations auxquelles je consacrerai ce dernier chapitre concerneront-elles exclusivement l'histoire, ou les histoires possibles, de la seule métrique externe, de l'emploi des différents modèles de vers ou catégories de modèles de vers, rendue possible par l'inventaire métrique détaillé et les données biographiques qui ont été consignés dans les notices individuelles de l'annexe I. Il s'agira notamment de tester l'hypothèse de base de Grünebaum ainsi que celles, formulées par différents spécialistes, qui concernent la métrique proprement dite. Mais les premières observations qui seront faites ne viseront toutefois qu'à une première synthèse toute provisoire.

2. SAǦ ', RAǦAZ ET QAṢĪD : LA THÈSE "ÉVOLUTIONNISTE"

  • 13 Voir notamment I. Goldziher Abhandlungen zur arabische Philologie, vol. I, p. 76 ; J. Wellhausen, (...)
  • 14 M.‘A. ‘Abd al-Ra’ Ūf, op. cit., p. 33. Voir aussi D. Frolov, op. cit., chapitre I (« The Arabic Ve (...)
  • 15 C. de Landberg, La langue arabe et ses dialectes, 1905, p. 71 et suivantes.

8Outre les recherches de Grünebaum et Jacobi évoquées plus haut, il est une hypothèse, tacitement admise ou défendue par un certain nombre de spécialistes, dont il convient de faire état avant d'entrer dans les détails de l'analyse historique du corpus13. Cette hypothèse, qui concerne l'élaboration du système de la métrique arabe, peut être qualifiée d'"évolutionniste" en ce sens qu'elle suppose un rapport de filiation génétique, et donc historique, entre la prose rythmée et rimée (sağ‘), les modèles de vers simples (rağaz) et les modèles de vers doubles (qaṣīd et ramal principalement). Selon Goldziher, le rağaz n'est en effet qu'une espèce de sağ‘ "discipliné" (ryythmisch discipliniertes sağ‘). Quant à ‘Abd al-Ra’ūf, il considère le sağ‘ comme une étape intermédiaire entre les métriques sémitiques anciennes, qui semblent avoir été accentuelles pour la plupart, et la métrique arabe, purement quantitative14. Ces hypothèses reposent donc sur l'idée discutable qu'au cours de l'évolution littéraire les formes les plus simples précèdent nécessairement celles qui sont plus complexes et plus élaborées. De plus, elles ne sont étayées par aucune preuve solide. Aussi Landberg, par exemple, les récuse-t-il, affirmant que sağ‘ et rağaz sont aussi anciens l'un que l'autre15. Et d'après Fahd :

  • 16 T. Fahd, « Saḏj‘ » (première partie), Encyclopédie de l'islam (2e éd.), vol. VII, p. 754.

« À l'origine, saḏj‘ et ratḏjaz devaient désigner approximativement la même idée, à savoir l'état d'extase, l'oracle qui s'ensuit et l'expression formelle de ce dernier16. »

9Ce n'est que progressivement que le second de ces deux termes en vint à désigner plus spécialement l'oracle de guerre et, selon Fahd toujours :

  • 17 T. Fahd, ibid., p. 754. Sur les fragments de sağ‘ préislamique qui nous été conservés, voir notamm (...)

« C'est dans ce sens que l'on peut dire que le raiḏjaz fut à l'origine de la poésie profane, alors que le saḏj‘ demeura le mode d'expression du devin [kāhin]17. »

10Mais rien ne permet de prouver l'antériorité de l'un de ces deux genres par rapport à l'autre. L'authenticité des fragments de sağ‘ préislamique qui nous ont été transmis, plus encore que celle de la poésie conservée, rağaz et qaṣīd confondus, est d'ailleurs souvent douteuse.

11J'ai présenté, dans le chapitre précédent, les différents aspects de l'opposition entre rağaz et qaṣīd. De même, l'évolution de l'emploi du rağaz, depuis les temps anciens jusqu'à l'époque omeyyade, est bien connue. Je l'ai évoquée lors la discussion consacrée au rağaz et au qaṣīd. D'abord employé pour improviser des pièces courtes de quelques vers seulement, lors de circonstances particulières, il en vint à être progressivement utilisé pour des compositions plus longues et plus élaborées. Comme le dit Ullmann :

  • 18 M. Ullmann, « Raḏjaz », Encyclopédie de l'islam (2e éd.), vol. VII, p. 389.

« Dans l'ancien temps, le raḏjaz n'était qu'une forme poétique populaire sans prétentions artistiques. Les grands poètes comme al-Nābi gẖa al-Dẖubyānī, Zuhayr, fiarafa, ‘Antara, Imru’ al-Qays, etc., employaient peu ce mètre, et l'authenticité des rares vers de raḏjaz qui leur sont attribués ne peut guère être garantie18. »

  • 19 Sur ces deux poètes, voir notamment Histoire, vol. III, p. 525-526 et 526-530 respectivement.
  • 20 Voir supra, chapitre IV, p. 287-289.

12C'est au cours du viie siècle que le changement commença à se faire sentir : de longs poèmes en rağaz sont attribués à Labīd et al-Sammāh, respectivement morts vers 660 et 670 ; et, surtout, un poète comme al-Aglab b. ‘Amr al-‘Iġlī s'en fit le spécialiste, précédant de plus d'un demi-siècle les grands rāğiz-s de l'époque omeyyade, al-‘Ağğāğ et son fils Ru’ba notamment, qui composèrent de véritables qaṣīda-s suivant ce mètre19. Les modèles de vers employés par tous ces poètes sont ceux du rağaz simple, à l'exclusion du rağaz double, dont nous avons pu relever trois spécimens dans tout le corpus de la poésie ancienne, et des modèles que j'ai rangés sous l'étiquette de ramal simple, qui sont chacun attestés par un seul et unique fragment20. Dans l'hypothèse de l'antériorité historique des vers simples par rapport aux vers doubles, de tels spécimens pourraient donc être considérés comme les témoins d'une période intermédiaire, ou d'une première phase d'élaboration des modèles de vers doubles du qaṣīd. Mais bien que les poètes auxquels ces courts fragments sont attribués soient très anciens, tous ayant vraisemblablement vécu dans la première moitié du vie siècle, le fait que les modèles de vers du qaṣīd et du ramal, à cette même époque, soient tous déjà attestés et maniés avec une dextérité qui témoigne d'une pratique bien rôdée, et donc ancienne, ne permet pas d'invoquer l'existence de ces vers de ramal simple ou de rağaz double pour justifier d'une éventuelle phase de transition entre rağaz proprement dit et qaṣīd. Les différences structurelles entre modèles de vers du rağaz et du qaṣīd qui ont été soulignées au cours du quatrième chapitre rendent pourtant la thèse "évolutionniste" plus tentante encore : les modèles de vers du qaṣīd seraient en quelque sorte l'aboutissement d'une élaboration progressive qui trouve son expression dans une organisation quantitative de plus en plus stable et rigide.

13Quoi qu'il en soit, la genèse de toutes ces "formes" littéraires, sağ‘, rağaz ou qaṣīd, nous échappe totalement, faute de données valables nous permettant de remonter au-delà de la seconde moitié du ve siècle, époque à laquelle elles sont déjà toutes employées avec un art qui dénote une longue pratique. Force nous est donc d'admettre que la thèse évolutionniste, dans l'état actuel de nos connaissances, ne peut être ni démontrée ni réfutée. Renonçant à l'irréalisable désir de faire la lumière sur les origines, je m'en tiendrai finalement ici aux données inventoriées dans les annexes, lesquelles nous permettront de formuler un certain nombre d'hypothèses concernant, sinon la genèse, du moins l'évolution des formes métriques pratiquées par les poètes arabes jusqu'au début de la période omeyyade.

3. DE L'UTILISATION DES DONNÉES HISTORICO-BIOGRAPHIQUES

3. 1. DATATION ET PÉRIODISATION

  • 21 Histoire, vol. I, p. 89 ; voir aussi, dans le même ouvrage, les p. 161-166 (« Portée des récits hi (...)

14La période d'activité poétique délimitée dans le cadre de ce travail s'étend approximativement de la fin du ve siècle jusque vers 670-680 de l'ère chrétienne, soit aux environs du milieu du premier siècle de l'Hégire. Elle représente donc une durée de près de deux siècles qu'il devrait être possible de subdiviser en plusieurs périodes : idéalement, les cent poètes retenus pourraient faire l'objet d'un classement par "générations". Malheureusement, les renseignements biographiques dont nous disposons à leur sujet sont le plus souvent très maigres et délimiter leur existence, dans le temps comme dans l'espace, est une entreprise délicate dont les résultats demeurent le plus souvent très incertains. La littérature classique a consigné une masse d'anecdotes, de jugements de valeur, de citations, en un mot, comme le dit Blachère, « une masse de documents très précieux pour l'histoire des mœurs, très médiocres au contraire pour écrire une "vie" continue et démêler les tendances individuelles21 ». Brosser, à l'aide de ces données, le portrait d'un personnage s'avère le plus souvent une tâche impossible, si ce n'est à grands traits, aboutissant au mieux à l'esquisse d'une silhouette. Ou alors, en l'absence d'esprit critique, en mettant au même niveau toutes les données biographiques disponibles, on aboutit au mieux à une vie anecdotique, voire à une vie romancée, qui n'est d'aucun intérêt pour l'histoire littéraire. Le trait anecdotique n'a en effet d'intérêt à nos yeux que s'il a une signification littéraire, auquel cas il pourra être utilisé, comme auxiliaire,

  • 22 Histoire, vol. I, p. 165.

« pour confirmer ou éclairer des allusions contenues dans les écrits, dit Blachère, pour étayer des déductions tirées de ceux-ci, ou permettre de recouper des témoignages vraiment historiques. En d'autres termes, ajoute-t-il, ce sont principalement les œuvres qui ont servi de fondement aux recherches biographiques et celles-ci n'ont été jugées dignes d'intérêt que dans la mesure où elles touchent les faits littéraires22. »

15J'écarterai ici l'ensemble des données purement anecdotiques, ne mettant en scène, outre le poète, que des personnages inconnus, voire anonymes. Ces anecdotes, aussi croustillantes et suggestives soient-elles, ne présentent pas d'intérêt historique immédiat : elles ne sont pas utilisables à des fins de datation et ne permettent pas de situer le poète dans un "temps historique". Pour le reste, les données historico-biographiques dont nous disposons peuvent être, suivant leur contenu, schématiquement réparties en trois catégories principales.

  • 23 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. (...)

16La première catégorie contient celles qui mettent le poète en présence de personnages historiquement attestés, souverains laḫmides, ġassānides, perses ou byzantins par exemple. Ainsi ‘Amr b. Kulṯūm, sayyid des Ǧušam (Taġlib), qui assassina le roi d'al-Hīra, ‘Amr b. Hind, en 580, et s'en prit verbalement à l'un de ses successeurs, al-Nu‘mān IV, mort en 602, appartiendrait vraisemblablement à la génération des poètes nés vers 550, voire un peu plus tôt (520 selon Grünebaum)23 ; et il est possible de supposer qu'il a vécu jusque vers la fin du vie siècle. Mais le fait qu'un poète ait fréquenté la cour d'un roi qui aurait régné cinquante ans, comme c'est le cas d'al-Munḏir III, souverain laḫmide d'al- Ḥīra de 503 à 554, ne nous permet qu'une datation fort approximative ; ainsi pour ‘Abīd b. al-Abras, qui aurait été mis à mort par al-Munḏir III : cette information nous permet seulement d'affirmer que ce poète est probablement mort au plus tard au milieu du vie siècle.

  • 24 Voir notamment ‘Iqd, vol. III, p. 61 et suivantes ; al-Maydānī, Magma‘ al-‘amtal, 1988, chapitre X (...)
  • 25 La guerre de Basūs dura, selon les auteurs classiques, pas moins de quarante ans. Elle eut pour or (...)

17Les anecdotes du second type sont celles qui relatent la participation du poète à des événements historiques. L'essentiel de ces données concerne les Ayyām al-‘arab("Journées, ou batailles, des Arabes")24, qui sont essentiellement des conflits intertribaux ; ainsi la fameuse guerre dite de Basūs, qui opposa les groupes Bakr et Taġli, à la fin du Ve ou au début du vie siècle, et à laquelle aurait notamment participé Muhalhil, grand-père de ‘Amr b. Kulṯūm. Le premier étant né vers 460 selon Grünebaum, la date de naissance du petit-fils est fixée à 520 environ25. Mais la plupart des Ayyām al-‘arab sont difficiles à dater, et leur intérêt principal réside finalement le plus souvent dans les échanges verbaux qu'ils occasionnent, mettant en scène deux ou plusieurs poètes. Au contraire, les batailles livrées par les troupes musulmanes à divers ennemis, ainsi que celles mettant aux prises les Perses ou les Byzantins notamment, sont en général datables avec une assez bonne précision. ‘Amr b. Ma‘dīkarib, sayyid de tribu, appartenant au groupe tribal des Maḏḥig, aurait ainsi participé aux batailles de Yarmūk, en 636, et Qādisiyya, en 637, avant de trouver la mort à Nihāwand où les musulmans vainquirent les Perses, en 641 ou 642.

18Enfin, la troisième catégorie regroupe les anecdotes qui mettent le poète en présence d'autres poètes connus, d'où joutes oratoires, satires ou louanges. On peut adjoindre à cette catégorie les données généalogiques dignes d'intérêt, celles qui nous informent d'un rapport de parenté entre deux poètes ou plus. Ces données ne nous fournissent que des informations relatives, à moins que l'existence de l'un des poètes ne soit par ailleurs datable avec précision.

