Version classiqueVersion mobile

De la théorie à l’usage

 | 
Bruno Paoli

Chapitre IV. Éléments de métrique pré-halïlienne

Texte intégral

1. QASID ET RAǦAZ

1Ibn Rašīq rapporte, dans la ‘Umda, une anecdote mettant en présence al- Ḫalīl et al-Aḫfaš al-Awsat. Ce dernier y interroge son maītre sur ses choix en matière de terminologie métrique, sur les raisons qui l’ont incité à désigner tel mètre par tel terme particulier :

  • 1 ‘Umda, vol. I, p. 270-271, avec l'isnād (chaîne de transmission) suivant : Abū Ḥātim (al-Siğistânī (...)

« Je demandai à al-Ḫalīl, après qu’il eut achevé (‘amala) sont traité de métrique (kitāb al-‘arūd) : "Pourquoi as-tu appelé le ṭawīl"ṭawīl" ["long"] ?" ; il dit : "Parce qu’il s’étend (dure, tāla) sur la totalité de ses pieds" [c.à.d. que les modèles de vers du ṭawīl comptent tous autant de pieds que la formule circulaire du mètre abstrait]. Je dis : "Et le basīṭ ["étendu, large, spacieux", ou "égal, uni", ou "simple, non composé"] ?” ; il dit : “Parce qu’il s’étend (inbasata) sur toute la longueur du ṭawīl, et [parce que] il contient fa‘ilun en son milieu et fa’ilun à la fin". Je dis : "Et le madīd ["long"] ?" ; il dit : "Parce que le pied de sept harf-s s’y étend (tamaddada) autour du pied de cinq harf-s". Je dis : “Et le wāfir ["abondant", "opulent"] ?” ; il dit : " À cause de l’abondance (wufūr) de ses pieds watid contre watid". Je dis : “Et le kāmil ["parfait"] ?” ; il dit : “Parce qu’il compte trente haraka-s, ce qui n’est le cas d’aucun autre [mètre] que lui en poésie". Je dis : “Et le hazağ ["qui gronde"] ?" ; il dit : "Parce qu’il est agité / perturbé (yadtaribu), ce qui le fait ressembler à lamodulation de la voix" (hazağ al-sawt). Je dis : "Et le rağaz ["qui tremble"] ?” ; il dit : “Parce qu’il est agité / perturbé, comme le sont les pattes du chameau lorsqu’il se lève (idtirāb qawā’im al-nāqa ‘inda al-qiyām)”. Je dis : “Et le ramal ["tressé fin"] ?” ; il dit : "Parce qu’il ressemble (yušbihu) au tissage (de perles, ramal al-hasīr) sur une étoffe, à lasuite les unes des autres”. Je dis : “Et le sarī‘ ["rapide"] ?” ; il dit : "Parce qu’il est d’une prononciation rapide (yasra‘u ‘alāä al-lisān)". Je dis : "Et le munsariḥ ["qui coule (ou marche) librement, éventuellement avec rapidité et légèreté"] ?" ; il dit : "Pour son aspect coulant (msirāhu-hu) et égal (suhūlatu-hu)”. Je dis : “Et le ḫafīf ["léger"] ?” ; il dit : “Parce qu’il est le plus léger (aḫaff) des [mètres composés de] pieds de sept harf-s”. Je dis : “Et le muqtadab ["improvisé"] ?” ; il dit : "Parce qu’il est ce qui est improvisé [en matière] de poésie”. Je dis : “Et le mudāri‘ ["ressemblant (à)"] ?” ; il dit : “Parce qu’il ressemble (dāra‘a) au muqtadab”. Je dis : “Et le mugtatt ["arraché"] ?” ; il dit : “Parce qu’il a été arraché, c’est-à-dire découpé (quti‘a) dans la longueur de son cercle”. Je dis : “Et le mutaqārib ["rapproché"] ?” ; il dit : “Pour la proximité (taqārub) de ses pieds, parce que tous sont constitués de cinq harf-s et se ressemblent1”. »

2Al-Aḫfaš y est expressément représenté recueillant de la bouche d’al-Ḫalīl son enseignement sur la métrique dont il apparaît comme le dépositaire. Ce texte, sous réserve d’authenticité, outre qu’il confirme le rôle prépondérant joué par les deux hommes dans l’élaboration et la transmission de la théorie du mètre, nous fournit donc aussi un indice supplémentaire de la filiation directe existant entre les deux auteurs. Par ailleurs, si l’on en croit al-Aḫfaš, al-Ḫalīl aurait bel et bien composé un "traité de métrique".

  • 2 Voir supra, Introduction, p. 40-42.

3Pour ce qui est de son contenu, cette anecdote est représentative des efforts consentis par les philologues arabes pour justifier de l’étymologie de tel ou tel terme technique particulier. En l’occurrence, les raisons invoquées par al-Ḫalīl sont loin d’êtres claires, d’autant que le choix de ces vocables est diversement motivé. Cette motivation est externe lorsqu’un vocable est employé métaphoriquement par comparaison avec le tissage (mètre ramal), le chameau qui se lève (rağaz) ou les modulations de la voix (hazağ) ; ou interne, lorsque justifiée par la structure du mètre, sa longueur (ṭawīl, kāmil) ou la séquence des pieds et unités métriques qui le composent (madīd wāfr, mutaqārib) ; ou par la comparaison avec d’autres mètres de la théorie : le basīṭ, qui « s’étend sur toute la durée du ṭawīl », le mudāri‘, qui ressemble (dāra‘a) au muqtadab, et le ḫafīf, qui est le "plus léger" des mètres exclusivement composés de pieds de sept harf-s. Mais l’intérêt principal de cette anecdote ne tient pas tant aux justifications fournies par al-Ḫalīl qu’à l’idée même que cette terminologie aurait été créée pour ainsi dire de toutes pièces par celui-ci. Elle souligne la part de création ou d’innovation qui lui est imputable. Et ce n’est pas un hasard si la majorité des dénominations adoptées trouve sa justification à l’intérieur même de la théorie des cercles. Il n’y est par ailleurs pas fait allusion à l’usage technique de certains de ces termes antérieurement à al-Ḫalīl, lequel, en ce qui concerne notamment le rağaz et le ramal, est pourtant bien attesté, comme nous allons bientôt le voir ; et il semble bien que ces termes aient référé alors à des notions différentes de celles définies dans le passage cité. Autrement dit, le contenu de cette anecdote laisse à penser que la typologie et la taxinomie des mètres de la théorie d’al-Ḫalīl, et non uniquement la théorie elle-même dans son organisation et son fonctionnement propres, sont en grande partie originales. Un certain nombre de passages tirés d’ouvrages classiques semble confirmer ce sentiment de rupture. J’ai cité, dans mon introduction, les critiques formulées par certains à l’encontre de la théorie d’al-Ḫalīl, comme al-Nāšī, évoqué par al-Mas‘ūdī, et Barzah, mentionné par Yāqūt2. Ces passages ne sont guère explicites quant aux raisons précises des critiques émises. Le passage du Bayān d’al- Ǧāḥiẓ, également cité, est par contre beaucoup plus intéressant, et j’en reproduis ici la traduction complète :

  • 3 Bayān, p. 139.

« Al-Ḫalīl, dit al-Ǧāhiz, a donné aux mesures du qaṣīd et aux courts rağaz des appellations et des noms sous lesquels les Arabes ne se trouvaient point avoir connu ces mètres (’a‘ārīd) et ces mesures. C’est ainsi qu’al-Ḫalīl a parlé des mètres ṭawīl, basīṭ, madīd, wāfir, kāmil, etc., ainsi que des watid et des sabab, de l’élision (harm), des variations internes (ziḥāf). Les Arabes avaient toutefois mentionné dans leurs vers les termes sinād, iqwā’, ikfā’, mais non le terme itā’. Et ils ont parlé du qaṣīd, du rağaz, du sağ‘ et des discours, ont mentionné les lettres du rawī et de la rime et ont employé les termes de bayt (vers) et de misrā‘ (hémistiche)3. »

  • 4 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie (...)

4Les propos d’al-Ǧāhiz confirment ceux d’al-Aḫfaš et vont même au-delà : outre le nom donné à chacun des quinze ou seize mètres, al-Ḫalīl aurait aussi choisi la dénomination des unités métriques minimales, watid et sabab, et des processus de ziḥāf a, ḫarm inclus, le terme générique, ziḥāf, étant lui-même vraisemblablement de son invention. Les termes mentionnés dans ce passage ont fait l’objet d’une analyse détaillée et minutieuse de Blachère, au terme de laquelle subsistent néanmoins de nombreuses incertitudes4. J’attacherai ici un intérêt particulier aux deux premiers termes mentionnés par al-Ǧāhiz. La distinction entre rağaz et qaṣīd est bien attestée chez les auteurs classiques. Ibn Rašīq, par exemple, y consacre un chapitre dans lequel il donne de ces deux termes la définition suivante :

  • 5 ‘Umda, vol. I, p. 339.

« On désigne par le terme rağaz le maštūr [vers simples de trois pieds], le maahūk [vers simples de deux pieds] et ce qui leur ressemble ; et par qaṣīd, ce [qui est composé] de vers étendus5. »

  • 6 Précisons ici qu'à la racine rğz sont rattachées les trois notions suivantes qui sont, selon Blach (...)
  • 7 Notons aussi que rāğaza, verbe de troisième forme, signifie "lancer un impromptu en rağaz" ; et la (...)

5Le statut particulier de la poésie en rağaz est bien connu6. L’idée d’improvisation est généralement associée à ce mètre. On ne peut manquer de rapprocher ici les deux verbes de huitième forme que sont irtağaza, "composer / improviser un morceau en rağaz", et irtağala, "improviser"7. Bonnebakker rapporte l’avis de Blachère, selon lequel :

  • 8 S. A. Bonnebakker, « Irtiḏjal », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. IV, p. 84 ; voir aussi M. U (...)

« Le mètre utilisé pour les improvisations, à l’époque préislamique et dans les premiers temps de l’islam, était surtout, mais pas exclusivement, le radjaz. Avec les chants des chameliers (hidā’), les berceuses, etc. qui, par la nature des choses, sont improvisés, les improvisations se faisaient dans les occasions solennelles : anathèmes ou satires contre l'ennemi, chants de guerre et chants funèbres8. »

6Le poète qui compose ou improvise des vers en rağaz porte aussi un nom particulier (rāğiz pl. ruğğāz, "faiseur de rağaz"), qui n’est ni sā’ir ("poète") ni muqassid ("faiseur de qaṣīd") ; et un poème en rağaz est appelé urğūza (pl. arāğīz). L’emploi du rağaz, à l’époque préislamique, a donc dū relever de conditions différentes de celles relatives à l’emploi des vers doubles :

  • 9 W. Heinrichs, « Raḏjaz », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. VIII, p. 389.

« À l’époque préislamique, dit Ḫeinrichs, le radjaz n’était employé que pour de courts poèmes. Ils naissaient d’une situation concrète, étaient la plupart du temps improvisés et comprenaient généralement de trois à cinq vers. Il est vrai que ces compositions en radjaz constituaient des unités prosodiques en bonne et due forme, mais n’étaient pas des poèmes au sens de l’œuvre d’art. Primitivement, le radjaz n’était pas un mètre "littéraire". Pendant la Djāhiliyya, personne ne composait de kasīdas en radjaz9. »

  • 10 Histoire, vol. II, p. 361.
  • 11 Voir supra, chapitre II, p. 208.

7Selon Blachère, du fait qu’il « conserve dans sa structure la liberté du sağ‘ ou "prose rythmée et rimée" dont il dérive, [le rağaz] a dū être senti, chez les Nomades du domaine arabe, comme un mode d’expression inférieur au qaṣīd10 ». Si l’on se fie à la définition d’Ibn Rašīq, le rağaz est un terme générique désignant l’ensemble des modèles de vers simples, dont les vers ne comportent qu’un hémistiche constitué de deux pieds (manhūk) ou de trois pieds (mastūr). La liste de ces modèles, telle que l’inventaire de la poésie ancienne nous a permis de la dresser, est la suivante11 :

8Rj-1 : x x [⋃ -] # x x [⋃ -] # x x [⋃ -]

9Rj-2a : x x [⋃ -] # x x [⋃ -] # x [-—]

10Rj-2b : x x [⋃ -] # x x [⋃ -] # x [--]

11Rj-3 : x x [⋃ -] # x x [⋃ -]

12J’ai montré que les modèles de vers simples que la théorie des cercles inventorie comme des variantes du sarī‘ devaient en réalité être considérés comme du rağaz (rağaz-2a et rağaz-2b). La définition générique qui vient d’être donnée du rağaz constitue une justification supplémentaire, voire définitive, de cette révision de la taxinomie adoptée par les métriciens classiques.

  • 12 Voir supra, chapitre II, p. 175-176 et p. 222 respectivement.

13Mais si le rağaz englobe tous les modèles de vers courts, il faut alors ajouter aux quatre modèles ci-dessus ceux du kāmil et du ḫafīf simples qui sont chacun attestés, dans notre corpus, par un unique fragment12. Les représentations de ces deux modèles sont les suivantes :

14Ks : X [-⋃ -] # X [-⋃ -]

15Xs : x [⋃ - -] # x [-⋃ -] # x [⋃ - -]

  • 13 Awā’il, p. 283 (cité d'après al-Siǧistānī, Kitāb al-mu‘ammarīn wa al-wasāyā, éd. ‘A. ‘ĀMIR, 1961, (...)

16Al-Furayğāt rapporte également, en le considérant à tort comme du rağaz (au sens ḫalīlien du terme), un fragment de quatre vers simples qui sont en fait composés suivant le mètre ramal. Ces vers sont attribués au poète Hubal b. ‘Abd Allāh al-Kalbī qui aurait vécu à lafin du ve siècle ou au début du vie. Il serait donc contemporain des plus anciens des poètes de notre corpus, comme Abu Du’ād ou Sa’d b. Mālik. Voici la transcription et la scansion de ces quatre vers. J’ai indiqué, entre crochets, les positions stables des modèles doubles du ramal telles que déduites de l’analyse du deuxième chapitre13 :

  • 14 M.‘A. ‘Abd Al-Ra’ Ūf, Bidāyāt al-ši‘r al-‘arabī. Bayn al-kamm wa-l-kayf, 1976, p. 72. Traduction : (...)

17De même, ‘Abd al-Ra’ūf cite, sans indiquer ses sources, quatre vers de hazağ simple qu’il attribue à Imru’ al-Qays. Ces quatre vers, qui ne figurent dans aucune des recensions de son dīwān, et dont je n’ai pu retrouver la trace ailleurs, sont les suivants14 :

18Ces spécimens sont conformes, quant à leur structure quantitative, aux modèles de vers doubles qui leur correspondent respectivement ; et, d’une manière générale, à l’ensemble des modèles de vers doubles à l’exception de ceux du basīṭ mağū’ dont il sera bientôt question en détail. Leur organisation repose sur l’alternance binaire entre groupes stables et positions variables. Ils se distinguent donc des quatre modèles du rağaz proprement dit dont la structure pourrait, par contraste, être définie comme "ternaire", les pieds y étant constitués de deux positions variables suivies d’un groupe stable. Tous ces modèles de vers simples sont constitués de pieds quadrisyllabiques, si l’on oublie la possibilité de diérèse liée à la position X du kāmil et les fins de vers tronquées du ramal, du rağaz-2 et du rağaz-3. Il s’ensuit donc que les groupes stables des quatre modèles du rağaz sont bisyllabiques tandis que ceux du kāmil, du ramal, du ḫafīf et du hazağ sont trisyllabiques. En anticipant sur la définition du qaṣīd, ces quatre derniers modèles peuvent être considérés comme intermédiaires entre les deux catégories du rağaz et du qaṣīd. Avec les membres de la première, ils partagent leur forme extérieure, vers simples de deux ou trois pieds ; avec ceux de la seconde, leur structure interne, reposant sur l’alternance strictement binaire entre positions variables et groupes stables trisyllabiques. Les positions variables y sont deux fois moins nombreuses que dans les modèles du rağaz. Dans l’hypothèse de l’antériorité historique des vers simples par rapport aux vers doubles, hypothèse fort répandue dont il sera plus amplement question dans le dernier chapitre, de tels spécimens pourraient être considérés comme les témoins d’une période intermédiaire ou d’une première phase d’élaboration des modèles de vers doubles du qaṣīd. Notons que les poètes auxquels ces courts fragments sont attribués sont très anciens, tous ayant vraisemblablement vécu avant le milieu du vie siècle.

