Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Première partie. Dionysisme, divination et déclin du culte sacrificiel à Antioche au IVe siècle

Chapitre III. Le Misopôgôn ou l’échec de la révolution néoplatonicienne et théurgique de l’empereur Julien à Antioche

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque l’empereur Julien arrive à Antioche, le christianisme, favorisé par la politique de Constantin et de Constance, a déjà fait suffisamment de progrès pour avoir laissé son empreinte dans l’architecture monumentale de la ville avec la splendide « église d’Or » et sa symbolique proximité du palais impérial. Cependant, Julien vient à Antioche avec des convictions religieuses et, bien décidé à faire du prosélytisme, il met en pratique un programme religieux dont Libanios se fait l’écho dans l’épitaphe ou l’oraison funèbre de Julien qu’il compose dans le Discours XXIV, Exhortation à venger la mort de Julien, daté de 378-379, après la mort de Valens :

« ...C’est lui qui restaura à leur place les temples détruits et qui leur redonna ainsi qu’à tous les autres les honneurs, lui qui ramena les sacrifices et les libations pour ainsi dire d’exil, lui qui a remis en vigueur les fêtes qui avaient cessé ; c’est lui qui a chassé les dangers qui pesaient sur le culte envers les dieux, lui qui ...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540