  • 26 Agānī, vol. III, p. 201-202.

19Bien sûr, toutes ces données doivent être soumises à un examen critique. Certaines sont assurément apocryphes, comme celle relatant la rencontre d'al-A‘šä Bāhila, dont les œuvres paraissent très anciennes, avec le poète d'époque abbasside Baššār b. Burd26. D'autres sont d'authenticité douteuse, comme ce voyage d’Imru’ al-Qays à Constantinople en compagnie de son congénère ‘Amr b. Qamī’a. Malheureusement, ici encore, comme c'est le cas pour la poésie elle-même, il est souvent difficile, voire impossible, de démêler le vrai du faux. Les indications biographiques figurant dans les fiches de l'annexe I se veulent le plus concises possible. Dans l'optique d'une reconstitution de l'évolution et de l'histoire de la métrique, je n'ai en effet accordé de valeur aux habars rapportés par les auteurs classiques uniquement dans la mesure où ils permettent de situer un poète dans le fil chronologique de l'histoire littéraire en chantier et dans ses rapports avec d'autres poètes. À quelques exceptions près, seules sont donc fournies les informations qui situent le poète dans un contexte historique ou le mettent en présence de l'un ou l'autre de ses congénères, toutes informations qui nous permettent de dater son œuvre de manière absolue ou relative ou de situer son existence dans l'espace.

  • 27 G. von Grünebaum « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. 3 (...)
  • 28 Voir notamment Adonis, Dīwān al- ši‘r al-‘arabī, 1964, p. 567 et suivantes ; M.‘A. Ḫafāgi, Al-qaṣī (...)

20Grünebaum propose un classement des poètes par générations, d'après la date supposée de leur naissance27. À ce type de classification est cependant le plus souvent préférée celle qui prend pour point de repère la date supposée, le plus souvent approximative, de la mort du poète28. Mais les divergences et les décalages importants qui existent, pour nombre de poètes, entre les différentes datations proposées illustrent, on ne peut mieux, l'incertitude qui règne du fait de l'insuffisance des données biographiques. Je n'en donnerai ici que quelques exemples particulièrement significatifs.

  • 29 Adonis, op. cit., 1964, p. 567 et suivantes.
  • 30 M.‘A. ‘Abd al-RA’ ŪF, Bidāyāt al- ši‘r al-‘arAbī. Bayn al-kamm wa-l-kayf, 1976.
  • 31 J. Berque (trad.), Musiques sur le fleuve. Les plus belles pages du Kitāb al-Aghāni, 1995.
  • 32 M.‘A. Ḫafāǧī, op. cit., p. 62.

21Selon Adonis29, dont les datations sont notamment acceptées sans discussion par ‘Abd al-Ra’ūf30 et par Berque31, le poète Bišr b. Abī Ḫāzim serait mort en 533. Cette date est en contradiction avec les quelques renseignements que nous avons sur son existence. Il aurait participé à la bataille de Nisār, qui eut vraisemblablement lieu vers 575, aurait fréquenté le souverain laḫmide al-Nu‘mān IV, qui régna de 580 à 602, et connu Ḥātim al-Tā’ī, lui-même mort au début du viie siècle. Ces informations nous permettent de situer sa mort vers la même époque et, au plus tôt, durant le dernier quart du vie siècle. La date de naissance de Bišr proposée par Grünebaum (535) paraît donc plausible et sa période d'activité poétique correspondrait approximativement à la seconde moitié de ce siècle. Les cas de ‘Alqama et de Zuhayr b. Abī Sulmā sont encore plus suggestifs. Adonis propose de fixer la mort du premier à "603 environ", tandis que Ḫafāğī la situe en 561, soit quarante ans plus tôt32. En fait, comme en témoigne l'anecdote qui le met en présence d’Imru’ al-Qays, lui-même vraisemblablement mort vers 550 (en 542 selon Adonis et en 560 selon Ḫafāğī), et dont il aurait épousé la femme après l'avoir vaincu lors d'une joute poétique, il semble probable qu'il ait vécu durant la première moitié du vie siècle. On sait aussi de lui qu'il aurait fréquenté la cour des Ġassānides sous le règne d'al-Hāriṯ b. Ǧabala, qui s'étend de 529 à 569. La date proposée par Ḫafāğī doit donc vraisemblablement être préférée à celle fournie par Adonis, assurément trop tardive. Ce dernier fait aussi mourir Zuhayr b. Abī Sulmä en 609, contre 630 chez Ḫafāğī. Dans ce cas, c'est cette dernière date qui paraît inexacte. En effet, Zuhayr était le neveu de Bašāma b. al-Ġaḍīr et le transmetteur (rāwī) de Aws b. Ḥağar, lesquels vécurent tous deux durant la première moitié du vie siècle C'est donc essentiellement dans la seconde moitié de ce même siècle qu'il faut envisager de situer son existence : il serait mort dans la première décennie du viie siècle.

22L'incertitude est en général beaucoup plus grande pour les poètes ayant vécu au vie siècle que pour ceux qui sont contemporains du Prophète ou qui ont vécu après l'avènement de l'islam, dont nous pouvons situer l'existence par rapport à des événements bien connus et datés avec précision. On trouvera donc dans les fiches de l'annexe I deux types de datation. Le premier indique uniquement la date de la mort du poète, si celle-ci est connue avec tant soit peu de précision, par exemple pour al-Aġlab b. ‘Amr al-‘Iğlī, mort en 641 (m. 641). Le plus souvent, cette date est approximative à quelques années près : Abū Ṭālib, par exemple, oncle du Prophète, est mort vers 619 (m. ± 619). Pour certains, le point de repère est le règne de l'un ou l'autre des premiers califes et leur mort peut être située à cinq ou dix ans près. Le second type de datation concerne des poètes au sujet desquels nous ne possédons pas de données biographiques permettant de situer l'existence de manière précise. C'est le cas de la grande majorité des poètes qui ont vécu durant le vie siècle et, pour certains, au tout début du VIIe. Dans ce cas, la période supposée d'activité du poète est indiquée de manière approximative. Une date de mort supposée est généralement fournie mais, pour nombre de poètes, cette date est surtout indicative d'une période d'activité : un poète mort à la fin du vie siècle est susceptible d'avoir composé de la poésie durant toute la durée de la seconde moitié du siècle, et encore n'est-ce là qu'une moyenne.

23J'ai établi ci-dessous la liste des cent poètes de mon corpus suivant l'ordre chronologique supposé. Compte tenu des réserves de rigueur et des incertitudes nombreuses, elle doit avant tout être considérée comme un premier outil de travail.

24Mort vers 520-530 : al- Šanfarä.

25Morts vers 530 : Muhalhil, Sa‘d b. Mālik.

26Morts vers 540 : ‘Amr b. Qamī’a, al-Find, Ta’abbata Šarran, Uḥayḥa b. al- Ǧulāh, Zuhayr b. Ǧanāb.

27Morts vers 550 : ‘Abīd, Abū Du’ād, Bašāma, Imru’ al-Qays, Muraqqiš al-Akbar, Sa‘ya, al- Ṭufayl b. ‘Awf.

28Morts vers 560 : ‘Alqama, Ṭarafa, al-Samaw’al.

29Mort vers 566 : Laqīṭ b. Zurāra.

30Morts vers 570 : al-Afwah, ‘Awf, Aws, al-Mumazzaq, Muraqqiš al-Aṣġar, al-Musayyab, Salāma b. Ǧandal.

31Mort entre 570 et 580 : al- Ḥāriṯ b. Ḥilliza.

32Morts vers 580 : Ḫidāš b. Zuhayr, al- Ḫirniq, Laqīṭ b. Ya‘mur, al-Mutalammis, al-Sulayk,Wa‘la b. ‘Abd Allāh.

33Morts vers 590 : ‘Abd Qays b. Ḫufāf, ‘Amr b. Kulṯūm, al-A‘šä Nahsal, al-Ḥāriṯ b. Ẓālim, al-Muṯaqqib.

34Mort entre 590 et 600 : ‘Adī b. Zayd.

35Morts vers 600 : al-A‘šä Bāhila, Bišr, Ḏū al-Iṣba‘, Ḥāğiz, Ḥāṭim, Qays b. al- Ḥidādiyya, al-Mutanaḫḫil, al-Nābiga, Sahr al- Ġayy, Sā‘ida.

36Morts vers 610 : al-Ḥuṣayn b. al-Ḥumām, Zuhayr b. Abī Sulmä.

37Mort vers 615 : ‘Antara.

38Morts vers 620 : Abū Kabīr, Abū Ṭālib, al-Ḥādira, Qays b. al-Ḫāṭim, Warqa b. Nawfal.

39Mort entre 620 et 630 : ‘Urwa b. al-Ward.

40Mort en 629 : ‘Abd Allāh b. Rawāha.

41Morts vers 630 : ‘Āmir b. al- Ṭufayl, al-A‘šä al-Kabīr, Durayd, Umayya b. Abī al-Salt.

42Mort en 633 : Mālik b. Nuwayra.

43Mort en 634 : Ḍirār b. al-Ḫaṭṭāb.

44Mort entre 630 et 640 : Zayd al-Ḫayl.

45Morts vers 640 : al-‘Abbās, ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, Abū Ḫirāš, Abū al- Ṭamaḥān, al-Ḫansā’, Mutammim, Muzarrid.

46Morts en 641 : al-Aġlab, ‘Amr b. Ma‘dīkarib.

47Morts entre 640 et 650 : Abū Miḥğan, Ḫufāf, al-Muḫabbal,‘Urwa b. Ḥizām.

48Morts vers 650 : Abū Ḏu’ayb, Abū Zubayd al-Tā’ī, Ka‘b b. Zuhayr, Rabī‘a b. Maqrūm.

49Morts vers 660 : Ḥassān, al-Ḥuṭay’a, Ibn Muqbil, Labīd, al-Namir b. Tawlab, Suḥaym.

50Mort en 667 : Qays b. ‘Āṣim.

51Morts vers 670 : Ḥumayd b. Ṯawr, Ka‘b b. Mālik, al-Nağāšī, al- Šammāh, al-Zibriqān.

52Mort en 674 : Hudba b. al-Ḫašram.

53Morts entre 670 et 680 : ‘Amr b. al-Ahtam, al-Qattāl al-Kilābī.

54Morte vers 680 : Laylä al-Aḫyaliyya.

55Mort en 684 : al-Nu‘mān b. Bašīr.

56À des fins d'analyse, j'ai réparti les cents poètes de mon corpus en six tranches chronologiques. La première regroupe les poètes morts entre ± 525-530 et ± 550 ; la deuxième, ceux qui sont morts entre ± 560 et ± 580 ; la troisième, ceux décédés à la fin du vie siècle (entre ± 590 et ± 600) ; la quatrième, ceux qui sont morts dans le premier tiers du VIIe (entre ± 610 et 634) ; la cinquième, ceux morts vers le milieu de ce siècle (entre ± 640 et ± 650) ; et la sixième et dernière, enfin, ceux qui sont morts entre ± 660 et 684. Cette division, qui pourra paraître plutôt arbitraire voire fictive, a un but essentiellement pratique, celui de faciliter l'examen et l'analyse des données. Mais les progrès de l'analyse elle-même devraient nous permettre de l'affiner ou de la réviser, voire, probablement, de la dépasser.

3. 2. RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE

57La répartition géographique et tribale de tous ces poètes n'est pas moins problématique que leur datation. Une première opposition s'impose d'abord naturellement, entre poètes citadins et poètes nomades. Des poètes citadins ont vécu, au cours du vie siècle, dans les cités d'al-Ḥīra (H), Médine (Md) et Taymā’ (Tm). Avec la fin du royaume laḫmide et le déclin rapide d'al-Ḥīra, puis avec l'avènement de l'islam, ce sont les villes du Ḥiğāz, Médine (Md), La Mecque (Mk), Tā’if (Tf) ou, plus tard, Baṣra (Bṣ) et Kūfa (Kf), qui deviennent des centres littéraires importants. Cette distinction entre nomades et sédentaires, nécessaire au départ, mérite cependant d'être nuancée : entre poètes bédouins et citadins, les contacts sont nombreux et nombre de poètes itinérants sont régulièrement attirés vers les centres urbains où ils peuvent espérer jouir de la prodigalité de mécènes. L'influence éventuelle de traditions poétiques proprement citadines sur la production de ces poètes devra donc être prise en considération. Le cas d'al-Ḥīra, sur lequel j'aurai l'occasion de revenir en détail, est assez significatif. De tous les poètes du corpus, il n'en existe à vrai dire que deux qui puissent à proprement parler être considérés comme des poètes citadins de cette ville, y ayant vécu de façon durable : Abū Du’ād al-Iyādī, mort vers 550, qui fut vraisemblablement écuyer (ou connétable) d'al-Munḏir III (503-554) ; et ‘Adī b. Zayd, mort vers 590, qui fut l'un des favoris et probablement le secrétaire d'al-Nu‘mān IV (580-602). ‘Adī, comme Laqīt b. Ya‘mur (mort vers 580), fut également pendant un temps secrétaire du roi sassanide Ḫusraw Ier (531-579). Mais al-Ḥīra semble aussi avoir attiré, dans la seconde moitié du vie siècle surtout, nombre de poètes itinérants, nomades pour la plupart, dont les séjours épisodiques à la cour des souverains laḫmides sont notamment attestés par les panégyriques qu'ils leur ont dédiés. C'est le cas de pas moins de douze des cent poètes du corpus : Ṭarafa, al-Musayyab, al-Mumazzaq, ‘Abīd Aws b. Hağar, al-Mutalammis, al-Ḥāriṯ b. Ḥilliza, Laqîṭ b. Ya‘mur, ‘Amr b. Kulṯūm, al-Muṯaqqib, al-A‘šä Nahšal et al-Nābiġa al- Ḏubyānī. J'adjoindrai aussi à cette classe de poètes al-A‘šä al-Kabīr (mort vers 630), neveu d'al-Musayyab, qui, bien que plus tardif que tous les poètes précédemment cités, semble avoir vécu à al-Ḥīra ou dans ses environs, et dont la poésie possède un certain nombre de points communs avec celle de ‘Adī b. Zayd.

