Version classiqueVersion mobile

De la théorie à l’usage

 | 
Bruno Paoli

Chapitre II. Lecture critique des traités classiques

Texte intégral

1. DE LA THÉORIE À L'USAGE

1La présentation de la théorie classique nous a permis de constater à quel point la volonté de synthèse et d'abstraction peut être source de distorsions importantes par rapport à la réalité décrite. J'ai mis le doigt sur certains des défauts de la théorie d'al-Ḫalīl, dont le moindre n'est pas la surgénération ou, en d'autres termes, le fait de permettre la dérivation de mètres (abstraits) ou de variantes de ces mètres (modèles de vers) qui sont en réalité inusités (muhmal). Ce phénomène a bien été signalé par les métriciens arabes classiques eux-mêmes. Mais leurs observations à ce sujet sont le plus souvent restées limitées au niveau des mètres abstraits qui figurent dans les cercles, soit qu'ils ne soient tout simplement pas attestés, soit qu'ils soient employés sous la forme de modèles de vers différents de la forme abstraite et dérivés de celle-ci, par effacement d'un ou de plusieurs pieds notamment. Les alternatives théoriques proposées par al-Ğawharī et al-Qartāğannī, aussi timides soient-elles, ont, pour leur part, permis de montrer que la théorie classique, à son niveau le plus superficiel, celui des ziḥāfa-s et des exemples de vers, est également sujette à caution. Ici aussi, l'adéquation des descriptions que nous livrent les traités de métrique à la réalité n'est pas parfaite et la théorie des métriciens n'est pas la pratique des poètes.

  • 1 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabie Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989 ; et D. Fr (...)

2Quant aux analyses modernes de la métrique arabe, elles ont pour ainsi dire toutes considéré la théorie attribuée à al-Ḫalīl comme absolument incontournable, la prenant généralement comme point de départ de leurs investigations, les seuls Stoetzer et, dans une moindre mesure, Frolov faisant exception1. Le premier paragraphe d'un récent article résume bien l'état de nos connaissances dans ce domaine :

  • 2 G. Jacob, Altarabisches Beduinenleben nach den Quellen geschildert, 1967 (1re éd. 1897).
  • 3 C. Golston & T. Riad, Classical Arabic Meter and Prosodic Metrics, 1994, p. 1.

« L'analyse traditionnelle du mètre arabe classique, disent les auteurs, repose sur la théorie d'al-Ḫalīl (m. c. 791 / 175h) le célèbre lexicographe, grammairien et métricien. Son élégant système [...] a eu une influence sur les théories prosodiques de la métrique (e.g. les théories métriques génératives de Maling, 1973 et Prince, 1989). D'autres analyses des mètres anciens se sont éloignées de la théorie des cercles pour s'intéresser à d'autres aspects du système, e.g. la iambicité dominante des mètres (Ewald, 1825 ; Jacob, 1967 [1897]2 ; Wright, 1898 ; Fleisch, 1956)3. »

  • 4 Pour la réanalyse en termes générativistes, voir notamment M. Halle, « On the metrics of pre-islam (...)
  • 5 I. Anis Mūsīqā 1-ši‘r, 1961 ; Ṣ‘Abd al-Dā’im Mūsīqā l-ši‘r al-‘arabī, 1993 ; K. Abū Dīb, Fī l-buny (...)

3À vrai dire, les études occidentales se sont pour ainsi dire toutes bornées à une interprétation des principes sur lesquels repose la théorie arabe, soit en termes générativistes — les linguistes d'obédience chomskyenne ont cru voir en al-Ḫalīl un de leurs précurseurs —, soit en termes de métrique gréco-latine — d'où la problématique accentuelle4. Dans le domaine arabe aussi, la théorie classique, le ‘ilm al-‘Arūḍ, continue de faire autorité, en dépit des réanalyses "rythmiques" proposées par Anis ou ‘Abd al-Dā’im, en termes musicaux, ou par Abu-Deeb (Abū Dīb), dans une optique accentuelle originale5. Autrement dit, la théorie d'al-Ḫalīl n'a jamais été confrontée de manière systématique aux témoignages qui nous sont parvenus de la pratique poétique pré-ḫalīlienne. Pourtant, les défauts que j'ai déjà eu l'occasion de signaler dans le premier chapitre devraient nous inciter à plus de prudence à son égard.

  • 6 G. Hoelscher « Arabische Metrik », Zeitschrift der deutschen Morgenlandischen Gesellschaft, n° 74 (...)

4Les mètres abstraits qui figurent dans les cercles de la théorie d'al-Ḫalīl, ainsi que les modèles de vers qui en sont dérivés par application des processus d'effacement de certains pieds et des processus de ‘illa, sont exclusivement constitués de watid-s et de sabab-s ḫafīf-s, et, dans le second cercle, de sabab-s ṯaqīl-s (ou de fāṣila-s ṣuġrä-s, selon l'analyse choisie). Dans les exemples de vers, les ḥarf-s sākin-s des sabab-s sont susceptibles d'être effacés, sous réserve de l'application des contraintes de mu‘āqaba et de murāqaba, ou de la condition de sortie, qui interdisent certaines séquences de syllabes brèves (ou de ḥarf-s mutaḥarrik-s). Autrement dit, chacune des syllabes longues n'appartenant pas à un watid, ou presque, est susceptible d'être réalisée brève ou longue selon les vers, à l'intérieur même d'un poème donné. Ainsi, le premier pied d'un vers de rağaz, comme nous l'avons déjà signalé, peut être réalisé sous les quatre formes suivantes : — [⋃ –], ⋃ – [⋃ –], – ⋃ [⋃ –] ou ⋃⋃ [⋃ –]. Pour faire l'économie des nombreuses règles de ziḥāfa qui permettent, dans la théorie arabe, de rendre compte de ces variantes, la notion de syllabe ou position variable a été introduite par Hoelscher, puis systématisée par Brunschvig, Weil et Bohas6. Les positions variables remplacent donc les sabab-s de la théorie classique et, comme ceux-ci, sont de deux types : une position métrique qui peut être indifféremment associée, dans le vers, à une syllabe brève ou à une syllabe longue (compte tenu, bien entendu, des contraintes qui régissent la succession des syllabes brèves, exprimée par la "condition de sortie") est représentée par x et correspond à un sabab ḫafīf ; une position métrique qui peut être associée à une syllabe longue ou deux syllabes brèves est notée X et correspond à un sabab ṯaqīl. Selon les métriciens arabes, une telle position peut également être associée à une syllabe brève isolée ; mais nous verrons, le moment venu d'analyser les mètres wāfīr et kāmil où de telles positions apparaissent, que cette possibilité n'est pas attestée dans la pratique.

  • 7 G. Bohas, J.-P. Guillaume & D. Kouloughli, The Arabic Linguistic Tradition, 1990, p. 138.

5Compte tenu de cette notation, les seize mètres répertoriés par les métriciens classiques peuvent désormais être représentés comme dans le tableau ci-contre, très largement inspiré, à quelques détails près, de Bohas, Guillaume et Kouloughli7. Les watid-s, comme depuis le début de l'ouvrage, figurent entre crochets. Les transformations qui affectent la fin du modèle de vers, pour des raisons de commodité, n'y sont pas représentées. Les modèles y sont divisés en trois groupes, selon la localisation du watid dans les pieds de chacun d'eux, initiale, médiane ou finale. Enfin, les modèles du tableau correspondent chacun à un hémistiche et le mètre abstrait dans son entier consiste donc dans la reduplication de ceux-ci, sauf pour les mètres simples, comme le rağaz et certains modèles du ḫafīf, du munsariḥ ou du kāmil.

6Revenons à présent au cas du mètre ḫafīf, le deuxième mètre du troisième groupe dans le tableau ci-contre. Comme nous l'avons vu dans le chapitre précédent, au cours de la discussion de la théorie d'al-Ğawharī, le dernier ḥarf du second pied de chacun des deux hémistiches (le n de mustaf‘i /lun) n'est jamais effacé, et les processus de ziḥāfa appelés kaff et šakl décrits par les métriciens, dans ces pieds au moins, ne sont pas attestés dans les textes poétiques qui nous sont parvenus. Cette observation peut être intégrée à la représentation du ḫafīf. Dans la représentation ci-dessous, toutes les positions stables, et non plus les seuls watid-s, figurent entre crochets :

7ḫafīf :

  • 8 Šarḥ dīwān al-Ḥansā’, poème n° XXVI, p. 133-137. Comme nombre des compositions qui lui sont attrib (...)

8La question se pose maintenant de savoir ce qu'il en est des autres positions variables de ce modèle. Autrement dit, toutes ces positions variables sont-elles effectivement susceptibles d'être réalisées indifféremment brèves ou longues ? Et tous les processus de ziḥāfa peuvent-ils également s'appliquer ? Plus précisément, le kaff et le šakl s'appliquent-ils aux premier et troisième pieds d'un hémistiche de ḫafīf ? Prenons pour exemple les huit premiers vers d'une pièce composée dans ce mètre, attribuée à la poétesse al-Ḫansā’, et dont voici la translittération8 :

A. Mètres à watid initial

B. Mètres à watid final

C. Mètres à watid médian
P = pied
⋃ = syllabe brève
– = syllabe longue
[⋃–] = watid mağmū‘
//// = absence de pied
() = pied facultatif
X = syllabe variable, indifféremment brève ou longue
X = syllabe variable valant une longue ou deux brèves
[–⋃] = watid mafrūq

  1. lā taḫal ‘anna – nī laqītu rawāḥā ba‘da Ṣaḫrin ḥattä ‘ubīna nawāḥā
  2. min ḍamīrī bi – law‘ati l - ḥuzni ḥattä naka’a l-ḥuznu fī fu’ādī fa - qāḥā
  3. lā taḫālī ’annī nasītu wa – lā bulla fu’ādi wa – law šaribtu l - qarāḥā
  4. ḏikra Ṣaḫrin ’iḏā ḏakartu nadā – hū ‘īla ṣabrī bi-ruz’i – hī ṯumma bāḥā
  5. ’inna fī ṣ-ṣadri ’arba‘an yatağāwab – na ḥanīnan ḥanīnan ḥattä balaġna l - murāḥā
  6. daqqa ‘aẓmī wa-hāḍa minnī ğanāḥī hulku Ṣaḫrin fa-mā ’uṭīqu barāḥā
  7. man li-ḍayfin yaḥullu bi-ḥayyi ‘ānin ba‘da Ṣaḫrin ’iḏā ’arāda miyāḥa
  8. wa-‘alay-hī ’arāmilu l-ḥayyi wa-s-saf-ru wa-mu‘tarru-hum bi-hī qad ’alāḥā

9Le découpage métrique de ces huit vers, en termes de syllabes brèves et longues, est le suivant :

10Comme nous pouvons le constater, seule la première position métrique de chacun des pieds de ce passage est sujette à variation, associée tantôt à une syllabe longue, tantôt à une syllabe brève. Les positions stables sont donc, pour chaque pied, les deux syllabes du watid et la syllabe qui suit immédiatement celui-ci, toujours réalisée longue ; et le modèle qui se dégage de ces quelques vers est le suivant, où l'ensemble des positions stables figure entre crochets :

11ḫafīf :

12Chaque pied de la théorie arabe est constitué d'une seule position variable (x) et d'un groupe stable de trois syllabes : [⋃ – –] dans le premier et le troisième pieds de chacun des hémistiches, mais [– ⋃ –] dans le second.

13Ce modèle est également valable pour les neuf derniers vers de ce même poème. Il l'est aussi, comme nous le verrons bientôt, pour l'ensemble des pièces composées suivant ce mètre, si ce n'est que les pieds finaux de l'hémistiche et du vers varient en fonction du modèle de vers particulier, ou de la variante de ce mètre, qui a été choisi par le poète. Les processus de ziḥāfa appelés kaff et šakl ne s'appliquent donc jamais, dans la pratique poétique de la période considérée au moins, au mètre ḫafīf.

  • 9 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, 1963, p. 229.

14L'analyse d'un grand nombre d'œuvres attribuées à des poètes anciens et donc d'un grand nombre d'exemples de vers devrait ainsi permettre de reconstruire les modèles de vers effectivement attestés dans le corpus poétique dont nous disposons, lesquels, pour paraphraser la définition qu'en donne Jakobson, déterminent les positions stables et les éléments invariants de chaque exemple de vers particulier9. En l'occurrence, dans un système purement quantitatif comme celui de l‘arabe, il s'agira de déterminer les positions métriques qui sont associées à une syllabe de quantité fixe (brève, longue, ou surlongue à la fin du vers) et celles qui sont indifféremment associées à des syllabes brèves ou longues. La méthode employée est donc, dans un premier temps, purement inductive. Pour chacun des mètres de la théorie arabe classique, je présenterai systématiquement l'ensemble des modèles et exemples de vers inventoriés par les métriciens, puis, parmi eux, ceux dont j'ai pu constater l'usage chez les poètes. Cet exposé, aussi monotone et fastidieux soit-il, permettra de faire apparaître on ne peut plus clairement le décalage qui existe entre théorie et pratique et, à terme, de reconstituer le système de la métrique arabe ancienne dont l'organisation apparaîtra bien différente de celle de la théorie d'al-Ḫalīl.

15Une précision s'impose concernant la classification, chez les métriciens, des différents modèles de vers dérivés d'un même mètre abstrait. Dans la mesure où cette dérivation ne fait intervenir que les processus de ‘illa ou d'épenthèse d'un ou plusieurs pieds, et que de tels processus n'affectent que la fin du premier hémistiche (‘arūḍ) et du second (ḍarb), c'est d'après la forme de celles-ci que les modèles de vers sont hiérarchiquement organisés. Aussi les métriciens arabes parlent-ils de premier, deuxième, troisième, n-ième ḍarb du premier ‘arūḍ ; et de même pour le second, le troisième, le n-ième ‘arūḍ.

  • 10 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° VIII, vers 12 : « Certes, l'avaricieux mérite le blâme où (...)

16Enfin, j'ai également examiné, dans les vers doubles, les phénomènes de discordance, entre la frontière métrique délimitant les deux hémistiches, ou césure, et les frontières linguistiques délimitant les mots, des vers dans lesquels un mot – c'est-à-dire un léxème précédé ou suivi de clitiques, pronoms, articles, déclinaisons, morphèmes de conjugaison, etc. –, est coupé à l'hémistiche, divisé entre les deux hémistiches, interdisant donc à l'évidence de faire une pause. Ce type particulier d'enjambement à l'hémistiche, que j'appelerai "césure enjambante" (CE), bien que toléré, n'est en général guère apprécié des critiques classiques, pour qui le vers idéal doit être "contrebalancé" (mu‘addal). Al-‘Askarī inventorie parmi les procédés du badī‘ ce qu'il nomme tašṭīr qui consiste en une séparation, césure, nette entre les deux hémistiches d'un vers double. Dans la poésie ancienne, pourtant, la césure enjambante est très fréquente, surtout, comme nous le verrons, dans les vers composés suivant certains modèles de vers courts comme le hazağ ou le kāmil mağzū’. Le cas où l‘article et le nom qu'il détermine sont séparés par la frontière entre les deux hémistiches est, par exemple, assez courant. Dans le cas de mètres longs, comme le ṭawīl, le basīṭ ou le kāmil, les cas de césure enjambante sont par contre exceptionnels. Je n'en ai personnellement relevé, pour les formes longues du basīṭ par exemple, qu'en tout et pour tout trois cas parmi les 1 086 vers examinés. Qui plus est, ces trois vers figurent dans une seule et même pièce de Zuhayr b. Abī Sulmä dont est tiré l'exemple suivant10 :

’inna l-baḫīla malūmum ḥayṯu kāna wa-lā- -kinna l-ğawāda ‘alä ‘illāti-hī Haarimu

  • 11 L'enjambement en tant que tel, de vers à vers, ne m'intéresse donc pas ici. Comme je l'ai dit dans (...)

17La question se posera de savoir si, dans le cas de modèles de vers dont les réalisations se caractérisent par un recours fréquent à la césure enjambante, la notion même de césure a encore une raison d'être, dans la mesure où, comme c'est le cas du kāmil mağzū’ par exemple, dans plus d'un vers sur deux, elle ne correspond pas avec une pause verbale et n'a donc aucune réalité perceptuelle : elle n'est pas perceptible à l'ouïe lors de sa réalisation vocale et sonore11.

2. LES MÈTRES DU PREMIER CERCLE

2. 1. Le tawïl

2. 1. 1. Modèles de vers

  • 12 Kāfī, p. 25-26.
  • 13 Kāfī, p. 26. Traduction : « Dieu a récompensé les ‘Abs du clan des Baġīd, de la récompense due aux (...)

18D'après les métriciens arabes, ce mètre n'admet qu'un seul ‘arūḍ, mafā‘ilun, dit maqbūḍ, c'est-à-dire affecté par la ziḥāfa appelée qabḍ, soit : ⋃ – ⋃ – ; et trois ḍarb-s. Selon al-Tibrīzī, cependant, ce point était déjà, ou encore, devrais-je dire, un sujet de désaccord entre al-Ḫalīl et al-Aḫfaš12. Ce dernier aurait en effet accepté la possibilité d'un ‘arūḍ de type fa‘uwlun ainsi que l'alternance de celui-ci avec un ‘arūḍ de type mafa"‘ilun dans un même poème. Le vers cité par al-Tibrīzī comme exemple d'une telle possibilité est attribué à al-Nābiġa al-Ḏubyānī13 :

  • 14 Mi‘yār, p. 43.
  • 15 Dīwān al-Nābiġa al-Ḏubyānī, poème n° LI, p. 191. Traduction : « Dieu a récompensé les 'Abs, dans t (...)

19Cette possibilité est considérée comme rare ou anormale (šāḏḏ) par al-Šantarīnī, qui cite le même vers qu'al-Tibrīzī14. La version de ce vers qui figure dans l'édition du dīwān de ce poète contient au contraire un ‘arūḍ de type mafa"‘ilun, de même que les trois autres vers de ce court fragment, soit la lecture suivante15 :

20Cette version est celle qui figure dans la recension d'Ibn al-Sikkīt, et c'est elle que nous retiendrons. En effet, mis à part les deux variantes de ce vers, dont l'origine n'est d'ailleurs pas précisée, la possibilité d'un ‘arūḍ de type fa‘uwlun n'est pas attestée dans le corpus de la poésie ancienne que nous avons analysé. Nous nous en tiendrons donc à la théorie classique, corroborée par l'analyse du corpus, selon laquelle le ṭawīl n'admet qu'un type de ‘arūḍ, soit mafa"‘ilun ([⋃ –] ⋃ –). Par contre, le ḍarb peut avoir quatre formes différentes et les modèles de vers de ce mètre, selon les métriciens arabes, sont donc au nombre de trois ou quatre.

  • 16 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° LVI, vers 102 ; Iqnā‘, p. 5 ; ‘Arūḍ, p. 59 ; Kāfī, p. 22 ; Mi‘yā (...)

21a – ḍarb-1 : mafa"‘iylun (⋃ – – –), soit l'exemple de vers suivant, attribué à Tarafa b. al-‘Abd16 :

  • 17 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° I, vers 49 ; ‘Iqd, vol. V, p. 443 ; Iqnā‘, p. 5 ; ‘Arūḍ, p. 60 ; (...)

22b – ḍarb-2 : dans ce second modèle, le ḍarb est affecté comme le ‘arūḍ par le qabḍ, soit mafa"‘ilun (⋃ – ⋃ –). Le vers cité par les métriciens classiques est tiré de la mu‘allaqa de Tarafa b. al-‘Abd17 :

  • 18 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXXIX, p. 297-298, vers 9, avec la variante kārihīna au lieu de ṣāgirīna ; (...)

23c – ḍarb-3 : dans ce troisième modèle de vers, le ḍarb est maḥḏūf, affecté par le processus de ḥaḏf qui transforme le pied mafa"‘ilun en fa‘uwlun (⋃ – –). L'exemple des traités de métrique est attribué à un poète nommé Yazīd b. al-Ḫaḏḏāq18 :

  • 19 Mi‘yār, p. 32.

24Selon al-Šantarīnī, cette variante est rare ou anormale (šāḏḏ) si le pied précédant le ḍarb est complet (tāmm), comme c'est d'ailleurs le cas dans le vers ci-dessus qui est celui qu'al-Šantarīnī cite en exemple19.

  • 20 Kāfī,p. 25. Traduction : « (1) Ô Ḥanẓala, si vous vous étiez défendus et si vous aviez été patient (...)

25d – ḍarb-4 : des métriciens classiques dont j'ai consulté les traités, seul al-Tibrīzī mentionne ce quatrième modèle de vers du ṭawīl, avec une syllabe surlongue finale, soit mafā‘īl (⋃ – –). Ce quatrième ḍarb est donc soumis au qaṣr. Les vers cités sont les suivants, attribués à Imru’ al-Qays20 :

26Al-Tibrīzī nous dit que cette possibilité était admise par al-Aḫfaš, mais qu'elle aurait vraisemblablement été rejetée par al-Ḫalīl. De même, selon Ibn Rašīq :

  • 21 ‘Umda, I, p. 290. Al-Ğarmī, Abū ‘Umar Ṣāliḥ b. Isḥāq, de la tribu des Ğarm, mort vers 850, vécut à (...)

« C'est une possibilité que n'ont pas mentionnée les métriciens, selon lesquels la rime est mufllaqa et donc sujette à liqwā’ [...]. Font exception al-Garmî et al-Aḫfaš, qui ont rapporté ces vers avec la pause et sans iqwā'21»

27La théorie arabe de la rime distingue traditionnellement deux types principaux : la rime mufllaqa ("libre") et la rime muqayyada ("entravée"). Dans le second type, le ḥarf central de la rime, le rawī (le [n] de l'exemple ci-dessus) ne peut être ni mutaḥarrik ni suivi d'un autre ḥarf. Autrement dit, ce ḥarf constitue la finale absolue du vers. Dans la rime mufllaqa, au contraire, le rawī est vocalisé (mutaḥarrik) et, éventuellement, suivi d'un ou de plusieurs ḥarf-s. Quant au terme iqwā’, il désigne les cas où, à l'intérieur d'un même poème, la voyelle du rawī, appelée magra, varie d'un vers à l'autre. Ce phénomène est considéré par les théoriciens arabes comme un défaut, plus ou moins grave selon le type de l'alternance : ainsi, celle des voyelles [u] et [i] est, en un sens, plus acceptable que celle du [i] et du [a].

28La lecture des vers d'Imru’ al-Qays ci-dessus qui a été adoptée par la majorité des métriciens, à commencer par al-Ḫalīl, est donc, selon Ibn Rašīq et al-Tibrīzī, celle où la consonne finale (rawī) de la rime, c'est-à-dire le [n], est pourvue d'une haraka. Cependant, la fonction grammaticale des mots figurant à la rime et, par conséquent, les désinences casuelles qui leur sont assignées, étant variables d'un vers à l'autre, les vers d'Imru’ al-Qays cités, ainsi que le poème dont ils sont tirés, tombent sous le défaut d'iqwā’. Les règles de la grammaire imposent en effet la lecture suivante :

’a-Ḥanẓalu law ḥāmaytumū wa-ṣabartumū la-’aṯnaytu ḫayran ṣādiqan wa-la-’arḍānī
ṯiyābu Banī ‘Awfīn ṭahārä naqiyyatun wa-’awğuhu-hum bīḏu l-masāfiri ġurrānu

29Et le découpage de ces deux vers est alors le suivant :

  • 22 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° VII, p. 83-84 ; inventaire des variantes contenues dans les différe (...)

30Selon cette lecture, le modèle des deux vers ci-dessus est donc le premier ḍarb des traités de métrique, avec un pied final de type mafa"‘iylun (⋃ – – –). Le quatrième ḍarb est rejeté par la grande majorité des métriciens qui lui préfèrent l'iqwā’, lequel, bien que considéré comme un défaut, est en général toléré par les théoriciens médiévaux, surtout s'il apparaît dans des vers anciens, ce qui n'est pas rare du tout. Dans les différentes recensions du dīwān d'Imru’ al-Qays où figure la courte pièce dont sont tirés les deux vers cités par Ibn Rašīq et al-Tibrīzī, enfin, c'est toujours cette seconde lecture qui est retenue22. Nous retiendrons donc la lecture du dīwān, avec vocalisation du dernier ḥarf et possibilité d'iqwā’. Autrement dit, comme la majorité des métriciens arabes, nous considérerons que cette quatrième variante du ṭawīl avec rime surlongue, est anormale, rare, ou šāḏḏ pour employer le terme consacré. Comme nous le verrons, elle n'est pas attestée dans le corpus de la poésie ancienne tel qu'il nous est parvenu. Une lecture comme celle qu'ont adoptée al-Aḫfaš et al-Garmî pour ce poème d'Imru’ al-Qays n'apparaît pas dans les recensions médiévales des textes poétiques que j'ai pu analyser.

31De ces quatre modèles, seuls les trois premiers sont donc employés par les poètes anciens. Je les appelerai ṭawīl-1 (T-1), ṭawīl-2 (T-2) et ṭawīl-3 (T-3). Leur représentation en termes de syllabes stables et variables est la suivante :

32a. Ṭawīl-1 (T-1 = ‘Arūḍ-1 Ḍarb-1) :

33b. Ṭawīl-2 (T-2 = ‘Arūḍ-1 Ḍarb-2) :

34c. Ṭawīl-3 (T-3 = ‘Arūḍ-1 Ḍarb-3) :

2. 1. 2. Exemples de vers

35Deux des processus de ziḥāfa inventoriés par les métriciens arabes s'appliquent théoriquement aux différents modèles de vers du ṭawīl. Le premier des deux est appelé qabḍ et il affecte les pieds fa‘uwlun et mafa"‘iylun, lesquels sont respectivement transformés en fa‘uwlu ([⋃ –]⋃) et mafa"‘ilun ([⋃ –] ⋃ –). Comme nous l'avons vu, le ‘arūḍ de ce mètre y est systématiquement soumis ; et s'il s'applique obligatoirement au ḍarb du premier des trois modèles inventoriés par les métriciens, il est par contre interdit dans celui des deux autres modèles. Le second de ces deux processus de ziḥāfa est le kaff qui efface le dernier ḥarf du pied mafa"‘iylun, lequel est transformé en mafa"‘iylu ([⋃ –] – ⋃). Cependant, dans les pieds quadrisyllabiques de type mafa"‘iylun, l'application simultanée du qabḍ et du kaff est exclue par la contrainte de mu‘āqaba. En effet, ces pieds auraient alors la forme [⋃ –] ⋃⋃, comportant une séquence de deux syllabes brèves qui précèdent un watid, celui du pied fa‘uwlun suivant, sans pour autant appartenir au même pied que lui.

  • 23 Au sujet des poètes, je renvoie aux fiches de l'annexe I ci-dessous où figurent, entre autres, les (...)

36L'analyse a porté, pour ce mètre, sur les dīwān-s des poètes ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, ‘Abīd b. al-Abraṣ, ‘Adī b. Zayd, ‘Āmir b. al-Ṭufayl, Imru’ al-Qays, Ka‘b b. Mālik, al-Namir b. Tawlab et Zuhayr b. Abī Sulma, soit, en tout, 178 pièces, fragments ou vers isolés représentant un total de 1730 vers23.

  • 24 Les références de ces vers sont les suivantes : Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n° II, vers 6 (...)
  • 25 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° I, vers 9, p. 10. Le modèle de ce vers est celui du ṭawīl-2. Traduc (...)

37Des deux processus de ziḥāfa inventoriés par les métriciens, seul le qabḍ est effectivement attesté, ceci dans les trois premiers pieds de chacun des deux hémistiches. Par contre, le kaff ne l'est pour ainsi dire jamais, si ce n'est dans quatre vers sur les 1730 qui ont été analysés, soit 0,1 %24. La proportion de telles anomalies est presque négligeable. Oserai-je dire qu'il s'agit des exceptions qui confirment la règle ? D'ailleurs, le cas cité par les métriciens arabes comme exemple de vers affecté par le kaff, toujours le même d'un traité à l'autre, est anonyme. De plus, pour deux des exemples trouvés dans le dīwān d'Imru’ al-Qays, il existe au moins une variante, dans une autre recension du dīwān, où cette septième position est associée à une syllabe longue. Dans la recension d'al-A'lam et d'al-Aṣma‘ī, le neuvième vers de la Mu‘allaqa d'Imru’ al-Qays est rapporté comme suit25 :

  • 26 Ibid., p. 368.

38La septième position métrique du premier hémistiche est associée à une syllabe brève, le la de la-ka. Dans celle d'al-Naḥḥās, par contre, l'ordre des mots du vers est inversé, moyennant une modification du pronom régi par la proposition min (hunna, féminin pluriel > humâ, duel)26 :

  • 27 Ibid., p. 368, où al-Sukkarī est désigné sous le nom d'Abū Sa‘īd. Bīd, pluriel de 'abyaḍ, désigne (...)

39Dans cette version, c'est la première syllabe de ṣāliḥin, longue, qui est associée à la septième position métrique, et le kaff ne s'y applique donc pas. C'est également le cas dans la recension d'al-Sukkarī27 :

40Les deux variantes connues de ce vers sont donc conformes à la généralisation déduite de la quasi-totalité des vers de ṭawīl qui ont été analysés, où le kaff ne s'applique jamais. Le cas du second vers du poème n° XIV du même poète est plus significatif encore, avec trois variantes, dans chacune desquelles c'est une syllabe longue qui est associée à la septième position du premier hémistiche, comme cela apparaît ci-dessous :

  • 28 Ibid., p. 109. Le modèle de ce vers est celui du ṭawīl-2. Traduction : « Le temps n'est-il pas suc (...)

41a. Recension d'al-A‘lam et d'al-Aṣma‘ī28

  • 29 Ibid., p. 407 ; dahr, "temps", a été remplacé par dunyā, "monde".

42b. Variante 1 (recension d'al-Ṭūsī)29

  • 30 Ibid., p. 407.

43c. variante 2 (recension d'al-Sukkarī)30

  • 31 Ibid., p. 407.

44d. Variante 3 (recension d'Abū Sahl)31 :

45Pour les deux derniers vers en cause, nous ne possédons pas de variantes. Dans le cas de 'Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, l'éditeur de son dīwān ne mentionne tout simplement pas les éventuelles variantes aux vers recueillis. Quoi qu'il en soit, ces quatre cas peuvent à juste titre être considérés comme marginaux et non significatifs. Il est possible que leur existence soit le fait des inévitables altérations subies en cours de transmission, au moment de la recension, de la fixation écrite ou de la copie. L'existence, pour deux de ces quatre vers au moins, de variantes métriquement conformes aux généralisations déduites de l'analyse du corpus et le fait que toutes les variantes attestées le soient également et sans exception sont là pour renforcer cette hypothèse, même si celle-ci n'est pas vérifiable de manière certaine. Cependant, étant donné l'extrême rareté de ces exemples, je les considérerai comme accidentels ou anormaux.

46Compte non tenu de ces déviations exceptionnelles, les trois modèles de vers du ṭawīl peuvent donc à présent être représentés comme suit en termes de positions stables (entre crochets) et de positions variables :

47T-1 :

48T-2 :

49T-3.

  • 32 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 147-148.

50Tous trois comptent six positions variables, soit trois par hémistiche. Il n'est pas inutile de comparer les quatre cas examinés ci-dessus avec le taux d'association des deuxième et cinquième positions variables (x2 et x5) de chacun des modèles à des syllabes brèves. Bien que rare, une telle association est cependant bien attestée dans chacun des trois modèles : de 3,01 % pour le premier hémistiche du ṭawīl-1 à 7,11 % pour le second du ṭawīl-3. Ces chiffres sont sensiblement plus élevés que ceux de Stoetzer32 dont l'estimation porte sur un nombre de vers qui est deux fois moindre : 3,5 % pour les 1 782 hémistiches de ṭawīl de l'anthologie des Mufaḍḍaliyyāt. Dans le cas du ṭawīl-1, les résultats de Stoetzer ne sont pas significatifs : en effet, les Mufaḍḍaliyyāt ne contiennent qu'une seule courte pièce composée suivant ce modèle de vers, soit huit vers dans lesquels les deuxième et cinquième positions variables de mon modèle ne sont jamais associées à des syllabes brèves.

51Pour ce qui concerne les quatre autres positions variables des modèles du ṭawīl, x1, x3,x4 et x5, la répartition est à peu près équilibrée et le nombre de vers où ces positions sont associées à des syllabes brèves varie entre le tiers et la moitié de l'ensemble des vers examinés. Le second hémistiche du ṭawīl-3 fait cependant exception. En effet, dans ce modèle de vers, la dernière position variable est, à 85,77 %, associée à une syllabe brève, soit le schéma suivant :

52T-3 :

  • 33 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, p. 261-265 ; et The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Ām (...)

53Dans bon nombre des pièces examinées, cette association est systématique, du premier au dernier vers, y compris dans des poèmes relativement longs, comme le poème n° IL de Zuhayr b. Abī Sulmä ou le n° X de ‘Abīd b. al-Abras33.

  • 34 Dīwān ‘Āmir b. al-Ṭufayl, poème n° I, vers 1, p. 30. Traduction : « Pour ma part, bien que je sois (...)

54D'autre part, deux variantes du ḫarm, appelées talm et ṯarm, sont susceptibles de s'appliquer au watid du premier pied du premier hémistiche dont la syllabe brève initiale est effacée. Le pied fa‘uwlun ([⋃ –] –) est alors transformé en 'uwlun, ou fa‘lun ([–] –), dans le premier cas, ou en 'uwlu, ou fa‘lu ([–] ⋃), dans le second cas. Le ṯarm est donc l'application simultanée du talm et du qabḍ au pied fa‘uwlun initial. Ces deux processus sont très rares et le plus souvent limités, dans les cas où ils apparaissent, au seul premier hémistiche du premier vers d'un poème. En voici un exemple, tiré du dīwān de ‘Āmir b. al-Tufayl34 :

  • 35 Il s'agit du vers 41, le dernier, de la pièce n° V de Zuhayr b. Abī Sulmä. Voir Šarḥ dīwān Zuhayr (...)

55En fait, un seul des cas d'application du ḫarm recensés figure dans un vers qui n'est pas le premier d'un poème35. Quelques réflexions s'imposent concernant cette possibilité d'effacer la syllabe brève du watid initial du premier hémistiche. Celle-ci vaut aussi, comme nous le verrons, pour les mètres hazağ et mutaqārib. Mais, dans la plupart des cas, la modification du modèle tient à peu de choses. Autrement dit, le modèle de base, avec réalisation complète du watid initial, peut être simplement rétabli par l'ajout d'une particule de coordination monosyllabique brève comme wa-ou fa-. Le premier hémistiche du vers de ‘Āmir b. al-fiufayl serait lu comme :

  • 36 Iqnā‘, p. 74. Traduction : « Un campement aux traces évanescentes, sur la dune, [celui] d'Asmā’, d (...)

56Le cas du vers cité par Ibn ‘Abbād au sujet du ṯarm du mutaqārib est assez significatif à cet égard36 :

57Ce même vers est en effet cité ailleurs, dans le Lisān-al-‘arab par exemple, avec la variante suivante où l'affirmation devient interrogation par antéposition de la particule interrogative 'a– ("est-ce que... ?") :

58Ces exemples montrent que la réalité du ḫarm, sous ses diverses variantes, est somme toute discutable. En effet, non seulement les cas attestés sont rares mais, de plus, bon nombre doivent ou peuvent être considérées comme des variantes défectueuses. Dans certains cas, comme ce vers cité par Ibn ‘Abbād, il est même possible d'imaginer que le vers ait été délibérément modifié par un métricien ou par un autre. Il faut d'ailleurs préciser que les vers-témoins cités dans les traités sont le plus souvent anonymes.

  • 37 Dīwān Ka‘b b. Mālik al-Anṣārī, poèmes n° XXXII, vers 12 et 38 ; et n° LIII, vers 3 ; Šarḥ dīwān Zu (...)

59Il reste, enfin, avant de passer au second mètre de ce premier cercle, à parler de la césure enjambante. Au sens restreint défini plus haut de discordance entre frontière métrique et expressions associées, elle est pour ainsi dire exceptionnelle dans les modèles de vers du ṭawīl : je n'en ai relevé que cinq cas chez les dix poètes dont les vers ont été analysés, trois chez Ka‘b b. Mālik et deux chez Zuhayr b. Abī Sulmä37.

2. 2. LE MADlD

2. 2. 1. Modèles de vers

  • 38 Voir par exemple al-Ğawharī, Waraqa, p. 18 : « muṯamman muḥdaṯ » (la forme à huit pieds est modern (...)

60Bien que son modèle de base (aṣl) comporte quatre pieds par hémistiche, comme le ṭawīl et le basīṭ qui appartiennent au même cercle Ḫalīlien que lui, le madīd dans la réalité, est toujours mağzū’, c'est-à-dire que chacun de ses hémistiches compte trois pieds seulement, soit le schéma : fa"‘ila"tun fa"‘ilun fa"‘ila"tun. La forme complète (madīd tāmm) est mentionnée par certains métriciens comme une innovation des poètes modernes38. Dans la théorie ḫalīlienne classique, ce modèle n'est pas retenu. Les modèles de vers du madīd comportent au plus six pieds, soit trois par hémistiche, et se répartissent en trois ‘arūḍ-s et six ḍarb-s :

  • 39 Dīwān Muhalhil b. Rabī‘a, poème n° X, vers 1 ; Iqnā‘, p. 11 ; ‘Arūḍ, p. 64 ; Kāfī, p. 31 ; Mi‘yār, (...)

61a – ‘arūḍ-1 : dans ce premier modèle, le troisième pied du premier hémistiche est complet (tāmm) et a donc la forme fa"‘ila"tun. Un seul ḍarb peut lui être associé, complet comme lui (fa"‘ila"tun). L'exemple cité par les métriciens est attribué au poète Muhalhil39 :

62b – ‘arūḍ-2 : le pied final de l'hémistiche est maḥḏūf et a la forme fa"‘ilun, soit – [⋃ –]. Le ḍarb peut alors revêtir trois formes :

  • 40 Iqnā‘, p. 12 ; ‘Arūḍ, p. 65 ; Kāfī, p. 32 ; Mi‘yār, p. 33. Traduction : « Que l'homme ne se laisse (...)

63b1 – ḍarb-1 : maqṣūr (fa"‘ila"n), avec une syllabe surlongue finale, soit la forme – [⋃ —]. Le vers cité par les métriciens est anonyme40 :

  • 41 ‘Iqd, vol. V, p. 446 ; Iqnā‘, p. 13 ; ‘Arūḍ, p. 66 ; Kāfī, p. 34 ; Mi‘yār, p. 34. Traduction : « S (...)

64b2 – ḍarb-2 : dans ce second sous-cas, le pied final du vers est maḥḏūf, identique au dernier pied du premier hémistiche, soit fa"‘ilun (-[⋃ –]). Le vers cité, une fois de plus, est anonyme41 :

  • 42 Lisān, racinesbtr dlf et qṭ‘ ; ‘Iqd, vol. V, p. 446 ; Iqnā‘, p. 13 ; ‘Arūḍ, p. 66 ; Kāfī, p. 34 ; (...)

65b3 – ḍarb-3 : le pied final est maḥḏūf maqṭū‘ et a donc la forme fa‘lun, soit, en termes syllabiques : – [–], le qaṭ‘ aboutissant à l'effacement de la syllabe brève du watid. Le vers cité par les métriciens, cité trois fois aussi dans le Lisān al-‘arab, est le suivant42 :

66c – ‘arūḍ-3 : le troisième et dernier type de ‘arūḍ, enfin, est dit maḥḏūf maḫbūn. Il a donc la forme fa‘ilun, soit ⋃ [⋃ –]. Cette fin d'hémistiche peut s'accorder avec deux types de fin de vers, ou deux ḍarb-s.

  • 43 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° III, vers 23, p. 80 ; ‘Iqd, vol. V, p. 447 ; Iqnā‘, p. 13 ; ‘Arū (...)

67c1 – ḍarb-1 : le premier est maḥḏūf maḫbūn comme le ‘arūḍ. Le vers cité par l'ensemble des traités de métrique est attribué à Tarafa b. al-‘Abd et figure dans son dīwān43 :

  • 44 Dīwān ‘Adī b. Zayd, poème n° XXII, vers 2 ; ‘Iqd, vol. V, p. 447 ; Iqnā‘, p. 14 ; ‘Arūḍ, p. 67 ; K (...)

68c2 – ḍarb-2 : le dernier pied du vers est maḥḏūf maqṭū‘, fa"‘ilun étant trans– formé en fa‘lun. L'appellation de batr est également employée pour désigner l'application simultanée du qaṭ‘ et du ḥaḏf. Ce ḍarb peut donc être dit abtar. Le vers-témoin des métriciens est attribué au poète ‘Adī b. Zayd44 :

  • 45 Le choix de la nomenclature de ces quatre modèles de vers sera justifié ci-dessous, après examen d (...)

69De ces six modèles de vers qu'ont inventoriés les métriciens arabes, quatre seulement sont attestés de manière certaine chez les poètes de la période considérée45 :

70a. Madīd-1a (Md-1a = ‘Arūḍ 1 Ḍ 1) :

71b. Madīd-1b (Md-1b = ‘Arūḍ 2 Ḍ 2) :

72c. Madīd-2a (Md-2a = ‘Arūḍ 3 Ḍ 1) :

73d. Madīd-2b (Md-2b = ‘Arūḍ 3 Ḍ 2) :

  • 46 Dīwān ‘Adī b. Zayd, n° XXII, p. 100-101 ; et n° LV-LVIII, p. 130-131.

74Le troisième ḍarb du second ‘arūḍ n'est donc pas attesté dans notre corpus. Par contre, ce même ḍarb, soit fa‘lun (– –), est employé conjointement avec le ‘arūḍ-3 dont la forme est fa‘ilun (⋃ [⋃ –]). C'est le modèle (2b) ci-dessus. Notons qu'il n'est attesté que par quelques vers d'un unique poète, ‘Adī b. Zayd : un fragment de neuf vers avec maṭla‘, dont est tiré le vers-témoin des métriciens classiques, ainsi que l'exemple muṣarra‘ d'al-Tibrīzī ; et quatre vers isolés qui ont la même rime, ce qui laisse à penser, étant donné, par ailleurs, la rareté de ce modèle, qu'ils appartenaient à l'origine à une seule et même pièce dont la version intégrale ne nous est pas parvenue46.

  • 47 Dīwān al-Šammāḫ b. Ḍirār al-Ḏubyānī, ajout n° xliii, p. 461. Traduction : « Je m'en suis allé [che (...)

75Quant au premier ḍarb du second ‘arūḍ, avec une syllabe finale surlongue, il n'est attesté que par un vers isolé, attribué à al-Šammāḫ et recensé comme tel par l'éditeur de son dīwān. Ce vers ne figure pas dans les manuscrits de ce dīwān et fait donc partie des ajouts colligés par l'éditeur47 :

  • 48 Dīwān al-Ṭirimmāḥ, poème n° XXVII, p. 390-428.

