Version classiqueVersion mobile

De la théorie à l’usage

 | 
Bruno Paoli

Chapitre I. La théorie métrique classique (‘ilm al-‘arūḍ)

Texte intégral

1. LETTRES, CONSONNES, PHONÈMES, SYLLABES ET MORES

  • 1 H. Fleisch, « Ḥarf », Encyclopédie de l'Islam, 2 éd., vol. III, p. 210-211 ; et « Ḥurūf al-hiğā’ » (...)
  • 2 H. Fleisch, « Ḥurūf al-hiğā’ », p. 617, paragraphe 3.
  • 3 H. Fleisch, « La conception phonétique des Arabes d'après le Sirr Ṣinā‘at al-I‘ràb d'Ibn Ğinnī », (...)

1Le fait que les grammairiens arabes classiques n'aient pas fait appel à la notion de syllabe a beaucoup préoccupé les linguistes modernes. Cette notion, qui est de nos jours unanimement considérée comme l'un des universaux des langues naturelles, n'a en effet pas d'équivalent direct dans les théories arabes traditionnelles, qu'il s'agisse de phonologie, de morphologie ou de versification. L'unité de base de la linguistique arabe est le ḥarf (pl. ḥurūf ou aḥruf), terme qui est indifféremment traduit par "lettre (de l'alphabet)" ou par "son du langage", voire "phonème", ce qui est symptomatique de la confusion de longue date qui règne entre les notions de lettre et de phonème. Les hésitations de Fleisch sont significatives à cet égard : ḥarf est tantôt traduit par "lettre" ou "lettre de l'alphabet1" ; tantôt par "articulation de la langue" ou "phonème2". Ailleurs, l'auteur prend le parti de ne pas traduire3. Cette confusion n'a, semble-t-il, pas épargné les auteurs arabes eux-mêmes, pour qui le mot ḥarf paraît bien avoir effectivement servi à désigner deux notions distinctes mais complémentaires, l'une d'ordre graphique et l'autre d'ordre sonore.

2L'introduction d'un terme pour traduire celui de "syllabe" est relativement tardive, vraisemblablement imputable à Ibn Sīnā (Avicenne, m. 1027) ou à un autre philosophe arabe d'inspiration héllenistique. Le mot choisi fut maqṭa‘, signifiant littéralement "lieu de coupure", et donc l'endroit où peut se faire la pause, c'est-à-dire entre deux syllabes. Mais cette notion est rapidement rapportée à celle du ḥarf. Ibn Sīnā la définit ainsi :

  • 4 Ibn Sīnā, Al-šifā’, éditeur inconnu, 1956, vol. III (Ğawāmi‘ ‘ilm al-mūsīqā), p. 123, traduit par (...)

« Un segment non sonant (ṣāmit) qui est dans un état tel qu'on puisse le prononcer dans un continuum naturel est appelé syllabe (maqṭa‘). [La syllabe] consiste donc en un segment (ḥarf) non sonant dont l'intervalle temporel qui le sépare d'un autre segment subséquent est rempli par un son audible (naġama)4. »

3Ce phénomène est encore plus clair dans le passage suivant d'al-Fārābī :

  • 5 Al-Fārābī, Kitāb al-mūsīqā al-kabīr, passage traduit par A. Hadj-Salah, ibid., p. 65, d'après le m (...)

« Les Arabes, dit-il, donnent au maqṭa‘ le nom de segment en mouvement (mutaḥarrik) parce qu'ils appellent ḥaraka les [segments] sonants de brève durée (muṣawwit)5. »

4Dans la langue, le terme ḥarf sert à désigner un certain nombre de notions que les philologues font dériver d'un sens de base qui est celui de "limite" (ḥadd), ou de "côté, extrémité" (ṭaraf, ğānib) : 1° le "mot" ; 2° la "lettre de l'alphabet" ou le "son du langage" (ḥarf min ḥurūf al-hiğā’) ; 3° la troisième des trois parties du discours, ce qui n'est ni verbe (fi‘l) ni nom (ism), les ḥurūf al-ma‘ānī ; 4° la "langue" ou le "dialecte" (luġa), en référence au Coran qui, dit-on, aurait été révélé selon sept aḥruf, vraisemblablement les sept lectures (qirā’a pl. –āt) du texte coranique dont les divergences ont été tolérées. C'est la seconde de ces quatre notions qui retiendra ici notre attention ; et, dans ce qui suit, c'est à cette notion que je renverrai en employant le seul terme de ḥarf, sans plus de spécifications.

  • 6 Al-Zağğāğī, Kitāb al-gumal, éd. M. Abī Cheneb, 1957, p. 271.

5La définition du ḥarf que donnent les dictionnaires arabes est pour le moins évasive, voire tautologique : le ḥarf y est défini comme l'un des ḥurūf al-hiğā’. Le pluriel générique (le tout, le paradigme) sert à définir le singulier, le nom d'unité (la partie, un constituant du paradigme). Quant au terme hiğā’, il désigne à proprement parler le fait de découper la chaîne du discours en ḥarf-s (taqṭī’ al-lafẓa bi-ḥurūfi-hā), traduit par "épellation". Mais al-Zağğāğī, qui a consacré au hiğā’ quatre chapitres de son Kitāb al-ğumal, en distingue deux espèces : l'une pour l'ouïe (li-l-sam‘), et l'autre pour l'œil (li-ra’y al-‘ayn)6. Autrement dit, le hiğā’ peut avoir un support oral ou écrit, tout comme le ḥarf est un concept "phonographique", à la fois sonore et graphique.

  • 7 Al-Astarābādī, Šarḥ al-šāfiya, éd. M. ‘Abd al-Ḥamīd, M. Nūr Al-Ḥasan & M. Al-Zafzāf, 1929, vol. II (...)
  • 8 Ibn Ginnī, Sirr ṣinā‘at al-i‘rāb, éd. A. Amīn, I. Muṣṭafä, M. Saqqā et M. AL-Zafzāf, 1954, p. 15 ; (...)
  • 9 A. Hadj-Salah, op. cit., p. 63 : « Un phonème (un ḥarf) — le plus petit segment de la chaîne parlé (...)
  • 10 Ibn Ğinnī est, à ma connaissance, le premier à avoir expressément considéré les haraka-s comme une (...)
  • 11 Des auteurs modernes ont inversé les deux symboles, jusque dans l'édition de traités de métrique m (...)

6Selon al-Astarābāḏī, la voix (ṣawt) est un accident (‘arad) véhiculé par le souffle (nafas), et le ḥarf résulte de ce que la voix rencontre, entre la gorge et les lèvres, un obstacle, ou lieu de coupure (maqṭa‘), qui correspond au "lieu (ou point) d'articulation" de la linguistique contemporaine7. Dans cette définition se retrouve le sens premier du mot ḥarf, qui sert à désigner la "limite" (ḥadd) ou "le côté, l'extrémité" (ṭaraf, ğānib)8. Certains, comme Hadj-Salah, ont alors pris le parti de traduire ce terme par "phonème9". Mais le phonème est un objet phonologique relativement abstrait, alors que la définition d'al-Astarābāḏī est essentiellement phonétique, physiologique et articulatoire. D'autre part, les voyelles brèves [u] (la ḍamma), [i] (la kasra) et [a] (la fatḥa), qui sont des phonèmes, ne sont pas pour autant des ḥarf-s. Les linguistes arabes qualifient ces trois voyelles brèves de ḥaraka, littéralement "mouvement". Les ḥaraka-s sont bien définies par certains comme une partie des ḥarf-s al-madd wa-l-istiṭāla ou "lettres de prolongation", qui correspondent aux trois voyelles longues [ā] (alif), [ū] (wāw) et [ī] (yā’), ces trois ḥarf-s étant ceux pour lesquels l'émission de la voix ne rencontre pas d'obstacle et qui ne tolèrent donc aucune interruption, si ce n'est par l'épuisement du souffle de la voix10. Mais la distinction entre ḥarf et ḥaraka n'en reste pas moins la base de toute l'analyse des linguistes arabes. Un ḥarf est soit mutaḥarrik ("mû" ou "vocalisé"), soit sākin ("inerte, au repos" ou "non vocalisé"), selon qu'il est ou non suivi, dans la chaîne sonore, d'une ḥaraka, une voyelle brève. Un mot comme katabtu ("j'ai écrit"), sera ainsi analysé comme suit : deux ḥarf-s mutaḥarrik-s (k et t), un ḥarf sākin (b) et un ḥarf mutaḥarrik (t). C'est aussi là la base de l'analyse métrique classique du vers arabe, lequel est découpé en ḥarf-s "mûs" et "inertes" qui sont ensuite regroupés dans des unités plus étendues. Le symbolisme utilisé par les métriciens est le suivant : o pour un ḥarf mutaḥarrik et / pour un ḥarf sākin11.

7Les théoriciens arabes n'accordent aux ḥarf-s al-madd, le alif, le yā’ et le wāw, aucun statut particulier. Ils correspondent au degré zéro de l'occlusion ou de la constriction : l'obstacle opposé à la voix y est nul. Une syllabe CVV n'est donc considérée que comme un cas particulier de syllabe CVC. La seconde syllabe de qarībun ("proche") est "phonologiquement" analysée par la tradition linguistique arabe comme /riy/, soit un ḥarf mutaḥarrik suivi d'un ḥarf sākin, au même titre que la seconde syllabe d'un mot comme katabtu. La notion de ḥarf englobe donc les ḥarf-s al-madd, quel que soit leur statut phonologique et syllabique : semi-voyelle en position d'attaque de syllabe (comme le yā’ de yaktubu, "il écrit") ou coda de la rime d'une syllabe CVV (comme le yā’ de qarībun réécrit qariybun). Il s'ensuit que les ḥarf-s sont tous des sons, ou phonèmes, non syllabiques, qui ne peuvent constituer un sommet de syllabe, et que tous les phonèmes non syllabiques de la langue arabe sont des ḥarf-s. Le terme ḥarf recouvre donc bien deux notions : l'une sonore (le ḥarf est un phonème non syllabique), l'autre graphique (les ḥarf-s sont la représentation graphique de ces phonèmes non syllabiques).

  • 12 Ce qualificatif s'applique ici à la scriptio defectiva, dépourvue de signes diacritiques, et où ne (...)

8Traduire ḥarf par "lettre", terme à forte connotation graphique, n'est donc pas satisfaisant. De même, le terme de "phonème" ne convient pas, puisque certains phonèmes, les voyelles brèves, ne sont pas des ḥarf-s et n'ont pas, dans la scriptio defectiva, dépourvue de signes diacritiques, de représentation graphique. Par contre, du fait que, dans la conception phonétique arabe, les ḥarf-s al-madd n'ont pas de statut particulier par rapport aux ḥarf-s proprement consonantiques, la traduction de ḥarf par "consonne" reste la plus proche de la réalité ou, du moins, de la réalité de cette conception, tout en conservant en partie l'ambiguïté du mot ; et le qualificatif de "consonantique" est celui qui semble s'appliquer le mieux à l'écriture arabe en particulier et aux écritures sémitiques en général12. Mais la constatation faite précédemment concernant la dualité du ḥarf nous incite tout de même à préférer au terme de "consonne" celui plus précis de "phonème non syllabique", compte tenu du fait que le ḥarf désigne aussi la "lettre" qui en est la représentation graphique.

  • 13 Sur la pause (waqf), voir H. Fleisch, Traité de philologie arabe, 1961, vol. I, p. 172-197.
  • 14 À propos de cette règle et de son application dans le vers, voir G. Bohas, « Métrique et grammaire (...)
  • 15 H. Fleisch, Traité de philologie arabe, 1961, vol. I, p. 163, cite d'autres exemples : les verbes (...)
  • 16 Le poète qui veut employer un mot contenant une syllabe surlourde à l'intérieur du vers peut recou (...)
  • 17 G. Bohas, loc. cit., p. 151, cite comme exemple l'hémistiche suivant, de mètre ḫafīf : kawwana l-l (...)

9La correspondance entre ḥarf-s et syllabes est immédiate. L'arabe classique compte trois types de syllabe : CV, CVC (ou CVV) et CVCC (ou CVVC). Notre exemple, katabtu, est donc constitué de trois syllabes : CV + CVC + CV. Du point de vue métrique, CV est une syllabe brève (symbolisée par u), CVC et CVV sont des syllabes longues (symbolisées par –), et CVCC et CVVC, des syllabes surlongues (symbolisées par — ). En se reportant au découpage en ḥarf-s ci-dessus, nous constatons donc qu'une syllabe brève équivaut à un ḥarf mutaḥarrik isolé (o), une syllabe longue à un ḥarf mutaḥarrik suivi d'un ḥarf sākin (o /), et une syllabe surlongue à un ḥarf mutaḥarrik suivi de deux ḥarf-s sākin-s (o / /). Notons tout de suite que ce troisième type n'apparaît guère, en arabe, qu'à la pause, comme dernière syllabe d'un mot ou d'une séquence13. Dans la théorie des grammairiens arabes, la règle dite d'iltiqā’ al-sākinayn interdit d'ailleurs que la combinaison des morphèmes à l'intérieur de la phrase ne produise de telles séquences syllabiques contenant deux sākin-s suivis d'un mutaḥarrik (la consonne initiale de la syllabe suivante)14. Seuls quelques rares mots, comme māddun, mādda(tun) et qārratun (dont la structure syllabique est CVVC + CV (+ CVC)) comportent une telle syllabe15. Mais ce ne sont là que de très rares exceptions. Dans le vers, de telles séquences sont absolument interdites, si ce n'est à la rime où une forme pausale peut être employée16. Si c'est le cas, tous les vers d'un même poème doivent obligatoirement avoir une telle syllabe surlongue finale. Autrement dit, à l'intérieur du vers, la règle d'iltiqā’ al-sākinayn ne souffre aucune exception, et les mots du type qārratun, s'ils viennent à être employés par le poète, y sont également soumis17.

  • 18 Voir J. Dichy, « Pourquoi l'écriture arabe ne note pas les voyelles brèves », Les systèmes d'écrit (...)
  • 19 L'hypothèse selon laquelle la graphie arabe aurait une origine nabatéenne a été formulée par des s (...)

10L'intégration du alif, du wāw et du ’au domaine des ḥarf-s, laisse à penser que le ḥarf est un concept fondamentalement graphique, que la définition phonétique qu'en donne un Ibn Ğinnī ne doit pas, ne peut pas occulter. Autrement dit, il semble bien que les Arabes ont été influencés, dans leur choix du ḥarf comme unité minimale de l'analyse linguistique, par la nature du système graphique utilisé. Aussi, dire que l'écriture arabe serait le résultat d'une analyse phonographique de la langue18, en sous-entendant que les artisans de cette analyse ne seraient autres que les grammairiens arabes eux-mêmes, n'est pas tout à fait exact dans la mesure où ces derniers n'ont fait que perfectionner, par l'introduction et la systématisation des signes diacritiques notamment, un système graphique hérité de longue date et dont l'origine, nabatéenne ou syriaque, est encore sujette à discussion19. Autrement dit, il semble bien que les grammairiens arabes aient essentiellement réfléchi sur un objet graphique, d'où le choix du ḥarf plutôt que de la syllabe.

11Quant à la conscience qu'ils avaient de la syllabe, il semble bien difficile de la mesurer ou de l'évaluer. Mais il n'est pas inutile de revenir un moment sur l'étymologie que les lexicographes attribuent au mot ḥarf dont le sens premier serait, je le rappelle, celui de ḥadd ("limite"). Fleisch, essayant de retracer l'évolution sémantique du mot, émet l'hypothèse que les grammairiens arabes avaient conscience du fait que les ḥarf-s marquaient les limites (ḥarf ou ḥadd) de ce que nous appelons syllabe.

  • 20 H. Fleisch, « ḥarf », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. III, p. 210.