  • 33 Histoire, vol. II, p. 284-289 (« Textes attribués à des poètes-brigands ») ; et p. 321-329 (« Les (...)

58Pour ce qui concerne les poètes ayant vécu en milieu nomade, les poètes dits de tribu, c'est par le biais de l'appartenance tribale que la région dans laquelle ils ont vécu peut être délimitée. Mais chaque tribu nomadisait sur une aire géographique souvent très vaste et susceptible de varier d'une décennie à l'autre. La situation géographique du poète qui est déduite de son appartenance tribale ne doit donc pas être prise au pied de la lettre. Nombreux sont d'ailleurs les poètes qui ont voyagé, et les contacts ont dû être nombreux et suivis entre les différentes régions du domaine arabe. Il est enfin des poètes dont les attaches tribales sont très lâches et qui sont à proprement parler des "poètes itinérants" ou des "poètes-brigands" (su‘lūk pl. ṣa‘ālīk), pour reprendre les expressions employées par Blachère33.

  • 34 Histoire, vol. II, entre les pages 248 et 249.

59Les subdivisions géographiques indiquées dans la rubrique "région" des fiches de l'annexe I qui sont consacrées aux poètes nomades sont largement inspirées de celles adoptées par Blachère, dont j'ai reproduit la carte à la page 34934. Le terme "Sud-Ouest" (SO) désigne le Yémen septentrional et la région de Nağrān ; "Ouest" (O) désigne les confins du Ḥiğāz, le ‘Asīr (Wādī Qanawnā) et le Ḥiğāz proprement dit, soit de Ṭā’if à Tabūk, en passant par La Mecque, Médine, le Wādī al-Rumma et le Wādī al-Qurā ; "Centre" (C) désigne le Nağd, du Wādī Ranya et du Wādī Dawāsir au sud jusqu'au Ǧabal Šammār au nord, et la Yamāma ; "Est" (E) désigne la région du Bas-Euphrate ; "Sud-Est" (ES) le Ḥasā’ et Bahrayn ; "Nord-Est" (EN), la région du Moyen-Euphrate ; "Nord" (N), enfin, désigne la Syrie et les confins de la Palmyrène. Pour les "poètes itinérants" (I) comme pour les poètes ṣu‘lūk-s (pl. ṣa‘ālīk) ou "poètes-brigands" (Sk), lorsqu'une zone géographique est mentionnée, c'est de celle où évoluait leur tribu d'origine qu'il s'agit, à titre purement indicatif. La répartition des tribus ou des groupes tribaux suivant les zones géographiques ainsi délimitées est la suivante :

  1. Nord : Kalb et Quḍā‘a35.
  2. Est : Bakr, Taġlib et ‘Abd al-Qays36.
  3. Centre : Qays b. ‘Aylān, Tamīm, ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a, Asad, Tayy, Bāhila et Dabba37.
  4. Ouest : 'Abs, Ḍubyān, Sulaym, Hawāzin, Huḏayl, Ṯaqīf, ‘Adwān, Azd, ‘Uḏra et Ḏuhl38.
  5. Sud-Ouest : Maḏḥiğ39.

60Cette répartition appelle quelques remarques. Disons d'abord que, comme pour ce qui concerne la périodisation, les catégories définies, qui serviront de point de départ à l'analyse, sont susceptibles d'être révisées au fur et à mesure de l'évolution de celle-ci. Elles ne doivent donc en aucun cas être considérées comme étanches. Le cas des poètes tamīmites nous montre bien les limites inhérentes à de telles subdivisions : les dimensions du groupe et de l'aire géographique occupée par les tribus ou les clans qui en sont issus sont considérables et il est possible que certains d'entre eux aient nomadisé dans l'est de la Péninsule et jusque dans la région de l'Euphrate. Quant à la délimitation entre "centre" et "ouest", elle est plus fragile encore : les tribus des ‘Abs, des Ḏubyān et des Sulaym, notamment, qui nomadisaient aux confins du Ḥiğāz, doivent peut-être être distinguées de celles qui occupaient le Ḥiğāz proprement dit, Huḏayl, Ṯaqīf ou Hawāzin. Les catégories ci-dessus doivent donc être considérées comme provisoires et l'analyse détaillée des œuvres attribuées à chacun des poètes du corpus nous amènera sans aucun doute à en reconsidérer la pertinence sous tel ou tel aspect particulier.

Carte tirée de R. Blachère, Histoire, vol. II (tous droits réservés)

4. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MODÈLES ET GROUPES DE MODÈLES DE VERS

  • 40 B. Paoli, « Aux sources de la métrique arabe », Bulletin d'études orientales, n° XLVII (1995), p. (...)

61Dans le tableau dressé à la page suivante figurent, pour chaque modèle ou groupe de modèles de vers, le nombre de vers recensés dans le corpus, tous poètes et toutes périodes confondus, et le pourcentage que ces vers représentent par rapport au nombre total des vers recensés. Celui-ci est calculé d'après le nombre de vers plutôt que d'après le nombre de pièces et de fragments. En fait, les deux calculs aboutissent sensiblement aux mêmes résultats, comme je l'ai montré dans mon article intitulé « Aux sources de la métrique arabe », en comparant mes propres estimations statistiques à celles établies par Braünlich et Stoetzer40. Ce choix n'est pourtant pas neutre. S'il pourrait paraître discutable dans le cas de poètes plus tardifs, dont les poèmes ont été mieux préservés et nous ont le plus souvent été transmis complets, il est par contre totalement justifié dans le cas des poètes anciens, dont les œuvres nous sont parvenues par bribes, souvent incomplètes ou éparpillées à travers plusieurs recensions ou citations. Tous ces poèmes sont de dimensions très inégales et les fragments de quelques vers ou les vers isolés sont très nombreux. Or, bien qu'il n'existe pas de certitudes en la matière, nombre de ces vers isolés, de même mètre et de même rime, semblent souvent avoir appartenu, à l'origine, à une seule et même pièce. Dans une telle situation, il est donc préférable de tenir le compte des vers plutôt que des poèmes ou numéros d'entrée des dīwān-s. J'ai aussi fait figurer dans ce tableau les statistiques concernant les groupes de modèles de vers, qaṣīd, ramal-A, ramal-B, rağaz et rağaz double tels qu'ils ont été reconstitués, à titre d'hypothèse, dans le chapitre IV. Je n'y ai par contre pas fait figurer la totalité des modèles de vers. Pour le ṭawīl, par exemple, le détail de la répartition des vers attestés suivant les trois modèles employés (T-1, T-2 et T-3) n'est pas représentée, car elle ne joue pas un rôle primordial dans la présentation d'ensemble qui est donnée ici.

  • 41 Ces trente vers et demi sont, pour l'essentiel, des vers ou hémistiches isolés dont le mètre n'a p (...)

62Note 4141

63Les estimations statistiques ci-dessus permettent de constater que les cinq mètres du qaṣīd sont de très loin les plus employés, selon l'ordre suivant : le ṭawīl, tout d'abord, très loin devant, dans lequel sont composés plus des deux tiers des vers du corpus ; puis, dans l'ordre, le wāfir, le kāmil, le basīṭ et le mutaqārib. Suivant les modèles de vers longs dérivés de ces cinq mètres, dont sont donc exclues les formes courtes du basīṭ et du kāmil, sont composés plus de 83 % des vers inventoriés. Viennent ensuite le ḫafif (4,39 %), le rağaz (3,55 %), le ramal (2,23 %), le kāmil mağzū’ (1,86 %), le sarī‘ (1,8 %), le munsariḥ (1,47 %), le hazağ (0,48 %) et le basīṭ mağzū’ (0,31 %). L'emploi des modèles de vers restants est quasi exceptionnel, ce qui ne veut pas dire que l'examen de l'usage qui en est fait doive être négligé, bien au contraire.

64Avant même d'entrer dans le détail de l'analyse des données inventoriées, la seule répartition géographique des poètes de chacune des six périodes appelle quelques observations. En effet, parmi les poètes les plus anciens du corpus, ceux ayant vécu, au plus tard, durant la première moitié du vie siècle, nombreux sont ceux qui sont issus des deux principaux groupes tribaux de l'est de la Péninsule, Bakr et Taġlib. Au premier des deux appartiennent Sa‘d b. Mālik (mort vers 530), ‘Amr b. Qamī’a (mort vers 540), Muraqqiš al-Akbar (mort vers 550) et al-Find (mort vers 540). Les trois premiers de ces quatre poètes sont de la tribu des Qays b. Ṯa‘laba. De plus, Sa‘d b. Mālik est le père de Muraqqiš al-Akbar, lui-même oncle de ‘Amr b. Qamī’a et de Muraqqiš al-Aṣġar, ce dernier étant l'oncle de Ṭarafa. Ces deux derniers poètes appartiennent à la deuxième des six périodes délimitées, sur laquelle je vais revenir dans un instant. Quant au groupe des Taġlib, il ne s'en trouve qu'un seul poète, Muhalhil, mort vers 530. À tous ceux qui viennent d'être cités, il faut ajouter un poète citadin d'al-Ḥīra, Abū Du’ād (mort vers 550) et un poète itinérant, ‘Abīd b. al-Abras (mort vers 550), qui subit vraisemblement l'attraction de la cour laḫmide. Par contraste, les poètes nomades d'Arabie centrale et occidentale sont sous-représentés : un seul poète pour chacune de ces deux zones, al-Ṭufayl b. ‘Awf et Bašāma b. al-Ġaḍîr respectivement, tous deux morts aux environs de 550. Pour ce qui est de la seconde période, qui regroupe les poètes morts entre 560 et 580, la proportion des poètes d'Arabie orientale demeure très forte, soit huit poètes sur dix-huit, dont six appartiennent au groupe Bakr : Ṭarafa (mort vers 560), Muraqqiš al-Aṣġar, al-Musayyab (morts vers 570), al-Ḥāriṯ b. Ḥilliza (mort entre 570 et 580), al-Ḫirniq, sœur de Ṭarafa, et al-Mutalammis (tous deux morts vers 580). Le septième, al-Mumazzaq (mort vers 570), appartient, quant à lui, au groupe ‘Abd al-Qays ; et le dernier, Laqīṭ b. Ya‘mur (mort vers 580), à la même tribu qu'Abū Du’ād, les Iyād. La plupart de ces poètes semblent par ailleurs avoir subi l'attraction de la cour d'al-Ḥīra, comme l'attestent les œuvres qui leur sont attribuées, panégyriques dédiés aux souverains laḫmides notamment, et les anecdotes qui nous sont rapportées à leur sujet.

  • 42 Voir supra, Introduction, p. 55-56. Le corpus établi ici ne comporte que deux poètes issus de grou (...)

65Il reste à savoir si ce constat est réellement pertinent et si cette dominante orientale est réellement significative ou, au contraire, le seul fruit du hasard et des vicissitudes de la transmission et de la recension de la poésie ancienne. Comme je l'ai signalé dans le premier chapitre, le développement des sciences philologiques, durant les premiers siècles de l'islam, aboutit rapidement à la définition d'une norme linguistique dont certains groupes tribaux furent considérés comme les dépositaires : l'appellation de fuṣaḥā’ al-‘arab ("Arabes parlant une langue pure") semble s'être appliquée préférentiellement aux groupes Tamīm, Kilāb et Asad. Et la définition d'une telle norme linguistique n'a pu manquer d'influencer en retour la recension de la poésie ancienne. La collecte de vers ayant pour premier objectif d'étayer ou de discuter des points de grammaire et des problèmes de langue, la poésie attribuée à des membres de ces tribus au parler correct fut probablement mieux préservée que celle de tribus n'appartenant pas à l'aire délimitée, comme les Kalb et les Quḍā‘a au nord, dont les vestiges littéraires sont très réduits42. Ceci n'exclut bien sûr pas d'autres facteurs plus ou moins aléatoires comme celui de la proximité géographique des groupes tribaux par rapport aux centres urbains de Kūfa et Baṣra où les philologues étaient basés. Comme le dit Blachère :

  • 43 Histoire, vol. I, p. 83.

« Par leur proximité des centres iraqiens, par l'importance des colonies Tamīmites et bakrites, dans ces centres, l'attention des érudits et des "logographes" n'a pu manquer de se porter de préférence sur les œuvres en vers colportées ou forgées dans ces groupes représentant par ailleurs les vrais détenteurs de la norme linguistique43. »

  • 44 Voir supra, Introduction, p. 56-57.

