Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la théorie à l’usage

 | 
Bruno Paoli

Introduction

Texte intégral

1. LE VERS ARABE

  • 1 Al-Suyūṭī, Al-’itqān fi 'ulūm al-Qur’ān, éd. M. S. Hāšim, 2000, vol. 2, p. 234.

1Al-Suyūṭī, savant et érudit de la fin du xve siècle, définit cinq niveaux d'élaboration du discours (ta’līf al-kalām)1 : à la base sont les lettres de l'alphabet (ḥarf pl. ḥurūf‚ ou ḥurūf‚ al-hiğā’, afin de les distinguer des particules, également désignées par le terme ḥarf), dont la combinaison permet de former les trois catégories de mots : noms (ism pl. asmā), verbes (fi‘l pl. af‘āl) et particules (hard pl. ḥurūf ou a ahruf ; ou ḥurūf al-ma‘ānī, par opposition aux ḥurūf al-hiğā’). Puis les mots sont combinés, selon les règles de la grammaire, afin d'engendrer des phrases bien formées. Ce second niveau définit la prose ordinaire (al-naṯr ou al-manṯūr min al-kalām), dénuée d'artifices ou de contraintes formelles autres que celles imposées par la grammaire. Si le discours est soumis à des contraintes d'ordre rythmique, pourvu de "débuts" (mabādī), "césures" (maqāṭi‘), "préludes" (madāḫil) et "transitions" (maḫāriğ), et donc divisé en périodes, il est dit "organisé" (manẓūm). On parle alors de naẓm, par opposition à la prose simple (naṯr). À un quatrième niveau s'ajoute la rime (tasğī‘ ou qāfiya), qui délimite la fin de chaque période, ou verset, définissant la prose rythmée et rimée (sağ‘). Enfin, au dernier niveau, le discours est soumis au principe du mètre (wazn) : il s'agit de la poésie (ši‘r). Outre les principes de la grammaire, la poésie se plie donc aux exigences de la rime et du mètre et c'est en cela qu'elle se distingue de toutes les autres formes de discours. Comme le dit aussi Qudāma b. Ğa‘far (m.±940) :

  • 2 Qudāma b. Ğa‘far, Naqd al-šir, éd. K. Muṣṭafä, 1979 [désormais Naqd],p. 17.

« La poésie est un discours (qawl) mesuré (mawzūn), rimé (muqaffan) et exprimant un sens (ma‘nan)2. »

  • 3 Voir, par exemple, La Alfiyyah d'Ibnu-Malik (suivie de la Lāmiyyah du même auteur, avec traduction (...)
  • 4 Al-Ḫazragī, Al-qaṣīda al-ḫazrağiyya (Al-rāmiza al-šāfiya fi 'ilmay al-'arūḍ wa-l-qāfiya), éd. et t (...)

2Cette définition englobe aussi bien les grandes odes préislamiques (qaṣīda pl. qaṣā’id) qu'un certain nombre d'ouvrages d'érudition composés en vers, essentiellement techniques et descriptifs, à visée didactique et mnémotechnique plutôt qu'esthétique, comme, en grammaire, la Alfiyya (Le poème de mille vers) d'Ibn Mālik (m.1274)3 ou, dans le domaine qui est le nôtre, la Ḫazrağiyya (du nom de son auteur, [Le poème] d'al-Ḫazrağī) d'al Ḫazrağī (m.1229)4, traité de métrique composé selon le mètre ṭawīl de la théorie classique. Autrement dit, le contenu et la fonction du poème ne sont pas, dans cette optique, des caractéristiques pertinentes et définitoires de sa poéticité. Le poème peut en principe traiter de tous les sujets, y compris de grammaire ou de métrique, à condition de respecter les principes de la versification, définis par les théories du mètre (‘ilm al-qawāfī, "science de la métrique") et des rimes (‘ilm al-qawāfī [sg. qāfiya], "science des rimes"), ainsi que, comme tout discours, ceux de la grammaire (‘ilm al-naḥw wa-‘ilm al-’i‘rāb). C'est uniquement à cette condition qu'il peut être considéré comme de la poésie. Cette définition formaliste ne doit pas faire oublier la réflexion des poéticiens arabes sur la qualité de la poésie, de son "contenu" (ma‘nä) et de son "expression" (lafz). Pourtant, ici aussi, c'est à l'expression qu'une grande majorité d'auteurs accorde la prééminence. Al-‘Askarī (m.±1 005) affirme ainsi :

  • 5 Al-‘Askarī, Kitāb al-ṣinā‘atayn, éd. ‘A.M. al-Bağāwī & A. Ibrāhīm, 1952, p. 57-58.

« L'essentiel [de la poésie] ne réside pas dans l'expression d'idées (īrād al-ma‘ānī), car Arabes comme non-Arabes, villageois comme bédouins, tous en sont capables, mais bien plutôt dans l'excellence et la clarté de l'expression (ğawdat al-lafż wa-safā’ihi)[...]5. »

3Il dit aussi, plus loin dans le même ouvrage :

  • 6 AL-‘Askarī, ibid., p. 196.

« Les idées sont communes à tous les individus doués de raison, et il n'est pas rare que le commun des hommes, le Nabatéen ou l'esclave noir en expriment d'excellentes. Un homme accède à la prééminence par les mots (al-’alfāż) qu'il emploie, leur arrangement (raṣfi-hā), leur disposition (ta’līfi-hā) et leur composition (nażmi-hā)6. »

  • 7 C'est notamment la définition d'Ibn Rušd (Averroès, m. 1198), Talḫis kitāb Arisṭūṭālīs fil-ši‘r, d (...)

4Cet apparent formalisme ne doit pas non plus nous faire oublier la poétique d'inspiration aristotélicienne qui aboutit à la définition du discours poétique comme celui qui fait appel à "l'imitation" (grec mimesis ; arabe muḥākā) et à "l'imagination créatrice" (taḫyīl)7. Cette définition a notamment le mérite de distinguer la poésie proprement dite des compositions en vers dénuées de créativité (taḫyīl) et axées, au contraire, sur la représentation objective (taṣdīq) et la persuasion (iqnā‘), parmi lesquelles il faut ranger les ouvrages d'Ibn Mālik et d'al-Ḫazrağī mentionnés plus haut :

  • 8 Al-Fārābī, Maqāla fi qawānin ṣinā'at al-šu‘arā’, dans ‘A. Badawī, op. cit., p. 151. Voir aussi V. (...)

« Le discours poétique, dit al-Fārābī (m.951), est celui qui n'est ni démonstratif, ni argumentatif, ni rhétorique, ni sophistique8. »

  • 9 L'art du quatrain en poésie arabe, relativement tardif, est vraisemblablement d'inspiration persan (...)
  • 10 Voir notamment Β. de Cornulier, Art poétique. Notions et problèmes de métrique, 1995, p. 21, au su (...)
  • 11 Al-Suyūṭī, op. cit., vol. 2, p. 190. Précisons toutefois que l'affinement apporté à la définition (...)

5Quoi qu'il en soit, sous son aspect formel, la poésie arabe se caractérise essentiellement par l'application au discours des principes de la versification, mètre et rime, qui font l'unité du poème. À l'époque classique, jusqu'au développement relativement tardif de formes fixes comme le quatrain (rubā‘ī) ou le muwaššah, elle ignore toute contrainte quand à l'ordonnancement et à la disposition des vers successifs d'une même pièce9 : le poème est en quelque sorte une forme ouverte dont l'achèvement est laissé à l'entière discrétion de son auteur ou de son dépositaire ; les vers d'un poème ont tous le même mètre et la même rime et ne sont pas réunis en strophes ; leur nombre est a priori illimité. Ce qui ne veut pas pour autant dire absence de forme ou d'organisation : le traitement des thèmes et leur enchaînement répondent à un certain nombre de règles tacites auxquelles adhèrent la grande majorité des poètes. Cependant, ajoutée au principe d'indépendance du vers par rapport à ceux qui le précèdent ou le suivent, qui se traduit par le souci d'éviter l'enjambement (tadmīn), cette absence de structures strophiques ou de formes fixes rend souvent difficile, voire impossible, l'identification d'un poème en tant que tel, comme un tout achevé. Dans le cas des poèmes dont nous sont parvenues plusieurs recensions, les variantes concernant le nombre et l'ordre des vers sont souvent nombreuses de l'une à l'autre. L'unité fondamentale de la poésie arabe, serait-on tenté de dire, est le vers, délimité par l'achèvement d'un modèle métrique dont la manifestation est une pause, pause métrique et le plus souvent syntaxique et sémantique, qui est soulignée par le retour de la rime. Mais il n'en reste pas moins que le vers n'existe qu'en tant que membre d'une série et n'est identifiable comme tel qu'en vertu du rapport d'équivalence qu'il entretient obligatoirement avec les vers qui le précèdent ou qui le suivent, avec lesquels il partage le même modèle de vers et la même rime10. Al-Suyūtī complète donc la définition de Qudāma b. Ğa‘far en précisant que l'on peut appeler poésie ce qui consiste en au moins deux vers11.

2. MÉTRIQUE ARABE ET TYPOLOGIE MÉTRIQUE

  • 12 B. de Cornulier, Art poétique. Notions et problèmes de métrique, 1995, p. 14.
  • 13 J. Molino & J. Tamine Introduction à l'analyse linguistique de la poésie, 1982, vol. 1, p. 26.

6Dans son acception la plus large, la métrique se définit comme l'étude des « régularités systématiques12 », le plus souvent codées, caractérisant la poésie versifiée : la forme des vers, c'est-à-dire leur structure interne, ou mètre, et leur terminaison, ou rime ; et le groupement des vers, en strophes et, éventuellement, dans des formes fixes. Elle n'est alors ni plus ni moins que ce que d'autres appellent versification, comme Molino et Tamine, par exemple, qui la définissent comme « l'étude de tous les types de structuration du vers, qu'il s'agisse de la structure interne ou de l'arrangement des vers entre eux13 ».

7Dans une acception plus restreinte, la métrique ne désigne que la seule étude du mètre, qui fixe les principes de structuration du vers, à l'exclusion de la rime et, le plus souvent, de tout ce qui touche à l'organisation des vers entre eux. C'est à cette acception restreinte que nous nous en sommes tenus dans cette étude qui est exclusivement consacrée au mètre. En poésie arabe ancienne, l'absence de regroupement des vers autre que de simple succession, d'une part, et la rime unique, donc l'absence de schémas de rimes, d'autre part, ont, en quelque sorte, été compensées par un répertoire de modèles de vers à la fois riche et varié.

  • 14 Voir, par exemple, J. Lotz, « Metric Typology », dans T. A. Sebeok (éd.), Style in Language, 1960, (...)
  • 15 jusqu'au xviiie siècle, la métrique russe était fondée sur le seul syllabisme ; c'est alors que fu (...)
  • 16 R. Jakobson, op. cit., p. 224-225 de la traduction française.
  • 17 J. Lotz, loc. cit., p. 144-145. Citons ici B. de Cornulier, « Métrique », p. 230 : « [...] la lang (...)

8La typologie métrique distingue traditionnellement quatre catégories principales14. Le type le plus simple, illustré par le vers français classique ou le haïku japonais, repose sur le nombre syllabique seul. Autrement dit, dans ces versifications purement syllabiques, c'est le nombre de syllabes du modèle qui est constant et la distinction entre sommets et marges de syllabes qui est significative : le nombre de noyaux syllabiques est fixe mais la nature de la syllabe et de ses constituants, attaque et rime, n'est limitée que par les possibilités offertes par la langue. Outre ce type syllabique pur, il existe des versifications que l'on serait tenté de qualifier de complexes, dans la mesure où elles reposent sur l'opposition entre différents types de syllabes : les métriques accentuelles, ou, pour être exact, syllabo-accentuelles, jouent sur l'opposition entre syllabes accentuées et syllabes non accentuées, le nombre et la répartition des accents étant soumis, pour chaque modèle de vers, à des règles précises. C'est le cas, entre autres, des métriques anglaise, allemande ou russe15. Dans les versifications de type quantitatif (ou syllaboquantitatif), comme la gréco-latine et l'arabe, c'est l'opposition entre syllabes brèves (consonne +voyelle, CV) et syllabes longues (consonne +voyelle +consonne, CVC, ou consonne +voyelle longue, CVV) qui est codée. Enfin, le dernier type, propre aux langues tonales, distingue les syllabes selon le type de ton qui leur est associé. La spécificité de ce type syllabotonal, ou "tonématique", est discutée par Jakobson : selon lui, les cas où l'opposition se limite à une opposition binaire entre syllabes "toniques" et syllabes "atonales" peuvent être considérés comme des variantes du vers accentuel16. Pourtant, même si l'opposition mise en œuvre est généralement (voire universellement) binaire, le second terme n'est pas toujours défini comme l'absence de ton. Le vers chinois classique, par exemple, repose sur l'alternance entre syllabes à tons étales et syllabes à tons défléchis. Comme le dit Lotz l'alternance entre syllabes toniques et syllabes atonales est donc doublée d'une seconde alternance codée, entre tons étales et tons défléchis17.

9Dans tous les types de versification qui ne sont pas purement syllabiques, le mètre peut être défini comme un algorithme spécifiant la nature de chacune des syllabes du vers :

  • 18 R. Jakobson, op. cit., p. 229 de la traduction française.

« Loin d'être un schème théorique, abstrait, le mètre — ou, en termes plus explicites, le modèle de vers — régit la structure de chaque vers particulier — disons de chaque exemple de vers particulier. Modèle et exemple sont des concepts corrélatifs. Le modèle de vers détermine les éléments invariants des exemples de vers et fixe les limites des variations18. »

  • 19 Cette distinction proportionnée de un à deux, deux brèves valant une longue, semble remonter, dans (...)

10Prenons le cas de la métrique gréco-latine : le modèle de vers est constitué d'une succession de pieds ; dans chaque pied, certaines positions sont obligatoirement associées à une syllabe de quantité déterminée, longue ou brève, tandis que d'autres peuvent indifféremment être associées à une syllabe brève ou à une syllabe longue ou, dans d'autres cas, à une syllabe longue ou deux syllabes brèves, sur la base du décompte des mores à l'intérieur de la syllabe : une more pour une syllabe brève, deux pour une syllabe longue19.

11La métrique arabe repose sur les mêmes principes de base. Le mètre, ou modèle de vers, peut donc y être défini comme un algorithme, le commun multiple de tous les exemples de vers dérivés dudit modèle, qui indique les positions où l'on trouve systématiquement une syllabe brève ou une syllabe longue et celles qui sont indifféremment associées à une syllabe brève ou longue, ou à deux syllabes brèves en alternance avec une longue.

  • 20 S. Goldenberg, « La métrique arabe classique et la typologie métrique », Revue roumaine de linguis (...)
  • 21 G. Weil, « ‘arūḍ », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. I, p. 688-698. Nous avons ailleurs discu (...)

12Certains spécialistes ont aussi admis l'existence de types mixtes. Lotz cite le cas de l'alexandrin français qui, bien que fondamentalement purement syllabique, est soumis à la règle de la césure ; et l'hexamètre byzantin où il devint de règle que, la perception de la quantité tendant à disparaître de la langue parlée, l'avant-dernière position métrique soit associée à une syllabe oxytone. Enfin, selon Goldenberg, qui reprend la typologie de Lotz, ce serait également le cas de la métrique arabe classique où le principe quantitatif serait doublé d'un principe accentuel codé, la syllabe longue du watid étant, dans chaque pied, supposée porter un ictus métrique20. Cette idée, généralement bien admise depuis la démonstration de Weil, repose pourtant sur la confusion du mètre et du rythme, de la "détermination de vers" et de la "détermination de langue21". Cette même confusion a fait dire à certains qu'un mètre n'est jamais purement quantitatif, qu'en métrique grecque ou latine par exemple, d'autres facteurs, d'accent, de hauteur et de structure linguistique, participent du mètre. Il est clair que c'est du rythme du vers qu'ils voulaient parler, en tant que réalisation particulière du modèle métrique et lieu de l'interaction du rythme métrique et du rythme linguistique.

  • 22 I. Tynianov, Le vers lui-même : les problèmes du vers, 1977, p. 39.
  • 23 R. Saran, « Ueber Hartmann von Aue », Beitrage zur Geschichten der deutscher Sprache und Literatur (...)

13C'est probablement aux membres de l'OPOIAZ, ou formalistes russes, que l'on doit la première tentative rigoureuse d'analyse du vers comme « construction dans laquelle tous les éléments se trouvent en corrélation réciproque22 ». Selon Tynianov, ce qui fait la spécificité du vers, c'est la fonction de facteur constructif dominant qu'y assume le rythme. Autrement dit, l'ensemble de ses éléments (sonores, syntaxiques, sémantiques, etc.) est subordonné au principe du rythme. Le rythme est alors conçu comme un tout complexe, résultant de l'interaction, souvent conflictuelle, d'un certain nombre de facteurs. Un tel élargissement du concept de rythme s'inspire des travaux de l'Ohrenphilologie, et de Saran, notamment, qui repère neuf facteurs du rythme, dont le premier, le mètre, est défini comme le « concept de relations mathématiquement stables de durée dans le mouvement des sons » et « ne doit pas être confondu avec celui de rythme23 ». Le mètre est donc une composante du rythme poétique — la composante principale, selon Tynianov—, mais c'est de sa réalisation dans le vers et de sa combinaison avec les mots et avec le(s) rythme(s) linguistique(s) que naît le rythme poétique. Pour en donner une définition plus précise, il n'est pas inutile de revenir à l'article fondamental de Jakobson, « Closing statements : Linguistics and Poetics », et à sa définition de la fonction poétique :

  • 24 R. Jakobson, op. cit., p. 220 de la traduction française.

« La fonction poétique, dit-il, projette le principe d'équivalence de l'axe de la sélection sur l'axe de la combinaison24. »

14Cette définition est glosée de la manière suivante par Ruwet :

  • 25 N. Ruwet, « Musique et vision chez Paul Verlaine », Langue française, n° 49 (1981), p. 92.

« Le discours poétique se caractérise par une double structuration. D'une part, il obéit aux principes, grammaticaux, sémantiques, pragmatiques, qui régissent tout texte suivi. D'autre part, il obéit à un autre principe : la projection de rapports d'équivalence sur la séquence ; ces rapports d'équivalence opèrent aux niveaux "superficiels" (phonique, prosodique, morphologique, syntaxique de surface) de l'énoncé ; dans une tradition donnée, certains de ces rapports sont l'objet de règles obligatoires (par exemple celles qui en versification française régissent le mètre, la rime, les structures strophiques)25. »

15Le rythme poétique peut alors être défini comme une réalité perceptuelle complexe résultant de l'interaction (ou de l'intégration) dans le vers des divers rapports d'équivalence codés : mètre, rime, etc. ; et non codés : phoniques (allitérations, échos, etc.), prosodiques (intonation, intensité, accent), morphologiques, syntaxiques et sémantiques. L'opposition entre rapports d'équivalence codés et non codés coïncide avec celle du mètre, dont le retour périodique est marqué par la rime, et du rythme linguistique, qui est lui-même la résultante de différents types de parallélismes.

  • 26 Ε. Benveniste, « La notion de "rythme" dans son expression linguistique », dans E. Benveniste, Pro (...)
  • 27 Benveniste, ibid., p. 334.

16Nous devons à Benveniste un lumineux exposé sur l'étymologie et l'évolution sémantique du mot grec rythmos, dans lequel il remet en cause l'étymologie traditionnelle qui associe ce terme au mouvement des vagues26. Le rythme aurait au contraire originellement désigné une "manière particulière de fluer" et, de là, chez Démocrite notamment, la forme ou la disposition, l'arrangement caractéristique des parties dans un tout. Platon, quant à lui, l'applique à « la forme du mouvement que le corps humain accomplit dans la danse, et à la disposition des figures en lesquelles le mouvement se résout27 ». Comme le dit Benveniste :

  • 28 E. Benveniste, ibid., p. 334-335.

« C'est l'ordre dans le mouvement, le procès harmonieux des attitudes corporelles combiné avec un mètre qui s'appelle désormais rythmos. On pourra alors parler du "rythme" d'une danse, d'une démarche, d'un chant, d'une diction, d'un travail, de tout ce qui suppose une activité continue décomposée par le mètre en temps alternés28. »

  • 29 Sauvanet, « "Le" Rythme : encore une définition », dans J.-J. Wunenburger (éd.), Les rythmes : lec (...)
  • 30 Bien entendu, ces parallélismes linguistiques peuvent aussi impliquer plusieurs vers, successifs o (...)

17L'emploi du mot dans cette dernière acception trouve donc sa justification dans l'étymologie qui est la sienne, recouvrant les notions d'ordre et de mouvement : le rythme, étymologiquement, n'est autre que "l'ordre dans le mouvement", dialectique de la répétition et de la transformation, de la forme et de la métamorphose, de l'ordre et du désordre, de l'être et du devenir. S'inspirant de cette réflexion, Sauvanet propose de définir le rythme comme une "structure périodique en mouvement", ou comme la mise en mouvement d'une structure périodique29. Une telle définition s'applique de manière satisfaisante au rythme poétique tel que nous l'avons décrit jusqu'à présent. En poésie arabe, la rime, jouant le rôle d'une cadence comme en musique, marque la fin d'une période, le vers, et le début d'une autre, le vers suivant. Le mètre définit la structure interne de chaque période, alternance plus ou moins régulière de syllabes brèves et de syllabes longues. Mètre et rime permettent donc de délimiter une structure périodique, le modèle de vers, qui est commune, en principe, à tous les vers d'un poème, que celui-ci n'en compte que deux ou qu'il en compte une centaine. Cette structure est mise en mouvement par le rythme, ou la polyrythmie, de la langue, qui, basé sur des parallélismes non codés, varie plus ou moins d'un vers à l'autre30. Le rythme du vers est donc, sous son aspect formel, le mouvement créé par la dialectique vivante et constamment renouvelée du mètre et de la langue.