  • 15 Voir Lisān, vol. V, p. 3642-3644. Les autres notions recouvertes par cette racine sont les suivant (...)
  • 16 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie (...)
  • 17 Voir supra, Introduction, p. 17.

19À la racine qsd, dont est tiré le terme qaṣīd, est attachée l’idée de "cheminer sans se détourner de son chemin" et d’"aller droit au but", d’où l’expression qasda-ka, "droit devant toi", faisant usage du substantif qasd, "but" ou "intention15". C’est à cette idée que les lexicographes arabes rapportent l’emploi du terme qaṣīda au sens de « composition en vers volontairement conçue, élaborée et portée à son point de perfection16 ». Et à l’idée de composition en vers est associé le verbe de seconde forme (qassada), qui signifie "composer une qaṣīda (ou du qaṣīd)". Cette filiation étymologique, quelle qu’en soit l’authenticité, ne manquera pas d’évoquer la définition de la poésie faisant appel à lanotion d’intentionnalité17. Les poéticiens arabes établissent une distinction entre qaṣīda et qit‘a, littéralement "fragment", sans pour autant tomber d’accord sur la délimitation de ces deux termes : la qaṣīda doit comporter au moins trois vers selon al-Aḫfaš, quinze selon Ibn Ǧinnī. La définition de la qaṣīda à laquelle aboutit Ibn Qutayba doit, quant à elle, être considérée comme tardive. D'ailleurs, la structure tripartite définie par celui-ci n’est pas de règle à l’époque ancienne, loin de là. Le nom d’unité qaṣīda (pl. qasā’id), qui semble désigner un poème long et travaillé, est dérivé du collectif qaṣīd. Il fait pendant au poème en rağaz qu’est Yurgūza. Il apparaît donc que les notions de rağaz et de qaṣīd évoquent deux modes de composition poétique différents. Le rağaz désigne une poésie simple ou non préparée, souvent improvisée et limitée à quelques vers, tandis que le qaṣīd désigne une poésie plus travaillée, le plus souvent préparée à l’avance et donc rarement improvisée, qui se prête à des compositions plus longues.

  • 18 Voir supra, chapitre II, p. 187.
  • 19 ‘Umda, vol. I, p. 339. Ibn Rašīq cite deux vers attribués à ‘Abda b. al-Tabīb, poète du viie siècl (...)

20Mais la définition d’Ibn Rašīq, quant à elle, fait appel à des critères purement formels. Le rağaz étant défini comme l’ensemble des modèles de vers simples, constitués d’un seul hémistiche (šatr) et comportant deux pieds (manhūk) ou trois pieds (maštūr), il faut probablement entendre par "vers étendus" — littéralement, "[la poésie] dont les vers durent" — l’ensemble des modèles de vers doubles, constitués de deux hémistiches. L’opposition entre le rağaz, qui englobe le manhūk et le maštūr, et le qaṣīd serait donc celle entre vers simples et vers doubles. Il se trouve que cette distinction portant sur la forme extérieure du vers est renforcée par une opposition très nette du point de vue de la structure interne : comme je l’ai déjà dit, tous les modèles de vers doubles, à l’exception des trois variantes du basīṭ mağzū’, sont organisés suivant une alternance de groupes stables, éventuellement trisyllabiques, et de positions variables. Mais, mis à part certains modèles qui peuvent débuter par deux variables liées (x^x), l’alternance est strictement binaire et on ne trouve jamais deux positions variables consécutives à l’intérieur d’un modèle. Dans les modèles du rağaz-1, -2a, -2b et -3, l’alternance est au contraire de type "ternaire" : deux positions variables "libres", ou non liées, suivies d’un groupe stable dissyllabique ([⋃ - ]), et ceci deux ou trois fois selon les modèles. Autrement dit, la structure quantitative des premiers est comparativement beaucoup plus stable et régulière que celle des seconds qui laissent beaucoup plus de liberté. Il existe pourtant des exemples de rağaz double dont les libertés métriques sont les mêmes que celles propres aux modèles de vers simples. Bien que rares, ces modèles sont attestés dans l’œuvre de poètes anciens18. C’est notamment cette possibilité qui incite Ibn Rasīq à critiquer la distinction entre rağaz et qaṣīd19. Mais, de même que les spécimens de kāmil, ramal, ḫafīf et hazağ simple, que nous pourrions qualifier de "qaṣīd simple", ces exemples hybrides sont trop rares pour en justifier la remise en cause. L’analyse métrique du chapitre précédent nous a permis de montrer qu’elle ne tient pas seulement au type de période et à la forme extérieure du vers mais aussi à sa structure interne et aux limites assignées à la variation quantitative. L’idée que le rağaz est un mètre particulièrement souple, laissant une liberté plus grande au poète et, partant, plus propre à l’improvisation, intuitivement admise de longue date, trouve ici une justification empirique : le nombre de positions variables d’un vers de rağaz, que l’on peut métriquement considérer comme un "hémistiche isolé", est en moyenne deux fois plus important que dans un hémistiche de l’un ou l’autre des modèles de vers doubles qui constituent la classe du qaṣīd.

2. QAṢĪD ET QARĪḌ

21Dans un certain nombre de textes apparaît un autre terme, le qarīḍ. Il est fréquemment employé par les poètes eux-mêmes, comme dans ce vers d'al-Aglab al-‘Iğlī où il est opposé au rağaz :

  • 20 Cité dans le Lisān al-‘arab, racine qrç ? vol. V, p. 3590, colonnes 1 et 2 (mètre rağaz-2b) : « Dé (...)

’a - rağazan turīdu ’am qarīḍā? Kilay - himā ’uğīdu mustarīḍā20.

  • 21 Voir supra, p. 288, note 7.
  • 22 Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n° XV, vers 5, p. 41. Mètre ramal-2. Traduction : « Transmett (...)

22À la racine qrd est attachée l’idée de "couper", "sectionner". Mais la première forme verbale (qarada / yaqridu) a pris le sens de "composer" ou "déclamer" des vers ou un poème. Les troisième (qārada) et sixième (taqārada) formes verbales signifient respectivement : "adresser du qarīḍ à quelqu’un" et "se réciter / s’adresser mutuellement du qarīḍ". Elles sont à mettre en parallèle avec les verbes rāgaza et tarāğaza21. Le nom d’action qard est employé dans les expressions qardu baytin ou qardu si’rin, "action de composer des vers, de la poésie". Dans certains cas, le substantif qarīḍ paraît être employé dans ce même sens, comme dans ce vers de ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī22 :

’abligā Ḥassāna ‘annī ’āyatan fa - qarīḍu š - ši’ri yašfī dā l - gulal

  • 23 Ce terme est également attesté dans les vers d'un certain nombre d'autres poètes anciens, dont voi (...)
  • 24 Histoire, vol. II, p. 361.
  • 25 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie (...)

23Mais, d’une manière générale, comme en atteste le vers d’al-Aglab al-‘Iğlī cité plus haut, le substantif qarīḍ semble désigner la poésie, ou une certaine espèce de poésie qui ne serait pas du rağaz23. Selon Blachère, ce terme, « avant de désigner, jusque vers la fin du iiie/ixe siècle, la poésie en général, s’est appliqué très probablement à un type rythmique, mais de moindre ampleur que le qaṣīd24 », peut-être à « un ensemble métrique et prosodique à pieds brefs tel le mutaqārib qui donne l’impression d’un rythme rapide25 ». Cette hypothèse est malheureusement sans fondements. Au contraire, il y a tout lieu de penser que qaṣīd et qarīḍ ne sont qu’une seule et même chose, ou deux aspects de celle-ci. En effet, dans aucun des ouvrages où il en est question, ces termes n’apparaissent simultanément. Autrement dit, il semble que nous soyons en face de deux oppositions binaires distinctes, entre rağaz et qaṣīd d’une part, et entre rağaz et qarīḍ d’autre part. Il est donc possible d’imaginer que ces deux oppositions ne recouvrent qu’une seule et même réalité. Al-Ǧāhiz, par exemple, semble user indifféremment de l’un ou de l’autre, comme dans le passage suivant, où il affirme :

  • 26 Bayān, vol. IV, p. 84.

« Parmi les poètes, certains maîtrisent le qarīḍ mais n’ont pas composé de rağaz valable26. »

24Il cite, comme membres de cette classe, les poètes Zuhayr b. Abī Sulmä, al-Nābiga al-Dubyānī et al-A‘šā Maymūn. D’autres auraient, selon lui, maîtrisé à lafois le rağaz et le qarīḍ, ainsi Imru’ al-Qays, Tarafa et Labīd. Puis il ajoute enfin :

  • 27 Bayān, vol. IV, p. 84.

« Plus rares sont ceux qui maîtrisent à lafois le qaṣīd, le rağaz et les discours (ḫutab)27. »

  • 28 On aurait pourtant tendance à accorder une légère préférence au second des deux termes (qarīd), qu (...)

25Dans ce même passage, al-Ǧāhiz emploie donc successivement les termes qarīḍ et qaṣīd en les opposant chacun au rağaz. Il n’y a donc pas lieu de penser que ces deux vocables servent à désigner deux réalités distinctes. Tout au contraire, ils paraissent interchangeables et il convient finalement, au stade actuel de la rétexion, de considérer tous les modèles de vers doubles inventoriés dans le chapitre II comme appartenant à une même catégorie "qaṣīd-qarīḍ", que j’appelerai désormais "qaṣīd" pour simplifier28. Nous avons vu quelles sont les caractéristiques communes à l’ensemble de ces modèles de vers. Outre, les vers de rağaz double, trois modèles font néanmoins exception aux régularités observées : il s’agit des modèles courts du basīṭ (basīṭ mağzū’), dont l’examen de la notion de taḫlī‘ va nous permettre de préciser la place à l’intérieur de ce système bipartite.

3. LE TAḤLĪ‘

  • 29 Voir par exemple Iqnā‘, p. 18 ; Wāfī, p. 62 ; et Mī‘yār, p. 38. Traduction : « Combien ma passion (...)

26Dans son acception technique, ḫalīlienne, le taḫlī‘ désigne l’application simultanée du processus appelé qat’ au ‘arūd, le dernier pied du premier hémistiche, et au darb, le dernier pied du second hémistiche, et ne s’applique qu’au basīṭ mağzū’, y transformant ces deux pieds, de schème mustaf‘ilun (--[⋃ -]), en maf‘ūlun (---). Le modèle de vers qui en découle, troisième ‘arūd du basīṭ, est donc aussi appelé muḫalla‘ al-basīṭ. Le même vers anonyme est cité dans l’ensemble des traités de métrique pour illustrer ce modèle29 :

27Dans la mesure où les deux processus de ziḥāf a appelés ḫabn et tayy peuvent s’y appliquer, respectivement à lapremière position de chacun des six pieds et à laseconde position du premier pied de chaque hémistiche, ce modèle peut être représenté comme suit en termes de groupes stables et de positions variables :

28x x [⋃ -] # x [⋃- ] # x - - x x [⋃- ] # x [⋃- ] # x - -

29À côté de ce modèle, les métriciens classiques inventorient trois autres formes de basīṭ mağzū’, dont le ‘arūda la forme mustaf‘ ilun (— [⋃ -] ou x x [⋃ -]) et dont les darb sont respectivement mustaf‘ilān, mustaf’ilun et maf‘ūlun.

  • 30 Iqnā‘, p. 17 ; Wāfī, p. 59 ; Mī ‘yār, p. 37 ; le poème entier a été édité par R. Geyer (éd.), A‘šä (...)

30Dans le premier de ces trois modèles, premier darb du deuxième ‘arūd des traités classiques, la fin de vers comporte une syllabe surlongue finale et est dite mudāl Le processus de ‘illa en cause est donc un processus d’ajout (ziyāda). Le vers cité par les métriciens est attribué à al-Aswad b. Ya‘fur (al-A‘šä Nahšal, m. vers 600)30 :

  • 31 Iqnā‘, p. 17 ; Wāfī, p.60 ; Mī‘yār, p. 52. Ibn Manzūr, dans le Lisān, cite le vers à deux reprises (...)

31Dans le deuxième, deuxième darb du deuxième ‘arūd, le dernier pied du second hémistiche est complet (tāmm). Le vers-témoin généralement cité est attribué tantôt à al-Muraqqiš al-Akbar (m. vers 550) et tantôt à al-Aswad b. Ya‘fur31 :

  • 32 (a) Iqnā‘, p. 18 ; Wāfī, p. 60 ; Mī‘yār, p. 38 ; (b) The Dīwāns of 'Abīd Ibn al-Abras, of Asad, an (...)

32Dans le troisième, enfin, troisième darb du deuxième ‘arūd, le pied final a la forme maf’ūlun (---). Le vers cité par les métriciens est un vers anonyme32 :

  • 33 Mī‘yār, p. 54-55. Le vers est le premier d'un fragment de six vers attribué à un certain Sulamī ou (...)

33Enfin, signalons qu’al- Šantarīnī (m. 1155) mentionne également un dernier modèle où le darb est maqtū’ maḫbūn (⋃ -) et le ‘arūd est mahbūn (⋃ - -), pour en dire qu’il est considéré comme anormal (sādd). Il n’est d’ailleurs pas mentionné par les autres métriciens classiques. Il en cite toutefois un exemple, tiré de la Ḫamāsa d’Abū Tammām33 :

34À côté de cette acception technique, le taḫlī‘ a également revêtu une acception que l’on pourrait qualifier d’esthétique. Qudāma b. Ga‘far (m. vers 940), dans le chapitre de son Kitāb naqd al-ši‘r qu’il consacre aux défauts du mètre (‘uyūb al-wazn), évoque pour commencer le non-respect des principes du ‘arūd ("al-ḫurūğ ‘an al-‘arūd"), pour lequel aucun exemple n’est malheureusement cité, puis le taḫlī’, qu’il définit comme suit :

  • 34 Naqd, p. 181.

« Le taḫlī’, dit-il, consiste dans le fait que le mètre soit laid (qabīh), l’auteur [des vers] ayant abusé (’afrata) des processus de ziḥāf a, dont il a fait le principe de toute [sa] poésie, jusqu’à larupture (al-inkisār), quittant le domaine de la poésie dont l’auditeur peut immédiatement identifier le mètre comme correct pour [celui de] ce qui est jugé peu acceptable, jusqu’à pouvoir s’accorder au bon goût ou être rapporté [aux principes] du ‘arūd et, ainsi, être considéré comme correct. La poésie de cette nature est dépourvue de grâce et peu agréable34. »

35Le taḫlī‘ désigne donc, si l’on en croit Qudāma, l’irrégularité ou la variation excessive du mètre. Le concept de taḫlī‘ ainsi défini apparaît donc bien différent du concept technique des métriciens, à tel point qu’il paraît difficile d’établir la moindre comparaison entre les deux. Mais l’examen des vers cités par Qudāma, d’une part, et de la structure du basīṭ mağzū’ et de son emploi par les poètes anciens, d’autre part, va nous permettre d’y voir plus clair ou, tout au moins, de comprendre comment a pu s’opérer la confusion entre deux notions apparemment si différentes, ou le passage de l’une à l’autre.