66Il est donc fort possible que la vision que nous avons de la situation soit totalement faussée, les témoins que nous possédons de la pratique poétique au vie siècle n'étant en somme que le résultat d'une sélection opérée par les philologues médiévaux dans la masse des données qui leur étaient transmises, sélection qui ne peut être considérée comme représentative de la pratique poétique ancienne. Cette éventualité interdirait donc de déduire de cette prédominance des poètes nomades et citadins (d'al-Ḥīra) orientaux une quelconque antériorité historique et de faire l'hypothèse que le berceau de la poésie arabe se trouve dans cette région. La même remarque vaudrait aussi pour les poètes des périodes suivantes. Bakr et Taġlib disparaissent totalement de la situation, au profit des poètes nomades d'Arabie centrale et occidentale et des poètes des cités du Ḥiğāz, Médine, La Mecque et Tā’if. Encore une fois, ce déplacement de l'activité poétique de l'est à l'ouest de la Péninsule, à l'évidence lié à des facteurs historiques (fin du royaume laḫmide d'al-Ḥīra et avènement de l'islam à Médine et à La Mecque), n'est peut-être qu'une apparence trompeuse. Autrement dit, le fait que ces poètes soient en quelque sorte placés sous les feux de l'histoire, à laquelle ils participent souvent activement (et verbalement), aurait favorisé la conservation de leur poésie. Au contraire, au début du viie siècle, les groupes Bakr et Taġli, et avec eux la majorité de leurs poètes de tribu, tombent dans les oubliettes de l'histoire et, en conséquence, de l'histoire littéraire. J'ai évoqué, dans l'introduction, le cas de la poésie cultivée par les nomades de la Péninsule, occultée, depuis l'époque abbasside et de longs siècles durant, par la poésie citadine, et qui refait surface à la fin du xixe siècle grâce au zèle de quelques voyageurs et orientalistes européens44. La remarquable permanence des techniques poétiques, et des mètres en particulier, laisse pourtant supposer qu'il n'y a pas eu de rupture et que la tradition poétique "bédouine" s'est perpétuée jusqu'à nos jours à l'ombre de la poésie classique citadine des Abû Nuwās, al-Mutanabbī et autres Sawqī, non certes sans modifications, essentiellement conditionnées, comme nous l'avons vu, par l'évolution de la langue elle-même. Absence de témoignages ne veut donc pas dire absence de poésie ou de poètes, et les circonstances historiques sont donc pour beaucoup dans l'image qui nous est donnée de l'histoire littéraire. Au bout du compte, toutes ces observations sont de nature à nous inciter à utiliser les textes disponibles avec une prudence redoublée.

67Mais il n'en reste pas moins que les poèmes qui nous ont été transmis attestent à l'évidence d'une "tradition poétique" extrêmement vivace, tout au long du vie siècle, en Arabie orientale et, sûrement, dans la cité d'al-Ḥīra, laquelle en est le principal, sinon le seul, pôle d'attraction. Par ailleurs, dans la mesure où la langue des Tamīm est considérée par les philologues classiques comme l'une des plus conformes à la norme linguistique qu'ils ont eux-mêmes définie, la logique voudrait que la poésie attribuée aux poètes de ce groupe tribal soit particulièrement bien représentée dans les recensions médiévales et dans le corpus des textes qui nous sont parvenus. C'est effectivement le cas pour ce qui concerne la seconde moitié du vie siècle et le viie siècle. Par contraste, le fait que nous n'ayons aucun poète Tamīmite avant 550 peut donc être considéré comme un fait relativement significatif : il laisse à penser que la pratique de la poésie, au moins pour ce qui concerne le qaṣīd et le ramal, serait plus tardive en Arabie centrale qu'en Arabie orientale. Je reviendrai bientôt en détail sur les différences notables entre les usages métriques propres aux poètes de ces deux zones géographiques.

68L'évolution de l'emploi des différents mètres durant les deux siècles qui nous intéressent appelle également quelques premières observations. Comme je l'ai déjà dit, plus des quatre cinquièmes des vers inventoriés, toutes tranches périodiques confondues, sont composés suivant les modèles de vers du qaṣīd. Aucune des six périodes définies n'échappe à cette prépondérance, voire omniprésence, des modèles de vers longs. Leur proportion est pourtant bien inférieure à cette moyenne dans la première moitié du vie siècle (72,32 %) ; et elle augmente ensuite considérablement, notamment au viie siècle : 83,21 % durant la seconde période ; 80,66 % durant la troisième ; puis respectivement 83,55 %, 86,26 % et 87,78 % pour les trois tranches suivant lesquelles j'ai subdivisé les deux premiers tiers du viie siècle. Corrélativement, la proportion des modèles de vers que j'ai rangés dans les catégories du ramal-A et du ramal-B est beaucoup plus importante chez les poètes de la première moitié du vie siècle. Le cas des mètres hazağ et madīd est particulièrement significatif à cet égard. Les estimations chiffrées les concernant sont reportées dans le tableau ci-dessous :

69La très grande majorité des vers de hazağ du corpus, soit 113 sur 188, sont attribués à des poètes de la première période, morts avant 550. Encore employé par ceux de la seconde moitié du vie siècle (7 et 38, soit en tout 45 vers), il devient pour ainsi dire exceptionnel dans les compositions poétiques datées du siècle suivant. De même, l'usage du madīd, bien que déjà très rare durant la première période, décline très nettement tout au long du ve siècle et jusqu'à l'aube du VIe ; et près des trois quarts des 114 vers conservés sont attribués à des poètes supposés morts avant 580. Il est fort probable, comme nous le verrons bientôt, au moment d'examiner le répertoire des modèles de vers région par région, que ces faits doivent être mis en rapport avec cette prédominance des poètes d'Arabie orientale dans les trois premiers quarts du vie siècle.

5. "ÉCOLES" ET TRADITIONS LOCALES

5. 1. LES "ÉCOLES" POÉTIQUES DE GRÜNEBAUM

  • 45 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 328-329 ; et G. von Grünebau (...)
  • 46 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 329-332.
  • 47 G. von Grünebaum, ibid., p. 333-342.

70Selon Grünebaum, le processus de nivellement qui aboutit, dans le courant du viie siècle, à l'uniformisation de la tradition poétique et à l'intégration des différentes traditions antérieures aurait commencé au début du vie siècle ; et les traits linguistiques et formels caractéristiques de ces différentes tendances ou "écoles" constitutives de la tradition poétique arabe en voie d'uniformisation devraient pouvoir être décelées grâce à un examen des vers et poèmes attribués à des poètes du vie siècle45. Il s'attache en premier lieu à l'étude des techniques linguistiques de la description, dont on sait la place importante qui lui est dévolue dans la poésie arabe en général et dans les vers anciens en particulier46. L'analyse des œuvres attribuées à un certain nombre de poètes lui permet de retracer l'évolution de l'emploi de chacune de ces techniques dans le temps et dans l'espace. Les motifs constitutifs du nasīb et le lexique sont également pris en compte47. Cette analyse aboutit à une catégorisation, provisoire selon l'auteur, des poètes dont l'œuvre a été examinée, et à la définition de pas moins de six "écoles".

  • 48 G. von Grünebaum, ibid., p. 342.

71La première est constituée des poètes appartenant à la tribu des Qays b. Ṯa‘laba (groupe Bakr) dont il a déjà été question plus haut : Sa‘d b. Mālik, Muraqqiš al-Akbar, ‘Amr b. Qamī’a, Muraqqiš al-Aṣġar, Ṭarafa et Musayyab b. ‘Alas et al-A‘šä al-Kabīr (mort en 630)48.

  • 49 Ce poète, qui ne figure pas dans mon corpus, n'est pas non plus mentionné par Blachère. Une courte (...)
  • 50 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 343 ; et G. von Grünebaum, « (...)

72Le chef de file du second groupe est ‘Abīd b. al-Abras, mort vers 550. Les poètes Bišr b. Abī Ḫāzim (mort aux environs de 600) et al-Ǧumayh49, qui sont tous les deux membres du groupe Asad, comme ‘Abīd, appartiennent à ce groupe50.

  • 51 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 343-344 ; et « Pre-Islamic P (...)

73La troisième classe regroupe Imru’ al-Qays (mort vers 550), ‘Alqama (mort vers 560) et al-Aswad b. Ya‘fur (al-A‘šä Nahšal, mort vers 590). Les deux premiers sont contemporains et, comme je l'ai déjà signalé, se sont probablement rencontrés. Imru’ al-Qays, bien que n'ayant pas donné naissance à une école particulière, paraît avoir eu sur les générations suivantes de poètes une influence considérable, dépassant le cadre tribal ou même régional. Quant à 'Alqama, il aurait fortement influencé al-A‘šä Nahšal51.

  • 52 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 340-341 et p. 344 ; et « Pre (...)

74Dans le cas du quatrième groupe, il semble difficile de parler d'école dans la mesure où il s'agit d'un poète isolé, Ṭufayl al- Ġanawī, mort vers 550 selon une estimation généralement bien admise. Grünebaum remet donc en cause l'idée d'une filiation artistique entre ce poète et Aws b. Hağar (mort vers 570), qui aurait pourtant, selon les sources arabes, été son transmetteur. Aws se serait donc contenté de transmettre les poèmes de Tufayl sans pour autant subir son influence poétique. Plus encore, se fiant à une anecdote qui le met en présence de Zayd al-Ḫayl (mort entre 530 et 540), Grünebaum remet en cause la datation supposée de Ṭufayl pour situer son existence dans les premières décennies du viie siècle, soit une ou deux générations après Aws52.

75Ce dernier serait donc le chef de file de la cinquième "école", à laquelle appartiennent aussi Bašāma b. al-Ġaḍīr, Zuhayr b. Abī Sulmā, Ka‘b b.

  • 53 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 344.

76Zuhayr et al- Ḥuṭay’a. Les deux derniers nommés ont été les transmetteurs de Zuhayr, lui-même transmetteur de Aws53.

  • 54 G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », p. 152-153 ; et G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, (...)

77Le dernier groupe, enfin, est celui des poètes ayant fréquenté la cour des souverains laḫmides d'al-Ḥīra. Grünebaum cite Abū Du’ ād al-Iyādī (m. ± 550), al-Mutalammis (m. ± 580), Ṭarafa (m. ± 560), ‘Adī b. Zayd (m. ± 590), al-Muṯaqqib al-‘Abdī (m. ± 590), ‘Abd Qays b. Ḫufāf (m. ± 590) et al-A‘šä Maymūn (m. ± 630). Le cas d'al-Nābiga al-Dubyānī (m. ± 600), qui présente des problèmes particuliers, n'a pas été pris en compte54.

78Dans bien des cas, il semble difficile de parler d'"écoles" proprement dites. Dans le cas des deux premiers groupes, il est possible de se poser la question de savoir si les choix de Grünebaum n'ont pas été en premier lieu guidés ou influencés par les données concernant l'appartenance tribale des poètes. Le cas de Ǧumayh est assez significatif de cette tendance. De même, pour ce qui est des poètes du premier groupe, tous d'origine qaysite (des Qays b. Ṯa‘laba), les similitudes et influences stylistiques et techniques n'apparaissent pas toujours évidentes. D'autant que des poètes appartenant également à la branche qaysite du groupe Bakr sont affiliés à l'"école" d'al-Ḥīra : c'est le cas de Ṭarafa, al-Mutalammis et al-A‘šä. Bien sûr, tous ont fréquenté la cour d'al-Ḥīra à un moment ou à un autre de leur existence. Mais c'est également le cas d'al-Musayyab qui est pourtant inventorié parmi les poètes qaysites. D'une manière générale, c'est le rapport entre les poètes nomades des groupes Bakr et Taġlib, mais aussi ‘Abd al-Qays, représenté par al-Muṯaqqib et al-Mumazzaq, qui ont tous deux fréquenté la cour d'al-Ḥīra, et les poètes citadins de cette ville qui reste à éclaircir et à préciser.

5. 2. LA POÉSIE À LA COUR D'AL-ḤĪRA

  • 55 Voir par exemple Aġānī, vol. II, p. 87-88.
  • 56 G. von Grünebaum, « Abū Du' ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 83 : « Au fur et à mesure q (...)

79Les deux seuls poètes que l'on puisse, à proprement parler, qualifier de poètes citadins d'al-Ḥīra sont Abū Du’ād et ‘Adī b. Zayd, tous les autres étant, avant tout, des poètes itinérants ou des poètes tribaux de passage, ayant séjourné à al-Ḥīra de manière épisodique seulement. Les œuvres qui sont attribuées à Abū Du’ād et ‘Adī méritent donc, comme l'a bien montré Grünebaum, qu'on leur accorde un intérêt tout particulier. Les philologues arabes considéraient la langue de ces deux poètes comme "non nağdienne", c'est-à-dire non conforme à la koyné poétique employée par la grande majorité des poètes anciens55. L'examen de leurs vers ne permet pourtant de déceler que quelques rares déviations, le plus souvent limitées au lexique, concernant quelques mots d'origine iranienne notamment, ou des mots rares que l'on retrouve chez l'un et chez l'autre, voire chez un autre poète d'al-Ḥīra ou de sa région56. Il n'y a donc là rien qui justifie le jugement émis par les érudits médiévaux : sous ses aspects morphologique, syntaxique et formulaire, la langue de ces poètes paraît tout à fait conforme à la norme. Par contre, l'examen des modèles de vers employés par ces deux poètes va nous fournir quelques indications intéressantes concernant un éventuel particularisme régional propre aux poètes d'al-Ḥīra. Disons tout d'abord que le répertoire métrique d'Abū Du’ād et de ‘Adī est extrêmement riche et varié. Le premier emploie douze mètres différents, soit plus que la plupart de ses contemporains et des poètes des générations ultérieures. L'inventaire des modèles de vers suivant lesquels sont composés les poèmes qui leur sont attribués est reporté dans le tableau ci-dessous.