76Cet exemple de vers correspond bien au ‘arūḍ-2 ḍarb-l des traités de métrique. Mais il y a en fait tout lieu de penser que l'attribution de ce vers est erronée. Il figure en effet aussi dans une longue pièce de quatre-vingt-huit vers attribuée à al-Ṭirimmāh, poète de l'époque omeyyade, et composée suivant ce modèle de vers48. Dans les deux cas, ce vers a le mérite de témoigner de l'existence du modèle avant le moment supposé de l'élaboration de la théorie des cercles.

77Nous nous en tiendrons donc aux quatre modèles de vers ci-dessus, rebaptisés madīd-la, madīd-lb, madīd-2a et madīd-2b. Ils correspondent chacun à une fin de vers particulière : x [⋃ – –] pour le premier, soit fa"‘ila"tun, avec effacement possible du second ḥarf ; x [⋃ –] pour le second, soit fa"‘ilun, avec effacement possible du second ḥarf ; ⋃ [⋃ –] pour le troisième, soit fa‘ilun, où le second ḥarf est systématiquement effacé ; et [– –] pour le quatrième, soit fa‘lun. Les deux derniers de ces modèles s'opposent donc aux deux premiers par le fait que le ḍarb, ainsi que le ‘arūd, n'est pas sujet à variation d'un vers à l'autre : il ne contient pas de position variable. C'est la raison pour laquelle j'ai divisé ces quatre modèles en deux types (l et 2), eux-mêmes divisés en deux sous-types (a et b). La conséquence logique de la différence que je viens de souligner apparaîtra lors de l'analyse des variantes et exemples de vers propres à chacun des modèles : les deux premiers comptent trois positions variables par hémistiche, contre deux seulement pour les deux derniers.

  • 49 Voir références supra, Chapitre I, p. 97, n. 37. Traduction : « (1) Il a erré à la recherche d'un (...)

78Avant d'en arriver là, il est cependant nécessaire de faire état d'une curiosité que j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer dans le chapitre précédent. Il s'agit de cette pièce de douze vers, un thrène anonyme, vraisemblablement ancien, qui nous est conservé dans la le texte complet translittéré49 :

  1. ṭāfa yabġī nağwatan min halākin fa-halak
  2. layta ši‘rī ḍallatan ’ayyu šay’in qatalak
  3. ’a marīḍun lam tu‘ad ’am ‘aduwwun ḫatalak
  4. ’am tawallä bika mā ġāla fī-d-dahri-s-sulka
  5. wa-l-manāyā raṣadun li-l-fatā ḥayṯu salak
  6. ’ayyu šay’in ḥasanin li-fatan lam yaku lak
  7. kullu šay’in qātilun ḥīna talqā ’ağalak
  8. ṭāla mā qad nilta fī ġayri kaddin ’amalak
  9. ’inna ’amran fādiḥan ‘an ğawābī šaġalak
  10. sa’u‘azzi-n-nafsa ’iḏ lam tuğib man sa’alak
  11. Layta qalbī sā‘atan ṣabrahū ‘anka malak
  12. layta nafsī quddimat li-l-manāyā badalak

79Le découpage métrique de ces douze vers est le suivant :

80Tous les vers répondent donc au modèle suivant :

  • 50 Al-Tibrīzī affirme qu'al-Zağğāğ aurait opté pour cette seconde solution. Voir Ḥamāsa AT, p. 369.

81Dans le quatrième vers seulement, la quatrième position variable est associée à une syllabe longue, ce qui pourrait d'ailleurs être évité en lisant : ġāla fi-d-dahri sulak, soit – ⋃ – – # ⋃ ⋃ –, avec sulak ("une perdrix") indéterminé. Ce modèle n'est pas inventorié par les traités de métrique. Il peut s'agir d'un madīd à deux pieds par hémistiche (fa"‘ila"tun fa"‘ilun deux fois) ; ou d'un ramal mağzū’ maqṭū50. Quoi qu'il en soit, ces deux variantes, l'une du ramal et l'autre du madīd, ne sont attestées nulle part ailleurs. Une autre solution consisterait à analyser chaque vers comme un hémistiche unique comportant quatre pieds. Cette pièce serait alors un madīd simple dont tous les hémistiches riment ensemble, avec pour modèle métrique :

82Encore une fois, un tel modèle n'est pas attesté par ailleurs. Non seulement les vers du madīd sont toujours des vers doubles, mais, de surcroît, ce mètre est systématiquement mağzū’, avec trois pieds par hémistiche au lieu de quatre dans la forme abstraite de la théorie des cercles.

2. 2. 2. Exemples de vers

83Pour l'ensemble des modèles du madīd, les métriciens ont inventorié trois processus de ziḥāfa : le ḫabn qui transforme un pied de type fa"‘ilun (– [⋃ –]) en fa‘ilun (⋃ [⋃ –]) et un pied de type fa"‘ila"tun (– [⋃ –] –) en fa‘ila"tun (⋃ [⋃ –] – ) par effacement du second ḥarf de chacun des schèmes de base ; le kaff qui transforme un pied fa"‘ila"tun (– [⋃ –] – en fa"‘ila"tu (– [⋃ –] ⋃) ; et le šakl, ou taṭrīf, qui consiste dans la combinaison, dans ce même pied quadrisyllabique, du ḫabn et du kaff : un pied – [⋃ –] – est transformé en u [⋃ –] u par l'abrégement simultané des deux positions variables ou des deux sabab-s du pied. La mu‘āqaba interdit l'application simultanée du kaff au premier pied fa"‘ila"tun et du ḫabn au pied fa"‘ilun, ce qui donnerait la séquence : – [⋃ –] ⋃ / ⋃ [⋃ –] [...], où les syllabes brèves soulignées qui précèdent le second watid n'appartiennent pas toutes deux au même pied que lui.

  • 51 Voir infra, annexe II, p. 478-479.

84Considérons, pour commencer, les modèles du madīd-1. L'examen exhaustif des poèmes conservés permet de constater que le kaff ne s'applique jamais51. Autrement dit, la seconde position variable d'un pied fa"‘ila"tun (x [⋃ –] x) n'est jamais associée à une syllabe brève. Bien entendu, le šakl, qui est l'application simultanée du ḫabn et du kaff, ne s'applique pas non plus. Il reste donc le ḫabn qui permet d'abréger la première syllabe longue de chacun des six pieds du vers. Les deux modèles peuvent donc être représentés comme suit, en termes de positions stables et de positions variables :

85Md-1a :

86Md-1b :

87Ces modèles de vers sont extrêmement rares dans la poésie ancienne : trente-six vers en tout pour le premier et dix-huit pour le second. Il est donc difficile de dégager des conclusions et des généralités des chiffres qui figurent dans les tableaux de l'annexe II.

88Dans les deux autres modèles du madīd, le ‘arūḍ et le ḍarb sont stables : la première position du dernier pied de chacun des deux hémistiches est associée à une syllabe brève dans le madīd-2a et dans le premier hémistiche du madīd-2b ; à une syllabe longue dans le second hémistiche du madīd-2b. Mais la différence essentielle entre ces deux modèles et ceux du madīd-1 tient à l'application du ḫabn et du kaffaux deux premières positions variables de chaque hémistiche. En effet, le kaff s'applique ici et les deux sabab-s du premier pied sont donc susceptibles d'être modifiés. Par contre, le deuxième pied a toujours, quant à lui, la forme fa"‘ilun (– [⋃ –]) : le second ḥarf n'est jamais effacé. La représentation de ces modèles en termes de positions stables et variables est donc la suivante :

89Md-2a :

90Md-2b :

91Ici encore, la petite quantité d'exemples ne permet pas de formuler des généralisations significatives concernant la réalisation des différentes positions variables. Les fragments ou pièces analysés sont trop courts pour que l'on puisse en déduire, par exemple, que les deuxième et quatrième positions variables du Md-1a sont préférentiellement associées à des syllabes longues : si, dans quatre des sept fragments attestés dont le plus long, celui tiré du dīwān d'Imru’ al-Qays, compte onze vers, l'association à une syllabe longue est systématique, ce n'est par contre pas le cas pour la plus longue des pièces inventoriées, celle attribuée à Tarafa, où x2 et x4 sont, sur vingt-trois occurrences, associées cinq fois chacune à une syllabe brève.

92Enfin, dans ces quatre modèles du madīd, comme pour le ṭawīl, les cas de césure enjambante sont exceptionnels : deux cas sur l'ensemble des 113 vers du corpus, dans la même pièce de madīd-ia, attribuée à al-Šanfarä.

2. 3. Le basīṭ

2. 3. 1. Modèles de vers

93Dans la théorie arabe, la forme abstraite de ce mètre est la suivante, dans laquelle les watid-s sont soulignés :

mustaf‘ilun fa"‘ilun mustaf‘ilun fa"‘ilun mustaf‘ilun fa"‘ilun mustaf‘ilun fa"‘ilun

94Soit, en termes de syllabes :

95Et, dans la représentation avec watid-s et positions variables :

96Ce mètre n'est jamais utilisé sous sa forme abstraite. En effet, le ‘arūḍ de base (– [⋃ –]) n'est pas attesté et n'apparaît pas dans les traités. Al-Šantarīnī l'évoque pour dire qu'il est considéré comme anormal (šāḏḏ). Autrement dit, ici encore, le modèle théorique (aṣl) qui figure dans le cercle n'existe pas dans la réalité. Le ‘arūḍ peut alors avoir, selon les métriciens, trois formes. La première concerne le basīṭ complet, à quatre pieds par hémistiche, tandis que la seconde et la troisième concernent les formes courtes (mağzū’), avec trois pieds par hémistiche.

97a – ‘arūḍ-1 : dans le cas ou le modèle employé est complet, avec quatre pieds par hémistiche, le quatrième et dernier pied du premier hémistiche est toujours affecté par le ḫabn : il est réalisé sous la forme fa‘ilun (⋃ [⋃ –]) et est dit maḫbūn. Ce ‘arūḍ admet deux ḍarb-s.

  • 52 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° IX, vers 27, p. 145 ; ‘Iqd, vol. V, p. 448 ; Iqnā‘, p. 16 (...)

98a1 – ḍarb-l : dans le premier cas, le dernier pied du vers est semblable au dernier pied de l'hémistiche, soit fa‘ilun (⋃ [⋃ –]). L'exemple cité par les métriciens est attribué à Zuhayr b. Abī Sulmä52 :

  • 53 Dīwān Iimri’ al-Qays, poème n° XLVIII, vers 2, p. 225 ; Iqnā‘, p. 16 ; ‘Arūḍ, p. 71 ; Kāfī, p. 40  (...)

99a2 – ḍarb-2 : la seconde fin de vers possible est du type fa‘lun (– –), par transformation du pied de base fa"‘ilun sous l'effet du qaṭ‘. Le vers-témoin est cette fois-ci attribué à Imru’ al-Qays53 :

100Les quatre derniers modèles de vers comptent seulement trois pieds par hémistiche : le pied final (fa"‘ilun) est effacé et le modèle est dit mağzū’. Deux types de ‘arūḍ-s sont alors possibles : complet ou, pour être plus précis, uniquement mağzū’ ; et maqṭū‘, de la forme maf‘uwlun (– – –).

101b – ‘arūḍ-2 :

  • 54 R. Geyer (éd.), Kitāb as-subh al-munîr, Gedichte von Abū Basīr Maimūn b. Qais al-A‘shā nebst samml (...)

102bl – ḍarb-1 : cette première fin de vers comporte une syllabe surlongue finale et est dite muḏāl. Le ḍarb a la forme mustaf‘ila"n. Le processus de ‘illa en cause est donc un processus d'ajout (ziyāda). Le vers cité par les métriciens est attribué à al-Aswad b. Ya'fur, qui figure parmi les cent poètes de mon corpus sous le nom d'al-A‘šä Nahšal54 :

  • 55 A‘šä, poème n° LX, p. 309 ; ‘Iqd, p. 449, qui, comme pour chaque modèle de vers, cite quatre vers (...)

103b2 – ḍarb-2 : dans le second modèle de basīṭ court, le ḍarb est complet (tāmm). Le vers-témoin est habituellement attribué au même poète, al-A‘šä Nahšal, ou, parfois, à l'un des deux poètes surnommés Muraqqiš. Le plus jeune des deux, Muraqqiš al-Aṣġar, a bien composé un poème en basīṭ court, mais le modèle employé est le précédent, avec syllabe finale surlongue. Ce vers est un vers isolé dont voici la transcription55 :

  • 56 (a) Iqnā‘, p. 18 ; ‘Arūḍ, p. 73 ; Kāfī, p. 42 ; Mi‘yār, p. 38. Traduction : (a) « Avancez groupés  (...)

104b3 – ḍarb-3 : dans cette troisième forme de basīṭ mağzū’, le ḍarb est maqṭū‘, soit de la forme maf‘uwlun (– – –). Le vers-témoin cité par les métriciens est anonyme56 :

  • 57 Iqnā‘, p. 18 ; ‘Arūḍ, p. 73 ; Kāfī, p. 43 ; Mi‘yār, p. 38. Traduction : « Combien ma passion a été (...)

105c – ‘arūḍ-3 : c'est la dernière forme possible pour le dernier pied du premier hémistiche qui est dit maqṭū‘, de la forme maf‘ūlun (– – –). Le seul ḍarb qui puisse lui être associé est de la même forme que lui. L'application simultanée du qaṭ‘ au ‘arūḍ et au ḍarb du basīṭ mağzū’est appelée taḫlī‘ et ce modèle porte le nom de muḫalla‘ al-basīṭ. Le vers-témoin des métriciens est anonyme57 :

  • 58 Al-Šantarīnī, op. cit., p. 54-55. Le vers est le premier d'un fragment de six vers attribué à un c (...)

106Enfin, signalons qu'al-Šantarīnī (m. 1155) mentionne également un dernier modèle où le ḍarb est maqṭū‘ maḫbūn (⋃ –) et le ‘arūḍ est maḫbūn (⋃ – –), pour en dire qu'il est considéré comme anormal (šāḏḏ). Il n'est d'ailleurs pas mentionné par les autres métriciens classiques. Il en cite toutefois un exemple, tiré de la Ḥamāsa d'Abū Tammām58 :

  • 59 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n (...)

107Cette dernière mise à part, les formes courtes sont toutes attestées dans notre corpus, bien que d'utilisation rare à l'époque considérée. Mais le troisième ḍarb du ‘arūḍ-2 et l'unique ḍarb du ‘arūḍ-3 doivent être considérés comme un seul et unique modèle. En effet, dans le modèle où le ḍarb est maqṭū‘, à l'hémistiche, les pieds mustaf‘ilun, maf‘uwlun et fa‘uwlun alternent librement à l'intérieur d'un même poème, comme c'est le cas de la pièce n° I de ‘Abīd b. al-Abras préalablement citée. Le cas des vers 23 à 26 en est un bon exemple59 :

108Quant aux formes longues du basīṭ, elles sont toutes deux bien attestées. Il s'agit, avec ceux du ṭawīl, du wāfir et du kāmil longs, de modèles parmi les plus employés par les poètes anciens. Cependant, comme nous allons bientôt le voir, chacun de ces modèles doit être, compte tenu des phénomènes de variation, subdivisé en deux sous-types.

2. 3. 2. Exemples de vers

109Les règles d'abrégement des sabab-s inventoriées par les métriciens arabes qui sont applicables aux pieds des différents modèles du basīṭ sont au nombre de trois : le ḫabn, qui abrège la première syllabe d'un pied quadrisyllabique ou trisyllabique et transforme mustaf‘ilun en mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]) et fa"‘ilun en fa‘ilun (⋃ [⋃ –]) ; le ṭayy, qui abrège la seconde syllabe d'un pied quadrisyllabique, soit musta‘ilun (– ⋃ [⋃ –]) ; et le ḫabl, qui abrège simultanément les deux sabab-s d'un pied quadrisyllabique et qui équivaut à l'application simultanée des processus du ḫabn et du ṭayy, d'où un pied fa‘alatun (⋃ ⋃ [⋃ –]). Selon la théorie, toutes les variantes sont apparemment possibles et les modèles longs du basīṭ comptent donc six positions variables par hémistiche, contre quatre à cinq dans les formes courtes. La représentation de ces cinq modèles de vers en termes de watid-s et de positions variables est donc supposée être la suivante :

110a. ‘arūd-1 ḍarb-1 :

111b. ‘arūd-1 ḍarb-2 :

112c. ‘arūd-2 ḍarb-1 :

113d. ‘arūd-2 ḍarb-2 :

114e. ‘arūd-2 ḍarb-3 / ‘arūd-3 ḍarb-1 :

2. 3. 2. l. Les formes longues

  • 60 Voir infra, annexe II, p. 480-481.

115L'analyse a porté sur le dīwān des huit poètes suivants : ‘Abīd b. al-Abras, Abū Zubayd al-Tā’ī, Aws b. Ḥağar, Imru’ al-Qays, Ka‘b b. Mālik, al-Nābiġa al-Ḏubyānī, Umayya b. Abī al-Ṣalt et Zuhayr b. Abī Sulmä60. Elle a permis de dégager quatre modèles, soit deux modèles différents pour chaque ḍarb du premier ‘arūḍ :

116Basīṭ-1a :

117Basīṭ-1b :

118Basīṭ-2a :

119Basīṭ-2b :

120Au vu de ces modèles, on peut d'abord constater que le processus de ziḥāfa appelé ḫabl par les métriciens arabes, qui abrège simultanément les deux positions variables initiales (sabab-s) d'un pied quadrisyllabique mustaf‘ilun (– – [⋃ –]) pour le transformer en fa‘alatun (⋃ ⋃ [⋃ –]), n'est pas attesté dans la poésie ancienne.

121Dans les deux premiers modèles, le ṭayy ne s'applique pas non plus et la seconde position variable des pieds quadrisyllabiques est donc toujours associée à une syllabe longue. Ce pied mustaf‘ilun a la forme x [– ⋃ –] et les modèles du basīṭ-la et du basīṭ-lb comptent trois positions variables par hémistiche.

122Dans les deux autres modèles, basīṭ-2a et basīṭ-2b, le ḫabn et le ṭayy sont susceptibles de s'appliquer au premier pied de chacun des deux hémistiches, mais jamais simultanément. Cette contrainte de co-occurrence n'est pas le fait de la condition de sortie, ou de la mu‘āqaba. En effet, les deux sabab-s appartiennent au même pied que le watid qui le suit. Il faudra donc, à terme, intégrer ce nouveau cas aux contextes d'application d'une "condition de sortie étendue". Les deux positions variables initiales ne peuvent donc pas être simultanément réalisées brèves. Nous les désignerons par l'appellation de "variables liées", qui seront notées xAx.

  • 61 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 148-149.
  • 62 Mufaḍḍaliyyāt, p. 261-263, poème n° LXVI, attribué à Ufnūn al-Taġlibī.

123Les troisième et sixième variables des modèles (1a) et (1b) ne sont que très rarement réalisées brèves : ce n'est le cas que dans 0,61 à 1,23 % des 1 366 hémistiches analysés ; et l'on peut supposer que ces deux abrégements, très marginaux, ne sont qu'un écart toléré par rapport à la norme. D'après Stoetzer, ces deux positions sont même toujours associées à des syllabes longues61. Mais son estimation ne se base que sur une seule courte pièce de neuf vers, la seule de ces modèles que contienne l'anthologie des Mufaḍḍaliyyāt62. Le modèle de vers présenté par Stoetzer, qui est effectivement celui de l'immense majorité des vers de basīṭ-la du corpus de la poésie ancienne, ne comporte donc que deux positions variables par hémistiche :

124Basīṭ-1a :

125C'est également vrai, dans une bien moindre mesure, de la seconde des deux variables liées dans les hémistiches des modèles (2a) et (2b) : la proportion des cas où elle est associée à une syllabe brève varie entre 2,94 et 11,27 %. Dans tous les autres cas, elle est associée à une syllabe longue, que la première le soit à une syllabe brève (⋃ – [⋃ –]) ou longue (– – [⋃ –]). Dans ce cas, les modèles du basīṭ-2a et du basīṭ-2b deviennent finalement très proches de ceux du basīṭ-1a et du basīṭ-1b, si ce n'est que ces deux derniers comportent dans chaque hémistiche une position variable supplémentaire (x3 et x6). Mais l'association d'une syllabe brève à cette position, comme nous avons pu le voir, est elle aussi extrêmement rare, autour de 1 % en moyenne. Ces observations nous permettent donc de définir deux modèles théoriques du basīṭ long, qui sont ceux de la très grande majorité des vers composés par les poètes anciens :

126B-1a / B-2a :

127B-1b / B-2b :

  • 63 Pour le basīṭ-2a : Dīwān al-Nābiġa al-Ḏubyānī, poème n° XLVIII, vers 2b ; Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī (...)
  • 64 Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, poème n° LXVII, vers 2, p. 460. Traduction : « Il a placé le soleil c (...)

128La prédominance de ces deux modèles est énorme : ils conviennent en effet à au moins 96 à 97 % des 1 086 vers anciens qui ont été analysés. J'insiste cependant sur le fait que ces deux modèles sont purement théoriques et ne remettent pas en cause l'individualité des quatre modèles dégagés plus haut : la distinction entre basīṭ-1a et basīṭ-2a d'une part, et entre basīṭ-1b et basīṭ-2b d'autre part, ne peut pas être remise en question. Elle souffre néanmoins quelques très rares exceptions. Prenons le cas du basīṭ-2b. Il se trouve, dans des poèmes qui correspondent par ailleurs parfaitement au modèle, des vers dont l'un ou l'autre des hémistiches comporte une huitième syllabe brève. Cette position, qui est effectivement variable dans les modèles (1a) et (1b), est par contre censée être stable, toujours longue, dans les vers composés suivant les modèles (2a) et (2b). De tels vers sont donc à cheval entre les deux catégories de modèles. J'ai pu relever, dans les dīwān-s analysés, quatre exceptions semblables pour le basīṭ-2a et trois seulement pour le basīṭ-2b63. Il arrive aussi que les deux premières positions de l'un ou l'autre des hémistiches soient simultanément associées à des syllabes brèves. C'est le cas, par exemple, de ce vers d'Umayya b. Abī al-Ṣalt64 :

  • 65 Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, p. 460, note 3, où sont citées les références détaillées.

129Dans ce cas, le vers peut être rendu conforme au modèle du basīṭ-2a par simple modification du verbe, en remplaçant ğa‘ala par la troisième forme, ğā‘ala, comme c'est le cas chez la plupart des auteurs classiques qui ont cité ce vers65.

  • 66 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° VIII, vers 12, 22 et 32.

130Enfin, l'enjambement interne, pour ces mètres longs comme pour les modèles du ṭawīl, est un phénomène exceptionnel, réduit, chez les poètes analysés, à trois cas qui figurent dans une seule et même pièce de Zuhayr b. Abī Sulmä66.

2. 3. 2. 2. Les formes courtes

131Les phénomènes de variation, dans les trois modèles courts inventoriés, sont très différents. Comme je l'ai déjà signalé, les deux derniers modèles des traités de métrique ne sont en fait que deux variantes d'un seul et même modèle qui se distingue des deux premiers par la forme particulière du dernier pied du vers (x [– –]). Compte tenu des processus de ziḥāfa acceptés par les métriciens, ces trois modèles peuvent être, en termes de positions variables et de watid-s, représentés comme suit :

132a. ‘arūḍ-2 ḍarb-1 = basīṭ mağzū’-1 (Bm-1) :

133b. ‘arūḍ-2 ḍarb-2 = basīṭ mağzū’-2 (Bm-2) :

134c. ‘arūḍ-2 ḍarb-3 et ‘arūḍ ḍarb-1 = basīṭ mağzū’-3 (Bm-3) :

135Les vers composés suivant ces modèles sont très rares chez les poètes anciens. Sur cent poètes, huit en ont fait usage, en une seule occasion pour la plupart. L'inventaire et la répartition de ces spécimens est la suivante :

  • 67 (a) The poems of ‘Amr son of Qamī’a, p. 48-49 ; (b) A‘šä, p. 309 ; (c) Mufaḍḍaliyyāt, p. 247-249.
  • 68 (a) A‘šä, p. 309 ; (b) Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, p. 395.
  • 69 (a) The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. (...)

Bm-1 : (a) ‘Amr b. Qamī’a, n° XII (vers 3-6) ; (b) al-A‘šä Nahšal, n° LXI (5 vers) ; (c) Muraqqiš al-Aṣġar, Mufaḍḍaliyyāt, n° 57 (26 vers)67.
Bm-2 : (a) al-A‘šä Nahšal, n° LX (1 vers) ; (b) Umayya b. Abī al-alt, n° XXVIII (0,5 vers).68
Bm-3 : (a) ‘Abīd b. al-Abraṣ, n° I (45 vers) ; (b) ‘Amr b. Ma‘dīkarib, n° IV (1 vers) ; (c) al-A‘šä al-Kabīr, n° LIII (22 vers) ; (d) Imru’ al-Qays, n° XXXIII (17 vers)69.

136Dans chacun de ces trois modèles, tous les processus de ziḥāfa énumérés par les métriciens classiques sont susceptibles de s'appliquer : le ḫabn, le ṭayy et le ḫabl, aux pieds mustaf‘ilun ; et le ḫabn toujours, aux pieds fa"‘ilun et maf‘uwlun, ce dernier n'apparaissant que comme dernier pied du premier ou du second hémistiche du dernier des trois modèles. Cependant, les cas où les deux positions variables d'un pied quadrisyllabique (xx [⋃ –]) sont simultanément réalisées brèves sont extrêmement rares, voire inexistants. À vrai dire, je n'en ai recensé que pour les seuls poèmes composés selon le modèle du basīṭ mağzū’-3, cinq cas en tout, trois dans la pièce de ‘Abīd b. al-Abraṣ, dont deux dans le même vers, et deux dans celle d'al-A‘šä al-Kabīr, sur un total de 95 vers. Cette proportion n'est pas négligeable. Pourtant, l'examen de ces vers autorise à douter de l'application réelle du ḫabl à ces modèles autrement que de manière accidentelle, avant l'an 670 au moins. Les quatre vers en question sont les suivants :

  • 70 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 10. (...)

137a. ‘Abīd, I, vers 3970

  • 71 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 11. (...)

138b. ‘Abīd, I, vers 4171

  • 72 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 53. Traduction : « Un malheur s'abattit sur Wabār, et Wabār périt au su (...)

139c. al-A‘šä, LIII, vers 972

  • 73 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 54. Traduction : « Il ne resta pas après eux âme qui vive, jusqu'à ce q (...)

140d. al-A‘šä, LIII, vers 2173

  • 74 Ğamhara, vol. I, p. 467, vers 40.

141Le premier de ces quatre vers est le seul pour lequel nous possédions une variante intéressant les positions métriques concernées. La Ğamhara donne en effet fa-naffaḍat au lieu de fa-nafaḍat74. La première et la seconde formes verbales formées sur la racine nfḍ partagent en effet le même sens de "secouer", la seconde étant une forme intensive de la première ("secouer violemment"). Ce vers est aussi le seul dans lequel le ḫabl s'applique aux deux hémistiches simultanément, et je n'ai pas connaissance de variantes au second hémistiche de ce vers. Dans tous les cas, c'est au premier pied de l'un ou l'autre des hémistiches que le ḫabl s'applique, jamais au troisième pied du premier. Par ailleurs, la structure linguistique de ces quatre spécimens est absolument identique : la conjonction de coordination fa- suivie d'un verbe à la troisième personne du féminin singulier de l'accompli (fa‘vlat, ou v désigne une voyelle quelconque). Ces cas d'application du ḫabl paraissent donc très marginaux, tant du fait de leur taux d'occurrence que du fait de leur structure linguistique identique. Il est cependant difficile de ne pas en tenir compte dans la représentation du basīṭ mağzū’-3. Le ḫabl s'applique au premier pied des deux hémistiches, dont la forme est donc la suivante : x x [⋃ –]. Par contre, il ne s'applique pas au dernier pied du premier hémistiche, pour peu que celui-ci soit quadrisyllabique, ce qui est le cas dans 24 des 95 vers attestés. Les deux positions variables ne peuvent donc être simultanément réalisées brèves et il est possible de les considérer comme une paire de variables liées, soit la représentation du pied comme xAx [u –]. Le modèle en son entier a donc la représentation suivante :

142Basīṭ mağzū’-3 (Bm-3) :

143Par contre, le ḫabl ne s'applique jamais aux exemples de vers ayant pour modèle celui du basīṭmağzū’-1 ou du basīṭ mağzū’-2, ni dans le premier pied de l'hémistiche, ni dans le dernier, que celui-ci comporte ou non une syllabe longue finale. Cette absence peut s'expliquer par le petit nombre de vers attestant de l'existence de ces deux modèles : trente-cinq pour le premier et seulement un vers et un demi-vers isolés pour le second. Les modèles communs à tous ces vers comportent cependant, d'après les vers dont nous disposons, pour chaque pied de type mustaf‘ilun (ou mustaf‘ilun), deux variables qui sont liées, soit les représentations suivantes :

144Basīṭ mağzū’-1 (Bm-1) :

145Basīṭ mağzū’-2 (Bm-2) :

  • 75 A‘šä, n° LXI, p. 309. Notons cependant que certaines variantes attestées de ces vers sont en rağaz (...)
  • 76 The Poems of ‘Amr son of Qami'ah, poème n° XII, p. 48. Traduction : « (1) Combien d'hommes leurs s (...)

146L'examen des trois témoignages de l'emploi du basīṭ mağzū’-1 réservent une surprise. Si le poème de Muraqqiš al-Aṣġar est, de bout en bout, absolument conforme au modèle ci-dessus, de même que les cinq vers d'al-A‘šä Nahšal75, ce n'est pas le cas de la courte pièce attribuée à ‘Amr b. Qamī’a, dont les six vers sont retranscrits ci-dessous.76

  1. yā rubba man ’asfā-hu ’aḥlāmu – hū ’an qīla yawman ’inna ‘amran sakūr
  2. ’in ’aku miskīran fa – lā ’ašrabu waġlan wa lā yaslamu minni 1 – ba‘īr
  3. wa-z-ziqqu mulkun li-man kāana la-hū wa-1-mulku fī – hī ṭawīlun wa qaṣīr
  4. fī – hi ṣ - ṣubūḥu 1-laḏī yağ‘aluni layṯa ‘ifirrīna wa-l-mālu kaṯīr
  5. fa-’awwala 1-layli fatan māğidun wa-‘āḫira 1-layli ḍib‘ānun ‘aṯūr
  6. qātala – ki – Ilāhu min mašrūbatin law ‘anna ḏā mirratin ‘anki šabūr

147Leur découpage métrique est le suivant :

  • 77 The Poems of ‘Amr son of Qami’ah, p. 48 : « wa hiya ’abyāt ġayru qā’imati l-wazni. »

148Dans le manuscrit édité par Lyall du dīwān de ce poète, on trouve en exergue de la pièce le commentaire suivant : « Le mètre de ces vers n'est pas constant77. » Lyall donne la description suivante de la structure métrique de ces six vers :

  • 78 The Poems of ‘Amr son of Qami’ah, p. 48.

« Le mètre de ce poème, dit-il, tel qu'il est noté dans le manuscrit, ne correspond pas au modèle standard du sarī‘ : les deux premiers vers sont en sarī‘ correct ; mais dans tous les autres vers, à l'exception du second hémistiche du cinquième, le groupe final – ⋃ – a remplacé le [groupe] x x ⋃ – médian et ce dernier a été transposé à la fin de l'hémistiche78. »

  • 79 Au sujet de ce modèle de vers, voir infra, p. 204.

149En d'autres termes, les deux derniers pieds de chacun des hémistiches ont été intervertis, compte non tenu du dernier ḥarf sākin du vers, dont résulte la syllabe finale surlongue, lequel reste en place à la finale. Les quatre derniers vers de cette pièce ont donc pour modèle celui du basīṭ mağzū’-1 (Bm-1). Quant aux deux premiers, leur modèle est celui du sarī‘-179. En termes de positions variables et de watid-s, compte tenu de toutes les ziḥāfa-s inventoriées par les métriciens arabes, et avant l'analyse du corpus, ce modèle peut être représenté comme suit :

150Sarī‘-1 :

151Dans la théorie métrique classique, le sarī‘ et le basīṭ appartiennent à deux cercles différents. Au contraire, dans le modèle proposé par al-Ğawharī, le sarī‘ est considéré comme un dérivé du basīṭ :

  • 80 Waraqa, p. 23-24.

« [Le basīṭ], dit al-Ğawharī, a une dernière [variante] de six pieds qu'al-Ḫalīl a appelée sarī‘ [...], où le premier et le troisième pieds fa"‘ilun ont été effacés80. »

152La dérivation proposée par al-Ğawharī met en œuvre un processus que l'auteur a baptisé du nom de qaṭ‘ :

153Aussi bien, il serait tout à fait possible, en s'inspirant de la coexistence des deux modèles dans le poème de ‘Amr b. Qamī’ a, de dériver le sarī‘ du basīṭ musaddas, à trois pieds par hémistiches, en intervertissant purement et simplement les deuxième et troisième pieds de chacun des hémistiches :

154Ces élaborations théoriques ont pour seul intérêt, dans l'immédiat, de souligner des rapports entre deux types de modèles de vers dont la théorie classique ne permet pas de rendre compte. Mais elles n'enlèvent rien au fait que le sarī‘ et les divers modèles qui sont regroupés sous ce nom d'une part, le basīṭ court et ses différents modèles d'autre part, constituent deux types métriques totalement indépendants, même s'il s'est trouvé un poète ancien pour les combiner à l'intérieur d'un même poème. Mais il est aussi possible qu'il s'agisse de deux fragments qui auraient été réunis par erreur au cours de la recension. Une telle erreur aurait été facilitée par l'étonnante continuité et cohérence sémantique qui relie les deux vers de sarī‘ aux quatre vers de basīṭ court.

3. LES MÈTRES DU DEUXIÈME CERCLE

3. 1. Le wàfir

3. 1. 1. Modèles de vers

  • 81 Mi‘yār, p. 44. Le vers cité est anonyme et tout porte à croire qu'il n'est pas authentique ou, en (...)

155Ce mètre n'est jamais employé sous la forme qui est la sienne dans le cercle, laquelle contient trois pieds mufa"‘alatun par hémistiche. Al-Šantarīnī cite bien un exemple anonyme de wāfir complet (tāmm), mais c'est pour nous dire qu'il est anormal (šāḏḏ)81. Finalement, dans les traités classiques, trois modèles de vers du mètre wāfir sont inventoriés, l'un à trois pieds par hémistiche et les deux autres, tronqués (mağzū’), avec deux pieds par hémistiche.

156a – ‘arūḍ-1 (ḍarb-1) : dans la seule forme longue de ce mètre, le ‘arūḍ et le ḍarb sont tous deux affectés par le qaṭf et ont donc la forme fa‘uwlun (⋃ – –). Le modèle de vers est le suivant :

  • 82 Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° XXII, vers 1, page 136 (la variante du dīwān est très différente de (...)

157L'exemple cité par les métriciens est attribué à Imru’ al-Qays82 :

158b – arūḍ-2 : les deux autres modèles du wāfir inventoriés par les métriciens classiques sont des formes courtes de ce mètre, ne comportant donc que deux pieds par hémistiche.

  • 83 Iqnā‘, p. 24 ; ‘Arūḍ, p. 81 ; Kāfī, p. 52 ; Mi‘yār, p. 42. Traduction : « Les Rabī‘a ont su que to (...)

159b-1 – ḍarb-1 : dans le premier, le ḍarb a la même forme que le ‘arūḍ. Tous deux sont mağzū’-s, amputés du troisième pied de chaque hémistiche, et le dernier pied du vers a la forme mufa"‘alatun. Le même vers, anonyme, est cité par tous les traités consultés83 :

  • 84 ‘Arūḍ, p. 81 ; Kāfī, p. 53, avec la variante mu‘tamidin pour mu‘tamirin ; Mi‘yār, p. 42. Traductio (...)

160b-2 – ḍarb-2 : dans le second cas, le dernier pied du vers est dit mağzū’ ma‘ṣūb. autrement dit, il a systématiquement la forme mafa"‘iylun ([⋃ –] — ). Le sabab ṯaqīl est transformé en sabab ḫafīf par application du ‘aṣb. L'exemple cité par les métriciens est, une fois encore, anonyme84 :

  • 85 Dīwān al-'Abbās b. al-Aḥnaf, p. 145, avec la variante « 'a-yā sayyidata n-nāsi ## [...] » ; Kāfī, (...)

161Al-Tibrīzī, qui donne systématiquement, pour chaque modèle de vers présenté, un second exemple où les deux hémistiches riment ensemble (muṣarra‘), cite, dans ce cas précis, un vers d'al-‘Abbās b. al-Aḥnaf, poète de la fin du viiie siècle85 :

162La seule forme du wāfir effectivement employée de manière certaine par les poètes anciens est celle qui comporte trois pieds par hémistiche, le ‘arūḍ-1 des métriciens classiques. Par contre, les deux formes courtes, premier et second ḍarb-s du ‘arūḍ-2, sont, semble-t-il, d'emploi plus tardif. Elles sont en effet attestées chez les poètes de la fin du viiie siècle, tel al-‘Abbās b. al-Aḥnaf dont j'ai reproduit le vers muṣarra‘ cité par al-Tibrīzī (0,68 % des œuvres qui lui sont attribuées) et Abū Nuwās (1,57 %), et chez des poètes du ixe siècle, comme Ibn Daḥḥāk (1,39 %).

  • 86 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° LVI, p. 298-303.
  • 87 C'est également le cas de trois autres pièces de son dīwān ; voir Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poèmes n (...)
  • 88 Il s'agit des vers 1, 2, 9, 12 et 13 de la pièce telle qu'elle figure dans le dīwān d'al-A‘šä. Say (...)
  • 89 Pour une discussion détaillée de l'attribution de cette pièce, je renvoie à l'introduction de l'éd (...)

163Il existe pourtant une exception dans le corpus qui a fait l'objet de mon analyse. Il s'agit d'une pièce de vingt-huit vers attribuée à al-A‘šä al-Kabīr86, dont le modèle est celui du premier ḍarb du second ‘arūḍ. Mais l'attribution de cette pièce à al-A‘šä, qu'il aurait composée à l'occasion de la bataille de Ḏū Qār (qui vit le succès des Ḏuhl)87, a été mise en doute dès la période médiévale. Certains de ses vers sont en effet attribués, dans la plupart des ouvrages où ils sont cités, à Sayf b. Ḏī Yazan al-Ḥimyarī, lequel les aurait composés lors de l'invasion du Yémen par les Perses88. Il semble donc qu'il y ait eu, au mieux, interpolation et confusion entre deux pièces différentes. D'une manière générale, les érudits médiévaux sont tombés d'accord sur le fait que ces vers ne pouvaient être attribués à al-A‘šä89. Cette pièce d'attribution douteuse mise à part, c'est donc le ‘arūḍ-1 qui est exclusivement employé par les poètes anciens. Ce modèle de vers figure d'ailleurs parmi ceux qui sont les plus fréquemment employés à cette époque.

3. 1. 2. Exemples de vers

164Les processus de ziḥāfa inventoriés par les métriciens pour ce mètre sont le ‘aṣb, qui transforme le pied mufa"‘alatun ([⋃ –] ⋃⋃ –) en mafa"‘iylun ([⋃ –] – –) ; le naqṣ, qui transforme ce même pied en mafa"‘iylu ([⋃ –] – ⋃) ; et le ‘aql, qui le transforme en mafa"‘ilun ([⋃ –] ⋃ –).

  • 90 Dīwān ‘Āmir b. al-Ṭufayl, n° XXV, p. 144, vers 1. Traduction : « Hélas ! Quel malheur pour moi que (...)

165De plus, il est également possible d'effacer le premier ḥarfdu premier pied de l'hémistiche, c'est-à-dire la syllabe brève du watid initial. Ce processus est désigné par le terme générique de ḫarm. Mais, comme nous l'avons déjà vu au sujet du ṭawīl, il porte à chaque fois un nom différent suivant la forme du pied auquel il s'applique. Dans le cas du wāfir, il s'appelle ‘aḍb s'il s'applique à un pied mufa"‘alatun ; qasm si ce pied a été préalablement affecté par le ‘aṣb ; si le naqs s'y est appliqué, il est nommé ‘aqṣ ; enfin, si c'est le ‘aql qui s'y est appliqué, il a pour nom ğamam. Dans tous les cas, le résultat obtenu est identique : c'est la syllabe brève du watid initial qui est effacée. Dans le cas du wāfir, bien plus que dans celui du ṭawīl, ce phénomène semble très rare chez les poètes anciens : sur les 378 vers de ce mètre que contiennent les quatre dīwān-s que j'ai exhaustivement analysés, ceux de ‘Adī b. Zayd, ‘Āmir b. al-Ṭufayl, Imru’ al-Qays et Muhalhil, je n'ai relevé qu'un seul cas de ce genre dont voici la transcription et le découpage métrique90 :

  • 91 Il est intéressant d'observer que les exemples cités par les métriciens pour illustrer l'applicati (...)

166Le naqṣ, qui transforme le pied mufa"‘alatun en mafa"‘iylu ([⋃ –] – ⋃), et le ‘aql, en mafa"‘ilun ([⋃ –] ⋃ –), ne sont, par contre, absolument pas attestés. La seule modification possible d'un pied du ḥašw du wāfir est donc, mis à part les processus permettant d'effacer la syllabe brève du watid initial de l'hémistiche, le ‘aṣb qui transforme mufa"‘alatun en mafa"‘iylun ([⋃ –] —)91. Autrement dit, le modèle de vers du wāfir déduit de l'analyse du corpus poétique a la forme suivante :

  • 92 Voir infra, annexe II, p. 482.
  • 93 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 150.

167Dans le tableau reporté en annexe II figurent les résultats de l'analyse de la réalisation des positions X de ce modèle dans les vers de wāfir qui sont attribués aux quatre poètes que je viens de mentionner92. Pour chaque position variable, l'association à une syllabe longue ou à deux syllabes brèves est très aléatoire, voire indifférente. Cependant, les positions X2 et X4, la seconde de chaque hémistiche, sont plus souvent associées à deux syllabes brèves que les positions X1 et X2 : 55,29 % contre 37,83 % dans le premier hémistiche ; et 38,62 % contre 61,11 % dans le second. Mais cet écart est tempéré par l'évaluation de Stoetzer, portant sur les dix-huit poèmes en wāfir des Mufaḍḍaliyyāt93. En effet, les taux d'association de chacune des quatre positions X à deux syllabes brèves sont respectivement de 50,53 %, 57,18 %, 50,53 % et 66,76 %. L'écart est donc ici beaucoup moins significatif.

3. 2. Le kàmil

3. 2. 1. Modèles de vers

168Dans la théorie des cercles, la forme abstraite du kāmil est la suivante :

169En tenant compte de tous les processus de ziḥāfa recensés et admis par les métriciens classiques, nous représenterons le modèle du kāmil complet (tāmm), en termes de watid-s et de positions variables, sous la forme ci-dessous :

170Cette forme complète est employée comme telle. C'est le premier des neuf modèles de vers du kāmil qui sont inventoriés par les métriciens classiques, dont le‘arūḍ et le ḍarb ont la même forme mutafa"‘ilun.