  • 35 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn aṭ -Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, poème (...)

36Qudāma illustre d’abord la notion de tahlī‘ par cinq vers attribués à al-Aswad b. Ya‘fur et le premier de ces cinq vers n’est autre que celui qui, dans les traités de métrique classiques, sert à illustrer le modèle du basīṭ mağzū’ mudāl, premier darb du second ‘arūd, avec une syllabe surlongue finale. Ces cinq vers sont les suivants35 :

37Le premier hémistiche du troisième de ces cinq vers répond non pas au modèle du basīṭ mağzū’ mudāl mais à celui du rağaz. La différence entre les modèles de vers du basīṭ mağzū’ et du rağaz tient, il est vrai, à fort peu de choses : une position variable ou un sabab de plus ou de moins dans le second pied. Ce phénomène peut donc éventuellement s’expliquer par les altérations qu’auraient pu subir ces vers en cours de transmission, orale ou écrite. C’est d’ailleurs ce troisième vers qui, dans ce fragment, pose le plus de problèmes d’interprétation. Je ne me lancerai cependant pas dans un essai de restitution de sa possible "lecture originale", entreprise fort hasardeuse et subjective au demeurant. Quoi qu’il en soit, le modèle de vers dont Qudāma veut illustrer la notion de taḫlī‘ paraît bien être celui du basīṭ mağzū’ mudāl, auxquels se conforment les quatre autres vers de ce fragment.

  • 36 Naqd, p. 182 ; The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa (...)

38Il cite ensuite ce vers tiré de la Mu‘allaqa de ‘Abīd b. al-Abras (m. vers 550), composée suivant le modèle du muḫalla‘ al-basīṭ proprement dit36 :

39Le commentaire de Qudāma concernant ce vers et la qaṣīda dont il est tiré est le suivant :

  • 37 Naqd, p. 182.

« Le sens [de ce vers] est excellent (ğayyid) ; son expression est bonne (hasan) ; mais il est gâché par son mètre qui enlaidit la correction [de son expression] et ruine l’excellence [du sens exprimé]. Ce qui, dans la qaṣīda, dans tout ou partie des vers, est ainsi construit quant aux processus de ziḥāf a est laid (qabīh), du fait de l’excès (’ifrāt) de tahlī‘ d’une part et, d’autre part, du fait qu’il dure et abonde. [La poésie] qui peut, pour ce qui touche à l’application des processus de ziḥāf a, être considérée comme correcte, est celle qui n’en use pas avec excès, ni dans plus d’un ou deux vers, sans [aboutir à des] constructions qui ne soient conformes à lamesure [correcte]37. »

  • 38 Cité par C. Lyall, The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ib (...)
  • 39 Cité par C. Lyall, ibid., p. 5.

40Dans un manuscrit de la Ǧamharat aš‘ār al-‘arab d'al-Qurašī, on trouve aussi le commentaire suivant : « Du fait de l’excès de ziḥāf et de qat‘ qui le caractérise, [ce poème] peut à peine être considéré comme de la poésie38 ». Le poème est également cité par Ibn Sīda (m. 1066), apparemment d’après al-Ḫalīl (m. 776, 786 ou 791), comme un exemple de « poésie faible (mahzūl) et de construction incohérente (gayr mu’talif al-binā’)39 ».

  • 40 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, poème n (...)

41La scansion métrique du poème de ‘Abīd réserve en effet bien des surprises. Tout d’abord, à l’hémistiche, les pieds mustaf‘ilun, maf’ūlun et fa‘ūlun alternent librement à l’intérieur du poème, à tel point que le troisième darb du deuxième ‘arūd et l’unique darb du troisième ‘arūd n’apparaissent pas comme deux modèles indépendants mais peuvent au contraire être considérés comme un seul et unique modèle. Le cas des vers 23 à 26 constitue un bon exemple de cette alternance40 :

  • 41 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, p. 5-7. (...)

42Ensuite, un certain nombre d’hémistiches du poème ne sont pas conformes au modèle du basīṭ mağzū’ mais bien plutôt, comme le troisième vers du fragment d’al-Aswad b. Ya‘fur, à celui du rağaz. C’est le cas, notamment, du premier hémistiche des quatrième, treizième et dix-huitième vers et du second hémistiche du vingtième41 :

  • 42 The poems of ‘Amr son of Qamī’ah, poème n° XII, vers 3-6, p. 48-49 ; Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LVII, (...)

43L'emploi des différents modèles du basīṭ mağzū’ est rare chez les poètes anciens. L’examen des vers et poèmes attribués à cent poètes ayant vécu avant le milieu du premier siècle de l’Hégire nous a permis de constater que, outre al-Aswad b. Ya‘fur et ‘Abīd b. al-Abras, seuls six autres poètes en ont fait usage, ‘Amr b. Qamī’a (m. vers 540, 4 vers), al-Muraqqiš al-Asgar, deux fois (m. vers 570, 26 et 4 vers), al-A‘šä al-Kabīr (m. vers 630, 22 vers), Imru’ al-Qays (m. vers 550, 17 vers), ‘Amr b. Ma’dīkarib (m. 641, un vers isolé) et Umayya b. Abī al-Salt (m. 630, un vers isolé)42.

  • 43 Dīwān Imri’ al-Qays, p. 189. Traduction : « Tes yeux déversent un torrent de larmes, comme si tes (...)

44L'examen de ces vers témoignant de l’emploi du basīṭ mağzū’ réserve encore bien des surprises. Le poème attribué à Imru’ al-Qays, tout d’abord, partage avec celui de ‘Abīd nombre de formules, de termes, voire d’hémistiches ou de vers entiers, qui ne diffèrent que par la rime. Ainsi, le premier vers du poème d’Imru’ al-Qays est quasiment identique au septième de celui de ‘Abīd43 :

Imru’ al-Qays, vers 1 :
‘aynāka dam‘u – hā siğālu ka’anna ša’nay - himā ’awšālu

‘Abīd, vers 7 :
‘aynāka dam‘u - humā sarūbu ka’anna ša’nay - himā ša’ību

  • 44 Dīwān Imri’ al-Qays, p.189 ; et The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl (...)

45C’est aussi le cas du second vers du poème d’Imru’ al-Qays et du dixième de celui de ‘Abīd44 :

Imru’ al-Qays, vers 2 :
’aw ğadwalun fī zilāli naḫlin li -1 - mā’i min taḫti – hī mağālu

‘Abīd, vers 10 :
’aw ğadwalun fī zilāli naḫlin li -1 - mā’i min taḫti – hī qasību

  • 45 Il s'agit des vers suivants : Imru' al-Qays, vers 4, et ‘Abīd, vers 27 ; Imru’ al-Qays, vers 5, et (...)
  • 46 G. Borg, « A Jāhilī Generation Conflict », Journal of AAabic Literature, n° XXV (1994), p. 1-15.

46Des formules et expressions identiques se retrouvent également dans plusieurs autres vers des deux poèmes45. Borg a tenté de montrer que c’est Imru’ al-Qays qui aurait plagié ‘Abīd, dont il aurait été le rāwī (transmetteur)46. À lalecture de sa composition, ‘Abīd, dit-il, nous apparaît déjà vieux, seul et n’ayant plus d’illusions sur la vie. Au contraire, Imru’ al-Qays donne l’image d’un poète à l’aube de sa carrière et sa vision du monde est harmonieuse et optimiste. De plus, la forme du poème de ‘Abīd, outre qu’elle est mieux développée, paraît beaucoup plus aboutie que celle d'Imru’ al-Qays : les enchaînements thématiques sont moins abrupts, plus travaillés. Au regard de celle de ‘Abīd, la pièce d'Imru’ al-Qays fait figure d’ébauche non développée. L'hypothèse génétique formulée par Borg, bien que solidement étayée et plutôt convaincante, peut toutefois être mise en doute : il est en effet également possible d’imaginer que ‘Abīd ait réutilisé quelques vers ébauchés par Imru’ al-Qays, lequel les lui aurait transmis, pour les intégrer dans une qaṣīda de sa composition, plus longue et plus élaborée. Borg croit aussi pouvoir affirmer que les anomalies métriques exceptionnelles que partagent ces deux poèmes est un argument solide en faveur de leur authenticité et que la persistance de ces anomalies lors de la transmission et de la mise par écrit peut porter à croire que la version écrite est restée fidèle à l’original.

  • 47 Au sujet de ces variantes, voir Dīwān Imri’ al-Qays, p. 430.

47En fait, l'analyse métrique du poème d'Imru’ al-Qays nous montre qu’il recèle beaucoup moins d’irrégularités que celui de ‘Abīd, comme si "l’élève", Imru’ al-Qays, maîtrisait mieux que son "maître" le rythme propre au basīṭ mağzū’. Il ne se trouve en effet dans la pièce du premier aucun vers de rağaz, et les seules irrégularités qui s’y trouvent, aux vers 7 et 13, apparaissent plutôt comme des fautes de copies propres à larecension du poème par Abū Sahl, qui est celle qu’a retenue l’éditeur du dīwān. Au vers 7, c’est la particule ’aw ("ou") au début du vers qui est de trop, comme semble l’indiquer la variante de la recension d’al-Sukkarī dans laquelle cette particule a disparu ; et au vers 13, c’est, au premier hémistiche, l’ajout de la-hā ("à elle" ou "pour elle"), dans toutes les autres recensions du poème, qui permet de rétablir le mètre, comme le remplacement, au second hémistiche, dans les recensions d’al-Sukkarī et d’Ibn al-Nahhās, du verbe ’adarra (⋃ - ⋃) par ’azrä ()47. Cette constatation constitue finalement un argument de plus en faveur de l’hypothèse de Borg selon laquelle le poème d’Imru’ al-Qays ne serait qu’un exercice d’imitation : bien que moins aboutie et plus maladroite, sa composition révèle une meilleure maîtrise d’un mètre que ‘Abīd fut peut-être l’un des tous premiers à employer. La lecture des poèmes de ‘Amr b. Qamī’a, de Muraqqiš al-Asgar et d'al-A‘šä al-Kabīr va nous permettre de préciser cette idée.

  • 48 The Poems of ‘Amr son of Qamī’ah, poème n° XII, p. 48. Traduction : « (1) Combien d'hommes leurs s (...)

48La courte pièce attribuée à ‘Amr b. Qamī’a, dont la transcription et le découpage des six vers sont reproduits surprise de taille48 :

  • 49 The Poems of ‘Amr son of Qamī’ah, p. 48 : « wa hiya ’abyāt gayru qā'imati l-wazni. »

49Dans le manuscrit édité par Lyall du dīwān de ce poète, on trouve en exergue de la pièce le commentaire suivant : « Le mètre de ces vers n’est pas constant49. » Lyall donne la description suivante de la structure métrique de ces six vers :

  • 50 The Poems of ‘Amr son of Qamī’ah, p. 48.

« Le mètre de ce poème, dit-il, tel qu’il est noté dans le manuscrit, ne correspond pas au modèle standard du sarrī‘ : les deux premiers vers sont en sarrī‘ correct ; mais dans tous les autres vers, à l’exception du second hémistiche du cinquième, le groupe final - u -a remplacé le [groupe] x x [⋃ - ] médian, et ce dernier a été transposé à la fin de l’hémistiche50. »

50En d’autres termes, les deux derniers pieds de chacun des hémistiches ont été intervertis, compte non tenu du dernier harf sākin du vers, dont résulte la syllabe finale surlongue, laquelle reste en place à lafinale. Les quatre derniers vers de cette pièce ont donc pour modèle celui du basīṭ mağzū’ mudāl. Quant aux deux premiers, leur modèle est celui du premier modèle du sarī‘, dit matwī mawqūf, qui, en termes de positions variables et de watid-s, peut être représenté comme suit :

51sarī‘ mapwī mawqūf :

52x x [⋃ - ] # x x [⋃ - ] # [- ⋃ -] x x [⋃ - ] # x x [⋃ - ] # [- ⋃ — ]

53Dans la théorie métrique classique, le sarī‘ et le basīṭ appartiennent à deux cercles différents. Au contraire, dans le modèle proposé par al-Ǧawharī dans son ‘Arūd al-waraqa, le sarī‘ est considéré comme un dérivé du basīṭ :

  • 51 Waraqa, p. 23-24.

« [Le basīṭ], dit al-Ǧawharī, a une dernière [variante] de six pieds qu’al-Ḫalīl a appelée sarī‘ [...], où le premier et le troisième pieds (fā‘ilun) ont été effacés51. »

54La dérivation proposée par al-Ǧawharī met en œuvre un processus que l’auteur a baptisé du nom de qat’ :

55basīṭ : musta filun fā‘ilun mustaf‘ilun fā‘ilun

56> sari‘ : mustafilun φ mustaf‘ilun fā’ilun

57Aussi bien, il serait tout à fait possible, en s’inspirant de la coexistence des deux modèles dans le poème de ‘Amr b. Qamī’a, de dériver le sarī‘ du basīṭ musaddas, à trois pieds par hémistiches, en intervertissant purement et simplement les second et troisième pieds de chacun des hémistiches :

58Ces élaborations théoriques ont pour seul intérêt, dans l’immédiat, de souligner la ressemblance entre deux types de modèles de vers dont la théorie classique ne permet pas de rendre compte. Mais elles n’enlèvent rien au fait que le sarī‘ et les divers modèles qui sont regroupés sous ce nom d’une part, le basīṭ court et ses différents modèles d’autre part, constituent deux types métriques indépendants, même s’il s’est trouvé un poète ancien pour les combiner à l’intérieur d’un même poème. Il faut toutefois noter que les modèles du rağaz, d’une part, auquel répondent un vers d'al-Aswad b. Ya‘fur et plusieurs hémistiches du poème de ‘Abīd, pourtant tous deux composés suivant des modèles du basīṭ mağzū’, et du sarī‘, d’autre part, sont très proches, ne différant que par la seule fin de vers.

  • 52 Dīwān al-Muraqqišayn, p. 91.

59Mais il est aussi possible que les deux parties du poème de ‘Amr soient en fait deux fragments qui auraient été réunis par erreur au cours de la recension, cette fusion ayant été facilitée par l’étonnante continuité et la cohérence sémantique qui relient ces six vers. Le fait que les quatre derniers vers, et seulement ceux-là, soient également attribués à al-Muraqqiš al-Asġar rend cette hypothèse tout à fait probable, auquel cas seuls les deux premiers vers du fragment seraient effectivement l’œuvre de ‘Amr b. Qamī’a52.

  • 53 Aux débuts de l'islam, ce mètre est attesté dans quelques courts fragments, longs de deux à six ve (...)

60Contrairement aux poèmes examinés jusqu’à présent, l’autre pièce d’al-Muraqqiš al-Asġar, longue de vingt-six vers, et celle d’al-A‘šä al-Kabīr, longue de vingt-deux vers, ne comportent pas de bizarreries métriques. Le premier est entièrement conforme au modèle du basīṭ mağzū’ mudāl et le second, à celui du muḫalla‘ al-basīṭ. Or il se trouve que ces deux poètes sont plus tardifs que ‘Amr b. Qamī’a, ‘Abīd b. al-Abras et Imru’ al-Qays. Alors que ces trois derniers ont vraisemblablement vécu durant la première moitié du sixième siècle de l’ère chrétienne, Muraqqiš est de la seconde moitié de ce même siècle, tandis qu’al-A’šä est mort en 629. Les poèmes de ‘Amr et de ‘Abīd pourraient donc être les témoins d’une phase plus ancienne où ce qui allait devenir un mètre à part entière, le basīṭmağzū’, n’était encore qu’une variante du rağaz, que les poètes pouvaient librement faire alterner, à l’intérieur d’un même poème, avec des vers de rağaz ou de sarī‘, le sarī‘ en usage dans les deux premiers vers de la petite pièce de ‘Amr b. Qamī’a n’étant tout compte fait rien d’autre qu’une forme de rağaz. Quant au poème d’Imru’ al-Qays, il serait le premier témoin de l’usage du basīṭ mağzū’ comme un mètre autonome et reconnu comme tel53.