80La proportion des modèles de vers du qaṣīd (42,76 %) est deux fois moindre que la moyenne, qui se situe, je le rappelle, au-dessus des 80 %. Corrélativement, les modèles du ramal-A sont beaucoup plus employés qu'ailleurs : leur proportion est même plus importante que celle du qaṣīd. Mais, parmi ces modèles, ce sont surtout le ḫafīf et le ramal qui sont privilégiés. Le sarī‘, le munsariḥ et le madīd sont par contre, à peu de choses près, employés dans les mêmes proportions que chez les poètes d'autres régions et périodes Quant au ramal-B, il est également en faveur : le hazağ et le kāmil mağzū’y sont beaucoup plus courants que la moyenne (6 % à eux deux, contre 2,5 % sur la totalité du corpus). 'Adî b. Zayd est d'ailleurs l'un des seuls poètes anciens à faire usage du ramal mağzū’ et du hafif mağzū’, attestés chacun par un unique fragment de deux vers. Le rağaz, enfin, n'est employé que par le premier de ces deux poètes, dans deux fragments de cinq et deux vers respectivement.

81Plus encore que dans le cas des autres poètes, l'authenticité et l'attribution de ces vers de rağaz sont sujettes à caution. Mais elles ne remettent pas en cause les particularités qui viennent d'être observées et qui sont communes à ces deux poètes : leur prédilection pour le ramal, le ḫafif et les modèles de vers du ramal-B est très marquée.

  • 57 G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 101-103.

82Ces particularités avaient bien été remarquées par Grünebaum pour ce qui concerne Abū Du’ ād et généralisées à l'ensemble des poètes ayant subi l'influence de la cour d'al-Ḥīra57 :

  • 58 G. von Grünebaum, ibid., p. 102.

« L'usage du ramal, dit-il, apparaît comme une caractéristique propre à cette école [celle d'al-Ḥīra]58. »

83Et, plus loin :

  • 59 G. von Grünebaum, ibid., p. 103.

« La seconde caractéristique métrique de cette école est une certaine prédilection pour le ḫafîf, attesté chez Abū Du’ ād (15 poèmes), ‘Adī (7) et al-A‘šä (5). Ce mètre, ajoute-t-il, a cependant été occasionnellement employé par d'autres poètes de cette époque59. »

  • 60 À Imru’ al-Qays sont d'ailleurs attribués trois poèmes composés suivant le modèle du ramal-2, et n (...)
  • 61 Voir infra, annexe III, p. 526-527.

84Par contre, son affirmation selon laquelle le ramal n'aurait pas été employé ailleurs que chez ces poètes, à l'exception, dit-il, d’Imru’ al-Qays, doit être corrigée60. En effet, dès le milieu du vie siècle, ce mètre est employé par des poètes bédouins d'Arabie centrale ou occidentale, comme ‘Alqama, Hiḏās b. Zuhayr, al-Afwah al-Awdī, Zuhayr b. Abī Sulmā et ‘Antara, comme cela apparaît dans le tableau 16 de l'annexe III, dans lequel est inventorié l'ensemble des vers de ramal du corpus61.

  • 62 G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », p. 152-153.

85L'école d'al-Ḥīra n'a donc pas l'exclusivité de l'usage du ramal, loin s'en faut. Et l'hypothèse avancée par Grünebaum selon laquelle ce mètre serait « une adaptation aux exigences de la métrique arabe du vers octosyllabe pehlevi62 », qui ne repose d'ailleurs sur aucun argument sérieux, ne se justifie pas dans les faits tels qu'ils se présentent à nous. Selon Grünebaum :

  • 63 G. von Grünebaum, ibid., p. 153.

« Il n'y a certainement aucun obstacle à accepter l'idée d'une influence persane sur la technique poétique arabe dans les régions riveraines de l'Iran et sous sa suzeraineté63. »

  • 64 E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », Journal asiatique (1930) (...)
  • 65 Voir infra, annexe III, p. 514-515.

86Cette idée est effectivement tentante et n'a pas manqué d'orienter la réflexion des spécialistes de la littérature iranienne. C'est notamment le cas de Benveniste qui a tenté de trouver une solution de continuité entre la littérature iranienne préislamique et la littérature persane classique par la démonstration, peu convaincante au demeurant, que le mutaqārib épique persan est dérivé du vers hendécasyllabe pehlevi64. J'y reviendrai bientôt au moment de traiter le cas de ce mètre dans la poésie arabe ancienne. Mais pour revenir au ramal, il est donc employé de bonne heure par des poètes de l'intérieur de la Péninsule et l'examen des vers attribués aux poètes ayant séjourné à al-Ḥīra et aux poètes nomades d'Arabie orientale va révéler une situation qui est beaucoup plus complexe que ne le laisse croire Grünebaum. L'inventaire des modèles de vers employés par les poètes ayant fréquenté la cour des laḫmides est représenté dans le tableau 7 de l'annexe III65.

87Ces poètes sont en grande majorité originaires d'Arabie orientale, ce qui s'explique par la proximité d'al-Ḥīra des lieux où ils avaient coutume de nomadiser. Cinq d'entre eux appartiennent au groupe Bakr : Ṭarafa, al-Musayyab, al-Mutalammis, al- Ḥāriṭ b. Ḥilliza et, le plus tardif de tous, al-A‘šä al-Kabīr. ‘Amr b. Kulṯūm appartient à la tribu des Taġlib, tandis que deux autres, al-Mumazzaq, al-Mutaqqib, appartiennent au groupe des ‘Abd al-Qays. Laqīt b. Ya‘mur est, comme Abū Du’ ād, un membre de la tribu des Iyād. Enfin, les quatre poètes restants sont considérés comme des poètes itinérants, n'ayant probablement jamais joué le rôle de poètes de tribu mais ayant au contraire parcouru la Péninsule à la recherche de protecteurs et de mécènes, d'où leur présence à la cour d'al-Ḥīra à un moment ou à un autre du vie siècle. Ces poètes sont ‘Abīd b. al-Abras, Aws b. Hağar, al-A‘šä Nahsal et al-Nābiga al-Dubyānī.

  • 66 Mu‘allaqātA, p. 431-505.
  • 67 Histoire, vol. II, p. 252.

88La proportion des modèles de vers du qaṣīd est beaucoup plus proche de la moyenne dans les vers attribués à ces poètes que chez ceux d'al-Ḥīra (77,31 %) : près d'un tiers des vers recensés sont notamment composés suivant l'un ou l'autre des modèles du ṭawīl Mais ceux du ramal-A et du ramal-B restent toutefois bien attestés : 14,76 % et 5,06 % respectivement. Le ḫafîf et le ramal sont cependant loin de jouir de la même faveur que chez Abū Du’ ād et ‘Adī b. Zayd. Seuls quatre des treize poètes pris en considération emploient le ramal de manière significative, tandis que le taux relativement élevé de ḫafîf est dû, pour moitié, à un long poème de quatre-vingt-quinze vers attribué à al-Harīt b. Hilliza et figurant parmi les Mu‘allaqa-s66. Sa longueur et son style trahissent sûrement, comme le dit Blachère, « l'œuvre d'un pasticheur épris de termes rares et animé de sentiments pro-bakrites67 ». Quoi qu'il en soit de l'authenticité de cette pièce, les tendances très marquées observées chez les poètes d'al-Ḥīra ne se retrouvent pas vraiment chez ces "hôtes" occasionnels.

5. 3. LES POÈTES D'ARABIE ORIENTALE AU VIe SIÈCLE

5. 3. 1. Al-Ḥīra et son environnement

  • 68 Voir infra, annexe III, p. 516-517.

89J'ai réparti les poètes nomades appartenant à des groupes tribaux d'Arabie orientale en deux catégories, selon qu'ils ont ou non fréquenté la cour des rois laḫmides d'al-Ḥīra. Les statistiques métriques propres à ces deux catégories de poètes sont récapitulées dans les tableaux 8 et 9 de l'annexe III68.

90La comparaison des données figurant dans ces tableaux aboutit à un résultat en un sens paradoxal. En effet, c'est chez les poètes n'ayant vraisemblablement pas fréquenté la cour d'al-Ḥīra que l'on retrouve les tendances observées chez Abū Du’ ād et ‘Adī b. Zayd. La proportion des mètres ḫafîf, ramal et hazağ y est en effet très élevée. Du coup, le ramal-A représente plus du quart des vers recensés, tandis que la proportion des modèles de vers courts du ramal-B est plus élevée encore que chez les poètes d'al-Ḥīra. Si tant est que ces estimations statistiques puissent réellement être considérées comme significatives, elles laisseraient donc à penser que ce n'est pas à al-Ḥīra ou dans la poésie iranienne préislamique qu'il faut rechercher l'origine de ces mètres, mais bel et bien dans une tradition propre aux tribus arabes de l'est de la Péninsule.

91L'opinion de Grünebaum et de Blachère concernant le rôle central joué par al-Ḥīra dans l'élaboration et l'évolution de la tradition poétique arabe doit donc probablement être atténuée, même si, bien sûr, d'autres aspects que la métrique entrent en ligne de compte. D'après Blachère, il est probable que :

  • 69 Histoire, vol. II, p. 363.

« Le centre d'al-Ḥīra a vu se développer un système prosodique, différent sur nombre de points de celui des Nomades, pris plus tard comme norme par les métriciens de Bassora à la fin du iie/viiie siècle69. »

92Et d'ajouter, un peu plus loin :

  • 70 Histoire, vol. II, p. 363.

« À coup sûr, on sent à al-Ḥīra une ambiance, une tonalité qui tendent à créer un particularisme ; par sa proximité des grands Nomades d'Arabie Centrale et Orientale, par ses contacts avec les groupes euphratiens et le monde iranien, ce centre a créé chez les poètes qui y sont nés ou qui y ont séjourné des besoins et des moyens d'expression qui les distinguent du reste de la Péninsule ; dans le domaine de la métrique, deux systèmes ont fort bien pu se développer, s'imbriquant et se complétant : l'un étant celui propre aux Nomades, caractérisé par l'emploi des mètres du qaṣīd, l'autre marqué par l'usage de mètres comme le ramal ou le ḫafîf en immédiat rapport avec la musique70. »

  • 71 Je renvoi e au répertoire métrique établi par D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūḍ in al-And (...)

93Je ne discuterai pas ici du rapport supposé entre ces mètres et la musique. Les témoignages concernant une activité musicale préislamique manquent cruellement. L'affirmation de Blachère ne repose en fait que sur l'extrapolation de faits mieux connus qui sont propres à la période omeyyade. À cette époque, en effet, se développe, dans les villes du Ḥiğāz, une tradition musicale étroitement liée au mouvement littéraire que l'on a coutume d'appeler "ḥiğāzisme" et dont les principaux représentants sont 'Umar b. Abī Rabī‘a, al-‘Arğī, al-Aḥwaṣ, Kuṯayyir et Nuṣayb. Les préoccupations musicales semblent avoir joué là un rôle important dans la création poétique. Et il se trouve que tous ces poètes emploient, de préférence aux modèles de vers longs du qaṣīd, des mètres plus courts, notamment le ḫafîf, suivant lequel sont composés près du quart des poèmes de ‘Umar b. Abī Rabī'a, mais aussi, à un degré moindre, le ramal, le sarī‘, le hazağ ou encore le kāmil mağzū’71. Cette prédilection se retrouve, à l'époque abbasside, chez des poètes comme Bassâr b. Burd, Abû Nuwâs et Abû Tammām. Selon Frolov :

  • 72 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūd in al-Andalus », p. 92.

« la tradition poétique née à al-Ḥīra, bien que négligée par les critiques littéraires et par les auteurs d'anthologies, se perpétua à l'époque omeyyade dans la poésie de 'Umar ibn Abī Rabī‘a (et de quelques poètes mineurs de Médine), et devint même la caractéristique majeure de la poésie arabe durant les premiers temps abbassides [...]. Ce n'est pas un hasard, ajoute-t-il, si des poètes comme Baššār ibn Burd, Abū Nuwās, Muslim ibn al-Walīd, Abû l-'Atāhiya et autres, qui continuèrent et développèrent la tradition de l'école d'al-Ḥīra, étaient d'origine persane72 ».

94Cette continuité apparente est évidemment troublante. Mais l'idée de l'existence d'une "école poétique d'al-Ḥīra", celle de rapports, dans ce milieu et à cette époque, entre certains types de mètres et le chant et la musique et, enfin, celle d'une influence iranienne sur l'élaboration de la tradition propre à cette école, bien que séduisantes et tentantes, manquent de fondements sûrs.

95La conclusion de Blachère concernant le particularisme d'al-Ḥīra reste d'ailleurs très prudente :

  • 73 Histoire, vol. II, p. 363.

« En l'état de notre documentation, dit-il, nous sentons [à al-Ḥīra] l'existence d'une tradition particulière avec des dominantes bachiques, élégiaques et religieuses. Il n'est toutefois pas possible d'aller au-delà de cette impression73. »

  • 74 À ce sujet, voir notamment R. Blachère, « Remarques sur deux élégiaques arabes au vie siècle de J. (...)

96Il n'est pas de mon ressort de discuter de l'aspect thématique dont il est fait état ici. Disons seulement que des tendances élégiaques très nettes sont également présentes chez certains poètes appartenant à des groupes nomades d'Arabie orientale qui n'ont vraisemblablement pas fréquenté la cour d'al-Ḥīra, comme Muraqqiš al-Akbar et, surtout, Muraqqiš al-Aṣġar74. Selon Blachère toujours, le gazal, ou poème d'amour, dont les poètes "Ḥiğāziens" se sont fait une spécialité, est un genre également attesté dans la poésie spontanée ancienne et, en particulier, dans la mélopée chamelière (ḥiḏā’) :

  • 75 R. Blachère, « Le gazal ou poésie courtoise dans la littérature arabe », Encyclopédie de l'Islam, (...)