171a – ‘arūḍ-1 : mutafa"‘ilun (⋃⋃ – [⋃ –]).

  • 94 Dīwān 'Antara b. Šaddād, p. 24, poème n° I, vers 40 ; ‘Iqd, vol. V, p. 453 ; Iqnā‘, p. 28 ; ‘Arūḍ, (...)

172a1 – ḍarb-1 : mutafa"‘ilun (⋃⋃ – [⋃ –]). Le vers cité en exemple par l'ensemble des traités de métrique que j'ai consultés est tiré de la Mu‘allaqa de ‘Antara94 :

  • 95 L'édition du dīwān d'al-Aḫṭal que j'ai consultée ne contient qu'un seul poème de même rime et de m (...)

173a2 – ḍarb-2 : dans ce second modèle, l'application du processus de ‘illa appelé qaṭ‘ au dernier pied du vers revient à effacer la syllabe brève du watid final, soit fa‘ila"tun (⋃⋃ – [-]). L'exemple de vers cité est attribué au célèbre poète d'époque omeyyade al-Aḫṭal95 :

  • 96 ‘Iqd, vol. V, p. 454 ; Iqnā‘, p. 29 ; ‘Arūḍ, p. 87 ; Kāfī, p. 60 ; Mi‘yār, p. 46. Traduction : « À (...)

174a3 – ḍarb-3 : cette dernière variante de fin de vers associée au ‘arūḍ complet est dite ahaḏḏ muḍmar. Le dernier pied a donc la forme fa‘lun (– –). Liḍmār s'applique au sabab ṯaqīl, qui est transformé en un sabab ḫafīf, tandis que le ḥaḍaḍ a pour effet d'effacer le watid final tout entier. Le vers-témoin reproduit par l'ensemble des métriciens classiques est un vers anonyme96 :

  • 97 Kāfī, p. 60 ; Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° IV, vers 1, p. 91. Traduction : « À qui sont ces (...)

175Cependant, l'exemple muṣarra‘ cité par al-Tibrīzī, dont les deux hémistiches riment ensemble, est attribué à Zuhayr b. Abī Sulmä97 :

176b – ‘arūḍ-2 : dans la seconde catégorie de modèles de vers de la théorie classique, le pied final du premier hémistiche est aḥaḏḏ, soumis au hadad, comme le ḍarb du dernier modèle ci-dessus. Il est donc de la forme fa‘ilun (⋃⋃ –), l'iḍmār ne s'y étant par contre pas appliqué.

  • 98 ‘Iqd, vol. V, p. 455, avec la variante : ma‘ālima-hāen lieu et place de ma'ârifa-hâ ; Iqnā‘, p. 29 (...)

177bl – ḍarb-l : le premier ḍarb a la même forme que le ‘arūḍ, soit fa‘ilun (⋃⋃ –), et l'exemple qui illustre ce cas dans les traités classiques consultés est, une fois de plus, anonyme98 :

  • 99 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° IV, vers 7, p. 93 (ce vers appartient au même poème que le vers (...)

178b2 – ḍarb-2 : le dernier pied du vers est, cette fois-ci, dit aḥaḏḏ mudmar. Il est donc, en plus, affecté par l'iḍmār et a la forme fa‘lun (– –). L'exemple le plus souvent cité est un vers attribué à Zuhayr b. Abī Sulmä99 :

179c – ‘arūḍ-3 : les quatre derniers modèles de vers du kāmil comportent deux pieds par hémistiche. Ils sont donc dits mağzū’-s.

180c1 – le ḍarb-l est dit muraffal. Comme nous l'avons vu dans le chapitre précédent, le processus appelé tarfīl est une ‘illa qui a pour effet l'ajout d'une syllabe longue (un ḥarf mutaḥarrik suivi d'un ḥarf sākin) à la fin d'un vers de kāmil. Le pied mutafa"‘ilun (⋃⋃ – [⋃ –]) final est donc transformé en mutafa"‘ila"tun (⋃⋃ – [⋃ –] –), soit le modèle suivant :

181mutafa"‘ilun mutafa"‘ilun mutafa"‘ilun mutafa"‘ilatun

  • 100 Dīwān al- Ḥuṭay'a, poème n° V, vers 14, page 58, avec la variante fa-qad au lieu de fa-lim ; Iqnā‘ (...)

182L'exemple de vers cité par les métriciens est un vers attribué à al– Hutay'a100 :

  • 101 ‘Iqd, vol. V, p. 483 ; Iqnā‘, p. 31 ; ‘Arūḍ, p. 90 ; Kāfī, p. 62 ; Mi‘yār, p. 47. Traduction : « U (...)

183c2 – ḍarb-2 : ce modèle, qui comporte une syllabe finale surlongue, est dit mağzū’ mudâl Le dernier pied du vers a la forme mutafa"‘ila"n. Le vers généralement cité par les métriciens est un vers anonyme101 :

  • 102 ‘Iqd, vol. V, p. 456 et 483 ; Iqnā‘, p. 31 ; ‘Arūḍ, p. 90 ; Kāfī, p. 63 ; Mi‘yār, p. 47. Traductio (...)

184c3 – ḍarb-3 : mağzū’. Dans ce troisième modèle, les deux hémistiches sont identiques, soit : mutafa"‘ilun mutafa"‘ilun ## mutafa"‘ilun mutafa"‘ilun. L'exemple de vers cité par les métriciens pour illustrer ce modèle est, une fois encore, un vers anonyme102 :

  • 103 ‘Iqd, vol. V, p. 457 et 483 ; Iqnā‘, p. 32 ; ‘Arūḍ, p. 91 ; Kāfī, p. 63 ; Mi‘yār, p. 48. Traductio (...)

185c4 – ḍarb-4 : dans le dernier modèle du kāmil court, enfin, le dernier pied est dit mağzū’ maqṭū‘, de la forme fa‘ala"tun (⋃⋃ – [-]), après effacement de la syllabe brève du watid final. L'exemple cité par l'ensemble des traités de métrique est, ici aussi, anonyme103 :

186Sept des neuf modèles de vers inventoriés par les métriciens sont attestés dans le corpus de la poésie ancienne. Les deuxième et quatrième ḍarb-s du ‘arūḍ-3 ne le sont pas. Autrement dit, il n'existe, à cette époque, que deux modèles de vers du kāmil court, l'un comportant deux pieds complets (mutafa"‘ilun) par hémistiche, l'autre ayant une syllabe longue supplémentaire après le dernier watid du second hémistiche, par effet du tarfīl. Dans la présentation des métriciens classiques, le deuxième de ces modèles, dit muraffal, précède le premier. Je les appelerai respectivement kāmil mağzū’-l (muraffal) et kāmil mağzū’-2, et leur représentation en termes de positions variables et de watid-s est, avant analyse détaillée des exemples de vers, la suivante :

187a. Kāmil mağzū’-1 (Km-1 = ‘arūḍ 3, ḍarb 1) :

188b. Kāmil mağzū’-2 (Km-2 = ‘arūḍ 3, ḍarb 3) :

  • 104 À ce sujet, voir infra, p. 240-245.

189Quant aux formes longues de ce mètre, les modèles qui figurent dans les traités de métrique sont tous attestés dans le corpus de la poésie ancienne tel que je l'ai délimité, à l'exception du premier ḍarb du deuxième ‘arūḍ où le dernier pied, dans les deux hémistiches, a la forme fa‘ilun (⋃⋃ –). Autrement dit, le dernier pied du vers n'est jamais soumis au ḥaḍaḍ sans être aussi obligatoirement soumis à l'idmār et un ḍarb de type fa‘ilun (⋃⋃ –) n'est pas attesté. Comme nous avons d'ailleurs pu le constater, les deux vers-témoins cités sont des vers anonymes. Mais c'est aussi le cas de modèles attestés, comme le troisième ḍarb des premier et troisième ‘arūḍ-s, et l'importance à accorder à cette observation doit être relativisée. Ce n'est qu'après examen de l'ensemble des vers-témoins que contiennent les traités de métrique classiques qu'il sera possible d'évaluer si le fait qu'ils soient ou non attribués à des poètes connus, identifiés et, si possible, datés est significatif104.

190D'autre part, le troisième ḍarb du premier ‘arūḍ et le deuxième ḍarb du deuxième ‘arūḍ ne constituent en réalité qu'un seul et unique modèle. En effet, pour un grand nombre de poèmes dont la fin de vers est du type fa‘lun, les pieds complets, du type mutafa"‘ilun, et aḥaḏḏ-s, du type fa‘ilun, amputés du watid, alternent librement à la fin du premier hémistiche. Je reviendrai, dans le paragraphe suivant consacré aux exemples de vers du kāmil, sur la fréquence de ces deux variantes dans les pièces composées suivant ce modèle. Le modèle de vers déduit de la combinaison de ces deux types de la théorie classique sera représenté comme suit :

191Kāmil-3 (K-3 = ‘arūḍ 1, ḍarb 3 + ‘arūḍ 2, ḍarb 2) :

192Le kāmil-3 est, de loin, la forme longue de ce mètre qui est la moins employée par les poètes anciens. Les deux premiers ḍarb-s du premier ‘arūḍ sont au contraire des modèles de vers extrêmement courants. Leur représentation en termes de positions variables et de watid-s est la suivante :

193Kāmil-1 (K-1 = ‘arūḍ 1, ḍarb 1) :

194Kāmil-2 (K-2 = ‘arūḍ 1, ḍarb 2) :

  • 105 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° XXXVII, p. 244. Traduction : « (1) Et je vous ai mis en garde e (...)

195À l'ensemble de ces cinq modèles, trois formes longues et deux formes courtes, il faut en ajouter deux que les métriciens classiques ont ignorés mais qui sont chacun attestés, parmi les cent poètes anciens étudiés, par un seul et unique fragment. Le premier de ces deux modèles a la même fin de vers que le kāmil-2, mais le dernier pied du premier hémistiche n'y est pas complet mais amputé du watid final, d'où la forme fa‘ilun (⋃⋃ –). Les quatre vers composés selon ce modèle sont attribués à Zuhayr b. Abī Sulmä105 :

  1. wa-laqad nahaytu-kumū wa-qultu la-kum lā taqrabunna fawārisa ṣ - ṣaydā’i
  2. ’abna’a ḥarbin māhirīna bi – hā tuġḏä ṣiġaru – humū bi – ḥusni ġiḏa’i
  3. qad kuntu ’a‘hadu – hum wa-wa-ḫayla-humū yalqawna qidman ‘awrata l- ’a‘dā’i
  4. ’aysāru ṣidqin mā ‘alimtu – humū ‘inda š - šitā’i wa – qillati l- ’anw ā’i

196Le découpage métrique de ces quatre vers est le suivant, où les seuls watid-s figurent entre crochets :

197En anticipant sur l'étude de la réalisation des positions variables dont les résultats sont présentés et commentés dans le paragraphe suivant, il est facile de constater que le sabab ḫafīf des pieds mutafa"‘ilun n'est jamais modifié. Autrement dit, la syllabe qui précède le watid de tels pieds est toujours une syllabe longue. Et le modèle caractéristique de ces quatre vers peut être représenté comme suit :

198Kāmil-2b (K-2b)

199La première position du second hémistiche, bien que réalisée longue dans chacun des quatre vers de cet unique fragment, est toutefois représentée comme une position variable (X), par analogie avec la première position du premier hémistiche et avec l'ensemble des autres modèles du kāmil.

  • 106 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° XCI, p. 349 (texte) et p. 453 (variantes). Imru' al-Qays aurait com (...)

200Le second fragment ancien dont les cas inventoriés par les métriciens classiques ne permet pas de rendre compte est attribué à Imru’ al-Qays106. En voici la transcription :

  1. rub ṭa ‘natin muṯa ‘naǧirah
  2. wa-ǧafnatin mutaḥayyirah
  3. wa-qaṣidatin mutaḥabbarah
  4. tabqä ġadan fi’anqirah

201Il s'agit de toute évidence de quatre vers simples, constitués d'un seul hémistiche. Leur découpage métrique est le suivant :

202Là encore, comme dans le fragment de Zuhayr b. Abī Sulmä ci-dessus, la syllabe qui précède le watid est toujours longue, dans le premier comme dans le second pied. Le modèle de ces quatre vers est donc le suivant :

Kāmil simple (Ks) : X [– ⋃ –]#X[– ⋃ –]

3. 2. 2. Exemples de vers

203Les processus de ziḥāfa qui sont, selon les métriciens, applicables à ces différents modèles de vers du kāmil, sont les suivants : l'iḍmār qui transforme les pieds mutafa"‘ilun en mustaf‘ilun (— [⋃ –]) ; le waqs qui transforme ces mêmes pieds en mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]) ; et le ḫazl qui les transforme pour sa part en mufta'ilun (– ⋃ [⋃ –]). L'application simultanée de ces deux derniers processus est interdite. Les mêmes trois ziḥāfa-s sont aussi applicables aux deux pieds finaux mutafa"‘ilatun (⋃⋃ – [⋃ –] –) et mutafa"‘ila"n (⋃⋃ – [⋃ —]). Quant au pied fa‘ila"tun, il peut aussi être soumis à l'iḍmār, d'où la forme maf‘uwlun (– – –).

204En réalité, comme pour le wāfir ci-dessus, les processus qui permettent de transformer l'un des deux sabab-s du pied mutafa"‘ilun en une syllabe brève isolée, dénommés waqs et ḫazl, ne sont pas employés en poésie. Le seul processus de ziḥāfa attesté est donc l'iḍmār. Cette règle vaut pour les cinq modèles de la théorie classique qui sont attestés : kāmil-1, kāmil-2, kāmil-3, kāmil mağzū’-l et kāmil mağzū’-2, qui peuvent donc être représentés comme suit :

205K-1 :

206K–2 :

207K–3 :

208Km-1 :

209Km-2 :

  • 107 The dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n (...)
  • 108 Dīwān al-Ḥuṭay’a, poème n° V, vers 19, p. 59. Traduction : « Les pur-sang arabes sont plus rapides (...)

210Elle vaut aussi pour le kāmil-2b représenté par les quatre vers de Zuhayr. Par contre, le second vers du fragment d'Imru’ al-Qays fait exception. Le premier pied commence par une syllabe brève isolée, soit ⋃ –[⋃ –]. C'est également le cas de quelques autres vers de la portion du corpus qui a été soumise à l'analyse107. Toutes correspondent à des cas d'application au pied mutafa"‘ilun du processus que les métriciens arabes ont dénommé waqṣ et qui transforme ce pied en mafa"‘ilun. Cependant, ces cas sont limités au premier pied de l'un ou l'autre des deux hémistiches ; et, bien souvent, il existe une variante du vers comportant un premier pied mutafa"‘ilun. C'est le cas, par exemple, du vers tiré du poème n° V d'al-Ḥuṭay’a108 :

  • 109 Dīwān al-Ḥuṭay’a, p. 59, note 4.
  • 110 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° XV, vers 20b, p. 118. Traduction : « Laylä fit comme si notre liais (...)

211Cette recension est celle d'Ibn al-Sikkīt. Dans celle d'al-Sukkarī, nous lisons tabarraza au lieu de barraza et le premier pied est alors bien formé (⋃⋃ – ⋃ –)109. Dans d'autres cas, c'est l'ajout d'une particule, interrogative ou de coordination, qui permet de rétablir le modèle métrique attendu, comme dans le premier vers, musarra' (à rime interne), du fragment n° XL d'Imru’ al-Qays110 :

  • 111 Dīwān Imri' al-Qays, p. 434.

212Cette recension est celle d'al-Aṣma‘ī et d'al-A‘lam. Dans la recension d'Ibn al-Naḥḥās, la phrase affirmative est transformée en interrogative par l'antéposition de la particule a– ("est-ce que... ?") et le premier est de la forme ⋃⋃ – [⋃ –]111. Les quelques rares cas attestés relèvent donc de l'exception. L'existence de variantes à ces vers qui se conforment aux généralisations déduites du reste du corpus analysé incitent à penser que ces anomalies sont des altérations accidentelles survenues au cours de la transmission orale ou au moment de la recension écrite des poèmes. Pour le reste des vers anciens, une position X ne peut être associée qu'à une syllabe longue ou deux syllabes brèves. Quant à la seconde syllabe du pied, elle est systématiquement réalisée longue.

  • 112 Voir infra, annexe II, p. 482-484.

213Pour les formes longues (K-1, K-2 et K-3), le dépouillement a porté sur l'ensemble des vers contenus dans les dīwān-s de cinq poètes : ‘Āmir b. al-Tufayl, al-A‘šä al-Kabīr, Imru’ al-Qays, Umayya b. Abī al-Ṣalt et Zuhayr b. Abī Sulmä. Pour les formes courtes, j'ai procédé de deux manières différentes : dans le cas du kāmil mağzū’-2, j'ai analysé l'ensemble des fragments attestés. En effet, seuls cinq des cent poètes du corpus ont fait usage de ce modèle, soit un total de 83 vers. Le kāmil mağzū’-1 (muraffal) est beaucoup plus courant et le sondage effectué n'a porté que sur l'œuvre attribuée à six poètes : ‘Abīd b. al-Abras, Ḥassān b. Ṭābit, al-Ḥuṭay’a, Labīd, Sa‘d b. Mālik et Umayya b. Abī al-Ṣalt112.

214Dans l'ensemble de ces modèles, les positions variables sont donc toutes des positions X qui peuvent être associées à une syllabe longue ou à deux syllabes brèves. Leur nombre varie de quatre à six selon les modèles. Les vers analysés révèlent que l'association de ces positions à une syllabe longue ou à deux syllabes brèves est quasiment indifférente. Le taux d'association à deux brèves varie du tiers aux trois-quarts, de 34,53 % pour la position X1 du kāmil mağzū’A à 72,79 % pour la position X3 du kāmil-1. Seules la troisième et la quatrième variables du kāmil-3 font exception puisqu'elles ne sont associées à deux syllabes brèves que dans 22,16 % des 203 vers analysés. Pour la première de ces positions, cette faible proportion s'explique par le fait que le dernier pied du premier hémistiche peut, comme je l'ai signalé en fusionnant deux des modèles de la théorie arabe en ce seul modèle, être réalisé comme un pied complet (X [– ⋃ –]) ou tronqué (⋃⋃ –). Le second cas est nettement majoritaire (68,47 %) et, sur les 64 vers dont le troisième pied est complet, il en est 45 dont la position variable est associée à deux syllabes brèves, soit 70,31 %. Ce taux, finalement, est du même ordre que celui de la position X3 des modèles du kāmil-1 et du kāmil-2. S'il est donc possible de signaler une tendance significative dans les modèles longs du kāmil, c'est celle de la troisième position variable, la dernière du premier hémistiche, à être préférentiellement associée à deux syllabes brèves. C'est également le cas de la cinquième, celle du deuxième pied du second hémistiche : 70,49 % pour le kāmil-1, 72,78 % pour le kāmil-2 et 69,45 % pour le kāmil-3. Quant à la première position variable du second hémistiche de ce dernier modèle, si le taux d'association à deux brèves est remarquablement faible, il doit toutefois être mis en regard de celui qui a été calculé pour cette position dans les deux autres modèles longs de ce mètre. Dans tous les cas, cette position est la plus fréquemment associée à une syllabe longue.

  • 113 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° XVI, vers 22, p. 131.
  • 114 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° IV, vers 10, 12, 17, 18 et 19, p. 93-96. La traduction de (...)

215Dans les deux formes courtes attestées, ces contrastes sont considérablement atténués et aucune tendance nette ne se dessine. Par contre, alors qu'elle est exceptionnelle dans les modèles longs, la césure enjambante est ici très fréquente. Elle touche en effet plus de la moitié des vers analysés, soit, pour les deux modèles confondus, 196 vers sur 356 (55,05 %). Parmi les 615 vers composés suivant l'un des trois modèles longs, par contre, je n'ai pu en relever que quelques cas, le premier chez al-A‘šä113, les autres dans cinq vers rapprochés d'une seule et même pièce de Zuhayr b. Abī Sulmä, dont trois successifs114 :

216Le découpage métrique de ces trois vers est le suivant :

  • 115 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° LIV, vers 1, p. 273. Traduction : « Mes odes voyageront c (...)

217Ce cas est donc exceptionnel, tout comme l'est l'effacement de trois syllabes au début de ces vers, attribué, lui aussi, à Zuhayr b. Abī Sulmä115 :

218Les trois autres vers de ce fragment répondent au modèle du kāmil-2. Les deux positions métriques initiales du premier vers, qui correspondent aux deux sabab-s du modèle arabe, manquent donc à l'appel ; et il est bien possible, une fois encore, qu'un mot ait été oublié en cours de transmission ou, plus probablement, au moment de sa notation par écrit.

4. LES MÈTRES DU TROISIÈME CERCLE

4. 1. Le hazağ

4. 1. 1. Modèles de vers

  • 116 Mi‘yār, p. 56. Les vers cités sont les suivants :
    1. laqad šāqat-ka fī l-'aḥdāǧi 'aẓ‘ānu # kamā šāq (...)

219Le hazağ, dans la formule de base qui est la sienne dans la représentation du troisième cercle, comme les deux autres mètres qui y figurent, comporte trois pieds de type mafa"‘iylun ([⋃ –] – –) par hémistiche. Mais ce modèle abstrait n'est pas employé. En effet, les modèles inventoriés par les métriciens classiques comportent deux pieds par hémistiche ; autrement dit, ce mètre est, selon la terminologie en usage, toujours mağzū’. Al-Šantarīnī cite cependant deux vers de hazağ complet, avec trois pieds par hémistiche, qu'il dit avoir été composés par des poètes modernes, sans donner plus de précisions (« wa-anšada ba‘ḍ al-muḥdaṭīn »)116. Ces deux exemples figurent dans la partie consacrée par l'auteur aux variantes anormales ou rares de ce mètre (« faṣl fī šawāḏḏ al-hazağ »). Aucun des autres traités classiques consultés ne mentionne cette possibilité. Tous commencent en effet par préciser que, bien que comportant six pieds dans sa forme abstraite, ce mètre n'est jamais employé que tronqué, avec quatre pieds. D'autre part, il n'admet qu'un seul type de ‘arūḍ, mafa"‘iylun ([⋃ –] —), et deux types de ḍarb-s.

  • 117 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° XXXIX, vers 1, p. 154 ; Iqnā‘, p. 38 ; ‘Arūḍ, p. 97 ; Kāfī, p. 7 (...)

220a– ḍarb-1 : le premier est identique au ‘arūḍ et a donc la forme mafa"‘iylun, soit [⋃ –] —. L'exemple cité dans la majorité des traités est ce vers attribué à Tarafa b. al-‘Abd117 :

  • 118 ‘Iqd, vol. V, p. 458 et 484 ; Iqnā‘, p. 32 ; ‘Arūḍ, p. 98 ; Kāfī, p. 74 ; Mi‘yār, p. 54. Traductio (...)

2212– ḍarb-2 : le second est maḥḏūf, affecté par le ḥaḏf qui consiste à effacer les deux derniers ḥarf-s du dernier pied, lequel prend alors la forme fa‘uwlun ([⋃ –] –). Le vers-témoin des métriciens est cette fois-ci anonyme118 :

222De ces deux modèles, seul le premier est attesté dans le corpus de la poésie ancienne que j'ai soumis à examen. Le second n'est pas employé : autrement dit, le dernier pied du vers n'est jamais maḥḏūf. La représentation de ce modèle unique en termes de watid-s et de positions variables est la suivante :

4. 1. 2. Exemples de vers

223Deux processus de ziḥāfa sont inventoriés par les traités de métrique classique : le qabḍ, d'une part, qui efface le cinquième ḥarf d'un pied mafa"‘iylun, qui est transformé en mafa"‘ilun ([⋃ –] ⋃ –) ; et le kaff, d'autre part, qui efface le dernier ḥarf de ce même pied pour donner mafa"‘iylu ([⋃ –] – ⋃ ). Dans la réalité, seul le second de ces processus est attesté. L'analyse métrique de l'ensemble des dix-sept poèmes et fragments recensés dans l'œuvre des cent poètes du corpus, représentant un total de 188 vers, nous a permis de constater que le qabḍ ne s'applique jamais à aucun des pieds du hazağ, dont les trois premières positions métriques sont donc quantitativement stables, soit [⋃ —] x. Dans la mesure où la dernière syllabe du vers est toujours associée à une syllabe longue, le modèle du hazağ peut donc être représenté comme suit :

  • 119 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° XXXIX, vers 2, p. 154. Traduction : « Et 'Irq et al-Rimāḥ et al- (...)

224J'ai néanmoins relevé une unique exception à ce modèle, dans le second vers du fragment attribué à Ṭarafa119 :

225La septième position du premier hémistiche est associée à une syllabe brève, la syllabe initiale de (al-) Rimāḥu, nom propre désignant un lieu d'après les commentateurs. Il serait possible de corriger cette anomalie, unique exemple d'application du qabḍ, en supprimant l‘article et en lisant fa-rimâhun au lieu de fa-r-rimāḥu, lecture dont il résulterait le découpage métrique suivant :

  • 120 ‘Iqd, vol. V, p. 484 ; Iqnā‘, p. 39 ; ‘Arūḍ, p. 99 ; Kāfī, p. 74 ; Mi‘yār, p. 55. Traduction : « J (...)

226Quoi qu'il en soit, ce cas est le seul qui a été relevé dans les 188 vers examinés qui représentent donc 564 possibilités d'application du qabḍ, soit trois pieds par vers, le dernier ayant toujours, comme nous l'avons vu, la forme mafa"‘iylun ([⋃ –]). Nous considérerons donc ce vers comme l'exception qui confirme la règle et nous nous en tiendrons au modèle proposé ci-dessus qui comporte trois positions variables, la dernière de chacun des trois premiers pieds du vers. Même s'il peut s'agir d'une simple coïncidence, il n'est pas inutile de signaler que, dans les traités de métrique, le vers cité pour illustrer l'application du qabḍ est un vers anonyme120 :

  • 121 Ši‘r 'Abd Allāh b. al-Ziba'rī, poème n° XXI, vers 4 ; ‘Iqd, vol. V, p. 484 ; Iqnā‘, p. 39 ; ‘Arūḍ, (...)

227Le vers cité pour illustrer l'application du kaff, au contraire, est attribué à ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī121 :

  • 122 Awā'il, p. 360, poème n° VI, vers 1. Traduction : « Quelles piques acérées et virulentes, pour un (...)

228Par ailleurs, trois espèces de ḫarm sont attestées pour ce mètre. Le ḫarm seul qui transforme le premier pied du vers en maf‘uwlun ([-] – –) ; le satr, combinaison du ḫarm et du qabḍ, dont résulte un pied initial de la forme fa"‘ilun ([-] ⋃ –) ; et le harb, combinaison du ḫarm et du kaff, qui donne maf‘uwlu ([-] – ⋃). Chez les poètes anciens, cette possibilité n'est pour ainsi dire pas exploitée. Un seul poète, al-Find al-Zimmānī, en a fait usage dans le vers suivant122 :

  • 123 Voir infra, annexe II, p. 485.

229L'examen des 188 vers de hazağ inventoriés permet de constater que le taux d'association des trois positions variables à des syllabes brèves est relativement stable, équivalent plus ou moins, dans chaque cas, au tiers des vers examinés123. Par ailleurs, ces trois variables sont simultanément associées à des syllabes brèves dans 14 vers seulement. Au contraire, dans 81 des 188 vers, soit 43,08 %, toutes les variables sont associées à des syllabes longues, soit le modèle suivant :

  • 124 Al-Find al-Zimmānī, fragment i, dans Awā'il, p. 365-367 ; Šarḥ dīwān Labīd b. Rabī‘a al-‘Āmirī, po (...)

230Mais le caractère le plus remarquable du hazağ concerne les enjambements dont la haute fréquence peut s'expliquer par le fait que l'hémistiche de ce modèle est extrêmement court. De tels enjambements se produisent dans plus de la moitié des vers analysés : 19,14 % avec une syllabe brève dans la position x2 (CEu dans le tableau), et 34,04 % avec une syllabe longue (CE —), soit un total de 53,18 %. Cette constatation nous amène naturellement à nous interroger sur l'opportunité de la division du modèle en deux hémistiches. Du fait de l'enjambement, la frontière supposée entre ces deux hémistiches, dans plus de la moitié des vers, n'est pas perceptible à l'oreille : l'enjambement interdit en effet de faire une pause à l'hémistiche. L'idée que le hazağ ne serait en réalité qu'un modèle de vers simple, constitué d'un unique hémistiche de quatre pieds, n'est donc pas totalement incongrue. Elle vaut aussi pour d'autres modèles de vers courts, comme le kāmil mağzū’ ou le ramal mağzū’. Cependant, trois des dix-sept poèmes recensés sont pourvus d'un maṭla124. Autrement dit, les deux hémistiches du premier vers de ces poèmes riment ensemble et le vers est dit musarnra', soumis au taṣrī‘. Dès le premier vers, la division binaire du vers est donc soulignée, accentuée par la rime interne. Même si leur proportion est faible, ces cas nous incitent à conserver, à ce stade de la réflexion, le modèle classique, dans lequel le vers est divisé en deux hémistiches.

4. 2. Le rağaz

4. 2. 1. Modèles de vers

  • 125 Voir, par exemple, Kāfī, p. 79 : « wa-l-‘Arūḍ hiya l-ḍarb » [« le ‘Arūḍ est le ḍarb »].

231Les métriciens arabes ont inventorié, pour le mètre rağaz, quatre ‘arūḍ-s et cinq ḍarb-s. Deux des ‘arūḍ-s sont des modèles de vers doubles, comme tous ceux qui ont été analysés jusqu'à présent. Les deux autres, par contre, sont des modèles de vers simples, constitués d'un seul hémistiche, ce qu'expriment les métriciens classiques en disant que le ‘arūḍ et le ḍarb sont une seule et même chose125.

4. 2. 1. 1. Modèles de vers doubles

232Les deux ‘arūḍ-s qui représentent ces modèles se différencient par leur longueur : le premier est complet (tāmm) et le nombre de pieds est le même que dans la forme abstraite de ce mètre, soit trois par hémistiche ; le second, quant à lui, est mağzū’, amputé d'un pied dans chaque hémistiche.

233a – ‘arūḍ-1 : cette forme longue du rağaz double admet deux variantes différentes suivant la réalisation du dernier pied du vers, le ḍarb.

  • 126 ‘Iqd, vol. V, p. 459 et 485 ; Iqnā‘, p. 41 ; ‘Arūḍ, p. 101 ; Kāfī p. 77 ; Mi‘yār, p. 57. Traductio (...)

234a1 – ḍarb-1 : dans la première variante, la fin de vers est identique à la fin du premier hémistiche. Le ‘arūḍ et le ḍarb ont donc la même forme, soit mustaf‘ilun (— [⋃ –]). Le vers cité dans les traités pour illustrer ce modèle est un vers anonyme126 :

  • 127 ‘Iqd, vol. V, p. 459 et 485 ; Iqnā‘, p. 41 ; ‘Arūḍ, p. 102 ; Kāfī, p. 78 ; Mi‘yār, p. 57. Traducti (...)

235a2 – ḍarb-2 : dans ce second modèle, le dernier pied du vers est maqṭū‘, affecté par le processus de qaṭ‘ qui transforme le pied mustaf‘ilun (— [⋃ –]) en maf‘uwlun (— –). Ici aussi, le vers cité en exemple est un vers anonyme127 :

  • 128 ‘Iqd, vol. V, p. 485 ; Iqnā‘, p. 42 ; ‘Arūḍ, p. 102 ; Kāfī, p. 78 ; Mi‘yār, p. 57. Traduction : «  (...)

236b – ‘arūḍ-2 : dans ce second modèle, chaque hémistiche compte deux pieds. En effet, le seul ḍarb admis est lui aussi mağzū’. Le vers-témoin des traités classiques est le vers anonyme suivant128 :

4. 2. 1. 2. Modèles de vers simples

237Les deux modèles simples correspondent aux troisième et quatrième ‘arūḍ-s de la théorie classique. Ces deux modèles sont respectivement dénommés masṭur et manhūk. Le premier de ces deux termes fait pendant à mağzū’, "amputé d'un pied (ğuz’)". Dérivé de šaṭr, "hémistiche ou demi-vers", il signifie donc "amputé d'un hémistiche". Quant au second, formé sur la racine (nhk), il signifie littéralement "épuisé, affaibli par la maladie". Le modèle de vers ainsi baptisé ne compte plus, en effet, que deux pieds, soit la séquence mustaf‘ilun mustaf‘ilun (— [⋃-] # — [⋃ –]).

  • 129 Dīwān al-'Aǧǧāǧ, poème n° XXXIII, vers 1, p. 348 ; ‘Iqd, vol. V, p. 486 ; Iqnā‘, p. 42 ; ‘Arūḍ, p. (...)

238c – ‘arūḍ-3 : il a pour modèle mustaf‘ilun mustaf‘ilun mustaf‘ilun. Le vers cité dans les traités de métrique est un vers d'al-‘Ağğāğ129 :

  • 130 Dīwān Durayd b. al- Ṣimma al-Ǧušamī, poème n° XXXIV, vers 1, p. 128 ; ‘Iqd, vol. V, p. 486 ; Iqnā‘ (...)

239d – ‘arūḍ-4 : ce dernier n'est constitué que de deux pieds, comme dans ce vers, attribué à Durayd b. al-Ṣimma130 :

  • 131 Dīwān 'Antara, poème n° XCIII, p. 167 ; Dīwān Ḥumayd b. Ṯawr al-Hilālī, poème n° X, p. 63-64.

240Tous ces modèles sont inégalement employés par les poètes arabes anciens. À vrai dire, le rağaz double, représenté par les trois premiers modèles (‘arūḍ-1 et ‘arūḍ-2), ne l'est pour ainsi dire jamais : seul le premier est attesté par deux courts fragments de neuf vers chacun, attribués à ‘Antara b. Šāddād et Ḥumayd b. Ṯawr.131

  • 132 Abū Ḏu'ayb al-Huḏalī, poème n° XXXIII, dans Huḏaliyyīn, vol. I, p. 163 ; Dīwān Durayd b. al- Ṣimma (...)

241Pour ce qui est des modèles de vers simples, seul l'emploi du premier, le ‘arūḍ-3 des métriciens classiques, est attesté à grande échelle. Le ‘arūḍ-4, par contre, n'est employé, à l'intérieur du corpus considéré, que par deux poètes seulement, soit trois fragments représentant un total de quinze vers132.

4. 2. 2. Exemples de vers

242Les métriciens classiques ont inventorié trois types de processus de ziḥāfa applicables à ces différents modèles de vers : le ḫabn qui efface le second ḥarf des pieds mustaf‘ilun et maf‘uwlun — ce dernier apparaissant en fin de vers pour le seul modèle du second ḍarb du premier ‘arūḍ —, qui sont respectivement transformés en mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]) et fa‘uwlun (⋃ — ) ; le ṭayy qui efface le quatrième ḥarf des pieds du type mustaf‘ilun, d'où la forme mufta'ilun (– ⋃ [⋃ –]) ; et le ḫabl qui consiste dans la combinaison du ḫabn et du ṭayy, d'où il résulte un pied de la forme fa‘ilatun (⋃⋃ [⋃ –]). L'ensemble de ces processus est applicable à chacun des pieds des différents modèles du rağaz sans restrictions d'aucune sorte. En effet, les deux sabab-s qui précèdent un watid appartiennent toujours au même pied que lui, et la condition de sortie, la mu‘āqaba des métriciens arabes, ne s'applique à aucun des pieds de ces modèles qui sont tous de type mustaf‘ilun, soit deux sabab-s ḫafīf-s suivis d'un watid mağmū‘. Les trois modèles de la théorie arabe qui sont attestés dans ce qui subsiste de l'œuvre des cent poètes anciens de l'annexe I peuvent donc être, en termes de positions variables et de watid-s, représentés comme suit :

243Raǧaz-1 (Rj-1 = ‘arūḍ-3) :

244Raǧaz-3 (Rj-3 = ‘arūḍ-4) :

245Raǧaz double (Rjd = ‘arūḍ-1 ḍarb-1) :

  • 133 Pour l'analyse comparée des modèles du sarī‘ et du rağaz, voir infra, paragraphe 5. 2. 2., p. 208 (...)

246Le classement des modèles est à l'inverse de celui établi par les métriciens. Ceux-ci prenant pour point de départ la forme abstraite qui figure dans le cercle, les modèles sont inventoriés en commençant par les plus complets, ou les plus longs, les modèles du rağaz double en l'occurrence, pour finir avec les plus courts. Je considère au contraire les modèles simples de ce mètre comme fondamentaux et ils sont donc dénommés rağaz (Rj) sans autres spécifications. Le modèle de vers double est, quant à lui, symbolisé par un "d" ajouté au symbole du rağaz, soit Rjd. Je préciserai toujours, en parlant de ce modèle, que c'est du "rağaz double" qu'il s'agit. Ce choix se justifie par la fréquence d'emploi de ces deux types de modèles, simples et doubles. Les vers doubles en rağaz, comme nous avons pu le constater, sont extrêmement rares, pour ne pas dire exceptionnels : chez les cent poètes étudiés, seuls deux courts fragments en attestent l'existence. Les vers simples, au contraire, sont d'emploi régulier. Il n'est guère de poète qui n'y soit pas allé de son improvisation en rağaz (simple). Certains sont considérés comme des spécialistes du rağaz et reçoivent l'appellation de rāğiz (pl. ruğğāz), "faiseur de rağaz", plutôt que celle de šā‘ir (pl. šu‘arā’), le poète proprement dit. Parmi les poètes inventoriés dans l'annexe I, il en est un, al-Aġlab b. ‘Amr al-'Iğlī, dont l'œuvre qui nous est parvenue est exclusivement composée en rağaz, selon les modèles simples exclusivement. D'autre part, l'absence de rağaz-2 ou, plutôt, le choix d'appeler le manhūk al-rağaz ( ‘arūḍ-4) rağaz-3 plutôt que rağaz-2, sera justifiée au moment d'inventorier les modèles simples du mètre sarī‘. Comme nous le verrons, il n'existe aucune raison pratique de considérer ces modèles comme autre chose que des variantes de rağaz simple. Dans les inventaires métriques de l'annexe I, ces modèles correspondent donc au rağaz-2a et au rağaz-2b133.

  • 134 J. Hàmeen-Anttila, Five Rağaz Collections, Materials for the Study of Rağaz Poetry II, 1995, p. 12 (...)

247Contrairement à la quasi-totalité des modèles de vers qui ont jusqu'ici été dégagés de l'analyse du corpus, les positions variables peuvent toutes être indifféremment associées à une syllabe brève ou à une syllabe longue. Autrement dit, les processus de ḫabn, de ṭayy et de ḫabl sont tous trois attestés et un pied de rağaz peut donc prendre l'une des quatre formes suivantes : — [⋃ –], ⋃ – [⋃ –], – ⋃ [⋃ –] et ⋃⋃ [⋃ –]. Dans les tableaux qui figurent dans la deuxième annexe, j'ai complété l'inventaire partiel, réalisé par Hämeen-Anttila, des exemples de vers attestés dans les vers de rağaz-1 composés par al-Aġlab b. ‘Amr al-‘Iğlī, soit vingt et une pièces et fragments représentant un total de cent soixante vers134.

248À la lecture des résultats de cette analyse, une première constatation s'impose : l'application du ḫabl reste très minoritaire. Ce processus n'est attesté que huit fois dans le premier pied, trois fois dans le second et autant dans le troisième. Dans un seul cas, il s'applique simultanément à deux des pieds du vers, soit la séquence ⋃ ⋃ [⋃ –] # ⋃ ⋃ [⋃ –] # ⋃ – [⋃ –], variante qui figure dans la seconde ligne du premier des quatre tableaux. Quant à son application simultanée aux trois pieds, elle est totalement exclue.

249Dans la seconde colonne de chacun des quatre tableaux, j'ai indiqué le nombre de positions variables qui, dans l'exemple de vers correspondant, sont associées à une syllabe brève. La lecture des résultats de l'analyse des vers composés par ce poète permet d'observer que les exemples de vers où les positions variables associées à des syllabes brèves ne sont pas plus de deux (sur six possibles) sont très nettement majoritaires. Ces exemples de vers sont au nombre de 21, sur les 64 cas théoriquement possibles, et ils représentent 141 des 160 vers analysés. Le cas où toutes les positions variables sont associées à des syllabes longues est d'ailleurs le plus fréquent, avec vingt-cinq occurrences.

4. 3. Le ramal

4. 3. 1. Modèles de vers

250Ce mètre admet, d'après les métriciens, six variantes ou six modèles de vers différents, soit deux ‘arūḍ-s et six ḍarb-s. Ces modèles se divisent en deux catégories : celle des formes longues, à trois pieds par hémistiche, qui regroupe trois modèles ; et celle des formes courtes, à deux pieds par hémistiche, qui en regroupe trois autres.

4. 3. 1. 1. Formes longues

251Les formes longues correspondent au premier ‘arūḍ des traités de métrique, lequel est maḥḏūf, de la forme fa"‘ilun (– [⋃ –]). Dans ces modèles de vers, le dernier pied du premier hémistiche n'est donc jamais réalisé sous sa forme complète, fa"‘ila"tun (– [⋃ –] –). À cette fin d'hémistiche peuvent être associées trois fin de vers différentes, ou trois ḍarb-s, d'où trois modèles de vers distincts.

  • 135 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and 'Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of 'Amir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n (...)

252a – ḍarb-1 : dans le premier de ces modèles, le dernier pied du vers est complet, soit fa"‘ila"tun (– [⋃-] –), comme dans le vers suivant, cité par certains des traités consultés et attribué à ‘Abīd b. al-Abraṣ135 :

  • 136 Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° XVII, vers 4-5, p. 93 ; ‘Iqd, vol. V, p. 462 (vers 5) ; Iqnā‘, p. 45 (...)

253Ibn ‘Abbād et Ibn 'Abd Rabbih citent deux autres vers, appartenant à un même poème, attribué à ‘Adī b. Zayd et dont le découpage métrique est identique136 :

  • 137 Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° XVII, vers 4, p. 93 ; Iqnā‘, p. 45 (vers 4) ; ‘Arūḍ, p. 107 ; Kāfī, p (...)

254b – ḍarb-2 : la syllabe finale de ce second modèle est une syllabe surlongue. Le ḍarb est dit maqṣūr, affecté par le qaṣr qui consiste à effacer le dernier ḥarf du pied fa"‘ila"tun ainsi que la ḥaraka du ḥarf qui précède. Le dernier pied du second hémistiche prend alors la forme fa"‘ila"t, que les métriciens classiques ont renommé fa"‘ila"n (– [⋃ —]). Le vers-témoin des traités de métrique classiques est, ici aussi, un vers attribué à ‘Adī b. Zayd. Mais quelle n'est pas notre surprise de constater que ce vers n'est autre que celui qui est cité par Ibn ‘Abbād comme exemple du premier ḍarb ! Ceci est rendu possible par l'effacement du pronom possessif de la première personne qui est suffixé au dernier mot du vers, ainsi que de la ḥaraka qui le précède, soit –ntiẓār au lieu de –ntiẓārī. Réciproquement, Ibn ‘Abbād cite comme exemple du second ḍarb le vers de ‘Abīd b. al-Abras cité par d'autres métriciens comme illustration du premier, en lui faisant subir la même modification que le vers de ‘Adī b. Zayd, dont voici la lecture adoptée dans les traités où il illustre le modèle du second ḍarb137 :

  • 138 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° LXXII, vers 6, p. 293 ; ‘Iqd, vol. V, p. 462 et 487 ; Iqnā‘, p. 46  (...)