« Dans une analyse très simple des composants phoniques du mot, dit Fleisch, il suffisait aux premiers techniciens du langage arabe de prononcer lentement un mot pour le diviser en ce que nous appelons des syllabes et où ils trouvaient, eux, des "limites", des ḥarf-s. La voyelle brève ne leur faisait pas difficulté puisque, pour eux, elle n'avait pas d'autonomie, était une sorte d'accident de l'élément stable20. »

12Le ḥarf serait donc, à proprement parler, la limite, la frontière, initiale ou finale, de la syllabe, ce dernier terme restant sous-entendu. Il semble donc que, s'il est possible, comme je l'ai affirmé, que le choix du ḥarf comme unité de base de l'analyse linguistique ait été conditionné par la nature du système graphique, le choix du terme servant à désigner une telle unité, de même que celui de ḥaraka, soit, quant à lui, le résultat d'une analyse phonique du langage. Il faut remarquer ici que la plus petite unité de l'analyse métrique, qui est appelée sabab ḫafīf, n'est autre qu'une syllabe longue, c'est-à-dire un ḥarf mutaḥarrik suivi d'un ḥarf sākin. La syllabe brève (ḥarf mutaḥarrik seul) n'existe donc pas, dans la conception arabe, en tant qu'objet autonome. Et, comme le dit Hadj-Salah :

  • 21 A. Hadj-Salah, op. cit., p. 65.

« Si les phonéticiens arabes ont retenu [comme unité minimale] ce qui correspond à la "syllabe longue" dans la terminologie occidentale, c'est que pour eux comme pour nous, il est impossible de prononcer une "syllabe brève" (ou ouverte) à l'état isolé ou à la pause : une telle "syllabe" est nécessairement longue (ou fermée) en ce sens que le "noyau vocalique" ou la simple turbulence aérienne qu'elle contient est nettement décroissante et extensible21. »

  • 22 Pour la discussion de ce principe, voir infra, p. 81-82.

13Autrement dit, la ḥaraka, "mouvement" qui actualise le ḥarf, mais aussi mouvement d'un ḥarf vers un autre, est nécessairement précédée et suivie d'un ḥarf. Ce principe est le corollaire de ce que les linguistes arabes expriment de la manière suivante : « lā yubtada’u bi-sākin wa-lā yūqafu 'alā mutaḥarrik » (On ne peut ni commencer [le discours] par un ḥarf sākin, ni l'achever par un ḥarf mutaḥarrik)22.

  • 23 Définition tirée du Larousse de la langue française.

14Comme nous l'avons vu, la correspondance entre ḥarf-s et syllabes est immédiate, mais la notation arabe ne permet pas de distinguer syllabes CVC et CVV. Pourtant, si la "syllabe" n'est pas un concept qui leur est propre, elle n'en est pas moins contenue en puissance dans toutes les réflexions des grammairiens arabes, implicite, ou sous-jacente. Le ḥarf, ou phonème non syllabique, est un constituant de la syllabe, qui peut être mis en regard de ce que la tradition classique occidentale appelle "more". Il s'agit, en métrique, de l'unité quantitative de base, définie comme une « unité prosodique inférieure à la syllabe et dont la durée équivaut à une brève23 ». Une syllabe longue qui équivaut, en métrique quantitative gréco-latine comme en métrique arabe, à deux syllabes brèves compte par conséquent pour deux mores (et une syllabe surlongue, pour trois). Les théories phonologiques modernes ont repris à leur compte cette notion. Mais, si le compte des ḥarf-s et celui des mores aboutissent au même résultat, une syllabe contenant autant des premières que des secondes, ces deux types d'unité sont cependant de nature différente. Les mores (m) sont des unités quantitatives et des constituants de la rime de la syllabe, tandis que les consonnes, les ḥarf-s (h), sont les limites consonantiques de cette même syllabe, son attaque et sa coda. Ces deux analyses peuvent être représentées comme suit :

  • 24 J. Dichy, L'écriture dans la représentation de la langue : la lettre et le mot en arabe, 1990, vol (...)

15Ḥarf et more sont donc deux objets de nature différente et affirmer, comme le fait Dichy, que l'écriture arabe est de structure morique peut induire en erreur24. Car l'idée de quantité, ou, si l'on veut, l'idée que la délimitation du ḥarf a à voir, au départ, avec une "segmentation de la chaîne acoustique au niveau métrique", pour paraphraser Dichy, n'entre pas dans la définition que les grammairiens arabes ont donné du ḥarf.

16Quant à la question de savoir si l'isomorphie de surface entre ḥarf-s et syllabes ne masque pas une réelle différence conceptuelle, il me paraît difficile d'y apporter une réponse. De même, l'influence du choix du ḥarf comme unité minimale sur la théorie linguistique et sur la théorie métrique reste à déterminer. Comme je l'ai dit, il semble que ce choix du ḥarf soit conditionné par la nature du système graphique employé et que l'aspect graphique, par conséquent, doive être considéré comme premier dans la notion de ḥarf. Ne sommes-nous pas alors en droit de nous demander, faisant fi, bien entendu, de la légende qui veut qu'al-Ḫalīl ait eu l'illumination lors d'une déambulation dans les souks, en entendant forger les forgerons (daqqa et daqdaqa), si la réflexion des premiers métriciens arabes n'a pas porté sur la forme écrite des vers anciens plutôt que sur leur forme orale ? La théorie classique de la métrique arabe résume l'ensemble des mètres poétiques à cinq cercles ou cinq formules circulaires. Ces figures mnémotechniques font de la théorie un objet essentiellement graphique et visuel. On observera aussi que l'époque supposée de l'élaboration de cette théorie, soit la seconde moitié du viiie siècle de l'ère chrétienne, est aussi celle de la recension à grande échelle de la poésie ancienne et de sa mise par écrit, laquelle sera parachevée dans le courant du siècle suivant. Autrement dit, les érudits iraqiens avaient à leur disposition un corpus de textes écrits. Et l'idée selon laquelle ils auraient eu recours à ceux-ci permettrait d'expliquer que tout ce qui concerne la prononciation, la récitation ou le chant est totalement étranger à leurs préoccupations. Nous ne savons finalement rien de la nature de l'inšād ("psalmodie" ou "déclamation") de la poésie ancienne. Une telle hypothèse demande toutefois à être nuancée. D'une part, la tradition attribue également à al-Ḫalīl, comme nous l'avons signalé, deux ouvrages sur la musique, lesquels ont subi le même triste sort que son traité de métrique et ne nous sont pas parvenus. Il s'agit du Kitāb al-naġam (« Le livre des mélodies ») et du Kitāb al-’īqā‘ (« Le livre du rythme »). Al-Ḫalīl aurait donc mis à profit ses connaissances musicales pour élaborer la théorie de la métrique. D'autre part, il existe un rapport étroit entre rythme poétique et rythme musical, du moins dans la façon dont ils sont traités par les théoriciens arabes : le ḥarf mutaḥarrik et le ḥarf sākin correspondent respectivement, dans la description des rythmes de la musique arabe, à la frappe, ou à la percussion (naqra), et à l'absence de frappe ou pause. Il n'est d'ailleurs pas un traité de musique qui ne consacre au moins un chapitre aux mètres poétiques. Cette correspondance tendrait donc, au contraire, à souligner l'importance, en poésie aussi, de la notion de ḥarf en tant que phénomène sonore.

  • 25 Sur cette question, je renvoie à G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, ch (...)

17On entrevoit ici à quel point l'étude de la musique arabe, rythmique (īqā‘) et chant notamment, de même que l'étude de la psalmodie du Coran (tağwīd), peut vraisemblablement permettre d'éclairer les principes de la métrique poétique et orienter la recherche dans ce domaine dans des directions qui peuvent s'avérer fructueuses, à condition, bien sûr, de ne pas se contenter de parallélismes hâtifs ou hasardeux. Dans cette optique, le recours à la notion de ḥarf semble pertinent. Cette notion évoque d'ailleurs fortement le couple arsis / thesis de la tradition métrique gréco-latine, "levé" et "posé" respectivement, ou "élan" et "appui25".

18Quant à la représentation arabe en ḥarf-s mus et inertes, elle présente un léger avantage par rapport à une notation syllabique. Elle permet en effet de représenter directement les différents aspects de l'organisation métrique : le total des ḥarf-s d'une séquence est équivalent au total des mores, alors que, dans le découpage en syllabes brèves et longues, le compte des mores ne peut être obtenu qu'indirectement, en sachant qu'une syllabe longue équivaut à deux mores ; d'autre part, le découpage en ḥarf-s permet, au même titre que la notation syllabique, de compter le nombre total de syllabes : à chaque ḥarf mutaḥarrik correspond une syllabe ; et le nombre de syllabes longues : à chaque ḥarf sākin correspond une syllabe longue, chaque ḥarf sākin étant obligatoirement la coda d'une telle syllabe.

19Dans ce chapitre, j'indiquerai parfois les deux découpages, en ḥarf-s et en syllabes, afin que l'exposé des théories médiévales soit le plus clair possible et que les lecteurs habitués à la méthode classique se fassent petit à petit à l'idée que ces deux représentations sont équivalentes. Dans la suite de l'ouvrage, en attendant de pouvoir dégager plus précisément les implications réelles de la notion de ḥarf, j'abandonnerai la méthode arabe pour ne plus employer que le découpage syllabique, plus simple et n'entachant en rien la compréhension que l'on peut avoir de la métrique arabe, dans ses données simples au moins, tant la notion de syllabe, comme je l'ai signalé, apparaît latente et implicite dans l'analyse linguistique et métrique arabe traditionnelle.

2. ORGANISATION DE LA THÉORIE

  • 26 Le mètre mutadārak et ses variantes, au dire des métriciens dont les ouvrages nous sont parvenus, (...)

20C'est à juste titre que les linguistes contemporains qui ont étudié la métrique arabe ont cru voir en al-Ḫalīl un précurseur de la linguistique générative, un Chomsky arabe médiéval, en quelque sorte, ce qui explique l'intérêt suscité par sa théorie, chez les linguistes américains notamment. La théorie élaborée par al-Ḫalīl, qui s'est imposée comme modèle unique et qui fait encore aujourd'hui autorité, contient en effet les ingrédients essentiels des théories transformationnelles des années cinquante et soixante : structure profonde, structure de surface, règles de transformation ; et son degré d'abstraction et de sophistication est considérable : l'ensemble des soixante-trois (ou soixante-sept) modèles de vers inventoriés par les métriciens est en effet ramené à cinq formules circulaires qui consistent chacune dans un ordonnancement particulier d'unités métriques minimales de différents types26. Cependant, le haut degré d'abstraction ainsi atteint a ses inconvénients, sur lesquels j'aurai l'occasion de revenir en détail : surgénération, modèles de vers ou processus d'abrégement non attestés mais acceptés et étayés par des vers inventés pour la circonstance, comme pour mieux justifier la théorie a posteriori.

21Il est possible de distinguer, dans la théorie métrique classique, trois niveaux d'analyse du mètre que j'appelerai respectivement : niveau du mètre abstrait (MA), niveau du modèle de vers (MV) et niveau de l'exemple de vers (EV). Au niveau le plus abstrait (MA), les cinq cercles de la théorie permettent de représenter les quinze (ou seize) mètres abstraits ( asl pl. uṣūl), dont dérivent les 63 (ou 67) modèles de vers inventoriés (far‘ pl. furū‘) au niveau MV, ceci par l'entremise d'un certain nombre de procédés de transformation qui, pour l'essentiel, ressortissent du domaine de la ‘illa (pl. 'ilal), et sont donc obligatoires, en ce sens qu'ils doivent s'appliquer à l'identique à tous les vers d'un même poème. De ces modèles de vers "de surface" sont dérivés, dans un second temps, les exemples de vers (EV), par application de modifications facultatives appelées ziḥāf (terme collectif ; sg. ziḥāfa pl. –āt). Par facultatives, nous entendons qu'elles ne s'appliquent pas obligatoirement à tous les vers d'une composition. Cette structure théorique peut être représentée comme suit :

3. ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DU MÈTRE

  • 27 Nous verrons qu'en réalité, dans le corpus de la poésie ancienne, mis à part dans un court fragmen (...)

22Le vers arabe classique (bayt pl. abyāt) se compose de deux hémistiches (miṣrā', pl. maṣārī‘, ou šaṭr, pl. ašṭur et šuṭūr), le premier hémistiche du premier vers et le second hémistiche de tous les vers d'un poème donné rimant ensemble. Font exception les pièces composées en rağaz, ainsi que, d'après les traités de métrique, certaines pièces dans les mètres sarī‘ et munsariḥ27 où tous les hémistiches riment ensemble et dont le modèle n'est pas dupliqué. Cependant, les mètres abstraits, tels qu'ils apparaissent dans les cercles de la théorie ḫalīlienne, comportent tous deux hémistiches.

  • 28 L'introduction de cette appellation est due à G. Bohas, « Unités minimales en métrique arabe », Bu (...)
  • 29 La question de savoir quelle est la plus ancienne des deux versions ne trouve pas de réponse satis (...)

23Selon la théorie classique, chaque hémistiche se compose de deux à quatre pieds (taf‘īla, pl. tafā‘īl, ou ğuz’, pl. ağzā’) suivant le modèle de vers. Le pied se compose d'un watid (pl. awtād) et un seul, et d'un ou deux sabab-s (pl. asbāb). Ces derniers peuvent être de deux types : ḫafīf (une syllabe longue (–) ou un ḥarf mutaḥarrik et un ḥarf sākin, soit o/) et ṯaqīl (deux syllabes brèves (⋃⋃), soit oo). Il existe également deux types de watid-s : mağmū‘ ([⋃–] ou oo/) et mafrūq ([–⋃] ou o/o). Le sens des qualificatifs mağmū‘ (réuni) et mafrūq (séparé) est immédiat : dans le premier type de watid, les deux ḥarf-s mutaḥarrik-s sont contigus, "réunis", alors qu'ils sont séparés par le ḥarf sākin dans le second. Nous appelerons ces éléments constitutifs du pied unités métriques minimales28. Dans la version de la théorie qui est la plus usitée actuellement, l'inventaire se limite aux deux unités ci-dessus, watid et sabab. Dans une seconde version s'y ajoute une troisième catégorie : il s'agit de la fāṣila qui, elle aussi, peut être de deux types : petite (fāṣila suġrä, ⋃⋃ – ou ooo/) ou grande (fāṣila kubrä, ⋃⋃⋃– ou oooo/)29. Cette dernière, qui est inutile à la description des mètres abstraits comme à celle des modèles de vers, ne nous intéressera pas ici. Quant à la première, la petite fāṣila, elle n'est généralement pas considérée comme une unité métrique minimale, comme un élément premier, dans la mesure où elle est constituée d'un sabab ṯaqīl suivi d'un sabab ḫafīf. Al-Damanhūrῑ, évoquant les deux types de fāṣila-s, nous dit que :

  • 30 Al-Damanhūrī, Al-’iršād al-šāfī ‘alä matn al-kāfī, 1868, p. 29, cité par W. Stoetzer, Theory and P (...)

« Certains métriciens les considèrent comme des éléments dont les pieds sont dérivés, mais ceci est sans fondement, puisque la fāṣila ṣuġrä est constituée d'un sabab ṯaqīl et d'un sabab ḫafīf [...]30. »

24En fait, sabab ṯaqīl et fāṣila suġrä n'apparaissent que dans les mètres du second cercle, le wāfir et le kāmil, et sont, comme nous le verrons bientôt, des unités métriques mutuellement exclusives.

25Pour faciliter la présentation des modèles de vers et des transformations qu'ils sont susceptibles de subir, les artisans de la théorie de la métrique ont eu recours, comme les grammairiens dans leur analyse des structures de la langue, à la racine f‘l et à ses dérivés appropriés. Les schèmes linguistiques employés pour représenter les différents pieds de la théorie sont au nombre de huit ; mais deux d'entre eux, fa"‘ila"tun et mustaf‘ilun, peuvent être analysés, chacun, de deux manières différentes, avec un watid mağmū‘ ([⋃–]) ou avec un watid mafrūq ([-⋃]). L'inventaire des pieds est le suivant :

  • 31 Pour la notation des schèmes des pieds métriques, plutôt que la transcription usuelle des voyelles (...)