61Pour en revenir à lanotion de taḫlī‘, il est aisé d’imaginer, au vu des exemples cités par Qudāma, comment a pu se faire l’assimilation, ou la confusion, entre un "défaut", vaguement défini mais essentiellement illustré par des poèmes ou vers composés suivant l’un ou l’autre des modèles de vers du basīṭ mağzū’, et une transformation, une ‘illa en l’occurrence, qui concerne exclusivement le troisième et dernier de ces modèles. Les modèles courts du basīṭ sont des modèles de vers doubles, à deux hémistiches ; mais, comme ceux du rağaz, ils sont quantitativement beaucoup moins stables que les mètres du qaṣīd. Dans chacun des trois modèles du basīṭ mağzū’, tous les processus de ziḥāfa énumérés par les métriciens classiques sont susceptibles de s’appliquer : le ḫabn, le tayy et le ḫabl, aux pieds mustaf‘ ilun ; et le habn aux pieds fa‘ilun et maf‘ūlun, ce dernier n’apparaissant que comme dernier pied du premier ou du second hémistiche du dernier des trois modèles. Ces modèles comptent donc quatre à cinq positions variables par hémistiche :

  • 54 Voir B. Paoli, Métrique arabe ancienne : pratiques et théories, p. 294-301.

62En comparaison, les modèles du basīṭ long, par exemple, qui comptent pourtant de deux à quatre syllabes de plus par hémistiche, n’ont que trois positions variables par hémistiche, comme cela apparaît dans les représentations de ces modèles en termes de positions stables et de positions variables qui ont été déduites de l’analyse d’un grand nombre de vers anciens54 :

63De par leur ressemblance avec le rağaz et leur différence avec les modèles longs du qaṣīd, dont font partie les quatre modèles du basīṭ tamm ci-dessus, les vers composés suivant l’un ou l’autre des modèles du basīṭ mağzū’ semblent donc particulièrement bien choisis pour illustrer la définition du taḫlī‘ comme irrégularité excessive du mètre.

  • 55 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXVII, vers 31, p. 268.
  • 56 Traduction : « [...] La perte de frères [litt. fils d'une mère] qui se sont entredéchirés ; parce (...)

64Mais cette définition du taḫlī‘ dépasse cependant le cadre restreint des modèles du basīṭ mağzū’. En effet, Qudāma cite ensuite un vers de ṭawīl attribué à Mutammim b. Nuwayra (m. vers 640) pour illustrer l’idée selon laquelle certains processus de ziḥāfa sont jugés acceptables s’ils se limitent à un ou deux vers55. Il semble que ce soit du qabḍ du pied mafā‘īlun qu’il est question ici, lequel est considéré comme acceptable (sālih) car limité à une seule position, dans le second pied du second hémistiche, que j’ai soulignée dans le découpage ci-dessous56 :

  • 57 Édité et traduit par W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics according to the Mufaḍḍali (...)
  • 58 Ibn Barri, dans W. Stoetzer, ibid, p. 162-163, paragraphe 8.
  • 59 Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° XIV, vers 18-19, p. 113. Traduction : « (18) Tu reconnaîtras en lui (...)

65Cette idée est confirmée par ce que dit Ibn Barrī (m. 1331), dans son traité intitulé Šarh al-gumūd min masā’il al-‘arūd, des ziḥāf a-s s'appliquant au mètre ṭawīl. L’auteur distingue trois types de ziḥāf a : "bonne" ou "correcte" (hasan), "acceptable" (sālih) et "mauvaise" ou "laide" (qabīh). Le degré d’acceptabilité intermédiaire, celui des ziḥāf a-s "acceptables", est défini négativement comme ce qui n’est ni "bon" ni "mauvais"57. Le premier exemple cité est celui du qabḍ du second pied d’un hémistiche de ṭawīl (mafā’īlun), qui en efface le yā’, soit mafā‘ilun ([⋃ -] ⋃-). Mais, ajoute-t-il, si un tel processus de ziḥāf a est trop souvent employé et / ou combiné avec d’autres processus de ziḥāf a, il doit être considéré comme laid (qabīh)58. C’est le cas, dit-il, dans les deux vers suivants d’Imru’ al-Qays (j’ai souligné dans le découpage métrique toutes les positions soumises au qabḍ)59 :

  • 60 Dans le premier hémistiche du premier de ces deux vers, le pronom de la troisième personne du masc (...)

66Ce processus est obligatoire dans le dernier pied du premier hémistiche et aussi, pour le second modèle du ṭawīl dont ces deux vers sont une réalisation, dans le dernier pied du vers. Pour le reste, le qabḍ apparaît trois fois sur quatre dans chacun des trois premiers pieds de l’hémistiche et, notamment, dans le pied trisyllabique médian60. Aussi le jugement porté sur ces vers par Ibn Barrī est-il mitigé :

  • 61 Ibn Barri, dans W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics according to the Mufaḍḍaliyyāt, (...)

« Abū ‘Ubayda [m. 824 ou 825] disait que les spécialistes de poésie étaient unanimes à considérer le sens de ces deux vers comme inégalé mais gâché par les occurrences nombreuses et répétées des processus de ziḥāf61. »

67L’application régulière du qabḍ au pied mafā‘īlun médian, à laquelle s’ajoute l’abrégement quasi systématique du sabab des pieds trisyllabiques, est donc considérée comme "laide". Qudāma b. Ǧa‘far rapporte quant à lui l’appréciation d’al- Ḫalīl sur l’application des processus de ziḥāf :

  • 62 Naqd, p. 183. Notons, dans ce passage, l'emploi du verbe samuğa plutôt que qabuḥa, dont est tiré l (...)

« [Il] considérait [le ziḥāf] comme bon (correct, yastaḥsinu), dit-il, s’il est limité à un ou deux vers ; [au contraire], s’il dure (ṭāla) ou abonde (katura) dans une qaṣīda, c’est laid (samuğa)62. »

  • 63 Naqd, p. 182 ; voir aussi Muwaššah, p. 122, où on lit, au second hémistiche du second vers, fàniya (...)

68Ce n’est donc pas ici le processus en lui-même qui est en cause, mais sa fréquence. Pour illustrer cette notion de taḫlī‘ comme "défaut", Qudāma cite pour finir ces deux "vers" de ‘Urwa b. al-Ward (m. vers 620-630)63 :

  • 64 Dīwān ‘Urwa b. al-Ward, éd. M. ‘A. Mu‘Īn ; et Le Dîwân de ‘Orwa Ben el Ward trad. française R. Bas (...)
  • 65 Les positions soulignées ne rentrent pas dans cette analyse.

69Ils ne figurent ni dans le dīwān édité du poète, ni dans les additions faites par Basset64. Surtout, ils ne correspondent à aucun des modèles de vers connus et répertoriés, à tel point que la division en deux hémistiches paraît elle-même hasardeuse. Il est pourtant possible de les analyser partiellement comme du kāmil65 :

70Il est fort probable que ces deux vers aient eux aussi été altérés et déformés en cours de transmission. Le premier hémistiche du premier vers pourrait être considéré comme répondant au modèle du kāmil mağzū’ muraffal, si ce n’est que le processus de tarfīl, qui ajoute une syllabe finale après le deuxième pied, ne s’applique en principe qu’au deuxième hémistiche. Quant au second hémistiche du second vers, il répond au troisième modèle du kāmil des traités de métrique. Le deuxième hémistiche du premier pourrait également être adapté à ce modèle moyennant la suppression du mot ẓannī dont la fonction grammaticale n’est pas claire à mes yeux. En effet, le verbe ’aḫlafa semble signifier ici "repousser (derrière soi)" ou "manquer à sa parole", d’où "décevoir l’attente de quelqu’un", avec pour complément d’objet direct le pronom suffixe de la première personne du singulier (-nī), soit : ’ahlafti-nī, "tu m’as repoussé" ou "tu as déçu mon attente", qui constitue une proposition complète. Quoi qu’il en soit de ces spéculations, ce n’est plus d’excès de tazḥīf dont il s’agit ici, mais bien d’"irrégularité excessive du mètre", voire de non-respect des principes du ‘arūḍ, premier des défauts énumérés par Qudāma.

71La conclusion de Qudāma ne laisse pourtant planer aucun doute sur ce qu’il entend par taḫlī‘ : il s’agit bien de "l’excès de tazḥīf. Le fait que les principaux exemples cités soient des vers composés suivant l’un ou l’autre des modèles du basīṭ mağzū’ n’est donc pas un hasard : du fait qu’ils se distinguent de l’ensemble des autres modèles de vers doubles par un plus grand nombre de positions variables, susceptibles d’être soumises à des processus de ziḥāfa, ces modèles illustrent de façon exemplaire cette définition. Mais ce défaut connaît visiblement des degrés, aboutissant, dans les cas extrêmes, dont les deux vers de ‘Urwa b. al-Ward pourraient être l’illustration, à des structures métriques totalement irrégulières.

  • 66 Voir supra, p. 287.

72Si le rapport entre les deux significations du terme taḫlī‘, celle, technique, d’application du qat’ aux deux hémistiches du basīṭ mağzū’, d’où le nom de muḫalla‘ al-basīṭ donné au modèle qui en découle, et celle, esthétique, d’excès de tazḥīf, est maintenant clair, il reste difficile de savoir quelle est la plus ancienne des deux. On peut toutefois les considérer toutes deux comme tardives, postérieures à l’élaboration de la théorie classique de la métrique par al-Ḫalīl, dans la mesure où elles font semblablement appel à lanotion de ziḥāfa, qui, à ce qu’il semble, est une notion purement ḫalīlienne, propre à lathéorie des cercles, comme le confirme le passage du Kitāb al-bayīn wa-l-tabyīn d'al-Ǧāhiz cité au début de ce chapitre66.

4. LE RAMAL

73Rien n’étant jamais simple, la notion de ramal, que nous allons examiner maintenant, vient partiellement interférer avec celle de taḫlī‘. Dans la théorie classique, le ramal est un mètre du troisième cercle, dont la formule abstraite est la suivante :

74- [⋃ -] - # - [⋃ -] - # - [⋃ -] - - [⋃ -] - # - [⋃ -] - # - [⋃ -] -

  • 67 Muwaššah, p. 121.

75Mais ce même terme, comme nous allons le voir, a eu d’autres acceptions, totalement différentes et sans rapport visible avec cette acception ḫalīlienne. La définition du taḫlī‘ fournie par Qudāma est reprise pour ainsi dire telle quelle par al-Marzubānī (m. 994)67. Mais ce dernier, plus tôt dans le même ouvrage, évoque aussi le ramal et la définition qu’il en donne est très proche de celle du taḫlī‘ :

  • 68 Muwaššah, p. 23. Ce paragraphe consacré au ramal est annexé au chapitre portant sur les fautes de (...)

« L’un des défauts (‘uyūb) de la poésie est le ramal, dit-il. Et le ramal, pour les Arabes, désigne toute poésie de structure instable [incertaine] (ġayr mu’talif al-binā’), sans plus de précisions68. »

  • 69 Muwaššah, p. 24 ; The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn (...)

76Et le premier vers cité en exemple est, comme pour le taḫlī‘, un vers de la Mu‘allaqa de ‘Abīd b. al-Abras, le premier en l’occurrence69 :

77Cette même définition du ramal figure également dans le Lisān al-‘arab, où elle est citée d’après Ibn Sīda :

  • 70 Lisān, racine rml.

« [Selon] Ibn Sīda, dit Ibn Manẓūr, le ramal désigne toute poésie inconsistante (mahzūlin) et de structure instable [incertaine] (ġayr mu’talif al-binā’) ; c’est là l’une des dénominations qu’emploient les Arabes sans y associer [un contenu] précis70. »

78La raison pour laquelle al-Marzubānī consacre à ces deux notions que sont le taḫlī‘ et le ramal deux sections distinctes de son ouvrage, fort éloignées l’une de l’autre au demeurant, ne manque pas d’attirer l’attention. À moins d’une redite involontaire d’al-Marzubānī lui-même, ce fait tend à suggérer qu’elles ne doivent pas être considérées comme synonymes. À cet égard, les exemples de vers cités, qui sont, dans les deux cas, en partie tirés de la Mu‘allaqa de ‘Abīd b. al-Abras, sont peut-être source de confusion. En réalité, comme nous allons le voir à présent, le terme de ramal a, outre le sens que lui donne Ibn Sīda, au moins deux autres significations apparemment différentes.

79Abū al-Hasan al-‘Arūdī (m. 953 ou 954), contemporain de Qudāma, consacre lui aussi un passage de son traité de métrique à lanotion de ramal :

  • 71 ‘ArūdH, p. 302.

« Sache, dit-il, que le ramal désigne, chez les Arabes, toute poésie de structure instable (laysa bi-mu’talif al-binā’) et ils n’ont rien d’autre à en dire, sinon qu’il s’agit pour eux d’un défaut (‘ayb). Al-Aḫfaš a cité ce vers comme exemple [de ramal...]71. »

  • 72 ‘ArūdA et Qawāfī.

80Et le vers en question n’est autre, encore une fois, que le premier vers de la Mu‘allaqa de ‘Abīd. Abū al-Hasan al-‘Arūdī semble donc faire remonter cette notion de ramal à al-Aḫfaš al-Awsat (m. vers 830) lui-même. Malheureusement, il n’en reste aucune trace dans le Kitāb al-‘arūd du dernier nommé. Quant à son Kitāb al-qawāfī, s’il y évoque le ramal, c’est dans une acception qui est toute autre et que nous allons bientôt examiner72.

  • 73 Muwaššah, p. 24 ; Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n° XXI, vers 1-2, p. 48. Traduction : « (1) (...)

81Abū al-Hasan cite ensuite deux vers de ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī (m. vers 640), composés suivant le mètre hazağ, et qu’al-Marzubānī, dans le passage qu’il consacre au ramal, cite lui aussi73 :

82La citation de ces deux vers a de quoi laisser perplexe. Un seul processus de ziḥāfa, d’ailleurs considéré comme "correct" (hasan), s’y est appliqué, dans le premier pied du second vers. Le défaut mis en cause ne peut donc être l’excès de tazḥīf ou l’instabilité structurelle. Dans la phrase de conclusion à cette digression consacrée au ramal, qui suit immédiatement ces deux vers, Abū al-Ḥasan dit finalement :

  • 74 ArūdA, p. 302. Al-Marzubànï, Muwaššah, p. 24, reproduit mot pour mot les propos d'Abū al-Hasan.

« Et il semble que selon [al-Aḫfaš], [le ramal] désigne toute poésie dont il manque [au mètre] des pieds (ġayr tāmm al-’ağzā’)74. »

83Dans le Lisān, après avoir donné la première définition du ramal comme « poésie de structure instable / incertaine », en l’illustrant par le premier vers de la Mu‘allaqa de ‘Abīd b. al-Abras, Ibn Manẓūr cite quant à lui le premier des deux vers de hazağ ci-dessus et continue ensuite de rapporter les propos d’Ibn Sīda, lequel affirme alors :

  • 75 Lisān, racine rml.