255c – ḍarb-3 : dans ce troisième et dernier modèle long, le dernier pied du vers est dit maḥḏūf et a la forme fa"‘ilun (– [⋃ –]), comme le dernier pied du premier hémistiche. ‘arūḍ et ḍarb sont donc identiques. Le vers cité est un vers d'Imru’ al-Qays138 :

256Ces modèles longs sont tous trois attestés dans le corpus, mais de manière fort inégale. En effet, si le premier et le troisième ḍarb sont d'un emploi relativement fréquent, ce n'est pas le cas du second, à syllabe finale surlongue, qui n'est représenté, parmi les cent poètes inventoriés dans l'annexe I, que par cinq courts fragments, soit un total de dix-neuf vers.

4. 3. 1. 2. Formes courtes

257Les trois formes courtes du ramal comportent deux pieds par hémistiche et ont un même ‘arūḍ, de type fa"‘ila"tun. Ces trois modèles ne se distinguent donc que par leur fin de vers, c'est-à-dire par leurs ḍarb-s respectifs.

  • 139 ‘Iqd, vol. V, p. 487 ; Iqnā‘, p. 46 ; ‘Arūḍ, p. 108 ; Kāfī, p. 86 ; Mi‘yār, p. 61. J'ai cité le ve (...)

258a – ḍarb-1 : dans le premier, le ḍarb est affecté par le processus appelé tasbīġ qui, comme nous l'avons vu lors de la présentation de la théorie des cercles, consiste à ajouter un ḥarf sākin final et transforme donc le pied fa"‘ila"tun (– [⋃ –] –) en fa"‘iliyya"n (– [⋃ –] —). La syllabe finale est donc une syllabe surlongue et l'exemple cité par les traités classiques est le vers anonyme suivant139 :

  • 140 ‘Iqd, vol. V, p. 463 et 488 ; Iqnā‘, p. 47 ; ‘Arūḍ, p. 108 ; Kāfī, p. 86 ; Mi‘yār, p. 61. Traducti (...)

259b – ḍarb-2 : dans ce cas, le ḍarb est identique au ‘arūḍ et les deux hémistiches sont chacun constitués de deux pieds complets de type fa"‘ila"tun (– [⋃ –] –), comme dans ce vers anonyme140 :

  • 141 ‘Iqd, vol. V, p. 488 ; Iqnā‘, p. 47 ; ‘Arūḍ, p. 109 ; Kāfī, p. 87 ; Mi‘yār, p. 61. Traduction : «  (...)

260c – ḍarb-3 : le dernier modèle, enfin, a un ḍarb de type fa"‘ilun (– [⋃ –]), lequel est donc maḥḏūf, amputé du sabab ḫafīf final du pied de base (fa"‘ila"tun). Le vers cité est le suivant, anonyme selon toute vraisemblance141 :

261Alors que les modèles longs sont tous trois attestés dans le corpus de la poésie ancienne, seule la seconde des trois formes courtes inventoriées par les métriciens arabes semble avoir été employée. Les exemples en sont cependant très rares : trois fragments, soit vingt-huit vers.

  • 142 Ši‘r al-Namir b. Tawlab, poème n° XLV, p. 120-121. Traduction : « (1) Elle vint à moi de bon matin (...)

262Par contre, un modèle dont ne rendent pas compte les traités classiques a été recensé. Il s'agit d'un court fragment de quatre vers attribué à al-Namir b. Tawlab dont voici la transcription142 :

bakarat bi - 1 - lawmi talḥānā fī ba‘īrin ḍalla ‘aw ḥānā
‘aliqat lawwan tukarriru – hā ’inna lawwan ḏāka ’a’yānā
’i‘lamī ’an kullu mu’tamirin muḫṭi’un fī r – ray’i ’aḥyānā
fa - ’iḏā mā lam yuṣib rušdan kāna ba‘ḍu l - lawmi ṯunyānā

263Le découpage métrique de ces quatre vers est le suivant :

264Comme nous pouvons le constater, ils comportent tous les quatre deux pieds par hémistiche, mais le second de chacun de ces pieds compte une syllabe longue finale supplémentaire, soit fa"‘ila"tunnâ (– [⋃ –] – –). Ce processus d'ajout s'apparente au tarfīl qui s'applique au kāmil mağzū-1, à ceci près que le tarfīl ne s'applique qu'au second hémistiche, tandis que, dans le fragment d'al-Namir, ce sont tous les hémistiches qui ont une syllabe de plus.

4. 3. 2. Exemples de vers

265Les processus de ziḥāfa applicables aux différents modèles du ramal sont, d'après les traités classiques, au nombre de trois : le ḫabn qui transforme un pied fa"‘ilun (– [⋃ –]), toujours final, en fa‘ilun (⋃ [⋃ –]), et un pied fa"‘ila"tun (-[⋃ –] –) en fa‘ila"tun (⋃ [⋃ –] –), par effacement du second ḥarf de chacun des schèmes de base ; le kaff qui transforme pour sa part un pied fa"‘ila"tun (– [⋃ –] – en fa"‘ila"tu (– [⋃ –] ⋃) ; et le šakl, ou taṭrīf, enfin, qui consiste dans la combinaison, dans ce même pied quadrisyllabique, du ḫabn et du kaff : – [⋃ –] – est transformé en ⋃ [⋃ –] u par l'abrégement simultané des deux positions variables, ou des deux sabab-s du pied. La mu‘āqaba interdit l'application simultanée du kaff au premier pied fa"‘ila"tun et du ḫabn au pied fa"‘ilun, ce qui donnerait la séquence : – [⋃ –] / [⋃ –] [...], où les syllabes brèves soulignées qui précèdent le second watid n'appartiennent pas toutes deux au même pied que lui. Ces processus de ziḥāfa et les contraintes qui portent sur leur application sont donc exactement les mêmes que pour les modèles de vers du madīd qui ont été présentés plus haut. Et, comme dans le cas du madīd-1, seul le premier de ces trois processus, le ḫabn, est effectivement attesté dans les vers anciens qui ont été analysés. Il s'ensuit qu'un pied fa"‘ila"tun de ramal comporte donc toujours trois positions stables, lesquelles sont précédées d'une seule position variable, soit x [⋃ – –].

266Les modèles attestés peuvent alors être représentés, en termes de positions variables et de positions stables, de la manière suivante :

267Ramal-1a (R-la = ‘arūḍ-1 ḍard-1) :

268Ramal-1b (R-1b = ‘arūḍ-1 ḍard-2) :

269Ramal-2 (R-1a = ‘arūḍ-1 ḍard-3) :

270Ramal mağzū’-1 (Rm-1 = ‘arūḍ ḍarb-2) :

  • 143 C'est le modèle du fragment d'al-Namir b. Tawlab cité plus haut. Bien que seule la première positi (...)

271Ramal mağzū‘-2 (Rm-2)143 :

  • 144 Voir infra, annexe II, p. 490-491.

272Dans les tableaux de l'annexe II figurent l'ensemble des informations concernant le taux d'association des positions variables de ces différents modèles à des syllabes brèves144. J'ai laissé de côté le dernier d'entre eux, l'analyse métrique du seul fragment conservé ayant déjà été présentée. Comme nous l'avons vu, le statut de ce modèle est particulier et j'aurai l'occasion d'y revenir plus loin. Pour ce qui concerne les modèles du ramal-la, du ramal-1b et du ramal mağzū’-1, tous les vers recensés chez les cent poètes de l'annexe I ont été analysés. Pour le ramal-2, d'emploi plus fréquent, j'ai analysé les vers attribués aux huit poètes suivants : ‘Adī b. Zayd, al-A‘šä al-Kabīr, al-Find al-Zimmânî, Ḥassān b. Ṭābit, Imru’ al-Qays, Labīd b. Rabī‘a, al-Mutaqqib al-‘Abdī et Tarafa b. al-‘Abd.

273Cette analyse statistique permet de constater que l'association de l'ensemble des positions variables à des syllabes longues ou brèves est relativement aléatoire. Il ne se dégage en effet de ces résultats aucune tendance significative. Il n'est pas une seule de ces positions dont il soit possible de dire qu'elle est préférentiellement associée à une syllabe longue plutôt qu'à une brève, même si le taux d'association à une syllabe longue est presque toujours plus élevé.

  • 145 Dīwān 'Antara, poème n° CXXXIII, vers 14, p. 183.
  • 146 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ' Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of 'Amir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème (...)

274Je n'ai pas fait figurer, dans les tableaux, les informations concernant la césure enjambante. Dans les trois modèles longs comme dans le modèle court, le phénomène reste extrêmement rare. Ce fait peut paraître surprenant dans le cas du ramal mağzū’. En effet, comme nous l'avons vu, les enjambements internes sont très fréquents dans des modèles de vers courts comme le kāmil mağzū’ et le hazağ, et nous pouvions nous attendre à ce qu'il en soit de même pour le ramal mağzū’. Mais le petit nombre de vers attestés, vingt-huit, explique peut-être cela. Sur ces vingt-huit vers, nous n'avons en effet recensé qu'un seul exemple d'enjambement145. Pour ce qui est des formes longues du ramal, des cas d'enjambement ont pu être recensés dans un seul poème parmi tous ceux qui ont été analysés146. Mais cette pièce a ceci de particulier que c'est le seul et unique vers dans lequel ne se produit pas d'enjambement qui y constitue l'exception. Il s'agit du huitième vers du poème. Dans les dix-sept autres vers, le nom qui figure en tête du second hémistiche est séparé de l‘article défini (a)l-, lequel constitue la consonne finale de la dernière syllabe (longue) du premier hémistiche. Le vers tiré de cette pièce qui est cité par les métriciens classiques, tantôt comme exemple du premier ḍarb du premier ‘arūḍ et tantôt comme exemple du second ḍarb du même, en fournit une excellente illustration.

5. LES MÈTRES DU QUATRIÈME CERCLE

5. 1. Trois mètres inusités : le mujdàri', le muqtaḍab et le muğtaṯṯ

275Trois des mètres de ce cercle ne sont pas attestés dans le corpus considéré et l'on peut supposer, sans trop de risques de se tromper, qu'ils ne son pas employés par les poètes arabes jusqu'à la fin du viie siècle au moins. Il s'agit du muḍāri‘, du muqtaḍab et du muğtaṯṯ dont les modèles abstraits sont les suivants, où n'est représenté qu'un seul hémistiche. Le modèle complet dérivé de la formule circulaire contient deux hémistiches de trois pieds chacun :

276Cependant, ces trois mètres, si tant est qu'ils soient employés, ne le sont jamais que tronqués (mağzū’). Autrement dit, dans les modèles de vers qui sont inventoriés dans les traités de métrique, le troisième pied de chacun des deux hémistiches du mètre abstrait est toujours effacé et les modèles de vers de ces trois mètres ne comportent que deux pieds par hémistiche, comme cela apparaît dans les représentations ci-dessous où les deux hémistiches sont représentés :

  • 147 Je me base ici sur les dénombrements de J.-C. Vadet, « Contribution à l'histoire de la métrique ar (...)
  • 148 Le dénombrement de Vadet a porté sur l'édition suivante : Dīwān al-Farazdaq, éd. ‘A.I. al-Ṣāwī, 19 (...)
  • 149 Ibn Qutayba, Introduction au livre de la poésie et des poètes, 1947, p. 6-7.
  • 150 Ibid., p. 7-8.
  • 151 Ibid., p. 8.
  • 152 Ibid., p. 8-13.

277L'emploi de ces trois mètres est également très rare chez les poètes des périodes ultérieures147. Le muğtaṯṯ semble être le plus anciennement attesté, par une pièce attribuée au poète omeyyade al-Farazdaq (m. 728)148. Mais ce cas reste isolé. De même, Ibn Qutayba, dans l'introduction de son Kitāb al-ši‘r wa-l-šu‘arā’, cite quatre vers de muğtaṯṯ attribués à al-Ḫalīl lui-même. Ces vers figurent dans le chapitre qu'il consacre aux différentes espèces de poésie : la première est celle qui est belle tant par la forme (lafẓ) que par le fond (ma‘nā)149 ; la seconde, bien qu'excellente du point de vue de l'expression, pêche par le sens150 ; dans la troisième, c'est le contraire, la pensée est excellente, mais les mots sont insuffisants à l'exprimer151 ; enfin, la quatrième sorte de poésie est celle qui est faible tant par l'expression que par le sens152. C'est à cette dernière catégorie qu'appartiennent, de l'avis d'Ibn Qutayba, les vers attribués à al-Ḫalīl :

  • 153 Ibid., p. 9. La transcription de ces quatre vers est la suivante : « (1) ’inna l-ḫalīṭa taṣadda' # (...)

« [...] De même ce vers d'al-KḪalīl ibn Ahmad, le Métricien :
"La compagnie s'est dispersée. Envole-toi avec ton mal, ou pose-toi !
N'étaient de belles jeunes filles, quatre, aux grands yeux noirs,
Omm-al-Banin, Asma, al-Rabab et Bauza‘,
Je dirais au voyageur : Va, si cela te plaît, ou renonce !"
On voit nettement, dans ces vers, l'effort de la recherche (al-takalluf) et la pauvreté de l‘art (radī’u l-ṣun‘a). Tels sont les vers des érudits (’aš‘ār al-‘ulamā’), où rien ne vient avec grâce et facilité (‘an ismā‘ wa-suhūla), ceux d'al-Açma‘i, d'Ibn al-Moqaffa‘, d'al-KḪalīl, à l'exception de Khalaf al-Ahmar qui, entre tous, fut réellement le plus doué (ağwadu-hum flab'an) et composa le plus de vers. — N'y eût-il dans les vers précédents qu'Omm al-Banin et Bauza' qu'il y en aurait bien trop153 ! »

  • 154 Ces deux modèles de vers sont respectivement attestés, dans le corpus de la poésie ancienne, par u (...)

278Ce n'est que chez les poètes de la fin du viiie siècle, contemporains d'al-Ḫalīl, et de la première moitié du IXe que ce mètre commence à être régulièrement employé. Mais l'usage qu'ils en font reste cependant très limité : dans l'œuvre de Baššār (m. 783), Muslim b. al-Walīd (m. 803), Ibn al-Aḥnaf (m. 806), Abū Nuwās (m. 806 ou 8l3) et Abū al-‘Atāhiya (m. 828), il représente, en moyenne, l,29 % des pièces composées soit, en tout, quinze pièces et dix-sept fragments. Cette période, d'une manière générale, se caractérise par l'emploi de plus en plus important des mètres courts, tendance qui était déjà sensible, à l'époque omeyyade, chez des poètes élégiaques du Ḥiğāz comme ‘Umar b. Abī Rabī‘a (m. 719) ou al-‘Arğī (m. 743). L'emploi du ḫafīf, du mağzū’ al-kāmil, du mağzū’ al-ramal ou du hazağ se fait plus fréquent et des modèles nouveaux font leur apparition : mağzū’ al-wāfir et mağzū’ al-ḫafīf notamment154.

  • 155 Dīwān Abī Nuwās, p. 227 : « Maḥabbat al-ḥubb », cinq vers en muqtaḍab ; et p. 712 : « Hayhāt... », (...)

279C'est à cette même époque, avec Abū Nuwās semble-t-il, qu'apparaissent pour la première fois les mètres muḍāri‘ et muqtaḍab qui sont représentés chacun par une courte pièce dans le dīwān de ce poète155. Il est intéressant de noter ici qu'Abū Nuwās est sensiblement de la même génération qu'al-Ḫalīl, voire de la génération suivante : le second est mort durant le dernier quart du viiie siècle ; le premier, au début du IXe. Si tant est que la théorie des cercles, telle qu'elle nous apparaît dans les traités de métrique ultérieurs, soit bien l'œuvre d'al-Ḫalīl, l'emploi des mètres muḍāri‘ et muqtaḍab est donc, au mieux, contemporain de cette théorie, voire postérieur à celle-ci.

  • 156 Kāfī, p. 121.
  • 157 ‘Iqd, vol. V, p. 472.
  • 158 Tuḥfa, p. 268. Au sujet de Sa‘īd b. Wahb (m. 823), voir la notice qui lui est consacrée dans Aġānī (...)
  • 159 Tuḥfa, p. 268. Pour les références des vers cités, voir supra, p. 199, note 155.
  • 160 Tuḥfa, p. 274-275. Sur Ṣafī al-Dīn al- Ḥillī (m. 1348), poète arabe le plus célèbre du xive siècle (...)

280L'examen des vers-témoins (šāhida, pl. šawāhid) cités par les métriciens comme exemples de vers de ces deux mètres est très instructif. En effet, ceux-ci ne sont jamais attribués à un poète mais toujours anonymes. Au mieux, ils ont été entendus, dans le cas du muqtaḍab, d'une fille, femme ou servante (ğāriya)156. D'une manière générale, ce sont d'ailleurs les mêmes vers qui sont cités dans les différents traités classiques. Dans son commentaire, Šarḥ tuḥfat al-Ḫalīl fī-al-‘Arūḍ wa-l-qawāfī, al-Rāḍī cite, quant à lui, des vers en muḍāri‘ composés par Ibn ‘Abd Rabbih et qui figurent en effet dans la partie du ‘Iqd al-farīd qui est consacrée à la métrique157. Deux autres fragments sont attribués à Sa‘īd b. Wahb158 et à Abu Nuwās159. Ceux du premier figurent dans le Kitāb al-aġānī, tandis que ceux du second figurent dans son dīwān. De même, les exemples cités pour le muqtaḍab sont attribués à Abu Nuwâs, à nouveau, ainsi qu'à Ṣafī al-Dīn, à al-Qarṭāğannī et à Aḥmad Šawqī160.

281Pour ce qui est du muḥāri‘, tous les auteurs classiques s'accordent à dire qu'il n'est pas employé par les poètes. Al-Tibrīzī dit :

  • 161 161. Kāfī, p. 117.

« Le muḍāri‘ ne s'entend pas chez les Arabes. On ne trouve pas de poésie connue [composée suivant ce mètre]161. »

  • 162 162. M. Abū 'Alī & M.S. Isbir, Al-Ḫalīl : mu‘ğam fî ‘ilm al-‘Arūḍ, 1982, p. 129 : « Al-Aḫfaš l'a r (...)

282C'est pour cette raison qu'al-Aḫfaš, dit-on, aurait rejeté ce mètre, de la même manière qu'il aurait rejeté le muqtaḍab162. Pourtant, une telle opinion et ce rejet catégorique qui lui est imputé n'apparaissent nulle part dans son traité. Au contraire, al-Aḫfaš traite des modifications admises dans ces deux mètres comme il l'a fait auparavant pour tous les autres, disant seulement au passage que la poésie en muḍāri‘et en muqtaḍab est rare :

  • 163 ‘ArūḍA, p. 155.

« Quant au muḍāri‘ et au muqtaḍab, dit-il, la murāqaba s'y applique, car la poésie dans ces mètres est rare et les effacements y sont rares (qalla al-ḥaḏf fī-himā). Or, c'est ce qui est d'usage fréquent dans le discours (mā yakṭaru fîkalāmi-him) qui peut être affecté par des effacements. [Pourtant,] la murāqaba ne s'applique pas au muğtaṯṯ bien qu'il soit rare ; la raison en est qu'il y a un watid entre ses deux sabab-s, ce qui le rend plus fort (aqwä)163. »

  • 164 Kāfī, p. 121 : « Comme [al-Ḫalīl] l'affirme lui-même, nous ne connaissons rien d'autre dans le mèt (...)

283L'idée que les mètres muḍāri‘ et muqtaḍab auraient été créés de toutes pièces par les métriciens, voire, dans la mesure où al-Aḫfaš les mentionne déjà, par al-Ḫalīl lui-même, n'est pas exclue. Mais comment expliquer que ces deux mètres sont considérés comme usités (musta‘mal) et font chacun l'objet d'un chapitre dans les traités de métrique, alors que des mètres comme le mumtadd, le mustaṭīl, le mutta’id, le muttarid ou le munsarid, que j'ai mentionnés dans la présentation de la théorie des cercles, sont, pour leur part, considérés comme inusités (muhmal) ? On peut imaginer que, parmi les possibilités théoriques engendrées par les cercles Ḫalīliens, certaines aient été très tôt exploitées par les poètes ; ainsi le muḍāri‘ et le muqtaḍab, attestés chez Abū Nuwās et peut-être employés occasionnellement avant lui dans des vers qui ne nous seraient pas parvenus. Les vers de muqtaḍab qu'al-Tibrīzī attribue à une femme sont considérés par cet auteur comme anciens, mais il ajoute qu'il n'en connaît pas d'autre exemple164.

  • 165 Voir G. Lazard, Les premiers poètes persans, 1964. Selon le Tārīḫ i Sistān (anonyme), éd. Mālik Al (...)

284Il reste enfin une dernière possibilité : celle d'une origine étrangère et d'un emprunt ou d'une adaptation de modèles étrangers par les poètes de langue arabe, à la fin du VIIIe ou au début du ixe siècle. Plusieurs raisons nous incitent effectivement à penser qu'il n'est pas impossible que ces mètres, ou certains d'entre eux, aient une origine iranienne. Durant la période médiévale au moins, les interférences et influences mutuelles entre poésie persane et poésie arabe sont indéniables, tant du point de vue des formes et des techniques utilisées que de celui des thèmes traités ou des images employées. Malheureusement, dans le cas de la littérature iranienne, il existe un véritable trou noir de plusieurs siècles entre les derniers témoins de la littérature de l'Iran préislamique et les premiers poèmes en langue néopersane qui nous sont parvenus, lesquels datent du ixe siècle165. Les origines de la poésie persane classique ne sont donc pas plus claires que celles de son homologue arabe et ses liens avec la poésie iranienne préislamique sont difficiles à cerner. Là aussi, les textes les plus anciens qui nous soient parvenus révèlent des techniques déjà achevées et élaborées, d'un haut degré de sophistication. Autrement dit, ils ne nous disent rien ni des origines ni de la genèse de la poésie persane classique.

  • 166 Voir L. P. Elwell-Sutton, The Persian Meters, 1976, p. 101-102, 105-108, 113 et 116117, pour l'inv (...)

285Certains ont soutenu que les Persans, avant l'islam, ne composaient pas de poésie et que leurs premières tentatives reposaient sur une imitation de la poésie arabe. Cette affirmation repose sur la prétendue identité des mètres arabes et persans, ainsi que sur l'adaptation de certaines formes, comme la qaṣīda. Mieux encore, les Iraniens ne pouvaient avoir composé des poèmes selon les mètres classiques avant le ixe siècle puisque que les règles de la métrique arabe n'ont été énoncées qu'à la fin du viiie siècle ! Des arguments aussi désarmants que celui-ci nous mèneraient à nier en bloc l'authenticité de toute la poésie arabe ancienne antérieure au ixe siècle qui ne serait qu'une gigantesque forgerie, comme voulait le prouver Margoliouth sans avoir songé à invoquer un tel argument. On peut montrer que les métriciens persans n'ont fait qu'utiliser les termes de la théorie métrique arabe à des fins de description, solution commode s'il en est, même si les adaptations et les ajustements sont souvent douloureux, engendrant des variantes des mètres arabes très compliquées. Le système persan était si proche, en un sens, de celui de la poésie arabe que les mètres purent être analysés et classés selon la méthode et à l'aide de la terminologie dont avaient fait usage les théoriciens arabes. Il n'en reste pas moins que la versification persane n'est pas une imitation pure et simple de l‘arabe. Certains mètres parmi les plus employés, comme ceux de l'épopée ou du quatrain, sont sans contrepartie dans la tradition arabe. Réciproquement, les mètres qui ont la faveur des poètes arabes, le ṭawīl le basīṭ, le wāfir et le kāmil notamment, ne sont pas employés par les poètes persans classiques. Par ailleurs, deux des trois mètres du quatrième cercle qui ne sont pas attestés chez les poètes arabes anciens, et dont la présence dans la théorie d'al-Ḫalīl reste mystérieuse, le muḍāri‘ et le muğtaṯṯ, sont couramment employés, selon diverses variantes, par les plus anciens poètes persans connus166. Et il faut enfin noter que les premiers vers arabes composés dans les mètres muḍāri‘ et muqtaḍab que nous connaissons sont attribués à Abū Nuwās qui est d'origine persane et aurait même, selon certains auteurs persans, composé des vers dans sa langue maternelle.

286Ici encore, nous ne pouvons dépasser le stade de la pure spéculation. Les quelques indices que nous possédons ne font tout juste que suggérer la possibilité d'un tel emprunt et ne peuvent en aucun cas tenir lieu de preuves. Pourtant, en dépit de la prudence qui est de mise sur ces terrains glissants, on serait tenté, pour l'un de ces mètres au moins, le muḍāri‘, de considérer l'hypothèse d'une origine iranienne comme relativement solide, même si elle n'est pas totalement vérifiable dans l'état actuel de nos connaissances.

5. 2. Le sarī‘

5. 2. 1. Modèles de vers

287La forme de base de ce mètre, telle qu'elle figure dans le quatrième cercle d'al-Ḫalīl, n'existe qu'en tant que pure forme abstraite. Autrement dit, le sarī‘ n'est jamais employé sous cette forme dont la représentation est la suivante :

288Comme nous l'avons vu dans le chapitre précédent, le watid mafrūq final n'est jamais réalisé tel quel, du simple fait qu'une brève finale est impossible en métrique arabe. La brève de ce watid est donc systématiquement effacée et le pied final de l'un ou l'autre des deux hémistiches apparaît toujours, suivant le modèle, sous l'une des quatre formes suivantes : fā‘ilān (– ⋃ —), fā‘ilun (– ⋃ –), fa‘ilun (⋃⋃ –) ou fa‘lun (– –).

289Les métriciens dénombrent pour ce mètre quatre ‘arūḍ-s et six ḍarb-s. Les deux premiers ‘arūd-s sont des modèles de vers doubles, lesquels sont au nombre de quatre. Les deux derniers modèles, quant à eux, troisième et quatrième ‘arūḍ-s, sont ceux de vers simples, constitués d'un hémistiche unique.

5. 2. l. l. Modèles de vers doubles

290Dans ces modèles, le ‘arūḍ peut prendre deux formes différentes. Dans le premier cas, il est dit maṭwiyy makšūf. Le ṭayy consiste à effacer le quatrième ḥarf, le wāw, d'où il résulte un pied maf‘ula"tu (– ⋃ [– ⋃]) ; et le kašf, à effacer le dernier ḥarf, le tā’, d'où il résulte un pied maf‘ula"(– ⋃ –) qui est renommé fa"‘ilun. Dans le second cas, le ‘arūḍ est dit maḫbūl makšūf. Le ḫabl, qui combine le ḫabn et le ṭayy, permet d'effacer simultanément les second et quatrième ḥarf-s. Combiné au kašf, il donne au dernier pied du premier hémistiche la forme fa‘ilun (⋃⋃ –).

291a – ‘arūḍ-l (fa"‘ilun = – ⋃ –) : à cette première variante du ‘arūḍ peuvent être associés trois fins de vers différentes.

  • 167 ‘Iqd, vol. V, p. 488 ; Iqnā‘, p. 51 ; ‘Arūḍ, p. 115 ; Kāfī, p. 95 ; Mi‘yār, p. 63. Traduction : «  (...)

292a1 – ḍarb-1 : dans le premier modèle, le dernier pied du second hémistiche est maṭwiyy mawqūf, de la forme fā‘ilān, avec une syllabe finale surlongue (– ⋃ —). Autrement dit, le waqf, qui signifie littéralement "pause", n'efface, contrairement au kašf, que la ḥaraka finale, la voyelle u du pied maf‘uwla"tu. Le tā' est maintenu, soit la forme maf‘uwla"t, à laquelle s'applique le ṭayy, pour donner maf‘ula"t, qui est réécrit fa"‘ila"n. L'exemple de vers cité par les métriciens classiques est un vers anonyme167 :

  • 168 ‘Iqd, vol. V, p. 465 et 489 ; Iqnā‘, p. 51 ; ‘Arūḍ, p. 116 ; Kāfī, p. 96 ; Mi‘yār, p. 64. Traducti (...)

293a2 – ḍarb-2 : dans le second modèle, le ḍarb est identique au ‘arūḍ, c'est-à-dire maṭwiyy makšūf, de la forme fā‘ilun (– ⋃ –). Ici aussi, le vers témoin des traités classiques est un vers anonyme168 :

  • 169 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXXV, vers 1, p. 284 ; ‘Iqd, vol. V, p. 466 et 489 ; Iqnā‘, p. 52 ; ‘Arūḍ, (...)

294a3 – ḍarb-3 : cette dernière fin de vers est dite aṣlam. Le pied final y a la forme fa‘lun (– –). Le ṣalm est un processus qui, comme le ḥaḍaḍ pour le mètre kāmil, efface entièrement le watid final, mafrūq ([– ⋃]) dans un cas, mağmū‘([⋃ –]) dans l'autre. Dans le modèle du sarī‘, le pied se trouve donc réduit à deux sabab-s ḫafīf-s, soit deux syllabes longues. L'exemple cité par les métriciens arabes pour illustrer ce modèle de vers est le suivant, attribué à Abū Qays b. al-Aslat169 :

  • 170 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LIV, vers 6, page 238 ; ‘Iqd, vol. V, p. 466 et 489 ; Iqnā‘, p. 53 ; ‘Arūḍ (...)

295b – ‘arūḍ-2 (fa‘ilun= ⋃⋃ –) : à cette fin de premier hémistiche ne peut être associée qu'une seule fin de vers qui lui est identique (fa‘ilun). L'exemple de vers des traités de métrique est un vers attribué à al-Muraqqiš al-Akbar170 :

5. 2. l. 2. Modèles de vers simples

296Les deux derniers ‘arūḍ-s inventoriés par les métriciens arabes classiques représentent les modèles simples du sarī‘ (mašṭūr al-sarī‘) où le vers est constitué d'un seul hémistiche. Dans ces deux modèles, comme dans le cas des modèles simples du rağaz, le ‘arūḍ et le ḍarb ne font qu'un.

  • 171 ‘Iqd, vol. V, p. 489 ; Iqnā‘, p. 53 ; ‘Arūḍ, p. 118 ; Kāfī, p. 98 ; Mi‘yār, p. 64. Traduction : «  (...)

297a – ‘arūḍ-3 : le premier est dit mašṭūr mawqūf. Il s'achève donc, comme son nom l'indique, par une syllabe surlongue. Le troisième et dernier pied y est de la forme maf‘uwla"n (– – –). Le vers-témoin des traités de métrique est un vers anonyme171 :

  • 172 ‘Iqd, vol. V, p. 467 et 489 ; Iqnā‘, p. 53 ; ‘Arūḍ, p. 118 ; Kāfī, p. 99 ; Mi‘yār, p. 65. Traducti (...)

298b – ‘arūḍ-4 : le pied final du second modèle est dit mašṭūr makšūf. Nous avons déjà vu l'application du kašf aux modèles doubles de ce mètre. Ce pied a donc la forme maf‘uwlun (– —). Le vers cité, ici aussi, est un vers anonyme172 :

5. 2. 2. Exemples de vers

299Les traités de métrique ont inventorié trois types de ziḥāfa-s qui s'appliquent aux pieds des différents modèles de vers du mètre sarī‘ : le ḫabn, qui efface le deuxième ḥarf des pieds mustaf‘ilun, maf‘uwlun et maf‘uwla"n qui sont respectivement transformés en mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]), fa‘uwlun (⋃ — ) et fa‘uwla"n (⋃– – –) ; le ṭayy, qui efface le quatrième ḥarf des pieds du type mustaf‘ilun, soit mufta‘ilun (– ⋃ [⋃ –]) ; et le ḫabl, combinaison du ḫabn et du ṭayy, qui transforme un pied mustaf‘ilun (— ⋃ –) en fa‘alatun (⋃ ⋃ ⋃ –). Ces processus sont donc les mêmes que ceux qui s'appliquent aux modèles de vers du rağaz. Mais nous allons voir que les choses sont bien différentes dans la réalité.

300Le cas des formes simples est identique à celui de l'ensemble des modèles de vers du rağaz. En effet, tous les processus de ziḥāfa inventoriés y sont applicables. Autrement dit, chacun des pieds de type mustaf‘ilun peut être réalisé, dans un vers donné, de quatre manières différentes : — [⋃ –], ⋃ – [⋃ –], – ⋃ [⋃ –] ou ⋃ ⋃ [⋃ –], sans que semblent intervenir de contraintes particulières. Ces deux modèles peuvent donc être représentés comme suit en termes de groupes stables et de positions variables :

  • 173 Waraqa, p. 46.
  • 174 Waraqa, p. 51 : « (1) yā ṣāḥibay raḥlī bi-ḏāti l-ḫalīl (2) ‘ūğā 'ani l-manzili qabla r-raḥīl » (Ô (...)
  • 175 Waraqa, p. 51, note 38.

301La seule contrainte porte sur la seconde position du troisième et dernier pied, laquelle est obligatoirement associée à une syllabe longue. Autrement dit, le ṭayy ne s'y applique pas. Pour le reste, ces modèles catalectiques font pendant au modèle acatalectique du rağaz simple à trois pieds (rağaz-l) et il n'y a donc aucune raison de les considérer comme autre chose que des variantes de rağaz simple. C'est d'ailleurs l'avis d'un certain nombre d'auteurs arabes classiques. Al-Ğawharī qui, comme nous l'avons vu, considère par ailleurs les formes longues du sarī‘ comme dérivées du basīṭ, inventorie ces deux formes courtes comme des modèles de rağaz. Il cite comme exemple de rağaz mašṭūr maqṭū‘ le même vers qui illustre, dans les traités classiques, le modèle du ‘arūḍ-4 du sarī‘173. Quant au ‘arūḍ-3, il figure également dans le chapitre qu'il consacre au rağaz. Mais, bizarrement, al-Ğawharī y accepte le ṭayy et cite deux vers simples dont le dernier pied a la forme fa"‘ila"n (– ⋃ —)174. L'éditeur de ce traité fait remarquer qu'un tel modèle de vers simple n'est pas inventorié par les métriciens classiques, ni comme variante du rağaz, ni comme variante du sarī‘175. Un tel modèle n'est d'ailleurs pas attesté dans le corpus de la poésie ancienne. Dans les vers simples à syllabe finale surlongue, comme je l'ai signalé, seul le ḫabn est admis. Il est donc possible, comme le suggère encore l'éditeur du ‘arūḍ al-waraqa, de considérer les deux vers cités comme deux hémistiches d'un vers double musarra’, c'est-à-dire ayant une rime interne. Notons qu'al-Ğawharī ne cite en général, comme exemple des variantes qu'il examine, qu'un vers isolé. L'exemple cité ici fait bizarrement exception et la suggestion de l'éditeur paraît donc judicieuse. Le modèle de ce vers double est alors celui du premier ḍarb du premier ‘arūḍ du mètre sarī‘.

302Les éditeurs de poésie classent d'ailleurs presque toujours les poèmes composés suivant ces modèles de vers parmi les urğūza-s (pl. arāğīz) ou "poèmes en rağaz". Nous justifierons plus amplement dans le chapitre suivant le choix de considérer finalement tous les modèles de vers simples comme constitutifs du genre poétique appelé rağaz, ce qui inclut également la forme simple du munsariḥ qui est inventoriée par les métriciens classiques. Nous appelerons donc rağaz-2a (Rj-2a) et rağaz-2b, respectivement, les troisième et quatrième ‘arūḍ-s du mètre sarī‘. Nous nous trouvons donc maintenant en présence de quatre variantes de rağaz simple dont les modèles sont les suivants :

  • 176 J. Hämeen-Anttila, op. cit., p. 131. L'analyse de Hämeen-Anttila a porté sur quatre-vingt-huit ver (...)

303Dans les tableaux de l'annexe II figurent les résultats de l'analyse statistique de l'association des positions variables des deux nouveaux modèles. Pour le premier, j'ai procédé à l'analyse de l'ensemble des vers recensés dans l'œuvre attribuée aux cent poètes de mon corpus, soit un total de cent onze vers. Pour le second, j'ai une nouvelle fois complété l'analyse partielle proposée par Hämeen-Anttila qui porte sur les vers composés par al-Aġlab b. ‘Amr al-''Iğlī, soit un total de cent onze vers également176. Dans ces deux modèles, l'application du ḫabl n'est guère plus fréquente que dans le cas du rağaz-l, soit dix-huit cas sur les deux cent vingt-deux vers examinés. Mais son application simultanée aux deux premiers pieds du vers n'est, cette fois-ci, pas attestée. Enfin, le nombre de vers où deux des cinq positions variables, au plus, sont associées à des syllabes brèves, est de cent soixante et onze, soit 77,02 %.

  • 177 Voir J. Maling, op. cit., p. 49 ; C. Golston & T. Riad, op. cit., p. 5, qui s'en remettent à l'arg (...)
  • 178 Prince, op. cit., p. 79, fait effectivement remarquer que l'avant-dernière syllabe des formes cata (...)

304La fusion des mètres rağaz et sarī‘ en un seul est devenue courante dans les études anglo-saxonnes sur la métrique arabe177. En effet, en ignorant provisoirement la longueur respective des différents modèles de vers, simples ou doubles, nous constatons d'abord que les pieds qui les composent, à l'exception du ‘arūḍ et du ḍarb, sont tous du type mustaf‘ilun. Mais, surtout, les fins de vers ou d'hémistiches des modèles catalectiques longs de ces deux mètres sont pour ainsi dire complémentaires. En effet, l'avant-dernière position est toujours associée à une syllabe longue dans le cas du mètre rağaz, soit maf‘uwlun (– – –) ou fa‘uwlun (⋃ – –) ; et à une syllabe brève dans le cas du mètre sarī‘, soit fa"‘ila"n (– ⋃ —), fa"‘ilun (– ⋃ –) ou enfin fa‘ilun (⋃ ⋃ –)178. Mais il existe une première différence importante entre ces modèles longs : pour le rağaz, les deux types de fins de vers peuvent librement alterner à l'intérieur d'un même poème, ce qui n'est pas le cas du sarī‘ où les trois fins de vers sont caractéristiques de modèles de vers indépendants qui ne peuvent être combinés les uns avec les autres comme dans le cas du rağaz. La seule possibilité inventoriée par les métriciens classiques pour le sarī‘ est celle qui fait alterner les deux types de ḍarb-s du second ‘arūḍ, fa‘ilun (uu –) et fa‘lun (– –), mais elle est généralement considérée comme anormale, comme nous le verrons bientôt. À cette première différence s'en ajoute une seconde, beaucoup plus importante, concernant le nombre et la répartition des positions stables et variables. L'examen des pièces anciennes conservées montre tout d'abord que le ḫabn ne s'applique dans le second pied d'aucun des modèles du sarī‘ long ; de même, le ḫabln'est pas attesté, ni dans le premier pied ni dans le second. Les modèles déduits de l'analyse de l'ensemble des pièces ou fragments à notre disposition dans le corpus considéré sont donc les suivants :

  • 179 Voir infra, annexe II, p. 492-494.

305Les trois premiers de ces modèles correspondent aux trois ḍarb-s du premier ‘arūḍ des traités de métrique classiques. Dans la mesure où le ḫabl ne s'applique pas au premier pied de l'un ou l'autre des hémistiches de ces trois modèles, les deux premières positions métriques peuvent être considérées comme une paire de variables liées, comme cela est le cas dans les modèles de vers du basīṭ : ces deux positions variables ne peuvent être simultanément associées à des syllabes brèves. Dans les tableaux de l'annexe II, où sont reportées les informations statistiques relatives à la variation dans ces modèles de vers, deux chiffres figurent donc dans les colonnes qui concernent les variables liées : le premier indique le nombre de cas où c'est la première des positions variables qui est associée à une syllabe brève (xAx = ⋃ –) ; et le second, le nombre de cas où c'est la deuxième position variable (xAx = – ⋃)179.

306Contrairement à ce que l'on a pu constater dans le cas du basīṭ, la répartition de ces deux cas est ici relativement équilibrée, avec un écart maximal d'un peu plus de 10 % dans le cas du second hémistiche. Les statistiques qui concernent le troisième de ces modèles ne peuvent être, étant donné le peu de vers attestés, huit au total, considérées comme significatives. Dans le cas du sarī‘-1 et du sarī‘-2, les pourcentages varient entre 18,28 et 28,5 %. De même, l'association des positions x2 et x4 à des syllabes brèves ou longues est équilibrée. Enfin, j'ai fait figurer dans ces tableaux la proportion de cas de césure enjambante relevés, qui se situe au-delà des 4 %, ce qui n'est pas négligeable, même si cette proportion n'a que peu à voir avec la grande fréquence de tels cas dans des modèles comme ceux du hazağ ou, dans une moindre mesure, du kāmil mağzū’.

307L'hypothèse selon laquelle le sarī‘ double ne serait que l'une des variantes possibles du rağaz doit finalement être rejetée : contrairement au rağaz où le vers compte cinq positions variables par hémistiche, le sarī‘ n'en compte que trois, les deux premières étant de plus liées. Comme nous le verrons plus loin, ce dernier mètre est plutôt apparenté au munsariḥ, au madīd, au ramal et au ḫafīf d'une part, au basīṭ d'autre part.

  • 180 (a) Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LIV, vers 1, p. 237. Traduction : « Est-ce aux demeures abandonnées de (...)

308Les deux derniers modèles correspondent tous deux à l'unique ḍarb du second ‘arūḍ des métriciens arabes. Comme dans les trois précédents, chaque hémistiche débute par une paire de variables liées. Mais la première différence tient à l'alternance possible, en fin d'hémistiche et de vers, entre deux types de ‘arūḍ-s et de ḍarb-s, le premier de type fa‘ilun (⋃⋃ –) et le second de type fa‘lun (– –). Les deux vers cités par al-Šantarīnī pour illustrer l'alternance de fa‘ilun et fa‘lun sont tirés de la pièce n° LIV des Mufaḍḍaliyyāt, attribuée à Muraqqiš al-Akbar180 :

  • 181 Al-Šantarīnī, Mi‘yār, p. 66, par exemple, dit : « L'emploi des deux ḍarb-s du second ‘Arūḍ dans un (...)
  • 182 ‘Abīd b. al-Abras, poème n° XXVI, vers 3a (The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ib (...)
  • 183 Al-A‘šä al-Kabīr, poème n° XVIII, vers 45a (Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 145) ; al-Mutaqqib al-‘Abdī (...)