261) Deux schèmes, et donc deux pieds, de cinq ḥarf-s (trisyllabiques)31 :

272) Six schèmes de sept ḥarf-s qui servent à représenter huit types de pieds. Parmi ces huit types, six sont tétrasyllabiques et deux sont pentasyllabiques.

28— Pieds tétrasyllabiques :

29— Pieds pentasyllabiques :

30Dans la représentation en ḥarf-s, le watid est souligné, tandis qu'il figure entre crochets dans la représentation syllabique. La liste ci-dessus appelle les observations suivantes :

  1. Les pieds contenant un sabab ṯaqīl ne sont que deux (2g-h). Il n'existe pas de pied du type fa"'ila"tuka (–[⋃–]⋃⋃). Certains auteurs en mentionnent la possibilité, engendrant un mètre purement théorique, mais inusité, appelé mutawaffir. Dans la pratique, le sabab ṯaqīl et le sabab ḫafīf sont indissociables ; ils ne peuvent être séparés par le watid. D'où l'intérêt de décrire ces pieds pentasyllabiques au moyen de la fāṣila suġrä : les deux seules combinaisons possibles sont alors watid + fāṣila et fāṣila + watid, ce qui exclut un pied du type fa"‘ila"tuka. D'autre part, ce choix présente l'avantage d'être en conformité avec le principe selon lequel un ḥarf mutaḥarrik isolé (une syllabe brève) n'a pas de statut en soi, dans la mesure où, comme il a été dit dans le paragraphe précédent, le discours ne peut pas s'achever par un ḥarf mutaḥarrik (lā yūqafu ‘alā mutaḥarrik), ce qui vaut aussi, bien sûr, pour deux ḥarf-s mutaḥarrik-s consécutifs comme ceux du sabab ṯaqīl. Ceux-ci étant suivis d'un sabab ḫafīf, lequel s'achève par un ḥarf sākin, il est logique de considérer l'ensemble comme un tout indissoluble : les deux sabab-s, étant indissociables, constituent alors une seule et même unité métrique minimale, appelée fāṣila ṣuġrä.
  2. Le watid mafrūq n'apparaît que dans les seuls pieds quadrisyllabiques (2a-f). L'usage des mots dérivés de la racine f‘l permet par ailleurs de rendre compte des deux analyses possibles des schèmes fa"‘ila"tun et mustaf‘ilun : les pieds (2c) et (2d) sont en effet composés d'une séquence de ḥarf-s identiques : o/ o o/ o/ ; pour indiquer où se trouve le watid, (2c) est écrit, en arabe, fa"‘ila"tun en un mot graphique, ce qui indique que le watid est médian est mağmū‘ ; par contre, (2d) est écrit fa"‘i / la"tun en deux mots graphiques, ce qui indique que le watid est initial et mafrūq. Il en va de même pour (2b) et (2f) où l'ambiguïté de o/ o/ o o/ est levée par la graphie : mustaf‘ilun, en un mot graphique, indique que le watid est final et mağmū‘ (2b), tandis que mustaf‘i / lun en deux mots indique que le watid est médian et mafrūq (2f).
  3. Compte tenu du principe selon lequel un ḥarf mutaḥarrik final n'est pas admis, principe qui explique, d'une part, le fait que la plus petite unité métrique minimale de la théorie est le sabab ḫafīf, et, d'autre part, l'introduction de la fāṣila ṣuġrä, le pied (2e), maf‘uwla"tu, qui s'achève par un ḥarf mutaḥarrik, ne devrait pas non plus être accepté. Nous verrons plus loin les solutions proposées, par al-Ğawharī et al-Qarṭāğannī notamment, pour éliminer ce pied de la théorie métrique.

4. LA LOGIQUE DES CERCLES

31Les seize mètres abstraits de la théorie classique sont regroupés en cinq cercles et tous les mètres d'un même cercle possèdent une propriété commune : les mètres du premier cercle (ṭawīl, basīṭ, madīd) alternent pieds trisyllabiques et quadrisyllabiques ; dans le second (wāfir, kāmil), les pieds contiennent une fāṣila (⋃⋃–) ; dans le troisième (hazağ, ramal, rağaz), tous les pieds sont quadrisyllabiques et tous les watid-s sont mağmū‘ ; dans le quatrième (sarī‘, munsariḥ, ḫafīf, muḍāri', muqtaḍab, muğtaṯṯ), un des pieds (et un seul) contient un watid mafrūq ; enfin, dans le cinquième (mutaqārib, mutadārak), tous les pieds sont trisyllabiques. Les modèles ont été ainsi ordonnés parce que ceux qui appartiennent à un même cercle peuvent être dérivés les uns des autres par permutation cyclique ; en partant de différents points du cercle, on obtient des mètres différents.

32La position du watid, pour un mètre donné, est la même dans chaque pied : initiale, médiane ou finale. C'est la raison pour laquelle il est également possible de classer les mètres de la théorie classique en trois catégories : mètres à watid initial (sous-entendu : dont (tous) les pieds ont un watid initial), mètres à watid médian (sous-entendu : dont les pieds ont un watid médian) et mètres à watid final (sous-entendu : dont les pieds ont un watid final). Nous y reviendrons dans la première section du deuxième chapitre.

4. 1. LE CINQUIÈME CERCLE

33C'est à des fins de clarté que je commencerai la présentation des cercles ḫalīliens et la description de leur fonctionnement par le cinquième et dernier cercle qui ne compte que deux mètres et n'engendre pas de mètres non attestés ou inusités.

34Comme cela apparaît dans la représentation ci-dessous, les unités constitutives de ce cercle sont de deux types : watid mağmū‘ et sabab ḫafīf, dont l'alternance est strictement binaire. En prenant comme point de départ l'un ou l'autre des watid-s mağmū‘-s du cercle, nous obtenons le mètre mutaqārib dont la forme est donc comme représentée ci-dessous :

35Soit, en termes de syllabes brèves et longues :

36Ce mètre est donc constitué de deux hémistiches comportant chacun quatre pieds du type fa‘uwlun. Cette formule représente l’ensemble de la circonférence du cercle. En prenant ensuite pour point de départ l’un des sabab-s ḫafīf-s du cercle, nous obtenons le mètre mutadārak dont la représentation linéaire est la suivante :

37Soit, en terme de syllabes :

4. 2. LE TROISIÈME CERCLE

38La situation de ce cercle n'est guère plus complexe que celle du précédent : la formule circulaire repose en effet sur l'alternance régulière d'un watid mağmū‘ et de deux sabab-s ḫafīf-s.

39La présence, par rapport au cinquième cercle, d'un sabab supplémentaire permet d'engendrer trois mètres. Le watid mağmū‘ est immédiatement identifiable et l'opération qui permet d'engendrer le hazağ, le rağaz et le ramal est identique à celle qui, dans le cinquième cercle, nous a permis d'engendrer les mètres mutaqārib et mutadārak, comme cela apparaît dans la figure ci-dessous. La représentation linéaire de ces trois mètres est la suivante :

40soit, en termes de syllabes :

41soit :

42Soit :

4. 3. LE QUATRIÈME CERCLE

  • 32 Nous verrons qu'en réalité, des six mètres reconnus comme usités (musta‘mal) par les métriciens ar (...)

43Ce cercle regroupe les mètres contenant un watid mafrūq (et un seul) par hémistiche. Cependant, alors que, dans les deux cercles étudiés précédemment, tous les découpages possibles donnaient des mètres effectivement attestés, le quatrième cercle permet quant à lui d'engendrer neuf mètres, dont trois sont inusités32.

44La représentation de ce cercle et des mètres qu'il permet de dériver est telle que dans la figure de la page 88.

45Contrairement à ce qui se passe dans les autres cercles, le mètre de base n'est pas celui qui débute par un watid mağmū‘ : mutaqārib dans le cinquième, hazağ dans le troisième, ṭawīl dans le premier et wāfir dans le second.

46En effet, le premier mètre engendré ici est le sarī‘, dont le modèle abstrait est le suivant :

  • 33 Kāfī, p. 128 : « [...] mafā‘īlun fī l-muḍāri‘ lā tağī’u sālimatan qaṭṭu, an immā tağī maqbūḍatan a (...)
  • 34 Voir infra, chapitre II, p. 199-201.
  • 35 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 37-39.

47Pourquoi le mètre muḍāri‘, qui débute par un watid mağmū‘, n'est-il donc pas le mètre initial du quatrième cercle ? Selon al-Tibrīzī, la raison en est que le premier pied de ce mètre, dont la forme de base est mafa"‘iylun ([⋃–] —), n'apparaît jamais comme tel dans la réalité33. Autrement dit, il est toujours réalisé soit comme mafa"‘ilun ([⋃–]⋃–), soit comme mafa"‘iylu ([⋃–] – ⋃). Pour d'autres métriciens, cette raison n'est pas suffisante puisqu'en effet d'autres mètres initiaux n'apparaissent eux non plus jamais sous leur forme de base : c'est le cas du hazağ ou du wāfir par exemple. La vraie raison en serait alors que le mètre muḍāri' est en fait artificiel, inusité (muhmal)34. Selon Stoetzer, il existerait une hiérarchie des pieds, divisés en deux catégories35 : ceux commençant par un watid, considérés comme pieds de base (usûl, sg. asl) ; et les autres, dérivés des premiers (furū‘, sg. Far‘). Les quatre pieds de base seraient donc : fa‘uwlun ([⋃ –] –), mafa"‘iylun ([⋃ –] —), mufa"‘alatun ([⋃ –]⋃⋃-) et fa"‘i/la"tun ([–⋃] —). Le pied fa"‘ilun serait dérivé de fa‘uwlun ; mustaf / 'ilunet fa"‘'ila"tun, de mafa"‘iylun ; mutafa"‘ilun, de mufa"‘alatun ; maf‘uwla"tu et mustaf'i / lun, de fa"‘i / la"tun. Il s'ensuit que le mètre muḍāri' aurait été introduit par al-Ḫalīl pour justifier l'existence du pied fa"‘ila"tun parmi les uṣūl, ou pieds de base, ci-dessus.

  • 36 Voir G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, p. 136.

48Il existe cependant une explication plus satisfaisante à ce phénomène. L'élément caractéristique des mètres du quatrième cercle étant le watid mafrūq, c'est lui qui doit être repéré prioritairement36. Mais il n'est pas possible de commencer par lui, car aucun mètre ne commence par un watid mafrūq. Le modèle engendré par le cercle (muṭṭarid) est inusité, ce qui, dans la même logique que celle d'al-Tibrīzī, exclut que l'on puisse commencer par lui. On démarre donc au sabab qui suit le watid mafrūq (point A) et on engendre le mètre sarī‘ qui est le mètre de base du quatrième cercle. Le même principe que pour les deux cercles déjà présentés nous permet ensuite d'engendrer les autres mètres contenant un watid mafrūq. En négligeant ensuite le premier sabab, on obtient le mètre mutta'id, puis, en partant du watid mağmū‘ qui suit, le mètre munsarid. Ces deux mètres, qui figurent parmi les modèles potentiels de la théorie, ne sont pas attestés. Partant ensuite du sabab qui suit le watid mağmū‘, on engendre le munsariḥ ; puis, à partir du sabab suivant, le ḫafīf ; puis, du watid mağmū‘ suivant, le muḍāri' ; en partant du sabab qui suit ce watid, on engendre le muqtaḍab ; enfin, à partir du sabab suivant, le muğtaṯṯ. Pour terminer, on retombe sur un watid mafrūq, ce qui permet d'engendrer un modèle appelé muṭṭarid, dont il a déjà été question plus haut et qui est également inusité. La représentation linéaire des six mètres de ce cercle qui ont été retenus par les métriciens classiques est la suivante :

4. 4. LE PREMIER CERCLE

49Le fonctionnement du principe de dérivation circulaire est maintenant suffisamment clair pour qu'il ne soit pas nécessaire de l'expliciter intégralement pour les deux cercles restants. Le premier cercle comprend cinq mètres, dont trois seulement sont employés : il s'agit du ṭawīl, du madīd et du basīṭ. Les deux autres, appelés mumtadd et mustaṭīl, ne sont pas attestés dans le corpus poétique arabe. Tous ces mètres sont caractérisés par l'alternance régulière entre pieds trisyllabiques et quadrisyllabiques comportant un watid mağmū‘.

50Par ordre d'apparition au cours de la dérivation circulaire, ces cinq mètres ont la représentation linéaire suivante :

4. 5. LE DEUXIÈME CERCLE

51Le deuxième cercle, le dernier de cette présentation, est celui qui contient, selon la terminologie choisie, un sabab ṯaqīl (oo) ou une fāṣila ṣuġrä (ooo/). Il permet d'engendrer deux mètres attestés, le wāfir et le kāmil, ainsi que, dans le cas où les deux sabab-s ne seraient pas considérés comme indissociables, un mètre inusité, le mutawaffir.

52La représentation linéaire de ces trois mètres est la suivante :

5. DES MÈTRES ABSTRAITS AUX MODÈLES DE VERS

53Les mètres abstraits effectivement employés sont au nombre de seize. Ils sont représentés dans le tableau récapitulatif ci-dessous. Pour chaque mètre, je n'ai fait figurer qu'un seul émistiche, puisqu'à ce stade les deux hémistiches constitutifs du modèle sont parfaitement identiques, ce qui, comme nous allons le voir à présent, n'est plus le cas des différents modèles dérivés de ces formes abstraites. Je tiens à préciser ici que la présentation qui suit des différents procédés de transformation mis en œuvre par la théorie classique se veut très générale. L'application de ces procédés à chaque mètre particulier et la présentation détaillée des différents modèles de vers et des variantes propres à chacun des seize mètres abstraits fera l'objet du chapitre suivant.

5. 1. LE NOMBRE DE PIEDS

54La première transformation qui affecte les mètres abstraits concerne le nombre de pieds. En effet, certains mètres ne sont jamais utilisés suivant la forme sous laquelle ils apparaissent dans les cercles. C'est le cas du hazağ qui n'est employé qu'avec deux pieds par hémistiche, alors qu'il en contient trois d'après la formule qui est la sienne dans le troisième cercle. Comme le disent les métriciens arabes, sa forme de base comporte six pieds de type mafa"‘iylun, mais chacun de ses hémistiches est systématiquement amputé d'un pied (mağzū’), soit le modèle suivant où sont représentés les deux hémistiches :

55Trois mètres du quatrième cercle, contenant un watid mafrūq, sont également dans ce cas. Il s'agit du muğtaṯṯ, du muḍāri' et du muqtaḍab qui, tous trois, ne sont jamais employés que tronqués. Autrement dit, le troisième pied de chacun des deux hémistiches du mètre abstrait est toujours effacé et les modèles de vers de ces trois mètres ne comportent que deux pieds par hémistiche, comme cela apparaît dans les représentations ci-dessous :

56Le mètre madīd qui appartient au premier cercle de la théorie d'al-Ḫalīl, présente le même cas de figure : dans la forme abstraite qui figure dans le cercle, ce mètre comporte quatre pieds par hémistiche ; dans la réalité, la forme effectivement employée ne comporte que trois pieds par hémistiche, le quatrième étant effacé, soit le modèle de vers suivant :

  • 37 Mi‘yār, p. 35 : « Le madīd complet, comme dans ce vers de la sœur de Ta'abbaṭa Šarran, est rare : (...)

57Cependant, les métriciens mentionnent des exemples de vers composés suivant un modèle de madīd complet, comportant quatre pieds par hémistiche. Dans tous les cas, il s'agit d'une forgerie des métriciens eux-mêmes ou de tentatives isolées de poètes tardifs, auxquels les possibilités offertes par la théorie d'al-Ḫalīl auraient donné des idées. Al-Šantarīnī, de même que la plupart des métriciens classiques, qualifie cette possibilité d'anormale ou rare (šāḏḏ). Il en cite cependant deux exemples, l'un attribué à la sœur du poète pré-islamique Ta’abbata Šarran, et l'autre à un poète "moderne" anonyme37.