  • 31 Ε. G. O'Neill Jr, « The localization of Metrical Word-types in the Greek Hexameter », Yale Studies (...)
  • 32 M. Nasta, « Principes d'analyse d'une versification orale : les factures spécifiques de l'hexamètr (...)
  • 33 M. Nasta, ibid., p. 121.

18La définition formelle des concepts du mètre et du rythme poétiques qui vient d'être proposée permet aussi d'établir une distinction entre deux aspects, ou étapes, de l'analyse métrique : "métrique externe" et "métrique interne". L'opposition de ces deux termes, due à O'Neill31, est reprise par Nasta, qui les considère comme « deux strates qui assurent la perception cohérente d'une rangée de mots dans le vers32 ». La métrique externe, qui fait l'objet du présent ouvrage, consiste dans l'examen de la structure des schémas métriques, syllabiques, quantitatifs, accentuels ou tonaux suivant le type de versification considéré, sans se préoccuper du contour verbal et donc de la "réalisation" du vers, laquelle fait l'objet de l'analyse métrique interne : « l'examen de la structure rythmique des mots à l'intérieur des profils d'une versification, dit Nasta, relève du domaine de la métrique interne33 ». La métrique interne, dont il ne sera pas question ici, touche aux rapports entre l'organisation métrique du vers et son organisation linguistique à tous les niveaux, phonologique, accentuel, morphologique, syntaxique ou sémantique : elle est l'étude du rythme du vers tel qu'il a été défini plus haut.

3. GENÈSE ET DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE ARABE DU MÈTRE

  • 34 Sībawayhi, Al-kitāb, éd. ‘A.M. Hārūn, 1991, 5 vol. Cette somme sur la langue arabe est à la base d (...)

19La théorie arabe du mètre (‘ilm al-‘arūḍ), qui fixe l'inventaire des modèles de vers et de leurs variantes autorisées et les organise dans un cadre théorique rigoureux, fut vraisemblablement élaborée dans le courant du viiie siècle de l'ère chrétienne, au moment même où s'épanouissait l'enseignement de la grammaire et de la philologie et où était défini et analysé le système de la langue arabe. Cette simultanéité ne doit rien au hasard, puisque ce sont les mêmes hommes qui ont fondé ces différentes disciplines. Parmi eux, une place de choix revient à al-Ḫalīl b. Ahmad al-Farāhīdī, mort, selon les sources, en 776, 786 ou 791. Membre de l'école de Baṣra, élève de ‘Īsā b.‘Umar al-Ṭaqafī (m.766) et Abū ‘Amr b.al-‘Alā’ (m.770), il transmit son savoir à de nombreux disciples, parmi lesquels al-Asma‘ī (m.832) et, surtout, Sībawayhi (m.786, 793 ou 796), d'une part, dont le Kitāb (ou Kitāb Sībawayhi, Le livre de Sībawayhi), première grammaire systématique de l'arabe, doit beaucoup à al-Ḫalīl, qui est la personnalité dont l'avis est le plus souvent invoqué dans l'ouvrage34 ; et al-Aḫfaš al-Awsaṭ (m.±830), d'autre part, qui fut vraisemblablement le principal tansmetteur du Kitāb de Sībawayhi, et dont les deux traités de versification sont les plus anciens qui aient été conservés.

  • 35 A. ‘Afīfī (éd.), Al-manẓūma al-naḥwiyya al-mansūba ilä al-Ḫalīl b. Ahmad al-Farāhīdī, 1995. Sur ce (...)
  • 36 Al-Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī, Kitāb al-‘ayn, éd. M. al-Mahzūmī & I. al-Sāmarrā’ī, 1980-1985, 8 vo (...)
  • 37 Voir Ibn al-Nadīm, Al-Fihrist, éd. I. Ramadān, 1994 [désormais Fihrist], p. 66 ; et Ibn Ḫallikān, (...)
  • 38 Voir par exemple al-Zabīdī, Tabaqāt al-naḥwiyyîn wa-l-luġawiyyīn, éd. M.A. Ibrāhīm, 1973, p. 47-51 (...)

20Il ne semble pas qu'al-Ḫalīl ait laissé de traces écrites de son enseignement grammatical, le poème didactique qui lui fut un temps attribué à tort n'étant qu'une œuvre tardive35. Mais il est maintenant bien admis que cet ouvrage fondateur qu'est le Kitāb de Sībawayhi puise une bonne part de son inspiration dans les conceptions et opinions d'al-Ḫalīl. Il serait aussi l'auteur du premier dictionnaire de la langue arabe, le Kitāb al-‘ayn (Le livre du ‘ayn, du nom de la dix-huitième lettre de l'alphabet), qui a été partiellement conservé. L'attribution de cet ouvrage a également suscité maintes controverses36. Quant aux deux ouvrages qu'il aurait consacrés à la musique, le Kitāb al-naġam (Le livre des mélodies) et le Kitāb al-īqā‘ (Le livre du rythme), ils sont vraisemblablement perdus37. Enfin, tous les biographes tombent d'accord sur le fait qu'al-Ḫalīl fut le premier à déterminer (istaḫrağa, istanbaṭa) les principes de la métrique poétique et tous lui attribuent un Kitāb al-‘arūḍ (Le livre de la métrique)38. Mais cet ouvrage ne nous est malheureusement pas parvenu.

  • 39 Fihrist, p. 67 et suivantes ; al-Zağğāğ, Kitāb al-'arūḍ, éd. S. Abū Sitta, dans Magallat al-dirāsā (...)
  • 40 Ibn Ǧinnī, Kitāb al-'arūd, éd. A.F. al-Hīb, 1987.

21Il est un fait que notre connaissance de la culture arabe médiévale est grandement handicapée par la disparition probable d'une bonne part de la production écrite. Aucune discipline, littéraire, scientifique ou religieuse, n'échappe à cette réalité : nombre d'ouvrages, mentionnés ou cités par d'autres qui leur sont postérieurs, n'ont pas été conservés, ce qui n'est pas sans effet sur la connaissance que l'on a de ces disciplines, forcément partielle, et de leur histoire, nécessairement incertaine. C'est le cas, en particulier, du ‘ilm al-‘arūḍ dont l'élaboration doit donc probablement être située dans la seconde moitié du viiie siècle, mais qui ne nous est connue que par des ouvrages plus tardifs dont les plus anciens datent du début du ixe siècle. Si l'on s'en tient aux renseignements fournis par le Fihrist d'Ibn al Nadīm, al-Ğarmī (m.840), al-Māzinī (m.863), al-Mubarrad (m.900), al-Zağğāğ (m. 923) et Abū al-Ḥasan al-‘Arūḍī (m. 953 ou 954) auraient tous également composé un Kitāb al-‘arūḍ et un Kitāb al-qawāfī (Le livre des rimes), mais seuls deux de ces ouvrages ont été conservés, le Kitāb al-‘arūḍ des deux derniers nommés39. Abū al-Ḥasan al-‘Arūḍī fut le précepteur du calife al-Rādī (934-940) et de ses fils. Il succédait en cela à son maître, al-Zağğāğ, qui avait lui-même enseigné à al-Muqtadir, père d'al-Rādī. Al-Zağğāğ eut lui-même pour maître al-Mubarrad, lequel reçut l'enseignement d'al-Ğarmī et d'al-Māzinī, eux-même élèves d'al-Aḫfaš al-Awsaṭ. De même, Ibn Ğinnī (m. 1002), lui aussi auteur d'un Kitāb al-‘arūḍ, était l'élève d'Abū ‘Alī al-Fārisī (m. 987), lui même élève d'al-Zağğāğ, mentionné plus haut40. La chaîne de transmission virtuelle qui est ainsi reconstituée s'étend sur une période longue de plus d'un siècle et demi, soit vraisemblablement sept générations d'érudits qui, à l'exception peut-être d'Abū al-Ḥasan, étaient avant tout des grammairiens, représentants de l'école dite de Baṣra puis de celle de Bagdad qui en est l'héritière. Mais le fait que quatre des traités mentionnés doivent être considérés comme perdus rend évidemment difficile une reconstitution précise de la transmission du ‘ilm al-‘arūḍ durant ces cinq siècles.

  • 41 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989, p. 46-53.
  • 42 W. Stoetzer, « The Development of the Concept of Ziḥāf in Arabic Metrical Theory », Islao e Arabis (...)

22L'examen des traités de métrique qui nous sont parvenus permet de distinguer deux types d'approche du mètre poétique, et c'est à Stoetzer que l'on doit d'avoir le premier clairement distingué, sur la base de l'examen des ouvrages conservés, ces deux approches complémentaires de la variation en métrique : l'une théorique, ou "générative" (a theory-oriented generative approach) et l'autre pratique, ou "esthétique" (a practice-oriented aesthetic approach)41. La première, purement descriptive, fournit l'inventaire des constituants métriques et de leurs combinaisons, des modèles de vers et de leurs variantes, et définit un certain nombre de principes de bonne formation des modèles et des exemples de vers. La seconde, d'ordre esthétique, vise à évaluer les qualités et les défauts des différentes variantes inventoriées lors de l'approche descriptive, à « distinguer, dit Stoetzer, les variantes attestées dans la pratique sur la base de leur effet poétique et de leur fréquence dans les poèmes. Les variantes sont alors qualifiées de Ḥasan (bonne), sālih (acceptable) ou qabīh (mauvaise)42 ».

23Les traités "génératifs" sont de loin les plus nombreux. En fait, presque tous les ouvrages qui nous sont parvenus comportent une partie descriptive. Mais seuls quelques-uns lui adjoignent une analyse esthétique. Pour ce qui est de la partie descriptive, le plan d'exposition, l'inventaire des modèles et leur analyse interne, jusqu'aux exemples de vers cités, sont à peu de choses près toujours les mêmes d'un ouvrage à l'autre, comme nous aurons amplement l'occasion de le constater dans le deuxième chapitre.

  • 43 Al-Ahfaš al-Awsat, Kitāb al-‘arūd, éd. A.M. ‘Abd al-Dāyim ‘Abd Allāh, 1989 [désormais ‘ArūḅA] ; et (...)
  • 44 Voir Fihrist, p. 75 ; et C. Brockelmann & C. Pellat, « al-Aḫfaš », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd. (...)

24Les deux plus anciens traités de versification qui ont été conservés sont l'œuvre d'al-Aḫfaš al-Awsaṭ et traitent respectivement du mètre (Kitāb al‘arūḍ) et de la rime (Kitāb al-qawāfī)43. Al-Aḫfaš al-Awsaṭ (Abū al-Ḥasan Sa‘īd b. Mas‘ada al-Mağāši‘ī al-Balhī) était, comme je l'ai déjà signalé, le contemporain de Sībawayhi, auquel il survécut, bien qu'un peu plus âgé que lui, et il semble avoir été le seul ou le principal dépositaire de son Kitāb qu'il transmit à ses élèves, Abū ‘Umar al-Ğarmī (m.840) et Abū ‘Utmān al-Māzinī (m. 862), ainsi qu'au kūfien al-Kisā’ī (m. 805). Il enseigna également à Abū Ḥātim al-Siğistānī (m. 869) et à al-Riyāšī (m. 871). Outre ses deux traités de versification, le seul des treize ouvrages qui lui sont attribués qui ait été conservé est un Kitāb ma‘ānī l-Qur’ān (Le livre des motifs thématiques du Coran)44.

  • 45 Qawāfī, p. 9.
  • 46 Al-Sīrāfī, Ahbār al-nahwiyyīn al-basriyyīn, éd. F. Krenkow, 1936, p. 50-51 ; AL-QIFṭĪ, op. cit., v (...)
  • 47 Qawāfī, p. 40.
  • 48 Qawāfī, p. 49.
  • 49 Qawāfī, p. 83.
  • 50 Qawāfī, p. 16, 35, 49 et 109.
  • 51 Pour l'inventaire détaillé de ces citations, je renvoie à l'index des noms propres de Qawāfī, p. 1 (...)
  • 52ArūḍA, p. 136, 142, 148, 150, 152, 155 (deux fois), 159 et 164.
  • 53ArūḍA, p. 164 : « wa-qad ’ahbara-nī man ’atiqu bi-hi ‘an al-Ḫalīl ‘anna-hu qāla la-hu : [...]. »
  • 54ArūḍA, p. 136 : « fa-hāḏā ya’tī la-ka ‘alä gamī‘ mā fassara l-Ḫalīl fī taġyīr ’awwal al-kalima wa (...)

25D'après al-Zabīdī et al-Mubarrad dont l'avis est rapporté par al-Qiftī, alAhfa· aurait étudié avec al-Ḫalīl avant d'étudier avec Sībawayhi. Cette opinion est adoptée par Ḥasan, dans l'introduction du Kitāb al-qawāfī45. Mais al-Sīrāfī, al-Qiftī et al-Suyūtī sont d'un avis contraire46. L'examen des autorités dont l'opinion sur tel ou tel point particulier est mentionnée par al-Aḫfaš dans ses deux traités de versification est pourtant très significatif, témoignant d'une influence considérable, voire directe, d'al-Ḫalīl. Dans son Kitāb al-qawāfī, al-Aḫfaš cite al-Māzinī ("Abū ‘Utmān", mort en 861 ou 863, son élève), lequel rapporte trois vers du poète préislamique Sahr al-Ğayy47 ; Abū ‘Amr b. al-‘Alā’48 ; al-Mufaddal al-Habbī, auteur de l'anthologie connue sous le nom d'al-Mufaddaliyyāt (du nom de son auteur, Les [poèmes choisis] par al-Mufaddal)49 ; et le philologue de Baṣra, contemporain d'al-Ḫalīl, Yūnus b. Ḫabīb ("Abū ‘Abd al-Rahmān", m.798), à quatre reprises50. Mais c'est toutefois le nom et l'opinion d'al-Ḫalīl qui reviennent le plus souvent : il est cité pas moins de vingt et une fois51. Quant au Kitāb al-‘arūḍ, la seule autorité qui y est citée par al-Aḫfaš est al-Ḫalīl, neuf fois au total52. Dans un cas seulement, l'information est explicitement transmise par un intermédiaire : « Celui en qui j'ai confiance m'a informé qu'al-Ḫalīl lui a dit : [...]53. » L'identité de cet informateur jugé digne de confiance n'est malheureusement pas connue ; mais l'on est en droit de supposer qu'il s'agit d'un proche d'al-Ḫalīl et d'al-Aḫfaš, appartenant vraisemblablement au milieu des philologues de Baṣra à la fin du viiie siècle. Dans tous les autres passages, l'avis d'al-Ḫalīl est rapporté directement : « al-Ḫalīl disait... » ; « al-Ḫalīl affirmait... » ; « al-Ḫalīl n'autorisait pas... »54. Ce rapide examen des sources citées fournit finalement une preuve relativement solide de l'authenticité de l'ouvrage et de son attribution à al-Aḫfaš. Il confirme également l'importance du rôle joué dans l'élaboration du 'ilm al-'arūḍ par al-Ḫalīl, qui semble être, aux yeux d'al-Aḫfaš, la seule autorité en la matière.

  • 55 Ce manuscrit, daté du xive siècle, copié de la main d'Ibn Ḫatīb al-Zamlakānī (m. 1339), est conser (...)

26Le traité d'al-Aḫfaš nous est connu par un unique manuscrit, au demeurant incomplet55. La première section de l'ouvrage (chapitres I à IX, du début du manuscrit jusqu'au folio 9a) traite en grande partie de problèmes qui sont absents des traités plus tardifs, à l'exception de ceux d'al-Zağğāğ (m. 923) et d'Abū Ḥasan al-'Arūḍī (m. 953), dont il sera bientôt question, et qui font l'objet, chez les générations suivantes, de traités indépendants, ainsi la morphologie (sarf) et les licences poétiques (darūra pl. darā'ir ši'riyya). Le chapitre consacré à ces dernières est brutalement interrompu à la fin du folio 9a et le folio 9b traite du mètre wāfir, le premier du second cercle de la théorie générative. La présentation d'al-Aḫfaš respecte ensuite l'ordre traditionnel d'exposition des mètres et il est facile d'en déduire que, dans la partie perdue du manuscrit, l'auteur traitait des mètres du premier cercle (tawīl, madīd et basīt). Cette seconde section du manuscrit traite donc de métrique proprement dite, mais son contenu a de quoi surprendre. En effet, les mètres classiques et leurs variantes ne sont pas présentés de manière systématique comme dans les traités ultérieurs qui nous sont parvenus ; et, bien que l'auteur cite à plusieurs reprises l'opinion d'al-Ḫalīl, il n'est jamais fait appel explicitement au concept de cercle. Il est fort probable que la description traditionnelle de la théorie des cercles, des mètres abstraits et modèles de vers ait fait l'objet d'un développement plus ou moins long dont l'emplacement, en toute logique, aurait été entre les folios 9a et 9b, dans la partie du manuscrit qui a été perdue. La fin du traité d'al-Aḫfaš ne se veut donc pas un exposé systématique des mètres et de leurs variantes, mais plutôt une présentation des différents types de variantes (zihāfa-s) et de leur degré d'acceptabilité. L'approche privilégiée par al-Aḫfaš dans cette dernière partie (du folio 9b à la fin) est donc plus "esthétique" que "générative", pour reprendre les termes de la distinction observée par Stoetzer entre ces deux genres de discours sur la métrique. Nous y reviendrons en détail dans le troisième chapitre.

  • 56 Al-Zağğāğ, op. cit.
  • 57 Ibn ‘Abd Rabbih, Al-‘iqd al-farīd, éd. A. Amīn et alii, 1940-1953 [désormais ‘Iqd], vol. V, p. 424 (...)
  • 58Iqd, p. 261.
  • 59 Al-Šantarīnī, Al-mi‘yār fī awzān al-’aš'ār wa-l-kāfī fī ‘ilm al-qawāfī, éd. M.R. al-Dāya, 1979 [dé (...)
  • 60 Al-Zabīdī, op. cit., p. 268-269. ‘Abbās b. Firnās, surnommé ḫakīm al-Andalus (le Sage d'Andalousie (...)
  • 61 Ibn-Sa‘īd, Al-muġrib fīhulä al-Maġrib, éd. Š. Ḍayf, s. d., vol. 1, p. 333.
  • 62 Al-Maqqarī, Nafh al-ṭīb min ġusn al-Andalus al-raṭīb, éd. I. ‘Abbās 1988, vol. 3, p. 384.
  • 63 E. Lévi-Provençal, Histoire de l'Espagne musulmane, 1944, vol. 1, p. 192.
  • 64 Al-Suyūṭī, Al-muzhir fī ‘ulūm al-luga wa-anwā‘i-hā, s. d., vol. 1, p. 81.
  • 65 Al-Sahāwī, Al-daw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘, s. d., vol. 7, p. 206.