« Ils placent la majeure partie du mağzū’ [amputé d’un pied par hémistiche] dans [la catégorie du] ramal. Ainsi a-t-il été entendu dire par les Arabes. Ibn Ǧinnī dit : lorqu'il dit que "c’est un terme employé par les Arabes", étant donné que tous les termes et dénominations employés par les métriciens appartiennent au discours des Arabes, il faut comprendre qu’ils l’ont employé dans le même contexte où l’emploient les métriciens, et pas en dehors de celui-ci, que ce soit comme nom propre ou métaphoriquement. Ne vois-tu pas que le ‘arūd, le misrā‘, le qabḍ, le ‘aql et d’autres termes employés par les artisans de cette science [la métrique] étaient en usage chez les Arabes ? Mais ce n’était pas dans le contexte (sens) que leur attribuent les [métriciens] : le ‘arūd désigne pour eux la pièce de bois qui soutient le centre de la tente ; et le misrā‘ est l’un des deux battants d’une porte ; ces termes, ainsi que d’autres, ont donc été transposés métaphoriquement (ici tašbīhan). Quant au ramal, les Arabes ont utilisé le terme lui-même [c. à. d. non-métaphoriquement] pour désigner toute poésie dont la structure est instable (idtkāb al-binā’) et lacunaire (nuqsān) par rapport au schème de base (al-’asl). Les métriciens l’emploient dans le même sens, sans l’avoir transposé comme nom propre ou métaphoriquement. Il dit encore : en un mot, le ramal désigne toute poésie qui n’est ni du qaṣīd ni du rağaz75»

  • 76 ‘Umda, vol. I, p. 271.

84Il ressort du passage cité que l’emploi "technique" du terme ramal est ancien : il est attribué aux (anciens) "Arabes" (al-‘Arrab) et tous les exemples de vers cités sont également anciens, attribués à des poètes préislamiques ou muḫadram-s, comme ‘Abīd b. al-Abras, ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī et ‘Urwa b. al-Ward. Par ailleurs, son emploi est qualifié de "non métaphorique". Par contraste, le même terme, utilisé par les métriciens classiques pour désigner un mètre particulier, le troisième du troisième cercle, est justifié, dans un dialogue entre al-Ḫalīl et al-Aḫfaš rapporté par Ibn Rasīq, par une comparaison avec l’activité manuelle du tissage : al-Ḫalīl aurait ainsi baptisé ce mètre « parce qu’il ressemble au tissage (de perles) sur une étoffe, à lasuite les unes des autres76 ». Le fait que ce terme aurait été utilisé dans des acceptions différentes par leurs "prédécesseurs" ne semble pas préoccuper al-Aḫfaš et al-Ḫalīl. Il est cependant probable qu’il existe un rapport entre l’une ou l’autre des trois définitions non ḫalīliennes du ramal et son acception technique dans le cadre de la théorie des cercles, comme c’est le cas pour le taḫlī‘, qui, dans la théorie classique, désigne une modification de fin de vers propre à l’un des modèles de vers du basīṭ mağzū’, alors que, pris au sens d’"excès de tazḥīf’, il s’applique à l’ensemble des formes courtes du basīṭ ainsi qu’à d’autres modèles de vers et à certaines de leurs variations. La question se pose donc de savoir si un tel rapport métonymique relie les différentes définitions du ramal.

  • 77 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989, p. 71.
  • 78 W. Stoetzer, ibid., p. 71.

85D’après les textes classiques cités jusqu’à présent, il apparaît que le terme ramal a revêtu, outre sa définition ḫalīlienne, trois acceptions visiblement différentes. Il aurait en premier lieu désigné une "poésie inconsistante, de structure incertaine ou irrégulière" dont le rythme est perturbé par de trop nombreuses variations, l’application mal venue ou excessive de processus de ziḥāf. Dans cette première acception, il est synonyme de taḫlī‘. Par ailleurs, il aurait été employé pour désigner "l’ensemble, ou la quasi-totalité, des modèles de vers courts (mağzū’)" ; et, enfin, "ce qui n’est ni qaṣīd ni rağaz". La question se pose tout d’abord de savoir si ces différentes significations sont complémentaires ou contradictoires, réductibles ou non les unes aux autres. Stoetzer accorde sa préférence à ladéfinition générique qui permet de concilier les deux dernières des trois acceptions attestées : le ramalest une catégorie distincte du qaṣīd et du rağaz et regroupe tous les mètres mağzū’-s77. D’après lui, la définition du ramal comme "toute poésie de structure incertaine" peut alors être rapportée à cette définition générique. Bien qu’existant et étant connus de longue date, ces mètres courts n’auraient été régulièrement employés qu’à une époque tardive, probablement dans le courant du viiie siècle, ce qui pourrait expliquer qu’ils aient dans un premier temps été considérés comme "anormaux" ou "irréguliers", caractéristiques d’une poésie de peu de prestige, inconsistante ou de structure irrégulière, avant de constituer une catégorie à part entière78. Cette assimilation paraît pourtant hâtive et le seul argument présenté pour l’étayer, largement insuffisant. En réalité, la plupart des modèles de vers dont on peut supposer qu’ils appartiennent à lacatégorie du ramal, comme le kāmil mağzū’, le hazağ ou le ramal lui-même, sont déjà employés par les poètes préislamiques.

  • 79 W. Stoetzer, ibid., p. 69.
  • 80 W. Stoetzer, ibid., p. 67.
  • 81 B. Paoli, Métrique arabe ancienne : pratiques et théories vol. I, ch. III, p. 246-408.

86Comme nous avons pu le constater, les termes employés dans la première de ces trois définitions du ramal sont, presque mot pour mot, les mêmes que ceux qui ont servi à Qudāma pour définir le taḫlī‘ et les deux termes paraissent synonymes, servant à désigner un défaut qui touche à lastructure interne du vers. Mais la définition de Qudāma, qui fait référence à lanotion proprement ḫalīlienne de ziḥāfa, ne peut être que tardive, soit qu’elle constitue un raffinement apporté par des auteurs postérieurs à al-Ḫalīl, comme Qudāma et al-Marzubānī, à la définition plus générale du ramal comme "irrégularité", soit que la notion elle-même ne soit pas ancienne. Il est difficile de trancher entre ces deux possibilités. Mais la seconde est loin d’être improbable. Dans le passage du Lisān al-‘arab qui a été cité, c’est d’ailleurs la seule définition "générique" du ramal qu’Ibn Sīda attribue aux "Anciens". Quoi qu’il en soit, nous sommes devant deux définitions qui ne sont pas réductibles l’une à l’autre, la première faisant référence à lastructure interne du vers et la seconde, probablement, à une idée de "longueur" du vers, laquelle reste à définir précisément. Mais il est d’ores et déjà possible de supposer qu’elle concerne essentiellement, mais peut-être pas seulement, la forme extérieure du vers plutôt que la séquence des unités métriques. Comme le fait fort justement remarquer Stoetzer, il n’existe en effet aucun rapport entre la structure interne des modèles de vers du basīṭ mağzū’, du hazağ et du ramal des traités de métrique, les deux premiers étant pourtant ceux suivant lesquels sont composés les vers cités par Qudāma b. Ǧa‘far, al-Marzubānī et Ibn Manẓūr pour illustrer la notion de ramal comme "genre"79. La catégorisation des vers anciens n’aurait donc, selon lui, contrairement à celle de la théorie des cercles, rien à voir avec la structure métrique des modèles, avec leur organisation séquentielle en termes d’unités métriques minimales et de pieds, mais tiendrait plutôt à lalongueur du vers, au nombre de syllabes et / ou de pieds du modèle. Mais il semble ensuite hésiter à définir cette notion en termes de pieds ou en termes de syllabes. Elle « n’indique pas le type de pieds employés, dit-il, mais le nombre de pieds du vers80 ». Son classement est toutefois essentiellement basé sur le nombre syllabique. À vrai dire, le choix n’est pas indifférent. L’affirmation de Stoetzer a ceci de paradoxal qu’elle paraît supposer que l’analyse en pieds qui est celle de la théorie ḫalīlienne aurait été reconnue, déjà, par les poètes antérieurs et par leurs contemporains, ce qui paraît peu probable. Les textes soulignent la grande part d’innovation qui est imputable à al-Ḫalīl. J’y reviendrai pour conclure. L’analyse à laquelle j’ai procédé dans ma thèse a permis de constater que, dans un nombre non négligeable de modèles de vers, le découpage en pieds et en unités métriques minimales (watid-s et sabab-s) et celui en groupes stables et positions variables ne sont pas isomorphes81. Autrement dit, les pieds Ḫalīliens ne constituent qu’une possibilité d’analyse parmi d’autres, tardive au demeurant. Il paraît donc plus plausible d’imaginer que le ramal, pris dans son acception générique ou catégorielle de "groupe des modèles de vers doubles courts", intermédiaire entre qaṣīd et rağaz, ait impliqué une notion de longueur au sens de "nombre syllabique".

87Quoi qu’il en soit, les modèles de vers du ramal des traités de métrique classique ne répondent finalement à aucune des définitions ci-dessus. D’une part, le ramal mağzū’ n’est pour ainsi dire pas employé par les poètes anciens et les modèles attestés de manière significative sont complets (tāmm), comportant trois pieds par hémistiche, comme dans la formule circulaire de la théorie ḫalīlienne ; et, d’autre part, tous les vers de ramal analysés sont conformes au principe d’alternance binaire entre positions variables et groupes stables qu’a permis de dégager l’analyse métrique à laquelle j’avais procédé dans ma thèse. Réciproquement, la notion de ramal, comme irrégularité ou comme genre, n’est jamais illustrée par des vers composés suivant le mètre ramal des traités classiques. Il n’existe donc visiblement aucun rapport entre l’une ou l’autre des définitions "anciennes" du ramal et son acception ḫalīlienne.

88Mais le fait que le ramal des traités classiques ne paraisse pas avoir de rapport avec son acception générique et que la structure interne des modèles de vers, telle que définie dans le cadre de la théorie des cercles, ne soit visiblement pas pertinente pour la définition du ramal comme catégorie n’exclut cependant pas que cette dernière notion ait aussi pu faire appel à des caractéristiques métriques internes non ḫalīliennes, liées à laséquence des positions métriques propre à tel ou tel modèle ou groupe de modèles de vers, comme c’est le cas pour le rağaz et le qaṣīd.

5. MÈTRE ET GENRE

89La définition du ramal comme ce qui n’appartient ni au "genre" du qaṣīd ni à celui du rağaz, son acception "générique", comme ensemble de modèles de vers, est également attestée chez d’autres auteurs classiques et, surtout, chez des métriciens comme al-Aḫfaš ou al-Gawharī C’est notamment le cas dans ce passage, tiré du Kitāb al-qawāfī du premier nommé :

  • 82 Qawāfī, p. 68.

« J’ai entendu de nombreux Arabes affirmer, rapporte al-Aḫfaš, que l’ensemble de la poésie [est subdivisée en] qaṣīd, ramal et rağaz. On nomme qaṣīd ce qui est sur les mètres ṭawīl, basīṭ, kāmil, madīd, wāfir et rağaz complets. C’est là tout ce que chantent (taġannä bi-hi) les caravaniers (rukbān). Nous ne les avons pas entendu chanter sur d’autres mètres (’abniya) que ceux-ci. Certains affirment [cependant] qu’ils chantent aussi sur le mètre ḫafīf. Le ramal est tout ce qui ne ressort ni du qaṣīd ni du rağaz. Quant au rağaz, selon les Arabes, il regroupe tout ce qui comporte trois pieds et est utilisé pour chanter en travaillant, en menant [les troupeaux] et en encourageant les chameaux à avancer82. »

  • 83 Ce qui inclut la possibilité théorique, non attestée dans le corpus, d'un modèle de rağaz double n (...)
  • 84 Voir supra, chapitre II, p. 145.

90L’intérêt de l’énumération des mètres du qaṣīd à laquelle procède al-Aḫfaš réside surtout dans le fait qu’il prend soin, pour chacun des mètres cités, de préciser qu’il s’agit du modèle complet, c’est-à-dire comportant le même nombre de pieds que dans la formule circulaire. Seul le ṭawīl ne fait pas l’objet d’une telle spécification, pour la bonne raison que les trois (ou quatre) modèles dérivés de sa formule circulaire sont complets : il n’existe pas de "ṭawīl mağzū". Pour le reste, al-Aḫfaš exclut donc implicitement de l’inventaire du qaṣīd les formes courtes des mètres cités : le basīṭ mağzū’, le wāfir mağzū’, le kāmil mağzū’, tous les modèles du rağaz qui comportent moins de six pieds83 et le "madīdmağzū". Le cas du madīd est cependant problématique. En effet, le modèle complet de ce mètre, comportant quatre pieds par hémistiche, n’est pas attesté. Comme le disent les métriciens, le madīd mutamman ("madīd à huit pieds") est une innovation des modernes et elle n’est donc pas admise à figurer dans l’inventaire des modèles de la théorie classique84. Le madīd est toujours mağzū’. L’expression de "madīd tāmm" employée par al-Aḫfaš est donc ambiguë et peut être interprétée de deux manières. Dans la première hypothèse, elle désigne effectivement le madīd à huit pieds ; mais al-Aḫfaš, qui était un éminent métricien, ne pouvait ignorer qu’al-Ḫalīl ne l’avait pas pris en compte. Il aurait bien sûr été intéressant de savoir ce qu’al-Aḫfaš disait du madīd dans son Kitāb al-‘arūd. Malheureusement, comme nous l’avons vu, la partie consacrée aux mètres du premier cercle est perdue. Dans la seconde hypothèse, l’expression désignerait un madīd à six pieds (musaddas), ce qui paraît encore moins probable, un tel modèle n’étant jamais ainsi dénommé par les métriciens ultérieurs. La première hypothèse est donc la plus plausible. Il est d’ailleurs fort possible qu’un copiste l’ait lui-même ajouté à l’inventaire d’al-Aḫfaš, de sorte qu’y figure l’ensemble des mètres des premier et second cercles. Quoi qu’il en soit, il semble donc que le madīd tāmm doive être supprimé de la liste. Quant aux modèles du madīd musaddas (mağzū’), c’est-à-dire les quatre modèles inventoriés au chapitre précédent, il doivent être rangés dans la même catégorie que les formes courtes du kāmil, du wāfir et du basīṭ. Ces modèles, qui sont exclus de la catégorie du qaṣīd et qui ne sont pas non plus du rağaz au sens générique défini plus haut, doivent finalement, en toute logique, appartenir au genre du ramal qui est défini comme ce qui n’est ni rağaz ni qaṣīd. Quant au rağaz complet (tāmm), c’est-à-dire à deux hémistiches tripodiques avec césure, il appartiendrait à laclasse du qaṣīd, de même que le ḫafīf d’après certains. Le cas du rağaz double, comme nous l’avons vu, ne concerne que de très rares exemples et ne peut être considéré comme réellement représentatif. Sa présence dans cet inventaire est peut-être, comme celle du madīd tāmm, plus théorique que réelle. Comme je l’ai dit, elle ne peut remettre en cause les différentes modalités de l’opposition entre qaṣīd et rağaz qui ont été explicitées dans la précédente section du présent chapitre et, en particulier, celle qui concerne la structure quantitative interne des modèles de vers ; pas plus, d’ailleurs que les modèles du basīṭ mağzū’, dont la présentation d’al-Aḫfaš suggère qu’ils appartiennent, au même titre que ceux du kāmil et du wāfīr court, à lacatégorie intermédiaire du ramal.

91Le cas du ḫafīf est beaucoup plus embarrassant. Son affiliation éventuelle à lacatégorie du qaṣīd pose notamment le problème, sur lequel je reviendrai, de savoir quel est le statut des modèles du ramal, du sarī‘ et du munsariḥ complets qui, comme nous l’avons vu dans la conclusion du chapitre II, présentent des ressemblances structurelles évidentes avec les modèles du ḫafīf tāmm.