  • 38 Mi‘yār, p. 44. Le vers cité est le suivant, dont la syntaxe et le sens m'échappent : la-hū ni‘amun (...)

58Enfin, dans le second cercle, le mètre wāfir n'est jamais employé sous sa forme abstraite, appelée " wāfir du cercle" (wāfir al-dā'ira) par les métriciens arabes. De l'aveu même de ces derniers, un tel mètre, constitué de trois pieds mufa"‘alatun par hémistiche, n'existe pas en poésie. Al-Šantarīnī en cite un exemple anonyme dans le paragraphe qu'il consacre aux variantes rares ou anormales de ce mètre (faṣl fī šwāḏḏ al-wāfir)38. Pour le reste, la forme de ce mètre qui est employée par les poètes est soumise au qaṭf, qui transforme le pied final du vers et de l'hémistiche en fa‘uwlun. Le modèle de ce mètre est donc le suivant :

59De même, le mètre sarī‘ n'est jamais employé tel quel, pour la raison déjà évoquée qu'un mètre — et, d'une manière générale, le discours, comme nous l'avons vu ci-dessus dans le premier paragraphe de ce même chapitre — ne peut s'achever par un ḥarf mutaḥarrik, c'est-à-dire par une syllabe brève. Autrement dit, la syllabe brève du watid mafrūq du dernier pied, maf‘uwla"tu, du sarī‘ du cercle est systématiquement effacée. Je reviendrai plus loin sur les raisons pour lesquelles al-Ḫalīl a choisi de faire figurer ce mètre dans le quatrième cercle en lui donnant une forme abstraite inusitée.

60D'autres mètres sont susceptibles d'apparaître sous deux formes différentes, l'une longue, comprenant tous les pieds qui figurent dans la formule circulaire, et l'autre courte, amputée d'un pied par hémistiche. C'est le cas du basīṭ dans le premier cercle ; du kāmil dans le second ; du rağaz et du ramal dans le troisième ; du ḫafīf dans le quatrième ; du mutaqārib et du mutadārak dans le cinquième. Dans tous les cas, la forme longue est dite tâmm (complète) et la forme courte mağzū’ (amputée d'un pied, guz’).

61Pour un certain nombre de mètres, il existe aussi une variante qui n'est constituée que d'un seul hémistiche. Les métriciens arabes emploient le terme de mašṭūr (de šatr, "hémistiche"). J'utiliserai pour ma part le terme de mètres simples, par opposition aux mètres doubles, constitués de deux hémistiches. Le mètre simple par excellence est le rağaz dont la forme double est d'ailleurs exceptionnelle. Les traités classiques font également état de cette possibilité pour les mètres sarī‘ et munsarih. Nous verrons plus loin, au moment de présenter en détail l'ensemble des modèles de vers attestés dans le corpus de la poésie ancienne, qu'il en existe des exemples isolés dans les mètres kāmil, ramal, hazağ, ḫafīf et madīd.

62Les quelques cas de mètres systématiquement mağzū’-s qui viennent d'être présentés montrent déjà à quel point le degré d'abstraction atteint par la théorie des cercles suppose un décalage certain avec la réalité de la pratique des mètres poétiques. La formule figurant dans le cercle n'a donc de valeur pratique que si elle est complétée par un ensemble de règles de variation.

5. 2. MODÈLES DE VERS ET ‘ILLA-S

63Les métriciens arabes distinguent deux types de transformations des modèles de vers qui figurent dans les cercles : les ‘illa-s (pl. ‘ilal) et les ziḥāfa-s (pl. –āt ou collectif ziḥāf). Les ‘illa-s s'appliquent uniquement au dernier pied de l'hémistiche, appelé ‘arūḍ, et au dernier pied du vers, appelé ḍarb. À deux exceptions près, elles sont obligatoires (lāzima), c'est-à-dire que, si elles affectent un vers d'une pièce donnée, elles doivent aussi affecter tous les autres vers de la pièce de la même façon. Au contraire, les ziḥāf peuvent affecter tous les pieds du vers à l'exception du dernier de chacun des deux hémistiches. Mais, dans chacun des pieds du domaine ainsi délimité, elles n'affectent que les sabab-s, jamais les watid-s. Par ailleurs, elles ne sont pas obligatoires (ġayr lāzima). Ces processus de ziḥāfa feront l'objet du paragraphe 6 ci-dessous.

5. 2. 1. Ajout (ziyāda)

5. 2. 1. 1. Tarfîl

64Il consiste dans l'ajout d'un sabab ḫafīf après le watid mağmū‘ du dernier pied du second hémistiche, dans le kāmil mağzū’, ne comportant que deux pieds, et dans le mutadārak mağzū’, à trois pieds ; cette ‘illa affecte donc les pieds mutafa"‘ilun et fa"‘ilun, qui sont respectivement transformés en mutafa"'ila"n et fa"'ila"n. Seul le premier de ces deux modèles, que les métriciens arabes appellent kāmil muraffal, est réellement en usage. Sa représentation est la suivante :

5. 2. 1. 2. Taḏyīl et taṣbīġ

65Ces deux termes désignent un seul et même processus appliqué à différents mètres. Ce processus consiste dans l'ajout, à la fin du second hémistiche, d'un ḥarf sākin. La dernière syllabe du modèle de vers est alors une syllabe surlongue (CVXC ou o//). La différence entre taḏyīl et taṣbīg tient au fait que le premier s'applique à un watid, dans les pieds à watid final, tandis que le second s'applique à un sabab, dans des pieds à watid médian, comme cela apparaît dans le tableau ci-dessous, qui récapitule les processus d'ajout inventoriés par les traités de métrique classiques. on observera que le processus d'ajout d'un ḥarf sākin ne s'applique pas aux pieds, et donc aux mètres, à watid initial.

5. 2. 2. Effacement (ḥaḏf)

66Comme je l'ai déjà signalé, les processus de ‘illa affectent le dernier pied de l'hémistiche et du vers et sont, en principe, obligatoires, en ce sens qu'ils affectent nécessairement tous les vers d'un poème. Il existe cependant des exceptions à ces deux principes caractéristiques des ‘illa-s. D'une part, certains processus d'effacement, bien qu'affectant effectivement le dernier pied et bien qu'étant classés, par conséquent, parmi les ‘illa-s, ne sont pas obligatoires. D'autre part, il existe un processus affectant le watid mağmū‘ initial de certains mètres et qui consiste à en effacer le premier ḥarf mutaḥarrik ou, en d'autres termes, la syllabe brève initiale. Il n'est pas non plus obligatoire et il ne s'applique le plus souvent qu'au premier vers d'un poème. C'est pour des raisons purement pratiques que ce processus, appelé ḫarm, est présenté dans la dernière partie de ce paragraphe. Dans les traités classiques, il fait généralement l'objet d'un chapitre à part. En effet, dans la mesure où il ne s'applique pas au dernier pied de l'hémistiche ou du vers, il n'entre pas à proprement parler dans la définition de la ‘illa. Par ailleurs, il ne s'agit pas non plus d'un processus de ziḥāfa puisque, bien qu'affectant l'un des pieds du ḥašw, il se distingue des ziḥāfa-s par le fait qu'il s'applique au watid du pied et non pas à l'un ou l'autre de ses sabab-s.

5. 2. 2. 1. Effacement obligatoire

67Les processus d'effacement obligatoire qui figurent dans le tableau ci-contre peuvent être classés en quatre catégories suivant le nombre d'éléments qui sont effacés, depuis l'effacement de la seule ḥaraka finale jusqu'à l'effacement de trois ḥarf-s.

68a) L'effacement de la seule ḥaraka finale de l'hémistiche ou du vers
concerne uniquement un pied maf‘uwla"tu final, lequel peut apparaître dans
le mètre sarī‘ et dans la forme simple du munsarih, dont le modèle ne
contient que deux pieds et a la forme abstraite suivante :

69L'effacement de la dernière ḥaraka d'un pied maf‘uwla"tu, appelé waqf, a donc pour effet de transformer le watid mafrūq en une syllabe surlongue. Le pied final de ces modèles de vers est alors représenté par le schème maf‘uwla"n.

70b) L'effacement d'un ḥarf s'accompagne obligatoirement de l'effacement d'une ḥaraka, que celle-ci précède le ḥarf effacé ou qu'elle le suive. Le second cas est représenté par le kašf ou kašf, qui consiste dans l'élision de la brève finale d'un watid mafrūq. Dans le premier cas, l'effacement du ḥarf aboutit à la réalisation d'une syllabe surlongue finale (qasr) ou à l'effacement de la syllabe brève du watid mağmū‘ (qat').

71c) L'effacement de deux ḥarf-s est représenté par les deux processus appelés ḥaḏf et qaṭf, qui ont tous deux pour effet l'élision du sabab ḫafīf final (ou de la syllabe longue finale). Le second de ces processus est en réalité une combinaison du ḥaḏf et du ‘aṣb, lequel est un processus de ziḥāfa qui transforme le sabab ṯaqīl d'un pied de kāmil en sabab ḫafīf. L'application du ḥaḏf à ce pied, qui fait apparaître un ḥarf mutaḥarrik final, rend l'application de ce processus de ziḥāfa obligatoire.

72d) Enfin, l'effacement de trois ḥarf-s revient à effacer un watid entier, mağmū‘ pour le ḥaḏaḏ et le batr, mafrūq pour le ṣalm.

5. 2. 2. 2. Effacement facultatif

73Deux cas d'effacement facultatif sont inventoriés par les métriciens arabes. Leur nom, l'effet et le lieu (le mètre) de leur application figurent dans le tableau ci-contre. Le fait qu'ils soient facultatifs permet de faire alterner, à l'intérieur d'un même poème, des hémistiches, premier comme second, dont le dernier pied présente l'une ou l'autre des deux formes figurant respectivement, et en vis-à-vis, dans les troisième et quatrième colonnes du tableau, soit fa"‘ila"tun et maf‘uwlun pour le ḫafīf et le muğtaṯṯ, fa"‘ilun et fa‘lun pour le mutadārak, fa‘uwlun et fa‘al pour le mutaqārib.

5. 2. 2. 3. Le ḫarm

74L'inventaire des variantes du ḫarm est représenté dans le tableau ci-dessous. Les caractéristiques et particularités du ḫarm ont déjà été évoquées et je n'y reviens donc pas. On ne peut cependant manquer de constater, au vu des variantes de ce processus qui figurent dans le tableau ci-dessus, le peu d'économie de la théorie arabe dès lors qu'il s'agit d'inventorier les variations que sont susceptibles de subir les mètres abstraits. J'aurai l'occasion d'y revenir au moment de faire un premier bilan des mérites et des défauts de la théorie d'al-Ḫalīl. Disons d'ores et déjà que le grand nombre de règles ainsi énumérées est la conséquence, entre autres choses, du degré d'abstraction du premier niveau de la théorie, celui des cercles. Le ḫarm se voit donc attribuer une appellation différente suivant le mètre où il s'applique et les processus de ziḥāfa auxquels il est associé.

6. EXEMPLES DE VERS ET ZIḤᾹF

6. 1. LES PROCESSUS DE ZIḤᾹFA

75Les mètres abstraits qui figurent dans les cercles ḫalīliens et les modèles de vers qui en sont dérivés, par élision de pieds ou application des processus obligatoires regroupés sous le terme générique de ‘illa, sont tous exclusivement constitués de watid-s et de sabab-s ḫafīf-s, ou syllabes longues, et, pour les mètres du second cercle, de sabab-s ṯaqīl-s (séquences de deux syllabes brèves). Cependant, dans les exemples de vers, ces sabab-s sont susceptibles de subir des modifications, d'être soumis aux processus d'abrégement que les métriciens arabes qualifient de ziḥāfāt (sg. ziḥāfa). Ces processus, facultatifs, peuvent indifféremment s'appliquer ou ne pas s'appliquer à chacun des vers d'un poème donné.

  • 39 L'effacement du second ḥarf de mustaf‘ilun donne, littéralement, mutaf‘ilun. Mais ce pied résultan (...)

76Prenons un exemple : le premier pied d'un vers de rağaz, dont la forme de base est mustaf‘ilun (— [⋃ –]), peut être, dans un vers donné, réalisé tel quel, sans subir de modifications ; ou comme mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]), avec effacement du deuxième ḥarf ou, en termes de syllabes, abrégement de la premier syllabe ; ou encore comme mufta‘ilun (–⋃ [⋃ –]), avec effacement du quatrième ḥarf, ou abrégement de la seconde syllabe ; ou, enfin, comme fa‘ilatun (⋃⋃ [⋃ –]), avec application simultanée des deux processus d'effacement de ḥarf-s ou d'abrégement de syllabes39. Chacune de ces modifications possibles a reçu une appellation particulière : l'effacement du second ḥarf est appelé ḫabn ; celui du quatrième ḥarf a pour nom flayy ; quant à la combinaison du ḫabn et du ṭayy, elle a été baptisée ḫabl.

77Les métriciens arabes ont donc été amenés à énumérer, pour chaque mètre, un certain nombre de processus de transformation, ou règles d'élision (d'un ḥarf sākin), appelés ziḥāfa-s (pl. ziḥāfāt) et qui affectent les sabab-s. Au contraire, le watid, qui constitue la partie stable du pied, ne peut en aucun cas subir de telles modifications, si ce n'est dans le dernier pied de l'hémistiche ou du vers (‘ağuz), comme nous l'avons vu précédemment, lors de la dérivation des modèles de vers à partir des mètres abstraits. La dérivation des exemples de vers s'effectue donc par application facultative des processus de ziḥāfa.

78Chaque effacement, comme nous avons pu le constater dans l'exemple ci-dessus, se voit attribuer un nom, suivant la place où il s'applique dans le pied. Réciproquement, l'effacement d'une consonne de même rang s'applique, sous un seul nom, à plusieurs pieds différents. Ainsi, le ḫabn, toujours lui, qui consiste dans l'effacement du second ḥarf sākin du pied, affecte les pieds fa"‘ilun, fa"‘ila"tun, mustaf‘ilun, mustaf'i / lun et maf‘uwla"tu : fa"‘ilun (– [⋃ –]) est donc transformé en fa'ilun (⋃ [⋃ –]) dans les mètres madīd, basīṭ et mutadārak ; mustaf‘ilun (—[⋃ –]) est quant à lui transformé en mafa"‘ilun (⋃ – [⋃ –]) dans les mètres basīṭ rağaz, sarī‘ et munsarih ; tandis que maf‘uwla"tu ([–⋃]) est transformé en fa'uwla"tu (⋃ – [–⋃]) dans les mètres sarī‘, munsariḥ et muqtaḍab ; fa"‘ila"tun (– [⋃ –] –) est transformé en fa'ila"tun (⋃ [⋃ –] –) dans les mètres madīd, ramal, ḫafīf et muğtaṯṯ ; et, enfin, le pied mustaf'i/lun (– [–⋃] –) est transformé en mafa"'i/lun (⋃ [–⋃ ] –) dans les mètres ḫafīf et muğtaṯṯ.

79L'ensemble des processus de ziḥāfa, les pieds auxquels ils s'appliquent, la transformation qui en résulte et les mètres concernés sont représentés dans les deux tableaux suivants.

6. 2. CONTRAINTE DE CO-OCCURRENCE

80L'application simultanée des processus de ziḥāfa à des sabab-s contigus est soumise à certaines conditions : la mu‘āqaba, d'une part, qui s'applique à deux sabab-s appartenant au même pied ou à deux pieds successifs ; et la murāqaba, qui s'applique exclusivement à deux sabab-s appartenant au même pied, dans les mètres muḍāri'et muqtaḍab.