27Il faut attendre le siècle suivant pour découvrir les premiers témoins conservés de la théorie des cercles, l'approche purement générative et descriptive du 'ilm al-'arūḍ. Six traités datant du xe siècle nous sont parvenus, tous composés par des hommes de lettres ou érudits de renom. Le premier de ces six traités est l'œuvre d'al-Zağğāğ (m. 923), grammairien et lexicographe qui fit le lien entre les grammairiens de Baṣra et de Kūfa, dont al-Ğarmī et al-Māzinī, et ceux de Bagdad, parmi lesquels al-Fārisī et al-Rummānī, et auteur, entre autres, d'un Kitāb ma'ānī al-qur'ān (Le livre des motifs thématiques du Coran ) et d'un Kitāb mā yansarifu wa-mā lā yansarifu (Le livre des triptotes et des diptotes). Récemment édité par Abū Sitta, son Kitāb al-'arūḍ, qui, comme celui d'al-Aḫfaš, contient d'abord un certain nombre de chapitres d'introduction qui disparaîtront des traités ultérieurs, est le premier témoin de la présentation systématique des mètres et de leurs variantes conformément à la théorie des cercles56. Les trois ouvrages suivants présentent uniquement la théorie des cercles, ignorant totalement, comme le traité d'al-Zağğāğ, l'aspect esthétique développé par al-Aḫfaš. Le plus ancien des trois est l'œuvre d'Ibn 'Abd Rabbih, écrivain et poète andalou, né et mort à Cordoue (860-940), et qui fut l'un des poètes officiels de la cour des Marwānides. Son magistral ouvrage d'adab, Al-'iqd al-farīd (Le collier sans pareil), somme des connaissances relatives à la culture arabe, dans lequel il a inséré un grand nombre de vers de sa composition, contient une section consacrée à la métrique dont les principes sont exposés avec clarté et rigueur57 : les cinq cercles, où se répartissent quinze mètres abstraits, l'inventaire des modèles de vers dérivés de chacun de ces mètres abstraits et les variantes de chaque modèle. À tous égards, la présentation d'Ibn 'Abd Rabbih restitue l'image d'une théorie déjà parfaitement constituée et qui ne sera par la suite jamais sérieusement remise en cause. La précision et la profusion terminologiques en sont les meilleurs témoins : des cercles aux variantes de surface (zihāf), en passant par mètres et modèles, tous les éléments et tous les procédés inventoriés sont désignés par un terme technique. L'exposé d'Ibn 'Abd Rabbih est divisé en deux parties. La première s'intitule Muhtasar al-farš (Résumé de l'exposé [théorique]) ; et la seconde (Ibtidā’) al-amtāl (Les exemples). La première partie constitue un exposé (farš) théorique, une présentation d'ensemble du 'ilm al-'arūḍ. Dans la seconde partie, il inventorie les 63 modèles de vers admis par la théorie, en les illustrant chacun par un exemple (matal pl. amtāl et mitāl) constitué de quelques vers de sa composition et d'un dernier vers ancien qui s'accorde quant au sens avec ceux qui le précèdent et qui est, comme il le dit dans l'introduction, celui qu'avait lui-même cité al-Ḫalīl dans son Kitāb al-'arūḍ58. On trouve également cette division en deux parties dans le traité d'al-Santarīnī (Ibn al-Sarrāg, m. 1155), intitulé Al-mi'yār fī 'awzān al-as'ār wa-l-kāfī fī 'ilm al-qawāfī (La juste mesure des mètres poétiques et ce qu'il faut savoir sur les rimes)59. Dans la première partie du traité (al-farš), l'auteur présente le cadre général de la théorie des cercles et les unités métriques constitutives des modèles de vers. Dans la seconde (al-mitāl), les modèles de vers sont présentés un à un et illustrés par l'exemple. Les vers cités à titre d'illustration sont tous sans exception les mêmes que chez Ibn 'Abd Rabbih et, sauf cas exceptionnel, que dans tous les autres traités classiques. Il y a donc tout lieu de penser que, comme le dit l'auteur du 'Iqd al-farīd, leur choix est imputable à al-Ḫalīl lui-même. Al-Zabīdī, dans la notice qu'il consacre à al-'Abbās b. Firnās (m. 281/895), raconte aussi que l'on pouvait, à son époque en Andalousie, se procurer auprès de certains commerçants le Kitāb al-mitāl min al-'arūḍ (Le livre des exemples en métrique) d'al-Ḫalīl et que l'ouvrage était très prisé à la cour du prince 'Abd al-Rahmān II (al-Awsaṭ) de Cordoue (206/822-238/853)60. Ibn Firnās, s'en étant procuré une copie et l'ayant étudié, informa le prince qu'il faisait suite à un autre ouvrage dans lequel étaient expliqués les principes de base de la métrique et qui était, en quelque sorte, un commentaire du Kitāb al-mitāl. Le prince envoya alors Ibn Firnās au Moyen-Orient et celui-ci en rapporta un exemplaire du Kitāb al-farš. Quelle que soit la réalité de ce voyage, on sait, grâce aux auteurs d'Al-mugrib fī hulā al-Magrib qu'Ibn Firnās aurait été le premier à commenter (fakka) le Kitāb al-'arūḍ d'al-Ḫalīl en Andalousie61. On retrouve cette information chez al-Maqqarī62 ; et elle est reprise par Lévi-Provençal : « Il savait, dit-il, déchiffrer les grimoires les plus difficiles : quand un marchand rapporta en Espagne le traité de métrique de Khalil, personne ne comprit rien aux règles prosodiques et aux paradigmes de scansion qu'il contenait ; Abbas ibn Firnas se fit apporter le manuscrit qui traīnait dans un coin du palais, l'examina, le comprit et l'expliqua à un auditoire ébahi63. » On sait aussi qu'il fut l'élève de Muḥammad b. 'Abd al-Salām al- Ḫasanī (m. 907) dont on dit qu'il fit, avant 862, un voyage en Orient et qu'il introduisit en Andalousie de nombreuses sciences. Al-Suyūtī, dans le Muzhir, affirme qu'al-Ḫalīl aurait effectivement composé deux ouvrages intitulés al-Farš et al-Mitāl64. Enfin, al-Sahāwī, dans Al-daw' al-lāmi', dit aussi au sujet de Muḥammad b. Bahā' al-Dīn al-Sunqurī qu'il aurait étudié (qara'a 'alā) avec 'Abd al-Qādir b. Sa'bān, imam de la mosquée Aslam, entre autres ouvrages, Al-kāfī fī al-'arūḍ wa-l-qawāfī, Al-hazragiyya et autres ouvrages de métrique, ainsi qu'Al-farš d'al-Ḫalīl et son abrégé (muhtasaru-hu) par Ibn 'Abd Rabbih65. Tout semble donc indiquer qu'al-Ḫalīl aurait effectivement composé non pas un mais deux ouvrages sur la métrique, à moins qu'il ne s'agisse des deux parties d'un seul et même ouvrage : un Kitāb al-'arūḍ, divisé en deux parties, l'une théorique, le Kitāb al-farš (Le livre de "l'aplanissement" ou de "la facilitation"), et l'autre plus "pratique", contenant l'ensemble des soixante-trois modèles de vers acceptés illustrés par l'exemple, le Kitāb al-mitāl (Le livre des exemples). On peut cependant se demander pourquoi cette division en deux parties et ces deux titres ne se trouvent que chez des auteurs andalous, Ibn 'Abd Rabbih et al-Santarīnī, et est absente des traités "orientaux" d'al-Aḫfaš, d'al-Zağğāğ et d'Abū Ḥasan, dont il sera bientôt question. Seraient-ils les seuls à avoir lu et commenté le traité d'al-Ḫalīl ? Et les « Orientaux » auraient-ils pour leur part suivi l'enseignement et la méthode d'al-Aḫfaš qui, bien que fortement inspirés d'al-Ḫalīl, semblent s'en démarquer à bien des égards, tant dans la présentation que dans l'analyse des faits ? Ces questions, dans l'état actuel de nos connaissances, restent malheureusement sans réponse.

  • 66 Ibn ‘Abbād, Al-iqnā‘ fī l-‘arūḍ wa-taḫrīğ al-qawāfī, éd. M.H. al-Yāsīn, 1960 [désormais Iqnā‘].

28Le deuxième de ces traités est l'œuvre d'Ibn 'Abbād (m. 995), surnommé al-Sāhib, vizir et homme de lettres de l'époque būyide, qui fut notamment l'élève du grammairien Ibn Fāris (m. 1 000). Ses œuvres couvrent des domaines très variés : théologie, histoire, grammaire, lexicographie, critique littéraire et, enfin, versification, avec un ouvrage intitulé Al-iqnā' fī l-'arūḍ wa-tahrīg al-qawāfī (Ce qu'il faut savoir sur le mètre et les rimes)66. Il nous a également laissé un dīwān de poésie, incomplètement conservé, et une abondante correspondance officielle en prose rimée et rythmée (sag').

  • 67 Ibn Ǧinnī, ‘Arūḍ.

29Le troisième, enfin, simplement intitulé Kitāb al-'arūḍ wa-l-qawāfī (Le livre du mètre et des rimes), fut composé par Ibn Ginnī, considéré comme l'un des plus éminents grammairiens de son temps67. Originaire de Mossoul, mort à Bagdad en 1002, il eut pour maître le basrien Abū 'Alī al-Fārisī qu'il suivit à Alep puis au Fārs où il fut secrétaire de 'Adud al-Dawla et Samsām al-Dawla. Il fut en rapport avec le poète al-Mutanabbī dont il commenta le dīwān.

30Ces trois ouvrages traitent également de la rime. Mais au contraire du chapitre qu'Ibn 'Abd Rabbih consacre à la métrique, qui vient clore un ouvrage qui couvre tous les domaines de l'adab, les ouvrages d'Ibn Ginnī et Ibn 'Abbād sont de vrais traités de versification, dans lesquels la théorie est présentée de manière très sobre et concise.

  • 68 Al-Ǧawharī, ‘Arūḍ al-waraqa, éd. M. al-‘Alamī, 1984 [désormais Waraqa]. La plupart des sources sit (...)
  • 69 Al-Ğawharī, Tāğ al-luġa wa-ṣiḥāḥ al-‘arabiyya, éd. ‘A. ‘Attār 1956. Sur al-Ğawharī le lexicographe (...)
  • 70 Manuscrit Ahlwardt, 75892. Certains de ces vers sont notamment cités par Al-Suyūṭī, Buġya, p. 154 (...)

31À la même époque, Abū Nasr Ismā'īl al-Ğawharī, mort au début du xie siècle de l'ère chrétienne, composa lui aussi un traité de métrique, connu sous le nom de 'AAūd al-waraqa68. D'origine turque, né en Transoxiane, al-Ğawharī est surtout célèbre pour son dictionnaire inachevé, Tāg al-luga wa sihāh al-'arabiyya (La couronne de la langue arabe authentique), qui en fait l'un des plus éminents lexicographes arabes médiévaux69. Il est aussi l'auteur d'une introduction à la grammaire (Muqaddima fī al-nahw) et de vers dont certains sont cités dans les ouvrages bio-bibliographiques. Une partie de ces vers est aussi conservée dans un manuscrit qui se trouve à Berlin70. Selon Ibn Rasīq, le traité de métrique d'al-Ğawharī aurait fait autorité et mis fin aux polémiques suscitées par la théorie d'al-Ḫalīl, tout en se démarquant sensiblement du canon ḫalīlien :

  • 71 Ibn Rašīq, Kitāb al-‘umda fī maḫāsin al-ši‘r wa-ādābih, éd. M. Qarqazān, 1988 [désormais ‘Umda], v (...)

« Les gens ont composé [des ouvrages] après [al-Ḫalīl], et sont tombés en désaccord sur la valeur de leurs innovations [respectives], jusqu'à ce que l'affaire parvienne à Abū Nasr Ismā'īl b. Ḥammād al-Ğawharī, lequel clarifia et élucida les choses, en les exposant avec concision71. »

  • 72 L'ouvrage nous est actuellement connu par deux manuscrits : le premier se trouve à la bibliothèque (...)

32L'opinion d'Ibn Rasīq est d'autant plus fiable et digne de foi que celui-ci est un contemporain d'al-Ğawharī, mort comme lui au début du xie siècle. Pourtant, Ibn Rasīq, qui est le seul auteur classique à avoir présenté un aperçu des idées d'al-Ğawharī dans le domaine de la métrique, ne mentionne pas explicitement l'existence de son traité, au contraire d'un certain nombre de bio-bibliographes classiques72. Sans rejeter le cadre de la théorie classique, al-Ğawharī propose un certain nombre de solutions alternatives ou d'améliorations dont certaines, comme nous le verrons bientôt, ont joué un rôle important dans la définition de ma problématique. Les réflexions d'al-Ğawharī sur la métrique, bien qu'occultées par la notoriété qu'il s'est acquise en tant que lexicographe, sont, pour l'histoire de la métrique arabe, d'une importance considérable.

  • 73ArūḍḤ.

33Enfin, le dernier traité de cette époque qui nous est parvenu, qui est vraisemblablement l'œuvre d'Abū Ḥasan al-'Arūḍī (m. 953 ou 954), fut d'abord partiellement publié sous le nom d'al-Zağğāğī, lequel aurait effectivement, selon ses biographes, composé un traité de métrique, puis sous celui d'Abū Sa'īd al-Sīrāfī (m. 979), juge et grammairien, auteur notamment d'un commentaire du Kitāb de Sībawayhi, qui aurait composé un Kitāb san'at al-si'r (Le livre de l'art poétique), que l'éditeur du manuscrit a cru être celui qu'il avait entre les mains. Mais le traité en question traite uniquement de métrique, alors que le titre de l'ouvrage perdu d'al-Sīrāfī indique des préoccupations (l'art poétique) qui dépassent le cadre de la seule métrique. Pour la petite histoire, il faut savoir que c'est le même éditeur qui, ayant pris conscience de sa méprise, a réédité le texte en l'attribuant à Abū Ḥasan et en le faisant précéder d'une introduction dans laquelle il s'explique de son erreur et de ce qui l'a amené à reconsidérer le problème de l'attribution de ce Kitāb al-'arūḍ. Ses nouvelles conclusions sont bien plus convaincantes et l'on peut considérer la ré-attribution proposée comme fort plausible73.

34Ce traité est sans conteste le plus complet de tous ceux qui nous sont parvenus, le seul à présenter de manière aussi détaillée à la fois l'approche générative et l'approche esthétique. En ce qui concerne cette dernière, les termes employés et les jugements émis sont à peu de choses près les mêmes que ceux d'al-Aḫfaš, à tel point que la filiation indirecte entre ces deux ouvrages paraît évidente. De même, l'introduction des deux traités comporte les mêmes chapitres, en partie ordonnés différemment, comme nous le verrons en détail dans notre troisième chapitre. Mais celui d'Abū al-Ḥasan comporte toute la présentation de la théorie des cercles qui est absente de chez al-Aḫfaš.

  • 74 Al-Tibrīzī, Al-kāfī fī al-‘arūḍ wa-l-qawāfī, éd. H. ‘Abd Allāh, 1966 [désormais Kāfī] ; et Al-wāfī (...)
  • 75 Abû Tammām, Dīwān al-ḥamāsa bi sarh al-Tibrīzī éd. M.‘A. ‘Izām, 1951-1957, 3 vol. [désormais Ḥamās (...)

35Ce traité ne connut pas le sort qu'il méritait. C'est au contraire un ouvrage plus tardif qui fait jusqu'à nos jours figure de classique en la matière, publié tantôt sous le titre de Kitāb al-kāfī fī al-'arūḍ wa-l-qawāfī (Ce qu'il faut savoir sur le mètre et les rimes) et tantôt sous celui de Kitāb al-wāfī fī l-'arūḍ wa-l-qawāfī (Tout sur le mètre et les rimes)74. Il est l'œuvre d'al- Ḫaṭīb al-Tibrīzī, né en 1030 à Tabrīz et mort en 1109 à Bagdad, et qui eut pour maîtres, excusez du peu, Abū al-'Alā' al-Ma'arrī, 'Abd al-Qāhir al-Gurgānī, al-Ḫaṭīb al-Bagdādī, et les deux cadis Abū al-Tayyib Tāhir b. 'Abd Allāh al-fiabarī et Abū Ḥasan al-Tanūhī. À Bagdad, il exerça les fonctions de cadi et de bibliothécaire de la Nizāmiyya, poste auquel lui succéda son disciple al-Gawāliqī. Outre son traité de versification, il est l'auteur de célèbres commentaires de la Hamāsa d'Abū Tammām, des Mufaddaliyyāt, des Mu'allaqāt, et de la Bānat Su'ādde Ka'b b. Zuhayr75.

  • 76 Al-Šantarīnī, Mi‘yār.

36Les traités postérieurs n'apportent rien de nouveau à ce qui a déjà été dit, se contentant de reproduire, jusqu'aux exemples cités, le contenu des traités plus anciens. C'est le cas d'Al-mi'yār fī 'awzān al-aš‘ār wa-l-kāfī fī 'ilm al-qawāfī (La juste mesure des mètres poétiques et ce qu'il faut savoir sur les rimes) d'al-Santarīnī (Ibn al-Sarrāg, m. 1155), qui eut pour maîtres Ibn Abī al-'Àfiya, Ibn al-Ahdar et Abū al-Qāsim al-Naftī76. Originaire de Séville, il vécut successivement en Egypte et au Yémen. Reconnu comme grammairien et critique, il est notamment l'auteur, outre son traité de métrique, d'un résumé du Kitāb al-'umda d'Ibn Rasīq, vraisemblablement perdu. Son traité de métrique présente la théorie des cercles, en adjoignant à la présentation de chaque mètre quelques brèves considérations d'ordre esthétique.

  • 77 Al-Zamaḫšarī, Al-qusṭās al-mustaqīm fī ‘ilm al-'arūḍ, éd. B.B. al-Ḥasanī, 1969 ; et Al-kaššāf ‘an (...)
  • 78 Al-Zamaḫšarī, Al-mufaṣṣal fī ṣan‘at al-i‘rāb, éd. R.B. Ya‘qūb, 1999 ; Ibn Ya‘īš, Šarh al-mufaṣṣal, (...)

37C'est le cas, aussi, d'Al-qustās al-mustaqīm fī 'ilm al-'arūḍ (La juste mesure de la science du mètre) d'al-Zamaḫšarī, né et mort dans sa province du Ḫwārizm (1075-1144), théologien mu'tazilite et philologue de renom, qui est surtout connu pour être l'auteur d'un important commentaire du Coran, Al-kaššāf 'an haqā'iq al-tanzīl (L'éclaircissement du sens de la révélation), qui fit lui-même l'objet d'un grand nombre de commentaires ou de résumés77. Outre son traité de métrique, il est également l'auteur, entre autres, d'un ouvrage de grammaire intitulé Al-mufassal (L'exposé détaillé), dont on connaît surtout le célèbre commentaire d'Ibn Ya'īš, Šarh al-mufassal (Commentaire de l'exposé détaillé), d'un dictionnaire (Asās al-balāga, Les fondements de l'éloquence), de recueils de proverbes, de maximes, d'allocutions morales et de vers78.

  • 79 Al-Qartāğannī, Minhāğ al-bulagā’ wa-sirāğ al-udabā’, éd. M.H. Ibn al-Ḫūğa, 1966 [désormais Minhāg]
  • 80 Minhāğ, p. 226-286.
  • 81 Son dīwān a fait l'objet de deux éditions, celle de ‘U. al-Ka''āk, “1964 ; et celle de M.H. Belkho (...)

38Au xiiie siècle, Ḥāzim al-Qarṭāğannī composa un monumental ouvrage de poétique, Minhāg al-bulagā' wa-sirāğ al-udabā' (La voie des éloquents et la lumière des lettrés), dont seule une partie nous est parvenue79. Par bonheur, le long chapitre consacré à la métrique, entre autres, a été conservé80 Al-Qarṭāğannī, né à Carthagène en 1211 et mort à Tunis en 1285, était poète et rhétoricien81. Tout comme al-Ğawharī, al-Qarṭāğannī ne remet pas en cause le cadre général de la théorie des cercles. Seuls l'inventaire des pieds, l'analyse et l'organisation des modèles de vers font l'objet de modifications substantielles que nous aurons l'occasion d'examiner en détail dans le premier chapitre.

  • 82 ‘U.R. Kaḥḥāla, Mu‘ğam al-mu’allifīn, 1957, vol. VI, p. 111.
  • 83 Voir références supra, p. 16, note 4. Au sujet des commentaires de ce poème didactique, voir C. Br (...)

39Enfin, deux auteurs de cette même époque s'illustrèrent en composant des traités versifiés. Le premier est al-Ḫazrağī, qui, selon Kaḥḥāla, serait mort en 122982. Il nous est uniquement connu par son traité de versification, Al-rāmiza al-šāfiya fī 'ilmay al-'arūḍ wa-l-qāfiya (littéralement, Celle qui fait signe et qui guérit dans les sciences du mètre et de la rime), communément appelé Al-qaṣīda al-ḥazrağiyya (Le poème d'al-Ḫazrağī), qui a fait l'objet d'un grand nombre de commentaires, d'autant plus utiles que ce traité, composé de quatre-vingt-seize vers de mètre tawīl, est très synthétique et fait usage d'abréviations qui en rendent souvent le sens obscur83.

  • 84 Ibn al-Hāğib, Kitāb al-maqṣad al-ğalīl fī ‘ilm al-Ḫalīl, dans G. W. Freytag, Darstellung der arabi (...)

40Le second est Ibn al-Hāğib, dont l'ouvrage s'intitule Al-maqsad al-ğalīl fī 'ilm al-Ḫalīl (Les [plus] hauts desseins de [dans] la science d'al-Ḫalīl)84. Spécialiste du fiqh (droit musulman) et grammairien, né en Egypte durant le dernier quart du xiie siècle et mort à Alexandrie en 1249, il reçut l'enseignement d'al-Sātibī et de Muḥammad al - aznawī, avant de se rendre à Damas, probablement en 1220, où il enseigna à la zāwiya mālikite de la grande mosquée.

41Ces deux traités, qui sont avant tout destinés à être appris par cœur et dont la fonction première est donc mnémotechnique, sont d'un abord difficile. Le fait qu'ils soient composés en vers en rend la présentation très synthétique et l'exposé à tout le moins hermétique, ce qui explique en partie pourquoi la Ḫazrağiyya, notamment, a fait l'objet de si nombreux commentaires. Mais, pour ce qui est du contenu, ils sont en tous points semblables aux traités composés par les auteurs des générations précédentes, présentant de la manière la plus fidèle qui soit la théorie des cercles et l'inventaire des mètres et des variantes classiques.

  • 85 Édité et traduit en anglais par W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 162-1 (...)

42Il faut ajouter à cet inventaire, pour finir, l'important petit traité d'Ibn Barrī (m. 1330 ou 1331), intitulé Šarh al-ġumūd min masā'il al-'arūḍ (Explication des obscurités de la métrique)85. L'auteur, né et mort à Tāza, fut chargé de la correspondance du gouvernement de cette ville. Spécialiste des sciences coraniques, il est l'auteur d'une urğūza (poème en rağaz) de 242 vers sur la lecture (qirā'a) de Nāfi' qui est très en vogue en Afrique du Nord. Son traité de métrique, court et concis, est exclusivement consacré à l'appréciation "esthétique" des différents processus de zihāfa. Son approche, comme nous le verrons dans le troisième chapitre, diffère totalement de celle d'al-Aḫfaš et d'Abū Ḥasan : émettant des jugements absolus plutôt que relatifs, elle est basée sur une hiérarchie à trois niveaux, distinguant ce qui est "correct" (ḥasan), ce qui est "acceptable" (sālih) et ce qui est "laid" (qabīh).

  • 86 ‘A. al-Rādī, Šarḥ tuḥfat al-Ḫalīl fīl-‘arūḍ wa-l-qawāfī, 1968 [désormais Tuḥfa].

43Tous les traités mentionnés dans cette présentation ont été utilisés à des degrés divers au cours de cette recherche. Les traités de métrique "générative" plus tardifs n'ont été consultés que dans la mesure où il s'agissait de s'assurer qu'ils ne contenaient pas d'originalité par rapport à la théorie d'al-Ḫalīl. Un seul de ces ouvrages a été utilisé de manière régulière, en raison de sa clarté et de son exhaustivité. Il s'agit du Šarh tuḥfat al-Ḫalīl fī l-'arrūd wa-l-qawāfī (Commentaire du chef-d'œuvre d'al-Ḫalīl sur le mètre et les rimes), commentaire de 'Abd al-Hamīd al-Rādī d'une urğūza sur le mètre et la rime composée par Muḥammad Ḥusayn al-Qazwīnī al-Kayšawān (m. 193 7)86.

44Les auteurs présentés et leurs œuvres ne constituent que la seule face apparente de l'histoire de la métrique. Comme je l'ai déjà souligné, nombre d'ouvrages sont perdus, à commencer par ceux d'al-Ḫalīl, d'al-Ğarmī, d'al-Māzinī et d'al-Mubarrad que j'ai déjà mentionnés.

  • 87 Fihrist, p. 94. Al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī est surtout connu pour l'anthologie poétique, connue sous le (...)