« D'abord épisodique dans la poésie des nomades d'Arabie centrale et orientale, dit-il, le développement élégiaque dit nasīb semble avoir été intégré à la qaṣīda sous l'effet d'une mode reçue ou créée par des poètes appartenant à des groupes différents de la steppe euphratienne75. »

97Il est bien sûr tout à fait possible que l'influence d'al-Ḥīra, s'il en est une, remonte à des temps plus reculés dont nous ne savons malheureusement rien, auquel cas ces influences auraient déjà été totalement assimilées au début du vie siècle. Mais les ressemblances évidentes entre le répertoire métrique des poètes d'al-Ḥīra et des poètes nomades orientaux restés en tribu d'une part, et le contraste entre ceux-ci et ceux qui ont fréquenté la cour des Laḫmides d'autre part, semblent remettre en cause l'idée d'une tradition propre à al-Ḥīra. Dans l'état actuel de nos connaissances, il n'est pas possible, dans le domaine métrique tout au moins, de parler d'autre chose que d'une prédilection très marquée des poètes de l'est de la Péninsule, de l'Euphrate au Hasā’ en passant par al-Ḥīra, pour les modèles de vers que j'ai rangés dans les deux catégories du ramal-A et du ramal-B.

5. 3. 2. L'usage du hazağ

  • 76 Voir infra, annexe III, p. 528.

98Considérons plus en détails le cas du mètre hazağ Il s'agit, d'une manière générale, d'un mètre extrêmement rare : dans tout le corpus considéré, son occurrence se limite à dix-sept pièces ou fragments, soit 188 vers dont l'inventaire est dressé dans le tableau 17 de l'annexe III76.

99Comme je l'ai déjà signalé, et comme cela apparaît également dans ce tableau, l'emploi de ce mètre semble subir, entre le vie et le viie siècles, une certaine désaffection. Les poètes du vie siècle qui en font usage peuvent être, suivant leur origine géographique, répartis en trois classes :

  1. Les poètes citadins d'al-Ḥīra, Abū Du’ād (m. ± 550) et ‘Adī b. Zayd (m. ± 600).
  2. Les poètes issus de tribus d'Arabie orientale : Muhalhil (m. ± 530), al-Find (m. ± 540), Ṭarafa (m. ± 560) et al-Musayyab (m. ± 570). Les deux derniers seulement ont fréquenté la cour d'al-Ḥīra.
  3. Deux poètes d'Arabie occidentale, l'un citadin, originaire de Médine, Uḥayḥa b. al-Ǧulāḥ (m. ± 540), l'autre nomade, Ḏū al-Iṣba‘ (m. ± 600).
  • 77 Voir notamment Agānī vol. III, p. 86-104.

100Ces éléments semblent indiquer l'existence de ce mètre dans la tradition poétique d'al-Ḥīra dès une époque ancienne et tout au long du vie siècle. Mais ce mètre est également employé par des poètes du Moyen-Euphrate (Muhalhil) et de l'est de la Péninsule (al-Find) qui ont tous deux participé à la guerre de Basūs et ont donc vécu au début du vie siècle sans fréquenter la cour d'al-Ḥīra. Tous les poètes du vie siècle ayant employé ce mètre sont donc des poètes d'al-Ḥīra ou de l'est, à deux exceptions près, Ḏū al-Iṣba‘ et Uḥayḥa qui sont des poètes du Ḥīğāz (et de Médine), à l'autre extrémité de l'ère géographique dans laquelle ont évolué les premiers cités. La biographie de ces deux poètes est pour le moins floue et incertaine. Nous ne savons pour ainsi dire plus rien d'eux que de très anecdotique, et il n'est même pas certain qu'ils aient vécu, comme on l'affirme généralement, durant la seconde moitié du sixième siècle. De Dû al-Isba', on dit qu'il aurait vécu 300 ans ! Quant au poème de vingt-six vers de hazağ qui lui est attribué, il était jugé apocryphe, en tout ou en partie, par certains spécialistes médiévaux77.

101Au viie siècle, le hazağ est employé par des poètes citadins du Ḥiğāz, de La Mecque et de Médine, ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī (m. ± 640) et al-Nu‘mān b. Bašīr (m. 684) ; aussi bien que par des poètes bédouins de la Péninsule morts musulmans : ‘Amr b. Ma‘dîkarib (m. 641), Muzarrid (m. ± 640) et Labīd (m. ± 660), appartenant chacun à une zone géographique et à un groupe tribal différents : le premier, de la tribu des Maḏḥiğ, est originaire du Yémen septentrional ; le second est membre des Dubyân, tribu d'Arabie occidentale ; et le troisième appartient au groupe des ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a d'Arabie centrale. Si ce mètre est proportionnellement moins employé qu'au siècle précédent, son usage paraît toutefois plus répandu.

102L'ensemble de ces renseignements permet-il d'affirmer que le hazağ est à l'origine un mètre propre aux poètes de "l'école d'al-Ḥīra" et aux poètes de l'est de la Péninsule et du Bas-Euphrate, probablement soumis à l'influence et à l'attraction des poètes d'al-Ḥīra ? Il est certain que son emploi est plus fréquent au vie siècle et que la majorité des poètes qui en font usage sont des poètes d'al-Ḥīra ou des groupes Bakr et Taġlib. Il n'est au contraire pas attesté chez les poètes nomades d'Arabie centrale. Son apparition dans la poésie attribuée à des poètes d'Arabie centrale et du Ḥiğāz pourrait donc être consécutive au nivellement des différentes traditions anciennes qui aboutit, dans le courant du vie siècle, à une tradition poétique commune et unifiée. En effet, dès la seconde moitié du vie siècle, le hazağ semble connu et employé d'un bout à l'autre de la Péninsule. Mais les vers attribués à Uḥayḥa b. al-Gulāh et Dû al-Isba' contredisent une telle reconstitution. Par ailleurs, les plus anciens poètes à avoir fait usage de ce mètre, al-Find et Muhalhil, ne semblent pas, si l'on en croit les données historico-biograhiques qui nous sont rapportées à leur sujet, avoir fréquenté la cour d'al-Ḥīra, même si leur participation à la guerre de Basūs les a forcément mis en contact, sur le champ de bataille au moins, avec les Laḫmides, sans parler d'inévitables contacts avec d'autres poètes de la région, en particulier ceux dont on sait avec certitude qu'ils ont séjourné à al-Ḥīra.

  • 78 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūd in al-Andalus », Anaquel de estudios arabes, n° VI (199 (...)
  • 79 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūḍ in al-Andalus », p. 89.

103Il convient de mentionner, pour finir, la thèse de Frolov selon laquelle le hazağ trouverait ses racines « dans une tradition autochtone de chant et de musique, propre aux bédouins d'Arabie centrale et occidentale, à présent éteinte78 ». Cette hypothèse, qui n'est jamais empiriquement justifiée, repose sur l'idée que la division des mètres classiques en trois catégories suivant la position du watid dans les pieds qui en sont constitutifs, division qui est directement inspirée des principes de la théorie des cercles, aurait des corrélats historiques, en ce sens que chacun des trois groupes de mètres aurait une origine différente : de même que le hazağ, le rağaz, dérivé du sağ‘, serait typiquement bédouin ; tandis que le ramal serait une importation d'origine iranienne. Enfin, le plus ancien de ces trois "genres" serait le hazağ79. Les modèles classiques du rağaz, du hazağ et du ramal sont donc considérés par Frolov comme des "primitifs" dont sont génétiquement dérivés, respectivement, les modèles de vers à watid final, initial et médian. Le passage du plan théorique, ḫalīlien en l'occurrence, au plan historique est pour le moins déroutant et, d'un point de vue épistémologique, difficilement acceptable, surtout quand on connaît le degré d'abstraction et d'inadéquation de la théorie des cercles, sur lequel je ne reviens pas. Quant au hazağ, l'étude chronologique et spatiale de son emploi ne permet en aucun cas de justifier l'hypothèse faite par Frolov concernant son origine, bien au contraire.

5. 4. POÈTES CITADINS DU ḤIĞĀZ

104Les témoins de l'existence d'une activité poétique dans les cités du Ḥiğāz au vie siècle sont très maigres. Le cas d'Uḥayḥa b. al-Ǧulāh, mentionné dans le paragraphe précédent, et celui d'al-Samaw’al et de son frère Sa‘ya b. al-Garîd, tous deux poètes de Taymā ', méritent cependant qu'on s'y arrête un court moment.

105Chez les deux poètes de Taymâ', la proportion des modèles du ramal-A est relativement élevée (17,46 %). C'est également le cas d'Uḥayḥa (25 %). Mais aucun de ces trois poètes n'emploie le mètre ramal. Par contre, le ḫafîf, le sarī‘ et le munsarih sont attestés chez chacun d'entre eux. Quant aux modèles de vers courts du ramal-B, al-Samaw'al et Sa‘ya n'en font absolument pas usage, tandis qu'Uḥayḥa emploie le hazağ et le kāmil mağzū’. D'ailleurs, la proportion des modèles du qaṣīd dans les vers attribués à al-Samaw'al et à son frère est élevée : 83,78 % pour le premier et 78,33 % pour le second, contre seulement 44,35 % chez Uḥayḥa.

  • 80 Histoire, vol. II, p. 302.
  • 81 Histoire, vol. II, p. 302.

106D'après Blachère, les textes attribués à Sa‘ya et al-Samaw‘al pourraient « évoquer l'idée d'un cercle [poétique] ayant pour centre Taym ā’ » au milieu du vie siècle80. L'attribution de fragments d'inspiration élégiaque au premier des deux, lesquels auraient fréquemment été mis en musique par des compositeurs et chanteurs de Médine au début du viiie siècle, pourrait constituer un indice de l'existence d'un tel milieu poétique local81. Étant donné le peu de données à notre disposition, cette hypothèse est difficilement vérifiable. Le rapport entre les poètes de Taymā’ et Uḥayḥa, de même que la place occupée par celui-ci dans l'histoire littéraire de cette période et le lien entre ces poètes des cités du Ḥiğāz et ceux du viie siècle, que je vais à présent évoquer, est pour ainsi impossible à définir avec un tant soit peu de précision.

  • 82 Voir infra, annexe III, p. 518-519.

107Au viie siècle, les poètes citadins du Ḥiğāz, pour des raisons historiques notamment, sont beaucoup mieux connus et ce qui nous a été transmis de leur œuvre permet de se faire une idée relativement précise de leur style et de leur technique. L'inventaire métrique déduit de l'analyse de leur poésie est représenté dans le tableau 10 de l'annexe III82.

108Chez tous ces poètes, la proportion des modèles de vers du qaṣīd est très élevée, très légèrement supérieure à la moyenne établie pour les cent poètes du corpus, toutes périodes et régions confondues. Quant à ceux du ramal-A et du ramal-B, ils se situent aussi à un niveau proche de la moyenne. Si l'on excepte l'hémistiche de basīṭ mağzū’ et les sept vers de ḫafîf-2 qui sont attribués à Umayya b. Abī al-Salt, le poète de Tâ'if cet inventaire révèle un semblant d'uniformisation, ou de normalisation. En effet, les modèles de vers rares qui sont attestés chez les poètes du siècle précédent, le ramal mağzū’, le ḫafîf mağzū’, le basīṭ mağzū’ dans une proportion significative, ainsi que les modèles que j'ai rangés sous l'appellation de ramal simple, sont totalement absents. De même, le rağaz double n'est pas attesté. Comme nous allons le voir à présent, cette tendance à l'uniformisation se manifeste aussi assez clairement dans l'œuvre des poètes nomades d'Arabie centrale et occidentale.

5. 5. POÈTES NOMADES DU CENTRE ET DE L'OUEST DE LA PÉNINSULE

  • 83 Voir infra, annexe III, p. 520-525.

109Le contraste avec les poètes de l'est de la Péninsule est relativement net : les poètes d'Arabie centrale et occidentale ont une nette prédilection pour les mètres longs, ṭawīl, basīṭ, wāfir, kāmil et mutaqārib, comme cela apparaît dans les tableaux 11 à 15 de l'annexe III83 : les deux premiers (11a et 11b) contiennent l'inventaire des modèles de vers employés par les poètes d'Arabie centrale, toutes tribus confondues ; le suivant (12), celui des poètes appartenant au groupe Tamīm ; puis deux autres (13a et 13b) sont consacrés aux poètes d'Arabie occidentale et des confins du Ḥiğāz, dont la tribu des Huḏayl pour laquelle j'ai reporté les statistiques dans un tableau indépendant (14) constitue un cas exemplaire. Enfin, dans le dernier tableau (15), j'ai inventorié les modèles employés par les poètes ṣu‘lūk-s, chez qui l'on observe les mêmes tendances.

  • 84 Voir référence supra, chapitre II, p. 196, note 145.