309Ce poème alterne donc deux types de rimes : mutawātir (kallam, CVCCVC) et mutarākib (‘anam, CVCVC). Cette alternance est représentée, comme pour le kāmil et le wāfir, par une position X, laquelle peut être associée à une syllabe longue ou deux syllabes brèves. Les métriciens classiques considèrent cette possibilité comme anormale ou rare (šāḏḏ)181 Rare, elle l'est effectivement puisqu'elle n'est attestée, dans le corpus considéré, que par neuf pièces ou fragments, soit un total de cent deux vers. Quant à sa conformité ou non à la norme, je ne me permettrai pas d'en juger. S'il s'agit de la norme établie par les métriciens classiques, ce qui paraît bien être le cas, elle n'a qu'une valeur limitée au regard de la pratique et de l'usage anciens qui nous intéressent ici. Et, de ce point de vue, il s'agit d'une alternance dont l'emploi, aussi rare soit-il, est attesté. Pour le majorité des pièces inventoriées, c'est surtout dans le second hémistiche du vers qu'est exploitée la possibilité d'alternance entre fa‘ilun et fa‘lun. Dans un quart à deux cinquièmes des vers attestés, la position X6 est associée à une syllabe longue et, pour deux tiers, à deux syllabes brèves. Cependant, comme ailleurs, les régularités mises à jour, qui ont permis de délimiter les cinq modèles ci-dessus, ne vont pas sans quelques exceptions. Dans les trois premiers de ces modèles, il arrive parfois que la sixième position de l'un ou l'autre des hémistiches soit réalisée brève, comme cela est possible dans le sari'-4b, auquel cas la position variable qui précède est systématiquement réalisée longue182. Si ces cas ne s'étaient pas limités à une poignée de vers, il aurait été nécessaire d'envisager de représenter les cinquième et sixième positions de chaque hémistiche comme une paire de positions variables liées. De même, j'ai pu relever quelques cas d'application du ḫabl, les deux positions liées qui figurent à l'initiale de l'un des deux hémistiches étant simultanément réalisées brèves183.

310Le cas des deux derniers modèles est plus problématique. La différence entre les modèles du sarī‘-4a et du sarī‘-4b tient uniquement à l'emplacement des positions variables x2 et x5. Dans le premier, elles correspondent à la sixième position de chacun des hémistiches, comme c'est le cas dans les trois premiers modèles doubles du sari'. Dans le second, au contraire, c'est la cinquième position de l'hémistiche qui est sujette à variation. La distinction entre ces deux modèles est, dans certains cas, difficile. Ainsi le poème de Muraqqiš al-Akbar, bien qu'inventorié ci-dessus comme une réalisation du sarī‘-4b, comporte trois hémistiches dont la structure métrique se rapporte au modèle du sarī‘-4a, la cinquième position étant associée à une syllabe longue et la sixième, à une syllabe brève :

  • 184 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LIV, vers 24, page 240. Traduction : « Par ta vie, [ô roi,] nous sommes te (...)

311vers 24184 :

  • 185 Mufaḍḍaliyyāt, vers 27, p. 240. Traduction : « Dans un an, tu verras les oiseaux pénétrer dans les (...)

312vers 27185 :

313Par ailleurs, trois autres vers de ce même poème comportent un pied de kāmil (mutafa"‘ilun, soit ⋃⋃ [– ⋃ –]) avec une position X réalisée sous la forme de deux syllabes brèves. Ces trois vers sont les suivants :

  • 186 Mufaḍḍaliyyāt, vers 18, p. 239. Traduction : « Quelle est notre faute pour que nous ait razzié un (...)

314vers 18186 :

  • 187 Mufaḍḍaliyyāt, vers 21, p. 239. Ce vers est peu compréhensible : le sens de maṣālīt, pluriel de ma (...)

315vers 21187 :

  • 188 Mufaḍḍaliyyāt, ers 34, p. 240. Traduction : « Et l'empressement entre deux séances, alors que la s (...)

316vers 34188 :

  • 189 Dīwān Imrri’ al-Qays,p. 199. Traduction : « (2) (Et) je rencontrai, en la personne d'Abū Ḥanbal, l (...)

317Le fragment n° XXXVI d'Imru’ al-Qays présente de semblables particularités. Dans le troisième vers, c'est le second pied de l'hémistiche qui est de type mutafa"‘ilun, comme dans tous les exemples tirés du poème de Muraqqiš al-Akbar. Par contre, dans le deuxième vers de ce même fragment, c'est le premier pied du vers. Cette anomalie peut facilement être corrigée en supprimant la conjonction de coordination initiale (fa-) que j'ai fait figurer entre parenthèses dans la translittération ci-dessous189 :

318vers 2 :

319vers 3 :

  • 190 Tuḥfa, p. 226 ; Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 274-279. Ce poème compte quarante-deux vers dont l'avan (...)

320Al-Rāḍī cite également le poème n° LII d'al-A‘šä al-Kabīr dont il s'étonne que les métriciens ne l'aient pas fustigé au même titre que celui de Muraqqiš190. C'est le cas d'Ibn Qutayba, par exemple, qui mentionne la pièce comme un exemple de la quatrième espèce de poésie, celle où le sens autant que l'expression sont faibles (« ta’ahhara ma‘nâhu wa ta’aḫḫara lafẓuhu »). Il dit à son sujet :

  • 191 Ibn Qutayba, Introduction au livre de la poésie et des poètes, 1947, p. 12 (la traduction est cell (...)

« C'est pour moi un étonnement qu'al-Açma'i ait introduit dans son anthologie cette pièce dont la mesure n'est pas juste (laysa bi-ṣaḥīḥ al-wazn),dont la rime n'est point belle (wa-lā ḥasan al-rawī), dont les expressions ne sont point choisies (wa-lā mutaḫayyaral-lafẓ) et dont le sens n'est pas délicat (wa-lā laṭīf al-ma‘nä). Je n'y connais qu'une seule chose qui y puisse être louée, c'est ce vers : [...]191 »

321Comme le signale Ibn Qutayba, la rime de ce poème souffre aussi du défaut que les poéticiens arabes ont appelé sinād : dans les vers 3, 14, 18 et 2l, la voyelle dite al-tawğīh, qui précède immédiatement la consonne du rawī (ici –m), n'est pas une fatha ([a]) comme dans les autres vers du poème, mais une kasra ([i]) ou une damma ([u]). Il faut toutefois remarquer que le sinād, bien que considéré comme une faute par les métriciens et érudits classique, est assez fréquent dans l'œuvre des poètes anciens et il serait aisé d'en multiplier les exemples.

322La présence de pieds de type mutafa"‘ilun pourrait laisser penser que le mètre de ce poème d'al-Muraqqiš n'est pas le sarī‘-4b mais une variante du kāmil. Mais une telle fin de vers n'est pas attestée avec ce dernier mètre, non plus que les réalisations ⋃ – [⋃ –] et – ⋃ [⋃ –] des premier et second pieds de l'hémistiche, bien qu'inventoriées par les métriciens classiques. Cette éventualité ne peut donc être retenue. Il y a de fortes raisons de penser que ce poème est authentique et, donc, ancien :

  • 192 Al-Mufaddal al-Ḍabbī, The Mufaḍḍaliyyāt. An Anthology of Ancient Arabian Odes, éd. & trad. C. Lyal (...)

« En premier lieu, dit Lyall, son mètre n'est pas conforme aux canons reconnus de la métrique arabe [...]. Par ailleurs, il contient plusieurs mots anciens, dont le plus remarquable est 'ammau vers 34, ainsi que d'autres comme al-aqwarīna au vers 35, dont le sens exact n'est pas connu. Finalement, il fait référence à des événements historiques que les commentateurs n'ont pu expliquer, car la mémoire des [dépositaires des] traditions de la tribu n'en avait pas conservé [le souvenir]. Voilà, semble-t-il, de bonnes raisons de considérer ce poème comme ancien192. »

323Deux explications aux particularités métriques de ce poème peuvent finalement être envisagées : il est d'abord possible d'imaginer qu'elles sont liées aux vicissitudes de sa transmission, depuis sa composition jusqu'à sa recension écrite définitive, les vers qui nous apparaissent comme atypiques ayant subi des modifications irréversibles. Mais il se peut aussi que ces vers nous soient parvenus dans leur version originale, auquel cas les variantes exceptionnelles dont nous avons constaté l'existence doivent être considérées comme anciennes : le nombre d'occurrences de pieds de type mutafa"‘ilun n'est en effet pas négligeable, d'autant que le phénomène est attesté dans trois des quatre poèmes ou fragments de sarī‘-4b en notre possession. Cette possibilité aurait donc été exploitée par les poètes anciens puis, peut-être, progressivement abandonnée et, finalement, rejetée par les métriciens classiques. Je me garderai de trancher ici entre ces deux explications. Il n'est d'ailleurs pas interdit de penser qu'elles recèlent chacune une part de vérité.

5. 3. LE MUNSARM

5. 3. 1. Modèles de vers

324Les métriciens classiques ont inventorié trois modèles dérivés de la forme abstraite du mètre munsariḥ. Ce mètre admet trois ‘arūḍ-s et trois ḍarb-s. Le premier modèle est un modèle de vers double. Les deux autres sont des modèles de vers simples et ‘arūd et ḍarb y sont donc une seule même chose.

  • 193 ‘Iqd, vol. V, p. 490 ; Iqnā‘, p. 56 ; ‘Arūḍ, p. 122 ; Kāfī, p. 103 ; Mi‘yār, p. 68. Traduction : « (...)

325a – ‘arūḍ-1 : dans ce premier modèle, le dernier pied du premier hémistiche est de la forme mustaf‘ilun (– – [⋃ –]), comme dans la représentation abstraite du munsariḥ. Ce ‘arūḍ n'admet qu'un seul ḍarb, de la forme mufta'ilun (– ⋃ [⋃ –]). Celui-ci est donc obligatoirement soumis au processus de ziḥāfa appelé ṭayy. L'exemple de vers cité par les traités classiques est un vers anonyme193 :

  • 194 Sīra, vol. III, p. 72 ; ‘Iqd, vol. V, p. 468 et 490 ; Iqnā‘, p. 56 ; ‘Arūḍ, p. 123 ; Kāfī, p. 104  (...)

326b – ‘arūḍ-2 : ce deuxième modèle est celui d'un vers simple à deux pieds, avec une syllabe finale surlongue. Il est dit manhūk mawqūf. Le second y a donc la forme maf‘uwla"t (– – –). Le vers-témoin cité est attribué à une femme, Hind bint 'Utba194 :

  • 195 ‘Iqd, vol. V, p. 469 et 490 ; Iqnā‘, p. 57 ; ‘Arūḍ, p. 124 ; Kāfī, p. 104 ; Mi‘yār, p. 68. Traduct (...)

327c – ‘arūḍ-3 : ce troisième et dernier modèle est dit manhūk, c'est-à-dire qu'il ne comporte lui aussi qu'un seul hémistiche de deux pieds ; et makšūf, le second pied étant de la forme maf‘uwlun, soit l'exemple de vers suivant, anonyme195 :

  • 196 Kāfī, p. 105 ; Mi‘yār, p. 69. Traduction : « Rien ne soulève les cœurs comme une colombe qui rouco (...)

328À ces trois modèles, al-Tibrīzī ajoute un second ḍarb au premier ‘arūḍ, de la forme maf‘uwlun, et dit de ce modèle qu'il aurait déjà été employé par les Anciens. Avant d'en citer deux exemples attribués à des Modernes, il donne un premier exemple que l'on attribue à ‘Abd al-Ġaffār al-Ḫuzā‘ī. Al– Šantarīnī évoque ce modèle dans le paragraphe qu'il consacre aux anomalies ou aux raretés du munsariḥ (fī sawāḏḏ al-munsariḥ) et cite le même vers196 :

329Quoique les deux modèles de vers simples aient été, selon toute probabilité, employés de longue date, comme en atteste le vers de Hind bint 'Utba, je n'en ai recensé aucun exemple dans l'œuvre des cent poètes de mon corpus. Ces modèles, au même titre que ceux des troisième et quatrième ‘arūḍ-s du sarī‘, doivent être considérés comme des variantes du rağaz simple et, malgré l'absence d'exemples de vers en nombre suffisant, on peut penser que leurs modèles sont les suivants, que nous appelerons rağaz-3b et rağaz-3c :

Rağaz-3b (Rj-3a = ‘arūḍ-2 du munsariḥ) : x x [⋃ -] # x [- —]
Rağaz-3c (Rj-3a = ‘arūḍ-3 du munsariḥ) : x x [⋃ -] # x [- -]

330Le seul modèle du munsariḥ qui soit attesté dans le corpus considéré est donc le ‘arūḍ-1 des métriciens arabes classiques. Un tiers des poètes en ont fait usage, ce qui représente un total de cinquante-huit pièces et fragments, soit cinq cent cinquante-neuf vers.

5. 3. 2. Exemples de vers

331Les trois types de ziḥāfa-s qui sont censés s'appliquer aux pieds des différents modèles de vers du munsariḥ sont les mêmes que pour le rağaz et le sarī‘ : le ḫabn qui efface le second ḥarf des pieds mustaf‘ilun, maf‘uwla"tu, maf‘uwlun et maf‘uwla"n lesquels sont transformés en mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]), mafa"‘iylu (⋃ – [– ⋃]), fa‘uwlun (⋃ —) et fa‘uwla"n (⋃ – – –) respectivement ; le ṭayy qui efface le quatrième ḥarf des pieds du type mustaf‘ilun qui devient mufta'ilun (– ⋃ [⋃ –]), et maf'uwla"tu, qui devient fa"‘ila"tu (– ⋃ [– ⋃]) ; et le ḫabl, combinaison du ḫabn et du ṭayy, qui transforme donc un pied mustaf‘ilun (— ⋃ –) en fa‘alatun (⋃ ⋃ ⋃ –). Ce dernier processus ne s'applique ni au pied maf‘uwla"tu, ni au pied final de l'un ou l'autre des deux hémistiches, où elle engendrerait une séquence de quatre syllabes brèves ou de cinq ḥarf-s mutaḥarrik-s, soit la séquence suivante : [...] # — [– ⋃] # ⋃ ⋃ [⋃ –].Par ailleurs, comme c'est le cas dans les modèles doubles du sarī‘, le ḫabl ne s'applique pas aux deux premiers sabab-s de l'un ou l'autre des hémistiches du modèle, et les deux premières positions variables sont donc liées (x^x). De même, le ḫabn ne s'applique pas à la première position du second pied du modèle arabe classique, laquelle est donc systématiquement associée à une syllabe longue.

332Enfin, contrairement à ce que laisse croire le modèle présenté dans les traités de métrique, le ‘arūḍ n'est jamais associé à une configuration syllabique de type mustaf‘ilun. Au contraire, il a systématiquement la même forme que le ḍarb, soit un pied de type mufta'ilun (– ⋃ [⋃ –]). Compte tenu de toutes ces observations, le modèle du munsariḥ peut alors, en termes de positions stables et de positions variables, être représenté comme suit :

Munsariḥ (Mn) : x^x [⋃ —] ⋃ [– ⋃ – ⋃⋃ –] / x^x [⋃ —] ⋃ [– ⋃ – ⋃⋃ –]

  • 197 Voir infra, annexe II, p. 495.

333L'analyse statistique de la variation a porté sur l'ensemble des vers composés par les cent poètes sélectionnés, soit cinq cent cinquante-neuf vers au total, comme je l'ai dit. Les résultats de cette analyse sont consignés dans l'annexe II197.

334Les deux groupes de positions variables liées sont, dans plus de la moitié des cas, associés à des paires de syllabes longues. Dans les autres cas, la répartition entre les deux abrégements possibles à l'intérieur de ces groupes disyllabiques est à peu près équilibrée dans le premier hémistiche, moins dans le second où l'association de la seconde des deux variables liées à une brève est nettement préférée, apparaissant dans 35,06 % des vers, contre 14,49 % seulement pour l'autre possibilité (xAx = ⋃ –).

335Mais le fait le plus remarquable concerne les positions x2 et x4. En effet, dans une très forte proportion des vers examinés, 89,44 % dans le premier hémistiche et 85,33 % dans le second, ces positions sont associées à une syllabe brève. Nous pouvons à la limite dire que le modèle "idéal" du munsariḥ ou, plus précisément, la variante du modèle qui a nettement la préférence des poètes anciens, est celle où ces deux positions sont associées à des syllabes brèves, comme dans la représentation ci-dessous où chaque hémistiche ne compte que deux positions variables, les deux positions liées initiales :

336J'ai indiqué, dans la dernière colonne du tableau, la proportion des cas de césure enjambante. Celle-ci est loin d'être négligeable (l8,24 %). Il sera nécessaire, à l'issue de la présentation de l'ensemble des modèles de vers de la poésie ancienne, de comparer ceux dans lesquels de tels enjambements sont attestés en nombre, la prise en compte de ce phénomène pouvant peut-être jouer un rôle dans la reconstruction du système de la métrique arabe ancienne et de son organisation.

  • 198 Labīd b. Rabī‘a, poème n° IV, vers 12a (Šarḥ dīwān Labîd b. Rabī‘a al-‘Āmirī, p. 28) ; Qays b. al- (...)
  • 199 ‘Abīd b. al-Abraṣ, fragment n° xii, vers 2a (The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir (...)
  • 200 Voir Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° V, p. 45-49, vers 1a, 8b, 13b et 27b ; ibid., poème n° XX, p. 98 (...)
  • 201 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 82.

337J'ai pu recenser un certain nombre d'exceptions ponctuelles au modèle. Dans certains cas, la quatrième position métrique de l'un ou l'autre des deux hémistiches est associée à une syllabe brève, que la position variable qui la suit immédiatement soit pour sa part associée à une syllabe brève ou à une syllabe longue198. Il arrive aussi, très exceptionnellement, que le ‘arūḍ ait la forme mustaf‘ilun (— ⋃ –), l'antépénultième position étant associée à une syllabe longue199. Enfin, dans une petite dizaine de vers, le mètre est défectueux du fait de l'absence d'une ou de plusieurs syllabes, généralement en milieu d'hémistiche. Il serait fastidieux d'énumérer les différents types d'anomalies200. Il est en effet fort problable que ces cas soient accidentels, altérations subies lors de la transmission ou au moment de la recension. De telles altérations, comme je l'ai souligné dans le premier chapitre, sont inévitables et leur existence n'a pas lieu de nous étonner. Dans certains cas, pourtant, ces anomalies peuvent être troublantes : dans le sixième fragment attribué à ‘Abīd b. al-Abras, bien que le mètre des second et troisième vers ne soit pas correct, il semble bien que, dans les trois vers, le ḍarb soit de la forme mustaf‘ilun, possibilité que les métriciens classiques eux-mêmes n'ont pas recensée, et qui n'est attestée nulle part ailleurs201.

5. 4. LE ḪAFĪF

5. 4. 1. Modèles de vers

338Les traités de métrique classiques énumèrent cinq modèles de vers du ḫafīf, soit trois ‘arūḍ-s et cinq ḍarb-s. Les trois premiers sont des modèles de vers longs, tandis que les deux derniers sont tronqués (mağzū’), ne comportant que deux pieds par hémistiche.

339a – ‘arūḍ-1 : le dernier pied du premier hémistiche est complet (tāmm ou sālim), de la forme fa"‘ila"tun (-[⋃ –] –). Peuvent lui être associées deux fins de vers différentes :

  • 202 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° I, vers 4 ; ‘Iqd, vol. V, p. 491 ; Iqnā‘, p. 60 ; ‘Arūḍ, p. 127 ; (...)

340a1 – ḍarb-1 : la première est identique à la fin de l'hémistiche, soit fa"‘ila"tun (– [⋃ –] –). Le vers-témoin des métriciens est un vers attribué à al-A‘šä al-Kabīr202 :

  • 203 Iqnā‘, p. 60 ; ‘Arūḍ, p. 128 ; Kāfī, p. 110 ; Mi‘yār, p. 71. Traduction : « Si seulement je savais (...)

341a2 – ḍarb-2 : dans ce second modèle, le dernier pied du vers est maḥḏūf, amputé de son dernier sabab, soit fa"‘ilun (– [⋃ –]). Le vers cité en exemple dans les traités de métrique est anonyme203 :

  • 204 ‘Iqd, vol. V, p. 491 ; Iqnā‘, p. 61 ; ‘Arūḍ, p. 129 ; Kāfī p. 111 ; Mi‘yār, p. 72. Traduction : «  (...)

342b – ‘arūḍ-2 : le second ‘arūḍest maḥḏūf, soit la forme fa"‘ilun (– [⋃ –]) ; dans ce cas, le ḍarb ne peut avoir qu'une seule forme, identique à celle du ‘arūḍ. Les métriciens classiques, ici aussi, citent un vers anonyme204 :

343c – ‘arūḍ-3 : les deux derniers modèles sont constitués de deux pieds par hémistiche. Ils sont donc tous deux mağzū’-s. Le ‘arūḍ est de la forme mustaf‘ilun, et le ḍarb peut alors avoir deux formes, identique à celle du ‘arūḍ dans le premier cas, soumise au ḫabn et au qaṣr dans le second, soit fa‘uwlun (⋃ —).

  • 205 ‘Iqd, vol. V, p. 471 et 492 ; Iqnā‘, p. 61 ; ‘Arūḍ, p. 129 ; Kāfī, p. 111 ; Mi‘yār, p. 72. Traduct (...)

344C1 – ḍarb-l : mustaf‘ilun (– [– ⋃] –). Le vers cité dans les traités est le suivant, anonyme lui aussi205 :

  • 206 ‘Iqd, vol. V, p. 491 ; Iqnā‘, p. 62 ; ‘Arūḍ, p. 130 ; Kāfī, p. 112 ; Mi‘yār, p. 72. Traduction : « (...)

345c2 – ḍarb-2 : fa‘uwlun (⋃ – –). Le vers-témoin est une fois de plus un vers anonyme206 :

  • 207 Pour le premier de ces deux modèles rares, al-Šammāḫ, fragment xiva (Dīwān al-Šammāḫ b. Dirār al-Ġ (...)

346De ces cinq modèles de vers, seul le premier est attesté de manière significative. Le deuxième ‘arūḍ et le second ḍarb du troisième ‘arūḍ ne sont, quant à eux, jamais employés par les poètes dont j'ai inventorié les vers et le répertoire métrique. Enfin, le second ḍarb du premier ‘arūḍ et le premier des deux modèles courts (‘arūḍ-3, ḍarb-1) sont respectivement attestés, chez les cent poètes considérés, par un vers isolé et un fragment de sept vers, soit huit vers au total ; et par un unique fragment de deux vers207. Les trois modèles dont j'ai pu constater l'existence chez les poètes anciens correspondent donc aux trois modèles suivants des traités classiques, avant application des processus de ziḥāfa :

347Xafīf-1 (X-1 = ‘arūḍ-1, ḍarb-1) :

348Xafīf-2 (X-2 = ‘arūḍ-1, ḍarb-2) :

349Xafīf maǧzū’ (Xm = ‘arūḍ-3, ḍarb-1) :

  • 208 A‘šä, poème n° XII, p. 355. Traduction : « Cette nuit me fut interminable, aux abords de Ḏāt al-Ku (...)

350À ces trois modèles, il faut ajouter trois vers simples, attribués à al-Musayyab b. ‘Alas, dont la translittération et l'analyse métriques sont les suivantes208 :

351Les trois hémistiches de ce court fragment riment ensemble et il faut donc considérer chacun comme un vers simple. Ces trois vers constituent, dans le corpus sur lequel est basé cette étude, l'unique spécimen de ce modèle de vers simple qui n'a pas été inventorié par les métriciens classiques. Dans ce cas, comme dans celui des autres modèles qui ne sont attestés ici que par un poème ou un fragment isolés, il faudrait en rechercher d'autres exemples dans les ouvrages classiques qui contiennent des vers.

5. 4. 2. Exemples de vers

  • 209 Voir, notamment, Kāfī, p. 113 : « Le taš‘īt est également permis dans le ‘Arūḍ si le vers est muṣa (...)
  • 210 Voir infra, annexe II, p. 496. J'ai exclu un hémistiche isolé attribué à Abū Du’ād al-Iyādī (G. vo (...)
  • 211 Ces quatre vers sont les suivants : Abū Du’ād al-Iyādī, poème n° XXXIV, vers 2 et 24 (G. von Grune (...)

352Quatre types de ziḥāfa-s sont censés s'appliquer aux pieds des différents modèles de vers du ḫafīf, dont l'un, le taš‘īṯ, d'un genre particulier, est généralement qualifié de ‘illa gayr lâzima, c'est-à-dire "non nécessaire", ou "facultative". Ce processus s'applique en effet au dernier pied de l'un ou l'autre des deux hémistiches, sans qu'il soit pour autant nécessaire que tous les vers d'un même poème en soient également affectés. Le taš‘īṯ est un processus d'effacement facultatif de l'un ou l'autre des deux ḥarf-s mutaḥarrik-s du watid mağmū‘ médian du pied fa"‘ila"tun, soit le troisième ou le quatrième ḥarf du pied, avec sa haraka. Le pied est donc transformé en fa"'a"tun ou fa"la"tun, réécrits maf‘uwlun (– – –). Cette possibilité n'est attestée que pour le seul modèle du ḫafīf-1, mais il faut dire que le peu de vers témoignant de l'existence du second modèle, le ḫafīf-2, peut y expliquer l'absence de tels cas de tas'ît. D'après les métriciens, cependant, si son application au ḍarb est libre, ce n'est pas le cas du ‘arūḍ où il n'est censé s'appliquer que si le vers est musarra‘, pourvu d'une rime interne209. Mais, même si le taš‘īṯ du ‘arūḍ est effectivement très rare, il ne semble pas, au vu des vers examinés, qu'il soit soumis à une telle contrainte. Les informations recueillies dans le premier des deux tableaux reproduits en annexe sont le résultat de l'analyse des vers attribués à cinq poètes, ‘Abīd b. al-Abras, Abū Du‘id al-Iyidī, ‘Adī b. Zayd, Muhalhil b. Rabī‘a et Umayya b. Abī al-Ṣalt, soit un total de cinq cent quatre-vingt-trois vers210. Seuls dix cas de taš‘īṯ au premier hémistiche ont été recensés, comme cela apparaît dans la huitième colonne du tableau (PfHl = – – –), soit 1,71 % des vers examinés. Sur ces dix vers, six sont effectivement muṣarra'-s, cinq d'entre eux étant le premier vers d'un poème ; mais ce n'est pas le cas des quatre derniers. Autrement dit taš‘īṯ et taṣrī‘ ne vont pas toujours de pair211.

353Les trois autres processus de ziḥāfa qui s'appliquent théoriquement aux modèles du ḫafīf sont les suivants : le ḫabn qui efface le second ḥarf des pieds mustaf‘ilun et fa"‘ila"tun, lesquels sont respectivement transformés en mafa"‘ilun (⋃ [– ⋃] –) et fa‘ila"tun (⋃ [⋃ –] –) ; le kaff qui efface le dernier ḥarf des pieds du type mustaf‘ilun, qui devient mustaf'ilu (– [– ⋃] ⋃), et fa"‘ila"tun, qui devient fa"‘ila"tu (– [⋃ –] ⋃) ; et le šakl, combinaison du ḫabn et du kaff, qui transforme donc un pied mustaf‘ilun (– [– ⋃] –) en mutaf'ilu (⋃ [– ⋃] ⋃), et fa"‘ila"tun en fa‘ila"tu (⋃ [⋃ –] ⋃). La contrainte de mu'iqaba interdit l'application simultanée du šakl au premier pied d'un hémistiche et du ḫabn au second, ce qui produirait une séquence – [⋃ –] ⋃ # ⋃ [– ⋃] – où les deux syllabes brèves qui précèdent le watid mafrūq n'appartiennent pas au même pied que lui. Pour les mêmes raisons, l'application du šakl au second pied et du ḫabn au troisième ne peut être simultanée.

  • 212 J'ai néanmoins relevé, parmi les vers analysés, un cas d'application du kaff, dans un vers de 'Adī (...)

354En réalité, comme nous l'avons déjà vu dans l'introduction de ce chapitre, seule la première position métrique de chacun des pieds des modèles longs du ḫafīf est sujette à variation, associée tantôt à une syllabe longue, tantôt à une syllabe brève. Les processus de ziḥāfa appelés kaff et šakl ne s'appliquent donc jamais, dans la pratique poétique de la période considérée au moins, au mètre ḫafīf ; et les trois modèles du ḫafīf qui sont employés par les poètes anciens peuvent être représentés comme suit en termes de positions stables et de positions variables212 :

355Xafīf-1 (X-1 = ‘arūḍ-1, ḍarb-1) :

356Xafīf-2 (X-2 = ‘arūḍ-1, ḍarb-2) :

357Xafīf maǧzū’ (Xm = ‘arūḍ-3, ḍarb-1) :

358Les deux modèles longs du ḫafīf comptent donc chacun six positions variables, soit trois par hémistiche. Dans le cas du ḫafīf-2, les pourcentages calculés et reportés dans la dernière ligne du tableau ne peuvent être, étant donné le peu de vers recensés, considérés comme significatifs. Par contre, le ḫafīf-1 est bien attesté, et les cinq cent quatre-vingt-trois vers analysés permettent de se faire une idée relativement claire des tendances propres à la réalisation de chacune des positions variables du modèle. Dans les deux hémistiches, la seconde de ces positions est, dans une très forte proportion des cas (87,47 % et 87,65 %) associée à une syllabe brève, tandis que l'association des autres positions variables à des syllabes brèves ou longues semble plutôt indifférente. Le faible taux d'association de la dernière (x6) à une syllabe brève s'explique par le fait que, dans près du tiers des vers (32,93 %), le dernier pied est soumis au processus de taš‘īṯ et a donc la forme invariable maf‘uwlun (– – –), sans aucune position variable.

359Enfin, dans la dernière colonne du tableau sont dénombrés les cas de césure enjambante dont la proportion globale est très importante puisqu'ils concernent plus du tiers des vers examinés (37,04 %).

6. LES MÈTRES DU CINQUIÈME CERCLE

6. 1. Le mutadārak

360Sous sa forme abstraite, le mutadārak comporte quatre pieds trisyllabiques (fa"‘ilun) par hémistiche, comme cela apparaît dans la représentation ci-dessous :

  • 213 Tuḥfa, p. 300. Traduction : « ‘Āmir est venu à nous, sain et sauf, après qu'il lui est arrivé ce q (...)

361D'après le Šarh tuḥfat al-Ḫalīl d'al-Rādī, où il est appelé muḥdaṯ, ce mètre admet quatre variantes. La première est identique au mètre abstrait ci-dessus et le vers cité en exemple, anonyme, est le suivant213 :

  • 214 Tuḥfa, p. 301. Traduction : « La demeure de Salmä, au fond de la vallée de ‘Umān, que le jour et l (...)

362Les trois autres modèles sont mağzū’-s, c'est-à-dire qu'ils ne comptent que trois pieds par hémistiche. Le dernier pied du premier hémistiche a dans les trois cas la forme fā‘ilun et c'est la fin de vers qui permet de distinguer ces modèles les uns des autres. Dans le premier, le dernier pied du second hémistiche a la forme fa‘ilātun et le mètre est mağzū’ (court, à deux fois trois pieds), maḫbūn (après effacement du alif, la première position est brève) et muraffal (par ajout d'une syllabe longue finale, tun). L'exemple cité est le suivant214 :

  • 215 Tuḥfa, p. 301. Traduction : « Est-ce là leur demeure disparue, ou bien des écritures effacées par (...)

363Le deuxième, par ajout d'une lettre, finit sur une syllabe surlongue (le dernier pied du second hémistiche est fā‘ilân)215 :

  • 216 Tuḥfa, p. 301. Traduction : « Fais halte sur [le lieu de] leur campement et pleure sur ses traces (...)

364Le troisième, enfin, a pour fin de vers fa‘ilun. Il est mağzū’ salim ("court sain"), comme dans l'exemple suivant216 :

  • 217 Tuḥfa, p. 302. Traduction : (a) « Une boule fut frappée, d'un coup de maillet, et les hommes l'att (...)

365Les deux seuls processus de ziḥāf qui sont autorisés sont le ḫabn et le qaṭ‘. Le premier permet l'abrégement du sabab, la longue initiale, de l'un ou l'autre pied, qui devient fa‘ilun (⋃ [⋃ –]), tandis que le second, par effacement de la dernière lettre et de la voyelle qui précède, transforme le pied en fa‘lun (– –). Les exemples de vers cités sont les suivants217 :

366Dans l'exemple (a), tous les pieds sont affectés par le ḫabn ; dans l'exemple (b), les pieds 1, 3 et 5 sont affectés par le qaṭ‘ et les autres par le ḫabn ; et dans l'exemple (c), tous les pieds sont affectés par le qaṭ‘. Comme le fait fort justement remarquer l'auteur, l'alternance entre pieds sains (fa‘ilun) et pieds tronqués (fa‘ilun et fa‘lun), n'est attestée dans aucun des vers cités. Par ailleurs, le qaṭ‘ est autorisé dans tous les pieds, en contradiction avec la règle générale qui veut que les processus qui affectent le watid soient limités au dernier pied du vers et de l'hémistiche (‘arūḍ et ḍarb), exception faite du ḫarm qui permet l'effacement occasionnel d'une syllabe brève de watid en début de vers dans des mètres comme le ṭawīl et le mutaqārib. La généralisation du qaṭ‘ remet en cause l'analyse classique du pied de mutadārak comme constitué d'un sabab ḫafīf et d'un watid mağmū‘, d'autant que la forme fā‘ilun n'est attestée dans aucun des trois exemples cités. Du coup, il semble bien que nous soyons devant deux modèles distincts : l'un ne comportant que des pieds de type fā‘ilun, qui compte quatre variantes, une longue et trois courtes, et l'autre reposant sur l'alternance de pieds de type fa‘ilun et fa‘lun. Ce dernier modèle de vers peut donc être représenté comme ci-dessous, avec une position X au début de chaque pied :

  • 218 Le premier à l'affirmer fut vraisemblablement Ibn Ḫallikān (m. 1318), dans son ouvrage biographiqu (...)
  • 219 Al-Zağğāğ, Kitāb al-‘Arūḍ, éd. S. Abū Sitta, dans Mağallat al-dirāsāt al-luġawiyya, n° 6-3 (2004), (...)

367D'après certains auteurs classiques, l'inventaire d'al-Ḫalīl ne comptait que quinze mètres et c'est al-Aḫfaš al-Awsaṭ qui y aurait ajouté le mutadārak218. Pourtant, dans le manuscrit que nous possédons de son Kitāb al-‘Arūḍ, il n'en est nulle part question. Ibn 'Abd Rabbih ne le mentionne pas non plus. Quant à al-Zağğāğ, il en cite un fragment de deux vers dans l'introduction de son traité, sans donner le nom du mètre suivant lequel ils sont composés et pour en dire qu'ils ne peuvent pas être considérés comme de la poésie. Le premier de ces deux vers n'est autre que le vers (c) ci-dessus, avec la variante wa-staġwat-nā au lieu de wa-stahlat-nā, tandis que le second, qui lui fait suite, est le suivant219 :

  • 220 ‘ArūḍH, p. 264.
  • 221 Traduction : (a) « La dispersion du campement t'a-t-elle attristé, au point que tu passes la nuit (...)

368Il faut finalement attendre Abū al- Ḥasan al-‘Arūḍī pour trouver la première mention explicite de ce mètre, sous le nom de ġārïb (« l'étrange »), appellation qui, loin d'être anodine, en dit long sur le statut bien particulier de ce mètre220. Abū al- Ḥasan le considère comme usité (musta‘mal) et cite des vers attribués à des Anciens (al-qudamā’) comme à des Modernes (almuḥdaṯūn). Les deux vers supposés anciens qui sont cités sont le vers (b) ci-dessus, qui est anonyme, et le vers suivant221 :

  • 222 Al-Ṭabarī, Tārīḫ al-umam wa-l-mulūk, s. éd., Le Caire, al-Matba‘a al-Husayniyya, s. d., vol. I, p. (...)
  • 223 Awā’il, 1994. Les vers en question sont tirés d'al-Ṭabarī, op. cit., vol. I, p. 613-615. Voir auss (...)
  • 224 Voir supra, Introduction, p. 45-46.

369Abū al-Ḥasan dit de ce vers qu'il est tiré d'un « poème célèbre » (qaṣīda mašhūra) dont il ne mentionne cependant pas l'auteur, mais qu'il citerait volontiers tout entier s'il n'était aussi long (wa-law lā al-iṭāla la-ḏakarnā-hā ‘an āḫiri-hā). Ce même vers est également cité par al-Ğawharī, Ibn ‘Abbād, al-Zamahšarī et al-Tibrīzī. D'après al-Ğawharī, il serait l'œuvre d'un certain ‘Amr al-Ğinnī. Quant à Ibn ‘Abbād, il dit qu'ils (les Arabes) affirment que ce vers est l'œuvre « d'al-Ğinn », ce que l'on peut considérer comme une faute de copie... À moins qu'il ne soit l'œuvre des djinns (al-ğinn) ! Al-Ṭabarī rapporte pour sa part deux vers de ṭawīl qui auraient été composés par ‘Amr b. ‘Abd al-Ğinn qui est vraisemblablement le père de l'Imru’ al-Qays de l'inscription d'al-Namāra, datée de 318 de l'ère chrétienne222. Ces vers répondent à deux autres, composés par le premier roi laḫmide d'al- Ḥāra, ‘Amr b. ‘Adī, qui aurait régné entre 275 et 300. Furayğāt, qui a réuni les vers arabes les plus anciens qui ont été conservés, rapporte également une petite pièce de onze vers, de mètre madīd attribuée à Ğaḏīma al-Abraš, oncle maternel de ‘Amr b. ‘Adī, et quelques vers du même, relatifs à sa rencontre avec la reine de Palmyre223. Comme je l'ai déjà dit, tous ces vers sont d'une authenticité plus que douteuse224. En particulier, les modèles de vers suivant lesquels certains de ces vers sont composés éveille aussi la suspicion : en effet, mis à part cet exemple douteux et quelques vers qu'aurait composés ‘Alī b. Abī Tālib, cousin et gendre du Prophète, le mètre appelé ġarīb par Abū al- Ḥasan, comme nous allons le voir, n'est pas attesté dans la poésie arabe avant la fin du viiie siècle. Quant au madīd, il est extrêmement rare chez les poètes anciens.

  • 225 ‘Arūḍ, p. 264.

370Abū al- Ḥasan cite également quatre vers composés par des poètes modernes, tous anonymes225. Dans ces quatre vers, comme dans les deux vers anciens cites précédemment, les pieds n'ont jamais la forme fā‘ilun (– [⋃ –]). C'est pourtant celle-ci que choisit Abū al- Ḥasan comme forme de base dont seraient dérivées les formes fa‘ilun (⋃ [⋃ –]) et fa‘lun (– [–]), la première dite maḫbūn, c'est-à-dire soumise au ḫabn, et la seconde, maqṭū‘, c'est-à-dire soumise au qaṭ‘.

371Si l'on excepte le vers supposé être l'œuvre de ‘Amr b. ‘Abd al-Ğinn, tous les vers cités sont anonymes et, pour la plupart, d'authenticité douteuse. Il existe en effet de bonnes raisons de penser qu'il s'agit, dans la plupart des cas, d'inventions de métriciens désireux de justifier de l'existence de modèles de vers qui sont en réalité inusités.

372Ibn ‘Abbād mentionne ce mètre dans son récapitulatif des mètres du cinquième cercle, à la suite du chapitre consacré au mutaqārib. Mais la façon dont il en parle, ajoutée au fait qu'il ne lui consacre pas un chapitre particulier, montre bien qu'il ne le considère pas comme un mètre usité (musta‘mal) :

  • 226 Iqnā‘, p. 76.

« Certains, poursuivant la dérivation, ont obtenu fa"‘ilun, oū le sabab est antéposé au watid, et l'ont appelé garīb ("étrange", "rare" ou "étranger"), muttasiq ("rassemblé") ou rakd al-ḫayl ("galop du cheval"). Il est employé, chez les Modernes, sous la forme fā‘ilun, avec effacement du alif, et sous la forme fa‘lun, avec qaṭ‘ du watid. Ils ont rapporté ce vers qu'ils affirment être l'œuvre d'al-Ğinn [ou des ğinns] : "La dispersion du campement t'a-t-elle attristé, au point que tu passes la nuit dans l'insomnie et le malaise226 ?" »

  • 227 Al-Ğawharī et al-Qarṭāgannī font également état de l'existence de ce mètre, le second l'évoquant s (...)

373Un seul des traités classiques consultés227, celui d'al-Šantarīnī, lui consacre un chapitre, dans lequel il commence par préciser :

  • 228 Mi‘yār, p. 109. Entre autres noms donnés à ce mètre, citons aussi muttasiq ("ordonné, disposé, ras (...)

« D'autres qu'al-Ḫalīl ont considéré qu'il était usité [musta‘mal] et il a été appelé muhtara‘ ("inventé"), ḫabab ("le trot") ou rakḍ al-hayl ("le galop du cheval") ; pour al-Ḫalīl, ce n'est pas de la poésie. On rapporte qu'il a signalé son rejet [de ce mètre]228. »

  • 229 Mi‘yār, p. 110. Traduction : « Je n'ai pour toute fortune qu'un dirham, et ce mauvais cheval noir. (...)

374Il cite ensuite quatre vers, parmi lesquels celui cité par al-Rāḍī pour illustrer l'application du ḫabn et celui qu'al-Ğawharī attribue à ‘Amr al-Ğinnī, et, pour finir, un vers dont tous les pieds sont affectés par le qaṭ‘, pour dire qu'une telle généralisation du procédé est rare (šāḏḏ)229 :

  • 230 Mi‘yār, p. 110. Les variantes sont les suivantes : pour le vers (3), Su‘dä au lieu de Salmä ; pour (...)

375Enfin, il dit que les poètes tardifs (al-muta’aḫḫirūn) emploient le mutadārak mağzū’, c'est-à-dire avec trois pieds par hémistiche, et en cite trois exemples qui sont les trois mêmes que ceux d'al-Rādī, avec quelques variantes230.

  • 231 Wāfī, p. 194-196.

376Ibn Ğinnī, pas plus qu'al-Ḫazrağī, ne mentionne l'existence de ce mètre. Quant à al-Tibrīzī, il l'évoque, comme Ibn ‘Abbād, à la fin du chapitre consacré au mutaqārib, sous le nom de muḥdaṯ, et cite d'abord le vers qu'al-Raḍī donne comme exemple du mutadārak complet, à quatre pieds par hémistiche, puis, pour illustrer l'application du ḫabn, le même vers qu'Abū al- Ḥasan, attribué à ‘Amr al-Ğinnī, ainsi que le vers ci-dessous dont nous verrons bientôt qu'il est attribué à al-Ḫalīl lui-même231 :

  • 232 Wāfī, p. 196. Traduction : « (1) La vie ici-bas ne fut pour nous qu'égarement, passions violentes (...)

377Il évoque ensuite le modèle constitué de pieds de type fa‘lun, pour lequel il donne les noms suivants : al-ġarīb, al-muštaqq, al-muttasiq, rakḍ al– ḫayl et qaṭr al-mīzāb. Il cite en exemple les trois vers suivants, dont le premier est le vers (c) cité par al-Rāḍī pour illustrer l'application du qaṭ232 :

’inna d – dunyā qad ġarrat – nā wa – stahwat - nā wa – stalhat nā
yā – bna d – dunyā mahlan mahlan zin mā ta’tī warnan wznā
mā min yawmin yamḍī ‘annā ’illā ’awhä minnā ruknā

378Ces vers auraient été composés par ‘Alī b. Abī Ṭālib en personne, lequel, entendant la cloche, ou la crécelle, dont les chrétiens se servaient pour appeler à la prière, s'adressa à ses compagnons et leur demanda : « Savez-vous ce que dit cette cloche ? » ; et ajouta : « Je tiens mon savoir du Prophète Muhammad, qui le tient lui-même de l‘archange Gabriel, lequel le tient de Dieu ; cette cloche dit » :

  • 233 Wāfī, p. 196-197. Traduction : « (1) Véritablement, véritablement, véritablement, véritablement ! (...)

