Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Deuxième partie. L’appel de la synagogue et des Trompettes juives

Chapitre VI. Le prestige des fêtes et des rites juifs à Antioche à la fin du ive siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

6.1 LES FASTES JUIFS ET L’ATTRAIT DE LA PARANOMIA DES JUIFS SUR LES CHRÉTIENS

La première homélie de Jean Chrysostome Contre les Juifs a été prononcée à l’automne 386, à l’approche du cycle festif juif d’automne. Le prédicateur dit :

« Quelle est cette maladie ? Des fêtes des malheureux, des misérables Juifs, des fêtes, qui ont lieu de manière continue et sans interruption, sont sur le point d’entraîner avec les trompettes, la construction de huttes de branchages pour les Tabernacles, les jeûnes1… »

Jean Chrysostome fait directement allusion à la fête de Sukkot lorsqu’il emploie le terme σκηνοπηγίοα et au Yom Kippour quand il utilise le terme νηστείοα. Les fêtes juives d’automne forment tout un cycle qui débute par Roch Ha-Chanah2 (Fête de Nouvel An), célébrée à la nouvelle lune du mois de septembre qui marque la néoménie de ce mois. Les néoménies (lunaires) [roch hodech] étaient, à l’époque du Premier Temple, des fêtes célébrées par des sonneries de trompettes et sont devenues par la ...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540