45D'autres que ceux-là auraient également, si l'on en croit les biobibliographes médiévaux, composé des traités de métrique eux aussi perdus. C'est le cas du kūfien al-Mufaḍḍdal al-Dabbī (m. 786), contemporain d'al-Ḫalīl, qui aurait, selon Ibn al-Nadīm, composé un Kitāb al-'arūḍ87. Un autre homme de Kūfa, Barzah b. Muḥammad al-'Arūḍī ("le métricien") aurait, lui aussi, dans un ouvrage consacré à la métrique, réfuté la théorie d'al-Ḫalīl. Cet ouvrage, également perdu, s'intitulait Kitāb al-naqd 'alä l-Ḫalīl wa-taglītu-hu fī al-'arūḍ (Critique d'al-Ḫalīl et de ses erreurs en matière de métrique) ; selon Yāqūt, Barzaḫ aurait composé deux autres ouvrages de métrique, Kitāb ma'ānī l-'arrūd 'alä ḥarf al-mu'ğam (qui pourrait être une sorte de Dictionnaire encyclopédique de la métrique) et Kitāb al-awsaṭ fī l-'arūḍ (Le livre intermédiaire sur la métrique). Ce que dit Yāqūt de la critique de Barzah est extrêmement instructif :

  • 88 Yāqūt, Iršād al-arībilä ma‘rifat al-adīb, éd. D.S. Margoliouth, 1909-1931, vol. II, p. 366-367.

« [Il aurait], dit-il, composé un ouvrage de métrique dans lequel il réfute la théorie d'al-Ḫalīl ; les cercles, les noms [alqāb] et les 'ilal que celui-ci attribue aux tribus arabes y sont invalidés et considérés comme mensongers88. »

  • 89 À ce sujet, voir infra, ch. IV.

46Si la théorie d'al-Ḫalīl, au gré de conditions favorables, s'est finalement imposée aux générations suivantes comme la théorie de la métrique arabe, un certain nombre de passages tirés d'ouvrages médiévaux incite en effet à penser qu'elle n'en a pas moins suscité critiques et controverses. Il y a par exemple tout lieu de croire que la terminologie, et donc probablement la nomenclature (notamment les appellations des différents mètres), a été en grande partie élaborée par al-Ḫalīl lui-même, recouvrant sûrement une terminologie orale plus ancienne89. Et il existe, épars dans la littérature arabe, quelques rares témoignages tendant à remettre en cause l'apparent consensus et laissant à penser que l'adoption (ou le succès final) du système ḫalīlien ne s'est pas faite sans discussions ni contestations, ce que semble encore confirmer le passage ci-dessous, tiré du Kitāb al-bayān wa-l-tabyīn (Le livre de la clarté du discours et de l'épiphanie du sens) d'al-Ğāhiz (m. 869) :

  • 90 Al-Ǧāhīẓ, Kitāb al-bayān wa-l-tabyīn, éd. ‘A. M. Hārūn, s. d., vol. II, p. 139 [désormais Bayān] ; (...)

« Ainsi, al-Ḫalīl a donné aux mesures du qaṣīd et aux courts rağaz des appellations et des noms sous lesquels les Arabes ne se trouvaient point avoir connu ces mètres ('a'ārīd) et ces mesures. C'est ainsi qu'al-Ḫalīl a parlé des mètres tawīl basīt, madīd, wāfir, kāmil, etc., ainsi que des watid et des sabab, de l'élision (ḫarm), des catalexes internes (ziḥāf). Les Arabes avaient toutefois mentionné dans leurs vers les termes sinād, iqwā’, ikfā’ mais non le terme flā'. Et ils ont parlé du qasīd, du rağaz, du sag' et des discours, ont mentionné les lettres du rawīet de la rime et ont employé les termes de bayt (vers) et de misrā‘(hémistiche)90. »

47C'est encore le cas de ce témoignage tiré du Murūğ al-dahab (Les prairies d'or) d'al-Mas'ūdī. L'auteur y évoque l'ouvrage qu'aurait composé le secrétaire Abū l-'Abbās 'Abd Allāh b. Muḥammad al-Nāšī al-Anbārī (m. 906), et dans lequel il soumettait la théorie d'al-Ḫalīl à une critique radicale et sans concessions. La présentation qu'il en fait, malheureusement trop succincte, reste très générale :

  • 91 Al-Mas‘ūdī, Murūg al-dahab, éd. et trad. française Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, 1861 (...)

« Le secrétaire Abū al-‘Abbās al-Nāsī, dit al-Mas‘ūdī, a composé contre al-Ḫalīl b. Ahmad un livre sur la prosodie, où il traite des diverses questions dans lesquelles Ḫalīl, sortant du système primitif des Arabes pour suivre ses vues personnelles et les arguments nécessaires à sa discussion, est arrivé à un résultat qui prouve contre lui-même et détruit ses propres assertions91. »

48Ces informations sont maigres et, même si cet ouvrage est bien attesté par différentes sources, rien n'est dit des raisons des désaccords et de la nature des divergences de vue. Il n'est bien sûr pas exclu qu'un manuscrit de l'un ou l'autre de ces traités perdus soit un jour découvert au fond d'une bibliothèque lointaine ou secrète. Mais il faut bien admettre qu'en l'état actuel de nos connaissances l'histoire des théories du mètre comporte encore bien des zones d'ombre.

4. DE LA THÉORIE À L'USAGE : POUR UNE ANALYSE DE CORPUS

  • 92Umda, vol. I, p. 269.

49C'est à l'analyse métrique externe de la poésie arabe ancienne qu'est consacré cet ouvrage. Le projet en est né à la lecture du paragraphe qu'Ibn Rašīq consacre au traité d'al-Ğawharī92. D'après Ibn Rašīq, ce dernier analysait le mètre dénommé ḫafīf comme un mètre composé, combinant un pied de rağaz (x x [⋃ – ], où x est une position variable associée, dans le vers, tantôt à une syllabe longue, tantôt à une syllabe brève ; et [⋃ - ], un watid magmū‘, groupe stable de deux syllabes, l'une brève et la seconde, longue) intercalé entre deux pieds de ramal (x [⋃ –] x). Cette possibilité, exploitée par al-Ğawharī, semblait reposer, a priori, sur l'ambiguïté inhérente au pied mustaf‘ilun, qui est analysable, selon les modèles de vers où il apparaît, soit comme x x [⋃ –], soit comme x [–⋃] x, avec le groupe stable (un watid mafrūq, image inverse du watid mağmū‘, soit une syllabe longue suivie d'une syllabe brève) intercalé entre les deux positions variables, ainsi que c'est le cas pour le pied médian du ḫafīf selon l'analyse classique :

50analyse classique : x [⋃ -] x # x [-⋃] x # x [⋃ -] x

51analyse d'al-Ğawharī : x [⋃ -] x # x x [⋃ -] # x [⋃ -] x

52Aussi se pouvait-il que la réanalyse proposée par al-Ğawharī ne fût que la mise en œuvre, de manière purement abstraite, d'une potentialité de la théorie. Mais il se pouvait aussi qu'elle résultât, au contraire, de l'observation des vers à sa disposition et de la constatation que, outre les deux syllabes du watid mafrūq du modèle classique, la dernière position de ce pied médian, elle non plus, n'est pas sujette à variation, étant systématiquement réalisée longue. Autrement dit, considérant le watid comme l'élément stable du pied, ce qui semblait bien être l'intention des métriciens arabes, et supposant qu'al-Ğawharī avait cette propriété du watid à l'esprit, je me trouvais devant deux analyses concurrentes, lesquelles étaient soit contradictoires, soit complémentaires. La lecture des vers composés selon le mètre ḫafīf par les poètes anciens confirma rapidement la seconde possibilité, montrant du même coup que les deux modèles proposés pour ce mètre ne rendaient compte chacun que d'une moitié de la réalité ou, plutôt, qu'ils autorisaient tous deux des variations théoriques non attestées dans le corpus. Mieux encore, l'analyse métrique de ces mêmes vers permit d'observer que, dans les deux autres pieds du ḫafīf, comme dans le pied médian, seule la première position métrique est une position variable. Et l'examen des autres modèles de vers de la théorie classique tels qu'ils étaient employés par les poètes aboutit à des observations similaires, permettant des généralisations massives et révélant une organisation métrique bien différente de celle que nous livrent les traités classiques.

53Cet ouvrage a donc pour principal objectif de confronter la théorie classique du mètre à la pratique des poètes anciens, de fournir une description systématique des modèles métriques employés par des poètes ayant tous vécu bien avant l'élaboration de la théorie et de réviser ou modifier la théorie en conséquence, si nécessaire, là où elle ne paraît pas donner une description adéquate de la réalité.

54Mon premier souci a été de constituer un corpus de textes poétiques étendu et représentatif de la pratique poétique, ou de l'usage. L'analyse dont les résultats sont présentés dans le second chapitre a porté sur les vers et poèmes attribués à cent poètes anciens, soit, pour ainsi dire, tous ceux dont il reste de l'œuvre une portion significative (au moins une cinquantaine de vers, ce qui, pour les poètes de cette période, n'est pas négligeable, et jusqu'à deux mille cinq cents pour les poètes dont l'œuvre a été la plus prolifique ou la mieux conservée). Tous ont vécu avant l'avènement de la dynastie omeyyade (en 661) ou, pour les plus tardifs d'entre eux, jusque dans les deux premières décennies de cette dynastie (± 680). Certains sont donc préislamiques (ğāhiliyyūn), l'existence des plus anciens remontant probablement à la seconde moitié du ve siècle de l'ère chrétienne, tandis que les autres ont aussi connu l'islam (muḫadramūn). Le corpus ainsi délimité représente un ensemble de 4 593 pièces et fragments (ces derniers pouvant être réduits à un vers ou un hémistiche isolé), soit 38 723 vers.

  • 93 Certains emploient indifféremment le terme "classique" (M. Zwettler The Oral Tradition of Classica (...)

55La période considérée s'étend donc sur près de deux siècles, de la fin du ve siècle de l'ère chrétienne aux trois quarts du VIIe environ. J'ai qualifié d'"anciens" les poètes de cette époque pour les distinguer de ceux des périodes ultérieures et, notamment, de ces poètes de cour d'époque abbasside que l'on peut plus proprement qualifier de "classiques"93. La distinction des deux termes souligne l'idée d'une évolution irréversible de la tradition poétique, liée aux changements socioculturels du monde musulman, et de l'existence de différences importantes entre la pratique de l'art poétique chez les poètes préislamiques ou des premiers temps de l'islam d'une part, et chez les poètes "abbassides" d'autre part.

56Le début de ce que j'appelerai la période "historique" de la poésie arabe, celle dont nous connaissons un certain nombre de poètes par un nombre de vers significatif et par des données biographiques relativement solides, ne remonte guère au-delà des dernières décennies du ve siècle de l'ère chrétienne, soit environ un siècle et demi avant l'avènement de l'islam. C'est à cette époque qu'a vraisemblablement vécu le poète Muhalhil, de la tribu de Taglib, considéré par certains auteurs médiévaux comme le fondateur de la grande qaṣīda, et qui participa à l'interminable guerre de Basūs qui opposa les siens à la tribu de Bakr dont sont membres les poètes Sa‘d b. Mālik, son fils Muraqqiš al-Akbar et ses petits-fils Muraqqiš al-Asġar et 'Amr b. Qamī’a, neveux (et non pas fils) du précédent. C'est également à cette époque qu'aurait vécu Abū Du'ād al-Iyādī, poète citadin d'al-Ḥīra, la capitale du petit état laḫmide, où il fut l'écuyer ou le connétable du roi al-Munḏir III (503-554). Certains des poètes tribaux mentionnés précédemment semblent aussi avoir fréquenté plus ou moins assidûment la cour des rois d'al-Ḥīra, ce dont témoigne un certain nombre de panégyriques qui leur sont dédiés. Tous ces poètes ont légué à la postérité un nombre non négligeable de poèmes longs et de nombreux fragments ou vers isolés, matière suffisante, semble-t-il, pour se faire une idée correcte de la tradition poétique arabe de cette époque.

  • 94 Ces vers ont été réunis par ‘A. al-Furaygāt, Al-šu‘arā’ al-ğāhiliyyūn al-awā’il, 1994 [désormais A (...)
  • 95 Cette inscription, découverte en Syrie du Sud, est l'une des plus anciennes inscriptions arabes co (...)
  • 96 Al-Ṭabarī, Tārīḫ al-’umam wa-l-mulūk, s. éd., s. d., vol. I, p. 622.
  • 97 Al-Ṭabarī, ibid., p. 613-614. Voir aussi al-Marzubānī, Mu'ğam al-šu'arā', éd. ‘A. A. Farrāğ, s. d. (...)
  • 98 Al-Ṭabarī, op. cit., vol. I, p. 615.
  • 99 Leur caractère apocryphe est particulièrement flagrant dans le cas de certains vers d'inspiration (...)

57Avant cela, les témoins d'une activité poétique, éparpillés dans les ouvrages des érudits musulmans, sont limités à quelques vers et courts fragments qui, pour les plus anciens, sont attribués à des personnages ayant vécu au iiie siècle94. C'est le cas de deux vers attribués au premier roi laḫmide d'al-Ḥīra, 'Amr b. 'Adī (qui aurait régné entre 275 et 300), auxquels répondent deux vers d'un certain ‘Amr b. ‘Abd al-Ginn, vraisemblablement le père de l'Imru’ al-Qays de l'inscription d'al-Namāra, datée de 32895. Ces quatre vers, rapportés par al-Ṭiabarī, sont écrits dans une langue tout à fait classique et leur mètre est un ṭawīl parfait96. Le même auteur cite également une pièce de onze vers attribuée à Ğadīma al-Abraš, oncle maternel de ‘Amr b. ‘Adī, qui est composée selon le mètre madīd extrêmement rare à l'époque ancienne, jusqu'à la fin du viie siècle au moins, et dont la rime (-tu / -ti) est également peu courante97. D'autres vers, attribués au même personnage et relatifs à sa rencontre avec la reine de Palmyre, sont d'une authenticité plus que douteuse98. Ces vers, ainsi que tous ceux, réunis par al-Furayğāt, qui sont censés dater des iiie et ive siècles, incitent à la plus grande méfiance. Leur attribution suppose qu'ils ont été transmis oralement durant quatre à cinq siècles, ce qui est considérable, d'autant qu'il s'agit le plus souvent de vers de circonstance sans grand génie. Pourtant, tous sont composés dans une langue et suivant des mètres parfaitement classiques, conformes à ceux qu'emploient les poètes des vie et viie siècles. Il paraît donc fort probable que la plupart d'entre eux, s'ils n'ont pas tout simplement été forgés par les auteurs musulmans pour étayer la relation d'événements historiques, ont au moins été retouchés pour être mis au goût du jour et en conformité avec les canons classiques99. Quoi qu'il en soit, ces quelques témoignages, aussi anciens soient-ils, ne nous disent rien de la genèse de la poésie arabe. En effet, les fragments transmis, s'ils sont authentiques, nous révèlent une tradition poétique déjà proche de sa forme "achevée". Laissant de côté ces premiers témoignages quasi anecdotiques, nous ne retiendrons donc que la poésie attribuée à des poètes censés avoir vécu à partir de la seconde moitié du ve siècle, laquelle nous est parvenue dans de meilleures conditions et dans des proportions significatives.

58Quant à la date de 670 qui marque la fin de la période considérée, elle correspond à peu près au début de la dynastie omeyyade (661). Cette délimitation est due à Blachère, qui justifie ainsi de son bien-fondé :

  • 100 Histoire, vol. I, p. 83.

« Ce n'est guère qu'une quarantaine d'années après la mort de Mahomet, donc en gros vers 50 / 670, dit-il, que la prédication du Coran et les modifications subies par le monde arabe exerceront une influence réelle et sensible sur la production littéraire. C'est donc vers cette date qu'il convient de fixer le terme d'une période où la poésie et la prose se développent, dans le domaine arabe, sous le minimum d'influences étrangères. »100

  • 101 Voir par exemple C. Pellat, Langue et littérature arabes, 1952. Après avoir souligné que la « [... (...)

59Par ce choix, il s'inscrit en faux contre la distinction classique qu'établit la tradition arabe entre poètes préislamiques, poètes muhadram-s, c'est-à-dire ayant vécu à la fois la fin de la période préislamique et les débuts de l'ère islamique (ṣadr al-islām), et poètes musulmans. En effet, une telle délimitation repose uniquement sur des critères d'ordre historique et événementiel qui n'ont que peu à voir avec l'histoire littéraire. Ce défaut vaut d'ailleurs aussi pour l'histoire de la littérature arabe ultérieure dont la périodisation est le plus souvent fonction d'événements dynastiques et historiques. C'est ainsi que l'on entend parler de "poètes abbassides", ce qui, au fond, n'a pas grande signification, tant la période abbasside est étendue dans le temps, depuis 750 jusqu'à la prise de Bagdad par les Mongols en 1258, et tant est importante l'évolution de la tradition littéraire durant ces cinq siècles ; sans parler des tendances propres à chaque région de la vaste aire musulmane. Il faut donc chasser l'impression d'uniformité que véhicule ce type d'appellation101.

60Pour la période qui nous occupe ici, il ne semble donc pas que l'avènement de l'islam ait eu des répercussions immédiates sur la production littéraire. Il n'y a pas de rupture entre la poésie préislamique et celle des premières décennies de l'islam : les poètes parlent la même langue, emploient les mêmes techniques et traitent des mêmes thèmes. Pour ne prendre qu'un exemple, celui du panégyrique, les principes de son fonctionnement restent fondamentalement les mêmes, qu'il soit dédié à un souverain laḫmide, à un héros tribal ou à l'une des personnalités de l'islam naissant, et il en va également ainsi des autres genres pratiqués. Comme le dit par exemple Nallino :

  • 102 C.-A. Nallino, La littérature arabe des origines à l'époque de la dynastie umayyade, trad. françai (...)

« Les Bédouins, à l'époque préislamique, ne faisaient pas de razzias et ne combattaient pas sans que leurs poètes récitassent des vers pour invectiver l'ennemi, glorifier les exploits de la tribu, pleurer les tués et faire le récit des événements. Les poètes musulmans et païens du premier āge islamique suivirent cette même voie dans la louange, l'élégie et l'invective. Les poètes païens attaquaient Mahomet et ses partisans avec des satires et des injures, et les poètes musulmans le vengeaient en répondant aux païens102. »

61Ce n'est donc qu'environ un demi-siècle après l'Hégire que l'influence de l'islam, d'après Blachère, commence à se faire réellement sentir :

  • 103 R. Blachère, « " Moments" tournants dans la littérature arabe », p. 146.

« Pour ce qui touche les faits littéraires, dit-il, le "moment" culminant se situe aux environs de 50 H. / 670 J.-C. Alors s'éteint en effet la génération qui a édifié le nouvel empire sur les vestiges de la domination byzantine et iranienne en des provinces où l'arabisme s'était déjà manifesté bien avant la prédication de l'Islam. Ce qui toutefois caractérise ce "moment" est le rôle déterminant joué par Coufa et Bassora, deux métropoles nées de la conquête où les grands Nomades d'Arabie centrale et orientale se concentrent pour leur marche triomphale vers l'Est et le Nord. Ces deux cités, ranimant la tradition de Ḥῑra, leur voisine déchue, à l'orée du Désert, assurent à la création intellectuelle et surtout poétique un éclat et un essor inconnus jusqu'alors103. »

  • 104 104. Histoire, vol. III, p. 457.
  • 105 Il n'dst bien sûr pas question de considérer comme négligeable le développement de la vie urbaine (...)

62La période qui s'étend de 670 à 725 est donc essentiellement marquée par « l'importance grandissante prise par la vie urbaine dans l'évolution des mœurs, des modes de pensée et, partant, dans la création littéraire104 », non seulement à Baṣra et Kūfa, mais aussi à Médine, La Mecque et Damas ; et par le brassage ethnique qui se produit dans ces centres urbains105. Mais l'"arabicité", modes de vie et de pensée liés à la tradition bédouine, reste cependant une valeur primordiale et conserve tout son prestige, à tel point que les éléments non arabes eux-mêmes, dans leur souci d'arabisation, atteignent souvent à un degré de connaissance de la culture arabe très élevé. Nombre d'entre eux seront appelés à jouer un rôle prépondérant dans tous les domaines de la science et du savoir. Par ailleurs, malgré le développement de l'usage de la notation graphique, sous l'impulsion des centres iraqiens de Kūfa et Baṣra notamment, la poésie continue d'être composée, dans son immense majorité, par voie orale, sans recours à l'écrit. L'analyse de la poésie arabe ancienne devra donc, à terme, et malgré les changements qui commencent à se faire sentir vers 670, prendre en compte l'ensemble de la production poétique antérieure à la recension méthodique des œuvres transmises, production qui peut être, sous réserve d'authenticité, globalement considérée comme orale.

  • 106 J.-E. Bencheikh, Poétique arabe, 1989 (1re éd. 1975), préface, p. II.

63À partir de cette époque, deux faits majeurs ont commencé à jouer un rôle capital dans l'évolution de la poésie et à exercer une influence de plus en plus visible sur la production littéraire : le développement de la notation écrite, d'une part, dont l'influence sur la composition poétique reste à déterminer avec précision ; et celui des sciences grammaticale, philologique et poétique, d'autre part, ainsi que la recension définitive de la poésie ancienne qui en est concomitante et qui paraît marquer la fin d'une période de l'histoire littéraire et de l'"aventure poétique". Comme le dit Bencheikh, « le savant arabe des ier et iie siècles se poste aux confins d'une oralité à laquelle il entend mettre un terme106 ». La poésie ancienne, après avoir été soigneusement choisie et corrigée, est érigée en un modèle que les poètes contemporains ou ultérieurs ont pour devoir de perpétuer et d'imiter. Le rôle de censeur et de législateur joué par les érudits médiévaux apparaît donc primordial. Ce qui ne veut pas dire que les poètes se soient nécessairement conformés aux modèles et principes poétiques ainsi définis. J'insiste cependant sur la part d'arbitraire qui préside à toute périodisation, quelles qu'en soient les justifications. C'est ce que souligne par exemple Nallino :

  • 107 C.-A. Nallino, op. cit., p. 32.