ḥaqqan ḥaqqan ḥaqqan ḥaqqan ṣidqan ṣidqan ṣidqān ṣidqan
yā – bna b-dunyā ğam‘an ğam‘an ’inna d-dunyā qad ġarrat – nā
yā – bna b-dunyā mahlan mahlan lasnā nadrī mā qarraṭnā
mā min yawmin yamḍī‘annā ’illā awhä minnā ruknā
mā min yawmin yamḍā‘annā ’illā ’amḍä minnā qarnā233

  • 234 Al-Marzubānī, Nūr al-qabas al-muḫtaṣar min al-muqtabas, éd. R. Sellheim, 1964, vol. I, p. 60 ; al-(...)

379Si l'on excepte le vers attribué à ‘Amr al- Ǧinnī et ce fragment attribué à ‘Alī b. Abï Ṭālib, les premiers témoins de l'emploi du mutadārak datent de la fin du viiie siècle et sont l'œuvre d'al-Ḫalīl b. Ahmad en personne ! En effet, les ouvrages bio-bibliographiques, dans les notices qu'ils consacrent à al-Ḫalīl, mentionnent des vers qu'il aurait lui même composés suivant ce mètre. Il s'agit de deux courts fragments qui sont cités notamment par al-Marzubānī et al-Qifṭī. Le premier est exclusivement constitué de pieds de type fa‘lun et le second de pieds de type fā‘ilun234 :

(a) ya‘dū ‘amrun yastanhī min zaydin ‘inda l - faḍli l - qāḍī
fa-nhaw ‘amran ’innī ’aḫšä ḥawla l – laytī l – ‘ādīl - māḍī
laysa l – mar’ul - ḥāmī ’anfan mitlaṯl – mari’ ṣ - ṣatmi r - rāḍi
(b) su’ilū fa – ’abaw fa-laqda baḫilū wa – lā bi’sa la – ‘amru –ka mā fa‘alū
/ ’a-bakayta ‘alä ṭalalin ṭaraban fa – šaǧā-ka wa – ’aḥzama – ka ṭ - ṭalalu

380D'après al-Qifṭī, les poètes "modernes" (muḥdaṭūn) se sont inspirés de ces vers d'al-Ḫalīl et ont introduit dans le répertoire ces deux modèles, les employant alternativement dans un même poème (ḥalaṭū fï-hi min ağzā’ hādā wa-ağzā'hāḏā) et lui donnant le nom de muḫalla‘.

  • 235 Murūğ, vol. VII, p. 87 : « Abū al-‘Atāhiya a composé des vers qui ne sont pas conformes aux princi (...)

381Al-Mas‘ūdī cite aussi des vers d'Abū al-‘Atāhiya (m. 828) composés suivant le même modèle que le vers du fragment (a) ci-dessus, comportant exclusivement des pieds de type fa‘lun235 :

hammul qāḍī bautyn yuṭrib qāla l -qāḍī lammā ‘ūtib
mā fī d – dunyā ’illā muḏnib hāḏā ‘aḏru l-qāḍī wa - qlib

  • 236 J.-C. Vadet, « Contribution à l'histoire de la métrique arabe », Arabica, n° II (1955), p. 315-317 (...)

382Si l'on se fie aux statistiques de Bencheikh, Vadet et Frolov, le mutadārak n'apparaît nulle part jusqu'au xive siècle au moins, ni chez les poètes orientaux, ni chez les poètes andalous236. Pourtant, un examen attentif du corpus poétique nous révèle que des poètes orientaux et andalous, dès les xie et xiie siècles, ont composé de longs poèmes dans ce mètre. C'est le cas d'Ibn al-Abbār (m. 1041), auteur de deux poèmes en mutadārak, soit quatre-vingt-dix vers en tout ; d'Ibn Abī Ḥaṣīna (998-1064), auteur d'un poème de quarante-sept vers ; de ‘Alī al-Ḥuṣrī (m. 1095), auteur de trois poèmes selon ce mètre, soit cent vingt-quatre vers en tout ; d'Ibn Ḥamdīs (1053-1133), dans deux qaṣīda-s, soit cent trente-trois vers en tout ; d'Ibn Hānī al-Aṣġar (m. 1160), auteur d'une qiṭ‘a de douze vers ; d'Umayya al-Dānī (1068-1134), dans un petit poème de quinze vers ; d'Abū Ḥamīd al-Ğazzālī (1058-1160), dont le poème est long de cinquante-neuf vers ; d'al-Ḥaṭīb al-‘Aṣkafī (1067-1156), dans un fragment de neuf vers ; et de Nāsih al-Din al-‘Argāni (1068-1149), dont la qasidane compte pas moins de quatre-vingt-cinq vers.

383Autrement dit, il s'est passé plus de deux siècles entre les premiers témoins attestés, attribués à al-Ḫalīl et à Abū al-‘Atāhiya, et les qaṣīda-s composées par les poètes qui viennent d'être mentionnés. La question se pose de savoir pourquoi, dans cet intervalle, aucun poète n'a utilisé ce mètre.

384Pour ce qui est du modèle employé par tous ces poètes, il s'agit toujours de celui qui repose sur la libre alternance entre des pieds de type fā‘ilun et fa‘lun. Autrement dit, le mutadārak de base, avec des pieds de type fā‘ilun, n'est jamais employé. Il n'est finalement attesté que par quelques vers anonymes cités par certains métriciens et dont l'authenticité paraît plus que douteuse. De ce fait, l'existence même de ce mètre est sujette à caution.

385L'histoire et le statut du mutadārak, on le voit, posent un certain nombre de problèmes : si al-Ḫalīl ne l'a pas mentionné, comment se fait-il qu'il ait composé des vers suivant ce mètre ? Et si c'est bien al-Aḫfaš qui l'a ajouté au répertoire, comment expliquer qu'il ne soit pas présenté dans son Kitāb al-‘Arūḍ ? Les métriciens tardifs l'ont-ils ajouté parce que des poètes abbassides, comme Abū al-‘Atāhiya, avaient commencé à en faire usage ? Pourquoi ce mètre s'est-il vu affubler d'autant de noms différents et ces noms désignent-ils un seul et même mètre ?

  • 237 ‘U. al-Mar‘ī, Al-qarīb am al-mutadārak. Dirāsa ğadīda fī ‘Arūḍ al-Ḫalīl fī ḍaw’ Kitāb al-‘Arūḍ li- (...)

386Selon al-Mar'i, le fait qu'al-Aḫfaš, dans son Kitāb al-‘Arūḍ, ne mentionne pas le mutadārak peut avoir quatre explications237 : 1) que le manuscrit édité ne soit qu'une partie d'un ouvrage plus conséquent (on sait d'ailleurs que le manuscrit en question est incomplet) ; 2) qu'il soit une partie d'un Kitāb al-‘Arūḍ wa-l-qawāfī ; 3) que l'attribution de l'ouvrage à al-Aḫfaš est erronée ; 4) que l'attribution de l'ajout de ce mètre par al-Aḫfaš est erronée. D'après lui, tout porte à croire que c'est la quatrième hypothèse qui est la bonne, aucun des métriciens classiques n'attribuant l'ajout de ce mètre à al-Aḫfaš.

387Comme nous l'avons vu, le premier métricien à mentionner le mutadārak est Abū al- Ḥasan qui essaie d'expliquer pourquoi al-Ḫalīl ne l'a pas inclus dans son inventaire. Il avance deux raisons : la première est qu'il s'agit d'un mètre rare et qu'on ne lui en aurait rapporté aucun exemple. Mais cet argument ne tient pas, et ce pour deux raisons : la première est qu'al-Ḫalīl a lui-même composé des vers suivant deux variantes de ce mètre ; et la seconde est qu'à ce compte-là, il aurait aussi dû logiquement éliminer le muḍāri‘, le muqtaḍab ou encore le muğtaṯṯ. La seconde raison avancée par Abū al- Ḥasan est beaucoup plus plausible : elle tient au fait que ce mètre ne respecte pas les principes de base de la théorie élaborée par al-Ḫalīl, en ce sens que le qaṭ‘, qui affecte le watid, peut affecter tous les pieds et non pas seulement, comme pour tous les autres mètres, les seuls derniers pieds de l'hémistiche et du vers, le ‘arūḍ et le ḍarb.

  • 238 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 81-83.

388Stoetzer, cherchant lui aussi à savoir pourquoi al-Ḫalīl, ayant lui-même vraisemblablement composé des vers de mutadārak, a écarté ce mètre de la théorie des cercles, avance la même explication : dans la variante (a) ci-dessus de ce mètre, dit-il, le qaṭ‘ affecte non seulement le dernier pied de chacun des deux hémistiches mais aussi les pieds du ḥaṣw238. Autrement dit, tous les watids de ce modèle sont modifiés (leur syllabe brève est effacée). Ceci étant contraire au principe selon lequel les ‘illas n'affectent que le ‘arūḍ et le ḍarb, derniers pieds de l'hémistiche et du vers tandis que les ziḥāfas n'affectent que les sababs des pieds du ḥaṣw, al-Ḫalīl aurait pris le parti d'éliminer, purement et simplement, le mutadārak de l'inventaire des mètres poétiques. Une telle éventualité ne paraît en fait guère probable : pourquoi, en effet, al-Ḫalīl ne se serait-il pas contenté de rejeter de son modèle la seule variante incriminée du mètre mutadārak ? D'autant que la réalisation d'une potentialité supplémentaire des formules circulaires apportait de l'eau à son moulin. Lui-même n'a-t-il pas, dit-on, composé des vers suivant diverses variantes de ce mètre ? Et ces vers qui sont les plus anciens exemples d'utilisation de ce mètre ne rendent-ils pas finalement celui-ci plus suspect encore ? Enfin, pourquoi le mutadārak et pas le muqtaḍab et le muḍāri‘ ? Pas plus que ces derniers, il n'est employé avant al-Ḫalīl. D'après al-Mar‘ī, al-Ḫalīl aurait composé des vers suivant ce mètre pour indiquer à ses prédécesseurs que, bien qu'il l'ait écarté pour des raisons purement théoriques, il était employé par les Arabes.

6. 2. Le mutaqārib

389Le modèle abstrait de ce mètre est le suivant :

6. 2. 1. Modèles de vers

390Les modèles inventoriés par les métriciens classiques sont au nombre de six, répartis selon deux ‘arūḍ-s : le premier complet, d'où quatre modèles longs comportant quatre pieds par hémistiche ; le second mağzū’, d'où deux modèles courts comportant trois pieds par hémistiche seulement.

391a – ‘arūḍ-1 (tāmm)

  • 239 Dīwān Bišr b. Abī Ḫāzim, n° XII, p. 143 ; ‘Iqd, vol. V, p. 493 ; Iqnā‘, p. 72 ; ‘Arūḍ, p. 147 ; (...)

392a1 – ḍarb-1 : le premier ḍarb qui est associé à ce ‘arūḍ est de la même forme que lui et ce modèle est celui qui figure dans le cercle. L'exemple donné par les métriciens est un vers attribué à Bisr b. Abī Hāzim239 :

393a2 – ḍarb-2 : dans ce second modèle, le ḍarb est maqṣūr, de type fa‘uwl ([⋃ —]). La syllabe finale de ce modèle de vers est donc surlongue et le vers cité est attribué à un poète hudaylite, Umayya b. Abī ‘À’iḏ :

  • 241 Huḏaliyyīn, vol. II, p. 184 ; ‘Iqd, vol. V, p. 494 ; Iqnā‘, p. 72 ; ‘Arūḍ, p. 148 ; Kāfī, p. 130 ; (...)

394note 240241

  • 240 ‘Iqd, vol. V, p. 494 ; Iqnā‘, p. 73 ; ‘Arūḍ, p. 148 ; Kāfī p. 130 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : «  (...)

395a3 – ḍarb-3 : le troisième ḍarb de ce premier ‘arūḍ, quant à lui, est maḥḏūf, de type fa‘al ([⋃ –]). L'exemple de vers des traités de métrique est anonyme240 :

  • 241Iqd, vol. V, p. 476 et 494 ; Iqnā‘, p. 73 ; ‘Arūḍ, p. 149 ; Kāfī, p. 132 ; Mi‘yār, p. 82. Traduct (...)

396a4 – ḍarb-4 : dans ce dernier modèle de vers long, le dernier pied du vers est dit abtar. Il est de la forme fal, constitué d'une unique syllabe longue. L'exemple de vers choisi par les métriciens classiques, ici aussi, est anonyme241 :

397b – ‘arūḍ 2 : les deux derniers modèles inventoriés par les métriciens arabes classiques sont mağzū’-s et ne comptent donc que trois pieds par hémistiche. Par ailleurs, le ‘arūḍ, pied final du premier hémistiche, y est de la forme fa‘al ([⋃ –]), c'est-à-dire maḥḏūf.

  • 242Iqd, vol. V, p. 495 ; Iqnā‘, p. 74 ; ‘Arūḍ, p. 150 ; Kāfī, p. 132 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : « (...)

398b1 – ḍarb-1 : dans le premier, le ḍarb est identique au ‘arūḍ, de forme fa‘al ([⋃ –]). Le vers-témoin, anonyme, est le suivant242 :

  • 243 Iqnā‘, p. 74 ; ‘Arūḍ, p. 150 ; Kāfī, p. 133 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : « Sois pur et ne désespè (...)

399b2 – ḍarb-2 : dans le second, le ḍarb est abtar, monosyllabe de forme fal (-), et le vers cité dans les traités classiques est, une fois encore, un vers anonyme243 :

  • 244 Kāfī, p. 133. Le vers est le suivant : « wa-zawğu-ki fîn-nādī # wa-ya‘lamu mā fī ġadi ». Il est ég (...)

400De ces six modèles de vers, seuls les trois premiers sont attestés dans la poésie ancienne, dans l'œuvre attribuée aux cent poètes étudiés ici au moins. La forme longue avec ḍarb abtar et les deux formes courtes ne sont donc jamais employées. Ces deux dernières, selon al-Tibrīzī, n'auraient été employées qu'à l'époque du Prophète, probablement peu de temps après l'Hégire244 :

« On dit que le second ‘arūḍ ne s'entend pas chez les Arabes ; mais [certains] disent l'avoir entendu lors d'un serment d'allégeance au Prophète, que Dieu le bénisse et le protège ; ainsi ce vers : "Ton mari est à l'assemblée, et il sait ce qui arrivera demain." »

401Nous ne retiendrons pas ces deux vers ici mais nous nous en tiendrons à l'œuvre des cent poètes auxquels l'analyse a été consacrée, dans laquelle le mutaqārib mağzū’n'est jamais employé.

  • 245 Abū Du’ād al-Iyādī, n° XVII (G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. (...)

402Des trois modèles attestés, seuls le premier et le troisième le sont à grande échelle. Le second, à syllabe finale surlongue, est représenté, dans le corpus considéré, par trois courts fragments seulement, soit neuf vers245.

6. 2. 2. Exemples de vers

403Trois types de modifications applicables à ces modèles sont inventoriés dans les traités de métrique classiques : le qabḍ qui efface le dernier ḥarf des pieds de type fa‘uwlun ([⋃ –] –), transformés en fa‘uwlu ([⋃ –] ⋃), et qui est censé s'appliquer à tous les pieds du vers à l'exception du ḍarb et du ‘arūḍ ; le ḫarm, sous deux variantes appelées talm et ṯarm, qui permet d'effacer la syllabe brève initiale du watid du premier pied de l'un ou l'autre des deux hémistiches, soit fa‘lun ([-] –) lorsque c'est le talm qui s'applique, et fa‘lu ([-] ⋃) lorsque c'est le ṯarm qui se trouve être la combinaison du talm et du qabḍ ; le ḥaḏf, enfin, qui peut s'appliquer librement au dernier pied de l'un ou l'autre des vers d'un poème qui est transformé en fa‘al ([⋃ –]) des suites de l'effacement du sabab final, de telle sorte que peuvent alterner des vers dont le ‘arūḍ est de la forme fa‘uwlun ([⋃ –] –) et d'autres où il est de la forme fa‘al ([⋃ –]).

  • 246 Voir infra, annexe II, p. 496-497.

404L'analyse a porté, pour les premier et troisième modèles sur les œuvres attribuées à trois poètes, Ḥassān b. Ṭābit, Imru’ al-Qays et Ka‘b b. Mālik, et à une poétesse, la plus connue de toutes, al-Ḫansā’. Pour ce qui est du deuxième, comme je l'ai déjà mentionné, il n'est attesté que par neuf vers en tout. J'ai fait figurer les résultats de l'analyse de ces quelques vers dans un tableau, bien que leur petite quantité ne permette pas de considérer les totaux et pourcentages reportés dans les deux dernières lignes comme significatifs246.

405Cette analyse a permis de constater que le qabḍ ne s'applique en fait qu'aux deux premiers pieds de chaque hémistiche. La représentation des trois modèles en termes de positions stables et de positions variables est donc la suivante :

  • 247 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXI, p. 253-255, attribué à Ṯa ‘laba b. ‘Amr, poète dont nous ne savons po (...)

406La dernière position du premier hémistiche figure entre parenthèses car sa réalisation, du fait de la possible application du ḥaḏf, est facultative. Les vers où le ‘arūḍ a la forme fa‘al ([⋃ –]), avec effacement de la dernière position métrique, sont d'ailleurs majoritaires : un peu plus de la moitié des vers examinés pour le mutaqārib-1, et 84,12 %, soit la majeure partie des vers, pour le mutaqārib-3. Le cas du mutaqārib-2 est plus difficile à évaluer : l'absence de cas d'application du ḥaḏf peut en effet s'expliquer par le très petit nombre de vers dont nous disposons, ce que confirme l'analyse de l'unique pièce des Mufaḍḍaliyyāt qui répond à ce modèle, longue de quatorze vers, où c'est le contraire qui se produit : le dernier pied du premier hémistiche est toujours de la forme fa‘al ([⋃ –])247.

  • 248 Ḥassān b. Ṯābit, poèmes n° 205 (Dīwān Ḥassān b. Ṯābit, p. 378), n° 224 (ibid., p. 401),
    n° 232 (ibi (...)
  • 249 Au premier hémistiche : Ḥassān b. Ṯābit, poème n° 120, vers 2 (Dīwān Ḥassān b. Ṯābit, p. 251) ; al (...)
  • 250 Al-Ḫansā’, poème n° IV, vers 2 et 10 (Šarḥ dīwān al-Ḫansā’, p. 30).

407Le ḫarm, enfin, sous ses deux variantes appelées talm et ṯarm, s'applique le plus souvent au premier hémistiche du premier vers d'un poème. C'est le cas de six des douze occurrences recensées248. Mais il peut aussi s'appliquer au premier ou au deuxième hémistiche de l'un quelconque des vers d'un poème249. Dans un seul cas, enfin, j'en ai relevé deux occurrences dans une même pièce250.

7. L'EXAMEN DES VERS-TÉMOINS (SAWÂHID)

7. 1. De leur attribution

  • 251 Tuḥfa, p. 268 (muḍāri‘) et p. 274-275 (muqtaḍab). Voir supra, p. 198-199 notamment.

408Comme nous l'avons constaté, les exemples cités par les métriciens classiques pour illustrer les modèles de vers du muğtaṯṯ, du muḍāri‘, du muqtaḍab et du mutadārak sont tous des vers anonymes. Des auteurs plus tardifs, comme al-Rādī, citent aussi des vers attribués à des poètes tardifs dont les plus anciens, comme Abū Nuwās et Sa‘īd b. Wahb, sont à peu près contemporains d'al-Ḫalīl251. Or, ces quatre mètres ne sont pas, à ma connaissance, attestés dans la poésie ancienne. La question se pose donc de savoir si la corrélation de ces deux faits, anonymat des vers-témoins et non-attestation des modèles à l'époque ancienne, est due à une simple coïncidence ou si, au contraire, elle peut être considérée comme significative. Autrement dit, la citation par les métriciens classiques d'un vers-témoin anonyme permet-elle de supposer que le modèle de vers correspondant est inusité ? Et, réciproquement, le fait qu'un modèle de vers ne soit pas employé par les poètes anciens implique-t-il que le vers-témoin cité soit anonyme ? Pour répondre à ces deux questions, j'ai reproduit, dans les tableaux ci-dessous, la liste des modèles de vers inventoriés par les traités de métrique de la période classique, exception faite de ceux qui sont dérivés des mètres muğtaṯṯ, muḍāri‘, muqtaḍab et mutadārak. Dans la troisième colonne figure l'appellation que j'ai donnée au modèle lorsqu'il est attesté dans le corpus analysé. Dans le cas contraire, on trouvera la mention "non attesté". Dans la quatrième colonne est indiquée l'origine du ou des vers-témoins les plus fréquemment cités dans les traités consultés, qu'ils soient anonymes ou attribués à un poète connu et figurent dans son dīwān ou dans une anthologie (Mufaḍḍaliyyāt, Huḏaliyyīn, etc.).

409Les modèles de vers inventoriés dans les traités de métrique classiques sont au nombre de soixante-sept, soit soixante et un dans les tableaux ci-dessus, auxquels il faut ajouter les modèles uniques du muḍāri‘, du muqtaḍab et du muğtaṯṯ, ainsi que les trois modèles du mutadārak. Seuls quarante-deux de ces modèles sont employés par les poètes anciens, soit près des deux tiers.

  • 252 Voir supra, p. 200, note 162.

410Pour nombre de modèles bien attestés dans le corpus de la poésie ancienne, les vers cités en exemple par les métriciens sont anonymes. C'est le cas de treize des modèles répertoriés dans les trois tableaux ci-dessus. Cependant, les métriciens eux-mêmes ne nous informent qu'exceptionnellement de l'origine des vers qu'ils citent. Leur éventuelle attribution à des poètes connus et leur identification dans les recueils de poésie, dīwān-s et anthologies, est donc due au zèle des éditeurs des traités de métrique qui nous sont parvenus. Et il est alors fort possible que certains de ces vers n'aient pu être identifiés pour la simple raison qu'ils sont l'œuvre de poètes dont le dīwān n'a pas été consulté ; ou qu'ils appartiennent à des poèmes qui ont été perdus ou oubliés, mais auxquels certains auteurs classiques pourraient avoir eu accès. Mais il est aussi possible qu'il s'agisse de forgeries ou de plagiats dus aux métriciens eux-mêmes. D'aucuns reconnaissent d'ailleurs que certains de ces vers ne sont probablement pas authentiques. Rappelons le jugement porté par al-Zağğāğ sur le mètre mudārri‘ dont il pense qu'al-Ḫalīl l'aurait créé par analogie ; et d'ajouter : « Je ne sais si [les vers de mudārri‘] rapportés dans les ouvrages des métriciens ont été forgés ou entendus chez les Arabes252 ». Nous avons aussi vu qu'al-Ḫalīl aurait lui-même composé des vers selon les mètres muğtaṯṯ et mutadārak dont nous n'avons pas trouvé de traces chez les poètes anciens. Suspecter les métriciens classiques d'avoir eux-mêmes composé des vers pour illustrer certains modèles de la théorie n'a donc rien d'illégitime, d'autant que, comme je le verrai dans le paragraphe suivant, ces auteurs ne se sont par ailleurs pas privés de modifier certains vers à des fins théoriques.

411Quoi qu'il en soit de ces présomptions, force est de constater que le fait qu'un vers-témoin soit anonyme, ou qu'il nous apparaisse comme tel, n'implique rien quant à l'attestation ou non du modèle de vers dont il est l'illustration. Par contre, pour tous les modèles de vers qui ne sont pas attestés dans le corpus de la poésie ancienne, les vers-témoins sont systématiquement des vers anonymes, ce qui, dans une certaine mesure, corrobore les résultats de l'analyse du corpus. Si, au contraire, un modèle non attesté était illustré par un vers attribué à l'un des cent poètes anciens de l'annexe I mais ne figurant pas dans l'inventaire classique ou moderne de son œuvre, nous nous trouverions dans une situation un peu compliquée, ne pouvant s'expliquer que par le fait que nombre de poèmes anciens ne nous sont pas parvenus.

412Deux modèles font cependant exception à cette règle : la seconde variante du wāfir court (‘arūḍ-2, ḍarb-2), illustrée par un vers du poète omeyyade al-‘Abbās b. al-Aḥnaf ; et le second ‘arūḍ du munsariḥ, rebaptisé rağaz-3b, pour lequel l'exemple de vers cité est attribué à Hind bint 'Utba qui l'aurait prononcé à l'occasion de la bataille d'Uhud, dite "guerre du fossé". Ce dernier cas n'a pas lieu de nous surprendre, étant donné, d'une part, le statut particulier du rağaz et, d'autre part, la rareté du rağaz-3 dont le modèle est très proche. Le rağaz, sous ses diverses variantes simples, ne comportant qu'un seul hémistiche, est en effet considéré comme propre à l'improvisation sur le vif, sur le fait d'une situation donnée, et les vers ainsi composés ne sont pas, le plus souvent, destinés à être mémorisés et transmis. La poésie en rağaz est par ailleurs considérée par les érudits arabo-musulmans de la période classique comme inférieure à celle composée suivant des modèles de vers doubles. Je reviendrai, dans le chapitre suivant, sur les justifications empiriques qu'il est possible d'apporter à ces deux opinions. Le rağaz-3b, comme le rağaz-3a, attesté par deux fragments seulement, soit quinze vers, et le rağaz-3c, non attesté dans le corpus mais dont le vers-témoin est anonyme, était donc probablement employé de longue date, bien que moins fréquemment que le rağaz-l, le rağaz-2a et le rağaz-2b. Quant au wāfir mağzū’, nous avons vu que le premier des deux modèles inventoriés par les métriciens classiques n'est attesté, dans la poésie ancienne, que par un poème attribué à al-A‘šä al-Kabīr, probablement à tort, et par un vers isolé de ‘Amr b. Ma‘dīkarib ; et le second l'est donc au moins, à l'époque omeyyade, par la pièce d'al-‘Abbās b. al-Aḥnaf dont est tiré le vers-témoin cité par les métriciens classiques. Il est donc possible, ici aussi, que ces modèles aient tous deux été employés durant la période qui nous intéresse, mais de manière tellement exceptionnelle que les rares témoignages existant peuvent très bien ne pas nous être parvenus.

7. 2. DE LEUR MODIFICATION À DES FINS THÉORIQUES

  • 253 Kāfī, p. 26. Voir supra, p. 135 (note 13).

413Il nous a été donné de constater, à plusieurs reprises au cours de l'exposé des mètres et modèles de vers inventoriés par les métriciens, que des vers attribués à des poètes anciens étaient cités suivant une variante assez différente de la version qui figure dans leur dīwān C'est le cas du vers cité par al-Tibrīzī comme exemple de ṭawīl avec un ‘arūḍ de type fa‘uwlun, attribué à al-Nābiġa al-Ḏubyānī253 :

  • 254 Dīwān al-Nābiġa al-Ḏubyānī, poème n° LI, p.191. Voir supra, p. 136 (note 15).

414La version de ce vers qui figure dans l'édition du dīwān de ce poète contient au contraire un ‘arūḍ de type mafa"‘ilun, de même que les trois autres vers de ce court fragment, soit la lecture suivante254 :

415Comme nous l'avons vu, d'autres variantes de ce vers apparaissent dans des ouvrages de grammaire pour illustrer le phénomène appelé cataphore.

  • 255 Kāfī, p. 25. Pour la traduction de ces vers, voir supra, p. 137 (note 20).

416C'est aussi le cas du vers cité comme exemple du quatrième modèle de vers du mètre ṭawīl (‘arūḍ-1, ḍarb-4), avec une syllabe surlongue finale, soit mafā‘īl (⋃ – – –). Ce quatrième ḍarb est soumis au qaṣr. Les vers cités sont attribués à Imru’ al-Qays255 :

’ a- Ḥanẓala (Ḥanẓalu) law ḥāmaytumū wa ṣabartumū la-’aṯnaytu ḫayran ṣādiqan wa-la ’arḍān
ṯiyāby Banī ‘Awfin ṭahārä naqiyyatun wa-’awcǧuhu-hum bīḏu l-masāfiri ġurrān

417Leur découpage métrique est le suivant :

  • 256 Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° VII, p. 83-84 ; inventaire des variantes contenues dans les différen (...)

418Cependant, cette variante du ṭawīl, avec rime surlongue, est considérée par une majorité de métriciens comme anormale, rare, ou šāḏḏ pour employer le terme consacré. Elle n'est pas attestée dans le corpus de la poésie ancienne tel qu'il nous est parvenu. Une lecture comme celle qu'ont adoptée al-Aḫfaš et al-Garmī pour ce poème d'Imru’ al-Qays n'apparaît pas dans les recensions médiévales des textes poétiques que j'ai pu analyser. Dans les différentes recensions du dīwān du poète où figure la courte pièce dont sont tirés les deux vers cités, c'est toujours la lecture suivante qui est retenue, avec vocalisation du dernier ḥarf et possibilité d'iqwā256 :

  • 257 Sur le ḫarm, voir supra, p. 144-145. Pour la traduction de ce vers, voir supra, p. 144, note 36.

419Le cas du vers cité par Ibn ‘Abbād au sujet du ṯarm du mutaqārib est également assez significatif à cet égard257 :

420Ce même vers est en effet cité ailleurs, dans le Lisān par exemple, avec la variante suivante, où l'affirmation devient interrogation par antéposition de la particule interrogative ’a– (est-ce que... ?) et où le ṯarma disparu :

421Comme je l'ai déjà signalé, ces exemples montrent que la réalité du ḫarm, sous ses diverses variantes, est somme toute discutable. En effet, non seulement les cas attestés sont rares mais, de plus, bon nombre doivent ou peuvent être considérées comme des variantes défectueuses. Dans certains cas, comme ce vers cité par Ibn ‘Abbād, il est même possible d'imaginer que le vers ait été délibérément modifié par l'un ou l'autre des métriciens classiques.

  • 258 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n (...)

422Le cas des deux premiers modèles de vers du ramal est également intéressant puisque les vers cités paraissent interchangeables. Le vers suivant, attribué à ‘Abīd b. al-Abraṣ, est généralement cité comme exemple du ramal-la258 :

423Mais l'un des métriciens dont nous avons examiné le traité, Ibn ‘Abbād, cite ce même vers comme exemple du second ḍarb de ce premier ‘arūḍ du ramal, avec syllabe finale surlongue, moyennant une légère modification, l'effacement de la dernière ḥaraka, la kasra ([i]) du substantif šamāl, et l'emploi d'une forme pausale :

424Réciproquement, le vers de ‘Adī b. Zayd cité par la majorité des métriciens comme exemple du second ḍarb l'est par Ibn ‘Abbād comme exemple du premier ḍarb. Quant à Ibn ‘Abd Rabbih, il cite, comme exemple de ce dernier modèle, un autre vers appartenant au même poème :

  • 259 Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° XVII, vers 4-5, p. 93 ; (1) ‘Iqd, vol. V, p. 462 ; (2) Iqnā‘, p. 45. (...)

425(a) ramal-1a (‘arūḍ-1, ḍarb-1)259 :

  • 260 Voir supra, p. 190-191 et note 137.

426(b) ramal-1b (‘arūḍ-1, ḍarb-2)260 :

427Dans les deux cas, la version qui figure dans le dīwān de ces poètes est celle qui répond au premier des deux modèles, le ḍarb-1, et il semble presque certain que ce sont les métriciens eux-mêmes qui ont modifié ces vers pour fournir un exemple du ḍarb-2. L'effacement du pronom possessif de la première personne qui est suffixé au dernier mot du vers, ainsi que de la ḥaraka qui le précède, permet de lire –ntiẓār au lieu de –ntiẓārī. Le modèle du ramal-1b est attesté dans le corpus, comme nous avons déjà pu le voir, par dix-neuf vers seulement, soit cinq courts fragments. Or tous ces vers pourraient aussi bien être lus en vocalisant le dernier ḥarf du vers, suivant le modèle du ramal-1a. Une telle lecture provoque inévitablement l'apparition de cas d'iqwā’ puisque ces ḥarf-s sont différemment vocalisés, dans chaque vers, suivant la fonction grammaticale du mot à la rime. Mais l'iqwā’, même s'il est considéré par les métriciens classiques comme un défaut, n'est pas rare chez les poètes anciens. Nombre de métriciens l'acceptent donc malgré tout : dans le cas du ṭawīl, nous avons vu que la majorité d'entre eux le jugent préférable à une lecture avec syllabe finale surlongue, comme pour les vers d'Imru’ al-Qays cités plus haut. Finalement, l'existence du ramal-lb est sujette à caution et l'on est en droit de se demander s'il ne s'agit pas, comme pour le quatrième ḍarb du ṭawīl, d'une invention de métriciens. Les mêmes doutes pèsent sur le mutaqārib-2, à syllabe finale surlongue lui aussi, dont nous avons vu qu'il n'est attesté, dans le corpus considéré, que par neuf vers seulement.

428Tous les exemples qui viennent d'être cités ont permis de voir à quel point il est aisé de modifier les données à des fins théoriques, ce dont les métriciens classiques ne se sont pas privés. La même constatation vaut aussi pour les grammairiens : rien de plus facile, en effet, que de modifier un vers ou d'en créer un en vue d'étayer et de justifier une opinion sur tel ou tel point particulier.

8. STRUCTURE INTERNE DES MOD⋃LES DE VERS ANCIENS

429Les modèles de vers anciens inventoriés au cours de ce chapitre sont représentés dans les deux tableaux des pages 248 et 249. Certains de ces modèles, comme nous avons pu le voir, ne sont attestés que par quelques vers isolés. C'est le cas du wāfir mağzū’ (Wm), du kāmil-2b (K-2b), du kāmil simple (Ks), du ramal mağzū’-2 (Rm-2), du ḫafīf simple (Xs) et du mutaqārib-2 (Mt-2). Je reviendrai en détail, dans le chapitre suivant, sur la place qu'il convient de leur accorder dans le système de la métrique arabe ancienne. Quoi qu'il en soit, ils sont tous conformes aux principes d'organisation qui seront définis dans les pages suivantes.

430La réanalyse des modèles de vers qui vient d'être proposée a permis de montrer que le système élaboré par al-Ḫalīl ne résiste pas à l'examen attentif du corpus poétique tel qu'il nous est parvenu, qu'il ne rend pas compte adéquatement du système métrique employé. Un premier regard sur l'ensemble des modèles de vers dégagés de l'analyse du corpus de la poésie ancienne permet de constater que le nombre de variables par hémistiche varie entre deux et trois seulement. Un grand nombre de processus de ziḥāfa n'étant pas attestés dans la pratique, le rythme quantitatif des mètres anciens est donc beaucoup plus stable que ne le dit la théorie. Deux groupes de modèles font cependant exception : il s'agit du rağaz et du basīṭ court (mağzū’). Les différents modèles de ces deux mètres, qu'il soient simples (Rj-l, Rj-2a, Rj-2b, Rj-3) ou doubles (Rjd, Bm-l, Bm-2, Bm-3), comptent cinq à six positions variables par hémistiche. Je reviendrai en détail sur le statut de ces modèles de vers dans le quatrième chapitre.

431Pour le reste, la structure des modèles de vers recensés repose sur un certain nombre de principes communs. En premier lieu, si l'on néglige provisoirement les variations de fin de vers, tous sont essentiellement organisés autour de deux types d'unités, positions variables et groupes stables, dont l'inventaire est relativement réduit. Les positions variables sont de deux types : x (– ou ⋃) et X (– ou ⋃⋃). La succession de deux positions variables est interdite, si ce n'est en début d'hémistiche où, pour certains modèles (basīṭ-2 (a et b), sarī‘ et munsariḥ), apparaît un groupe de deux variables liées (xAx) qui ne peuvent pas être simultanément associées à deux syllabes brèves. Si l'on excepte la fin d'hémistiche ou de vers d'un certain nombre de modèles, les groupes stables sont au nombre de trois : [⋃ –], [⋃ —] et [– ⋃ –]. Le watid mafrūq n'existe donc plus en tant qu'unité "autonome".

432Dans la très grande majorité des modèles de vers, l'alternance entre groupes stables et positions variables est strictement binaire. En d'autres termes, on ne trouve jamais ni deux groupes stables consécutifs, si ce n'est, en fin d'hémistiche, pour les modèles du basīṭ-2 (a et b) et pour le mutaqārib ; ni deux positions variables consécutives, à l'exception des deux variables liées initiales. J'appellerai donc "pied" tout groupe conjoint d'une position variable (x'x inclus) et d'un groupe stable, dans un ordre ou dans l'autre. L'inventaire des pieds théoriques possibles est le suivant :

433Dans ce tableau figurent toutes les combinaisons possibles, sachant qu'un groupe de variables liées ne peut apparaître qu'en début d'hémistiche et, a fortiori, de pied. Les pieds qui ne sont pas attestés sont précédés d'un astérisque. On remarque notamment que tous les pieds contenant une position x sont attestés.

434De tous les modèles inventoriés, sept, dont trois très rares, ne comptent que deux pieds par hémistiche :

Les modèles de vers courts

435Comme nous l'avons vu, le ḫafīf mağzū’ n'est attesté que par un unique fragment de deux vers ; le ramal mağzū’-2, par un passage de trois vers ; et le wāfir mağzū’, par une pièce qui, aussi longue soit-elle (28 vers), semble d'authenticité ou d'attribution douteuses. Parmi ces modèles de vers courts, ceux qui commencent par une position variable forment un ensemble relativement cohérent. Ils combinent les deux groupes stables trisyllabiques de trois façons différentes : [⋃ – –] deux fois par hémistiche dans le ramal mağzū’-1 ; [– ⋃ –] deux fois dans le kāmil mağzū’-1 ; [⋃ —] et [– ⋃ –] dans le ḫafīf mağzū’. Le modèle théorique inverse de ce dernier modèle ([– –] et [⋃ – –]) n'est pas attesté. Le ramal mağzū’ et le kāmil mağzū’ admettent une variante avec syllabe longue ajoutée en fin de vers, ce que les métriciens arabes ont dénommé tarfīl. Pour ce qui est des modèles débutant par un groupe stable, ils ne sont que deux : le hazağ et le wāfir mağzū’. Ceci tient au fait qu'un modèle de vers ne peut débuter par un groupe stable de type [– ⋃ –], comme le confirme l'observation des modèles attestés. Cette contrainte est l'équivalent de celle qui, dans la théorie classique, interdit les modèles à watid mafrūq initial. De ce fait, un modèle "inverse" du kāmil mağzū’-2, dont l'hémistiche aurait la représentation [– ⋃ –] X # [– ⋃ –] X, n'est pas attesté ; non plus, bien entendu, qu'un modèle abstrait qui serait de type [– ⋃ –] x # [⋃ – –] x. Ces "absences" sont en quelque sorte compensées par l'emploi du wāfir mağzū’, qui combine pour sa part un groupe [⋃ –] initial et un groupe [– ⋃ –] dans le second pied.

436Les modèles du tableau général peuvent d'abord être divisés en deux groupes, selon qu'ils débutent par un groupe stable ou par une position variable. Le premier de ces deux groupes, représenté par le ṭawīl, le mutaqārib, le wāfir et le hazağ, est nettement moins important que le second qui regroupe tous les modèles restants. La contrainte énoncée plus haut, comme la liste de modèles de vers reportée dans le tableau ci-dessous permet de le constater, vaut pour le système dans son ensemble : le pied initial de l'hémistiche ne débute jamais par un groupe [– ⋃ –].

Les modèles de vers à groupe stable initial

437Les modèles longs comportant de trois à quatre pieds par hémistiche et à position variable initiale constituent le gros des modèles de vers attestés, soit environ les deux tiers. Huit d'entre eux débutent par un groupe de variables liées :

Les modèles de vers à positions variables liées (initiales)

438Les modèles longs du ramal (R-1a, R-1b, R-2) et du ḫafīf (X-1 et X-2), ainsi que les deux premiers modèles du madīd (Md-1a et Md-1b), si l'on excepte les variations de fin de vers, ne diffèrent que par le groupe stable du pied médian : [⋃ –] pour le madīd, [⋃ —] pour le ramal et [– ⋃ –] pour le ḫafīf, comme cela apparaît dans le tableau ci-dessous.

439Le cas du madīd est tout particulièrement révélateur des distorsions induites par la théorie arabe classique. En effet, l'analyse de la poésie ancienne nous oblige à en distinguer deux types suivant la séquence des groupes stables et des positions variables, comme c'est aussi le cas pour les formes longues du basīṭ. Les deux modèles du madīd-1, qui figurent dans le tableau ci-dessus, comptent trois positions variables, comme les différents modèles longs du ḫafīf et du ramal. Les groupes stables sont, dans les deux premiers pieds de chaque hémistiche [⋃ – –] et [⋃ –]. Par contre, les deux modèles du madīd-2 (a et b) ne comptent que deux positions variables et les deux premiers groupes stables de l'hémistiche sont [⋃ –] et [– ⋃ –]. Ces modèles, tant par la séquence des unités métriques que par la fin d'hémistiche et de vers, sont plutôt à rapprocher des deux formes du basīṭ-1 qui comportent toutes deux un pied initial supplémentaire, comme cela apparaît dans la représentation ci-dessous :

440B-la :

441Md-2a

442B-lb :

443Md-2b :

444Les observations qui viennent d'être faites restent assez sommaires, limitées à un certain nombre de conditions de bonne formation concernant l'ordre et la séquence des unités métriques, groupes stables et positions ou groupements de positions variables ; et à quelques remarques superficielles concernant les rapports de ressemblance qui existent entre certains modèles. Ces premières observations seront cependant développées au fur et à mesure de la réflexion qui occupera les trois chapitres suivants. La liste des modèles de vers sera notamment confrontée, dans le chapitre IV, avec les rares renseignements que nous fournissent les textes concernant un métalangage poétique et métrique pré-ḫalīlien, reflétant une conception bien différente de celle des métriciens classiques.

Notes

1 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabie Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989 ; et D. Frolov, Classical Arabic Verse. History and Theory of ‘Arūḍ, 2000.

