Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Troisième partie. Des martyria et des lieux d’intercession aux rues à portiques : l’emprise nicéenne et mélécienne et la « mise au pas » d’Antioche à l’époque de Jean Chrysostome

Chapitre XI. Le salut pour Antioche et l’ordre impérial et chrétien dans la cité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme le souligne A.-J. Festugière, Jean Chrysostome, entre 381 et 386, a écrit de nombreux traités, surtout consacrés à la vie monastique. Parmi ces ouvrages, il y a les trois livres Contre les adversaires de la vie monastique. A.-J. Festugière fait apparaître que, pour le prédicateur, « les moines sont les seuls à mener une vie chrétienne authentique1 ». D’ailleurs, Jean Chrysostome fait l’éloge du « désert », non seulement dans les traités sur la vie monastique, mais également dans les sermons qu’il est amené à prononcer devant les Antiochiens en tant que prêtre, à partir de 386. À la vie idéale et idyllique de vrais chrétiens que mènent les moines sur les montagnes qui entourent Antioche, notamment sur le Silpios, il oppose les vices de la cité dont l’image est celle d’une nouvelle Sodome2. D’une manière moins abrupte, il oppose la vie calme et réglée des moines sur la montagne au bruit, aux clameurs, à l’excitation de l’agora et des rues de la cité qu’il désigne par les mots τα...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540