Versione classicaVersione mobile

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Troisième partie. Des martyria et des lieux d’intercession aux rues à portiques : l’emprise nicéenne et mélécienne et la « mise au pas » d’Antioche à l’époque de Jean Chrysostome

Chapitre X. Fêtes des martyrs, martyria et kômoi de chrétiens

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Dans la prédication chrysostomienne, les chrétiens sont très souvent invités à célébrer des martyrs ou les martyrs en général et à les imiter. Ainsi, nous avons vu que Jean Chrysostome, dans la huitième Homélie contre les Juifs, encourageait ses fidèles à se laisser mourir de fièvre et à devenir ainsi eux-mêmes des martyrs plutôt que d’avoir recours à la science médicale et à la magie des Juifs1. Dans cette homélie, il présentait clairement les martyrs comme des intercesseurs à même d’obtenir de Dieu le salut, c’est-à-dire la guérison pour des chrétiens atteints de maladie. Les chrétiens espèrent l’intercession des martyrs pour obtenir le salut après leur mort, mais ils attendent également l’intercession des martyrs et le salut dans leur vie terrestre2. Selon le prédicateur, les martyrs ont ce pouvoir d’intercession parce qu’ils disposent, après s’être rendus agréables à Dieu, d’une grande liberté de parole auprès de lui (καὶ πολλὴν ἔχοντας πρὸς αὐτὸν παρρησίαν3). À Antioche, le cul...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search