2 G. Jacob, Altarabisches Beduinenleben nach den Quellen geschildert, 1967 (1re éd. 1897).

3 C. Golston & T. Riad, Classical Arabic Meter and Prosodic Metrics, 1994, p. 1.

4 Pour la réanalyse en termes générativistes, voir notamment M. Halle, « On the metrics of pre-islamic arabic poetry », Quarterly Progress Report of the Research Laboratory of Electronics, n° 83 (1966), p. 113-116 ; G. Bohas, Métrique arabe classique et moderne, 1975 ; J. Maling, « The Theory of Classical Arabic Metrics », Al-abhath, n° 26 (1977), p. 29-106 ; M. Halle & S. J. Keyser, « Sur les bases théoriques de la poésie métrique : le shift sur l'arabe classique et autres exemples », Change de forme, 1975, p. 94-135 ; A. Prince, « Metrical Forms », dans P. Kiparsky & G. Youmans (éds), Rhythm and meter, 1989, p. 45-80 ; et C. Golston & T. Riad, op. cit. Pour les réanalyses inspirées de la métrique gréco-latine, voir notamment G. Ewald, De carminus metricum arabicorum, 1825 ; W. Wright, A Grammar of the Arabic Language, 1981 (1re éd. 1859) ; et G. Weil, Grundiss und System der altarabischen Metren, 1958 ; et le même, « ‘Arūḍ », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. I, p. 688-698.

5 I. Anis Mūsīqā 1-ši‘r, 1961 ; Ṣ‘Abd al-Dā’im Mūsīqā l-ši‘r al-‘arabī, 1993 ; K. Abū Dīb, Fī l-bunya al-īqā‘iyya li-1-ši‘r al-‘arabī, 1981 (2e éd.). Pour le reste, la métrique continue de faire l'objet d'un grand nombre de publications qui sont, pour l'essentiel, des manuels se contentant de perpétuer l'analyse traditionnelle de la théorie classique.

6 G. Hoelscher « Arabische Metrik », Zeitschrift der deutschen Morgenlandischen Gesellschaft, n° 74 (1920), p. 359-416. Voir p. 366 en bas et p. 382 notamment ; R. Brunschvig, « La versification arabe classique », Revue africaine, n° 81 (1937), p. 325-344 ; G. Weil, « ‘Arūḍ », p. 696 notamment ; G. Bohas, Métrique arabe classique et moderne, Université Paris-8, 1975 ; et G. Bohas, « Unités minimales en métrique arabe », Bulletin d'études orientales, n° XXVIII (1975), p. 7-17.

7 G. Bohas, J.-P. Guillaume & D. Kouloughli, The Arabic Linguistic Tradition, 1990, p. 138.

8 Šarḥ dīwān al-Ḥansā’, poème n° XXVI, p. 133-137. Comme nombre des compositions qui lui sont attribuées, ce poème est un thrène dédié par la poétesse à son défunt frère, Ṣaḫr. Traduction : « (1) Ne t'imagine pas que j'aie trouvé le repos, privée de Ṣaḫr, et que mes larmes puissent tarir. (2) Je sens, au plus profond de moi, la brûlure de la tristesse qui rouvre la plaie de mon cœur et la fait suppurer. (3) Ne crois pas que j'aie oublié et que la soif de mon cœur soit étanchée lorsque je bois une eau pure et limpide. (4) Au souvenir de Ṣaḫr et de sa générosité, aux yeux de tous, ma patience succombe [sous le poids] du malheur. (5) J'ai, en mon cœur, quatre [âmes] qui se répondent, gémissant jusqu'à ce qu'elles atteignent leur dernière demeure. (6) Mes os sont brisés et mon aile est rompue par la perte de Ṣaḫr dont je ne peux me détacher. (7) Vers qui se dirigera l'étranger qui s'approche, inquiet, du campement pour implorer de l'aide, puisque Ṣaḫr est parti ? (8). Veuves de la tribu, voyageurs ou quémandeurs, tous venaient rechercher sa protection. »

9 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, 1963, p. 229.

10 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° VIII, vers 12 : « Certes, l'avaricieux mérite le blâme où qu'il soit ; mais l'homme généreux, qu'il soit dans la gêne ou dans l'aisance, est [tel] Harim. »

11 L'enjambement en tant que tel, de vers à vers, ne m'intéresse donc pas ici. Comme je l'ai dit dans l'introduction, le vers est idéalement défini par les poéticiens arabes classiques comme une unité autonome dont le sens est en principe complet : il n'est censé ne dépendre ni de celui des vers qui le précèdent ni de ceux qui le suivent. Le non-respect de ce principe porte le nom de taḍmīn, naturellement traduit par le terme d'enjambement. Selon Abu Zayd al-Ansārī (Kitāb al-nawādir fī l-luġa, éd. M. ‘Abd al-Qāhir, 1981, p. 533-535), al-Ḫalīl aurait considéré le taḍmīn comme un grave défaut, contrairement à al-Aḫfaš al-Awsaṭ ou Ibn Kaysān (Ibn Kaysān, Talqīb al-qawāfī wa talqīb ḥarakāti-hā, éd. W. Wright, dans W. Wright (éd.), Opuscula Arabica, 1859, p. 58-59). Ibn Kaysān, ibid., p. 57, dit que « ce n'est pas un gros défaut. Mais le style le plus éloquent est celui dans lequel chaque vers se suffit à lui-même et, lorsque récité séparément, comprend entièrement le sens / motif (ma‘nä) pour l'expression duquel il a été composé ». Quant à l'avis d'al-Aḫfaš, il est mentionné par M. Zwettler, op. cit., p. 65.

12 Kāfī, p. 25-26.

13 Kāfī, p. 26. Traduction : « Dieu a récompensé les ‘Abs du clan des Baġīd, de la récompense due aux chiens hurlants, et il l'a fait. » Ce vers est cité par un grand nombre de grammairiens arabes, avec différentes variantes, dans la partie de leurs ouvrages qu'ils consacrent au ism al-fā‘il ("participe actif") et, spécialement, au problème de la cataphore. Voir, par exemple, Ibn Ğinnī, al-Ḫaṣā’iṣ, éd. M.‘A. al-Nağğār, s. d., vol. I, p. 294 : « ğazä rabbu-hū ‘annī ‘Adiyya bna Ḥātimin ## ğazā'a l-kilābi l-‘āwiyāti wa-qad fa‘al ». Pour d'autres références, voir ‘A.M. Hārūn, Mu‘ğam šawāhid al-‘arabīyya, 1972, p. 258.

14 Mi‘yār, p. 43.

15 Dīwān al-Nābiġa al-Ḏubyānī, poème n° LI, p. 191. Traduction : « Dieu a récompensé les 'Abs, dans tous leurs campements, de la récompense due aux chiens hurlants, et il l'a fait. » Le fragment de quatre vers dont est tiré cet exemple ne figure pas dans la recension d'al-A‘lam mais seulement dans celle d'Ibn al-Sikkīt.

16 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° LVI, vers 102 ; Iqnā‘, p. 5 ; ‘Arūḍ, p. 59 ; Kāfī, p. 22 ; Mi‘yār, p. 29. ‘Iqd, vol. V, p. 443, cite d'autres vers de la même pièce, et le vers-témoin est le vers 46. Ibn Gīnnī, ‘Arūḍ, et Al-Tibrīzī, Kāfī, sont les seuls, à ma connaissance, à citer, pour chaque modèle, un vers muṣarra‘ dont les deux hémistiches riment ensemble. En général, bien qu'il ne s'agisse pas, dans la poésie ancienne, d'un principe rigoureux, le premier vers d'un poème doit contenir une telle rime interne. Je ne mentionnerai les vers cités par al-Tibrīzī que dans le cas où ils apportent quelque chose à la présentation ou à la discussion. Traduction : « Abū Munḏir, ma lettre était une illusion # et je ne vous ai donné, par obéissance, ni mon bien ni mon honneur. »

17 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° I, vers 49 ; ‘Iqd, vol. V, p. 443 ; Iqnā‘, p. 5 ; ‘Arūḍ, p. 60 ; Kāfī, p. 23 ; Mi‘yār, p. 30. Traduction : « Les jours [à venir] te feront savoir ce que tu ignorais # et celui que tu n'as pas approvisionné (nourri) t'apportera les nouvelles. »

18 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXXIX, p. 297-298, vers 9, avec la variante kārihīna au lieu de ṣāgirīna ; Iqnā‘, p. 6 ; ‘Arūḍ, p. 61 ; Kāfī, p. 24. Traduction : « Écartez de nous vos poitrines, fils d'al-Nu‘mān # Ou bien vous resterez tête basse. » ‘Iqd, vol. V, p. 444, et Mi‘yār, p. 30, citent un vers d'Abū al-Aswad al-Du’alī, poète de la seconde moitié du viie siècle que je n'ai pas retenu dans mon corpus parce qu'un peu trop tardif.

19 Mi‘yār, p. 32.

20 Kāfī,p. 25. Traduction : « (1) Ô Ḥanẓala, si vous vous étiez défendus et si vous aviez été patients, je m'en serais réjoui et vous aurais loué avec sincérité. (2) Les habits des Banū ‘Awf sont propres et purs, et leurs visages, sur le champ de bataille, resplendissants. » Ailleurs, deux vers de ‘Amr b. Ša’s sont également cités. Voir ‘Umda, I, p. 289-290, qui cite également les vers d'Imru’ al-Qays ci-dessus ; Tuḥfa, p. 96, donne les deux mêmes exemples.

21 ‘Umda, I, p. 290. Al-Ğarmī, Abū ‘Umar Ṣāliḥ b. Isḥāq, de la tribu des Ğarm, mort vers 850, vécut à Baṣra où il s'adonna à l'étude de la grammaire et du ḥadīṯ. Voir al-Zabīdī, Ṭabaqāt al-naḥwiyyīn wa-l- lugawiyyîn, éd. M.A. Ibrāhīm, 1973, p. 74 ; et Yāqut, Iršād al-arīb ila ma‘rifat al-adīb (Mu‘ğam al-udabā’), éd. D. S. Margoliouth, 1909-1931, vol. IV, p. 267-268.

22 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° VII, p. 83-84 ; inventaire des variantes contenues dans les différentes recensions, ibid., p. 397-398. Des deux vers cités, seul le second figure dans la recension de cette pièce par al-Aṣma‘ī et al-A‘lam (ibid., p. 83, vers 3). Quant au second, il figure dans celle d'Ibn al-Anbārī (ibid., p. 397). Remarquons que les deux pièces suivantes (n° VIII et n° IX) de l'édition du dīwān que j'ai utilisée ont la même rime que le n° VIII (rime -āni), mais sans manifestation de l'iqwā’.

23 Au sujet des poètes, je renvoie aux fiches de l'annexe I ci-dessous où figurent, entre autres, les références détaillées de chacun des dīwān-s analysés. En ce qui concerne les résultats détaillés de l'analyse statistique de ces vers de ṭawīl, voir infra, annexe II, tableaux 1 à 3, p. 477-478.

24 Les références de ces vers sont les suivantes : Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n° II, vers 6b, p. 31 ; Dīwān Imrri’ al-Qays, poèmes n° I, vers 9a, p. 10 ; n° XVI, vers 2a, p. 119 ; et n° LXXVIII, 19a, p. 328.

25 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° I, vers 9, p. 10. Le modèle de ce vers est celui du ṭawīl-2. Traduction : « Combien de journées délicieuses n'as-tu passées en leur compagnie, et ce jour-là, surtout dans le cirque de Ğulğul ! »

26 Ibid., p. 368.

27 Ibid., p. 368, où al-Sukkarī est désigné sous le nom d'Abū Sa‘īd. Bīd, pluriel de 'abyaḍ, désigne ici de "belles femmes".

28 Ibid., p. 109. Le modèle de ce vers est celui du ṭawīl-2. Traduction : « Le temps n'est-il pas succession de jours et de nuits ? »

29 Ibid., p. 407 ; dahr, "temps", a été remplacé par dunyā, "monde".

30 Ibid., p. 407.

31 Ibid., p. 407.

32 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 147-148.

33 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, p. 261-265 ; et The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 34-36.

34 Dīwān ‘Āmir b. al-Ṭufayl, poème n° I, vers 1, p. 30. Traduction : « Pour ma part, bien que je sois le fils du chef des ‘Āmir, le cavalier que l'on convie à toutes les cavalcades [...]. »

35 Il s'agit du vers 41, le dernier, de la pièce n° V de Zuhayr b. Abī Sulmä. Voir Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, p. 107.

36 Iqnā‘, p. 74. Traduction : « Un campement aux traces évanescentes, sur la dune, [celui] d'Asmā’, dont les témoins ont été effacés par le vent et la pluie. »

37 Dīwān Ka‘b b. Mālik al-Anṣārī, poèmes n° XXXII, vers 12 et 38 ; et n° LIII, vers 3 ; Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poèmes n° XVI, vers 14 ; et n° XXIV, vers 22.

38 Voir par exemple al-Ğawharī, Waraqa, p. 18 : « muṯamman muḥdaṯ » (la forme à huit pieds est moderne).

39 Dīwān Muhalhil b. Rabī‘a, poème n° X, vers 1 ; Iqnā‘, p. 11 ; ‘Arūḍ, p. 64 ; Kāfī, p. 31 ; Mi‘yār, p. 33. Traduction : « Ô gens des Bakr, ressuscitez pour moi Kulayb ! Ô gens des Bakr, où, mais où donc fuirez-vous ? »

40 Iqnā‘, p. 12 ; ‘Arūḍ, p. 65 ; Kāfī, p. 32 ; Mi‘yār, p. 33. Traduction : « Que l'homme ne se laisse pas séduire par la vie : toute vie se dirige vers une fin. » Si ce vers est anonyme, le vers muṣarra‘ cité par al-Tibrīzī, Kāfī, par contre, est attribué à un poète de la période omeyyade, al-Ṭirimmāḥ, et figure dans son dīwān. Voir Dīwān al-Ṭirimmāḥ, p. 95.

41 ‘Iqd, vol. V, p. 446 ; Iqnā‘, p. 13 ; ‘Arūḍ, p. 66 ; Kāfī, p. 34 ; Mi‘yār, p. 34. Traduction : « Sachez que je suis pour vous un gardien, que je sois présent ou que je sois absent. »

42 Lisān, racinesbtr dlf et qṭ‘ ; ‘Iqd, vol. V, p. 446 ; Iqnā‘, p. 13 ; ‘Arūḍ, p. 66 ; Kāfī, p. 34 ; Mi‘yār, p. 34. Traduction : « La jeune fille au nez aquilin est un rubis sorti de la bourse d'un chef de village. »

43 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° III, vers 23, p. 80 ; ‘Iqd, vol. V, p. 447 ; Iqnā‘, p. 13 ; ‘Arūḍ, p. 67 ; Kāfī, p. 34 ; Mi‘yār, p. 34. Traduction : « L'homme vit avec son intelligence partout où son pied guide sa jambe. »

44 Dīwān ‘Adī b. Zayd, poème n° XXII, vers 2 ; ‘Iqd, vol. V, p. 447 ; Iqnā‘, p. 14 ; ‘Arūḍ, p. 67 ; Kāfī, p. 23 ; Mi‘yār, p. 30. Traduction : « Combien souvent j'ai passé la nuit à regarder un feu où se consumaient du bois indien et du gār [espèce d'arbuste résineux]. » Le premier vers de cette même pièce est cité par al-Tibrīzī, Kâf, p. 36 comme exemple muṣarra‘.

45 Le choix de la nomenclature de ces quatre modèles de vers sera justifié ci-dessous, après examen des exemples de vers et de la variation propres à chacun d'eux.

46 Dīwān ‘Adī b. Zayd, n° XXII, p. 100-101 ; et n° LV-LVIII, p. 130-131.

47 Dīwān al-Šammāḫ b. Ḍirār al-Ḏubyānī, ajout n° xliii, p. 461. Traduction : « Je m'en suis allé [chevauchant une chamelle] au pas rapide, apte à de longs voyages, ne gémissant pas sous le poids de son chargement. »

48 Dīwān al-Ṭirimmāḥ, poème n° XXVII, p. 390-428.

49 Voir références supra, Chapitre I, p. 97, n. 37. Traduction : « (1) Il a erré à la recherche d'un refuge pour échapper à la mort, mais il est mort. (2) Si seulement je savais ce qui, par grand malheur, t'a tué ! (3) Es-tu mort malade et seul, ou dans l'embuscade tendue par l'ennemi ? (4) Le coup du sort qui a atteint la jeune perdrix t'a-t-il accablé, toi aussi ? (5) Le Destin guette le jeune homme où qu'il voyage. (6) Laquelle des vertus d'un jeune homme ne possédais-tu pas ? (7) Toute chose est porteuse de mort dès lors que ton heure est venue. (8) Voilà bien longtemps que tes espoirs ont été réalisés, sans grand effort. (9) Quel grand malheur ce doit être pour que tu ne m'aies répondu ! (10) Il faudra bien que je me console, puisque tu n'as pas répondu aux appels. (11) Si seulement mon cœur pouvait prendre ta mort en patience, ne serait-ce qu'un moment ! (12) Si seulement la mort avait pu emporter mon âme plutôt que la tienne ! »

50 Al-Tibrīzī affirme qu'al-Zağğāğ aurait opté pour cette seconde solution. Voir Ḥamāsa AT, p. 369.

51 Voir infra, annexe II, p. 478-479.

52 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° IX, vers 27, p. 145 ; ‘Iqd, vol. V, p. 448 ; Iqnā‘, p. 16 ; ‘Arūḍ, p. 70 ; Kāfī, p. 39 ; Mi‘yār, p. 37. Traduction : « Ô Ḥāriṭ, puisses-tu ne pas me faire éprouver un malheur qui, avant moi, n'a jamais atteint ni roi ni prince. »

53 Dīwān Iimri’ al-Qays, poème n° XLVIII, vers 2, p. 225 ; Iqnā‘, p. 16 ; ‘Arūḍ, p. 71 ; Kāfī, p. 40 ; Mi‘yār, p. 37. Traduction : « J'assistais à des incursions isolées, montant une jument au poil ras, aux joues maigres et au corps effilé. »

54 R. Geyer (éd.), Kitāb as-subh al-munîr, Gedichte von Abū Basīr Maimūn b. Qais al-A‘shā nebst sammlungen von stücken anderer dichter des gleichen beinamens und von al-Musayyab Ibn ‘Alas, 1928 [désormais A‘šä], poème n° LXI, p. 309 ; Iqnā‘, p. 17 ; ‘Arūḍ, p. 71 ; Kāfī, p. 41 ; Mi‘yār, p. 37. Traduction : « Nous avons traité par le mépris les allégations de Sa'd b. Zayd et de ‘Amr le tamîmite. »

55 A‘šä, poème n° LX, p. 309 ; ‘Iqd, p. 449, qui, comme pour chaque modèle de vers, cite quatre vers précédant le vers-témoin. Ces vers sont-ils aussi d'al-A‘šä Nahšal ? On peut en effet se demander pourquoi ils ne figurent pas dans l'inventaire qu'a proposé Geyer des vers de ce poète ; Iqnā‘, p. 17 ; ‘Arūḍ, p. 72 ; Kāfī, p. 41 ; Mi‘yār, p. 38. Ce vers est également cité par Al-Ğawharī, Waraqa, p. 23, avec la variante 'afâ au lieu de ḫalā Dans le Lisān, ce vers est cité à deux reprises (racines ḫl' et ḫlq), attribué une fois à Muraqqiš al-Aṣġar et l'autre fois à al-Aswad b. Ya‘fur. En tous les cas, ce vers n'appartient à aucune des pièces attribuées à l'un ou l'autre des Muraqqiš. Traduction : « Pourquoi m'arrêter sur le lieu d'un campement devenu désert, au sol lisse, dénué de traces et devenu silencieux ? »

56 (a) Iqnā‘, p. 18 ; ‘Arūḍ, p. 73 ; Kāfī, p. 42 ; Mi‘yār, p. 38. Traduction : (a) « Avancez groupés ; votre rendez-vous n'est que mardi, au fond de la vallée. »

57 Iqnā‘, p. 18 ; ‘Arūḍ, p. 73 ; Kāfī, p. 43 ; Mi‘yār, p. 38. Traduction : « Combien ma passion a été excitée à [la vue] des traces du campement désert, pareilles aux écritures d'un scribe ! »

58 Al-Šantarīnī, op. cit., p. 54-55. Le vers est le premier d'un fragment de six vers attribué à un certain Sulamī ou Salm b. Abī Rabī‘a al-‘Āmirī (voir Hamâsa AM, vol. III, poème n° 408, p. 1137, où l'on lit ’inna siwā‘an wa-našwatan). Ce vers ne peut se comprendre qu'avec le début du cinquième vers où se trouve le ḫabar de ’inna : (5) min laḏḏati l-‘ayši [...]. Traduction : « (1) [Un morceau de] viande rôtie, l'ivresse d'un bon vin et le pas sûr d'un chameau dans la force de l'âge [...] (5) Font partie des plaisirs de la vie [...]. »

59 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n° I, vers 23-26, p. 8. Traduction : « (23) Celui qui implore les gens n'essuie que des refus, tandis que celui qui implore Dieu n'est pas rejeté. (24) L'homme ne vit que d'attentes trompées, et la longueur de l'existence est un supplice. (25) Combien de points d'eau ai-je visité, qui ne l'avaient été de longue date, d'accès difficile, au bout de déserts arides ? (26) Des plumes de colombe gisaient sur leurs bords, et mon cœur, sous l'effet de la peur, battait la chamade. »

60 Voir infra, annexe II, p. 480-481.

61 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 148-149.

62 Mufaḍḍaliyyāt, p. 261-263, poème n° LXVI, attribué à Ufnūn al-Taġlibī.

63 Pour le basīṭ-2a : Dīwān al-Nābiġa al-Ḏubyānī, poème n° XLVIII, vers 2b ; Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° II, vers 33b, 40a et 40b ; pour le basīṭ-2b : Dīwān Aws b. Ḥağar, n° V, vers 20a et 21a ; Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, n° LXVI, vers 9a.

64 Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, poème n° LXVII, vers 2, p. 460. Traduction : « Il a placé le soleil comme limite, dévoilant toutes choses, séparant le jour et la nuit. »

65 Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, p. 460, note 3, où sont citées les références détaillées.

66 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° VIII, vers 12, 22 et 32.

67 (a) The poems of ‘Amr son of Qamī’a, p. 48-49 ; (b) A‘šä, p. 309 ; (c) Mufaḍḍaliyyāt, p. 247-249.

68 (a) A‘šä, p. 309 ; (b) Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, p. 395.

69 (a) The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 5-11 ; (b) Ši‘r ‘Amr b. Ma‘dīkarib, p. 86 ; (c) Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 280283 ; (d) Dīwān Imrri’ al-Qays, p. 189-193.

70 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 10. Traduction : « [L'aigle] secoua alors ses plumes et s'ébroua, prêt à prendre son envol. »

71 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 11. Traduction : « Puis, tel l'éclair, l'ayant choisi pour proie, il s'envola dans sa direction, se laissant glisser avec rapidité. »

72 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 53. Traduction : « Un malheur s'abattit sur Wabār, et Wabār périt au su et au vu de tous. »

73 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 54. Traduction : « Il ne resta pas après eux âme qui vive, jusqu'à ce que vienne s'installer Nizār. »

74 Ğamhara, vol. I, p. 467, vers 40.

75 A‘šä, n° LXI, p. 309. Notons cependant que certaines variantes attestées de ces vers sont en rağaz, soit : x x [⋃ -] # x x [⋃ -] # x [ ]. Chez Qudāma b. Ğa‘far, Naqd, p. 106, la pièce est ainsi citée, avec un vers de rağaz intercalé, dans une discussion dont le sujet même est le taḫlī‘, notion, sur laquelle je reviendrai en détail dans le chapitre IV, qui s'applique essentiellement aux formes courtes du basīṭ.

76 The Poems of ‘Amr son of Qami'ah, poème n° XII, p. 48. Traduction : « (1) Combien d'hommes leurs sens n'ont-ils pas rendu fous, au point qu'on dise un jour : "vraiment, ‘Amr est un ivrogne !" (2) Si je suis un grand buveur, au moins ne bois-je pas sans y avoir été invité, et le chameau ne m'échappe pas. (3) L'outre de vin est un royaume pour celui qui la possède, mais ce royaume est à la fois long et court. (4) Il s'y trouve la ration du matin, qui fait de moi un lion de ‘Ifirrīn, comblé de biens. (5) Aux premières heures de la nuit, un valeureux jeune homme ; et au bout de la nuit, une hyène errante et désorientée. (6) Que Dieu maudisse ton amour, ô vin qui éloignera peut-être de toi l'homme résolu. »

77 The Poems of ‘Amr son of Qami’ah, p. 48 : « wa hiya ’abyāt ġayru qā’imati l-wazni. »

78 The Poems of ‘Amr son of Qami’ah, p. 48.

79 Au sujet de ce modèle de vers, voir infra, p. 204.

80 Waraqa, p. 23-24.

81 Mi‘yār, p. 44. Le vers cité est anonyme et tout porte à croire qu'il n'est pas authentique ou, en tous les cas, pas ancien.

82 Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° XXII, vers 1, page 136 (la variante du dīwān est très différente de celle citée par les métriciens) ; Iqnā‘, p. 23 ; ‘Arūḍ, p. 80 ; Kāfī, p. 51 ; Mi‘yār, p. 42. Traduction : « Nous avons des brebis qui donnent beaucoup de lait, et nous les guidons ; les cornes du chef [du troupeau] sont semblables à des branches. »

83 Iqnā‘, p. 24 ; ‘Arūḍ, p. 81 ; Kāfī, p. 52 ; Mi‘yār, p. 42. Traduction : « Les Rabī‘a ont su que ton lien était fragile et usé. »

84 ‘Arūḍ, p. 81 ; Kāfī, p. 53, avec la variante mu‘tamidin pour mu‘tamirin ; Mi‘yār, p. 42. Traduction : « J'ai été frappé de surprise [en assistant à] une assemblée qui jugea Abū Bisr comme s'il était un étranger [littéralement, visiteur]. » Iqnā‘, p. 24 et Kāfī, p. 53, citent aussi un autre vers, également anonyme : « ‘u‘ātibu-hā wa-‘āmuru-hā # fa-taġdabu-nī wa-ta‘sī-nī. » [« Je lui fais des reproches et lui donne des ordres ; mais elle excite ma colère par sa désobéissance. »]

85 Dīwān al-'Abbās b. al-Aḥnaf, p. 145, avec la variante « 'a-yā sayyidata n-nāsi ## [...] » ; Kāfī, p. 53. Traduction : « Ô toi qui es mon refuge loin des gens, tu m'as infligé [mille] passions. »

86 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° LVI, p. 298-303.

87 C'est également le cas de trois autres pièces de son dīwān ; voir Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poèmes n° XXVI, p. 182-185 ; n° XXXIV, p. 226-233 ; et n° XL, p. 258-261.

88 Il s'agit des vers 1, 2, 9, 12 et 13 de la pièce telle qu'elle figure dans le dīwān d'al-A‘šä. Sayf b. Ḏī Yazan, prince juif du Yémen, fit appel aux Perses pour l'aider à mettre fin à l'occupation de son pays par les Abyssins. Cette reconquête se situe durant les années 570, et ce sont alors les Perses qui occupèrent le Yémen jusqu'en 632.

89 Pour une discussion détaillée de l'attribution de cette pièce, je renvoie à l'introduction de l'éditeur (Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 298). Il semble que le seul auteur classique qui l'ait attribuée à al-A‘šä soit Abū ‘Amr al-Saybânî. Par son contenu, le poème réfère clairement au Yémen et à un conflit qui y opposa deux rois, lesquels pourraient être ceux de Perse et d'Abyssinie. Son attribution à Sayf b. Ḏī Yazan paraît donc plus satisfaisante... Si ce n'est qu'il est peu probable que ce prince yéménite, de langue sudarabique, ait composé des vers en arabe. Pour cette raison, il y a tout lieu de penser que ce poème est apocryphe. Sur les problèmes posés par les poèmes attribués à al-A‘šä en général, voir R. Blachère, « Un problème d'histoire littéraire : A‘šä Maymûn et son œuvre », Arabica, n° X-1 (1963), p. 24-55 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 243-276. Celui-ci dit notamment : « Nombreux sont les indices ou les éléments probatoires interdisant de mettre sous le nom d'A‘šä un passage, un fragment, voire une pièce entière. » (p. 251) ; et, plus loin : « En leur état actuel, les œuvres mises sous le nom d'A‘šä ne peuvent absolument pas représenter pour l'historien une production individuelle et particulière. Le Ḏīwân, avec les additions proposées par Geyer, constitue une élaboration collective ; celle-ci paraît s'être échelonnée depuis la fin du viie siècle de J.-C. jusqu'au premier quart du ive/xe siècle. » (p. 252).

90 Dīwān ‘Āmir b. al-Ṭufayl, n° XXV, p. 144, vers 1. Traduction : « Hélas ! Quel malheur pour moi que mes efforts aient été vains, ainsi que mon voyage aux heures les plus chaudes de la journée. »

91 Il est intéressant d'observer que les exemples cités par les métriciens pour illustrer l'application du naqs et du 'aqlsont toujours anonymes. Au contraire, le vers généralement cité pour illustrer l'application du 'aṣb est un vers attribué à ‘Amr b. Ma‘dīkarib.

92 Voir infra, annexe II, p. 482.

93 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 150.

94 Dīwān 'Antara b. Šaddād, p. 24, poème n° I, vers 40 ; ‘Iqd, vol. V, p. 453 ; Iqnā‘, p. 28 ; ‘Arūḍ, p. 86 ; Kāfī, p. 58 ; Mi‘yār, p. 46. Traduction : « Lorsque je suis dégrisé de l'ivresse, je ne manque pas d'être généreux, comme tu as appris à connaître mes qualités et ma générosité. »

95 L'édition du dīwān d'al-Aḫṭal que j'ai consultée ne contient qu'un seul poème de même rime et de même mètre, mais ce vers n'y figure pas. Voir Ši‘r al-Aḫṭal, éd. F. Qabàwa, 1979, vol. I, p. 148-160 ; ‘Iqd, vol. V, p. 454 ; Iqnā‘, p. 28 ; ‘Arūḍ, p. 86 ; Kāfī, p. 59 ; Mi‘yār, p. 46. Traduction : « Et si elles t'appellent leur oncle, c'est là un nom qui augmente le mépris qu'elles te vouent. »

96 ‘Iqd, vol. V, p. 454 ; Iqnā‘, p. 29 ; ‘Arūḍ, p. 87 ; Kāfī, p. 60 ; Mi‘yār, p. 46. Traduction : « À qui sont ces demeures entre Râmat et 'Āqil, dont les traces ont disparu, effacées par la pluie ? »

97 Kāfī, p. 60 ; Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° IV, vers 1, p. 91. Traduction : « À qui sont ces demeures au sommet de la montagne de Higr, abandonnées depuis des années ou des siècles ? »

98 ‘Iqd, vol. V, p. 455, avec la variante : ma‘ālima-hāen lieu et place de ma'ârifa-hâ ; Iqnā‘, p. 29, avec, comme premier hémistiche : li-mani d-diyāru ‘afā ma‘ārifa-hā #[...] ; ‘Arūḍ, p. 88 ; Kāfī p. 60 ; Mi‘yār, p. 47. Traduction : « Des vestiges disparus, des traces effacées par la pluie violente et par le vent chaud chargé de sable. » Cette fois, le vers muṣarra‘ cité par al-Tibrīzī, Kāfī, p. 60, est anonyme lui aussi.

99 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° IV, vers 7, p. 93 (ce vers appartient au même poème que le vers muṣarra‘ cité ci-dessus pour le troisième ḍarbdu premier ‘Arūḍ) ; ‘Iqd, vol. V, p. 453 ; Iqnā‘, p. 30 ; ‘Arūḍ, p. 88 ; Kāfī, p. 61 ; Mi‘yār, p. 47. Ce vers est également attribué, dans d'autres ouvrages, à Aws b. Ḥağar et al-Musayyab b. ‘Alas. Traduction : « Assurément, tu es plus courageux qu'un lion [ou : qu'Usâma] lorsque l'on crie : "Mettons pied à terre et lançons-nous dans la mêlée !" »

100 Dīwān al- Ḥuṭay'a, poème n° V, vers 14, page 58, avec la variante fa-qad au lieu de fa-lim ; Iqnā‘, p. 30 ; ‘Arūḍ, p. 89 ; Kāfī, p. 61 ; Mi‘yār, p. 47. Traduction : « Tu les as devancés dans ma direction ; pourquoi as-tu battu en retraite après être resté le dernier ? »

101 ‘Iqd, vol. V, p. 483 ; Iqnā‘, p. 31 ; ‘Arūḍ, p. 90 ; Kāfī, p. 62 ; Mi‘yār, p. 47. Traduction : « Un tombeau dont l'emplacement subsistera toujours, battu par les vents changeants. » ‘Iqd, p. 456 et Kāfī p. 62, citent aussi un vers attribué à une femme, Subay‘a bint al-Ahabb, qui figure chez Ibn HiŠām, al-Sīra al-nabawiyya, éd. M. Saqqā & alii, 1936, vol. I, p. 26 : « ’a-bunayya, lā taẓlim bi-Mak- # -kata lā ṣ- ṣaġīra wa-lā l-Kabīra » [« Ô mon fils ! Ne sois pas injuste, à La Mecque, ni envers la petite ni envers la grande »].

102 ‘Iqd, vol. V, p. 456 et 483 ; Iqnā‘, p. 31 ; ‘Arūḍ, p. 90 ; Kāfī, p. 63 ; Mi‘yār, p. 47. Traduction : « Si tu deviens pauvre, ne te sens pas humilié, mais ressaisis-toi. »

103 ‘Iqd, vol. V, p. 457 et 483 ; Iqnā‘, p. 32 ; ‘Arūḍ, p. 91 ; Kāfī, p. 63 ; Mi‘yār, p. 48. Traduction : « Quand bien même se souviendraient-ils de l'offense [subie], [ils ne continuent pas moins de] prodiguer leurs bienfaits. »

104 À ce sujet, voir infra, p. 240-245.

105 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, n° XXXVII, p. 244. Traduction : « (1) Et je vous ai mis en garde en vous disant : surtout n'approchez pas des cavaliers [de la tribu] des Ṣaydā’ ! (2) Fils de la guerre, ils y sont experts ; aux plus petits d'entre eux sont donnés les meilleurs aliments. (3) Je les voyais, autrefois, eux et leurs chevaux, tendant à l'ennemi une embuscade. (4) Je les ai toujours connus généreux, même en hiver, alors que les pluies étaient rares. »

106 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° XCI, p. 349 (texte) et p. 453 (variantes). Imru' al-Qays aurait composé ces vers à l'approche de la mort, alors qu'il était à Ancyre (Angora), sur le chemin du retour de Byzance. Traduction : « (1) Combien de propos calomnieux déversés en torrents (2) D'écuelles remplies [de nourriture] (3) Et d'odes de haute volée (4) Resteront demain à Ancyre ? »

107 The dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n° VI, vers 1a, p. 26 (modèle : kāmil maǧzū '-1) ; Dīwān al-Ḥuṭay’a, poème n° V, vers 19, p. 59 (modèle : kāmil maǧzū'-1) ; Dīwān Imri'i al-Qays poème n° XV, vers 20b, p. 118 (modèle : kāmil-2) ; ibid., poème n° XL, vers 1a, p. 203 (modèle : kāmil-3) ; ibid., poème n° XLII, vers 2a, p. 207 (modèle : kāmil-2).

108 Dīwān al-Ḥuṭay’a, poème n° V, vers 19, p. 59. Traduction : « Les pur-sang arabes sont plus rapides à la course [que] les bâtards, qui refusent de courir. » Notons aussi, dans ce vers, un exemple de césure enjambante (ǧiyā- # -du).

109 Dīwān al-Ḥuṭay’a, p. 59, note 4.

110 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° XV, vers 20b, p. 118. Traduction : « Laylä fit comme si notre liaison n'avait pas existé et s'éloigna, rompant les liens que nous avions tissés. »

111 Dīwān Imri' al-Qays, p. 434.

112 Voir infra, annexe II, p. 482-484.

113 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° XVI, vers 22, p. 131.

114 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° IV, vers 10, 12, 17, 18 et 19, p. 93-96. La traduction des vers 17 à 19 cités ici est la suivante : « (17) Certes, tu coupes ce que tu as toi-même mesuré ; mais si un autre membre de la tribu s'en charge, il [mesure mais] ne coupe pas. (18) Certes, lorsque les braves se font face, tu te montre plus courageux qu'un lion [Abū ’aǧr signifie également lion ; littéralement, père de lionceaux]. (19) Lion (ward) parmi les lions (ḍirgāma pl. ḍarāġim), aux longues pattes et aux crocs acérés. » J'ai choisi de lire halaqta au premier hémistiche du vers 17, plutôt que ḫalafta qui figure dans la recension du dīwān et qui donne au vers le sens suivant : « Certes, tu coupes sans perdre de temps, tandis qu'un autre membre de la tribu se prépare à couper mais ne coupe pas. »

115 Šarḥ dīwān Zuhayr b. Abī Sulmä, poème n° LIV, vers 1, p. 273. Traduction : « Mes odes voyageront chargées sur des montures, jusqu'à ce qu'elles parviennent chez les Banù Warqâ'. »

116 Mi‘yār, p. 56. Les vers cités sont les suivants :
1. laqad šāqat-ka fī l-'aḥdāǧi 'aẓ‘ānu # kamā šāqat-ka yawma l-bayni ġirbānu
[⋃ -] - - # [⋃ -] - - # [⋃ -] - - ## [⋃ -] - - # [⋃ -] - - # [⋃ -] - -
2. ’a-mā fīs-sitti wa-s-sittīna min dā‘in # ’ilâ l-‘utbä balä law kāna lī‘aqlu
[⋃ -] - - # [⋃ -] - - # [⋃ -] - - ## [⋃ -] - - # [⋃ -] - - # [⋃ -] - -

117 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° XXXIX, vers 1, p. 154 ; Iqnā‘, p. 38 ; ‘Arūḍ, p. 97 ; Kāfī, p. 73 ; Mi‘yār, p. 54. Traduction : « Al-Sahb, al-Amlāḥ et al-Gamr ont été désertés par la famille de Laylä. »

118 ‘Iqd, vol. V, p. 458 et 484 ; Iqnā‘, p. 32 ; ‘Arūḍ, p. 98 ; Kāfī, p. 74 ; Mi‘yār, p. 54. Traduction : « Mon dos n'est pas, pour celui qui a le désir d'opprimer, un dos docile. »

119 Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, poème n° XXXIX, vers 2, p. 154. Traduction : « Et 'Irq et al-Rimāḥ et al-Liwä, vidés de leurs habitants. »

120 ‘Iqd, vol. V, p. 484 ; Iqnā‘, p. 39 ; ‘Arūḍ, p. 99 ; Kāfī, p. 74 ; Mi‘yār, p. 55. Traduction : « Je lui ai dit : ne crains rien ; le malheur ne peut t'atteindre. »

121 Ši‘r 'Abd Allāh b. al-Ziba'rī, poème n° XXI, vers 4 ; ‘Iqd, vol. V, p. 484 ; Iqnā‘, p. 39 ; ‘Arūḍ, p. 99 ; Kāfī, p. 75 ; Mi‘yār, p. 55. Traduction : « Tous deux repoussent l'ennemi, et celui-là le frappe à bout portant. »

122 Awā'il, p. 360, poème n° VI, vers 1. Traduction : « Quelles piques acérées et virulentes, pour un vieux cheikh, usé et sans âge ! »

123 Voir infra, annexe II, p. 485.

124 Al-Find al-Zimmānī, fragment i, dans Awā'il, p. 365-367 ; Šarḥ dīwān Labīd b. Rabī‘a al-‘Āmirī, poème n° LXXX, p. 352 ; Dīwān Muhalhil b. Rabī‘a, poème n° XXVIII, p. 67-68.

125 Voir, par exemple, Kāfī, p. 79 : « wa-l-‘Arūḍ hiya l-ḍarb » [« le ‘Arūḍ est le ḍarb »].

126 ‘Iqd, vol. V, p. 459 et 485 ; Iqnā‘, p. 41 ; ‘Arūḍ, p. 101 ; Kāfī p. 77 ; Mi‘yār, p. 57. Traduction : « Une demeure de Salmä, quand la petite Sulaymâ était ma voisine, est déserte, et tu vois ses traces, semblables à des écritures. »

127 ‘Iqd, vol. V, p. 459 et 485 ; Iqnā‘, p. 41 ; ‘Arūḍ, p. 102 ; Kāfī, p. 78 ; Mi‘yār, p. 57. Traduction : « Son cœur est calme et intact ; et le mien est inquiet et tourmenté. »

128 ‘Iqd, vol. V, p. 485 ; Iqnā‘, p. 42 ; ‘Arūḍ, p. 102 ; Kāfī, p. 78 ; Mi‘yār, p. 57. Traduction : « Mon cœur fut affligé par un campement d'où Umm ‘Amr a disparu. »

129 Dīwān al-'Aǧǧāǧ, poème n° XXXIII, vers 1, p. 348 ; ‘Iqd, vol. V, p. 486 ; Iqnā‘, p. 42 ; ‘Arūḍ, p. 103 ; Kāfī p. 79 ; Mi‘yār, p. 58. Traduction : « Ce qui est source de tristesse et de chagrin m'a causé une vive émotion. »

130 Dīwān Durayd b. al- Ṣimma al-Ǧušamī, poème n° XXXIV, vers 1, p. 128 ; ‘Iqd, vol. V, p. 486 ; Iqnā‘, p. 42 ; ‘Arūḍ, p. 103 ; Kāfī, p. 79 ; Mi‘yār, p. 58. Traduction : « Si seulement j'avais pu être jeune à ce moment-là [lors de la bataille de Hunayn, disent les commentateurs]. »

131 Dīwān 'Antara, poème n° XCIII, p. 167 ; Dīwān Ḥumayd b. Ṯawr al-Hilālī, poème n° X, p. 63-64.

132 Abū Ḏu'ayb al-Huḏalī, poème n° XXXIII, dans Huḏaliyyīn, vol. I, p. 163 ; Dīwān Durayd b. al- Ṣimma al-Ǧušamī, poème n° XLII, p. 93 (4 vers) ; ibid., poème n° LXVI, p. 114 (8 vers).

133 Pour l'analyse comparée des modèles du sarī‘ et du rağaz, voir infra, paragraphe 5. 2. 2., p. 208 et suivantes.

134 J. Hàmeen-Anttila, Five Rağaz Collections, Materials for the Study of Rağaz Poetry II, 1995, p. 129-130. L'inventaire de l'auteur porte sur 129 des 160 vers recensés. Voir infra, annexe II, p. 486-487.

