Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Troisième partie. Des martyria et des lieux d’intercession aux rues à portiques : l’emprise nicéenne et mélécienne et la « mise au pas » d’Antioche à l’époque de Jean Chrysostome

Chapitre IX. L’exubérance festive et la christianisation de masse d’Antioche à l’époque de la prédication de Jean Chrysostome

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès l’introduction de ce travail sur les comportements festifs et religieux à Antioche, nous avons posé la question de la religion des Antiochiens et refusé un postulat trop facilement et trop longtemps accepté selon lequel Antioche aurait été entièrement ou presque entièrement christianisée dès le milieu du ive siècle. La première partie a eu pour but de montrer l’importance du mode festif, dionysiaque, à Antioche malgré la désaffection antiochienne pour le culte sacrificiel et la liquidation systématique, sous le règne de valens, des élites néoplatoniciennes versées dans l’art de la théurgie et soudées par de multiples initiations mystériques. La seconde partie a visé à montrer qu’Antioche était également une cité juive, que les Juifs représentaient un pôle religieux d’une telle importance qu’il structurait même les comportements religieux, festifs et sociaux des chrétiens. si affirmer qu’Antioche était intégralement christianisée, dès le milieu du ive siècle, apparaît inexact, il...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540