« Dans la littérature [...], dit-il, les changements se produisent insensiblement ; les formes anciennes se mêlent longtemps aux nouvelles et, après une longue période d'équilibre, la forme nouvelle prend peu à peu le pas sur l'ancienne. Pour ce qui concerne la littérature arabe, par exemple, parmi les poésies de la Jāhiliyya on trouve quelquefois un ghazal qui ressemble à celui dans lequel excella 'Umar ibn Abī Rabī‘ a après le milieu du ier siècle ; au iie siècle, le hijā’ semble hésitant entre sa voie ancienne qui s'adaptait aux conditions des Arabes bédouins et la nouvelle voie qui convenait à la situation des sédentaires. Al-Mutanabbī (m. en 354 = 965) quand, dans quelques-uns de ses poèmes, il revendique la valeur guerrière et Ibn Mu‘tazz (m. en 296 = 908) quand il s'abîme dans une sorte de vantardise, suivent les traces des anciens, mais sont, malgré cela, des poètes modernes qui ne se différencient pas de leurs contemporains dans la louange, le ghazal, la description. Comment est-il donc possible qu'une année déterminée soit une limite véritable, naturelle, entre deux périodes de l'histoire de la littérature107 ? »

64La délimitation d'une période est donc aussi en grande partie guidée par des préoccupations pratiques : le corpus de textes se doit de n'être ni trop restreint, si l'on veut en déduire des généralisations valables, ni trop étendu, si l'on souhaite que l'analyse ne demeure pas trop superficielle. Bien entendu, il sera nécessaire, par la suite, d'étendre cette analyse à la poésie composée à l'époque omeyyade et à l'époque abbasside.

  • 108 Voir G. Lazard, Les premiers poètes persans, 1964.

65Il reste à dire un mot de la question des influences étrangères soulevée par Blachère. Selon lui, ces influences restent minimes durant la période considérée. Il faut bien dire que les moyens d'en juger sont très réduits. Prenons le cas de l'Iran : la littérature préislamique en a été très mal conservée et les textes pehlevis qui nous sont parvenus posent de sérieux problèmes de lecture et d'interprétation. Quant aux deux premiers siècles de l'Hégire, les témoins de la vie littéraire en sont quasi inexistants. Un long trou noir sépare la période moyen-perse des plus anciens spécimens de la poésie persane classique attestés et conservés qui datent de la seconde moitié du ixe siècle108. Il semble pourtant que l'hypothèse d'influences iraniennes sur la poésie arabe avant l'islam, directe ou indirecte, par l'intermédiaire du royaume laḫmide d'al-Ḥīra notamment, soit fort plausible, bien que difficile à évaluer clairement, encore moins à prouver solidement. Seul le manque d'informations permet donc à Blachère d'en minimiser l'importance. Mais il est évident que l'avènement de l'islam a eu des conséquences considérables et, surtout, plus visibles et lisibles : sous l'influence conjointe des processus d'islamisation et d'arabisation, poésie persane et poésie arabe connaissent des développements similaires sous bon nombre d'aspects et s'influencent réciproquement sans qu'il soit possible, dans bien des cas, d'accorder la précédence à l'une plutôt qu'à l'autre. À bien des égards, c'est d'une "tradition arabo-persane" qu'il faudrait parler à l'époque abbasside, à tel point que seule l'étude conjointe de la poésie en langue arabe et en langue persane semble permettre d'espérer parvenir à une meilleure compréhension des mécanismes et des ressorts de l'histoire littéraire de cette période.

5. DE L'ORAL À L'ÉCRIT : TRANSMISSION ET RECENSION DE LA POÉSIE ANCIENNE

  • 109 Palmyréniens et Nabatéens employèrent dans leurs inscriptions, entre le ier siècle avant l'ère chr (...)
  • 110 Découverte en 1973 au Yémen, cette inscription comporte vingt-sept lignes plutôt, courtes, sensibl (...)
  • 111 Voir B. Paoli, Métrique arabe ancienne, 1997, vol. 1, p. 82-93.

66Il semble bien qu'à l'époque qui nous intéresse, et même très longtemps avant l'islam, l'usage de l'écriture était de longue date familier aux Arabes comme aux autres peuples de la région, comme en témoignent les inscriptions sudarabiques, nabatéennes et palmyréniennes, celles de Qaryat al-Faw ou, plus tard, la stèle d'al-Namāra109. Mais son emploi était probablement limité à certains usages spécifiques — dédicaces, stèles commémoratives et funéraires, contrats ou pactes, relations diplomatiques, etc. —, la littérature n'étant pour sa part qu'exceptionnellement mise par écrit : pour ce qui concerne la péninsule arabique, la fameuse hymne versifiée de Qāniya, datée du ier siècle de l'ère chrétienne, constitue à ce jour la seule exception connue110. Une telle situation n'est pas unique en son genre : mentionnons, entre autres cas similaires, ceux des Touareg, des peuples teutoniques à l'époque des runes, ou encore de l'Irlande au temps d'Ogham. Il ne fait donc guère de doute que la pratique poétique des Arabes avant l'islam était une pratique purement orale. Aux preuves historiques et transhistoriques s'ajoutent des faits de fond et de forme, un répertoire fini de thèmes traditionnels et de motifs et clichés stéréotypés commun à tous les poètes, l'usage de formules, au sens défini par Parry et Lord, qui sont généralement considérés comme caractéristiques des poésies orales111.

67La poésie ancienne a été transmise oralement durant un à trois siècles jusqu'à sa fixation définitive par écrit, par les philologues et grammairiens de Baṣra, Kūfa et Bagdad, du milieu du viiie siècle jusqu'à la fin du ixe. Il est possible de distinguer schématiquement dans cet intervalle trois grandes périodes.

68La première couvre approximativement la seconde moitié du viie siècle. En effet, à partir de 650 environ, la constitution de l'État musulman devient rapidement la source de querelles politico-religieuses et de conflits intertribaux, lesquels suscitent un regain d'intérêt pour les généalogies tribales : un grand nombre de fragments poétiques faisant allusion à l'origine des confédérations, des tribus et des clans est rassemblé. Par ailleurs, chaque tribu s'efforce de retrouver ses titres de gloire (mafāhir) en même temps que ce qui est susceptible de déshonorer les tribus rivales (maṯālib). Il y a tout lieu de penser que cette première phase de la recension reste purement orale. Durant cette période, les principaux dépositaires de la mémoire collective du groupe restent les poètes de tribu dont le prestige demeure indéniable. Dans le contexte de luttes et de rivalités entre tribus, clans ou factions précédemment décrit, ce sont eux qui font l'éloge des leurs, de leur généalogie illustre, de leurs vertus et de leurs victoires, et qui ridiculisent les tribus rivales en peignant leur lâcheté ou leur peu d'hospitalité.

  • 112 Si la tradition la mieux admise fait remonter aux décennies ayant suivi la mort du Prophète la pre (...)

69Dans un second temps, à partir du début du viiie siècle, l'usage de la notation écrite se développe. Mais bien que, dès cette époque, la constitution de recueils de poésie soit effectivement attestée, la notation demeure très imparfaite : c'est la scriptio defectiva, qui a aussi été source de tant de divergences de lecture dans le cas du Coran112. Par ailleurs, durant cette même période, apparaissent dans les villes d'Iraq, Baṣra et Kūfa, des transmetteurs professionnels (rāwiya pl. rawāyā), spécialistes de la collecte de vers anciens, tels Ḥammād et Ḥalaf al-Aḥmar. Le premier, Ḥammād al-Rāwiya, Ibn Abī Laylā, fils d'affranchis d'origine iranienne, est né en Iraq vers 694-695 ou en 713 et mort à Kūfa en 772. Il eut pour "élèves" al-Haytam b. 'Adī, qui était son rāwī, Ḥalaf al-Aḥmar et al-Asma'ī. On lui doit notamment la recension des Mu‘allaqāt et certains érudits de l'époque se réfèrent à son "livre" (kitāb), ce qui laisse supposer qu'il aurait consigné par écrit un certain nombre de poèmes anciens. Le second, Ḥalaf b. Hayyān al-Aḥmar, Abū Muḥriz, né vers 733 et mort en 796, est lui aussi un affranchi, originaire du Farġāna et client des Banū Abī Burda. Il aurait été l'élève, à Baṣra, de ‘Īsā b. 'Umar et Abū 'Amr b. al-‘Alā’ et aurait été le dépositaire des poésies recensées par Ḥammād. Son enseignement fut recueilli par al-Asma‘ī et Abū Zayd al-Anṣārī notamment. Il aurait, selon certains, composé des ouvrages d'exégèse coranique et de philologie. On lui attribue notamment un Kitāb gibāl al-‘arab, contenant des vers où sont mentionnées montagnes et éminences de l'aire géographique arabe, et ses propres compositions poétiques auraient été réunies dans un dīwān transmis par Abū Nuwās.

70Enfin, du milieu du viiie siècle jusqu'au début du xe, le développement, à Kūfa et Baṣra, des sciences grammaticale et philologique, motivé en premier lieu par la volonté de comprendre, expliquer et réciter correctement le Coran et la Tradition, incite les érudits à procéder à la recension méthodique des œuvres poétiques :

  • 113 J. E. Bencheikh, op. cit., p. 3.

« Les disciplines qui touchent au langage, comme le dit Bencheikh, font l'objet d'une attention tout à fait remarquable et se voient chargées d'une mission décisive, celle de mettre au point un instrument linguistique capable de répondre aux besoins des sciences fondamentales. [Et] la production poétique réunie par les philologues est considérée comme le corpus par excellence devant servir à l'élaboration des connaissances linguistiques. La poésie est tenue comme une pratique capable de légitimer l'usage qu'on veut établir d'une langue arabe unifiée113. »

71L'objectif premier de cette recension, philologique, est cependant rapidement doublé de préoccupations proprement esthétiques et littéraires, permettant l'élaboration d'un discours critique et d'une poétique.

  • 114 R. Drory, « The Abbasid Construction of the Jahiliyya : Cultural Authority in the Making », Studia (...)
  • 115 R. Drory, ibid., p. 36.
  • 116 Sur Bašāma b. al-Ġadīr, Aws b. Hağar, Zuhayr b. Abī Sulmä, al-Ḥutay’a, Ka‘b b. Zuhayr et Hudba b. (...)

72Trois groupes sociaux ont donc contribué à la conservation, à la transmission et à la recension de la poésie ancienne : les poètes, les transmetteurs et les philologues. Comme l'a bien montré Drory, ces trois groupes ont successivement été amenés à y jouer un rôle prépondérant, les poètes dans la première période, les transmetteurs dans la seconde, et les philologues dans la dernière114. Bien sûr, cette vision très schématique des choses doit être nuancée : « Une lecture attentive des témoignages (essentiellement anecdotiques) sur la transmission de la poésie ancienne [...] révèle un processus historique conflictuel entre les trois groupes plutôt que de succession harmonieuse115. » Par ailleurs, la distinction entre "poètes" (šā‘ir pl. šu‘arā’) et "transmetteurs bédouins" (rāwī pl. ruwāt) ne paraît guère significative, les deux fonctions se confondant le plus souvent. Autrement dit, tout poète est en premier lieu transmetteur, condition requise par son apprentissage. L'existence du rāwī a toujours joué un rôle essentiel dans la conservation de la poésie préislamique. À un poète étaient généralement attachés un ou plusieurs de ces rāwīs dont la tâche était de mémoriser les vers que le poète composait, improvisait ou déclamait. Mais il n'était donc pas rare que le rāwī devienne, à son tour, un poète de renom. Nous avons ainsi des exemples portant sur plusieurs générations de poètes. Le plus frappant est celui-ci : Zuhayr b. Abī Sulmä fut le transmetteur de Aws b. Ḥaġar et de Bašāma b. al-Ġadīr ; lui-même eut pour transmetteurs al-Hutay’a et son propre fils, Ka‘b ; Hudba b. al-Ḫašram fut le transmetteur des deux précédents et eut pour transmetteur Ğamīl ; enfin, la poésie de Ğamīl fut transmise par Kuṯayyir116. Cette chaîne de transmission, qui s'étend sur plus de deux siècles, ne contient que des poètes reconnus, voire célèbres, ce qui est plutôt exceptionnel.

  • 117 Selon R. Blachère, « cette norme serait représentée par l'ensemble des parlers en usage dans une z (...)
  • 118 Histoire, vol. II, p. 248-249. J'ai moi-même procédé à l'inventaire de ce qui subsiste des vers at (...)

73Les informateurs bédouins des hommes de Baṣra et Kūfa sont donc le plus souvent eux-même poètes, et ces poètes bédouins, au contact de la ville et des citadins lettrés, deviennent des "informateurs". Ils s'arrogent donc le droit de réviser, corriger, compléter ou agrémenter de vers de leur cru les poésies anciennes dont ils sont les dépositaires. De ces personnages, nous ne savons le plus souvent que peu de choses. Ils sont rarement désignés nominativement, mais le plus souvent comme transmetteurs de telle ou telle tribu (ruwāt fiayy, ruwāt Tamīm, ruwāt Kalb, etc.), ou simplement comme transmetteurs des Arabes (ruwāt al-‘arab) ou parlant une langue pure, correcte (fusahā' al-'arab). Avec le développement des sciences philologiques, cette dernière appellation viendra à s'appliquer préférentiellement à certains groupes tribaux, Tamīm, Kilāb et Asad notamment, censés être les dépositaires du "parler idéal117". La définition d'une telle norme linguistique a sûrement eu une influence sur la recension de la poésie ancienne. La collecte de vers ayant pour premier objectif d'étayer ou de discuter des points de grammaire et des problèmes de langue, la poésie attribuée à des membres de ces tribus au parler correct fut probablement mieux préservée que celle de tribus n'appartenant pas à l'aire délimitée, comme les Kalb et les Qudā‘a au nord, dont les vestiges littéraires sont très réduits118. Ceci n'exclut pas d'autres facteurs plus ou moins aléatoires comme celui de la proximité géographique des groupes tribaux par rapport aux centres urbains de Kūfa et Baṣra où les philologues étaient basés. Comme le dit Blachère :

  • 119 Histoire, vol. I, p. 83.

« Par leur proximité des centres iraqiens, par l'importance des colonies tamîmites et bakrites, dans ces centres, l'attention des érudits et des "logographes" n'a pu manquer de se porter de préférence sur les œuvres en vers colportées ou forgées dans ces groupes représentant par ailleurs les vrais détenteurs de la norme linguistique119 »

  • 120 Voir C. Pellat, « Lahn al-‘āmma », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. IV, p. 609-614. La plupar (...)
  • 121 Voir notamment R. Montagne, « Contes poétiques bédouins recueillis chez les Šammar de Ğezīré », Bu (...)
  • 122 Voir, par exemple S. A. Sowayan, « The prosodic relationship of nabatī poetry to classical arabic (...)

74Comme je l'ai déjà signalé, c'est au tournant du viiie siècle que commencent à se faire sentir de réels signes de "changement" dans la pratique de la poésie et dans la fonction du poète. Les métropoles iraqiennes de Baṣra et Kūfa, ainsi que les cités de la Péninsule, attirent nombre de poètes qui s'y fixent et se retrouvent souvent en contact avec les classes dominantes et dirigeantes, si ce n'est mêlés à des conflits politiques locaux. Nous assistons donc à l'émergence d'une tradition poétique citadine spécifique et d'une classe de poètes citadins, lettrés, qui, de plus en plus coupés du monde nomade, ne sont généralement pas reconnus comme les dépositaires de la tradition poétique ancienne. Le rôle de l'informateur est de préférence confié à un poète bédouin demeuré attaché à son milieu et à sa tribu, dont la transmission est considérée comme plus fiable ou plus authentique. L'émergence d'une poésie citadine n'exclut donc pas, dans un premier temps, l'existence parallèle d'une tradition nomade plus ancienne. Mais les philologues et érudits médiévaux, lorsqu'ils eurent accompli la tâche qu'ils s'étaient fixée, de définition de la norme grammaticale, de recension de la littérature ancienne et d'exégèse coranique notamment, se désintéressèrent presque totalement de la poésie bédouine, relayée, dans la civilisation musulmane, par la poésie citadine en pleine effervescence, à Baṣra, Kūfa, La Mecque, Bagdad, Damas, etc. Les sources littéraires arabes classiques, tout comme les ouvrages modernes consacrés à la littérature arabe, donnent donc visiblement de cette dernière, de son histoire et de son évolution, une image fausse ou inexacte. Durant les siècles qui ont suivi la recension définitive de la poésie ancienne, la poésie cultivée dans les milieux citadins, fortement influencée par la vulgarisation de l'usage de l'écriture et par l'essor de la poétique classique, comme en attestent les infinis développements du badī‘, a presque totalement occulté une tradition propre au milieu nomade, encore vivante actuellement et ayant connu, à l'ombre de la poésie classique officielle, une évolution qui lui est propre. N'étant ni consignée par écrit ni même appréciée des citadins, elle tombe peu à peu dans l'oubli. Les auteurs arabes ignorent presque totalement toutes les formes de poésie populaire, dont la langue ne serait pas classique, si ce n'est pour relever dans la langue de la ‘āmma ("le commun des gens") ce qui est jugé incorrect, non conforme à la norme linguistique définie par la tradition grammaticale. Ces écarts ont fait l'objet de maints ouvrages, consacrés à ce qu'il est d'usage de nommer le laḥn al-‘āmma ("les fautes de langues que fait le commun des gens")120. Mis à part quelques rares témoins d'une poésie dialectale, le plus souvent citadine d'ailleurs, ce n'est donc qu'à partir de la fin du xixe siècle, à l'initiative de voyageurs et orientalistes européens essentiellement, que refait lentement surface la tradition orale propre au milieu nomade121. Depuis quelques années, les recensions, enregistrements et éditions de cette littérature se sont multipliés, qui tous confirment la remarquable continuité "transhistorique" qui existe entre la poésie arabe ancienne et la poésie orale cultivée actuellement par les bédouins de la péninsule arabique122.

  • 123 Voir, notamment, le cas de la fameuse Lāmiyyat al-‘arab, attribuée au poète al-Šanfarä, que les ph (...)

75Le vrai changement opéré par l'essor des cités musulmanes, pour ce qui concerne la conservation et la transmission de la poésie ancienne, réside finalement dans l'émergence de "transmetteurs professionnels" (rāwiya), qui vont constituer, en quelque sorte, un groupe intermédiaire entre les informateurs bédouins et les philologues et donc un relais important dans la transmission. Ils se distinguent en effet des transmetteurs ordinaires, bédouins pour la plupart, par le fait qu'ils sont citadins. La collecte et la mémorisation de la poésie et de la tradition narrative deviennent, avec eux, une activité à part entière, un métier. Mais, préoccupés qu'ils étaient de mémoriser et transmettre le plus grand nombre de vers possible, ils n'ont, semble-t-il, pas fait preuve de beaucoup d'esprit critique au cours de leur collecte. Leurs informateurs bédouins sont inconnus et eux-mêmes n'ont pas laissé d'ouvrages. De plus, ils étaient souvent également poètes et les érudits des générations suivantes les ont soupçonnés d'avoir intégré leurs propres vers ou compositions aux œuvres anciennes qui leur étaient transmises123.

  • 124 Voir notamment R. Blachère, « Les savants iraqiens et leurs informateurs bédouins aux iie-ive sièc (...)

76Bien qu'ils disposent des nombreuses données qui leur ont été rapportées par les rāwiya-s, les philologues procèdent donc eux-mêmes à des enquêtes auprès d'informateurs bédouins, soit qu'ils se déplacent eux-mêmes dans les tribus, soit que leurs informateurs soient de passage dans les villes. Leurs informations sont fréquemment recueillies par écrit et des recoupements permettent d'éliminer des données ou poèmes suspects. Mais la méthode reste soumise aux conditions extérieures et le choix est souvent difficile à comprendre124. Ils sont d'ailleurs en grande partie tributaires des données qui leur ont été transmises par les rāwiya-s, dont ils avaient toutes les raisons de se défier. Leur travail n'a finalement pas permis d'aboutir à des réponses claires aux problèmes de l'authenticité et de l'attribution. De plus, le rigorisme religieux et le purisme linguistique les ont probablement poussés à des retouches ou à des éliminations, dans des proportions qui restent toutefois difficiles à évaluer.

6. ÉTAT DE L'ŒUVRE DES POÈTES ANCIENS

77Suivant la façon dont leurs œuvres nous sont aujourd'hui accessibles, les cent poètes retenus peuvent être répartis en deux catégories.

78La première catégorie regroupe ceux dont les vers ont été compilés dans un ou plusieurs dīwān-s à l'époque médiévale et dont le manuscrit de l'un d'entre eux, au moins, nous est parvenu. C'est le cas de quarante-trois des cent poètes du corpus. Ces dīwān-s sont l'œuvre de plusieurs générations d'érudits médiévaux qui, pour la plupart, furent également (ou d'abord) philologues.

  • 125 Fihrist, p. 93 et 191-193.
  • 126 Al-asma‘ī, Al-asma'iyyāt, éd. A.M. Šākir & 'A. Hārūn, 1967 [désormais Asma'iyyāt].
  • 127 Fihrist, p. 78-79.