135 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and 'Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of 'Amir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n° XX, vers 2, p. 58 ; ‘Iqd, vol. V, p. 487 ; ‘Arūḍ, p. 106 ; Kāfī, p. 83 ; Mi‘yār, p. 60. Traduction : « [Le lieu du campement] est semblable à un vêtement usé ; après ton départ, [les traces] en ont été effacées par la pluie et l'inexorable vent du nord. »

136 Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° XVII, vers 4-5, p. 93 ; ‘Iqd, vol. V, p. 462 (vers 5) ; Iqnā‘, p. 45 (vers 4). Traduction : « (4) Transmets de ma part ce message à al-Nu‘mān ; [dis-lui que] voilà longtemps que je suis prisonnier et que dure mon attente. (5) Si même sans eau je m'étais étouffé, j'aurais été comme celui qui s'étouffe avec de l'eau. »

137 Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° XVII, vers 4, p. 93 ; Iqnā‘, p. 45 (vers 4) ; ‘Arūḍ, p. 107 ; Kāfī, p. 84 ; Mi‘yār, p. 60. Traduction : « Transmets de ma part ce message à al-Nu‘mān ; [dis-lui que] voilà longtemps que je suis prisonnier et que dure l'attente ». Ibn 'Abbād, Iqnā‘, p. 45, cite donc pour sa part le vers de ‘Abīd b. al-Abraṣ cité ailleurs comme exemple du ḍarb-1. Comme pour le vers de ‘Adī b. Zayd cité par d'autres métriciens, le vers de ‘Abīd peut aussi être considéré comme un exemple du ḍarb-2 (fa"‘ila"n), à condi-tion de lire šamāl au lieu de šamāli, sans vocaliser le lām final ; et il est probable qu'Ibn 'Abbād ait lui-même opté pour cette lecture, ce que n'a pas vu l'éditeur de son traité qui donne la version vocalisée tout en l'analysant métriquement comme un exemple du ḍarb-1 ! Dans les deux cas, la version qui figure dans le dīwān de ces poètes est celle qui répond au premier des deux modèles, le ḍarb-1, et il semble presque certain que ce sont les métriciens eux-mêmes qui ont modifié ces vers pour fournir un exemple du ḍarb-2.

138 Dīwān Imrri’ al-Qays, poème n° LXXII, vers 6, p. 293 ; ‘Iqd, vol. V, p. 462 et 487 ; Iqnā‘, p. 46 ; ‘Arūḍ, p. 107 ; Kāfī, p. 85 ; Mi‘yār, p. 60. Traduction : « Al-Ḫansā' a dit, lorsque je suis allé la voir : après moi, la tête de celui-ci a blanchi et est devenue grisonnante. » Al-Ḫazraǧī, La Khazradjyah, traité de métrique arabe, éd. R. Basset, 1902, p. 95, donne la version suivante du second hémistiche de ce vers : « [...] ## šāba ra'sī ba'da hādā wa-štahab » [« [...] Après cela, ma tête a blanchi et est devenue grise »]. Notons aussi que Basset fait erreur en attribuant ce vers à Durayd b. al-Ṣimma.

139 ‘Iqd, vol. V, p. 487 ; Iqnā‘, p. 46 ; ‘Arūḍ, p. 108 ; Kāfī, p. 86 ; Mi‘yār, p. 61. J'ai cité le vers tel qu'il est rapporté par ‘Arūḍ et Kāfī. Dans les trois autres traités, il est cité avec la variante rasman au lieu de rab'an dans le second hémistiche, ce qui n'en modifie guère le sens et pas du tout le découpage métrique. Traduction : « Ô mes amis, attendez et interrogez [les traces du] campement de 'Usfān. »

140 ‘Iqd, vol. V, p. 463 et 488 ; Iqnā‘, p. 47 ; ‘Arūḍ, p. 108 ; Kāfī, p. 86 ; Mi‘yār, p. 61. Traduction : « Solitaires et s'effaçant comme les traces de l'écriture. » Selon R. Basset, dans al-Ḫazraǧi, op. cit., p. 95, ce vers serait l'œuvre d'al-Nābiġa al-Šaybānī, poète d'époque omeyyade.

141 ‘Iqd, vol. V, p. 488 ; Iqnā‘, p. 47 ; ‘Arūḍ, p. 109 ; Kāfī, p. 87 ; Mi‘yār, p. 61. Traduction : « Ce qui a rafraîchi les yeux [après les larmes] n'a pas de prix. » Selon l'éditeur du Kāfī (p. 87, note 2), ce vers serait attribué, dans deux des manuscrits de cet ouvrage, à la poétesse al-Ḫansā', mais il ne figure pas dans son dīwān.

142 Ši‘r al-Namir b. Tawlab, poème n° XLV, p. 120-121. Traduction : « (1) Elle vint à moi de bon matin pour me reprocher sévèrement la disparition ou la mort d'un chameau. (2) Elle n'a cessé de mettre des si, et ceux-ci nous ont fatigué. (3) Sache qu'il arrive parfois à celui qui ne prend pas conseil de se tromper. (4) Et s'il ne parvient pas à agir de manière juste, on le blâme encore et encore. »

143 C'est le modèle du fragment d'al-Namir b. Tawlab cité plus haut. Bien que seule la première position x du modèle tel qu'il est ici représenté soit effectivement variable dans les quatre vers en question, j'ai choisi de le représenter, par analogie avec les quatre autres modèles, avec deux positions variables par hémistiche.

144 Voir infra, annexe II, p. 490-491.

145 Dīwān 'Antara, poème n° CXXXIII, vers 14, p. 183.

146 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ' Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of 'Amir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n° XX, p. 8-10. Le second vers de ce poème est celui qui est cité par les métriciens comme exemple de l'un ou l'autre des deux premiers modèles du ramal long, selon la variante de fin de vers choisie.

147 Je me base ici sur les dénombrements de J.-C. Vadet, « Contribution à l'histoire de la métrique arabe », Arabica, n° II (1955), p. 315-317 ; J.-E. Bencheikh, Poétique arabe, 1989, p. 208-217 ; et D. Frolov, Classical Arabic Verse, 2000, p. 259-290.

148 Le dénombrement de Vadet a porté sur l'édition suivante : Dīwān al-Farazdaq, éd. ‘A.I. al-Ṣāwī, 1936. Vadet ne donne pas les références de ce vers de muǧtaṭṭ et l'édition du dīwān consultée ne comporte pas d'index. Malgré plusieurs lectures, je n'ai pu retrouver la trace du vers invoqué.

149 Ibn Qutayba, Introduction au livre de la poésie et des poètes, 1947, p. 6-7.

150 Ibid., p. 7-8.

151 Ibid., p. 8.

152 Ibid., p. 8-13.

153 Ibid., p. 9. La transcription de ces quatre vers est la suivante : « (1) ’inna l-ḫalīṭa taṣadda' # fa-ṭir bi-dā'i-ka aw-qa' (2)lawlā ǧawārin ḥassānun #ḥūru l-madāmi'i 'arba' (3)Ummu l-Banīn wa-Asmā- #- 'u wa-r-Rabābu wa-Bauza' (4) la-qultu li-r-rāḥili -rhal #idā baḏā la-ka ’aw-da‘. »

154 Ces deux modèles de vers sont respectivement attestés, dans le corpus de la poésie ancienne, par une pièce d'al-A‘šä al-Kabīr, dont il a été question dans la section consacrée au wafīr, et par un unique fragment de deux vers attribué à ‘Adī b. Zayd, sur lequel nous reviendrons dans la section sur le hafīf.

155 Dīwān Abī Nuwās, p. 227 : « Maḥabbat al-ḥubb », cinq vers en muqtaḍab ; et p. 712 : « Hayhāt... », huit vers en muḍāri'. Cette seconde petite pièce figure dans la dernière partie du dīwān qui contient des ḫamriyya-s (poèmes bachiques) et des ġazal-s (poèmes d'amour). Signalons que l'éditeur du dīwān émet les plus grandes réserves sur l'authenticité des poèmes de cette partie et sur leur attribution à Abū Nuwās (idem, note p. 672).

156 Kāfī, p. 121.

157 ‘Iqd, vol. V, p. 472.

158 Tuḥfa, p. 268. Au sujet de Sa‘īd b. Wahb (m. 823), voir la notice qui lui est consacrée dans Aġānī, vol. XX, p. 348-358. Les quatre vers cités par al-Rāḍī, Tuḥfa, figurent aux pages 348-349.

159 Tuḥfa, p. 268. Pour les références des vers cités, voir supra, p. 199, note 155.

160 Tuḥfa, p. 274-275. Sur Ṣafī al-Dīn al- Ḥillī (m. 1348), poète arabe le plus célèbre du xive siècle, voir W. P. Heinrichs, « Ṣafī al-Ḏīn », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. VII, p. 828-832, qui donne la bibliographie complète des œuvres de Ṣafī al-Dīn et des études qui lui ont été consacrées. Au sujet des mètres employés, Heinrichs signale notamment que « deux [...] poèmes sont dans des mètres persans (al-awzān al-a‘djamiyya) ; l'un est dans la forme normale du khafīf musaddas makhbūn maḥdhūf (Ḏīwān, 293), l'autre dans un des mètres persans les plus courants, le muḍāri' muthamman akhrab makfūf maḥdhūf (Ḏīwān, 307-308). Il n'est pas sûr, mais seulement vraisemblable, qu'al-Ḥillī ait su le persan » (p. 830 ; les références au dīwān de ce poète se rapportent à l'édition de Damas, 1879-1883, que je n'ai pas consultée). Pour al-Qarṭāğannī, auteur du Minhāğ dont nous avons étudié, dans le chapitre précédent, la partie consacrée à la métrique, mais aussi poète, voir Dīwān Ḥāzim al-Qarṭāğannī, poème n° VIII, p. 25-27. Pour Aḥmad Šawqī (1868-1932), voir Al-šawqiyyāt, 1964, vol. II, p. 9 (poème n° XXX) ; et vol. III, p. 59 (poème n° XCII). Voir aussi A. Boudot-Lamotte, Aḥmad Šawqī, l'homme et son œuvre, 1977, p. 240-243, qui donne l'inventaire des mètres employés dans les Šawqiyyāt.

161 161. Kāfī, p. 117.

162 162. M. Abū 'Alī & M.S. Isbir, Al-Ḫalīl : mu‘ğam fî ‘ilm al-‘Arūḍ, 1982, p. 129 : « Al-Aḫfaš l'a rejeté, car les premiers [poètes] n'ont pas composé selon ce modèle ». M.‘A. al-Ḫafāğī, Al-qaṣīda al-‘arabiyya, 1982, p. 36, paragraphe 6, rapporte cette même tradition. Al-Zağğāğ aurait également rejeté ces deux mètres, ainsi que "son élève" (probablement al-Zağğāğî). W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 35, mentionne un manuscrit anonyme à Berlin (Pet. 311, fol. 56b) dans lequel l'auteur fait état du rejet du muḍāri‘ par al-Zağğāğ et par "son élève". Il mentionne aussi un ouvrage d'al-‘Unnābī (m. 1374), Nuzhat al-abṣār fī awzān al-aš'ār (manuscrit Berlin Pm. 446, fol. 79b), où l'auteur cite al-Zağğāğ (Abū Isḥāq) qui suppose qu'al-Ḫalīl aurait créé ce mètre par analogie (aḥsibu-hu qāsa-hu) et qui doute de l'authenticité des vers de muḥāri‘ qui figurent dans les traités de métrique : « Je ne sais si [les vers de muḍāri‘] rapportés dans les ouvrages des métriciens ont été forgés (maṣnū‘) ou entendus (maṣnū‘) chez les Arabes. »

163 ‘ArūḍA, p. 155.

164 Kāfī, p. 121 : « Comme [al-Ḫalīl] l'affirme lui-même, nous ne connaissons rien d'autre dans le mètre muqtaḍab. »

165 Voir G. Lazard, Les premiers poètes persans, 1964. Selon le Tārīḫ i Sistān (anonyme), éd. Mālik Al-šu'arā' Bahār, 1896, p. 209-210, c'est Muḥammad b. Vaṣīf qui aurait, le premier, composé des vers persans à la manière classique, suivant un modèle de vers quantitatif. Le court poème qui lui est attribué est un panégyrique dédié au souverain saffaride Ya‘qūb b. Laiṯ, vraisemblablement composé après la prise de Hérat par Ya‘qūb (867). Les vingt-deux poètes dont les vers ont été édités et traduits par Lazard ont tous vécu entre le milieu du ixe et la fin du xe siècle. Les modèles de vers les plus employés sont des variantes du hazağ (à trois ou quatre pieds par hémistiche, contre deux seulement dans le modèle arabe), du ramal, du muğtaṯṯ, du sarī‘, du munsariḥ, du mudāri‘ et du mutaqārib ; ainsi que des mètres originaux, comme le ğadīdou le qarīb. Pour plus de détails concernant ces modèles et leur analyse, voir L. P. Elwell-Sutton, « The Foundations of Persian Prosody and Metrics », Iran, n° XIII (1975), p. 75-97.

166 Voir L. P. Elwell-Sutton, The Persian Meters, 1976, p. 101-102, 105-108, 113 et 116117, pour l'inventaire de l'ensemble des modèles de vers dérivés de ces mètres abstraits qui sont employés par les poètes persans. Sont inventoriées huit variantes du muğtaṯṯ et quinze du mudāri‘. Certains de ces modèles comptent jusqu'à quatre pieds par hémistiche. Le cas du muqtaḍab est particulier : les exemples de vers cités par les métriciens persans sont tous anonymes (ibid., p. 108, 112 et 117). L'estimation statistique de l'emploi des modèles du muqtaḍab montre que trois seulement des neuf qui sont inventoriés dans les traités de métrique persane sont effectivement employés. Mais cet emploi est tardif, vraisemblablement pas avant le xive siècle, et, au demeurant, très limité, voire marginal (ibid., chapitre IV, p. 144-167).

167 ‘Iqd, vol. V, p. 488 ; Iqnā‘, p. 51 ; ‘Arūḍ, p. 115 ; Kāfī, p. 95 ; Mi‘yār, p. 63. Traduction : « L'époque de Salmä ! Elle n'a d'égale ni au Šām ni en Iraq. »

168 ‘Iqd, vol. V, p. 465 et 489 ; Iqnā‘, p. 51 ; ‘Arūḍ, p. 116 ; Kāfī, p. 96 ; Mi‘yār, p. 64. Traduction : « [La douleur de] la passion s'est réveillée, à Ḏāt al-ġādā, [au spectacle] d'empreintes lisses et muettes, vieilles d'un an. »

169 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXXV, vers 1, p. 284 ; ‘Iqd, vol. V, p. 466 et 489 ; Iqnā‘, p. 52 ; ‘Arūḍ, p. 116 ; Kāfī, p. 97 ; Mi‘yār, p. 64. Traduction : « Elle me dit, en évitant d'être grossière : "Doucement, [tes paroles] sont parvenues à mes oreilles." »

170 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LIV, vers 6, page 238 ; ‘Iqd, vol. V, p. 466 et 489 ; Iqnā‘, p. 53 ; ‘Arūḍ, p. 117 ; Kāfī, p. 98 ; Mi‘yār, p. 64. Traduction : « [Leur] parfum est du musc ; leurs visages sont semblables à des dinars ; et l'extrémité de leurs doigts du ‘anam. » Le ‘anam est un arbre qui donne des fruits rouges, d'où la comparaison avec le bout des doigts. Le poème dont est tiré ce vers, lui-même tout à fait correct puisqu'il est cité par les métriciens comme vers-témoin, contient par ailleurs un certain nombre d'"anomalies" sur lesquelles je reviendrai en détail. Voir infra, p. 211-214.

171 ‘Iqd, vol. V, p. 489 ; Iqnā‘, p. 53 ; ‘Arūḍ, p. 118 ; Kāfī, p. 98 ; Mi‘yār, p. 64. Traduction : « Elles se mouillent d'urine sur les rebords du puits [Ou : le puits étant à sec, elles prennent l'urine qui est au bord]. »

172 ‘Iqd, vol. V, p. 467 et 489 ; Iqnā‘, p. 53 ; ‘Arūḍ, p. 118 ; Kāfī, p. 99 ; Mi‘yār, p. 65. Traduction : « Ô compagnons de voyage, modérez vos blâmes. »

173 Waraqa, p. 46.

174 Waraqa, p. 51 : « (1) yā ṣāḥibay raḥlī bi-ḏāti l-ḫalīl (2) ‘ūğā 'ani l-manzili qabla r-raḥīl » (Ô mes deux compagnons de voyage, à Ḏāt al-Ḫalīl, faites halte auprès du campement avant le départ).

175 Waraqa, p. 51, note 38.

176 J. Hämeen-Anttila, op. cit., p. 131. L'analyse de Hämeen-Anttila a porté sur quatre-vingt-huit vers seulement. Voir infra, annexe II, p. 488-489.

177 Voir J. Maling, op. cit., p. 49 ; C. Golston & T. Riad, op. cit., p. 5, qui s'en remettent à l'argumentation de Maling. Prince, op. cit., p. 79, est plus prudent, remarquant que l'avant-dernière syllabe des formes catalectiques du rağaz(‘Arūḍ-1 ḍarb-2) est toujours associée à une syllabe longue, tandis qu'elle l'est toujours à une syllabe brève dans les différents modèles du sarī‘. Mais cet argument peut-être retourné et invoqué, au contraire, en faveur de la fusion de ces deux mètres, leurs variantes catalectiques étant justement complémentaires.

178 Prince, op. cit., p. 79, fait effectivement remarquer que l'avant-dernière syllabe des formes catalectiques du rağaz (‘Arūḍ-1 ḍarb-2) est toujours associée à une syllabe longue, tandis qu'elle l'est toujours à une syllabe brève dans les différents modèles du sarī‘. Mais c'est pour dire qu'il faut faire preuve de prudence et de circonspection avant de faire fusionner ces deux mètres, ce qui me paraît paradoxal. La comparaison des fins de vers des deux mètres que j'ai présentée ne tient pas compte du ḍarb de type fa'lun (- -), qui caractérise le troisième modèle de sarī‘ des métriciens classiques (‘Arūḍ-1 ḍarb-3). Par ailleurs, on ne peut manquer de constater que cette observation (la complémentarité des fins de vers catalectiques du rağaz et du sarī‘) ne s'applique pas aux modèles courts du sarī‘ dont le dernier pied est du même type que dans les modèles doubles du rağaz, soit maf‘uwlun (- - -) ou fa‘uwlun (⋃ - -).

179 Voir infra, annexe II, p. 492-494.

180 (a) Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LIV, vers 1, p. 237. Traduction : « Est-ce aux demeures abandonnées de répondre, sourdes qu'elles sont ? Que n'y a-t-il une trace, douée de parole, qui y parle ? » ; (b) Ce vers est cité par les métriciens classiques pour illustrer le second ‘Arūḍ du sarī‘. Voir supra, p. 205-206 pour les références et la traduction.

181 Al-Šantarīnī, Mi‘yār, p. 66, par exemple, dit : « L'emploi des deux ḍarb-s du second ‘Arūḍ dans une même qaṣīda est anormale (ou / et rare) » [wa-qad šaḏḏa l-ğam‘u bayn ḍarbay al-‘Arūḍ al-ṯāniya fî qaṣīda wāḥida]. Voir aussi Tuḥfa, p. 226-229.

182 ‘Abīd b. al-Abras, poème n° XXVI, vers 3a (The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 71) ; Suḥaym, poème n° III, vers 1b (Dīwān Suḥaym ‘abd Banī al-Ḥasḥās, p. 34, sous la lettre ğīm).

183 Al-A‘šä al-Kabīr, poème n° XVIII, vers 45a (Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 145) ; al-Mutaqqib al-‘Abdī, poème n° I, vers 24b (Dīwān al-Muṯaqqib al-‘Abdī, p. 44).

184 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LIV, vers 24, page 240. Traduction : « Par ta vie, [ô roi,] nous sommes tes oncles maternels ! Et à l'oncle maternel reviennent égard et respect. »

185 Mufaḍḍaliyyāt, vers 27, p. 240. Traduction : « Dans un an, tu verras les oiseaux pénétrer dans les demeures de la tribu pour y partager sa nourriture. »

186 Mufaḍḍaliyyāt, vers 18, p. 239. Traduction : « Quelle est notre faute pour que nous ait razzié un roi de la maison de Šafna, décidé et puissant ? »

187 Mufaḍḍaliyyāt, vers 21, p. 239. Ce vers est peu compréhensible : le sens de maṣālīt, pluriel de maṣlāt, n'est pas clair et les deux hémistiches semblent n'avoir aucun rapport. La traduction plus ou moins littérale en est la suivante : « Leurs visages sont éclatants de blancheur dans leur nudité, et les eaux de leurs mers sont peu abondantes. »

188 Mufaḍḍaliyyāt, ers 34, p. 240. Traduction : « Et l'empressement entre deux séances, alors que la soirée prend fin et que tous se sont réunis. ». Lyall traduit le verbe tanādä par "se disperser" (Al-Mufaddal Al-Ḍabbī, The Mufaḍḍaliyyāt. An Anthology of Ancient Arabian Odes, éd. et trad. anglaise C. Lyall 1918, vol. II (traduction et notes), p. 183) ; et Blachère, par "s'interpeler (mutuellement)" (R. Blachère, « Remarques sur deux élégiaques arabes au vie siècle de J.-C. », Arabica, n° VII-1 (1960), p. 30-40 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 324). Dans la lecture d'al-Tibrīzī, la particule qad est absente, ce qui donne au second pied du second hémistiche la forme suivante : ⋃ ⋃ [⋃ -], qui n'est pas plus conforme au modèle du sarī‘-4b que la version d'Ibn al-Anbārī.

189 Dīwān Imrri’ al-Qays,p. 199. Traduction : « (2) (Et) je rencontrai, en la personne d'Abū Ḥanbal, le meilleur des hommes et le plus fidèle à sa parole ; (3) Le plus proche du bien, le plus éloigné du mal, le plus généreux en période d'avarice. »

190 Tuḥfa, p. 226 ; Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, p. 274-279. Ce poème compte quarante-deux vers dont l'avant-dernier contient un pied ⋃⋃ [- ⋃ -] dans le premier hémistiche.

191 Ibn Qutayba, Introduction au livre de la poésie et des poètes, 1947, p. 12 (la traduction est celle de Gaudefroy-Demombynes). Une fois de plus, le vers cité est celui que les métriciens donnent comme exemple du second ‘Arūḍ du sarī‘. Voir supra, p. 205.

192 Al-Mufaddal al-Ḍabbī, The Mufaḍḍaliyyāt. An Anthology of Ancient Arabian Odes, éd. & trad. C. Lyall, 1918, vol. II, p. 181.

193 ‘Iqd, vol. V, p. 490 ; Iqnā‘, p. 56 ; ‘Arūḍ, p. 122 ; Kāfī, p. 103 ; Mi‘yār, p. 68. Traduction : « Ibn Zayd ne cesse d'œuvrer au bien et répand ses bienfaits sur sa ville. »

194 Sīra, vol. III, p. 72 ; ‘Iqd, vol. V, p. 468 et 490 ; Iqnā‘, p. 56 ; ‘Arūḍ, p. 123 ; Kāfī, p. 104 ; Mi‘yār, p. 68. Traduction : « Prenez patience, fils de ‘Abd al-Dār. » Hind, dite "la mangeuse de foie", récita les quelques vers dont fait partie le vers-témoin des métriciens lors de la bataille d'Uḥud pour encourager les Mecquois à prendre leur revanche sur les musulmans après leur défaite de Badr.

195 ‘Iqd, vol. V, p. 469 et 490 ; Iqnā‘, p. 57 ; ‘Arūḍ, p. 124 ; Kāfī, p. 104 ; Mi‘yār, p. 68. Traduction : « Malheur à la mère de Sa‘d pour Sa‘d ! »

196 Kāfī, p. 105 ; Mi‘yār, p. 69. Traduction : « Rien ne soulève les cœurs comme une colombe qui roucoule [perchée] sur un saule. »

197 Voir infra, annexe II, p. 495.

198 Labīd b. Rabī‘a, poème n° IV, vers 12a (Šarḥ dīwān Labîd b. Rabī‘a al-‘Āmirī, p. 28) ; Qays b. al-Ḫāṭim, poème n° V, vers 22a (Dīwān Qays b. al-Ḫāṭim, p. 42).

199 ‘Abīd b. al-Abraṣ, fragment n° xii, vers 2a (The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 86) ; Labīd b. Rabī‘a, poème n° IV, vers 4a (Šarḥ dīwān Labīd b. Rabī‘a al-‘Āmirī, p. 26).

200 Voir Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° V, p. 45-49, vers 1a, 8b, 13b et 27b ; ibid., poème n° XX, p. 98, vers 5b ; Ši‘rḪufāf b. Nadba al-Sulamī, p. 84-85, poème n° XV, vers 5a et 10a ; Dīwān Ka‘b b. Mālik al-Anṣārī, p. 251, poème n° XLVIII, vers 2b.

201 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abras, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, p. 82.

202 Dīwān al-A‘šä al-Kabīr, poème n° I, vers 4 ; ‘Iqd, vol. V, p. 491 ; Iqnā‘, p. 60 ; ‘Arūḍ, p. 127 ; Kāfī, p. 109 ; Mi‘yār, p. 71. Traduction : « Les gens [de ma tribu] se sont établis entre Durnā et Badawlä, sur une hauteur à al-Siḫāl. »

203 Iqnā‘, p. 60 ; ‘Arūḍ, p. 128 ; Kāfī, p. 110 ; Mi‘yār, p. 71. Traduction : « Si seulement je savais si je parviendrai jusqu'à eux, ou si la mort m'emportera avant. »

204 ‘Iqd, vol. V, p. 491 ; Iqnā‘, p. 61 ; ‘Arūḍ, p. 129 ; Kāfī p. 111 ; Mi‘yār, p. 72. Traduction : « Si, un jour, nous maîtrisons ‘Āmir, nous tirerons vengeance de lui ou nous vous le laisserons. »

205 ‘Iqd, vol. V, p. 471 et 492 ; Iqnā‘, p. 61 ; ‘Arūḍ, p. 129 ; Kāfī, p. 111 ; Mi‘yār, p. 72. Traduction : « Si seulement je pouvais savoir ce qu'Umm ‘Amr pense de notre affaire. »

206 ‘Iqd, vol. V, p. 491 ; Iqnā‘, p. 62 ; ‘Arūḍ, p. 130 ; Kāfī, p. 112 ; Mi‘yār, p. 72. Traduction : « Toute chose est faisable, à condition que vous ne vous fâchiez pas. »

207 Pour le premier de ces deux modèles rares, al-Šammāḫ, fragment xiva (Dīwān al-Šammāḫ b. Dirār al-Ġaṭafānī, p. 321) ; et Umayya b. Abī al-Ṣalt, poème n° XLV (Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, p. 417-418) ; pour le second, 'Adī b. Zayd, n° XLIV (Dīwān 'Adī b. Zayd, p. 126).

208 A‘šä, poème n° XII, p. 355. Traduction : « Cette nuit me fut interminable, aux abords de Ḏāt al-Kurā‘ # Jusqu'à ce que, soudain, on vint m'annoncer la mort de celui qui chevauche un scorpion # Un cavalier qui ne redoutait pas l'affrontement. »

209 Voir, notamment, Kāfī, p. 113 : « Le taš‘īt est également permis dans le ‘Arūḍ si le vers est muṣarra‘. »

210 Voir infra, annexe II, p. 496. J'ai exclu un hémistiche isolé attribué à Abū Du’ād al-Iyādī (G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », n° LXXI, p. 279).

211 Ces quatre vers sont les suivants : Abū Du’ād al-Iyādī, poème n° XXXIV, vers 2 et 24 (G. von Grunebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 265-266) ; Abū Du’ād al-Iyādī, poème n° LXI, vers 16 (ibid., p. 275) ; ‘Adī b. Zayd, fragment n° XCVIII (vers isolé, Dīwān 'Adī b. Zayd, p. 155).

212 J'ai néanmoins relevé, parmi les vers analysés, un cas d'application du kaff, dans un vers de 'Adī b. Zayd (Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° IX, vers 3a, p. 63) ; et un cas d'application du sakl, dans un vers d'Umayya b. Abī al-Ṣalt (Dīwān Umayya b. Abī al-Ṣalt, poème n° LXII, vers 11a, p. 441).

213 Tuḥfa, p. 300. Traduction : « ‘Āmir est venu à nous, sain et sauf, après qu'il lui est arrivé ce qu'on sait. »

214 Tuḥfa, p. 301. Traduction : « La demeure de Salmä, au fond de la vallée de ‘Umān, que le jour et la nuit (litt. "les deux temps") ont revêtue d'un vêtement usé. »

215 Tuḥfa, p. 301. Traduction : « Est-ce là leur demeure disparue, ou bien des écritures effacées par le temps ? »

216 Tuḥfa, p. 301. Traduction : « Fais halte sur [le lieu de] leur campement et pleure sur ses traces et ses vestiges. »

217 Tuḥfa, p. 302. Traduction : (a) « Une boule fut frappée, d'un coup de maillet, et les hommes l'attrapèrent au vol. » ; (b) « Les chameaux ont été muselés pour le départ, au matin, dans le Ġawr de la Tihāma, et ils s'en sont allés. » ; (c) « La vie ici-bas ne fut pour nous qu'égarement, passions violentes et divertissements. »

218 Le premier à l'affirmer fut vraisemblablement Ibn Ḫallikān (m. 1318), dans son ouvrage biographique intitulé Wafayāt al-a‘yān wa-anbā‘ abnā‘ al-zamān : « wa-hāḏā al-Aḫfaš huwa al-laḏī zāda fî al-‘Arūḍ baḥr al-ḫabab » (éd. Y. ‘A. Ṭawīl & M.Q. Ṭawīl, 1998, vol. II, p. 318).

219 Al-Zağğāğ, Kitāb al-‘Arūḍ, éd. S. Abū Sitta, dans Mağallat al-dirāsāt al-luġawiyya, n° 6-3 (2004), p. 121. Traduction : « Ce n'est qu'une fois mort que nous saurons ce que, par négligence, nous avons laissé passer. »

220 ‘ArūḍH, p. 264.

221 Traduction : (a) « La dispersion du campement t'a-t-elle attristé, au point que tu passes la nuit dans l'insomnie et le malaise ? »

222 Al-Ṭabarī, Tārīḫ al-umam wa-l-mulūk, s. éd., Le Caire, al-Matba‘a al-Husayniyya, s. d., vol. I, p. 615. Voir supra, Introduction, p. 45-46.

223 Awā’il, 1994. Les vers en question sont tirés d'al-Ṭabarī, op. cit., vol. I, p. 613-615. Voir aussi Mu‘ğam, p. 10-11 ; et Mu’talif, p. 299-300.

224 Voir supra, Introduction, p. 45-46.

225 ‘Arūḍ, p. 264.

226 Iqnā‘, p. 76.

227 Al-Ğawharī et al-Qarṭāgannī font également état de l'existence de ce mètre, le second l'évoquant sous le nom de ḫabab. Voir Waraqa, p. 68-69 ; et Minhāğ, p. 229.

228 Mi‘yār, p. 109. Entre autres noms donnés à ce mètre, citons aussi muttasiq ("ordonné, disposé, rassemblé"), šaqīq ("fendu en deux, moitié, ami inséparable"), ḍarb al-nāqūs ("son de la crécelle"), qaṭr al-mīzāb ("goutte-à-goutte de l'eau dans la gouttière").

229 Mi‘yār, p. 110. Traduction : « Je n'ai pour toute fortune qu'un dirham, et ce mauvais cheval noir. »

230 Mi‘yār, p. 110. Les variantes sont les suivantes : pour le vers (3), Su‘dä au lieu de Salmä ; pour le vers (4), dimnatun au lieu de dāru-hum ; enfin, le vers (5) est totalement différent : qif ‘alä dārisāti d-diman / bayna ’aṭlāli-hā wa-bkiyan.

231 Wāfī, p. 194-196.

232 Wāfī, p. 196. Traduction : « (1) La vie ici-bas ne fut pour nous qu'égarement, passions violentes et divertissements. (2) Ô toi, enfant de ce monde, doucement : prends le temps de bien peser ce que tu donnes [de ta personne] (3) [Car] il n'est pas un jour qui passe qui ne nous affaiblisse encore un peu plus. »

233 Wāfī, p. 196-197. Traduction : « (1) Véritablement, véritablement, véritablement, véritablement ! Assurément, assurément, assurément, assurément ! (2) Ô toi, enfant de ce monde, ne te disperse pas : la vie ici-bas n'est qu'égarement. (3) Ô toi, enfant de ce monde, tout doucement : nul ne sait quelle sera sa part. (4) [Car] il n'est pas un jour qui passe qui ne nous affaiblisse encore un peu plus ; (5) Il n'est pas un jour qui passe qui ne nous paraisse aussi long qu'un siècle. »

234 Al-Marzubānī, Nūr al-qabas al-muḫtaṣar min al-muqtabas, éd. R. Sellheim, 1964, vol. I, p. 60 ; al-Qiftī Inbāh al-ruwāt ‘alā anbāh al-nuḥāt, Le Caire, Dār al-fikr al-‘arabī & Beyrouth, Mu'assasat al-kutub al-ṯaqāfiyya, 1986, vol. I, p. 377, où on lit hāḏā au lieu de ya‘dū, et yasta‘fī au lieu de yastanhī : (a) « ‘Amr, en toute hâte, recherche, contre Zayd, la protection de Faḍl, le cadi # Ils le firent parvenir [jusqu'à lui et il dit] : je redoute l'assaut du lion féroce # Car l'homme qui se défend [comme un lion] n'est pas semblable à celui qui est fort et heureux. » ; (b) « Lorsqu'on leur demanda, ils refusèrent et se montrèrent avares. Par ta vie, quel acte misérable n'ont-ils pas commis là ? # N'as-tu jamais, sous le coup de l'émotion, versé des larmes sur les vestiges d'un campement qui t'emplissaient de tristesse et de peine ? »

235 Murūğ, vol. VII, p. 87 : « Abū al-‘Atāhiya a composé des vers qui ne sont pas conformes aux principes du ‘Arūḍ, comme ceux-ci : "Le cadi n'a de soucis que pour un vers provoquant, et si on le blâme, il répond : Le monde n'est peuplé que de pêcheurs. Telle est l'excuse du cadi ; mais retourne le mot..." Or, ne dit-on pas de ce poète qu'il était peu soucieux de respecter les principes de la théorie métrique d'al-Ḫalīl ? Ainsi, lorsqu'on lui reprochait d'avoir composé des vers contraires au principe du ‘Arūḍ, il répondait : "J'ai précédé le ‘Arūḍ" ou : "Je suis plus grand que le ‘Arūḍ" ». En changeant les points diacritiques du mot 'aḏr, on obtient ġadr, soit "ruse" au lieu d'"excuse". Voir aussi Aġānī, vol. I, p. 16.

236 J.-C. Vadet, « Contribution à l'histoire de la métrique arabe », Arabica, n° II (1955), p. 315-317 ; J.-E. Bencheikh, Poétique arabe, Paris, Gallimard, 1989, p. 208-217 ; et D. Frolov, Classical Arabic Verse. History and Theory of ' Arūḍ, Leyde, Brill, 2000, p. 259-290.

237 ‘U. al-Mar‘ī, Al-qarīb am al-mutadārak. Dirāsa ğadīda fī ‘Arūḍ al-Ḫalīl fī ḍaw’ Kitāb al-‘Arūḍ li-Abī al-Ḥasan Aḥmad b. Muḥammad al-‘Arūḍî ma'a taḥqīq bāb fakk al-dawā’ir wa-bāb al-qawāfī, 2004.

238 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 81-83.

239 Dīwān Bišr b. Abī Ḫāzim, n° XII, p. 143 ; ‘Iqd, vol. V, p. 493 ; Iqnā‘, p. 72 ; ‘Arūḍ, p. 147 ; Kāfī, p. 129 ; Mi‘yār, p. 81. Traduction : « Quant aux Banū Tamīm, Tamīm fils de Murr, la troupe [de guerriers] les trouva engourdis et ensommeillés. »

241 Huḏaliyyīn, vol. II, p. 184 ; ‘Iqd, vol. V, p. 494 ; Iqnā‘, p. 72 ; ‘Arūḍ, p. 148 ; Kāfī, p. 130 ; Mi‘yār, p. 81. Traduction : « Il fréquente des femmes misérables, échevelées, un enfant à la mamelle, semblables à des démons. » Dans la version de Huḏaliyyīn, le vers est rapporté comme suit : « la-hā niswatun ‘-āṭilātu ṣ-ṣudū- ## -ri ‘ūğun marāḍī‘a miṯla ssa‘ālī » (Il a des femmes dont la poitrine est dénuée de parures, efflanquées, un enfant pendu à la mamelle, semblables à des démons). Dans la version d'al-Sukkarī, le ḍarb est du type fa‘uwlun ([⋃ -] -) et le vers répond au premier modèle inventorié (‘Arūḍ-1 ḍarb-1). C'est aussi le cas, bien sûr, des autres vers du poème tel qu'il figure dans cet ouvrage. Il est donc très probable que les métriciens ont à dessein modifié ce vers pour en faire un exemple du second modèle, au prix d'une licence poétique (ḍarūra ši‘riyya), en lisant sa‘āl, forme abrégée de sa‘ālī. Je reviendrais plus loin dans ce chapitre sur l'examen détaillé des vers-témoins cités par les métriciens.

240 ‘Iqd, vol. V, p. 494 ; Iqnā‘, p. 73 ; ‘Arūḍ, p. 148 ; Kāfī p. 130 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : « En fait de poésie, je transmets des vers difficiles, qui font oublier aux rāwī-s (transmetteurs) ce qu'ils sont en train de transmettre. »

241Iqd, vol. V, p. 476 et 494 ; Iqnā‘, p. 73 ; ‘Arūḍ, p. 149 ; Kāfī, p. 132 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : « Mes amis, tournez-vous vers les traces d'un campement, déserté par Sulaymä et par Mayya. »

242Iqd, vol. V, p. 495 ; Iqnā‘, p. 74 ; ‘Arūḍ, p. 150 ; Kāfī, p. 132 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : « Est-ce à cause des traces effacées de Salmä à Dāt al-Ġaḍā ? »

243 Iqnā‘, p. 74 ; ‘Arūḍ, p. 150 ; Kāfī, p. 133 ; Mi‘yār, p. 82. Traduction : « Sois pur et ne désespère pas : il t'arrivera ce qui t'est assigné. »

244 Kāfī, p. 133. Le vers est le suivant : « wa-zawğu-ki fîn-nādī # wa-ya‘lamu mā fī ġadi ». Il est également cité par Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd, vol. V, p. 495 et Ibn Manzūr, Lisān, vol. VI, p. 4389 (racine ndy), avec la variante rūḥu-ka (ton âme, ton esprit) au lieu de zawğu-ki (ton mari). Dans le Lisān, il est précédé d'un autre vers et illustre le conseil donné aux hommes de ne pas se réunir en assemblée pour s'amuser et parler de choses futiles. Le premier des deux vers est le suivant : « wa-’ahdä la-nā ’akbušan ## tabaḫbaḫu fī l-mirbadi » (Il nous a fait don de béliers qui grognent dans leur enclos ( ?)). Le sens de ce vers et le lien avec le second ne sont pas clairs. Au second vers, le Prophète aurait répondu : « lā ya‘lamu l-ġayb ’illā -llāh » (Seul Dieu connaît ce qui est caché).

245 Abū Du’ād al-Iyādī, n° XVII (G. von Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 258) ; al-Mutanaḫḫil, n° IV (Huḏaliyyīn, vol. III, p. 1276-1277) ; al-Muṯaqqib al-‘Abdī, n° iv (Dīwān Ši‘r al-Muṯaqqib al-‘Abdī, p. 265).

246 Voir infra, annexe II, p. 496-497.

247 Mufaḍḍaliyyāt, poème n° LXI, p. 253-255, attribué à Ṯa ‘laba b. ‘Amr, poète dont nous ne savons pour ainsi dire plus rien.

248 Ḥassān b. Ṯābit, poèmes n° 205 (Dīwān Ḥassān b. Ṯābit, p. 378), n° 224 (ibid., p. 401),
n° 232 (ibid., p. 412) et n° 347 (ibid., p. 509) ; Imru’ al-Qays, poème n° XVIII (Dīwân Imri’ al-Qays, p. 128) ; Ka‘b b. Mālik, poème n° LXI (Dīwān Ka‘b b. Mālik al-Anṣārī, p. 274).

249 Au premier hémistiche : Ḥassān b. Ṯābit, poème n° 120, vers 2 (Dīwān Ḥassān b. Ṯābit, p. 251) ; al-Ḫansā’, poème n° XXXI, vers 3 (Šarḥ dīwān al-Ḫansā’, p. 145) ; et Imru' al-Qays, poème n° XXIX, vers 2 (Dīwān Imri’ al-Qays, p. 154) ; au second hémistiche : Ḥassān b. Ṯābit, poème n° IX, vers 8 (Dīwān Hassân b. Ṯābit, p. 57) ; et al-Ḫansā’, poème n° IV, vers 2 et 10 (Šarḥ dīwān al-Ḫansā’, p. 30).

250 Al-Ḫansā’, poème n° IV, vers 2 et 10 (Šarḥ dīwān al-Ḫansā’, p. 30).

251 Tuḥfa, p. 268 (muḍāri‘) et p. 274-275 (muqtaḍab). Voir supra, p. 198-199 notamment.

252 Voir supra, p. 200, note 162.

253 Kāfī, p. 26. Voir supra, p. 135 (note 13).

254 Dīwān al-Nābiġa al-Ḏubyānī, poème n° LI, p.191. Voir supra, p. 136 (note 15).

255 Kāfī, p. 25. Pour la traduction de ces vers, voir supra, p. 137 (note 20).

256 Dīwān Imri’ al-Qays, poème n° VII, p. 83-84 ; inventaire des variantes contenues dans les différentes recensions, p. 397-398. Voir supra, p. 137-139.

257 Sur le ḫarm, voir supra, p. 144-145. Pour la traduction de ce vers, voir supra, p. 144, note 36.

258 The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Āmir Ibn at-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah, poème n° XX, vers 2, p. 58 ; ‘Iqd, vol. V, p. 487 ; ‘Arūḍ, p. 106 ; Kāfī, p. 83 ; Mi‘yār, p. 60. Pour la traduction de ce vers, voir supra, p. 190, note 135.

259 Dīwān 'Adī b. Zayd, poème n° XVII, vers 4-5, p. 93 ; (1) ‘Iqd, vol. V, p. 462 ; (2) Iqnā‘, p. 45. Pour la traduction de ces vers, voir supra, p. 190, note 136.

260 Voir supra, p. 190-191 et note 137.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende A. Mètres à watid initial
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende B. Mètres à watid final
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende C. Mètres à watid médianP = pied⋃ = syllabe brève– = syllabe longue[⋃–] = watid mağmū‘//// = absence de pied() = pied facultatifX = syllabe variable, indifféremment brève ou longueX = syllabe variable valant une longue ou deux brèves[–⋃] = watid mafrūq
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-146.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-147.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-148.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-149.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-150.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-151.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-152.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-153.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-154.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-155.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-156.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-157.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-158.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-159.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-160.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-161.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-162.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-163.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-164.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-165.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-166.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-167.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-168.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-169.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-170.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-171.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-172.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-173.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-174.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-175.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-176.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-177.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-178.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-179.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-180.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-181.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-182.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-183.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-184.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-185.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-186.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-187.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-188.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-189.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-190.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-191.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-192.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-193.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-194.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-195.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-196.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-197.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-198.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-199.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-200.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-201.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-202.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-203.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-204.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-205.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-206.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-207.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-208.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-209.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-210.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-211.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-212.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-213.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-214.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-215.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-216.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-217.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-218.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-219.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-220.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-221.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-222.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-223.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-224.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-225.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-226.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Les modèles de vers courts
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-227.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Les modèles de vers à groupe stable initial
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-228.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Les modèles de vers à positions variables liées (initiales)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-229.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-230.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-231.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-232.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-233.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4110/img-234.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search