92La classe du rağaz est généralement divisée en deux sous-catégories : le maštūr, qui regroupe les modèles de vers simples tripodiques, et le manhūk, les modèles dipodiques. Cette subdivision aboutit à ladéfinition de quatre catégories, comme dans ce passage du Kaššāf istilāhāt al-funūn d'al-Tahānawī :

  • 85 Al-Tahànawï, Kaššāf iṣṭilāḥāt al-funūn, éd. A. Sprenger & alii, s. d. (1re éd. 1861), p. 745. L'au (...)

« Sache qu’Abū l-Hasan al-Ahwāzī [al-Aḫfaš], dans son Kitāb al-qawāfī, rapporte que les Arabes divisaient la poésie en quatre classes. La première est la qaṣīda, ce qui est complet, non mağzū’, [ainsi appelée] parce qu’ils y composaient (qasadū bi-hi) ce qu’il y a de plus parfait dans le genre ; la seconde est le ramal, c’est-à-dire le mağzū’, qu’il soit à quatre ou à six pieds, [ainsi appelé] parce qu’il est une forme abrégée de la première [classe] et par comparaison avec la démarche pressée de ceux qui tournent [autour de la Ka’ba par exemple] ; cette classe est également appelée qaṣīda ; la troisième est le rağaz, qui comprend ce qui est constitué de trois pieds, comme le mastūr al-rağaz, [ainsi appelé] du fait que ses pieds sont rapprochés et ses harf-s peu nombreux, ce qui le fait ressembler à la démarche d’une chamelle atteinte de quelque maladie ; la quatrième est le ḫafīf, c’est-à-dire le manhūk, employé dans la plupart des danses enfantines (tarqīs al-subyān) et [de ce qui est "chanté"] en puisant de l’eau au puits (’istisqā’ al-mā’ min al-’ ābār)85. »

  • 86 Le Kitāb al-qawāfī d'al-Ǧawharī, dont il existe un manuscrit à Istanbul (bibliothèque Atef Efendi, (...)

93L’emploi du nom d’unité qaṣīda pour désigner la première classe est probablement dû à une confusion tardive entre le terme générique collectif (qaṣīd), qui fut assez tôt abandonné et qui n’était plus en usage du temps d’al-Tahānawī ou des copistes de son ouvrage, et le nom d’unité (qaṣīda), qui était devenu le terme d’usage courant pour désigner un poème d’une certaine ampleur et, éventuellement, composé suivant certaines règles précises. Cette division quadripartite figure également dans le Kitāb al-qawāfīd’al-Gawharī86 :

« 1. qaṣā’id (tāmm, wāfī, gayr mağzū’) : al-ṭawīl, al-basīṭal-tāmm, al-wāfir al-tāmm, al-kāmil al-tāmm, al-rağaz al-tāmm, [certains disent al-ḫafīf al-tāmm].
2. ramal (mağzū’, comportant 4 ou 6 pieds par vers) : mağzū’ al-madīd, mağzū’ al-basīṭ, mağzū’ al-wāfir, mağzū’ al-kāmil, et autres (sic).
3. rağaz (maštūr) : mastūr al-rağaz, mastūr al-munsariḥ.
4. ? (manhūk) : manhūk al-rağaz, manhūk al-munsariḥ. »

94Dans ces deux passages, le ramal est donc explicitement défini comme l’ensemble des modèles de vers mağzū’, comme c’est aussi le cas, nous l’avons vu, chez al-Marzubānī et chez Ibn Sīda, dont les propos sont rapportés par Ibn Manẓūr. Et la corrélation entre cette acception et la définition du ramal comme "genre" intermédiaire entre le qaṣīd et le rağaz est à présent totalement explicitée. Elle permet d’ailleurs de mieux comprendre le choix des exemples fournis par al-Marzubānī dans sa digression sur le ramal. Tous les vers cités sont en effet composés suivant des modèles de vers mağzū’-s : le basīṭ mağzū’ et le hazağ, qui est toujours mağzū’ en ce sens qu’il n’est jamais employé qu’avec deux pieds par hémistiche, contre trois dans sa formule circulaire abstraite.

95L’énumération des modèles de vers de chacune des quatre catégories, qaṣīd, ramal, rağaz-A (mastūr) et rağaz-B (manhūk ou ḫafīf), n’est cependant jamais complète. Si les modèles longs dérivés des quatre mètres majeurs que sont le ṭawīl, le basīṭ, le wāfir et le kāmil appartiennent indubitablement à la classe du qaṣīd et tous les modèles de vers de deux ou trois pieds, à celles du rağaz-B et du rağaz-A respectivement, le cas du mutaqārib, du ramal (au sens Ḫalīlien), du sarī‘ et du munsariḥ, notamment, qui ne sont pas mentionnés par les auteurs arabes, est difficile à trancher. D’une manière générale, la répartition précise des modèles de vers entre qaṣīd et ramal est une entreprise délicate. Au vu des documents dont nous disposons, toute reconstruction reste très hypothétique.

  • 87 Voir W. Stoetzer, TheoryandPractice in Arabic Metrics, 1989, p. 73 et 145.

96D’après Stoetzer, comme je l’ai déjà signalé en passant, la division en classes dont témoignent les textes cités repose sur la longueur du vers. Stoetzer adopte la division quadripartite d’al-Ǧawharī et d'al-Tahānawī, mais subdivise la catégorie du ramal en deux : le ramal-A, qui regroupe les modèles mağzū’-s à six pieds ; et le ramal-B, les modèles mağzū’-s à quatre pieds. Mais sa reconstruction est purement théorique, prenant pour base l’inventaire des mètres dressé par les traités classiques. Or, comme nous avons pu le constater, bon nombre d’entre eux ne sont pas attestés dans le corpus poétique. Pour faciliter la discussion de son hypothèse, j’ai donc corrigé son inventaire en fonction des résultats de l’analyse du chapitre II. Dans la liste ci-dessous, seuls sont nommés les modèles de vers dont j’ai pu constater l’existence dans la poésie ancienne87 :

  1. Le qaṣīd regroupe les modèles dont les hémistiches comptent de trois à quatre pieds, et onze syllabes ou plus, par hémistiche : ṭawīl-1, -2, -3 (T-1, T-2, T-3) ; basī-1a, -1b, -2a, -2b (B-1a, B-1b, B-2a, B-2b ; wāfir (W) ; kāmil-1, -2, -2b, -3 (K-1, K-2, K-2b, K-3) ; ramal-1a, -1b, -2 (R-1a, R-1b, R-2) ; rağaz-double (Rjd) ; munsariḥ (Mn) ; haff-1, -2 (X-1, X-2) ; mutaqārib-1, -2, -3 (Mt-1, Mt-2, Mt-3) ; sarī‘-1, -2, -3, -4a, -4b (S-1, S-2, S-3, S-4a, S-4b).
  2. Le ramal-A regroupe des modèles dont l’hémistiche comporte trois pieds et dix à onze syllabes : madīd-1a, -1b, -2a, -2b (Md-1a, Md-1b, Md-2a, Md-2b) ; basīṭ mağzū’-1, -2, -3 (Bm-1, Bm-2, Bm-3).
  3. Le ramal-B regroupe les modèles qui comportent deux pieds par hémistiche, soit huit à dix syllabes : wāfir mağzū’ (Wm) ; kāmil mağzū’-1, -2 (Km-1, Km-2) ; hazağ (H) ; ramal mağzū’-1, -2 (Rm-1, Rm-2) ; ḫafīf mağzū’ (Xm).
  • 88 Soit la réalisation suivante : - [- ⋃ -] - [-⋃ -] [- -].
  • 89 Ces hémistiches ont la forme suivante : x^x [⋃ - -] x [⋃ -] X [-] pour le sarī‘-4a ; et, pour le s (...)
  • 90 Soit la séquence suivante : x [⋃ -] x [-⋃ -] [- -].
  • 91 Soit la réalisation suivante : ⋃ ⋃ [-⋃ -] ⋃ ⋃ [-⋃ - -].

97Si l’on s’en tient à ladéfinition d’al-Tahānawī, les modèles de vers du ramal et du ḫafīf complets, du sarī‘, du munsariḥ et du mutaqārib doivent donc être rangés dans la catégorie du qaṣīd puisqu’ils sont complets, comportant autant de pieds que la formule circulaire abstraite dont ils sont dérivés. Par contre, les quatre modèles du madīd et les trois modèles du basīṭ mağzū’ appartiendraient à lacatégorie du ramal. Ce choix, bien que conforme à ladéfinition d’al-Tahānawī, ne va pas sans poser certains problèmes. Tous ces modèles, à l’exception du ceux du mutaqārib, comptent trois pieds par hémistiche, tous comme ceux du kāmil et du w®fir complets qui appartiennent au qaṣīd. Ceci démontre clairement que le nombre de pieds Ḫalīliens n’est pas le seul critère ou trait classificatoire du système générique étudié. C’est la raison pour laquelle Stoetzer suppose, à juste titre, que le nombre de syllabes par hémistiche doit aussi être pour quelque chose dans cette catégorisation. Mais les limites qu’il assigne à chaque classe se révèlent bien perméables. Le second hémistiche du kāmil-3 peut ne comporter que dix syllabes88, alors que Stoetzer considère qu’un hémistiche de qaṣīd en compte au minimum onze. Il en va de même des hémistiches du sarī‘-4a et du sarī‘-4b89. À cet égard, il n’y a pas de raison de séparer ces modèles de ceux du madīd-1, puisque tous quatre comptent dix à onze syllabes par hémistiche. Le madīd-2b, affilié au ramal-A, a un second hémistiche de neuf syllabes, contre un minimum de dix attendu pour un modèle de cette catégorie90. Enfin, le kāmil mağzū’-1, dit muraffal dans les traités classiques, peut compter jusqu’à onze syllabes au second hémistiche, soit autant que les modèles du ramal-A alors qu’il est lui-même affilié au ramal-B91. Certaines de ces ambiguïtés ou contradictions pourraient être résolues en se référant au nombre de positions métriques plutôt qu’au nombre de syllabes. Un second hémistiche de kāmil mağzū’-1 peut effectivement compter jusqu’à onze syllabes lorsque les deux positions X sont chacune associées à deux syllabes brèves ; mais cet hémistiche ne compte jamais que neuf positions métriques, conformément aux prédictions de Stoetzer, qui estime la variation du nombre de syllabes d’un hémistiche de ramal-B de huit à dix syllabes. Mais le nombre de positions métriques du second hémistiche du kāmil-3 est toujours dix. Ces observations conduisent à penser que le nombre de syllabes ou de positions métriques, même associé au nombre de pieds, ne constitue pas non plus un critère suffisant en vue de délimiter précisément les limites de chaque genre.

98J’ai souligné, dans la dernière partie du chapitre II, les similitudes "structurelles" ou "séquentielles" existant entre les modèles du ramal, du ḫafīf et du madīd-1, dont les modèles sont représentés ci-dessous :

99Si l’on excepte la variante [- - -] qui est propre au dernier pied de l’hémistiche et du vers du modèle du haff-1, ces trois mètres ont chacun une variante à finale [⋃ - -] et une autre à finale [⋃ -]. Pour le reste, ils ne diffèrent que par la nature du groupe stable du pied médian de l’hémistiche : [⋃ -] pour le madīd, [⋃ - -] pour le ramal et [-⋃ -] pour le ḫafīf. Enfin, les six modèles du tableau, exception faite du second hémistiche du madīd-2b, comptent tous entre dix et douze syllabes ou positions métriques par hémistiche. C’est également le cas des cinq modèles du sarī‘ et de l’unique modèle du munsariḥ, qui sont représentés dans le tableau ci-dessous :

100Des rapports croisés peuvent également être observés entre différents modèles de ces deux groupes : le madīd-1 et les quatre premiers modèles du sarī‘, dont les deux premiers groupes stables de l’hémistiche sont [⋃ —] et [⋃ -] ; le madīd-2 et le sarī‘-4b, dont les deux premiers groupes stables sont [⋃ -] et [-⋃ -] ; et le munsariḥ et le ḫafīf, où ces mêmes unités sont [⋃ - - ] et [-⋃ -]. Ces rapports sont représentés dans les trois tableaux ci-dessous :

101Enfin, certains de ces modèles de vers peuvent à juste titre être considérés comme des formes abrégées de ceux du basīṭ long. J’ai souligné, dans la dernière section du chapitre II, le rapport existant entre basīṭ-1 et madīd-2, le second ayant la même structure métrique que le premier, mais avec le premier pied (x [- u -]) en moins, ce que je représente à nouveau ci-contre :

102De même, le sarī‘-4b peut être considéré comme une version abrégée du basīṭ-2, amputé du second groupe stable ([⋃ - -]). La seule différence entre les deux tient à lafin d’hémistiche et de vers, fixe dans les modèles du basīṭ ([⋃⋃ -] deux fois pour le basīṭ-2a ; [⋃⋃-] et [- -] pour le basīṭ-2b) ; et variable pour le sarī‘ (X [-], soit indifféremment [- -] ou [⋃⋃-]) :

103L’ensemble de ces observations nous incite à penser que les modèles de vers du madīd, du sarī‘, du munsariḥ, du ramal long et du ḫafīf long doivent être, du fait de leurs similitudes numériques (le nombre syllabique) et structurelles (la séquence des unités métriques), inventoriés dans une seule et même catégorie. Étant donné les rapports existant entre certains de ces modèles et les formes longues du basīṭ, il y a également tout lieu de supposer que cette catégorie constitue une classe distincte de celle du qaṣīd, intermédiaire entre celle-ci et la catégorie du ramal-B qui contient les modèles de vers dont les hémistiches sont dipodiques, comportant huit à neuf positions. Faute d’étiquette plus adéquate, je conserverai l’appellation adoptée par Stoetzer et sa distinction entre ramal-A et ramal-B. L’inventaire des modèles de vers appartenant à ces deux classes est récapitulé dans les deux tableaux de la page suivante.

Groupe II — Ramal-A

Groupe III — Ramal-B

104La présence du hazağ parmi les modèles de vers de cette dernière catégorie appelle quelques observations. Il est mentionné dans ce passage de la Sīra dans lequel al-Walīd b. al-Muġīra s’en prend au Prophète Muhammad :

  • 92 Sīra, vol. I, p. 289.

« Il n’est pas poète, car nous connaissons tout de la poésie, son rağaz, son hazağ, son qarīḍ, son maqbūd et son mabsūt92»

  • 93 Voir Lisān, vol. VI, p. 4660, colonnes 2 et 3.
  • 94 Lisān, vol. VI, p. 4660, colonne 2.

105Le substantif hazağ qui, dans la théorie des cercles, sert à désigner un mètre particulier, apparaît ici dans un contexte qui laisse supposer qu’il aurait revêtu, à l’époque pré-ḫalīlienne, une acception différente, probablement de type générique ou catégoriel. Il est en effet inséré, comme membre d’une énumération, entre les termes rağaz et qarīḍ qui désignent eux-mêmes des groupes de modèles de vers. La racine hzg recouvre les trois notions suivantes93 : la "légèreté" (ḫiffa) ou la "vélocité" (sur‘a), s’appliquant notamment à lamarche ; un "bruit prolongé ascendant et descendant" : le bourdonnement des mouches, le grondement du tonnerre, le hurlement du vent, la résonance d’un arc détendu ; d’où, enfin, le sens de "son" et de "chant" : les verbes haziğa, hazzağa et tahazzağa signifient tous les trois "chanter" (taġannä). Le hazağ "fait partie des chants" (al-’agānī) et serait de l’ordre de la psalmodie (tarannum). Selon Abū Ishāq Ibrāhīm al-Mawsilī, l’un des plus célèbres musiciens de la période classique, dont les propos sont rapportés par l’auteur du Lisān, le tahazzuğ consiste en « "fioritures" (taḥsīn) dans le chant94 ».

