Versión clásicaVersión móvil

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Troisième partie. Des martyria et des lieux d’intercession aux rues à portiques : l’emprise nicéenne et mélécienne et la « mise au pas » d’Antioche à l’époque de Jean Chrysostome

Chapitre X. Fêtes des martyrs, martyria et kômoi de chrétiens

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Dans la prédication chrysostomienne, les chrétiens sont très souvent invités à célébrer des martyrs ou les martyrs en général et à les imiter. Ainsi, nous avons vu que Jean Chrysostome, dans la huitième Homélie contre les Juifs, encourageait ses fidèles à se laisser mourir de fièvre et à devenir ainsi eux-mêmes des martyrs plutôt que d’avoir recours à la science médicale et à la magie des Juifs1. Dans cette homélie, il présentait clairement les martyrs comme des intercesseurs à même d’obtenir de Dieu le salut, c’est-à-dire la guérison pour des chrétiens atteints de maladie. Les chrétiens espèrent l’intercession des martyrs pour obtenir le salut après leur mort, mais ils attendent également l’intercession des martyrs et le salut dans leur vie terrestre2. Selon le prédicateur, les martyrs ont ce pouvoir d’intercession parce qu’ils disposent, après s’être rendus agréables à Dieu, d’une grande liberté de parole auprès de lui (καὶ πολλὴν ἔχοντας πρὸς αὐτὸν παρρησίαν3). À Antioche, le cul...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search