81Le principe de la contrainte dite mu‘āqaba est formulé par al-Tibrīzī, lorsqu'il traite des ziḥāfa-s du madīd, à propos du nūn (n) et du 'alif (") de la séquence fa"‘ila"tun fa"‘ilun :

  • 40 Kāfī, p. 36.

« Il n'est pas licite, dit-il, d'effacer [ces deux ḥarf-s] simultanément car cela engendrerait une séquence de quatre consonnes mues répartie sur deux pieds, et non sur un seul pied40. »

82La mu‘āqaba interdit aussi l'élision simultanée du nūn (n) de fa"‘ila"tun et du sīn (s) de mustaf‘ilun ; ou encore, du nūn de mustaf‘ilun et du alif (") de fā‘ilun ou de fa"‘ila"tun. Mais cette contrainte peut aussi s'appliquer à deux sabab-s d'un même pied, comme dans le premier pied du hazağ ou le second du ṭawīl. Dans les deux cas, le pied mafa"‘iylun ([⋃ –]) ne peut être transformé en mafa"‘ilu ([⋃ –] ⋃ ⋃) par application simultanée des ziḥāfa-s appelées kaff et qabd. Une telle séquence est par contre autorisée, à l'intérieur d'un même pied, pour d'autres mètres. Dans un pied de rağaz, par exemple, un pied mustaf‘ilun peut être transformé en fa‘ilatun (oooo/ ou ⋃ ⋃ [⋃ –]), qui contient une séquence de 4 consonnes mues. L'explication d'al-Tibrīzī ne vaut donc pas pour la contrainte portant sur l'application des ziḥāfa-s au pied mafa"‘iylun du hazağ et du ṭawīl, mais seulement pour le cas où deux processus d'abrégement sont susceptibles de s'appliquer à deux sabab-s contigus mais n'appartenant pas au même pied.

83Est-il donc possible de trouver un principe commun à ces deux contraintes, apparemment différentes mais réunies par les métriciens arabes sous le même terme générique de mu‘āqaba ? Et l'analyse de la murāqaba ne peut-elle pas nous aider à trouver ce principe commun ? La murāqaba s'applique, comme je l'ai dit, aux mètres muḍāri‘ et muqtaḍab. Ces deux mètres, comme nous l'avons vu précédemment, ne sont jamais employés que tronqués, avec deux pieds par hémistiche, contre trois dans la forme abstraite qui figure dans le quatrième cercle de la théorie. Dans le premier, la murāqaba interdit que les deux sabab-s du premier pied soient simultanément affectés par un processus d'abrégement. En d'autres termes, elle interdit l'effacement simultané du cinquième (y) et du septième (n) ḥarf-s de ce pied. Autrement dit, un exemple de vers comme celui-ci n'est pas admis :

84Dans le second de ces deux mètres, la murāqaba interdit l’effacement simultané de la seconde (s) et de la quatrième (f) lettres du second pied, et c’est l’exemple de vers suivant qui est "illicité" :

85Dans tous les cas, il s'agit de contraintes portant sur les séquences de syllabes brèves, et le principe commun qui les régit, appelé "condition de sortie", peut être exprimé comme suit en termes syllabiques :

  • 41 G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, p. 56-57. En termes de ḥarf-s cette (...)

« Toute séquence de brèves égale ou supérieure à deux (quelle que soit son origine) figurant à gauche d'un watid doit appartenir au même pied que lui41. »

86Voyons comment ce principe s'applique aux différents cas mentionnés ci-dessus. Dans le madīd, l'application simultanée du kaff et du ḫabn produit la séquence fa"‘ila"tu fa‘ilun, soit, en termes de syllabes brèves et longues : – [⋃ –] ⋃ # ⋃ [⋃ –]. Dans cette séquence, le second watid est précédé de deux syllabes brèves qui n'appartiennent pas au même pied que lui. La condition de sortie rend donc bien compte de l'impossibilité d'une telle succession de syllabes brèves. Il en va de même dans le cas du ramal, par exemple, pour la séquence fa"‘ila"tu fa‘ila"tun, réécrite, en termes de syllabes, comme : – [⋃ – ] ⋃ # ⋃ [⋃ – ] –. La condition de sortie s'applique aussi correctement à l'intérieur du pied mafa"‘iylun des mètres hazağ, ṭawīl et muḍāri'. Dans tous les cas, un pied mafa"‘ilu, soit [⋃ –] ⋃ ⋃, est interdit par la présence d'un watid initial dans le pied suivant, watid mağmū‘ pour les mètres ṭawīl et hazağ, watid mafrūq pour le muḍāri'. Autrement dit, les deux syllabes brèves finales de ce pied précèdent un watid sans appartenir au même pied que lui. Enfin, le cas du muqtaḍab est un peu différent, mais la condition de sortie s'y applique également : si le ḫabn et le ṭayy s'appliquaient simultanément au second pied de ce mètre, nous obtiendrions la séquence (maf'û)lâtumuta'ilun, soit : [–⋃] # ⋃ ⋃ [⋃ –], laquelle contient, avant le dernier watid, trois syllabes brèves successives dont la première, la syllabe brève du watid mafrūq, appartient au pied précédent. Au contraire, dans le rağaz par exemple, l'application simultanée des deux mêmes processus de ziḥāfa, qui engendre un pied muta‘ilun, est autorisée, puisque le pied qui précède termine par un watid mağmū‘, et donc par une syllabe longue, soit : — [⋃ –] # ⋃ ⋃ [⋃ –]. Autrement dit, nous sommes ici en présence, avant le second watid, d'une séquence de deux syllabes brèves seulement, et celles-ci appartiennent au même pied que lui. La condition de sortie ne s'applique donc pas à ce dernier cas.

7. ‘ARŪḌ AL-WARAQA D'AL-ĞAWHARĪ

7. 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX ET OBJECTIFS

  • 42 Waraqa, p. 9.
  • 43 Waraqa, p. 9-10.
  • 44 Al-Ğawharī mentionne le cas du ‘arūd (pied final du premier hémistiche) du mètre kāmil, sans plus (...)
  • 45 L'iqwā’ consiste dans l'emploi, à l'intérieur d'un même poème, de voyelles différentes à la rime, (...)

87Dans son introduction, al-Ğawharī considère que la théorie de la métrique doit avoir trois fonctions principales42 : premièrement, aider celui qui a perdu son sentiment du mètre ; deuxièmement, montrer la différence qui existe entre la poésie et le Coran ; enfin, définir les limites de ce qui est permis en matière de métrique poétique. Il permettra aussi d'éviter trois défauts43 : l'absence de considération pour la tradition (‘adam al-samā‘ ‘inda al-‘arab), qui permet à certains poètes modernes d'employer une forme hexamétrique du ṭawīl, comportant trois pieds par hémistiche au lieu de quatre, parce qu'elle serait soi-disant dans l'esprit des anciens ; les écarts ou déviations par rapport au principe d'analogie (al-šuḏūḏ 'an al-qiyās), tels que liq‘ād, défaut qui consiste à employer, à la fin de l'hémistiche ou du vers, des variantes rares ou anormales44, et les défauts de rime appelés iqwā’ et ikfā’45 ; enfin, le fait de s'écarter totalement des principes de la métrique (tark al-wazn), en faisant par exemple se succéder cinq ḥarf-s mutaḥarrik-s, ce qui, comme nous avons déjà pu le voir, est interdit en poésie, ou encore en pourvoyant le ḥarf sākin d'un watid d'une ḥaraka, ce qui donnerait une séquence de trois ḥarf-s mutaḥarrik-s ou de trois syllabes brèves.

88Dans ce court préambule, le lecteur est immédiatement frappé par l'importance qu'al-Ğawharī semble accorder à la distinction entre poètes anciens (qadīm, pl. qudamā’) et poètes modernes (muḥdaṯ, pl. –ûn). Les défauts énumérés par l'auteur peuvent alors être répartis en trois catégories :

  1. Ceux qui sont propres aux modernes et qui actualisent certaines potentialités de la théorie d'al-Ḫalīl, comme l'emploi du ṭawīl à six pieds.
  2. Ceux qui sont propres aux anciens mais que les modernes évitent parce que la théorie les considère comme des déviances qui en contredisent le système ; ainsi, l'iq‘ād, l'iqwā’ et l’ikfā’.
  3. Enfin, ceux dans lesquels ni les anciens ni les modernes ne sont autorisés à tomber, comme le fait de faire se succéder cinq ḥarf-s mutaḥarrik-s, ce qui n'est pas possible en poésie.

7. 2. ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DU MÈTRE

89L'inventaire des unités métriques minimales ne diffère pas de celui de la théorie classique. On y retrouve les mêmes six unités : sabab ḫafīf, sabab ṯaqīl, watid mağmū‘, watid mafrūq, fāṣila ṣuġrä et fāṣila kubrä Cette dernière est constituée de quatre ḥarf-s mutaḥarrik-s, ce qui est le maximum autorisé, suivis d'un ḥarf sākin.

90C'est au niveau des pieds qu'apparaît la première divergence entre l'organisation de la théorie classique d'al-Ḫalīl et celle proposée par al-Ğawharī. Ce dernier rejette en effet maf‘uwla"tu ([⋃]) de l'inventaire des pieds de base (usûl) pour le considérer comme un pied dérivé de mustaf‘ilun par inversion du watid : le watid mağmū‘ final de mustaf‘ilun ( []) est transformé en watid mafrūq. Pour soutenir ses vues, al-Ğawharī invoque la raison suivante :

  • 46 Waraqa, p. 11 : « [...] law kāna ğuz’ ṣaḥīḥ la-tarakkaba min mufradi-hi baḥr kamā tarakkaba min sā (...)

« S'il s'agissait d'un pied véritable, alors il existerait un mètre uniquement composé de ce pied, comme c'est le cas pour les autres pieds46. »

91En effet, le mètre mutaqārib est uniquement constitué de pieds du type fa‘uwlun ; le mutadārak, de pieds du type fā‘ilun ; le rağaz, de pieds mustaf‘ilun ; le ramal, de pieds fa"‘ila"tun ; le hazağ, de pieds mafa"‘iylun ; le wāfir, de pieds mufa"‘alatun ; et le kāmil, de pieds mutafa"‘ilun. En ce sens, il est vrai que tous les pieds peuvent à eux seuls constituer un mètre attesté et inventorié par la théorie, à l'exception de maf‘uwla"tu, qui contient un watid mafrūq ; et l'on sait bien que les mètres du quatrième cercle de la théorie d'al-Ḫalīl ne comportent chacun qu'un watid de ce type et un seul. Mais que dire alors des analyses alternatives, contenant un watid mafrūq, des pieds mustaf‘ilun et mafa"‘iylun, soit – [-⋃] – pour le premier, et [–⋃ ] – –pour le second ? Pour la même raison, ils ne peuvent à eux seuls servir à composer un mètre. Autrement dit, ces deux variantes devraient elles aussi être écartées de la théorie métrique. Mais al-Ğawharī n'en dit rien et il faudra attendre la présentation des mètres qui, dans la théorie ḫalīlienne, contiennent ces pieds pour savoir quelle est la solution trouvée à ce problème, la question étant finalement de savoir si le watid mafrūq lui-même n'est pas totalement éliminé de la théorie alternative proposée dans cet ouvrage.

7. 3. MÈTRES SIMPLES ET MÈTRES COMPOSÉS

  • 47 Waraqa, p. 11-12.
  • 48 Waraqa, p. 55-56. C'est également à l'aide d'une règle appelée EFFP1 et permettant d'effacer le pr (...)
  • 49 Waraqa, p. 23-24.
  • 50 Waraqa, p. 49-50 : grâce à ce procédé, un pied mustaf‘ilun est transformé en mustaf‘inlu, lequel n (...)

92Al-Ğawharī distingue des mètres simples (mufrad, pl. –āt), au nombre de sept : mutaqārib, hazağ, ramal, rağaz, mutadārak, wāfiret kāmil ; et des mètres composés (murakkab, pl. –ât), au nombre de cinq : ṭawīl, muḍāri', ḫafīf, basīṭ et madīd47. Le wāfir et le kāmil sont, parmi les mètres simples, les seuls à n'être à l'origine d'aucun mètre composé. Quant au muğtaṯṯ, il est considéré comme une variante du ḫafīf, obtenue par effacement du premier pied (fa"‘ila"tun) de chacun des hémistiches48 ; le sarī‘ comme une variante du basīṭ, par effacement du premier et du troisième pieds de type fa"‘ilun, c'est-à-dire le second pied de chacun des hémistiches du basīṭ tāmm49 ; le munsariḥ et le muqtaḍab, enfin, comme des variantes du rağaz, par application d'un processus appelé tafrīq al-watid qui permet de transformer un watid mağmū‘ en watid mafrūq50. Ces quatre derniers mètres ne sont donc pas, dans l'idée d'al-Ğawharī, des mètres de base de la métrique arabe. L'organisation proposée par al-Ğawharī est représentée dans le tableau ci-contre.

93Les mètres simples sont ceux qui sont composés d'un seul et même type de pied. il sont donc aussi nombreux qu'il y a de pieds, soit sept après élimination du pied maf‘uwla"tu. Les mètres composés, quant à eux, combinent deux types de pieds différents ou, en d'autres termes, les pieds propres à deux mètres simples. Ainsi, le ṭawīl est composé des mètres mutaqārib et hazağ qui sont tous deux des mètres simples, en ce sens qu'il combine alternativement un pied de mutaqārib (fa‘uwlun, soit [⋃ –]–) et un pied de hazağ (mafa"‘iylun, soit [⋃ –] —), et ceci deux fois par hémistiche. De même, le basīṭ est composé du rağaz (mustaf‘ilun, soit [⋃ –]) et du mutadārak (fa'iylun, soit – [⋃ –]). Quant au madīd, il est composé de pieds de ramal (fa"‘ila"tun, soit – [⋃ –] –) et de pieds de mutadārak (fa'iylun, soit – [⋃ – ]).

94On voit que le modèle proposé par al-Ğawharī met en lumière des rapports entre les différents modèles de vers dont ne rendait absolument pas compte la théorie ḫalīlienne où le ṭawīl, le hazağ et le mutaqārib, par exemple, appartiennent à trois cercles distincts. Ce modèle met en lumière une propriété commune à ces trois mètres : le fait que, dans tous les pieds dont ils sont composés, le watid est initial. Nous dirons que ces mètres sont des mètres à watid initial. De même, basīṭ, rağaz et mutadārak sont des mètres à watid final.

7.4. MÈTRES COMPOSÉS ET WATID MAFRŪQ

95Deux des mètres composés du modèle proposé par al-Ğawharī sont des mètres qui, dans la théorie d'al-Ḫalīl, appartiennent au quatrième cercle et contiennent par conséquent un watid mafrūq. Il s'agit du ḫafīf et du muḍāri‘ dont les modèles, dans les cercles de la théorie classique, sont les suivants (où seul un hémistiche est représenté) :

96Le mètre muḍāri‘, comme je l'ai déjà signalé, n'est jamais réalisé qu'avec deux pieds par hémistiche. Dans la théorie des cercles, dont un des principes essentiels réside dans le fait que, pour tous les pieds d'un mètre donné, les watid-s occupent la même position, initiale (comme c'est le cas pour le muḍāri‘), médiane ou finale, la représentation de ce mètre devient donc :

97Dans le modèle proposé par al-Ğawharī, le muḍāri' est composé des mètres hazağ et ramal, soit un pied de hazağ et un pied de ramal. Si l'on s'en tient à l'analyse classique de ces pieds et si l'on suppose que le pied fa"‘ila"tun y est effectivement analysé comme un pied de ramal, soit un sababḫafīf suivi d'un watid mağmū‘ et d'un sabab ḫafīf, le modèle de ce mètre selon al-Ğawharī est le suivant :

98Cette possibilité, comme je l'ai dit dans l'introduction au sujet du ḫafīf et du pied mustaf‘ilun, semble reposer ici, a priori, sur l'ambiguïté inhérente au pied fa"‘ila"tun qui est analysable, selon la théorie classique et suivant les modèles de vers où il apparaît, soit avec un watid mağmū‘ médian (– [⋃ –] –), soit avec un watid mafrūq initial ([–⋃] —). Aussi, se peut-il que la réanalyse proposée par al-Ğawharī ne soit que la mise en œuvre, de manière purement abstraite, d'une potentialité de la théorie. Mais il se peut aussi qu'elle résulte, au contraire, de l'observation des vers à sa disposition et de la constatation que, outre les deux syllabes du watid mafrūq des théoriciens orthodoxes, la dernière position de ce pied, elle non plus, n'est pas sujette à variation, étant systématiquement réalisée longue. La réponse à ce problème se trouve dans les traités de métrique classiques eux-mêmes. Il se trouve que les deux seules variantes attestées d'un hémistiche de ce mètre sont les suivantes :

  • 51 Pour ce qui est du premier pied de ce mètre, la contrainte appelée murāqaba interdit l'application (...)