  • 95 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe terminologie primitive », Ar (...)
  • 96 R. Blachère, ibid., p. 104.
  • 97 Lisān, vol. VI, p. 4660, colonne 2.
  • 98 Voir citation supra, p. 284.
  • 99 Les deux derniers termes figurant dans le passage cité de la Sīra ont des sens opposés : mabsûfl, (...)

106Le terme hazağ est donc employé en musique comme en poésie. D’après Blachère, « le mot reftète l’indistinction primitive de la musique et de la poésie95 ». Il pose alors la question suivante : « L’affectation du mot à un mètre particulier réfère-t-elle, chez les métriciens de Bassora, à une considération de "cadence" liée à un "rythme musical96" ? » En fait, il n’existe aucun moyen de savoir quel rapport entretiennent les acceptions musicale et métrique de ce terme, non plus que de définir le contenu d’une hypothétique catégorie ancienne dite hazağ. Toujours selon le Lisān, on appelerait encore hazağ tout discours (kalām) "mutaqārib mutadārak (ou mutadārik ?)". Ces deux qualificatifs servent aussi à désigner, dans la théorie des cercles, les deux mètres du cinquième cercle qui sont exclusivement constitués de pieds trisyllabiques brefs, ce qui n’est pas le cas du hazağ. Mutaqārib signifie littéralement "rapproché(s) les uns des autres". Le mètre hazağ, d’après Ibn Manẓūr, aurait été appelé ainsi « parce que ses pieds sont rapprochés les uns des autres97 ». Nous avons vu que cette raison est invoquée par al-Ḫalīl pour justifier de la dénomination du Mutaqārib, ainsi appelé « pour la proximité (taqārub) de ses pieds, parce que tous sont constitués de cinq harf-s et se ressemblent98 ». Au contraire, dans ce même dialogue entre al-Ḫalīl et al-Aḫfaš, la dénomination du hazağ est directement rapportée aux deuxième et troisième significations attachées à laracine hzg, d’agitation, de bruit et de modulation de la voix. Quoi qu’il en soit, nous ne disposons pas d’éléments suffisants pour définir une classe dite hazağ qui serait du même ordre que le qaṣīd, le ramal et le rağaz Je continuerai donc de considérer l’unique modèle de vers du hazağ, au demeurant très peu employé, comme l’un des membres de la catégorie du ramal-B99.

107Il est un autre mètre qui ne figure jamais parmi les exemples cités par les auteurs arabes pour illustrer la définition de telle ou telle classe. Il s’agit du Mutaqārib. La question se pose donc de savoir s’il doit être classé dans le premier groupe, le qaṣīd, ou dans le second, le ramal-A. Du fait que les trois modèles qui sont dérivés de la formule circulaire comportent, comme celle-ci, quatre pieds par hémistiche, et en raison de la parenté qui les relie à ceux du ṭawīl — les hémistiches de tous ces modèles débutent par la séquence [⋃ -] x [⋃ -] x —, j’opterai pour la première solution. L’ensemble des modèles de vers du qaṣīd, tel qu’il se présente donc actuellement, est représenté dans le tableau ci-dessous.

Groupe I — Qaṣīd (qarīḍ)

108Ces cinq mètres et leurs variantes sont les plus employés par les poètes anciens. Ils représentent à eux seuls 83,32 % des vers du corpus constitué ici, soit 38,65 % pour le ṭawīl, 11,89 % pour le basīṭ, 14,06 % pour le wāfir, 12,21 % pour le kāmil et 6,51 % pour le mutaqārib. Ce constat n’est probablement pas le fait d’une simple coïncidence et j’aurai l’occasion d’y revenir dans le dernier chapitre.

109Pour compléter l’inventaire, je reproduis ci-dessous la liste des modèles de vers du rağaz-A et du rağaz-B, ainsi que ces modèles "intermédiaires" entre rağaz et ramal que sont, d’une part, le rağaz double et le basīṭ mağzū’ et, d’autre part, les modèles simples du kāmil, du ramal, du ḫafīf et du hazağ, que je regroupe sous l’appellation générique de "ramal simple".

Groupe IV - Rağaz-A (mašṭūr)

Groupe V - Rağaz-B (manhūk ou ḫafīf)

Groupe VI - Rağaz double

Groupe VII - Ramal simple

110Étant donné que nous ne connaissons ni le contenu détaillé des catégories mentionnées par les auteurs arabes, qaṣīd, rağaz et ramal, ni le ou les principes sur lesquels reposent le classement des modèles de vers attestés à l’intérieur de ces catégories, toute tentative de reconstruction de ce système, vraisemblablement ancien, ne peut valoir qu’à titre d’hypothèse, invérifiable au demeurant. J’ai moi-même tenu compte, dans le classement qui vient d’être proposé, de la structure interne des modèles de vers, dépassant ainsi la solution proposée par Stoetzer, basée sur la seule longueur du vers, et m’éloignant finalement des quelques indications fournies par les auteurs arabes. De ce point de vue, le classement de Stoetzer pourra donc paraître plus satisfaisant. J’ai pourtant suffisamment montré l’importance du rôle joué par l’organisation interne des modèles de vers en termes d’unités métriques dans la distinction entre qaṣīd et rağaz et dans la définition du taḫlī‘ et de la spécificité des formes courtes du basit pour justifier d’y avoir ainsi eu recours dans l’essai de classification proposé. Quoi qu’il en soit des nombreuses inconnues qui subsistent, le système décrit doit vraisemblablement être considéré comme ancien, assurément antérieur à l’élaboration de la théorie ḫalīlienne. Cette dernière, comme nous avons pu à maintes reprises le constater, contient une grande part d’innovation et constitue visiblement une rupture considérable avec la "poétique" ancienne. D’une part, le degré d’abstraction de la théorie des cercles est source de surgénération à tous les niveaux, mètres abstraits, modèles de vers et exemples de vers, nécessitant l’adjonction à lacomposante générative d’une composante dite "esthétique", dont j’ai reconstitué les principales phases d’élaboration dans le chapitre précédent. D’autre part, la tentative de reconstruction du système ancien nous a permis de voir que la rupture concerne également la répartition et la dénomination des mètres : les mêmes termes sont en partie repris de l’ancien vocabulaire en usage, mais dans des acceptions différentes.

Notes

1 ‘Umda, vol. I, p. 270-271, avec l'isnād (chaîne de transmission) suivant : Abū Ḥātim (al-Siğistânī) > Ibn Durayd > al-Zağğâğī > Ibn Rašīq.

2 Voir supra, Introduction, p. 40-42.

3 Bayān, p. 139.

4 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive », Arabica, n° VI-2 (1959), p. 132-151 ; rééd. dans R. blachère, Analecta, 1975, p. 99-119.

5 ‘Umda, vol. I, p. 339.

6 Précisons ici qu'à la racine rğz sont rattachées les trois notions suivantes qui sont, selon Blachère, « trois racines homophones » (« Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive », dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 115) : 1) À la première est rattaché le substantif riğāza, "contrepoids à un palanquin", "petite litière", "pièce d'étoffe jetée sur une litière" ; 2) À la seconde, divers substantifs ou adjectifs désignant une "malformation du train postérieur du chameau", "ce qui amène l'animal à passer par secousses à la station debout, quand il quitte la position accroupie" (R. Blachère, ibid., p. 115) ; 3) À la troisième, la notion de "bruit", "fracas avec alternance d'intensité coupée d'accalmies". Ces deux dernières ont donc en commun l'idée de "discontinuité" et d'"intermittence". À la troisième notion sont rattachés les sens de "grondement du tonnerre", de "rafales hurlantes du vent" et de "nuages portant la foudre", d'où la huitième forme verbale, irtağaza, qui signifie "gronder" s'agissant du tonnerre. D'où, aussi, le substantif riğz, qui est employé une dizaine de fois dans le Coran au sens de "courroux (céleste)" ou de "châtiment (du ciel)". Voir Lisān, vol. III, p. 1587-1590. D'après le passage de la ‘Umda cité plus haut, c'est donc du sens (2) qu'est dérivé l'emploi du terme rağaz par les métriciens classiques.

7 Notons aussi que rāğaza, verbe de troisième forme, signifie "lancer un impromptu en rağaz" ; et la sixième forme, tarāğaza, "échanger des compositions en rağaz". Voir Lisān, vol. III, p. 1587-1590.

8 S. A. Bonnebakker, « Irtiḏjal », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. IV, p. 84 ; voir aussi M. Ullmann, Untersuchungen zur Rağazpoesie. Ein Beitrag zur arabischen Sprach und Literaturwissenschaft, 1966, p. 18-24, pour l'inventaire des thèmes traités en rağaz.

9 W. Heinrichs, « Raḏjaz », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. VIII, p. 389.

10 Histoire, vol. II, p. 361.

11 Voir supra, chapitre II, p. 208.

12 Voir supra, chapitre II, p. 175-176 et p. 222 respectivement.

13 Awā’il, p. 283 (cité d'après al-Siǧistānī, Kitāb al-mu‘ammarīn wa al-wasāyā, éd. ‘A. ‘ĀMIR, 1961, p. 36). Traduction : « (1) Combien de jours aura vécu Hubal ? (2) Le juste, le fortuné, le bienheureux. (3) Ils ne peuvent plus s'entretenir avec lui secrètement ni se confier à lui, (4) Les ‘Abd Wudd, les Gubayl et les Hagal. » La légende dit que Hubal aurait vécu 600 ans ! Voir aussi la version d'abū Al-Faraǧ Al-Ifahānī, Agānī, vol. XIX, p. 29, qui ne compte que trois vers et de nombreuses variantes.

14 M.‘A. ‘Abd Al-Ra’ Ūf, Bidāyāt al-ši‘r al-‘arabī. Bayn al-kamm wa-l-kayf, 1976, p. 72. Traduction : « (1) À qui sont ces traces sur la pente glissante, (2) Qui me mettent les larmes aux yeux ? (3) Le cri lancé interpelle l'autre : (4) N'ont-ils pas fait halte ? N'ont-ils pas fait halte ? »

15 Voir Lisān, vol. V, p. 3642-3644. Les autres notions recouvertes par cette racine sont les suivantes : "être ou demeurer dans le juste milieu" et "être impartial" ; "rompre, briser en deux (une lance)". Enfin, le substantif qasad désigne "la moelle" et "le bourgeon" de l'arbuste appelé ‘idāh.

16 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive », dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 112.

17 Voir supra, Introduction, p. 17.

18 Voir supra, chapitre II, p. 187.

19 ‘Umda, vol. I, p. 339. Ibn Rašīq cite deux vers attribués à ‘Abda b. al-Tabīb, poète du viie siècle, que je n'ai pas fait figurer dans mon corpus faute d'avoir pu disposer de l'édition de son dīwān. Il invoque aussi les deux arguments suivants : si le qasīd désigne une « poésie travaillée », dit-il d'abord, un long poème en rağaz simple peut être considéré comme du qasīd, comme c'est le cas des qasīda-s des grands rāğiz-s (pl. ruğğāz) de la période omeyyade, al-‘Ağğāğ ou Ru'ba b. al-‘Ağğāğ par exemple. Mais cette possibilité n'est réellement développée que tardivement et nous n'en avons que très peu de témoignages anciens. Les plus longs poèmes en rağaz de mon corpus comptent une vingtaine de vers, et encore une telle longueur reste-t-elle exceptionnelle. Ibn Rasïq argue enfin du fait que des vers simples peuvent être composés suivant des modèles de sarī‘ et de munsariḥ. Ce dernier argument ne vaut bien sûr que par rapport à la taxinomie halîlienne. Or, comme je l'ai montré dans le chapitre II, ces modèles de vers peuvent être considérés, d'un point de vue strictement génératif, comme des variantes du rağaz.

20 Cité dans le Lisān al-‘arab, racine qrç ? vol. V, p. 3590, colonnes 1 et 2 (mètre rağaz-2b) : « Désires-tu du rağaz ou du qarīd ? Quant à moi, je suis bien disposé aux deux. »

21 Voir supra, p. 288, note 7.

22 Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n° XV, vers 5, p. 41. Mètre ramal-2. Traduction : « Transmettez [vous deux] à Hassān ce trait de ma part ; car la déclamation / composition de la poésie guérit d'une soif violente. » L'emploi d'un impératif duel ne signifie pas que le poète s'adresse nécessairement à deux personnes. D'après les commentateurs de poésie ancienne, le duel peut simplement avoir une fonction intensive (li-l-ta’kīd), à moins que la forme ’abligā ne soit une forme abrégée de la conjugaison intensive 'abligan, dont le suffixe (-an) peut s'écrire avec un nūn ou avec un tanwīn, comme l'attestent de nombreux exemples tirés du texte coranique. À ce sujet, voir par exemple Ibn Al-Anbārī, Mu‘allaqātA, p. 15-17.

23 Ce terme est également attesté dans les vers d'un certain nombre d'autres poètes anciens, dont voici quelques exemples relevés au hasard de mes lectures : Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° LXXVIII, vers 23, p. 359 : « ‘addi hādā fī qarīdin gayri-hī # wa-dkuran fī š- ši‘ri dihqāna l-Yaman ». Mètre : ramal-2. Traduction : « Oublie cette histoire par le qarīd ; et célèbre, par ta poésie, le dihqān du Yémen. » ; Husayn b. al-Humām, n° XVI, vers 1 (voir B. Paoli, Métrique arabe ancienne : pratiques et théories, 1997, vol. 3, p. 145) : « (wa-) qāfiyatin gayri ’insiyyatin # qaradtu mina š-ši‘ri ’amtāla-hā ». Mètre mutaqārib-2. Traduction : « (Et) une poésie [d'origine] non-humaine dont j'ai composé des imitations. » ; Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° V, vers 8, p. 73 (pièce également attribuée à Abū Du’ād) : « fa-’asqä bi-hī ’uḫtī da'îfata ’id na’at # wa-’id ba‘uda l-mazāru gayra l-qarīdi. ». Mètre mutaqārib-1. Traduction : « [Et je prie pour] qu'elle [la pluie] abreuve ma pauvre sœur, lorsqu'elle s'est éloignée après la rencontre, ne me laissant que le qarīd. » ; S. M. Husain, « The poems of Surāqah b. Mirdâs al-Bāriqi, an Umayyad poet », Journal of the Royal Asiatic Society (1936), p. 609, poème n° I, vers 10 : « wa-laqad ’asabtu min al-qarīdi tarīqatan # 'a‘mat masādiru-hā qarīda Muhalhili » [« Après Imru’ al-Qays, dont le nom est devenu célèbre le jour où il célébra al-Dahùl et Hawmal, # j'ai atteint un style, en matière de qarīd, qui a rendu les vers de Muhalhil obscurs (# Un style qu'a recherché Hassān b. Ṯābit [...]) ». À ces quelques vers, il faut ajouter la formule proverbiale attribuée à ‘Abīd b. al-Abras, qu'il aurait prononcée alors qu'il allait être mis à mort : « hāla al- ğarīd, dūna al-qarīd » citée, par exemple, par IBN Manzūr, Lisān, vol. V, p. 3590 (racine qrd), colonne 1. Blachère traduit cette formule par « l'anxiété coupe court au qarīd. ».

24 Histoire, vol. II, p. 361.

25 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive », dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 143.

26 Bayān, vol. IV, p. 84.

27 Bayān, vol. IV, p. 84.

28 On aurait pourtant tendance à accorder une légère préférence au second des deux termes (qarīd), qui est celui dont font (exclusivement ?) usage les poètes anciens eux-mêmes.