110Comme le montrent les estimations statistiques reportées dans tous ces tableaux, les modèles de vers du qaṣīd sont prépondérants, leur proportion dépassant toujours les 90 % pour atteindre un maximum de plus de 93 % chez les poètes qui sont membres des groupes Huḏayl et Tamīm. Au contraire, les vers composés suivant des modèles appartenant aux catégories du ramal-A et du rama-B sont relativement sous-représentés. Parmi les vingt-quatre poètes d'Arabie centrale, seuls cinq font usage de modèles de vers courts, hazağ ou kāmil mağzū’ ; et huit d'entre eux n'emploient pas non plus les modèles du ramal-A. Il faut faire remarquer que ces huit poètes appartiennent tous au groupe Tamīm. Pour ce qui est des poètes d'Arabie occidentale, seuls quatre d'entre eux, sur un total de vingt et un, font usage de modèles du ramal-B, hazağ, kāmil mağzū’, mais aussi ramal mağzū’, lequel est attesté par un poème de dix-sept vers attribué à ‘Antara84. Comme dans le cas des poètes du centre, il s'en trouve aussi huit pour ne pas non plus employer les modèles du ramal-A. Le cas des six poètes de la tribu des Huḏayl qui figurent dans mon corpus est exemplaire : tous emploient exclusivement les modèles de vers du qaṣīd et du rağaz Enfin, parmi les poètes su‘lūk-s, il n'en est qu'un, Ta’abbaṭa Šarran, pour employer un modèle court, en l'occurrence le kāmil mağzū’, dans un court fragment de trois vers ; et cinq de ces neuf poètes ne composent jamais, au vu des vers conservés, qu'en qaṣīd ou en rağaz. Il faut cependant remarquer que les mètres ramal, ḫafîf, sarī‘, munsarih et madīd, bien que rares, sont tous employés par l'un ou l'autre de ces poètes d'Arabie centrale ou occidentale, de même que les modèles du hazağ et du kāmil mağzū’. Mais la tendance à la normalisation observée chez les poètes citadins du Ḥiğāz est encore plus remarquable chez tous ces poètes. Par contre, c'est essentiellement chez ces derniers qu'il nous a été donné de recenser des exemples de rağaz double. Les vers rares occasionnellement employés par les poètes d'Arabie orientale et d'al-Ḥīra au vie siècle, à l'exception de la pièce en ramal mağzū’ que l'on attribue à ‘Antara, ne sont pas du tout attestés. Ce phénomène commun aux poètes citadins du Ḥiğāz, aux poètes nomades d'Arabie centrale et occidentale et aux poètes-brigands, d'uniformisation et de normalisation du répertoire métrique pose un problème intéressant auquel les recherches à venir pourront peut-être apporter une réponse plus précise. Comme le dit Blachère :

  • 85 Histoire, vol. II, p. 362.

« L'hypothèse d'une métrique en perpétuelle voie de transformation, de disparition et de résurgence, est certes à retenir ; elle conduit à poser que le poète du vie siècle a fort bien pu utiliser des mètres dont l'existence est seulement attestée par quelques spécimens irréductibles aux types "classiques". Tel paraît bien être le cas de quelques rythmes adoptés dans des pièces mises sous le nom d’Imru’ al-Qays et de ‘Abīd [b.] al-Abras ; la difficulté consiste, ajoute-t-il, à rechercher la cause de ces raretés rythmiques ; peut-être faut-il en découvrir la source dans l'esprit de système des théoriciens de Bassora, poussés par leur refus d'accorder toute leur place, dans leur quête, à ces aberrations prosodiques85. »

111Cette idée est notamment illustrée par les jugements de valeur métrique dont nous avons vu plusieurs exemples dans le quatrième chapitre. L'étude approfondie de ces "anomalies" et de ce qu'en disent les auteurs arabes classiques devra, dans l'avenir, faire l'objet d'un examen approfondi qui dépasse le cadre ce cette présentation d'ensemble.

  • 86 Voir infra, annexe III, p. 529-531.

112Il faut enfin rectifier le constat inexact fait par un certain nombre d'orientalistes selon lequel le mutaqārib serait rarement employé par les poètes anciens, et notamment par les poètes nomades d'Arabie centrale et occidentale, de même qu'il est nécessaire de récuser l'idée que ce mètre aurait une origine étrangère. Dans le tableau 18 de l'annexe III, j'ai inventorié l'ensemble des vers de mutaqārib qui sont attestés dans le corpus86.

  • 87 G. von Grünebaum, « Abū Du’ ād al-Iyādī, collection of fragments », Wiener Zeitschrift für die Kun (...)

113Ces vers ne représentent pas moins de 6,5 % du total, toutes périodes confondues. Les deux tiers des cent poètes pris en compte en font usage et plus du tiers de tous ces vers sont attribués à des poètes-brigands ou à des poètes nomades d'Arabie orientale ou occidentale. L'emploi ancien et fréquent du mutaqārib chez les poètes d'Arabie centrale ne milite donc pas en faveur de l'interprétation qu'a donnée Grünebaum de l'hypothèse de Benveniste et selon laquelle ce mètre serait d'origine iranienne87. D'après Benveniste qui n'évoque jamais le cas de la poésie arabe, le mutaqārib épique de la poésie néo-persane serait le descendant direct du mètre hendécasyllabe dont il a retrouvé les traces dans des textes pehlevis. C'est notamment le cas du Draxt Asūrīk u buz ("L'arbre assyrien et le bouc"), texte pehlevi arsacide rapportant la joute oratoire mettant en scène l'arbre et le bouc, qui aurait originellement été composé en vers, ce que le texte qui nous a été transmis ne laisse plus paraître : bien des passages restent corrompus, grossis d'additions ou de mots inconnus, de gloses. Benveniste, soumettant le texte à une critique serrée, y décèle un grand nombre de vers de six et, surtout, de onze syllabes à césure médiane (5 + 6 ou 6 + 5). De la même manière, l'emploi de l'hendécasyllabe est relevé dans des textes aussi variés qu'un hymne zervanite, un fabliau arsacide, un poème manichéen sassanide, ce qui, selon Benveniste, ne peut être le seul effet du hasard :

  • 88 E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », p. 224.

« De ce vers moyen-iranien, dit-il, nous rapprocherons le mutaqārib persan, qui, dès Daqīqī et Ferdōsī, possède une forme achevée et témoigne d'une technique si précise qu'il ne peut avoir été inventé par les premiers poètes persans, ni emprunté à des modèles arabes88. »

  • 89 E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », p. 225.

114Il en conclut finalement que « la versification épique persane prend sa source dans un vaste courant poétique, qui s'est alimenté à diverses inspirations, mazdéenne ou manichéenne89 ». Il faut bien entendu préciser, pour comprendre cette hypothèse, que la forme la plus courante du mutaqārib, en poésie persane comme en poésie arabe, comporte onze syllabes par hémistiche : cette forme, par comparaison avec la formule circulaire dodécasyllabique, peut être qualifiée de catalectique.

115Si l'hypothèse d'un substrat iranien, d'une influence de la tradition littéraire de l'Iran préislamique sur la poésie persane classique, voire d'une cetaine continuité de l'une à l'autre, paraît en soi valable, confirmée qu'elle est par certaines ressemblances frappantes qui concernent surtout les formes, les genres et les thèmes, son application au domaine de la métrique semble on ne peut plus hasardeuse. Dans le cas du mutaqārib, le modèle employé par les poètes persans classiques semble bien être une adaptation de son homologue arabe, lequel, au vu de la fréquence de son emploi et de son profond enracinement dans la tradition métrique des poètes nomades des vie et viie siècles, n'est sûrement pas d'origine étrangère. Ces constatations, enfin, paraissent apporter une justification supplémentaire à la catégorisation de ce mètre parmi les modèles de vers du qaṣīd.

6. RÉCAPITULATIF ET PERSPECTIVES

116Ce premier examen des vers conservés a permis de définir certains aspects caractéristiques de l'histoire et de l'évolution possible de la métrique dans le temps et dans l'espace. J'en récapitule ici les plus significatifs.

  1. La poésie attribuée à des poètes d'Arabie orientale atteste un particularisme assez marqué, caractérisé par une prédilection pour les modèles de vers du ramal et du ḫafîf ainsi que pour ceux du Ramal-B, notamment le hazağ.
  2. Cette tendance est encore plus nette chez les poètes citadins d'al-Ḥīra, Abū Du’ād et 'Adî b. Zayd, qui font notamment grand usage du ramal et du ḫafîf.
  3. Par contraste, les poètes appartenant aux grands groupes nomades d'Arabie centrale et occidentale sont des "spécialistes" du qaṣīd. Ils emploient relativement peu les modèles du ramal-A et quasiment pas ceux du ramal-B. Par contre, l'usage fréquent qu'ils font du mutaqārib semble plaider en faveur d'une origine proprement arabe et de sa catégorisation parmi les mètres du qaṣīd.
  4. Les vers attribués à al-Samaw’al, Sa‘ya b. al-Garīd et Uḥayḥa b. al- Ǧulāh témoignent de l'existence d'une tradition poétique ancienne dans les cités du Ḥiğāz que sont Taymā’ et Médine ; mais ces données sont insuffisantes à en donner une image claire.
  5. Enfin, les anomalies métriques et les modèles de vers rares sont essentiellement attestés chez des poètes anciens de l'est de la Péninsule ou d'al-Ḥīra. Par contraste, les vers attribués aux poètes nomades d'Arabie centrale et occidentale et aux poètes citadins du Ḥiğāz du viie siècle témoignent d'une uniformisation et d'une fixation du répertoire des mètres, dont sont notamment éliminées ces formes rares.

117L'énumération de ces faits et tendances a cependant plus l'allure d'un catalogue que d'une synthèse cohérente propre à inspirer une reconstitution plausible de l'histoire des usages métriques. Il reste donc beaucoup à faire et il ne fait pas de doute que l'analyse gagnera à être approfondie. Mais celle-ci bute toujours sur le problème des données. Tout d'abord, les hypothèses émises, étant donné les problèmes d'authenticité et d'attribution que posent les textes qui nous sont parvenus, sont à prendre avec réserve. Par ailleurs, les données disponibles sont à l'évidence lacunaires. J'ai posé plus haut le problème de leur représentativité. En effet, les poèmes qui ont été recensés et copiés par les auteurs arabes médiévaux ne constituent probablement qu'une faible part de la poésie composée durant la période considérée, dont de nombreux témoignages ont dû se perdre, en particulier tous ces vers composés suivant des mètres jugés "anormaux". Du coup, il est souvent difficile de se faire une idée reéllement précise des choses. Pour ne prendre qu'un exemple, les textes attribués à Abū Du’ād et ‘Adī b. Zayd, s'ils attestent de l'existence d'une activité poétique dans la ville d'al-Ḥīra dans le courant du vie siècle, ne permettent pas pour autant d'en définir avec une précision suffisante les traits caractéristiques. La même constatation vaut pour les poètes citadins du Ḥiğāz au vie siècle et pour les poètes du nord de la Péninsule, dont les œuvres n'ont, pour ainsi dire, pas été conservées.

118Les problèmes rencontrés soulignent aussi les limites inhérentes à l'analyse historique de la métrique externe prise isolément ; et la nécessité de coordonner celle-ci avec l'analyse métrique interne et avec l'étude du style formulaire et du lexique d'une part, et l'analyse des thèmes et des motifs d'autre part. La poétique historique, englobant l'ensemble de ces aspects de l'analyse, amènera sans aucun doute à affiner ou à réviser certaines des conclusions qui ont été formulées ici concernant l'emploi des modèles de vers.

Notes

1 Voir notamment J. Lanson, Essais de méthode, de critique et d'histoire littéraire, 1965 ; et L. Febvre, « Littérature et vie sociale. De Lanson à Daniel Mornet : un renoncement ? », Annales d'histoire sociale, n° III (1941), p. 263-268.

2 G. Genette, « Poétique et histoire », dans G. Genette, Figures III, 1972, p. 15.

3 Voir notamment F. Furet (éd.), Livre et société au xviiie siècle, 1965-1970, 2 vol.

4 Nicholson, A Literary History of the Arabs, 1907 ; et E. G. Browne, A Literary History of Persia, 1906-1924.

5 G. Genette, loc. cit., p. 17.

6 B. Eikhenbaum, « La théorie de la "méthode formelle" », dans T. Todorov (éd. et trad.), Théorie de la littérature, 1965, p. 70.

7 P. Roussin & J.-M. Schaeffer, « Études littéraires », dans O. Ducrot & J.-M. Schaeffer (éds), Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, 1995, p. 80.

8 G. Genette, loc. cit., p. 18. Je ne m'étends par sur les raisons de cette lacune, au sujet desquelles je renvoie à Genette, ibid., p. 18-19 ; et P. Roussin & J.-M. Schaeffer, loc. cit., p. 80-81.

9 G. Genette, loc. cit., p. 20.

10 R. Jacobi, Studien zur Poetik der altarabischen Qaside, 1971 ; et R. Jacobi, « The Origins of the Qasida Form », dans C. Shackle & S. Sperl (éds), Qasida Poetry in Islamic Asia and Africa, 1996, vol. I, p. 21-34.

11 R. Jacobi, « The Origins of the Qasida Form », p. 23.

12 G. von Grünebaum « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. 328-345. Voir aussi G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », Muslim Word, n° XXXII (1942), p. 147-153.

13 Voir notamment I. Goldziher Abhandlungen zur arabische Philologie, vol. I, p. 76 ; J. Wellhausen, Reste Arabischen Heidentums gesammelt und erlautert, 1927, p. 135, note 3 ; M. ‘A. ‘Abd AL-Ra’ Ūf, Bidāyāt al-ši‘r al-‘arabī. Bayn al-kamm wa-l-kayf, 1976 ; et D. Frolov, Classical Arabic Verse. History and Theory of ‘Arūd, 2000, chapitre III (« Archaic Verse : Saj‘ »), p. 97-134 ; et chapitre IV (« The Place of Rajaz in the History of Arabic Verse »), p. 135-188.

