Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Première partie. Dionysisme, divination et déclin du culte sacrificiel à Antioche au IVe siècle

Chapitre IV. Les hétairies pythagoriciennes et néoplatoniciennes à Antioche

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous l’empereur Julien, le dynamisme des pratiques festives « païennes » fait contraste, à Antioche, avec la désaffection que montrent les habitants de la cité pour les pratiques cultuelles païennes, en tout cas pour le culte sacrificiel restauré, de manière éphémère, par Julien l’empereur théurge. Pourtant, à Antioche, des païe1 forment un groupe très organisé et ont des comportements religieux, festifs et également sociaux et politiques particuliers, constitutifs de leur identité. Ce groupe « païen » minoritaire dès le milieu du ive siècle semble l’être devenu de plus en plus dans la deuxième moitié du siècle. Composé d’hétairoi2, il s’est organisé dans la clandestinité selon tout un code de reconnaissance, de communication, de fonctionnement, surtout sous Constance, en réaction contre sa politique religieuse. Le terme hétairoi signifie « compagnons », « amis », « frères » et désigne, outre les membres d’associations secrètes (aristocratiques), les membres de cercles philosophique...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540