99Autrement dit, il n'existe pas, dans la théorie classique, de processus d'abrègement du premier sabab d'un pied fa"‘i / la"tun, lequel donnerait fa"‘i / latun, soit [–⋃]⋃ –. Ce sont donc les trois premières syllabes du second pied du mètre muḍāri' qui sont stables et invariables, rendant possibles les deux analyses concurrentes, l'une dans laquelle le second pied comporte un watid mafrūq initial et la seconde où il comporte un watid mağmū‘ médian51. Il est possible d'imaginer qu'al-Ğawharī, voulant aller au bout de sa logique, ait proposé son analyse du muḍāri' comme un mètre composé sans avoir préalablement étudié dans le détail les variations qui y sont autorisées. Cependant, il est évident qu'il avait une connaissance approfondie de la théorie d'al-Ḫalīl. Le contenu des chapitres qu'il consacre à chacun des mètres en témoigne grandement. À cet égard, le dernier paragraphe du chapitre consacré au muḍāri' est pour le moins significatif. il y traite de la possibilité, développée par les poètes modernes, d'effacer le troisième ḥarf du pied fa"‘ila"tun, qui est alors réalisé fa'ila"tun (⋃ ⋃), et en fait le commentaire suivant :

  • 52 Waraqa, p. 63.

« Al-Ḫalīl ne l'autorisait pas, pour le mètre muḍāri' spécialement, car, disait-il, fa"'i est un watid mafrūq [...], et les watids ne peuvent être affectés par les ziḥāfa-s dans le ḥašw du vers52. »

100Cette possibilité est donc rendue acceptable par l'analyse proposée par al-Ğawharī du second pied de ce mètre, avec un sabab ḫafīf initial et un watid mağmū‘ médian.

101Le cas du ḫafīf a été présenté dans l'introduction : les deux règles de ziḥāfa appelées kaff et šakl ne s'appliquent jamais au second pied de l'un ou l'autre des hémistiches de ce mètre, au moins dans les textes poétiques que j'ai pu analyser ; et les deux modèles, celui d'al-Ḫalīl et celui d'al-Ğawharī, finalement, ne rendent compte chacun que d'une partie de la réalité. À vrai dire, chacune de ces théories pourrait être préservée, récupérée, au prix de quelques modifications, notamment la suppression des processus de ziḥāfa qui ne sont pas attestés. Mais c'est alors la distinction entre watid et sabab qui perdrait sa raison d'être. Car il semble bien, en effet, que le rôle de cette distinction, dans la théorie d'al-Ḫalīl, est de permettre de distinguer les positions stables des positions variables, susceptibles d'être soumises à des processus de ziḥāfa. Cependant, la délimitation exacte de ces unités a été fixée par al-Ḫalīl de telle sorte que la théorie des cercles puisse fonctionner. Puis, dans le but de justifier leur existence, les métriciens auraient été jusqu'à créer de toutes pièces des processus de ziḥāfa non attestés, de la même manière qu'ils semblent avoir inventé des modèles de vers (muğtaṯṯ, mutadārak, muḍāri' et muqtaḍab), probablement pour motiver l'existence des cercles.

8. MINHĀĞAL-BULAĠĀ’ WA-SIRĀĞ AL-UDABĀ’ D'AL-QARṬĀĞANNĪ

8. 1. PRÉSENTATION DE L'OUVRAGE

  • 53 Voir supra, Introduction, p. 38-39.
  • 54 Voir références supra, p. 39, n. 81. Son dīwān contient trois mille deux cents vers. Une pièce, la (...)
  • 55 Un certain nombre d'études récentes ont néanmoins contribué à réparer cette injustice. Citons, ent (...)
  • 56 Al-Qarṭāğannī précise bien que ce qui fait l'essence de la poésie n'est pas le mètre. Tout discour (...)
  • 57 Voir supra, Introduction, p. 17.
  • 58 Minhāğ, p. 226-286.

102Le Minhāğ al-bulagā’ wa sirāğ al-udabā’ (La voie des éloquents et la lumière des hommes de lettres) est l'œuvre théorique maîtresse d'Abū al-Ḥasan Ḥāzim al-Qarṭāgannī53 qui a également laissé un recueil de poèmes dont les dimensions sont loin d'être négligeables54. Cependant, si l'on en juge par ce qu'en disent les auteurs de son temps, comme les auteurs postérieurs d'ailleurs, il semble être resté une figure secondaire de la littérature et de la critique littéraire arabes. Il aurait pourtant mérité un meilleur sort, dans le domaine de la poétique au moins55. Il est en effet le premier à avoir tenté une application directe de la poétique aristotélicienne à la critique littéraire arabe. Pour ce faire, il a probablement eu accès aux ouvrages d'Ibn Sīnā (Avicenne, m. 1037) et, peut-être d'Ibn Rusd (Averroès, m. 1198), dont l'approche était demeurée essentiellement théorique et universaliste. L'ouvrage d'al-Qarṭāğannī a pour thèmes essentiels le problème de la mimesis, la relation entre poésie et réalité, celui de l'imagination créatrice (taḫyīl) et, finalement, celui des "buts" de la poésie56. Il ne m'appartient pas de discuter ici ces aspects de son œuvre57. Le Minhāğ al-bulaġā’ ne m'intéressera qu'à un seul titre, le fait qu'il s'y trouve un long chapitre consacré à la métrique58. Bien qu'elle soit relativement tardive, la théorie qui y est exposée contient, comme celle d'al-Ğawharī présentée plus haut, un certain nombre de propositions originales qui peuvent être du plus haut intérêt pour l'analyse et l'histoire du système de la métrique arabe.

8. 2. LA MÉTRIQUE D'AL-QARṬĀĞANNĪ

  • 59 Je dois préciser que ma présentation ne suit pas l'ordre choisi par al-Qarṭāğannī pour son exposé (...)

103L'inventaire des unités métriques minimales est, dans la présentation d'al-Qarṭāğannī, à peu de chose près le même que dans le modèle ḫalīlien59, si ce n'est que l'auteur, d'une part, n'a pas recours à la fāṣila ; et, d'autre part, y ajoute deux unités parallèles : le sabab mutawālī, constitué d'un ḥarf mutaḥarrik suivi de deux ḥarf-s sākin-s (o / /), soit une syllabe surlongue CVXC ; et un watid mutaḍā‘if constitué de deux ḥarf-s mutaḥarrik-s suivis de deux ḥarf-s sākin-s (o o / /), soit la séquence CVCVCC, comportant une syllabe brève et une syllabe surlongue. Dans la mesure où de telles séquences, comportant deux ḥarf-s sākin-s consécutifs, sont interdites à l'intérieur du vers, il est clair que ces deux unités ne sont susceptibles d'apparaître qu'en fin d'hémistiche ou de vers. Leur emploi, comme nous le verrons, demeure donc marginal et limité.

104C'est essentiellement au niveau des pieds que l'organisation proposée par al-Qarṭāğannī diffère de celle de la théorie classique. Il prend d'ailleurs bien soin, dès les premières lignes de son chapitre consacré à la métrique et à l'occasion de la présentation qu'il fait des différents types de pieds, de marquer sa différence par rapport aux "métriciens" (‘arūḍiyyūn) dont il serait, dit-il, fastidieux et inutile de rapporter toutes les opinions :

  • 60 Minhāğ, p. 226.

« [... ] Les mètres actuellement employés par ceux qui composent [des vers] sont composés de trois types de pieds, à cinq, sept ou neuf ḥarf-s, ce que n'ont pas rapporté les métriciens. Mais il n'est pas nécessaire de rendre compte de leurs opinions ou de leurs controverses [...]60. »

  • 61 Les mètres sont énumérés et classés par al-Qarṭāğannī d'après le type de pieds qui les composent : (...)

105Outre les pieds de cinq ḥarf-s (trisyllabiques) et de sept ḥarf-s (quadrisyllabiques) employés dans la théorie classique, al-Qarṭāğannī dit donc avoir eu recours, pour son analyse, à l'usage de pieds qui comptent neuf ḥarf-s. Mais la situation n'est en fait pas aussi simple. Nulle part, en effet, al-Qarṭāğannī ne parle des pieds pour eux-mêmes. Autrement dit, il est nécessaire, pour dresser l'inventaire des pieds auquel il recourt en vue de son analyse, d'examiner l'un après l'autre chacun des mètres présentés. Et cet examen, finalement, nous réserve quelques surprises. Dans le tableau ci-contre figure l'ensemble de ces mètres et le découpage en pieds proposé par al-Qarṭāğannī61.

106Les pieds de cinq ḥarf-s sont les deux mêmes que dans la théorie classique, fa"‘ilun et fa‘uwlun, à ceci près que le premier des deux, dans la réanalyse proposée par al-Qarṭāğannī, peut être analysé de deux manières différentes : avec un watid mağmū‘ final, comme dans la théorie classique (fa"‘ilun, soit – [⋃ –]), ou avec un watid mafrūq initial (fa"'i / lun, soit [–⋃ ] – ), ce qui, dans cette dernière, n'est pas admis. Cette seconde possibilité apparaît dans le mètre muqtaḍab (n° 5, ci-contre). Qui plus est, ce pied est le premier du modèle proposé, ce qui contredit le principe ḫalīlien selon lequel un mètre ne peut pas commencer par un watid mafrūq.

107Al-Qarṭāğannī inclut également dans son inventaire un pied de six ḥarf-s, fa"‘ila"n, qui, pour les métriciens classiques, ne constitue pas un pied de base mais une variante dérivée par l'application des processus de ‘illa. Ce pied apparaît ici dans la forme de base des mètres sarī‘ et muğtaṯṯ (n° 12 et n° 13). Pour le premier des deux, cette analyse correspond à la première des variantes de ce mètre qui sont inventoriées par les traités classiques. J'aurai l'occasion de revenir en détail sur l'ensemble de ces variantes dans le deuxième chapitre. Le cas du muğtaṯṯ est plus surprenant puisqu'il n'existe pas, en réalité, de variante de ce mètre qui comporte un pied final de ce type : le muğtaṯṯ n'est jamais employé qu'avec deux pieds par hémistiche et ce troisième pied, fa"‘ila"n, est systématiquement effacé.

108Les pieds de sept ḥarf-s, quant à eux, sont les mêmes que ceux de la théorie classique, à deux exceptions près cependant. Le pied fa"‘ila"tun, tout d'abord, ne peut être analysé que d'une manière, avec un watid mağmū‘ médian (– [⋃ – ] –). La seconde possibilité développée par la théorie classique, qui comporte un watid mafrūq initial (soit [–⋃]), est rejetée en même temps que le mètre où elle est mise en usage dans la théorie classique, le muḍāri'. D'après al-Qarṭāğannī, ce mètre n'est pas authentique :

  • 62 Minhāğ, p. 234.

« Parmi les choses attribuées à tort aux Arabes, dit-il, je n'en vois pas [dont l'authenticité] soit plus clairement réfutable [que celle du muḍāri‘]. Car la nature arabe est telle qu'un tel mètre n'est pas digne d'en être le fruit [...]. C'est là le mètre le plus laid qu'il soit donné d'entendre et il n'est donc pas possible de l'accepter ni de l'employer62. »

  • 63 Pour plus de détails sur ce mètre, voir infra, chapitre II, p. 200-201.

109Comme il le dit ailleurs, ce mètre n'est pas employé par les poètes anciens, ce qu'avaient déjà signalé un certain nombre de métriciens antérieurs, comme, par exemple, al-Aḫfaš et al-Zağğāğ63. Mais ce ne peut être là la raison invoquée par al-Qarṭāğannī pour écarter ce mètre de son inventaire. En effet, certains poètes "modernes" parmi les plus célèbres, à commencer par Abû Nuwās, en font usage. Et, comme nous pouvons le constater, la liste des mètres qui sont étudiés par al-Qarṭāğannī dans le chapitre qu'il consacre à la métrique inclut des modèles qui sont résolument modernes, comme le dūbaytī (n° 14 dans la liste des mètres ci-dessus), le lāḥiq (n° 16) et le maqbūl (n° 18). Dans la mesure, justement, où ces mètres sont d'emploi tardif et ne figurent pas dans le corpus de la poésie ancienne, je ne m'attarderai pas ici à en présenter les caractéristiques.

110Par ailleurs, le pied maf‘uwla"tu est éliminé de la théorie. Comme nous l'avons vu, al-Ğawharī, lui aussi, mais pour des raisons différentes, avait écarté ce pied. Pour al-Qarṭāğannī, il n'a aucune raison d'être parce que tout pied doit censément s'achever par un ḥarf sākin. Les mètres munsariḥ (n° 15) et muqtaḍab (n° 5) qui, dans la théorie des cercles, contiennent un pied maf‘uwla"tu, sont donc réanalysés et le découpage du premier d'entre eux met en jeu un pied de neuf ḥarf-s qu'al-Qarṭāğannī a ajouté à l'inventaire classique.

  • 64 ‘A. Ğabr, « Mafhūm al-wazn al-ši‘rī ladä Ḥāzim al-Qarṭāğannī min ḫilāli mu’allafi-hi al-balāġī Min (...)

111Si l'on se fie aux découpages proposés pour chacun des mètres qui sont mentionnés et analysés, lesquels sont représentés dans la liste ci-dessus, il apparaît que les pieds de plus de sept ḥarf-s sont au nombre de deux64 :

112Le premier, constitué d'un sabab ṯaqīl, d'un watid mafrūq et de deux sabab-s ḫafīf-s, apparaît dans le seul mètre habab (n° 17), nom donné par al-Qarṭāğannī au mutadārak de la théorie des cercles. Quant au second, il est utilisé pour découper les mètres dūbaytī (n° 14), munsariḥ (n° 15) et lāḥiq (n° 16). Seul le second de ces trois mètres, l'unique qui soit résolument ancien, et donc représenté dans le corpus poétique sur lequel repose cette étude, nous intéressera ici. Son cas est d'ailleurs extrêmement instructif. C'est le seul mètre ancien, dans le modèle d'al-Qarṭāğannī, qui soit composé de trois pieds de longueur différente, de neuf (mustaf‘ila"tun), sept (mustaf‘ilun) et cinq (fa"‘ilun) ḥarf-s dans l'ordre, soit le modèle suivant :

113Dans l'analyse classique, le découpage de ce mètre, je le rappelle, est comme suit :

114Autrement dit, la réanalyse proposée par al-Qarṭāğannī pose le même problème que celle qu'al-Ğawharī avait donnée du mètre ḫafīf, qui nous avait permis de constater que les processus de ziḥāfa appelés kaff et šakl, bien qu'inventoriés par les traités de métrique classiques, n'étaient pas attestés dans la réalité. Pour ce qui concerne le munsariḥ, le troisième pied de l'hémistiche et du vers peut, d'après la théorie ḫalīlienne, être modifié par le ḫabn et le ṭayy. La première efface le deuxième ḥarf du pied qui devient mafa"‘ilun, soit ⋃ – [⋃ – ], tandis que la seconde efface le quatrième ḥarf et le pied est transformé en mufta‘ilun, soit – ⋃ [⋃ –]. Toujours selon la théorie d'al-Ḫalīl, le habl, qui combine ces deux processus d'effacement, n'y est pas autorisé. Il l'est, par contre, dans le premier pied mustaf‘ilun de chacun des deux hémistiches.