14 M.‘A. ‘Abd al-Ra’ Ūf, op. cit., p. 33. Voir aussi D. Frolov, op. cit., chapitre I (« The Arabic Verse in the Context of Semitology »), p. 18-42.

15 C. de Landberg, La langue arabe et ses dialectes, 1905, p. 71 et suivantes.

16 T. Fahd, « Saḏj‘ » (première partie), Encyclopédie de l'islam (2e éd.), vol. VII, p. 754.

17 T. Fahd, ibid., p. 754. Sur les fragments de sağ‘ préislamique qui nous été conservés, voir notamment Histoire, vol. II, p. 188-195.

18 M. Ullmann, « Raḏjaz », Encyclopédie de l'islam (2e éd.), vol. VII, p. 389.

19 Sur ces deux poètes, voir notamment Histoire, vol. III, p. 525-526 et 526-530 respectivement.

20 Voir supra, chapitre IV, p. 287-289.

21 Histoire, vol. I, p. 89 ; voir aussi, dans le même ouvrage, les p. 161-166 (« Portée des récits historico-biographiques »).

22 Histoire, vol. I, p. 165.

23 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. 345.

24 Voir notamment ‘Iqd, vol. III, p. 61 et suivantes ; al-Maydānī, Magma‘ al-‘amtal, 1988, chapitre XXIX, vol. II, p. 511-527 ; et E. Mittwoch, « Ayyām al-‘arab », Encyclopédie de l'islam (2e éd.), vol. I, p. 816-817.

25 La guerre de Basūs dura, selon les auteurs classiques, pas moins de quarante ans. Elle eut pour origine le meurtre de Kulayb, frère de Muhalhil. Voir J. W. Fuck, « al-Basūs », Encyclopédie de l'islam (2e éd.), vol. I, p. 1121-1122.

26 Agānī, vol. III, p. 201-202.

27 G. von Grünebaum « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. 345. Voir aussi G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », The Moslem World, n° XXXII (1942), p. 147-153. Certains poètes mentionnées dans ce dernier article ne figurent pas dans la liste de « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », que j'ai donc complétée. D'où l'inventaire suivant : né en 440 : Sa‘d b. Mālik ; 460 : Muraqqiš al-Akbar, Muhalhil ; 480 : ‘Amr b. Qamī’a, Abū Du’ād al-Iyādī ; 500-505 : Muraqqiš al-Aṣġar, ‘Abīd b. al-Abras, ‘Alqama, Imru’ al-Qays, al-Mutalammis ; 520 : Aws b. Hağar, Bašāma b. ‘Amr (b. al- Ǧadīr), al-fiufayl al- Ġanawī, ‘Amr b. Kulṯūm, al- Ḥāriṯ b. Ḥilliza, Ḥātim al-Tā’ī ; 535 : fiarafa, ‘Adī b. Zayd, al-Musayyab, Bišr b. Abī Hāzim, al-A‘šä Nahsal ; 550 : al-Nābiġa al- Ḏubyānī, Zuhayr b. Abī Sulmä, al- Šanfarä, Ta’abbata Šarran, ‘Urwa b. al-Ward, ‘Antara ; 565 : Labīd, al-A‘šä al-Kabīr, ‘Āmir b. al- Ṭufayl.

28 Voir notamment Adonis, Dīwān al- ši‘r al-‘arabī, 1964, p. 567 et suivantes ; M.‘A. Ḫafāgi, Al-qaṣīda al-‘arabiyya : ‘arūḍu-hā f l-qadīm wa-l-ḥadīṯ, 1994 ; et R. Blachère, Histoire.

29 Adonis, op. cit., 1964, p. 567 et suivantes.

30 M.‘A. ‘Abd al-RA’ ŪF, Bidāyāt al- ši‘r al-‘arAbī. Bayn al-kamm wa-l-kayf, 1976.

31 J. Berque (trad.), Musiques sur le fleuve. Les plus belles pages du Kitāb al-Aghāni, 1995.

32 M.‘A. Ḫafāǧī, op. cit., p. 62.

33 Histoire, vol. II, p. 284-289 (« Textes attribués à des poètes-brigands ») ; et p. 321-329 (« Les poètes "itinérants" »).

34 Histoire, vol. II, entre les pages 248 et 249.

35 Histoire, vol. II, p. 248-249.

36 Histoire, vol. II, p. 249-257.

37 Histoire, vol. II, p. 257-268.

38 Histoire, vol. II, p. 268-282.

39 Histoire, vol. II, p. 282-284.

40 B. Paoli, « Aux sources de la métrique arabe », Bulletin d'études orientales, n° XLVII (1995), p. 187-188 ; E. Brāunlich « Versuch einer literargeschichtlichen Betrachtungsweise altarabischer Poesien », Der Islam, n° 24 (1937), p. 248-249 ; et W. Stoetzer, Theory and Practice in Arrabic Metrics according to the Mufaḍḍaliyyāt 1989, p. 146-160.

41 Ces trente vers et demi sont, pour l'essentiel, des vers ou hémistiches isolés dont le mètre n'a pu être identifié. Dans la plupart des cas, il est probable que l'irrégularité métrique de ces fragments trouve son origine dans des altérations au cours de la transmission ou au moment de la recension. Mais j'ai aussi englobé dans cette rubrique un court fragment de huit vers qui figure dans le dīwān d’Imru’ al-Qays (Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° XLV, p. 210-211) et dans lequel trois vers d'un certain Šihāb al-Yarbū‘ī répondent à cinq autres d’Imru’ al-Qays. Chacun des deux poètes s'y vante d'avoir attaqué le campement de l'autre et de son clan et d'avoir fait ses femmes prisonnières. Ces huit vers correspondent, pour les uns, au modèle du basīṭ mağzū’-2, pour les autres, à du rağaz (pieds mustaf‘ilun uniquement) ; enfin, la plupart ne correspondent à aucun des modèles attestés, à tel point que ce texte doit plutôt être considéré comme du sağ‘ très "discipliné", pour reprendre l'expression de Goldziher citée plus haut, et confinant au rağaz... double.

42 Voir supra, Introduction, p. 55-56. Le corpus établi ici ne comporte que deux poètes issus de groupe tribaux du nord de la Péninsule : Zuhayr b. Ǧanāb, mort vers 540, des Kalb, et Wa‘la b. ‘Abd Allāh, mort vers 580, des Ǧarm. D'autres poètes sont attestés par quelques vers épars, trop rares pour qu'ils aient mérité de figurer dans ce premier inventaire de la poésie ancienne. Blachère cite notamment Ibn 'Aglan al-Nahdī, des Quḍā‘a (Histoire, vol. II, p. 248). Al-Furayğāt a également recensé des vers attribués à des poètes quḍā‘ites des iiie et ive siècles (de l'ère chrétienne) qui comptent parmi les plus anciens qui soient attestés : Ǧuzayma b. Nahd (Awā’il, p. 123-130), Ǧudayy b. al-Dalhāt (ibid., p. 130-138) et Duwayd b. Zayd b. Nahd (ibid, p. 165-172).

43 Histoire, vol. I, p. 83.

44 Voir supra, Introduction, p. 56-57.

45 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 328-329 ; et G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », p. 147. Sa catégorisation des techniques descriptives est la suivante : 1) L'adjonction : un certain nombre d'adjectifs sont successivement (comme dans une liste) annexés à un nom. 2) L'isolation : objets ou parties d'objets sont décrits avec des successions de noms suivis d'adjectifs. 3) L'isolation étendue : chaque caractéristique nommée au début d'un vers est décrite pendant tout le vers. 4) La description proprement dite : a) Rapport simple à l'objet décrit ; b) Réaction de l'objet décrit par une action introduite par iḏā, iḏāmā et ḥīna. 5) Le commentaire par comparaison, introduit par : ka- ; ka’anna- ; iḏā X-tu, -ta, -at... ; qultu, -ta... ; wa-mā X...bi- + élatif min Y ; 6) La description introduite par la-hū, la-hā.

46 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 329-332.

47 G. von Grünebaum, ibid., p. 333-342.

48 G. von Grünebaum, ibid., p. 342.

49 Ce poète, qui ne figure pas dans mon corpus, n'est pas non plus mentionné par Blachère. Une courte pièce qui lui est attribuée figure dans les Mufaḍḍaliyyāt (poème n° IV, p. 34-36). De son nom Munqid b. al-Tammāh, il aurait, comme Laqït b. Zuràra, trouvé la mort lors de la bataille de Ǧabala qui eut vraisemblablement lieu en 566. Son père aurait participé à l'expédition d’Imru’ al-Qays à Byzance. Mais, outre la pièce des Mufaḍḍaliyyāt, Grünebaum ne mentionne pas d'autres vers attribués à ce poète et l'on voit mal comment il est possible de se faire une idée du style qui lui est propre et de fonder un rapport de filiation artistique avec d'autres poètes sur la base de ces seuls douze vers.

50 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 343 ; et G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », p. 150-151.

51 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 343-344 ; et « Pre-Islamic Poetry », p. 150-151.

52 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 340-341 et p. 344 ; et « Pre-Islamic Poetry », p. 151.

53 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », p. 344.

54 G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », p. 152-153 ; et G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, n° 51 (1948-52), p. 100-105.

55 Voir par exemple Aġānī, vol. II, p. 87-88.

56 G. von Grünebaum, « Abū Du' ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 83 : « Au fur et à mesure qu'avançait le travail, il apparut de plus en plus clairement que les déviations par rapport à la norme linguistique classique étaient peu importantes et limitées au vocabulaire. » Les quelques exemples relevés par Grünebaum sont les suivants : le terme daḫdār qui désigne une pièce d'étoffe précieuse que l'on étendait sur le trône des rois de Perse (Abū Du’ād, poème n° XXXIV, vers 32 ; ‘Adī b. Zayd, poème n° XXXIII, vers 6 ; voir Dīwān ‘Adī b. Zayd, p. 156), probablement dérivé du persan taḫt dār ; dulāmis ("brillant, étincelant", Abū Du’ād, poème n° XXXVII, vers 5 et al-A‘šä al-Kabīr, poème n° XIX, vers 2 ; voir Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 149) ; ḫanāṭīl, pluriel de ḫanṭāl("étendu en longueur", ou "détaché du reste, du gros du troupeau ou des nuages", Abū Du’àd, n° lxvi, vers 5 et Mutaqqib al-‘Abdî, poème n° I, vers 29 ; voir Dīwān ši‘r al-Mutaqqib al-‘Abdî, p. 50).

57 G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 101-103.

58 G. von Grünebaum, ibid., p. 102.

59 G. von Grünebaum, ibid., p. 103.

60 À Imru’ al-Qays sont d'ailleurs attribués trois poèmes composés suivant le modèle du ramal-2, et non pas un comme l'affirme Grünebaum. Voir Dīwān Imrri’ al-Qays poèmes n° XXVII, p. 144-146 (8 vers) ; n° XLVII, p. 215-219 (21 vers) ; et n° LXXII, p. 293-295 (21 vers).

61 Voir infra, annexe III, p. 526-527.

62 G. von Grünebaum, « Pre-Islamic Poetry », p. 152-153.

63 G. von Grünebaum, ibid., p. 153.

64 E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », Journal asiatique (1930), p. 193-225.

65 Voir infra, annexe III, p. 514-515.

66 Mu‘allaqātA, p. 431-505.

67 Histoire, vol. II, p. 252.

68 Voir infra, annexe III, p. 516-517.

69 Histoire, vol. II, p. 363.

70 Histoire, vol. II, p. 363.

71 Je renvoi e au répertoire métrique établi par D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūḍ in al-Andalus », Anaquel de estudios arabes, n° VI (1995), p. 93, qui est reproduit en annexe de D. Frolov, Classical Arabic Verse, 2000.

72 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūd in al-Andalus », p. 92.

73 Histoire, vol. II, p. 363.

74 À ce sujet, voir notamment R. Blachère, « Remarques sur deux élégiaques arabes au vie siècle de J.-C. », Arabica, n° VII-1 (1960), p. 30-40 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 321-332.

75 R. Blachère, « Le gazal ou poésie courtoise dans la littérature arabe », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. III, p. 1051-1057 (article « Ghazal ») ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 277-294 (citation p. 279).

76 Voir infra, annexe III, p. 528.

77 Voir notamment Agānī vol. III, p. 86-104.

78 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūd in al-Andalus », Anaquel de estudios arabes, n° VI (1995), p. 89 ; repris dans D. Frolov, Classical Arabic Verse, 2000, ch. 5, p. 189-216.

79 D. Frolov, « Notes on the History of ‘Arūḍ in al-Andalus », p. 89.

80 Histoire, vol. II, p. 302.

81 Histoire, vol. II, p. 302.

82 Voir infra, annexe III, p. 518-519.

83 Voir infra, annexe III, p. 520-525.

84 Voir référence supra, chapitre II, p. 196, note 145.

85 Histoire, vol. II, p. 362.

86 Voir infra, annexe III, p. 529-531.

87 G. von Grünebaum, « Abū Du’ ād al-Iyādī, collection of fragments », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, n° 51 (1948-52), p. 105 ; E. Benveniste, « Le mémorial de Zarēr, poème pehlevi mazdéen », Journal asiatique (1932), p. 245-293 ; et E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », Journal asiatique (1930), p. 193-225.

88 E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », p. 224.

89 E. Benveniste, « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », p. 225.

Table des illustrations

Légende Carte tirée de R. Blachère, Histoire, vol. II (tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search