79C'est à deux élèves d'Abū ‘Amr b. al-‘Alā’ (m. 770), considéré comme le fondateur de l'école grammaticale de Baṣra, que l'on doit les premières recensions méthodiques et critiques de la poésie ancienne à grande échelle. Le premier, Abū ‘Amr al-Šaybānī, originaire d'Iran et client des Banū Šaybān, mort vers 828 à Kūfa, fut le maître de Ṭa‘lab et d'Ibn al-Sikkīt notamment. Également grammairien et traditionniste, il fit de longs séjours en tribu pour y recueillir la poésie. Il aurait, dit-on, recensé la poésie de pas moins de quatre-vingts tribus ! Tous ces ouvrages sont malheureusement perdus. Parmi les poètes de la période qui nous occupe, il aurait recensé les dīwān-s de ‘Amr b. Ma‘dīkarib, Durayd b. al-Ṣimma, Ḥumayd b. Ṭawr, Labīd, Mutammim b. Nuwayra, al-Nu‘mān b. Bašīr, al-A‘šā al-Kabīr, al-Ḥutay’a, Ibn Muqbil, Imru’ al-Qays, dont seuls les trois derniers nous sont parvenus125. Le second, al-Asma'ī, mort en 828 lui aussi, était "lecteur" du Coran, grammairien et transmetteur et mena des enquêtes en milieu bédouin. Bien qu'il ait été influencé par les "grands transmetteurs", Ḥammād et Ḥalaf al-Aḥmar, dont j'ai signalé le manque de probité, on lui reconnaît généralement un sens critique remarquable. Les retouches qu'il fait subir à certains vers et les lectures qu'il en propose sont pourtant parfois douteuses ou discutables. Il est l'auteur d'un grand nombre de monographies sur des sujets très divers et, surtout, d'une anthologie poétique connue sous le titre d'al-Asma‘iyyāt ([Les poèmes choisis] d'al-Asma‘ī)126. Ses recensions d'œuvres poétiques sont souvent la principale source des collections définitives établies par Ibn Ḥabīb, al-Tūsī, Ibn al-Sikkīt et al-Sukkarī. Il aurait notamment recensé la poésie d'al-A'šä Bāhila, Bišr b. Abī Ḫāzim, Durayd b. al-Ṣimma, Ḥumayd b. Ṯawr, Labīd, Muhalhil, al-Namir b. Tawlab, recensions qui ne nous sont pas parvenues, contrairement à celles des œuvres d'Ibn Muqbil, Imru’ al-Qays, al-Mutalammis, al-Šammāḫ, Zuhayr b. Abī Sulmä et al-Nābiġa al-Ḏubyānī127.

  • 128 Fihrist, p. 94-95.

80Des générations suivantes, nous retiendrons essentiellement cinq noms, ceux d'Ibn al-A‘rābī, Ibn Ḥabīb, al-Ṭūsī, Ibn al-Sikkīt et al-Sukkarī. Le premier, Ibn al-A‘rābī, mort vers 846 à Kūfa, était le fils d'un esclave originaire du Sind et le client d'al-‘Abbās b. Muḥammad b. ‘Alī al-Hāšimī. Élève, entre autres, d'al-Kisā’ī et d'al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī, dont il transmit l'anthologie connue sous le nom d al-Mufaddaliyyāt, il enseigna lui-même son savoir à Ṯa‘lab et Ibn al-Sikkīt. Des nombreux ouvrages qu'il aurait composés, seuls quelques-uns nous sont parvenus : Kitāb al-fādil fī l-adab (Le livre du meilleur de l'adab, recueil d'élégies), Kitāb al-bi'r (Le livre du puits), Kitāb asmā’ hayl al-‘arab wa-fursāni-hā (Le livre des noms des chevaux et des cavaliers arabes). Il aurait recensé la poésie de Mutammim b. Nuwayra, al-Namir b. Tawlab, al-Nu‘mān b. Bašīr, al-Šammāḫ et ‘Adī b. Zayd128.

  • 129 Fihrist, p. 136-137

81Le second, Ibn Ḥabīb, généalogiste et philologue, mort vers 860, fut l'élève de Quṭrub, Ibn al-A‘rābī et Abū ‘Ubayda. Des nombreux ouvrages que lui attribue Ibn al-Nadīm, seul un traité consacré aux noms de tribus (Kitāb al-qabā'il al-kabīr, Le grand livre des tribus) nous est parvenu. Il a recensé la poésie d'Imru’ al-Qays et de Labīd, ainsi que de poètes plus tardifs comme al-Farazdaq, Ḏū al-Rumma ou Ğirān al-‘Awd129.

  • 130 Fihrist, p. 96-97.

82Le troisième, al-Ṭūsī, mort vers 864, élève d'Ibn al-A‘rābī notamment, fut surtout célèbre comme transmetteur de la poésie ancienne. Aucun ouvrage sous son nom n'a été conservé. Il aurait compilé les dīwān-s d'al-‘Abbās b. Mirdās, al-A‘šä al-Kabīr et Zuhayr b. Abī Sulmä, désormais perdus ; et ceux d'al-Huflay’a, Labīd et Ibn Muqbil qui nous sont parvenus130.

  • 131 Fihrist, p. 98-99.

83Le quatrième, Ibn al-Sikkīt, originaire du Ḫuzistān mais né à Bagdad et mort vers 860, fut le précepteur des enfants du calife al-Mutawakkil, al-Mu‘tazz et al-Mu’ayyad. Élève d'Abū ‘Amr al-Šaybānī, al-Farrā’ et Ibn al-A‘rābī, il mena des enquêtes en milieu bédouin et se consacra essentiellement à la poésie et à la lexicographie. Outre ses recensions d'œuvres poétiques, un certain nombre de ses ouvrages nous sont parvenus, dont le Kitāb islāh al-manṭiq (Le livre de la correction du discours), un Kitāb al-alfāz (Le livre des mots), un Kitāb al-qalb wa-l-ibdāl (Le livre de la métathèse et de la substitution) et un Kitāb al-addād (Le livre des énantiosèmes, mots ayant deux sens opposés). Selon Ibn al-Nadīm, il aurait compilé les dīwān-s d'Imru’ al-Qays, al-Nābiġa al-Ḏubyānī, al-Nābiġa al-Ğa'dī, Labīd, Ibn Muqbil, al-A’šä al-Kabīr, Bišr b. Abī Ḫāzim, al-Ḥutay’a et Tarafa, ainsi que de certains poètes modernes comme Abū Nuwās131.

  • 132 Fihrist, p. 106-107 et 192-193.
  • 133 Al-Sukkarī, Šarḥ aš‘ār al-Hudaliyyīn, éd. M. Abū al-Wafā, 1965, 3 vol. [désormais Hudaliyyīn].

84Mais c'est essentiellement au cinquième, al-Sukkarī, mort à Baṣra en 888, élève d'al-Riyāšī (lui-même élève d'al-Asma‘ī), de Muḥammad b. Ḥabīb et d'Abū Ḥātim al-Siğistānī, que nous devons la recension définitive de la plus grande part de la poésie ancienne. Al-Sukkarī se consacra en effet presque exclusivement à la recension de cette poésie. Ibn al-Nadīm dresse une liste impressionnante des dīwān-s constitués par ses soins, dont seule une infime partie nous est parvenue. C'est le cas, parmi les poètes de notre période, de l'œuvre d'al-Ḥādira, Ḥassān b. Ṭābit, al-Ḥuṭay'a, Imru’ al-Qays, Ka‘b b. Zuhayr, al-Nābiġa al-Ḏubyānī, Qays b. al-Ḫaṭīm, al-Šammāḫ et Zuhayr b. Abī Sulmä132. Outre ces dīwān-s individuels, on lui attribue aussi de nombreux recueils réunissant les poèmes attribués aux poètes d'une même tribu. Une seule de ces "anthologies tribales" nous est parvenue, celle de la tribu des Huḏayl133.

85Les recensions établies par les érudits des générations suivantes n'ajoutent le plus souvent que peu de choses à celles d'al-Sukkarī. Certaines d'entre elles sont cependant extrêmement précieuses, dans la mesure où elles sont les seules qui nous sont parvenues. C'est le cas de la recension par Ta‘lab (m. 904) du dīwānd'al-A‘šä al-Kabīr ; ou de celle du dīwān de ‘Abīd b. al-Abras par Ibn al-Šağarī (m. 1148).

  • 134 B. Paoli, Métrique arabe ancienne, 1997, vol. 3, p. 111-219.

86La seconde catégorie regroupe les poètes dont nous ne possédons pas de dīwān ancien, soit cinquante-sept des cent poètes du corpus ; ou dont le manuscrit du dīwān, mentionné par tel ou tel ouvrage bio-bibliographique, est perdu et dont les vers dont nous disposons, à présent éparpillés dans divers ouvrages de la littérature classique, ont été réunis et édités à une date récente, depuis la fin du xixe siècle. La nature des ouvrages dans lesquels ces vers sont cités est extrêmement variée. Ils touchent en effet à presque tous les domaines de la culture arabe. Il s'agit donc non seulement d'ouvrages ayant trait directement à la poésie (anthologies, recueils de ṭabaqāt, ouvrages de poétique au sens large), à la littérature (ouvrages d'adab, recueils de proverbes et d'histoires) et à la langue (ouvrages de grammaire et de lexicographie, traités d'i‘ğāz, dictionnaires) ; mais aussi d'ouvrages traitant d'histoire, de géographie ou de généalogie (nasab pl. ansāb). J'ai moi-même procédé à la collection des vers attribués à dix des poètes qui figurent dans le corpus. Ces vers et leurs variantes, qui figurent dans la deuxième annexe de ma thèse de troisième cycle, sont tirés de cent neuf ouvrages classiques. L'œuvre de ces dix poètes fera ultérieurement, je l'espère, l'objet de monographies indépendantes134.

  • 135 Voir références supra, p. 59, note 126.
  • 136 Voir références supra, p. 61, note 133.
  • 137 Al-Qurašī, Gamharat ’aš‘ār al-‘arab fī al-ğāhiliyya wa al-islām, éd. M.‘A. al-Hāšimī, 1986, 2 vol. (...)
  • 138 Al-Ahfaš al-Asġar, Kitāb al-iḫtiyārayn, éd. F. Qabāwah, 1974 [désormais Iḫtiyār]. L'auteur de cett (...)
  • 139 Ibn al-Anbārī, Šarḥ al-qaṣā'id al-sab‘ al-ṭiwāl al-ğāhiliyyāt, éd. 'A.M. Hārūn, 1964 [désormais Mu (...)
  • 140 Ibn Maymūn, Muntahā al-ṭalab min aš'ār al-‘arab, éd. fac-similé F. Sezgin, 1986-1993, 3 vol. [déso (...)
  • 141 Abū Tammām, Dīwān al-ḥamāsa bi šarh al-Marzūqī, éd. A. Amīn & ‘A. Hàrūn, 1991, 2 vol. [désormais H (...)
  • 142 Abū al-Farāğ al-Isfahānī, Kitāb al-agānī, éd. S. Ğābir & ‘A. A. Muhannā, 1992, 27 vol. [désormais (...)

87Parmi toutes les sources consultées, aussi variées soient-elles, il faut toutefois accorder une importance particulière aux ouvrages de type anthologique qui, contrairement aux autres espèces d'ouvrages mentionnés, citent le plus souvent des poèmes apparemment complets. C'est le cas des Asma‘iyyāt d'al-Aṣma‘ī135, du dīwān des poètes de la tribu des Huḏayl136, compilé, comme je l'ai signalé, par al-Sukkarī, de la Ğamhara d'al-Qurašī137, du Kitāb al-iḫtiyārayn d'al-Aḫfaš al-Aṣġar138, des différents commentaires des Mu‘allaqāt139, de Muntahä al-ṭalab min aš‘ār al-‘arab d'Ibn Maymūn140 et, enfin, des Mufaḍḍaliyyāt d’al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī, déjà évoquées. Tous les autres ouvrages, y compris les différentes Ḥamāsa-s141 et le Kitāb al-aġānī142, ne citent le plus souvent que des fragments ou extraits de poèmes, voire des vers isolés.

7. ORGANISATION DE L'OUVRAGE

88Dans le premier chapitre nous présentons la théorie classique de la métrique arabe, la théorie des cercles d'al-Ḫalīl, ainsi que les théories d'al-Ğawharī (m. ± 1003) et d'al-Qarṭāğannī (m. 1285) qui apportent, comme je l'ai signalé, un certain nombre de modifications à la théorie classique.

89Le second chapitre contient l'inventaire détaillé des modèles de vers et de leurs variantes, tels qu'ils apparaissent dans la théorie classique et tels qu'ils sont utilisés par les poètes anciens. Cet inventaire permet de voir, dans le détail, les décalages qui existent entre théorie et pratique : nombre de modèles de la théorie d'al-Ḫalīl ne sont pas employés par les poètes anciens et, réciproquement, ces derniers emploient des modèles dont la théorie ne fait pas état. Par ailleurs, nombre de variations internes aux modèles, ou ziḫāfa-s, sont inusitées dans la pratique bien qu'inventoriées et illustrées par l'exemple dans les traités de métrique classiques. J'ai donc aussi accordé un intérêt particulier aux vers-témoins (šāhida pl. šawāhid) cités dans ces ouvrages et à leur attribution, afin de savoir s'il existait ou non une corrélation entre la non-attestation d'un modèle et le fait que le vers-témoin qui en est l'illustration soit anonyme. Sur la base des résultats de cette analyse détaillée, je me suis ensuite attaché, dans la dernière section de ce même chapitre, à définir quelques principes simples sur lesquels repose l'organisation du système quantitatif de la métrique arabe ancienne, sans chercher pour autant à en proposer une nouvelle théorie.

90Le troisième chapitre est consacré à la présentation de l'approche esthétique. Comme nous le verrons, les approches esthétiques d'al-Aḫfaš, d'Abū al-Ḥasan ou d'Ibn Barrī, en dépit de divergences de surface, ont surtout le mérite de resituer la théorie métrique dans le cadre d'une pratique, celle des poètes anciens en l'occurrence. Comme je le montrerai, les résultats chiffré de l'analyse statistique de la variation proposée au chapitre précédent attestent de cette réelle préoccupation des "esthéticiens" pour la pratique : en effet, acceptabilité et fréquence vont le plus souvent de pair.

91Quant au quatrième chapitre, il est consacré à des problèmes d'ordre historique et terminologique, avec pour but, notamment, de répondre aux quelques questions suivantes : existait-il une terminologie antérieure à celle qui est en usage dans les traités de métrique classique, par laquelle elle aurait été occultée, et, le cas échéant, cette terminologie est-elle représentative d'une conception différente de l'organisation du système de la métrique poétique ? Cette conception, enfin, peut-elle être retrouvée dans l'organisation déduite de l'analyse systématique du corpus ? En répondant à ces questions, je tenterai de retracer les grandes lignes d'une histoire des "théories" de la métrique arabe. Comme nous le verrons, les poètes arabes anciens ont, à l'évidence, développé une poétique ou un métalangage poétique probablement plus élaborés que ne le laissent penser les vestiges subsistants, définissant un ensemble plus ou moins organisé de concepts plutôt qu'une théorie au sens propre du terme, celle d'al-Ḫalīl par exemple, en tant que système cohérent d'hypothèses et de lois, règles ou principes permettant de rendre compte au mieux d'un ensemble de phénomènes ou de faits observables.

  • 143 Voir infra, introduction à l'annexe I, p. 392.
  • 144 Voir infra, introduction à l'annexe I, p. 392-393.

92Le cinquième et dernier chapitre, enfin, se veut un premier essai de mise en ordre géographique et chronologique des données. La période délimitée, qui s'étend sur près de deux siècles, ne peut et ne doit pas être considérée comme un tout synchronique figé. Au contraire, il doit être possible d'y déceler des tendances et une évolution de l'art et de la pratique de la poésie, tant dans le temps que dans l'espace. La première étape d'une telle étude a consisté à classer les cent poètes retenus par générations. Malheureusement, les renseignements biographiques dont nous disposons au sujet des poètes anciens sont le plus souvent très maigres et circonscrire les limites de leur existence est une entreprise délicate dont les résultats demeurent incertains. Aussi les subdivisions chronologiques retenues dans les fiches qui figurent dans l'annexe I sont-elles délibérément grossières, la période étant divisée en six tranches de durée inégale143. La répartition géographique et le classement des poètes suivant la région et le milieu dans lesquels ils ont évolué, posent également d'épineux problèmes. Encore une fois, les catégories retenues dans la présentation de l'annexe I ne doivent pas être considérées comme hermétiques ou imperméables144. D'une manière générale, les informations fournies sont donc essentiellement indicatives. Elles constituent un cadre trop schématique pour qu'il puisse servir de base à une analyse plus détaillée des rapports probablement complexes qui existent entre tous ces poètes, géographiquement et historiquement d'abord, mais aussi, et surtout pour tout ce qui touche à la pratique de l'art poétique, à ses outils, à ses techniques : rapports d'influence, de filiation, voire d'affiliation à une école.

  • 145 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. (...)
  • 146 E. Bräunlich, « Versuch einer literargeschichtlichen Betrachtungsweise altarabischer Poesien », De (...)
  • 147 R. Jacobi, Studien zur Poetik der altarabischen Qaṣide, 1971 ; et « The Origins of the Qasida Form (...)
  • 148 D. Frolov, Classical Arabic Verse. History and Theory of ‘arūḍ, 2000.

93Grunebaum145, à la suite de Bräunlich146, a proposé une analyse préliminaire visant à regrouper les poètes anciens selon leurs affinités stylistiques et leurs influences mutuelles, et donc par "écoles". Les principes d'analyse proposés ont été appliqués à un nombre limité de poètes. L'idée de départ de Grünebaum est la suivante : l'impression d'uniformité, d'unité linguistique et technique de la ‘arabiyya doit être corrigée. Bien que l'uniformisation soit déjà très avancée à l'époque des plus anciens poètes connus, on peut tenter de retracer les modalités de ce processus. Le nivellement qui aboutit, dans le courant du viie siècle, à l'uniformisation de la tradition poétique et à l'intégration des différentes traditions antérieures, aurait commencé au début du vie siècle. Le lieu de comparaison choisi par Grunebaum est celui des techniques descriptives et l'analyse aboutit à la délimitation de six "écoles" qui se définissent par une continuité artistique et, souvent, généalogique ou géographique. Le même présupposé sous-tend les recherches de Jacobi concernant l'élaboration de la forme qaṣīda147, de même que celles que Frolov a consacrées à la métrique148. Mais il est à déplorer que les conclusions auxquelles ce dernier aboutit soient en grande partie à réviser. Compte tenu des incertitudes liées aux données biographiques dont nous disposons et des doutes concernant l'authenticité ou l'attribution d'un grand nombre de poèmes et de vers, la reconstruction de l'évolution de la pratique de la métrique dans le temps et dans l'espace reste une entreprise très risquée. Aussi les hypothèses formulées dans ce dernier chapitre sont-elles volontairement prudentes.

94L'ouvrage comporte trois annexes. La première contient l'ensemble des informations les plus importantes concernant les cent poètes qui ont fait l'objet de cette étude. À chacun est consacrée une fiche comportant des informations bio-bibliographiques et l'inventaire métrique des poèmes et vers qui lui sont attribués. Quant à la deuxième, elle contient l'ensemble des résultats de l'analyse métrique présentée dans le troisième chapitre. À chacun des modèles de vers attestés dans le corpus considéré est consacré un tableau dans lequel sont consignés l'ensemble des faits concernant les caractéristiques métriques pertinentes. La troisième, enfin, regroupe les tableaux contenant l'ensemble des informations relatives à l'analyse géographique et historique présentée dans le cinquième et dernier chapitre.

95Les références bibliographiques figurant dans les notes de bas de page suivent, pour l'essentiel, les conventions habituelles. J'ai cependant recouru à l'usage d'abréviations pour un certain nombre d'ouvrages fréquemment cités. Ces abréviations figurent entre crochets, lors de la première mention à l'ouvrage, à la suite des références complètes qui figurent en note. Par la suite, seuls sont mentionnées la forme abrégée du titre et la page. La bibliographie contient la liste de tous les ouvrages et articles cités, et uniquement ceux-là. Elle est précédée d'une liste des abréviations employées dans les références données dans les notes. Enfin, j'ai fait figurer, après la bibliographie, deux index détaillés, l'un concernant les noms propres mentionnés dans l'ouvrage et l'autre, les notions évoquées et les termes techniques utilisés.

96Une précision s'impose concernant le système de datation adopté. Étant donné que la plupart des poètes qui font l'objet de cette étude ont vécu avant l'islam, je n'ai recouru, dans l'ensemble de ce travail, qu'au seul calendrier grégorien, afin d'éviter, notamment, les confusions induites par un calendrier impliquant le recours systématique à un avant et un après, comme c'est le cas du calendrier musulman dès lors que l'on veut traiter d'une période littéraire qui couvre approximativement les vie et viie siècles de l'ère chrétienne ("De - 120 à + 80 de l'ère hégirienne..."). Lorsque je parlerai du "xe siècle", par exemple, il sera donc sous-entendu qu'il s'agit du xe siècle de l'ère chrétienne.

97Je tiens enfin à dire un mot de la traduction des textes poétiques cités, pour souligner le fait qu'elle ne vise pas à l'esthétisme, mais doit au contraire être considérée comme essentiellement "utilitaire", sans prétention littéraire. D'ailleurs, la traduction de bon nombre de vers est rendue difficile par l'absence de contexte. C'est notamment le cas de tous ces vers anonymes cités dans les traités de métrique classique, cités isolément et sans commentaires philologiques ni anecdotiques, pour lesquels la part laissée à l'interprétation est parfois importante. Je ne garantis donc pas l'exactitude ou la précision de toutes ces traductions dont certaines pourront être jugées par les spécialistes comme un tant soit peu approximatives, voire discutables.

Notes

1 Al-Suyūṭī, Al-’itqān fi 'ulūm al-Qur’ān, éd. M. S. Hāšim, 2000, vol. 2, p. 234.

2 Qudāma b. Ğa‘far, Naqd al-šir, éd. K. Muṣṭafä, 1979 [désormais Naqd],p. 17.

3 Voir, par exemple, La Alfiyyah d'Ibnu-Malik (suivie de la Lāmiyyah du même auteur, avec traduction et notes en français), éd. A. Goguyer, 1995. La Alfiyya, traité de grammaire long d'un millier de vers de mètre rağaz, a fait l'objet d'un très grand nombre de commen-taires (43 au moins selon H. Fleisch, « Ibn Mālik », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. III, p. 861). Voir notamment Abū Muḥammad ‘Abd AllāH, Awḍah al-masālik ilä Alfiyya Ibn Mālik, éd. M.M. ‘Abd al-Ḥamīd, 1956. Notons qu'Ibn Mālik est aussi l'auteur d'un traité de métrique (Kitāb al-‘arūd) dont un manuscrit est conservé à la bibliothèque de l'Escorial, sous la côte 330, 6°.