115Le problème que soulève l'analyse d'al-Qarṭāğannī peut donc être formulé comme suit : dans la mesure où l'on considère que le watid, dans tous les pieds d'un hémistiche à l'exception du dernier, a pour propriété d'être stable et invariable, le fait que les deux premiers ḥarf-s du dernier pied de la théorie ḫalīlienne soient, dans la réanalyse d'al-Qarṭāğannī, englobés dans un watid mağmū‘ implique-t-il que le processus de ziḥāfa appelé ḫabn qui, dans la théorie, permet d'effacer le second de ces deux ḥarf-s, ne soit pas attesté dans la réalité, c'est-à-dire dans le corpus des textes poétiques à notre disposition ? Une telle constatation rendrait l'analyse d'al-Qarṭāğannī compatible avec le principe de stabilité du watid.

116Pour ce qui concerne le corpus que j'ai moi-même analysé, la réponse est positive. En d'autres termes, le ḫabn n'apparaît jamais dans le troisième pied d'un hémistiche de munsariḥ. Mieux encore, le ṭayy y est obligatoire et ce troisième pied est toujours réalisé sous la forme mufta‘ilun (–⋃ [⋃ –]). Mais n'anticipons pas. Car l'analyse précise et exhaustive des mètres anciens, et du munsariḥ en particulier, permettra, nous le verrons bientôt, de relever d'autres régularités encore qui n'ont été mentionnées ni par al-Ḫalīl et ses émules, ni par al-Ğawharī et al-Qarṭāğannī.

9. ÉVALUATION DES INNOVATIONS D'AL-ĞAWHARĪ ET D'AL-QARṬĀĞANNĪ

  • 65 Waraqa, p. 11.

117Au bout du compte, les deux hommes restent très proches de la théorie d'al-Ḫalīl. Leurs innovations demeurent relativement superficielles. Malgré leur volonté affichée de se démarquer de la théorie des cercles, ils ne réussissent jamais à s'en affranchir vraiment. L'impression subsiste qu'ils n'ont pas poussé la logique de leur réflexion jusqu'à son terme. Tous deux ont pourtant écarté le principe de la dérivation circulaire. Ceci dit, ce rejet reste implicite : al-Ğawharī propose une organisation des mètres, divisés en deux grandes catégories, mètres simples et mètres composés, mais il ne la situe jamais clairement par rapport aux cinq cercles de la théorie d'al-Ḫalīl. Sa seule remarque à ce sujet est la suivante, où il dit des mètres qu'ils « sont tous réunis dans cinq cercles qui s'entrecoupent65 ». Par cette remarque, il admet donc le bien-fondé des cercles ḫalīliens, tout en affirmant que son propre modèle met en valeur des relations entre les mètres dont la théorie classique ne rend pas compte, comme je l'ai expliqué plus haut. En effet le lien évident qui existe, par exemple, entre les mètres ṭawīl, hazağ et mutaqārib est totalement ignoré dans les représentations en cercles : chacun appartient effectivement à un cercle différent. De ce point de vue, le modèle d'al-Ğawharī a donc le mérite de mettre le doigt sur l'une des faiblesses de la théorie des cercles et d'y remédier. Quant à al-Qarṭāğannī, il affirme que les mètres doivent être étudiés et analysés en eux-mêmes, pris chacun isolément, et non en tant que formules dérivées les unes des autres par permutation circulaire (infikāk). Chaque mètre est alors considéré comme une combinaison originale et indépendante d'unités métriques minimales, watid-s et sabab-s. Il ne fait donc jamais, au cours de son analyse, référence aux cercles. Le mot "cercle" n'est même jamais employé.

118Pour ce qui est de l'analyse interne des mètres, ce n'est pas dans l'inventaire que chacun des deux auteurs fait des unités métriques minimales qu'il faut rechercher une différence fondamentale ou une innovation intéressante. Comme je l'ai dit, le watid et le sabab comportant deux ḥarf-s sākin-s finaux (soit une syllabe surlongue) qu'al-Qarṭāğannī ajoute à l'inventaire de la théorie classique restent marginaux, même si le premier permet une analyse du mètre sarī‘ plus acceptable que la forme abstraite qui figure dans le quatrième cercle de la théorie ḫalīlienne.

119L'intérêt des ouvrages d'al-Ğawharī et d'al-Qarṭāğannī réside donc essentiellement dans l'inventaire, le découpage (en unités métriques minimales) et la combinaison des pieds (pour constituer les mètres), même si l'analyse alternative de certains mètres paraît souvent arbitraire, chez le second surtout. Les deux hommes, d'abord, sont unanimes dans leur rejet du pied maf‘uwla"tu (– – [–⋃]). Mais leurs raisons sont différentes : al-Ğawharī l'élimine seulement de son inventaire des pieds de base du fait que, contrairement aux autres pieds de la théorie classique, il ne peut à lui tout seul composer un mètre ; et les mètres munsariḥ et muqtaḍab où il apparaît sont finalement considérés comme des variantes du rağaz par inversion (farq ou tafrīq) du watid mağmū‘, dans le second et le premier pied respectivement, qui est transformé en watid mafrūq. Quant au sarī‘, il est analysé comme une variante du basīṭ, avec pour dernier pied de l'hémistiche et du vers fa"‘ilun (– [⋃ –]), obtenue par effacement du second pied de chaque hémistiche. Al-Qarṭāğannī est plus radical dans son jugement relatif au pied maf‘uwla"tu. Pour lui, un pied (ğuz’) ne peut s'achever par un ḥarf mutaḥarrik (une syllabe brève), ce qui est le cas du pied maf‘uwla"tu qui contient un watid mafrūq final. De même, un sabab taqïl n'est pas admis en fin de pied. Cependant, les deux mètres qui, dans la théorie d'al-Halïl, sont analysés à l'aide du pied maf‘uwla"tu subissent un sort différent. Le muqtaḍab est purement et simplement écarté. Il ne s'agit pas, de l'avis d'al-Qarṭāğannī, d'un mètre authentique. Il suit donc sur ce point l'opinion d'un certain nombre de ses prédécesseurs, comme al-Aḫfaš et al-Zağğāğ par exemple, qui soulignent que ce mètre n'était pas employé par les Anciens. Al-Gawharῑ, pour sa part, bien que reprenant à son compte cette affirmation, n'en maintient pas moins le muqtaḍab parmi les mètres "autorisés". Pour ce qui est du sarī‘, al-Qarṭāğannī opte, en fin d'hémistiche et de vers, pour une solution similaire à celle choisie par al-Ğawharī, si ce n'est que ce mètre est, pour lui, un mètre à part entière et que la variante choisie comme forme de base est la première de l'inventaire des métriciens classiques, avec fa"'ila"n pour pied final (o / o o / /, soit – [⋃ — ]). Quant au munsariḥ, enfin, dans l'analyse d'al-Qarṭāğannī, il ne contient plus non plus de pied mafuwla"tu mais, comme nous avons pu le voir, trois pieds de dimension différente : le premier de neuf ḥarf-s, le second de sept et le troisième de cinq. La présence de pieds de plus de sept ḥarf-s est une nouveauté par rapport aux théories d'al-Ḫalīl et d'al-Ğawharī.

120On pourra regretter, en ce qui concerne al-Ğawharī, qu'il ne soit pas allé au bout de sa logique, laquelle aurait dû l'amener à remettre en cause l'existence du watid mafrūq. De même, on peut s'étonner qu'al-Qarṭāğannī n'ait pas, par analogie, appliqué au mètre ḫafīf le même type d'analyse qu'au munsarih. En fait, dans sa théorie, seuls les pieds maf‘uwla"tu et fa'iy /latun de la théorie classique ont été rejetés. L'existence du pied mustaf'i /lun, avec un watid mafrūq médian, n'est pas remise en cause, pas plus que ne l'est, par conséquent, l'analyse traditionnelle du ḫafīf. Pourtant, le fait que, comme nous avons pu le voir dans notre discussion de la théorie d'al-Ğawharī, les ziḥāfa-s appelées kaff et šakl ne sont pas employées dans le second pied de l'analyse classique d'un hémistiche de ḫafīf rend possible un découpage comme celui-ci par exemple, qui comporte un premier pied de neuf ḥarf-s qui fait pendant au pied mustafila"tun qui a permis à al-Qarṭāğannī de réanalyser le munsariḥ :

121Ces deux théories laissent finalement un certain goût d'inachevé. Les innovations qu'elles contiennent restent confinées à des points de détail assez superficiels ; mais deux aspects des réanalyses proposées ont cependant eu une influence énorme sur la formulation et le développement de ma problématique. Il s'agit de la décomposition en pieds originale des mètres ḫafīf et munsariḥ, chez al-Ğawharī et chez al-Qarṭāğannī respectivement. Les réflexions qu'elles suscitent m'ont en effet mis sur la voie d'une réanalyse globale du système de la métrique arabe sur la base des textes poétiques anciens dont nous disposons encore aujourd'hui, dont je vais, dans le prochain chapitre, présenter les modalités et les résultats.

Notes

1 H. Fleisch, « Ḥarf », Encyclopédie de l'Islam, 2 éd., vol. III, p. 210-211 ; et « Ḥurūf al-hiğā’ », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. III, p. 617, paragraphe 1.

2 H. Fleisch, « Ḥurūf al-hiğā’ », p. 617, paragraphe 3.

3 H. Fleisch, « La conception phonétique des Arabes d'après le Sirr Ṣinā‘at al-I‘ràb d'Ibn Ğinnī », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft n° XXXIII/1 (1958), p. 74-105.

4 Ibn Sīnā, Al-šifā’, éditeur inconnu, 1956, vol. III (Ğawāmi‘ ‘ilm al-mūsīqā), p. 123, traduit par A. hadj-salah, « La notion de syllabe et la théorie cinético-impulsionnelle des phonéticiens arabes », Al-lisāniyyāt, n° I (1971), p. 65.

5 Al-Fārābī, Kitāb al-mūsīqā al-kabīr, passage traduit par A. Hadj-Salah, ibid., p. 65, d'après le manuscrit n° 430, folio 405, de la bibliothèque nationale du Caire.

6 Al-Zağğāğī, Kitāb al-gumal, éd. M. Abī Cheneb, 1957, p. 271.

7 Al-Astarābādī, Šarḥ al-šāfiya, éd. M. ‘Abd al-Ḥamīd, M. Nūr Al-Ḥasan & M. Al-Zafzāf, 1929, vol. III, p. 259.

8 Ibn Ginnī, Sirr ṣinā‘at al-i‘rāb, éd. A. Amīn, I. Muṣṭafä, M. Saqqā et M. AL-Zafzāf, 1954, p. 15 ; et Ibn Manzūr, Lisān al-‘arab, 1976-1986 [désormais Lisān], vol. 2, p. 838, colonne 1. Le mot ḥarf sert ainsi à désigner le milieu du visage ou de la tête (ḥarf al-ra’s), la crête d'une montagne (ḥarf al-ğabal), le tranchant d'une épée (ḥarf al-sayf), ou encore la berge d'une rivière (ḥarf al-nahr).

9 A. Hadj-Salah, op. cit., p. 63 : « Un phonème (un ḥarf) — le plus petit segment de la chaîne parlée [...]. »

10 Ibn Ğinnī est, à ma connaissance, le premier à avoir expressément considéré les haraka-s comme une partie des ḥurūf al-madd (Ibn Ğlnnī, op. cit., vol. I, p. 19).

11 Des auteurs modernes ont inversé les deux symboles, jusque dans l'édition de traités de métrique médiévaux. G. Bohas, J.-P. Guillaume et D. Kouloughli, The Arabic Linguistic Tradition, 1990, p. 143, avancent l'idée que le signe o serait une symbolisation du mīm de mutaḥarrik ; et le /, une symbolisation du sīn de sākin.

12 Ce qualificatif s'applique ici à la scriptio defectiva, dépourvue de signes diacritiques, et où ne sont pas notées les voyelles brèves. J. Février, Histoire de l'écriture, 1956, p. 123, définit les écritures sémitiques comme des "alphabets consonantiques" et des "systèmes syllabiques implicites". Pour d'autres opinions sur cette question, voir notamment M. Cohen, La grande invention de l'écriture, 1958, p. 140.

13 Sur la pause (waqf), voir H. Fleisch, Traité de philologie arabe, 1961, vol. I, p. 172-197.

14 À propos de cette règle et de son application dans le vers, voir G. Bohas, « Métrique et grammaire », Analyses Théorie, n° 2/3 (1979). La règle y est ainsi formulée (p. 149) : « Si un mot se termine par une voyelle longue, cette voyelle se réalise en une voyelle brève lorsque le mot suivant commence par deux consonnes. » Par exemple, la voyelle longue finale d'un verbe comme yaġzū est abrégée lorsqu'elle est suivie d'un nom déterminé, précédé de l'article, soit yaġzu-l-ğayšu.

15 H. Fleisch, Traité de philologie arabe, 1961, vol. I, p. 163, cite d'autres exemples : les verbes de la neuvième forme dérivée comme iḥmārra ("être rouge") ; ḫāṣṣa ("propriété") et son diminutif ḫuwayṣṣa ; la fin de la Fāṭiḥa, première sourate du Coran : wa-lā ḍ-ḍāllīn ("et pas [celui de] ceux qui s'égarent"). Dans ce dernier exemple, la règle d'iltiqā’ al-sākinayn abrège la voyelle longue de la seconde syllabe (lā) suivie de deux consonnes (d'un mot différent).

16 Le poète qui veut employer un mot contenant une syllabe surlourde à l'intérieur du vers peut recourir à plusieurs procédés : suppression de la géminée (qāratun pour qārratun), division de la voyelle longue en deux brèves séparées par une ḥamza (iḥma’arra pour iḥmārra), insertion d'une voyelle brève entre les deuxième et troisième radicales identiques à la troisième forme verbale dérivée (qāṣaṣa pour qāṣṣa).

17 G. Bohas, loc. cit., p. 151, cite comme exemple l'hémistiche suivant, de mètre ḫafīf : kawwana l-lāhu l-qarrata takwīnan (– [⋃ –] – # – [⋃]⋃ # – – –).

18 Voir J. Dichy, « Pourquoi l'écriture arabe ne note pas les voyelles brèves », Les systèmes d'écriture, Liaisons HESO, n° 21-22 (1992), p. 39.

19 L'hypothèse selon laquelle la graphie arabe aurait une origine nabatéenne a été formulée par des sémitisants allemands de la fin du siècle dernier et reprise par B. Moritz, « Arabie », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. I, p. 387-399, et par J. Cantineau, Le Nabatéen, 1930, I, p. 28. Elle a été adoptée par les spécialistes de l'écriture arabe (N. Abbott, The rise of the North Arrabic Script and its Kur'anic development, 1939 ; A. Grohmann, Einfuhrung und Chrestomatie zur Arabischen Papyruskunde, 1955), les spécialistes de l'histoire de l'écriture (J. Février, op. cit. et M. Cohen, op. cit.) et les sémitisants et arabisants (E. Dhorme, Langues et écritures sémitiques, 1930 ; H. Fleisch, Introduction à l'étude des langues sémitiques, 1947 ; R. Blachère, Histoire, vol. I, p. 5865). Cette hypothèse fut battue en brèche par J. Starcky, « Pétra et la Nabatène », Supplément au Dictionnaire de la Bible, 1964, colonnes 931-934, qui affirma qu'il était plus probable que l'écriture arabe dérivât de l'écriture syriaque. À l'appui de cette thèse, Starcky avance deux arguments. Le premier est tiré de la comparaison des graphies : « Considérée comme un ensemble, l'écriture arabe est posée sur la ligne (idéale), tout comme l'écriture syriaque, tandis que la suite des lettres nabatéennes est suspendue à cette même ligne » (colonnes 932-933). Le second consiste en une donnée rapportée par al-Balādurī, Kitāb futùḥ al-buldān, 1866, p. 476, selon laquelle ce sont trois hommes de la tribu des Ṭayy, probablement chrétiens, qui créèrent l'écriture arabe en s'inspirant de l'écriture syriaque, à Baqqa, près d'al-Ḥīra. Pour plus de détails, voir G. Troupeau, « Réflexions sur l'origine syriaque de l'écriture arabe », Mélanges offerts à Wolf Leslau, p. 1562-1570, qui compare une à une les lettres des deux alphabets ; et J. Sourdel-Thomine, « Ḫaṭṭ », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. IV, p. 1152.

