Versión clásicaVersión móvil

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Première partie. Dionysisme, divination et déclin du culte sacrificiel à Antioche au IVe siècle

Chapitre III. Le Misopôgôn ou l’échec de la révolution néoplatonicienne et théurgique de l’empereur Julien à Antioche

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Lorsque l’empereur Julien arrive à Antioche, le christianisme, favorisé par la politique de Constantin et de Constance, a déjà fait suffisamment de progrès pour avoir laissé son empreinte dans l’architecture monumentale de la ville avec la splendide « église d’Or » et sa symbolique proximité du palais impérial. Cependant, Julien vient à Antioche avec des convictions religieuses et, bien décidé à faire du prosélytisme, il met en pratique un programme religieux dont Libanios se fait l’écho dans l’épitaphe ou l’oraison funèbre de Julien qu’il compose dans le Discours XXIV, Exhortation à venger la mort de Julien, daté de 378-379, après la mort de Valens :

« ...C’est lui qui restaura à leur place les temples détruits et qui leur redonna ainsi qu’à tous les autres les honneurs, lui qui ramena les sacrifices et les libations pour ainsi dire d’exil, lui qui a remis en vigueur les fêtes qui avaient cessé ; c’est lui qui a chassé les dangers qui pesaient sur le culte envers les dieux, lui qui ...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search