Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Troisième partie. Des martyria et des lieux d’intercession aux rues à portiques : l’emprise nicéenne et mélécienne et la « mise au pas » d’Antioche à l’époque de Jean Chrysostome

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du ive siècle apr. J.-C., la prédication chrysostomienne révèle l’entreprise considérable à laquelle s’attellent des pasteurs chrétiens d’Antioche. Le projet de l’Église mélécienne, dirigée par l’évêque Flavien, est de faire d’Antioche une cité exclusivement chrétienne, selon la foi de Nicée. La légitimité de Flavien, contestée à Antioche même par les pauliniens, veut s’affirmer dans ce projet qui s’annonce ardu : l’Église chrétienne est divisée, l’arianisme vivace, le dionysisme antiochien transparaît dans le comportement et les aspirations d’Antiochiens qui ont reçu le baptême. Jean Chrysostome est le porte-parole de Flavien ; il sait, en pédagogue, réfréner son impatience face aux débordements permanents des foules antiochiennes présentes aux rassemblements chrétiens, les jours de fête liturgique et martyriale et face à l’absence de la majeure partie des chrétiens aux synaxes ordinaires.

Proposer aux Antiochiens, épris de fêtes, de grandes panégyries pour les tourner vers...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540