29 Voir par exemple Iqnā‘, p. 18 ; Wāfī, p. 62 ; et Mī‘yār, p. 38. Traduction : « Combien ma passion a été excitée par [la vue] des traces du campement désert, pareilles aux écritures d'un scribe ! »

30 Iqnā‘, p. 17 ; Wāfī, p. 59 ; Mī ‘yār, p. 37 ; le poème entier a été édité par R. Geyer (éd.), A‘šä, poème n° LXI, p. 309. Traduction : « Nous avons traité par le mépris les allégations de Sa‘d b. Zayd et de ‘Amr le tamīmite. »

31 Iqnā‘, p. 17 ; Wāfī, p.60 ; Mī‘yār, p. 52. Ibn Manzūr, dans le Lisān, cite le vers à deux reprises (racines ḫl‘ et hlq) et l'attribue une fois à Muraqqis al-Akbar et l'autre fois à al-Aswad b. Ya‘fur. Il figure dans l'inventaire des vers attribués à al-Aswad b. Ya‘fur (al-A‘šä Nahsal) dressé par R. Geyer (éd.), A‘šä, poème n° LX, p. 309 ; et dans le Dīwān al-Muraqqišayn, éd. K. —Sādir, 1998, p. 66. Traduction : « Pourquoi m'arrêter sur le lieu d'un campement devenu désert, au sol lisse, dénué de traces et devenu silencieux ? »

32 (a) Iqnā‘, p. 18 ; Wāfī, p. 60 ; Mī‘yār, p. 38 ; (b) The Dīwāns of 'Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, éd. et trad. anglaise C. LYALL, 1913, poème n° I, vers 1, p. 5. Traduction : « Avancez groupés ; votre rendez-vous n'est que mardi, au fond de la vallée. »

33 Mī‘yār, p. 54-55. Le vers est le premier d'un fragment de six vers attribué à un certain Sulamī ou Salm b. Abī Rabī‘a al-’Āmirîī (voir HamāsaAM, vol. III, poème n° 408, p. 1137, où l'on lit ’inna šiwā’an wa-našwatan). Ce vers ne peut se comprendre qu'avec le début du cinquième vers, où se trouve le habar de ’inna : (5) min laḏḏati l-‘ayši [...]. Traduction : « (1) [Un morceau de] viande rôtie, l'ivresse d'un bon vin et le pas sûr d'un chameau dans la force de l'âge [...] (5) Font partie des plaisirs de la vie [...]. »

34 Naqd, p. 181.

35 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn aṭ -Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, poème n° I, vers 24, p. 8 ; Naqd, p. 181. Traduction : « (1) Nous avons traité par le mépris les allégations de Sad b. Zayd et de ‘Amr, des [tribus] Tamîm (2) Et Dabba qui, de notre fait, ont "acheté" le déshonneur / l'opprobe ( ?) ; ils sont un groupe ( ?) qui ne nous veut pas de bien. (3) [Le sens de ce vers, plus encore que celui du précédent, est difficile à saisir. Observons qu'Ibn Barri donne la variante suivante pour le second hémistiche : « qawdaka bi-s-sahmi mā fāta l-’adīm. » (dans W. Stoetzer, Theory and Practice in Arrabic Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, p. 168-169). Quant à Bonnebakker, il propose de la version du Naqd la traduction suivante : « As when shooting at a target, one pierces its leathern margins [missing the butt]. » (QUDĀMA B. ǦA‘FAR, Naqd al- ši‘r, éd. S. A. Bonebakker, p. 79 des « Notes and additions », note à la page 106 du texte arabe, vers 564).] (4) Nous sommes une troupe munie de lances, [une troupe] nombreuse, faite de clients et d'hommes de race pure. (5) Nous ne nous plaignons pas des blessures subies au combat, ni ne gémissons comme gémit celui qu'a piqué le serpent. »

36 Naqd, p. 182 ; The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, poème n° I, vers 24, p. 8. Traduction : « La vie de l'homme n'est faite que d'attentes trompées, et la longueur de l'existence est pour lui un supplice. »

37 Naqd, p. 182.

38 Cité par C. Lyall, The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, p. 5.

39 Cité par C. Lyall, ibid., p. 5.

40 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, poème n° I, vers 23-26, p. 8. Traduction : « (23) Celui qui implore les gens n'essuie que des refus, tandis que celui qui implore Dieu n'est pas rejeté. (24) La vie de l'homme n'est faite que d'attentes trompées, et la longueur de l'existence est pour lui un supplice. (25) Combien de points d'eau ai-je visité, qui ne l'avaient été de longue date, d'accès difficile, au bout de déserts arides ? (26) Des plumes de colombe gisaient sur leurs bords, et mon cœur, sous l'effet de la peur, battait la chamade. »

41 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, p. 5-7. Traduction : « (4a) Les occupants [de ces lieux] ont été remplacés par des bêtes sauvages. (13a) Ou [si] ses grands espaces sont à présent déserts [...]. (18a) Recherche la prospérité par les moyens qui te conviennent ; on l'atteint parfois malgré sa faiblesse. (20b) Et combien souvent un frère devient un ennemi ! »

42 The poems of ‘Amr son of Qamī’ah, poème n° XII, vers 3-6, p. 48-49 ; Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LVII, p. 247-249, et Aṣma‘iyyāt, poème n° LII, p.153 ; Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, n° LIII, p. 280-283 ; Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° XXXIII, p. 189-193 ; Ši'r ‘Amr b. Ma‘dīkarib, n° IV, p. 86 ; et Dīwān Umayya b. Abī al- Ṣalt, n° XXVIII, p. 395.

43 Dīwān Imri’ al-Qays, p. 189. Traduction : « Tes yeux déversent un torrent de larmes, comme si tes vaisseaux lacrymaux étaient deux rivières » ; et The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, p. 6. Traduction : « Tes yeux déversent un torrent de larmes, comme si tes glandes lacrymales étaient une outre usée. »

44 Dīwān Imri’ al-Qays, p.189 ; et The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘sa‘ah, p. 6. Traduction : « Ou une rigole à l'ombre des palmiers, au fond de laquelle l'eau s'écoule. »

45 Il s'agit des vers suivants : Imru' al-Qays, vers 4, et ‘Abīd, vers 27 ; Imru’ al-Qays, vers 5, et ‘Abīd, vers 28 ; Imru' al-Qays, vers 7, et ‘Abīd, vers 9 ; Imru’ al-Qays, vers 9, et ‘Abīd, vers 26 ; Imru’ al-Qays, vers 12, et ‘Abīd, vers 35.

46 G. Borg, « A Jāhilī Generation Conflict », Journal of AAabic Literature, n° XXV (1994), p. 1-15.

47 Au sujet de ces variantes, voir Dīwān Imri’ al-Qays, p. 430.

48 The Poems of ‘Amr son of Qamī’ah, poème n° XII, p. 48. Traduction : « (1) Combien d'hommes leurs sens n'ont-ils pas rendu fous, au point qu'on dise un jour : "vraiment, ‘Amr est un ivrogne !" (2) Si je suis un grand buveur, au moins ne bois-je pas sans y avoir été invité, et le chameau ne m'échappe pas. (3) L'outre de vin est un royaume pour celui qui la possède, mais ce royaume est à la fois long et court. (4) Il s'y trouve la ration du matin, qui fait de moi un lion de 'Ifirrin, comblé de biens. (5) Aux premières heures de la nuit, un valeureux jeune homme ; et au bout de la nuit, une hyène errante et désorientée. (6) Que Dieu maudisse ton amour, ô vin qui éloignera peut-être de toi l'homme résolu. »

49 The Poems of ‘Amr son of Qamī’ah, p. 48 : « wa hiya ’abyāt gayru qā'imati l-wazni. »

50 The Poems of ‘Amr son of Qamī’ah, p. 48.

51 Waraqa, p. 23-24.

52 Dīwān al-Muraqqišayn, p. 91.

53 Aux débuts de l'islam, ce mètre est attesté dans quelques courts fragments, longs de deux à six vers, attribués à ‘Alī b. Abī Tālib. Les grands poètes d'époque omeyyade, et notamment ceux qui, comme ‘Umar b. Abī Rabī ‘a, al-‘Arğī ou al-Walīd b. Yazīd, avaient une prédilection pour les mètres courts (ramal mağzū’, ḫafīḏ mağzū’, wāfir mağzū’, kāmil mağzū’, hazağ, etc.), ne l'utilisent jamais. Et il n'est attesté, à cette époque, que par quelques courts fragments attribués à Waḍḍāh al-Yaman, al-Uhaytal al-Ahwāzī, al-Mutawakkil al-Laytī ou encore ‘Urwa b. Udayna. Il faut attendre le milieu du viiie siècle et le début de l'époque abbasside pour que le basīfl mağzū’ devienne à la mode. Il est employé, entre autres, par al-Sayyīd al-Himyarī (m. 789), Abū al-‘Atāhiya (m. 826), Ibrāhīm b. al-‘Abbās al- Ṣūlī (m. 857), Ibn al-Rūmī (m. 896), al-Buhturī (m. 897), al-Hallāğ (m. 922), al-Mutanabbī (m. 965) et al-Sarīf al-Raḍī (m. 1015), pour ne mentionner que les plus célèbres.

54 Voir B. Paoli, Métrique arabe ancienne : pratiques et théories, p. 294-301.

55 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXVII, vers 31, p. 268.

56 Traduction : « [...] La perte de frères [litt. fils d'une mère] qui se sont entredéchirés ; parce que je ne fus pas après eux à m'humilier. » Dans les Mufaḍḍaliyyāt, la lecture du second hémistiche est la suivante : ḫilāfa-humū ’an ’astakīna wa-’adra‘ā. La première position variable du second pied y est donc associée à une syllabe longue et le qabḍ ne s'y applique pas.

57 Édité et traduit par W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics according to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989, p. 162-169.

58 Ibn Barri, dans W. Stoetzer, ibid, p. 162-163, paragraphe 8.

59 Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° XIV, vers 18-19, p. 113. Traduction : « (18) Tu reconnaîtras en lui les vertus de son père, de même que celles de son oncle, de Yazīd et de Hugr, (19) La noblesse de l'un, la droiture de l'autre, la confiance que tu peux accorder au troisième, et la générosité du dernier, qu'il soit saoul ou à jeun. »

60 Dans le premier hémistiche du premier de ces deux vers, le pronom de la troisième personne du masculin singulier suffixé à la préposition doit être lu avec une voyelle longue, soit fī-hī, auquel cas le qabd ne s'applique pas au pied mafa"‘iylun médian de ce vers. La lecture de Stoetzer avec une voyelle brève (fī-hī) doit donc être corrigée.

61 Ibn Barri, dans W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics according to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989, p. 162-163, paragraphe 10.

62 Naqd, p. 183. Notons, dans ce passage, l'emploi du verbe samuğa plutôt que qabuḥa, dont est tiré l'adjectif qabīh.

63 Naqd, p. 182 ; voir aussi Muwaššah, p. 122, où on lit, au second hémistiche du second vers, fàniyatun au lieu de fā ’itu-hū, ce qui ne modifie pas le découpage métrique. Traduction : « (1) Ô Hind fille d'Abū Dirā‘, tu as déçu mes espérances et méprisé ma passion. (2) Et tu as fait commerce avec un berger qui a [ainsi ?] agrandi son troupeau. Le Temps ne lui en laissera aucune trace. »

64 Dīwān ‘Urwa b. al-Ward, éd. M. ‘A. Mu‘Īn ; et Le Dîwân de ‘Orwa Ben el Ward trad. française R. Basset.

65 Les positions soulignées ne rentrent pas dans cette analyse.

66 Voir supra, p. 287.

67 Muwaššah, p. 121.

68 Muwaššah, p. 23. Ce paragraphe consacré au ramal est annexé au chapitre portant sur les fautes de rime, intitulé « Al-bayān ‘an al-sinād wa-l-iqwā’ wa-l-ikfā’ wa-l-ītā’ ».

69 Muwaššah, p. 24 ; The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Tufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n° I, vers 1, p. 5. Traduction : « Malḥūb a été abandonnée par ses occupants, ainsi qu'al-Quṭabiyyāt et al- Ǧanūb. »

70 Lisān, racine rml.

71 ‘ArūdH, p. 302.

72 ‘ArūdA et Qawāfī.

73 Muwaššah, p. 24 ; Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n° XXI, vers 1-2, p. 48. Traduction : « (1) N'est-il pas une tribu de Dieu où ont vu le jour la sœur des Banū Sahm, (2) Hišām et le père de ‘Abd Manāf, qui arbitre les disputes ? »

74 ArūdA, p. 302. Al-Marzubànï, Muwaššah, p. 24, reproduit mot pour mot les propos d'Abū al-Hasan.

75 Lisān, racine rml.

76 ‘Umda, vol. I, p. 271.

77 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989, p. 71.

78 W. Stoetzer, ibid., p. 71.

79 W. Stoetzer, ibid., p. 69.

80 W. Stoetzer, ibid., p. 67.

81 B. Paoli, Métrique arabe ancienne : pratiques et théories vol. I, ch. III, p. 246-408.

82 Qawāfī, p. 68.

83 Ce qui inclut la possibilité théorique, non attestée dans le corpus, d'un modèle de rağaz double ne comportant que deux pieds par hémistiche.

84 Voir supra, chapitre II, p. 145.

85 Al-Tahànawï, Kaššāf iṣṭilāḥāt al-funūn, éd. A. Sprenger & alii, s. d. (1re éd. 1861), p. 745. L'autorité sous le nom de laquelle est mise cette classification est probablement al-Ahfas qui porte effectivement le nom d'Abū l-Ḥasan et dont le Kitāb al-qawāfī, nous l'avons vu, fait état des genres ici mentionnés. Il est donc fort probable que le nom d'al-Ahwāzī ("de la ville d'Ahwāz") soit une déformation malencontreuse d'al-Ahfas.

86 Le Kitāb al-qawāfī d'al-Ǧawharī, dont il existe un manuscrit à Istanbul (bibliothèque Atef Efendi, n° 1991, fol. 34a-60a), n'a pas encore été édité. Dans la mesure où je n'ai pas personnellement consulté ce manuscrit, je cite d'après Heinrichs, « Radjaz », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., p. 390.

87 Voir W. Stoetzer, TheoryandPractice in Arabic Metrics, 1989, p. 73 et 145.

88 Soit la réalisation suivante : - [- ⋃ -] - [-⋃ -] [- -].

89 Ces hémistiches ont la forme suivante : x^x [⋃ - -] x [⋃ -] X [-] pour le sarī‘-4a ; et, pour le sarī‘-4b, x^x [⋃ -] x [- ⋃ -] X [-].

90 Soit la séquence suivante : x [⋃ -] x [-⋃ -] [- -].

91 Soit la réalisation suivante : ⋃ ⋃ [-⋃ -] ⋃ ⋃ [-⋃ - -].

92 Sīra, vol. I, p. 289.

93 Voir Lisān, vol. VI, p. 4660, colonnes 2 et 3.

94 Lisān, vol. VI, p. 4660, colonne 2.

95 R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe terminologie primitive », Arabica, n° VI-2 (1959), p. 137 ; rééd. dans Analecta, 1975, p. 104.

96 R. Blachère, ibid., p. 104.

97 Lisān, vol. VI, p. 4660, colonne 2.

98 Voir citation supra, p. 284.

99 Les deux derniers termes figurant dans le passage cité de la Sīra ont des sens opposés : mabsûfl, participe passif de la première forme du verbe basafla ("étendre", "détendre"), évoque l'idée d'ampleur. Peut-être peut-il être rapproché du mètre basīṭ de la théorie des cercles. Quant au terme maqbūd, de même schème, il évoque l'idée de contraction, le verbe qabada signifiant "contracter", "crisper" et, donc, de brièveté et de rapidité. Mais ils ne sont attestés nulle part ailleurs et leur signification exacte reste un mystère.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Groupe II — Ramal-A
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Groupe III — Ramal-B
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Groupe I — Qaṣīd (qarīḍ)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Groupe IV - Rağaz-A (mašṭūr)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Groupe V - Rağaz-B (manhūk ou ḫafīf)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Groupe VI - Rağaz double
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Groupe VII - Ramal simple
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4112/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search