20 H. Fleisch, « ḥarf », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. III, p. 210.

21 A. Hadj-Salah, op. cit., p. 65.

22 Pour la discussion de ce principe, voir infra, p. 81-82.

23 Définition tirée du Larousse de la langue française.

24 J. Dichy, L'écriture dans la représentation de la langue : la lettre et le mot en arabe, 1990, vol. I, p. 478, observant « la présence d'un isomorphisme entre les conventions de segmentation de la chaîne acoustique opérant aux niveaux métrique et graphique », affirme que « l'aspect phonographique de la convention orthographique de base » revient à « écrire un graphème de base par more ».

25 Sur cette question, je renvoie à G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, chapitre VIII, p. 163-188 ; et à B. Paoli, Métrique arabe ancienne : pratiques et théories, 1997, vol. 2, p. 537-558.

26 Le mètre mutadārak et ses variantes, au dire des métriciens dont les ouvrages nous sont parvenus, n'apparaissaient pas dans l'ouvrage perdu d'al-Ḫalīl mais auraient été ajoutés ultérieurement par al-Aḫfaš al-Awsaṭ. Voir infra, chapitre II, p. 224-233.

27 Nous verrons qu'en réalité, dans le corpus de la poésie ancienne, mis à part dans un court fragment d'Imru’ al-Qays qui semble alterner rağaz et kāmil, ainsi qu'un fragment isolé en ramal simple et un autre en ḫafīf simple, le seul mètre des vers simples régulièrement employé est le rağaz. Quelques vers en munsariḥ sont également cités ici ou là, mais ne figurent pas dans le corpus délimité dans ce travail.

28 L'introduction de cette appellation est due à G. Bohas, « Unités minimales en métrique arabe », Bulletin d'études orientales, n° XXVIII (1975), p. 7-17.

29 La question de savoir quelle est la plus ancienne des deux versions ne trouve pas de réponse satisfaisante. Weil, Grundiss und System der altarabischen Metren, 1958, p. 697, croit pouvoir affirmer qu'il s'agit de la première, ne comportant que deux types d'unités métriques minimales, watid et sabab. Son opinion s'appuie sur la lecture du cinquième livre du ‘Iqd al-farīd d'Ibn 'Abd Rabbih, où il n'est pas fait état de l'unité métrique minimale dénommée fāṣila. Pourtant, un certain nombre de textes attribuent la division tripartite, incluant la fāṣila, à al-Ḫalīl lui-même et la division bipartite à un métricien ultérieur. Il semblerait effectivement que, le ‘Iqd al-farīd mis à part, les traités les plus anciens présentent la division tripartite, laquelle est abandonnée par les métriciens plus tardifs qui se contentent du watid et du sabab pour décrire l'organisation des mètres arabes.

30 Al-Damanhūrī, Al-’iršād al-šāfī ‘alä matn al-kāfī, 1868, p. 29, cité par W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 42.

31 Pour la notation des schèmes des pieds métriques, plutôt que la transcription usuelle des voyelles longues (ā, ū, ī), j'ai eu recours à une notation qui permet de distinguer, à l'intérieur de telles voyelles longues, la ḥaraka et le ḥarf qui en sont constitutifs, soit : a", constitué d'une fatḥa (a) et d'un alif ( ") ; uw, constitué d'une ḍamma (u) et d'un wāw (w) ; et iy, constitué d'une kasra(i) et d'un yā’ (y).

32 Nous verrons qu'en réalité, des six mètres reconnus comme usités (musta‘mal) par les métriciens arabes, trois ne sont pas non plus employés par les poètes du corpus qui a été analysé dans le cadre de cette recherche. Il s'agit du muḍāri‘, du muqtaḍab et du muğtaṯṯ. Voir infra, chapitre II, p. 196-203.

33 Kāfī, p. 128 : « [...] mafā‘īlun fī l-muḍāri‘ lā tağī’u sālimatan qaṭṭu, an immā tağī maqbūḍatan aw makfūfatan. »

34 Voir infra, chapitre II, p. 199-201.

35 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 37-39.

36 Voir G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, p. 136.

37 Mi‘yār, p. 35 : « Le madīd complet, comme dans ce vers de la sœur de Ta'abbaṭa Šarran, est rare : Layta ši‘rī ḍallatan ayyu šay'in qatalak(a) # ’a-marīḍun lam tu‘ad am ‘aduwwun hatalak(a) [Si seulement je savais ce qui, par grand malheur, t'a tué # Es-tu mort malade et seul, ou dans l'embuscade tendue par l'ennemi ?], sauf si tous les hémistiches riment ensemble. En voici un exemple [composé] par un moderne : lā talum-hū ’in šakā ma yulāqī 'aw bakä # wa-mtaḥin bātina-hū bi-l-laḏī min-hū ẓaharun. [Ne le blâme point s'il se plaint ou s'il pleure # Examine-le en profondeur [en t'aidant] de ce qu'il laisse paraître.] » L'auteur fait bien remarquer que le vers attribué à la sœur de Ta’abbaṭa Šarran (attribué ailleurs à sa mère ou à celle d'al-Sulayk b. al-Sulaka, voire, le plus souvent, anonyme) est muṣarra‘, c'est-à-dire que les deux hémistiches riment ensemble. L'expression employée par al-Šantarīnī laisse d'ailleurs à penser que c'est le cas de l'ensemble des vers de la pièce dont il a tiré son exemple, auquel cas il pourrait s'agir d'un exemple de madīd simple à quatre pieds, dans lequel tous les hémistiches riment ensemble, comme pour le rağaz par exemple. La pièce dont est tiré le vers cité par al-Santarīnī figure dans ḤamāsaAT, vol. II, p. 369-373 ; et ḤamāsaAM, vol. I, p. 914-918, et a été éditée, traduite et commentée en anglais par A. Jones, Early Arrabic Poetry : Marāthī and Ṣu’lūk poems, 1992, p. 31-36. Son examen confirme le fait que tous les hémistiches riment ensemble. Il est donc effectivement possible d'en considérer le mètre comme un madīd simple à quatre pieds, à moins qu'il ne s'agisse d'un madīd ou d'un ramal double comportant deux pieds par hémistiche. Aucune de ces possibilités n'est à exclure. Notons pour finir que, selon Jones, le fait que ce petit poème soit composé selon un modèle de vers qui n'apparaît pas dans la théorie classique est un argument en faveur de son ancienneté et de son authenticité. Voir infra, chapitre II, p. 150, le texte, la traduction et l'analyse métrique du poème dans son entier.

38 Mi‘yār, p. 44. Le vers cité est le suivant, dont la syntaxe et le sens m'échappent : la-hū ni‘amun muḍā‘afatun tanālu bi-hā # mufāharatun wa-yaḥfazu aṣla-hā ḥasabu [Il dispose de richesses en double, et il en fait don, # et une grande fierté, dont il conserve la source jalousement ?].

39 L'effacement du second ḥarf de mustaf‘ilun donne, littéralement, mutaf‘ilun. Mais ce pied résultant de l'application du ḫabn a presque la même configuration que le pied mafa"‘iylun qui figure parmi les huit schèmes de base de la théorie ḫalīlienne. Aussi, par analogie, et ce dans un souci d'harmonisation, les métriciens classiques l'ont-ils renommé mafa"‘ilun. Il en va de même dans les autres cas. Ainsi, musta‘ilun, dérivé du même pied mustaf‘ilun par application du ṭayy, est renommé mufta‘ilun ; et musta‘ilun, fruit de l'application simultanée du ḫabn et du ṭayy, fa‘ilatun.

40 Kāfī, p. 36.

41 G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, p. 56-57. En termes de ḥarf-s cette condition serait formulée comme suit : toute séquence de ḥarf-s mutaḥarrik-s égale ou supérieure à deux (quelle que soit son origine) figurant à gauche d'un watid doit appartenir au même pied que lui.

42 Waraqa, p. 9.

43 Waraqa, p. 9-10.

44 Al-Ğawharī mentionne le cas du ‘arūd (pied final du premier hémistiche) du mètre kāmil, sans plus de précision. Il entend en fait par-là l'emploi, dans la seconde variante de ce mètre ayant un ḍarb de la forme fa"‘ila"tun ou maf‘uwlun, d'un ‘arūḍ ayant cette même forme. Un autre cas d'iq‘ād consiste dans l'emploi d'un ‘arūḍ de la forme fa‘uwlun dans l'une ou l'autre des variantes du tawîl Voir A. Abū Suwaylim et M.‘A. al-Šawābika Mu‘ğam muṣṭalaḥāt al-‘arūḍ wa-l-qāfiya, 1991, p. 26-28.

45 L'iqwā’ consiste dans l'emploi, à l'intérieur d'un même poème, de voyelles différentes à la rime, comme dans les deux vers suivants d'al-Nābiga al-Ḏubyānī, où le rawī (consonne de base de la rime, ici d) est suivie d'une ḍamma (u) dans le premier, et d'une kasra (i) dans le second : za‘ama l-bawāriḥu ’annarḥlata-nā ġadan /wa-bi-dāka ḫabbara-nā l-ġurābu l-aswadu ## lā marḥaban fī ġadin wa-lā ’ahlan bi-hī/’in kāna tafrīqu l-’aḥibbati fī ġadi [Traduction : « (1) Les vents chauds du sud ont confirmé que notre départ était pour demain # Comme le noir corbeau nous en a [aussi] informés ; (2) Il n'y aura pas de salutations ni de signes de bienvenue # Si demain arrive la séparation d'avec l'aimée. »]. Quant à l'ikfā’, il s'agit, toujours dans un même poème, de l'emploi de deux ḥarf-s différents comme rawī, comme dans ces deux vers de rağaz, cités par Ibn Qutayba, Introduction au livre de la poésie et des poètes, éd. & trad. M. Gaudefroy-Demombynes 1947, p. 31, avec un rawī n dans le premier, et m dans le second : yā rubba ğa‘din min-humū law tadrīn # yaḍribu ḍarba s-sibṭi l-maqādīm [Traduction : « Hé ! Sais-tu, [femme,] qu'il peut se trouver parmi eux un homme aux cheveux crépus qui, au premier rang, cogne aussi bien que s'il avait les cheveux lisses ? »]. Selon Ibn Qutayba, cependant, al-Ḫalīl n'aurait pas appelé ce défaut ikfā’ mais iğāza. (Ibn Qutayba, ibid., p. 31).

46 Waraqa, p. 11 : « [...] law kāna ğuz’ ṣaḥīḥ la-tarakkaba min mufradi-hi baḥr kamā tarakkaba min sā’ir al-ağzā’. »

47 Waraqa, p. 11-12.

48 Waraqa, p. 55-56. C'est également à l'aide d'une règle appelée EFFP1 et permettant d'effacer le premier pied de l'hémistiche que, dans la grammaire générative de la métrique arabe présentée par G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, p. 128, le modèle du muğtaṯṯ est dérivé de celui du ḫafīf.

49 Waraqa, p. 23-24.

50 Waraqa, p. 49-50 : grâce à ce procédé, un pied mustaf‘ilun est transformé en mustaf‘inlu, lequel n'est autre que maf‘uwla"tu. Il s'applique aux deuxième et cinquième pieds d'un rağaz tamm (à six pieds) pour engendrer le munsariḥ ; et aux premier et troisième pieds d'un rağaz mağzū’ (à quatre pieds).

51 Pour ce qui est du premier pied de ce mètre, la contrainte appelée murāqaba interdit l'application simultanée des processus de ‘aṣb et de qabḍ aux deux sabab-s simultanément.

52 Waraqa, p. 63.

53 Voir supra, Introduction, p. 38-39.

54 Voir références supra, p. 39, n. 81. Son dīwān contient trois mille deux cents vers. Une pièce, la Maqṣūra, n'en compte pas moins de mille six à elle seule ! Un autre poème, consacré à la grammaire, est long de deux cent dix-neuf vers. Sa poésie est en général sans surprises, ancrée dans la tradition et très conventionnelle. Si la Maqṣūra force l'admiration, c'est surtout par son inhabituelle longueur.

55 Un certain nombre d'études récentes ont néanmoins contribué à réparer cette injustice. Citons, entre autres : G. J. H. Van Gelder « Critic and Craftsman : al-Qarṭāğannī and the Structure of the Poem », Journal of Arabic Literature, n° X-1 (1979), p. 26-48 ; V. Cantarino, Arabic Poetics in the Golden Age, 1975, p. 206-220 ; M.H. Fahmī, « Qaḍiyyat al-naẓm wa-l-falsafa al-ğamāliyya ‘inda Ḥāzim al-Qarṭāğannī », Mağallat mağma‘ al-luġa al-‘arabiyya, 27 (1971), p. 155-165.

56 Al-Qarṭāğannī précise bien que ce qui fait l'essence de la poésie n'est pas le mètre. Tout discours conforme aux principes de la rime et du mètre peut, après tout, être considéré comme de la poésie. C'est donc, selon lui, l'imagination créatrice, et son interaction avec le rythme du mètre et de la langue, qui constitue l'élément fondamental de l'expression poétique.

57 Voir supra, Introduction, p. 17.

58 Minhāğ, p. 226-286.

59 Je dois préciser que ma présentation ne suit pas l'ordre choisi par al-Qarṭāğannī pour son exposé sur la métrique. Ce n'est en effet qu'après avoir présenté les différents types de pieds et les modalités de leur combinaison pour constituer les mètres qu'il dresse l'inventaire des unités métriques minimales (Minhāğ, p. 236 et suivantes).

60 Minhāğ, p. 226.

61 Les mètres sont énumérés et classés par al-Qarṭāğannī d'après le type de pieds qui les composent : le mutaqārib est le seul qui soit constitué uniquement de pieds de cinq ḥarf-s, le mutadārak (ici ḫabab) étant réanalysé à l'aide du pied (non ḫalīlien) mutafà‘ilatun, répété deux fois par hémistiche ; le rağaz, le kāmil, le wāfir, le ramal et le hazağ ont des pieds de sept ḥarf-s seulement ; le ṭawīl, le basīṭ et le madīd, de cinq et de sept alternativement, etc.

62 Minhāğ, p. 234.

63 Pour plus de détails sur ce mètre, voir infra, chapitre II, p. 200-201.

64 ‘A. Ğabr, « Mafhūm al-wazn al-ši‘rī ladä Ḥāzim al-Qarṭāğannī min ḫilāli mu’allafi-hi al-balāġī Minhāğ al-bulaġā’ wa-sirāğ al-udabā’ », al-Karmil, n° XII (1991), p. 7-42, fait figurer deux pieds supplémentaires dans cet inventaire : mustaf‘ilatun (soit ⋃ ⋃ —) et mutaf‘ila"tun (soit ⋃ - ⋃). Ces deux pieds, comme le fait remarquer l'auteur à juste titre, comptent tous deux huit ḥarf-s et sont des variantes du pied mustaf‘ila"tun, obtenues par effacement du septième ḥarf dans l'un et du second dans l'autre. Ces deux pieds n'apparaissent pas dans les formes de base des mètres poétiques inventoriés par al-Qarṭāğannī.

65 Waraqa, p. 11.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search