Versión clásicaVersión móvil

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Deuxième partie. L’appel de la synagogue et des Trompettes juives

Chapitre VII. Les judaïsants et la christianisation de la cité

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Nous avons vu que, dans les homélies de Jean Chrysostome, transparaissaient l’importance de la communauté juive, sa respectabilité, l’éclat de ses lieux de culte et également l’attraction exercée, au ive siècle, par cette communauté sur des chrétiens et, à plus forte raison, sans doute, sur les païens. Dans son prêche, Jean Chrysostome aborde tous les aspects et tous les egrés du « mal judaïque ».

7.1 « LE MAL JUDAÏQUE » SELON JEAN CHRYSOSTOME

Le but des homélies de Jean Chrysostome est, dans une large mesure, de s’opposer à cette « maladie » et de soigner ceux qui en sont atteints :

« La plus grande partie de la cité est chrétienne et certains souffrent encore du judaïsme. Quelle justification pourrions-nous avoir, nous qui sommes en bonne santé ? Ceux qui sont atteints de cette maladie, méritent d’être mis en accusation. Cependant, nous ne sommes pas non plus, en vérité, loin de mériter l’accusation quand nous les regardons avec indifférence dans les infirmités. Il aurait été impossi...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search