4 Al-Ḫazragī, Al-qaṣīda al-ḫazrağiyya (Al-rāmiza al-šāfiya fi 'ilmay al-'arūḍ wa-l-qāfiya), éd. et trad. française R. Basset, 1902. Ce traité de versification, constitué de quatre-vingt-seize vers, a aussi fait 'objet de nombreux commentaires (voir C. Brockelmann, Geschichte der arabischen Litteratur, Supplementband, 1937, vol. I, p. 545).

5 Al-‘Askarī, Kitāb al-ṣinā‘atayn, éd. ‘A.M. al-Bağāwī & A. Ibrāhīm, 1952, p. 57-58.

6 AL-‘Askarī, ibid., p. 196.

7 C'est notamment la définition d'Ibn Rušd (Averroès, m. 1198), Talḫis kitāb Arisṭūṭālīs fil-ši‘r, dans ‘A. Badawī, Aristūtālīs, fann al-ši‘r, 1973, p. 201 : « Les discours poétiques sont les discours [faisant appel à] l'imagination créatrice. »

8 Al-Fārābī, Maqāla fi qawānin ṣinā'at al-šu‘arā’, dans ‘A. Badawī, op. cit., p. 151. Voir aussi V. Cantarino, Arabic Poetics in the Golden Age, 1975, p. 92-93.

9 L'art du quatrain en poésie arabe, relativement tardif, est vraisemblablement d'inspiration persane. Les premiers témoins conservés datent de la première moitié du xie siècle. Appelé rubā'i ou dō bayti le quatrain est constitué de quatre hémistiches de même mètre et dont les deux premiers et le dernier (et souvent le troisième) riment ensemble. Les formes les plus courantes du mètre du quatrain sont les suivantes, communes à la tradition arabe et à la tradition persane :
a) – – ⋃ ⋃ – ⋃ – ⋃ – ⋃ ⋃-
b) – – ⋃ ⋃ – ⋃⋃ – ⋃⋃ –
c) – – ⋃ ⋃ – ⋃ – ⋃⋃–
Quant au muwaššaḥ, qui mêle arabe classique et arabe dialectal ou ibéro-roman, il fut créé en Andalousie vers la fin du ixe siècle. Il s'agit d'un poème constitué de quatre à sept strophes (cinq le plus souvent), dont les schémas de rimes sont très variés, le type simple étant : abccc / abddd / abeee / etc.

10 Voir notamment Β. de Cornulier, Art poétique. Notions et problèmes de métrique, 1995, p. 21, au sujet de la métrique française, purement syllabique : « [...] ce qu'on appelle le mètre d'un vers singulier consiste moins en la conformité de cette expression singulière avec une norme abstraite qu'en un rapport réciproque d'équivalence contextuelle en nombre syllabique entre plusieurs suites verbales voisines disjointes ». Ce même principe est à la base du "double parallélisme", principe défini par Bohas pour l'identification du mètre arabe. Je renvoie à sa version la plus récente, dans G. Bohas & B. Paoli, spects formels de la poésie arabe, 1997, p. 25-26.

11 Al-Suyūṭī, op. cit., vol. 2, p. 190. Précisons toutefois que l'affinement apporté à la définition de base permet surtout, dans l'esprit d'al-SUYŪṭĪ, d'y intégrer le concept d'intentionnalité (niyya). Il est en effet possible que Monsieur D'un Jour, de manière purement fortuite, prononce une phrase répondant à l'un ou l'autre des modèles de vers employés en poésie. Mais si ce vers est suivi d'un second, de même mètre et de même rime, force nous sera de réviser le jugement hâtif porté sur les compétences de M. D'un Jour en matière de poésie et d'admettre qu'il est capable de composer au moins deux vers de manière consciente et intentionnelle.

12 B. de Cornulier, Art poétique. Notions et problèmes de métrique, 1995, p. 14.

13 J. Molino & J. Tamine Introduction à l'analyse linguistique de la poésie, 1982, vol. 1, p. 26.

14 Voir, par exemple, J. Lotz, « Metric Typology », dans T. A. Sebeok (éd.), Style in Language, 1960, p. 140 ; R. Jakobson, « Closing statements : Linguistics and Poetics », dans T. A. Sebeok (éd.), op. cit., p. 350-377 ; trad. française par N. Ruwet dans R. Jakobson, Essais de linguistique générale, 1963, p. 209-248 ; J. Molino & J. Tamine, Introduction à l'analyse linguistique de la poésie, 1982, vol. I, p. 23-24 ; B. de Cornulier, « Métrique », Encyclopedia Universalis, vol. X, p. 229-231.

15 jusqu'au xviiie siècle, la métrique russe était fondée sur le seul syllabisme ; c'est alors que fut adoptée une métrique accentuelle s'accordant probablement mieux avec les faits propres à la langue russe, dans laquelle l'accent joue un rôle distinctif important. Voir J.-M. Schaeffer, « Versification », dans J. -M. Schaeffer & T. Todorov (éds.), Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, 1995, p. 556.

16 R. Jakobson, op. cit., p. 224-225 de la traduction française.

17 J. Lotz, loc. cit., p. 144-145. Citons ici B. de Cornulier, « Métrique », p. 230 : « [...] la langue chinoise distingue quatre sortes de tons, et [... ] la métrique ne retient ici qu'une opposition binaire entre les tons unis [ni montants, ni descendants, ou "étales"] et les trois autres sortes de tons (non unis [ou "défléchis"]). Cette restriction illustre, selon Lotz, une tendance assez générale des métriques internes de vers à ne se fonder que sur des oppositions binaires. »

18 R. Jakobson, op. cit., p. 229 de la traduction française.

19 Cette distinction proportionnée de un à deux, deux brèves valant une longue, semble remonter, dans la tradition grecque, à Aristophane de Byzance iiie siècle avant J.-C.). Il semblerait qu'elle ne soit pertinente que dans les langues où la quantité est phonologique, comme c'est le cas en grec, en latin et en arabe (voir H. Meschonnic, Critique du rythme. Anthropologie historique du langage, 1983, p. 247). En réalité, le cas du persan classique, où la quantité syllabique n'est pas un trait distinctif mais dont la versification a adopté un principe quantitatif inspiré de celui de la métrique arabe, remet en cause la généralité de cette observation.

20 S. Goldenberg, « La métrique arabe classique et la typologie métrique », Revue roumaine de linguistique, n° XXI (1976/1), p. 85-98. Le watid est le noyau quantitativement stable du pied, constitué d'une syllabe brève et d'une syllabe longue, dans cet ordre ([

00

-], watid maĝmū‘) ou dans l'ordre inverse ([-

00

], watid mafrūq).

21 G. Weil, « ‘arūḍ », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. I, p. 688-698. Nous avons ailleurs discuté en détail et réfuté la thèse de Weil. Voir G. Bohas & B. Paoli, « Rythme et mètre en poésie arabe », dans L. Tasmowski & A. Zribi-Hertz (éds.), De la musique à la linguistique. Hommages à Nicolas Ruwet, 1992, p. 39-49 ; et G. Bohas & B. Paoli, Aspects formels de la poésie arabe, 1997, p. 177-188.

22 I. Tynianov, Le vers lui-même : les problèmes du vers, 1977, p. 39.

23 R. Saran, « Ueber Hartmann von Aue », Beitrage zur Geschichten der deutscher Sprache und Literatur, n° XXIII (1898), p. 49, cité par I. Tynianov, op. cit., p. 62. La pertinence de certains des autres facteurs définis est sujette à caution. Je renvoie à I. Tynianov, op. cit., p. 62-63, pour leur remise en cause. Pour la critique du principe du "tout-sonore" de l'Ohrenphilologieet l'occultation de la dimension sémantique, voir aussi I. Tynianov, op. cit., p. 51 et suivantes.

24 R. Jakobson, op. cit., p. 220 de la traduction française.

25 N. Ruwet, « Musique et vision chez Paul Verlaine », Langue française, n° 49 (1981), p. 92.

26 Ε. Benveniste, « La notion de "rythme" dans son expression linguistique », dans E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1966, vol. I, p. 327-335.

27 Benveniste, ibid., p. 334.

28 E. Benveniste, ibid., p. 334-335.

29 Sauvanet, « "Le" Rythme : encore une définition », dans J.-J. Wunenburger (éd.), Les rythmes : lectures et théories, 1992, p. 233-240.

30 Bien entendu, ces parallélismes linguistiques peuvent aussi impliquer plusieurs vers, successifs ou non.

31 Ε. G. O'Neill Jr, « The localization of Metrical Word-types in the Greek Hexameter », Yale Studies in Classical Philology, n° 8 (1942), p. 105, note 2.

32 M. Nasta, « Principes d'analyse d'une versification orale : les factures spécifiques de l'hexamètre grec », Les Etudes classiques, n° 62 (1994), p. 120.

33 M. Nasta, ibid., p. 121.

34 Sībawayhi, Al-kitāb, éd. ‘A.M. Hārūn, 1991, 5 vol. Cette somme sur la langue arabe est à la base de toute la tradition grammaticale ultérieure et a fait l'objet de nombreux commentaires. Son auteur, Abū Bišr ‘Amr b. ‘Utmān b. Qanbar Sībawayhi, originaire du Fārs et client de la tribu des al-Ḥāriṭ b. Ka‘b, fut aussi l'élève de Yūnus b. Ḥabīb et ‘İsā’ b. ‘Umar.

35 A. ‘Afīfī (éd.), Al-manẓūma al-naḥwiyya al-mansūba ilä al-Ḫalīl b. Ahmad al-Farāhīdī, 1995. Sur cette question, voir notamment G. Schoeler, Ecrire et transmettre dans les débuts de l'islam, 2002, p. 93-97.

36 Al-Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī, Kitāb al-‘ayn, éd. M. al-Mahzūmī & I. al-Sāmarrā’ī, 1980-1985, 8 vol. Sur les problèmes liés à son attribution, voir notamment G. Schoeler, op. cit., p. 102-107. Il apparaît qu'un certain al-Layt b. al-Muzaffar (m. avant 200/815) aurait eu une part active dans la compilation de l'ouvrage et, pour tout dire, il est très vraisemblable qu'il en soit le véritable auteur. Al-Ḫalīl n'y est d'ailleurs cité que comme une autorité parmi d'autres. Et si trois passages de l'introduction lui sont expressément attribués, il n'en reste pas moins que sa paternité sur l'ouvrage paraît être avant tout, comme le dit Schoeler et comme s'accordent à le penser les chercheurs modernes dans leur grande majorité, une paternité "spirituelle". Autrement dit, le noyau primitif de l'ouvrage, dans sa conception et dans son organisation, remonterait bien al-Ḫalīl qui aurait même, d'après la tradition, commencé à le mettre par écrit. Quant aux questions de savoir pourquoi al-Layṯ b. al-Muẓaffar, inconnu par ailleurs, en fut le seul dépositaire, et pourquoi les disciples les plus connus d'al-Ḫalīl ne le mentionnent jamais, elles n'ont pas encore été totalement élucidées.

37 Voir Ibn al-Nadīm, Al-Fihrist, éd. I. Ramadān, 1994 [désormais Fihrist], p. 66 ; et Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, éd. 'I. ‘Abbās, s. d., vol. 2, p. 246.

38 Voir par exemple al-Zabīdī, Tabaqāt al-naḥwiyyîn wa-l-luġawiyyīn, éd. M.A. Ibrāhīm, 1973, p. 47-51 ; al-Qifṭī, Inbāh al-ruwāt 'alā anbāh al-nuḥāt, éd. M.A. Ibrāhīm, 1986, vol. 1, p. 377 et 381 ; al-Suyutī, Buġyat al-wu‘āt fī tabaqāt al-luġawiyyīn wa-l-nuḥāt, éd. M.A. Ibrāhīm, 1964 [désormais Buġya], vol. 1, p. 557 ; et Yāqūt al-Ḥamawī Mu‘ğam al-udabā’, 1991, vol. 3, p. 301-302.

39 Fihrist, p. 67 et suivantes ; al-Zağğāğ, Kitāb al-'arūḍ, éd. S. Abū Sitta, dans Magallat al-dirāsāt al-luġawiyya, n° 6-3 (2004), p. 87-186 ; Abū al-Ḥasan al-‘Arūdī, Kitāb fî‘ilm al-‘arūḍ, éd. G. Māğid, 1995 [désormais ‘ArūḍḤ].

40 Ibn Ǧinnī, Kitāb al-'arūd, éd. A.F. al-Hīb, 1987.

41 W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics According to the Mufaḍḍaliyyāt, 1989, p. 46-53.

42 W. Stoetzer, « The Development of the Concept of Ziḥāf in Arabic Metrical Theory », Islao e Arabismo na peninsula Iberica : Actas do XI° congresso da Uniao Europeia de Arabistas e Islamologos, éd. A. Sidarus, 1986, p. 414.

43 Al-Ahfaš al-Awsat, Kitāb al-‘arūd, éd. A.M. ‘Abd al-Dāyim ‘Abd Allāh, 1989 [désormais ‘ArūḅA] ; et Kitāb al-qawāfī, éd. ‘I. Ḥasan, 1970 [désormais Qawāfî].

44 Voir Fihrist, p. 75 ; et C. Brockelmann & C. Pellat, « al-Aḫfaš », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. I, p. 331.

45 Qawāfī, p. 9.

46 Al-Sīrāfī, Ahbār al-nahwiyyīn al-basriyyīn, éd. F. Krenkow, 1936, p. 50-51 ; AL-QIFṭĪ, op. cit., vol. II, p. 39 ; Al-Suyūṭῑ, Buġya, éd. M.A. Ibrāhīm, vol. 1, p. 590.

47 Qawāfī, p. 40.

48 Qawāfī, p. 49.

49 Qawāfī, p. 83.

50 Qawāfī, p. 16, 35, 49 et 109.

51 Pour l'inventaire détaillé de ces citations, je renvoie à l'index des noms propres de Qawāfī, p. 120.

52ArūḍA, p. 136, 142, 148, 150, 152, 155 (deux fois), 159 et 164.

53ArūḍA, p. 164 : « wa-qad ’ahbara-nī man ’atiqu bi-hi ‘an al-Ḫalīl ‘anna-hu qāla la-hu : [...]. »

54ArūḍA, p. 136 : « fa-hāḏā ya’tī la-ka ‘alä gamī‘ mā fassara l-Ḫalīl fī taġyīr ’awwal al-kalima wa-’āhiri-hā wa-l-ziyāda fī-hā wa-l-nuqṣān wa-l-taḥrīk wa-l-'iskān. » [« Et ceci t'est délivré conformément à l'ensemble des explications d'al-Ḫalīl au sujet du début du mot, de sa terminaison, de la diminution, de l'ajout et de la supression [de ḥaraka-s] »] ; p. 142 : « wa-kāna l-Ḫalīl lā yuğīzu ’ilqā’ yā’ mafā‘īlun ’iḏā kānat ‘ArūḍAn. » [« Et al-Ḫalīl ne permettait pas l'effacement du yā’ de mafā‘īlun dans le ‘arūd. »] ; p. 148 : « wa-kāna l-Ḫalīl yaz‘umu ’anna ḥadf al-yā’ ’ahsan ‘inda-hu min mafā‘īlun fī l-ṭawīl [...] » [« Et al-Ḫalīl affirmait que l'effacement du yā’ [de mafa"‘iylun dans le hazağ] est, selon lui, préférable à celui [du yā’] de mafa"‘iylun dans le ṭawīl »] ; p. 150 : « wa-ğāza ’ilqā’ al-sīn wa-l-fā’ wa-’innamā ḫarağa fī qawl al-Ḫalīl min al-hazağ [...]. » [« L'effacement [simultané] du sīn et du fā’ [de mustafilun dans le ragaz] est permis, ce qui découle, selon les propos d'al-Ḫalīl, de [ce qui se passe dans] le hazag. »] ; p. 152 et 155 (deux fois) : « wa-kāna l-Ḫalīl yaqūlu : [...]. » [« Al-Ḫalīl disait : [...]. »] ; p. 159 : « wa-kāna l-Ḫalīl za‘amū lā yuğīzu-hu. » [« Et al-Ḫalīl, prétendent-ils, ne l'autorisait pas. »] ; p. 164 : « [...] fī qawl al-Ḫalīl [...] » [« Selon (les propos d') al-Ḫalīl »].

55 Ce manuscrit, daté du xive siècle, copié de la main d'Ibn Ḫatīb al-Zamlakānī (m. 1339), est conservé à la bibliothèque de la mosquée Ahmad al-Badawī de Ṭanṭā, en Égypte. Ḥasan, l'éditeur, en a utilisé une copie qui est conservée au Dār al-kutub du Caire. Voir‘ArūḍA, p. 75-76.

56 Al-Zağğāğ, op. cit.

57 Ibn ‘Abd Rabbih, Al-‘iqd al-farīd, éd. A. Amīn et alii, 1940-1953 [désormais ‘Iqd], vol. V, p. 424-530.

58Iqd, p. 261.

59 Al-Šantarīnī, Al-mi‘yār fī awzān al-’aš'ār wa-l-kāfī fī ‘ilm al-qawāfī, éd. M.R. al-Dāya, 1979 [désormais Mi'‘ār], p. 39.

60 Al-Zabīdī, op. cit., p. 268-269. ‘Abbās b. Firnās, surnommé ḫakīm al-Andalus (le Sage d'Andalousie) était le Léonard de Vinci de son temps : inventeur d'une machine volante, humaniste et homme de science polyvalent, mathématicien, astronome, physicien, chimiste, mais aussi poète, philosophe, logicien et grammairien. Né à Cordoue à la fin du iie siècle de l'Hégire, il y vécut sous les règnes d'al-Ḥakam b. Hāšim et de son fils, ‘Abd al-Raḥmān II. Il consacra aussi des vers à la louange du fils de ce dernier, Muḥammad b. ‘Abd al-Raḥmān. Il fut un temps accusé de zandaqa et d'hérésie, soupçonné d'être inspiré par le démon, tant ses découvertes en chimie (« la fabrication du verre à partir de pierres ou de silices », c'est-à-dire du cristal), en physique (les premières lunettes) et en astronomie (la fabrication d'une lunette astronomique, notamment) et ses tentatives infructueuses, et qui faillirent lui coûter la vie, pour construire une machine à voler étaient révolutionnaires pour son temps. Il se trouve, et ce n'est pas un hasard, que tous les ouvrages qu'il aurait composés sont vraisemblablement perdus.

61 Ibn-Sa‘īd, Al-muġrib fīhulä al-Maġrib, éd. Š. Ḍayf, s. d., vol. 1, p. 333.

62 Al-Maqqarī, Nafh al-ṭīb min ġusn al-Andalus al-raṭīb, éd. I. ‘Abbās 1988, vol. 3, p. 384.

63 E. Lévi-Provençal, Histoire de l'Espagne musulmane, 1944, vol. 1, p. 192.

64 Al-Suyūṭī, Al-muzhir fī ‘ulūm al-luga wa-anwā‘i-hā, s. d., vol. 1, p. 81.

65 Al-Sahāwī, Al-daw’ al-lāmi‘ li-ahl al-qarn al-tāsi‘, s. d., vol. 7, p. 206.

66 Ibn ‘Abbād, Al-iqnā‘ fī l-‘arūḍ wa-taḫrīğ al-qawāfī, éd. M.H. al-Yāsīn, 1960 [désormais Iqnā‘].

67 Ibn Ǧinnī, ‘Arūḍ.

68 Al-Ǧawharī, ‘Arūḍ al-waraqa, éd. M. al-‘Alamī, 1984 [désormais Waraqa]. La plupart des sources situent sa mort en 1001-1002 ou 1007-1008. Yāqūt affirmant avoir eu entre les mains une copie autographe du Ṣiḥāh d'al-Ğawharī datée de 396 de l'Hégire, c'est la première de ces deux dates qui est la plus vraisemblable. D'autres sources donnent les dates de 1006-1007 et 1009-1010. Pour ce qui est du titre de l'ouvrage, Yāqūt, Iršād al-arīb ilä ma‘rifat al-adīb (Mu‘ğam al-udabā’), éd. D. S. Margoliouth, 1909-1931, vol. II, p. 337, donne ‘Arūd al-wurqa. Quelle que soit la vocalisation choisie, ce titre est difficile à traduire. À la racine wrq est rattachée l'idée de branches ou de ramifications nombreuses et, par extension, de pages ou feuilles d'un livre ou d'un parchemin. Le substantif waraqa, nom d'unité de waraq, désigne la feuille d'un arbre ou un feuillet de papier ou de parchemin. Quant à wurqa, ou wuraqa, il indique une couleur cendrée...

69 Al-Ğawharī, Tāğ al-luġa wa-ṣiḥāḥ al-‘arabiyya, éd. ‘A. ‘Attār 1956. Sur al-Ğawharī le lexicographe, voir notamment R. Blachère, « Al-Ğawharī et sa place dans l'évolution de la lexicographie arabe », dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 21-29.

70 Manuscrit Ahlwardt, 75892. Certains de ces vers sont notamment cités par Al-Suyūṭī, Buġya, p. 154 et suivantes. De facture classique et sans profonde originalité, ils sont composés suivant les mètres sarī‘, wafīr, kāmil et mutaqārib. Il semble qu'Al-Ğawharī ait, en maintes circonstances, monnayé ses dons de poète pour subvenir à son existence.

71 Ibn Rašīq, Kitāb al-‘umda fī maḫāsin al-ši‘r wa-ādābih, éd. M. Qarqazān, 1988 [désormais ‘Umda], vol. I, p. 269.

72 L'ouvrage nous est actuellement connu par deux manuscrits : le premier se trouve à la bibliothèque ‘Atef Efendi d'Istanbul sous le n° 1991. Dans ce manuscrit figure aussi son Kitāb al-qawāfī, traité consacré à la rime ; le second est à la bibliothèque municipale de Rabat sous le n° 930. L'édition dont nous disposons a malheureusement été faite à partir du seul manuscrit de Rabat. On trouvera la description précise du manuscrit dans l'introduction de l'éditeur (Waraqa, p. 7). Il serait évidemment souhaitable de pouvoir confronter les deux manuscrits. Mais, dans l'immédiat, nous nous contenterons de l'édition de celui de Rabat.

73ArūḍḤ.

74 Al-Tibrīzī, Al-kāfī fī al-‘arūḍ wa-l-qawāfī, éd. H. ‘Abd Allāh, 1966 [désormais Kāfī] ; et Al-wāfī fī al-‘arūd wa-l-qawāfī, éd. F. Qabāwa, 1988 [désormais Wāf].

75 Abû Tammām, Dīwān al-ḥamāsa bi sarh al-Tibrīzī éd. M.‘A. ‘Izām, 1951-1957, 3 vol. [désormais ḤamāsaAT] ; al-Tibrīzī, Šarh iḫtiyārāt al-Mufaḍḍal li-l-Ḫaṭīb al-Tibrīzī, éd. F. Qabāwa, 1971, 3 vol. ; le même, Šarh al-qasā'id al-‘asr, éd. ‘A.M. Hārūn, 1963 [désormais Mu‘allaqātT] ; et le même, Šarh qaṣīda Ka‘b b. Zuhayr, éd. Ṣ. al-Munağğid, 1971.

76 Al-Šantarīnī, Mi‘yār.

77 Al-Zamaḫšarī, Al-qusṭās al-mustaqīm fī ‘ilm al-'arūḍ, éd. B.B. al-Ḥasanī, 1969 ; et Al-kaššāf ‘an haqā’iq al-tanzīl, éd. M.H. Aḫmad, 1953, 4 vol.

78 Al-Zamaḫšarī, Al-mufaṣṣal fī ṣan‘at al-i‘rāb, éd. R.B. Ya‘qūb, 1999 ; Ibn Ya‘īš, Šarh al-mufaṣṣal, s. éd., ‘ālam al-kutub, s. d., 3 vol. ; et al-Zamahsarī, Asās al-balāġa, éd. ‘A. Maḫmūd, s. d.

79 Al-Qartāğannī, Minhāğ al-bulagā’ wa-sirāğ al-udabā’, éd. M.H. Ibn al-Ḫūğa, 1966 [désormais Minhāg].

80 Minhāğ, p. 226-286.

81 Son dīwān a fait l'objet de deux éditions, celle de ‘U. al-Ka''āk, “1964 ; et celle de M.H. Belkhodja, 1972.

82 ‘U.R. Kaḥḥāla, Mu‘ğam al-mu’allifīn, 1957, vol. VI, p. 111.

83 Voir références supra, p. 16, note 4. Au sujet des commentaires de ce poème didactique, voir C. Brockelmann, op. cit., vol. I, p. 545.

84 Ibn al-Hāğib, Kitāb al-maqṣad al-ğalīl fī ‘ilm al-Ḫalīl, dans G. W. Freytag, Darstellung der arabischen Verskunst, 1830, p. 334-371.

85 Édité et traduit en anglais par W. Stoetzer, Theory and Practice in Arabic Metrics, 1989, p. 162-169.

86 ‘A. al-Rādī, Šarḥ tuḥfat al-Ḫalīl fīl-‘arūḍ wa-l-qawāfī, 1968 [désormais Tuḥfa].

87 Fihrist, p. 94. Al-Mufaḍḍal al-Ḍabbī est surtout connu pour l'anthologie poétique, connue sous le nom d'Al-Mufaddaliyyāt, qu'il constitua, dit-on, à l'usage de son élève, le futur calife al-Mahdī. Al-Mufaddal al-Ḍabbī Al-mufaḍḍaliyyāt, éd. ‘A.M. Hārūn & A.M. Šākir, 1976 [désormais Mufaḍḍaliyyāt].

88 Yāqūt, Iršād al-arībilä ma‘rifat al-adīb, éd. D.S. Margoliouth, 1909-1931, vol. II, p. 366-367.

89 À ce sujet, voir infra, ch. IV.

90 Al-Ǧāhīẓ, Kitāb al-bayān wa-l-tabyīn, éd. ‘A. M. Hārūn, s. d., vol. II, p. 139 [désormais Bayān] ; cité par R. Blachère, « Seconde contribution à l'histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive », Arabica, n° VI-2 (1959), p. 133 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta 1975, p. 99-119.

91 Al-Mas‘ūdī, Murūg al-dahab, éd. et trad. française Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, 1861-1917 [désormais Murūğ], vol. VII, p. 88. Au sujet de l'ouvrage d'al-Nāšī, voir aussi Ibn Hallikān, Wafayāt al-a‘yān wa anbā’ al-zamān, éd. ‘I. ‘Abbās, 1969-71, vol. III, p. 91. Il se pourrait qu'il s'agisse du Kitāb tafdīl al-ši‘r, vraisemblablement perdu mais figurant parmi les sources du Kitābal-‘umda d'Ibn Rašīq, (voir ‘Umda, p. 83, 367, 748 et 751 notamment). Voir aussi A. Trabulsi, La critique poétique des Arabes, 1956, p. 105, note 1. Al-Nāšī al-Akbar, dit Ibn Širšīr, poète et théologien mu‘tazilite, était homme, selon ses biographes, à prendre plaisir à critiquer les œuvre d'autrui. Il s'en prit ainsi non seulement à la théorie métrique d'al-Ḫalīl, mais aussi au philosophe al-Kindī, aux logiciens et aux partisans de la médecine grecque. Aucun de ses ouvrages ne nous est intégralement parvenu. Seuls des fragments d'un Kitāb al-’awsaṭ fīl-maqālāt et d'un Kitāb naqd al-ši‘ront été conservés. Quant à ses vers et poèmes, ils ont été récemment colligés par H. Al-Nāğī, « Si'r al-Nāsī al-Akbar », Al-mawrid, n° XI-1 (1982), p. 89 ; n° XI-2, p. 61 ; n° XI-3, p. 43 ; n° XI-4, p. 27 ; n° XII-1 (1983), p. 57.

92Umda, vol. I, p. 269.

93 Certains emploient indifféremment le terme "classique" (M. Zwettler The Oral Tradition of Classical Arabic Poetry, 1978) ; d'autres disent "archaĪque" plutōt qu'"ancien" (R. Blachère, Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xve siècle de J. C., 1952-1966, 3 vol., désormais Histoire). Il semble pourtant que cette nécessaire distinction entre poètes "anciens" et "classiques" soit maintenant entrée dans les mœurs.

94 Ces vers ont été réunis par ‘A. al-Furaygāt, Al-šu‘arā’ al-ğāhiliyyūn al-awā’il, 1994 [désormais Awā’il].

95 Cette inscription, découverte en Syrie du Sud, est l'une des plus anciennes inscriptions arabes connues. Il s'agit de la stèle funéraire d'Imru’ al-Qays, « fils de ‘Amr, roi de tous les Arabes ». Pour le texte et sa traduction, voir notamment C Robin, « Les plus anciens monuments de la langue arabe », dans C. Robin (éd.), L'Arabie antique de Karib'īl à Mahomet. Nouvelles données sur l'histoire des Arabes grāce aux inscriptions, Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 61 (1991/3), p. 116.

96 Al-Ṭabarī, Tārīḫ al-’umam wa-l-mulūk, s. éd., s. d., vol. I, p. 622.

97 Al-Ṭabarī, ibid., p. 613-614. Voir aussi al-Marzubānī, Mu'ğam al-šu'arā', éd. ‘A. A. Farrāğ, s. d. [désormais Mu‘ğam], p. 10-11 ; et al-Āmidī Al-mu’talif wa-l-muḫtalif, éd. ‘A. A. Farrāğ, 1961 [désormais Mu'talif], p. 299-300.

98 Al-Ṭabarī, op. cit., vol. I, p. 615.

99 Leur caractère apocryphe est particulièrement flagrant dans le cas de certains vers d'inspiration musulmane attribués à des poètes du iiie siècle ap. J.-C., comme le quatrième vers du fragment n° VIII attribué à 'āmir b. al-Ẓirab al-‘Adwānī, dans Awā'il, p. 192-193.

100 Histoire, vol. I, p. 83.

101 Voir par exemple C. Pellat, Langue et littérature arabes, 1952. Après avoir souligné que la « [... ] période d'essor ne se confond pas exactement avec le califat abbaside et [que], bien avant l'invasion des Mongols (1258), la littérature donne déjà des signes de décadence », il divise pourtant sa présentation de la manière suivante : chapitre I, « Naissance de la littérature arabe (...-750) », jusqu'à la fin de la période omeyyade ; chapitre II, « L'essor de la littérature arabe (750-1258) », qui couvre la période abbasside ; chapitre III, « Les siècles obscurs de la littérature arabe (1258-1800) », jusqu'à l'expédition d'Égypte. Pour plus de détails concernant la périodisation de l'histoire de la littérature arabe sur des bases proprement littéraires, voire culturelles et sociologiques, je renvoie à R. Blachère, « " Moments" tournants dans la littérature arabe », Islamica, n° XXIV (1966), p. 5-18 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 145-157.

102 C.-A. Nallino, La littérature arabe des origines à l'époque de la dynastie umayyade, trad. française C. Pellat, 1950.

103 R. Blachère, « " Moments" tournants dans la littérature arabe », p. 146.

104 104. Histoire, vol. III, p. 457.

105 Il n'dst bien sûr pas question de considérer comme négligeable le développement de la vie urbaine avant cela. Nous aurons l'occasion de voir l'importance qu'a pu jouer, par exemple, la cité d'al-Ḥīra, capitale des Laḫmides, dans la vie littéraire du vie siècle, tout comme celle de Taymā’ ou, plus tardivement, celle de La Mecque.

106 J.-E. Bencheikh, Poétique arabe, 1989 (1re éd. 1975), préface, p. II.

107 C.-A. Nallino, op. cit., p. 32.

108 Voir G. Lazard, Les premiers poètes persans, 1964.

109 Palmyréniens et Nabatéens employèrent dans leurs inscriptions, entre le ier siècle avant l'ère chrétienne et le iiie après, des variantes locales de l'araméen impérial. Mais ce n'était pas là leur langue vernaculaire, dont on s'accorde aujourd'hui à penser qu'il s'agissait de l'arabe. Sur les inscriptions de Qaryat al-Faw et d'al-Namāra, voir notamment Robin, op. cit. L'inscription d'al-Namāra a longtemps été considérée comme la plus ancienne inscription en langue arabe (mais en graphie nabatéenne), jusqu'à la découverte des inscriptions de Qaryat al-Faw (Arabie Saoudite), rédigées en graphie sabéenne, qui nous font remonter jusqu'au début du iie siècle avant notre ère.

110 Découverte en 1973 au Yémen, cette inscription comporte vingt-sept lignes plutôt, courtes, sensiblement de même longueur, qui s'achèvent toutes par les deux mêmes lettres (ḥ et k), ce qui suggère la présence d'une rime. S'il ne fait pas de doute qu'il s'agit d'un hymne dédié à la déesse Soleil (Šams ), le texte pose encore de nombreux problèmes de lecture, sa langue n'étant visiblement ni de l'arabe ni du sudarabique. Voir C. Robin, op. cit., p. 122-125.

111 Voir B. Paoli, Métrique arabe ancienne, 1997, vol. 1, p. 82-93.

112 Si la tradition la mieux admise fait remonter aux décennies ayant suivi la mort du Prophète la première recension écrite complète de la révélation coranique, à l'instigation du calife ‘Utmān (644-656), ce n'est pourtant que dans le premier tiers du xe siècle que sept parmi les nombreuses lectures proposées de cette recension ‘utmānienne furent choisies et déclarées également acceptables. Cette sélection fut réalisée par Abū Bakr b. Muğāhid (mort en 936) et officialisée par les vizirs Ibn Muqla et ‘Alī b. ‘Īsā en 934. Elle se fit au détriment de lectures attribuées à des Compagnons du Prophète, comme Ibn Mas‘ūd ou Abū Mūsā al-Aš‘arī, et donc antérieures à l'établissement du texte par ‘Uṯmān. Les sept lectures (qirā'a pl. -āt ; ḥarf pl. aḥruf) reconnues sont celles de "professeurs du Coran" bien connus qui sont tous mort entre 737 et 804. Mais encore la liste n'était-elle pas close puisqu'y furent ajoutées ultérieurement trois à sept lectures supplémentaires. Et, de toutes ces lectures, on admit finalement deux versions différentes, transmises par des savants postérieurs, de la fin du viiie et du début du ixe siècles. Variantes et divergences entre différentes recensions sont donc apparues très tôt, avant même la première recension écrite complète, au sein même des membres de la génération du Prophète. Elles s'expliquent en partie par le nombre important, dès cette époque, des dépositaires de l'une ou l'autre des portions du texte et, probablement, par les modes de conservation, mnémonique, et de transmission, orale. Selon Blachère, « tout permet de supposer qu'à la mort de celui-ci [le Prophète], le texte des révélations demeurait en majorité confié à la mémoire des fidèles et que seuls se trouvaient constitués des recueils partiels dus au zèle de certains croyants. Ces recueils, d'ailleurs notés à l'aide d'un système graphique fort rudimentaire, ne pouvaient être correctement déchiffrés qu'autant que le lecteur possédât le texte écrit, en sa mémoire » (Histoire, vol. II, p. 200). L'établissement d'un texte écrit, du temps de ‘Uṯmān, ne mit donc pas fin aux divergences. L'emploi d'une scriptio defectiva, ne représentant que le ductus consonantique, donc dépourvue de signes diacritiques et vocaliques, rendait possible un grand nombre de lectures alternatives. Comme le dit Pearson, « au début de l'époque ‘abbāside, il y avait une telle confusion entre les lectures qu'il était impossible de distinguer la [tradition textuelle] ‘uṯẖmānienne des autres ou de retrouver avec confiance le texte "original" de ‘Uṯẖmān. Un certain ordre fut apporté à cette confusion par la création d'une scriptio plena » (J. D. Pearson, « al-Ḳur’ān », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. IV, p. 409), dont les principes étaient vraisemblablement bien admis au début du xe siècle. Il a donc fallu attendre plus de trois siècles pour que soit établie une édition définitive du Coran, qui admet toutefois un certain nombre de variantes soigneusement sélectionnées.

113 J. E. Bencheikh, op. cit., p. 3.

114 R. Drory, « The Abbasid Construction of the Jahiliyya : Cultural Authority in the Making », Studia Islamica, n° 83 (1996/1), p. 33-49.

115 R. Drory, ibid., p. 36.

116 Sur Bašāma b. al-Ġadīr, Aws b. Hağar, Zuhayr b. Abī Sulmä, al-Ḥutay’a, Ka‘b b. Zuhayr et Hudba b. al-Hasram, voir infra, annexe I ; sur ĞamĪl et Kuṯayyir, voir par exemple Histoire, vol. III, p. 653-656 et 609-616 respectivement.

117 Selon R. Blachère, « cette norme serait représentée par l'ensemble des parlers en usage dans une zone comprise entre deux lignes, l'une tirée du sud de la Mekke jusqu'au Bahrayn, l'autre allant du nord de Médine, s'incurvant vers la Syrie et aboutissant sur l'Euphrate vers Coufa. » (R. Blachère, « Les savants iraqiens et leurs informateurs bédouins aux iie-ive siècles de l'Hégire », Mélanges William Marçais, G.-P. Maisonneuve, 1950, p. 37-48 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, Institut français de Damas, 1975, p. 31-42). Pour la présentation de certains de ces informateurs dont les noms ont été conservés, voir Fihrist, p. 66-72.

118 Histoire, vol. II, p. 248-249. J'ai moi-même procédé à l'inventaire de ce qui subsiste des vers attribués à l'un des poètes mentionnés par Blachère, Wa‘la al-Ğarmī, soit seulement soixante vers au total. Son nom exact est Wa‘la b. ‘Abd Allāh, plutōt que Wa‘la b. al-Ḥāriṯ, comme le nomme Blachère. Il appartient à la tribu des Ğarm, du groupe Qudā‘a. Son fils, Ḥāriṯ, était également poète, d'oū la confusion qui règne quant à l'attribution de vers à l'un ou l'autre de ces deux personnages et à leur généalogie. Voir B. Paoli, Métrique arabe ancienne, 1997, vol. 3, annexe II, p. 215-219.

119 Histoire, vol. I, p. 83.

120 Voir C. Pellat, « Lahn al-‘āmma », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., vol. IV, p. 609-614. La plupart de ces ouvrages sont perdus. Le plus ancien qui nous soit parvenu est probablement le Kitāb mā talḥan fī-hi al-‘awāmm (Le livre des fautes de langue commises par le commun des gens), attribué à al-Kisā’ī (m. 805) et édité par C. Brockelmann, dans Zeitschrift fur Assyriologie, XIII (1943), p. 31-46. Citons aussi Ibn al-Sikkīt, Iṣlāḥ al-manṭiq, éd. A.M. Hārūn & A.M. Šākir, 1949.

121 Voir notamment R. Montagne, « Contes poétiques bédouins recueillis chez les Šammar de Ğezīré », Bulletin d'études orientales, n° V (1935), p. 33-112 ; A. Musil, The Manners and Customs of the Rwala Bedouins, 1928 ; et A. Socin, Diwan aus Centralarabien, 1901.

122 Voir, par exemple S. A. Sowayan, « The prosodic relationship of nabatī poetry to classical arabic poetry », in Zeitschrift fur Arabische Linguistik, n° 8 (1982), p. 72-93 ; S. A. Sowayan, Nabaṭi Poetry : the Oral Poetry of Arabia, 1985 ; et M. Kurpershoek, Oral Poetry and Narratives from Central Arabia : 1. The Poetry of ad-Dindān, a Bedouin Bard in Southern Najd, 1994.

123 Voir, notamment, le cas de la fameuse Lāmiyyat al-‘arab, attribuée au poète al-Šanfarä, que les philologues médiévaux soupçonnaient Ḫalaf al-Aḥmar d'avoir lui-même composée. Voir R. Blachère, Histoire, I, p. 106 ; et Dīwān al-Sanfarā, 1991, poème n° XVII, p. 58-73.

124 Voir notamment R. Blachère, « Les savants iraqiens et leurs informateurs bédouins aux iie-ive siècles de l'Hégire », dans Mélanges William Marçais, 1950, p. 37-48 ; rééd. dans R. Blachère, Analecta, 1975, p. 31-42.

125 Fihrist, p. 93 et 191-193.

126 Al-asma‘ī, Al-asma'iyyāt, éd. A.M. Šākir & 'A. Hārūn, 1967 [désormais Asma'iyyāt].

127 Fihrist, p. 78-79.

128 Fihrist, p. 94-95.

129 Fihrist, p. 136-137

130 Fihrist, p. 96-97.

131 Fihrist, p. 98-99.

132 Fihrist, p. 106-107 et 192-193.

133 Al-Sukkarī, Šarḥ aš‘ār al-Hudaliyyīn, éd. M. Abū al-Wafā, 1965, 3 vol. [désormais Hudaliyyīn].

134 B. Paoli, Métrique arabe ancienne, 1997, vol. 3, p. 111-219.

135 Voir références supra, p. 59, note 126.

136 Voir références supra, p. 61, note 133.

137 Al-Qurašī, Gamharat ’aš‘ār al-‘arab fī al-ğāhiliyya wa al-islām, éd. M.‘A. al-Hāšimī, 1986, 2 vol. [désormais Ğamhara].

138 Al-Ahfaš al-Asġar, Kitāb al-iḫtiyārayn, éd. F. Qabāwah, 1974 [désormais Iḫtiyār]. L'auteur de cette anthologie ne doit pas être confondu avec al-Aḫfaš al-Awsaṭ, auteur d'un Kitāb al-‘arūd dont il a été question précédemment.

139 Ibn al-Anbārī, Šarḥ al-qaṣā'id al-sab‘ al-ṭiwāl al-ğāhiliyyāt, éd. 'A.M. Hārūn, 1964 [désormais Mu'allaqātA] ; al-Tibrīzī, Mu'allaqātT ; al-Zawzanī, Šarh al-mu‘allaqāt al-sab‘, éd. Y. ‘A. Badawī, 1989 [désormais Mu'allaqātZ].

140 Ibn Maymūn, Muntahā al-ṭalab min aš'ār al-‘arab, éd. fac-similé F. Sezgin, 1986-1993, 3 vol. [désormais Muntahā].

141 Abū Tammām, Dīwān al-ḥamāsa bi šarh al-Marzūqī, éd. A. Amīn & ‘A. Hàrūn, 1991, 2 vol. [désormais HamāsaAM] ; Abū Tammām, ḤamāsaAT ; al-Buhturī, Dīwān al-ḥamāṣa, éd. K. Mustafà, 1929 [désormais HamāsaB] ; Sadr al-Dīn Abū al-Farağ al-Ḥusayn al-Basrī, Al-hamāsa al-basriyya, éd. M. Ahmad, 1964, 2 vol. [désormais ḤamāsaBs] ; Ibn al-Šağarī, Al-ḫamāsa al-šağariyya, éd. A. al-Ḥumšī & ‘A. al-Mulūhī, 1970, 2 vol. [désormais ḤamāsaŠ].

142 Abū al-Farāğ al-Isfahānī, Kitāb al-agānī, éd. S. Ğābir & ‘A. A. Muhannā, 1992, 27 vol. [désormais Aġānī].

143 Voir infra, introduction à l'annexe I, p. 392.

144 Voir infra, introduction à l'annexe I, p. 392-393.

145 G. von Grünebaum, « Zur Chronologie der früharabischen Dichtung », Orientalia, n° VIII (1939), p. 328-345.

146 E. Bräunlich, « Versuch einer literargeschichtlichen Betrachtungsweise altarabischer Poesien », Der Islam, n° 24 (1937), p. 201-269.

147 R. Jacobi, Studien zur Poetik der altarabischen Qaṣide, 1971 ; et « The Origins of the Qasida Form », dans C. Shackle & S. Sperl (éds), Qasida Poetry in Islamic Asia and Africa, 1996, vol. I ("Classical Traditions and Modern Meanings"), p. 21-34.

148 D. Frolov, Classical Arabic Verse. History and Theory of ‘arūḍ, 2000.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540